Villages-Solidaires.be

  • Restauration de l'aubette sur le RAVeL à Modave

    Lien permanent
     La restauration de l'ancien point d'arrêt du train (par la SRL TH Entreprise à Modave) dans le cadre du Projet Petit Patrimoine wallon. 
    Belle surprise pour les utilisateurs de plus en plus nombreux du RAVeL 126.

    Syndicat d'Initiative "Entre Eaux & Châteaux"

    Vallée du Hoyoux, 6b - 4577 Modave (Pont de Bonne)

    085/41.29.69 - www.eauxetchateaux.be

     

    Aubette Ravel avant restaurarion Modave (2).jpg

    Aubette Ravel avant restaurarion Modave (3).jpg

    Aubette Ravel restaurée Modave (1).jpg

    Aubette Ravel restaurée Modave (3).jpg

  • Ouvrir son jardin aux campeurs ? des pionniers à Fraineux Nandrin , des campeurs à Marchin , Modave etc ...

    Lien permanent

    À  Nandrin Fraineux , dans le petit Hameau de Lava dans un pré des Fosettes des "pionniers" qui au départ devaient vivre un voyage en Hongrie sont installés actuellement pour leur séjour 2020 .

     

    Pierre-Yves et Marie accueillent des campeurs à Marchin

    Une solution contre le camping sauvage

    Pierre-Yves et Marie habitent une des premières rues de Marchin sur la route qui vient de Huy.

    Eux-mêmes randonneurs, ils ont toujours voulu proposer une aire de bivouac sur leur terrain.

    On y trouve un coin feu et de l’eau.

    Bientôt, une toilette sèche et une douche solaire viendront agrémenter le site.


    « On constate qu’il y a peu d’endroits de bivouac en Belgique.


    On veut leur proposer un lieu où passer la nuit sans être dans l’illégalité, » explique Marie.


    « Depuis l’ouverture du site il y a un mois, on a reçu des personnes à trois reprises.

    Deux couples et un monsieur fraîchement retraité qui marchait vers Saint-Jacques-de-Compostelle. »


    Ils étaient les premiers Marchinois à se lancer sur le site, mais ils observent déjà un développement dans leur commune.

    « Ça ne demande pas trop de temps et d’investissement.

    Les gens ne campent pas juste à côté de notre porte d’entrée.

    Ce n’est pas contraignant du tout. »

     

    Sigrid, propriétaire d’un bivouac à Modave

    Chacun offre ce qu’il peut

    Propriétaire d’une ferme à Outrelouxhe (Modave), Sigrid était déjà habituée à accueillir des marcheurs perdus ou des scouts sans moyen de s’abriter.

    Elle a récemment découvert Welcome to My Garden et a adoré l’idée.


    « Je mets ma prairie à disposition, mais ils peuvent également loger dans la grange en cas de pluie.

    J’encourage tout le monde à le faire.

    Chacun offre ce qu’il peut.

    Ça peut aller du coin de jardin à un bâtiment avec toilette sèche.

    On y met l’investissement qu’on veut. »


    Le 21 juillet, Sigrid accueillait sa première campeuse, Éloïse, une jeune Liégeoise qui ambitionnait de marcher jusqu’en France.

    « Elle était super sympathique.

    Je l’ai accompagnée le lendemain pour un bout de chemin.

    C’est une question de feeling.

    Certains préfèrent vaquer à leurs occupations et parfois, comme avec Eloise, on finit par ouvrir sa table. » 

    Accueillir des gens dans votre jardin et les laisser planter leurs tentes pour la nuit vous semble totalement saugrenu ?

    Pour des dizaines de personnes de l’arrondissement de Huy-Waremme, ce principe novateur basé sur la solidarité citoyenne est devenu une réalité.


    Lancé en juin par trois jeunes Belges désireux d’augmenter le nombre de zones de bivouac dans notre pays – où le camping sauvage est interdit – la plateforme « Welcome To My Garden » veut recenser tous les spots où planter gratuitement sa tente chez l’habitant.

    L’initiative s’adresse aux voyageurs adeptes du slow travel, c’est-à-dire ceux qui se déplacent à vélo ou à pied, et non aux personnes qui voyagent à l’aide d’un véhicule motorisé.

    Le concept rencontre un succès croissant dans notre région, où plusieurs citoyens ont franchi le cap en ouvrant leur jardin aux inconnus.

    Leur motivation ?

    Faciliter la tâche des voyageurs qui transitent par la région et partager des instants de vie marquants. 

    Article de P.TAR

    Source

     

  • Des citoyens proposent leurs services, d’autres en reçoivent sur la plateforme «Villages solidaires »

    Lien permanent

    La plateforme Villages solidaires, créée par le « Gal Pays des Condruses », est en plein essor depuis le début du confinement lié au coronavirus.

    Des citoyens proposent leurs services, d’autres en reçoivent.
    Avec les mesures de confinement, de nombreux réseaux de solidarité ont vu le jour un peu partout dans notre région. Et notamment dans le sud de l’arrondissement de Huy-Waremme.
    La plateforme « Villages solidaires », mise en place par le « Gal Pays des Condruses », connaît un succès grandissant depuis le début des mesures de confinement. Inauguré l’année dernière, ce site est accessible dans les six communes du Gal, à savoir Anthisnes, Clavier, Marchin, Nandrin, Ouffet et Tinlot.


    Le système est assez simple : les habitants proposent des services et en reçoivent. « On voit un effet lié au coronavirus. Des gens proposent par exemple de faire des courses. Il y a beaucoup d’offreurs. Il y a même plus d’offres que de demandes », indique Chantal Courard, chargée de mission au Gal.


    Ainsi, on peut lire sur la plateforme des descriptions d’offres comme « Aide pour les courses en période de coronavirus » ou encore « Aide aux seniors qui ne peuvent plus sortir ».


    Actuellement, une trentaine de personnes ont effectué des demandes via ce site. Les organisateurs sont également en contact avec des services sociaux, qui peuvent désormais utiliser le site pour trouver des bénévoles. « On travaille avec les communes et les assistants de vie.

    On peut par exemple envoyer le Taxi Condruses, et les chauffeurs vont faire les courses » explique Chantal Courard.

    Rédaction de l'article par Ro.Ma.

    Source 

  • Soyons Solidaires !!! Des personnes ont besoin de vous et de nous !!!!

    Lien permanent

    Soyons solidaires !

    http://www.villages-solidaires.be/

    Un outil d'entraide gratuit qui existe pour promouvoir l'entraide entre voisins.
    Si vous pouvez vous déplacer, vous pouvez aider des personnes âgées vulnérables et seules. (Faire des courses, proposer un service, prendre des nouvelles,...)
    Villages Solidaires est là pour vous mettre en relation.

    http://www.taxicondruses.be/

    Notre service de transport social T'Condruses reste accessible pendant les semaines à venir pour vous aider à vous déplacer.
    Nous adaptons notre service. Nous pouvons faire les courses alimentaires ou pharmaceutiques pour les personnes obligées de rester à domicile.

    Un réseau d’assistant(e) de vie - « Jamais seul »

    En cas de besoin, une aide pour les 60 ans et plus peut être apportée par les assistants de vie, les communes, CPAS.
    Des professionnels de terrains commune par commune peuvent vous aider pour toutes autres demandes.

    Pour tous renseignements :
    Appelez le 085 / 27 46 10
     
     

  • Appel à candidature Villages Solidaires .be

    Lien permanent

    Envie de mieux connaître notre belle région, de prendre part à des activités variées et ludiques ?

    Vous avez un peu de temps et envie de vous investir dans une asbl conviviale et dynamique ?

    Le Syndicat d’Initiative «Entre Eaux & Châteaux» est à la recherche de nouveaux bénévoles et de nouveaux membres pour son conseil d’administration !


    Chargé de la promotion touristique des communes de Modave, Marchin, Clavier et Tinlot, notre organisme touristique propose, entre autres, une multitude d’animations, brochures et balades.


    Cette année, c’est la Wallonie «Destination nature» qui sera mise à l’honneur. Notez d’ores et déjà que 4 activités sur cette thématique auront lieu le weekend des 4 et 5 avril.

    Plus d’infos sur notre page Facebook : «Tourisme Modave Marchin Clavier Tinlot».


    Intéressé(e) ?

    N’hésitez pas à faire parvenir votre candidature au SI «Entre Eaux & Châteaux»,

    Vallée du Hoyoux, 6b – 4577 Modave (Pont de Bonne) ou

    via mail : info.sivh@gmail.com

    Villages-Solidaires.be

     

  • Le SEL un nouveau réseau de solidarité se développe

    Lien permanent

    Un nouveau réseau de solidarité voit le jour

    Un nouveau réseau de solidarité se développe à Modave. Le SEL est un système pour rendre des services et en recevoir, grâce à une monnaie virtuelle (les étoiles). Une initiative de solidarité qui apparaît au même moment que la plate-forme « Villages solidaires ».


    Ces dernières années, de nombreux citoyens se sont lancés sur la voie de l’économie alternative. Une manière de contourner les circuits économiques traditionnels et de retrouver un aspect concret dans les échanges. Cette tendance se voit à travers les monnaies locales, les plateformes citoyennes… et également le SEL (le Système d’Échange local).


    Quelques citoyens décident de lancer cette initiative dans la commune de Modave. L’idée est simple. Vous offrez un service (par exemple donner une heure de cours particulier) et vous recevez une sorte de jeton virtuel. Avec ce jeton, vous pourrez recevoir un autre service, comme une heure de repassage par exemple.

     

    Amandine Dupret habite à Modave depuis deux ans. Elle a déjà été très active dans un SEL lorsqu’elle habitait à Esneux. Avec ses nouveaux voisins, elle a voulu relancer l’expérience.

    « On veut créer du lien, partager, de l’entraide… Par exemple, je donne mes œufs, un autre fait du baby-sitting…», confie la jeune femme.


    Le système est basé sur le principe de réciprocité. En d’autres termes, le don appelle le don. « L’outil est une monnaie virtuelle appelée “étoile”. Une étoile équivaut à une heure. Ça peut être de la couture, du ménage… On offre deux étoiles de bienvenue », explique l’organisatrice. Il est également possible d’être « en négatif » par moment. Mais, en voyant les SEL des autres communes, on s’aperçoit que les excès sont assez rares. Les interactions se déroulent sur un site (http://nandrin.communityforge.net/). Pour plus de facilité, le SEL de Modave utilise, de manière temporaire, la plateforme du SEL de Nandrin. Mais le nom sera modifié dans peu de temps.


    L’idée n’est pas de faire de la concurrence avec l’économie locale. Mais uniquement rendre des services. « On ne veut pas faire de la concurrence aux commerces », explique l’organisatrice du projet. Ainsi, toutes les activités peuvent être proposées : faire du jardinage, donner des cours, faire les courses, cuire du pain, faire du babysitting, prêter une machine, tenir compagnie à un malade, envoyer des mails…


    Souvent les gens oublient ce qu’ils sont capables de faire. « On a tous quelque chose à offrir… et souvent on l’oublie. On peut tous repasser, nourrir un animal, aller chercher les courses de quelqu’un… », explique la jeune dame.


    Par Ro.Ma.

     

    Source