Vandale

  • Qui à volé la cloche ancestrale de l'école de Limont Anthisnes ?

    Lien permanent
    "Tu" as volé notre cloche ancestrale, celle qui rassemble nos élèves à différents moments de chaque journée scolaire... Sache que tu as causé énormément de peine aux enfants ainsi qu'aux enseignants.
     
    Nous te laissons jusqu'à vendredi minuit pour nous la rapporter.
     
    Nous comptons sur l'acte héroïque que tu réaliseras afin de rendre le sourire à toute la population de l'école de Limont.
    Bien mal acquis ne profite jamais! À diffuser largement bien évidemment!
     
     

    cloche .jpg

  • Les sangliers continuent de proliférer sur le territoire !!! une adresse mail spécifique à la gestion de ces sangliers

    Lien permanent
    Les sangliers continuent de proliférer sur le territoire.
    En coopération avec les chasseurs, la Commune de Neupré met à votre disposition une adresse mail spécifique à la gestion de ces sangliers :
     
    Vous pouvez via cette adresse signaler tout problème ou nous faire parvenir vos remarques et suggestions.
     
    Encore une fois, cette gestion ne se fait pas de gaieté de cœur... mais ces animaux portent atteinte à la biodiversité, sont potentiellement dangereux pour l’homme et occasionnent de très, très importants dégâts sur de multiples propriétés de la Commune.
     
     
     
     

    Vigilance et prudence face à l'affluence de sangliers sur Nandrin et Neupré

     

    Témoignage d'un Neupréens

    Sic " Les faits: 

    Ce jeudi 11 juin à 7h du matin, il y avait une laie avec 6 marcassins en train de jardiner chez moi  .

    Jusqu'à présent c'était du labourage de pelouse, mais maintenant les bacs à fleurs sont renversés et les plantes sont arrachées sans autorisation(sic). 

    Il y a 2 mois  vers  23h il y avait 6 sangliers adultes en train de pique -niquer sans autorisation dans mon jardin. 

    La grande haie est protégée depuis des années par une clôture anti- sangliers, mais les 20m de haie en IF de 1m de largeur à l'avant de la maison est violée brutalement depuis  quelques semaines et  est en voie de protection par du grillage soudé (sans subside).

    L'allée du garage est fermée le soir depuis des années par une barrière solide. 

    Mes pérégrinations dans les magasins de bricolage de la région, à la recherche de matériel de protection  en cette période de semi confinement me font rencontrer moultes personnes avec la même problématique aussi bien à Neupré que Nandrin. 

    Auriez- vous la possibilité de publier un article afin que les victimes  se manifestent, et qu'ensemble nous demandions l'intervention rapide des responsables politiques locaux  pour endiguer ce fléau . 

    D'avance je vous remercie, en espérant trouver une solution dans l'intérêt du plus grand nombre.

    À 72 ans  et après 35 ans de vie à Neupré, je suis fatigué de me battre contre .

    Lire la suite

  • L’église d’Ocquier fermée pour vandalisme

    Lien permanent

    Dans le but de s’ouvrir à un plus large public, la Fabrique de l’église d’Ocquier avait décidé de laisser l’église ouverte en permanence, en accord avec le curé Armand Franssen, depuis le mois de mai.
     
    De plus, pour faire face à la canicule durant l’été, les membres avaient proposé aux habitants de s’y arrêter et de s’y rafraîchir librement.
     
    La Fabrique avait également transformé une partie de son bâtiment en salle d’étude en installant des tables et des chaises pour permettre aux étudiants d’y travailler dans le calme.
     
     
    Malheureusement, durant la dernière semaine du mois d’août, des actes de vandalisme ont été commis sur la table d’autel et près du tabernacle. Des bougies ont notamment coulé sur des fils de micro placés dans le chœur de l’église, risquant de mettre le feu au bâtiment.
     
     
    FERMETURE TEMPORAIRE
     
     
    Afin d’assurer la sécurité de tous et éviter que de tels accidents se reproduisent, la Fabrique d’Ocquier a décidé de fermer l’église pour mettre en place des mesures.
     
    « Nous allons installer une banderole devant le chœur et une caméra pour conscientiser le responsable. Nous retirerons aussi les bougies et les allumettes pour limiter les risques de tentation », précise le trésorier de la Fabrique.
     
     
    Le claviérois essaie de relativiser. « Je suis convaincu que ce n’est pas un acte de vandalisme volontaire ou criminel mais qu’un jeune a joué avec des allumettes sans faire attention », explique-t-il.
     
    « Ce n’est pas bien grave et ce n’est pas dramatique, mais les conséquences auraient pu être plus grandes. »
     
     
    Une fois ces mesures mises en place, l’église d’Ocquier espère rouvrir ses portes début octobre. En attendant, il est toujours possible de se rendre dans la tour ou de s’adresser à la sacristine (installée dans le presbytère, en face de l’église) pour se recueillir.
     
     
    Article et rédaction de Fiona Sorce
     

  • De nombreux coups de fils à la police, Depuis que des groupes de gens du voyage se sont installés dans les communes de Tihange , Wanze et Amay

    Lien permanent

    Depuis que des groupes de gens du voyage se sont installés dans les communes de Wanze et Amay la semaine dernière, la zone de police Meuse-Hesbaye reçoit une quantité importante de coups de fil de citoyens dénonçant des agissements suspects.

    Dans la plupart des cas, ces personnes établissent un lien - sans fondement - avec la présence des gens du voyage.

    Rien que dans la nuit de lundi à mardi, 5 appels de ce type ont été reçus par les policiers.

    Selon le commissaire Longrée, ce phénomène reflète un sentiment subjectif d’insécurité plutôt qu’une réelle menace.

    « Les personnes qui nous appellent n’ont aucune informations pratiques et il nous est impossible d’établir une liaison entre les faits décrits et les gens du voyage. »

    Bien souvent, les appels concernent le passage de véhicules immatriculés en France, la présence de personnes suspectes ou des tentatives de vol.

    « S’il y a réellement des agissements suspects, il nous faut au moins un numéro de plaque.

    C’est extrêmement compliqué pour nous d’aller faire des remarques aux gens du voyage sans avoir un numéro de plaque. On tient note de l’appel, mais il n’y a rien de concret derrière.

    C’est presque de la paranoïa. »

    Amay : Le food truck du concierge du stade de la Gravière dégradé

    Article complet  avec photos de Pierre Tar  Clic ici 

    Pour empêcher la venue des gens du voyage à Nandrin une tranchée au terrain de foot de Templiers Nandrin

    Gens du voyage à Amay: d’autres terrains proposés aux footeux pour éviter La Gravière

    Une trentaine de caravanes escortée sur le parking du foot de la Gravière à Amay

  • Pour empêcher la venue des gens du voyage à Nandrin une tranchée au terrain de foot de Templiers Nandrin

    Lien permanent

    116430471_287755735886143_286639124616304903_n.jpg

     

    La semaine dernière, la commune de Nandrin a fait creuser une tranchée de 40 à 50 cm de large et de profondeur sur 100 mètres de long, qui borde le parking des installations du Péry.

    Une solution radicale pour éviter une nouvelle installation illégale des gens du voyage sur le terrain de football « A », voisin du parking, sur lequel deux groupes se sont déjà installés, il y a deux ans et pas plus tard que le mois dernier.

    « Il y avait trois rayons de blocs en béton, comme des Lego, pour les empêcher d’accéder au site mais ils ont réussi quand même en tirant ou en poussant les blocs », rappelle Michel Lemmens, le bourgmestre PS de Nandrin.

    Des blocs qui restent en place sur le parking, en complément : « On peut passer à une voiture, car le parking doit pouvoir rester accessible (les entraînements sont censés reprendre en fin de semaine), mais ce n’est pas possible d’entrer pour une voiture avec une caravane », précise-t-il.

    « Pas fait pour ça »

    Des mesures temporaires, jusqu’au 15 août normalement.

    « Je fais respecter la loi.

    On l’avait planifié dès le départ du groupe précédent.

    Marchin a labouré le terrain où ils s’installaient, nous ce n’est pas possible.

    Il n’y a pas de racisme sous-jacent.

    C’est juste que le terrain de foot n’est pas un terrain d’accueil des gens du voyage, il n’est pas fait pour ça et peut être potentiellement abîmé.

    Il existe des terrains adéquats ailleurs. »

    Mais pas suffisamment.

    « Certes mais Nandrin fait partie d’une zone de police regroupant 10 communes.

    Pourquoi pas créer un terrain d’accueil, j’en ai déjà discuté autour de moi mais où est-ce le plus judicieux?

    Ce serait plus simple à décider dans une monozone.

    Nandrin n’a pas de terrain pour cela, il faudrait alors en acheter un, mais est-ce opportun? », s’interroge-t-il.

     

    « Un mode de vie différent »

    D’autant que les expériences d’accueil l’ont refroidi. « Il y a deux ans, le groupe avait été relativement correct.

    Mais le mois dernier, j’ai reçu entre 200 et 400 plaintes de Nandrinois car ils allaient sonner aux portes, on m’a rapporté des bagarres, des crachats...

    Il n’y a pas eu de dégâts, il faut le reconnaître (la machine à laver et la batterie de voiture ont été abandonnées après leur départ par d’autres personnes...).

    Mais si le foot avait été en activité, cela aurait créé des problèmes.

    Et leur mode de vie ne correspond pas au nôtre, dans un contexte exacerbé par la crise du Covid, c’est compliqué. »

    Une installation qui risque de faire polémique.

    « J’ai déjà dégusté.

    Vous savez, moi, les bien-pensants...

    Toutes les solutions sont les bienvenues. Ils peuvent téléphoner à la Première Ministre. »

    Et s’ils s’installaient malgré tout sur le parking, comme à la Gravière d’Amay ?

    « Quand c’est un parking, ici considéré comme voirie communale, on a plus de capacité d’agir, via verbalisation, paiement forcé de p.-v. etc.

    L’expulsion n’est pas plus facile toutefois », nuance-t-il.

    Article et rédaction par Annick Govaers 

    Source

     

     

    116713465_283143256119246_1641007940058011982_n.jpg

  • À peine 24 heures après son installation, un des chats a déjà été vandalisé sur la place Verte de Huy

    Lien permanent

    Triste nouvelle pour les nombreuses personnes qui ont donné de leur temps, de leur énergie et de leur créativité pour mener à bien le projet des « chats customisés » de la Ville de Huy.

    Associations d’artistes, hommes politiques, agents communaux ou simples citoyens, ils sont très nombreux à s’être investis dans ce projet artistique destiné à égayer le centre-ville pendant la saison estivale.

    Une tentative de vol avortée

    Dans la nuit de lundi à mardi, à peine 24 heures après l’installation des structures, un des chats a déjà été vandalisé sur la place Verte, derrière l’hôtel de ville.

    Cet acte intervient quelques jours après après l’arrachage de certaines des fleurs colorées que la Ville a également fait installer afin de « colorer » la ville.

    Furieux et découragé, l’échevin de la culture Etienne Roba soupçonne une tentative de vol. Il est déterminé à retrouver les responsables.

    « Au départ, on pensait à une simple dégradation, puis on a constaté que les colsons qui fixaient le chat au sol ont été sectionnés. Ça a été fait proprement. C’était un des plus grands chats du projet, haut de 1,2 mètre. »

    Les malfaiteurs ne sont pas allés au bout de leur démarche puisque le chat était toujours présent mardi matin, avec une patte cassée.

    Les images des caméras sont analysées

    La place Verte dispose d’une caméra de surveillance, dont les images vont être analysées par la police afin de tenter d’identifier les responsables.

    « On s’y attendait, mais pas si tôt, » regrette l’échevin en charge du projet. « On avait renforcé les systèmes de fixation au sol. J’ai publié un message pour montrer que nous allons être attentifs.

    On est en train d’investir dans un nouveau parc de caméras de sécurité pour quadriller tout le centre-ville. On va essayer d’interpeller les auteurs. »

    Découragement des personnes investies

    Cet acte fait du mal au moral de l’échevin, mais aussi des nombreux artistes (64 candidatures) et agents communaux investis.

    « On est découragé de constater que tout ce qui est fait est détruit par les bas comportements de certains, » explique Etienne Roba.

    Outre le coût, pensées à mon service qui est évidemment découragé vu l’énergie déployée dans ce projet.

    À l’image des déchets et d’autres choses, ce sont tous ces comportements qui pourrissent la vie de la ville et qui font qu’à la fin, on ne fera plus rien. ».

    Poursuivre judiciairement les auteurs

    Le bourgmestre Christophe Collignon s’est lui aussi indigné dans un commentaire publié sur Facebook.

    « Quelques individus minent les efforts collectifs alors que le collège se démène pour rendre la ville attractive et ainsi relancer l’activité.

    C’est décourageant même si cela ne concerne qu’une minorité qui nuit à l’ensemble de la ville. Tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs, en vue de les voir poursuivis judiciairement  ! ».

    Article et rédaction par Pierre Tar 

    Source

     

  • La classe de forêt de l’école d’Ochain Clavier saccagée

    Lien permanent

    Vendredi, les élèves qui fréquentent la garderie de l’école d’Ochain ont découvert un triste spectacle en arrivant dans leur classe de forêt, située dans un bois à proximité de l’établissement.


    Les grilles du barbecue étaient jetées dans le trou pour le feu, ensevelies sous la palette qui servait de table d’observation, elle-même recouverte des rondins qui servent de sièges pour les enfants. La paroi de la toilette sèche a été détruite et les branches peintes par les élèves pour délimiter le coin vestiaire ont été brisées et éparpillées sur le sol.


    L’institutrice Stéphanie Gillet, attachée à ce projet pédagogique, est écoeurée.

    « On est allé sur place jeudi et tout était normal. Le lendemain, mon collègue a retrouvé tout sans dessus dessous. Ce projet a été lancé lors de l’année scolaire précédente et permettait aux élèves de transposer leur classe dans un milieu naturel chaque semaine, le temps d’une matinée. »


    Cette classe représente des semaines de construction en coopération avec les élèves et leurs parents ainsi que des mois d’apprentissage et de jeux.

    « C’est un manque de respect pour l’implication sans faille de ces enfants.

    Ils sont tristes et indignés. Je me réjouis de les retrouver pour leur expliquer que ceux qui ont fait ça n’étaient pas éduqués au respect de l’être humain, » explique Stéphanie Gillet.

    L’école espère pouvoir identifier les responsables. « Je préfèrerais qu’il n’y ait pas de sanction pour les auteurs des faits, mais qu’ils viennent se dénoncer et nous aider à reconstruire. Passer une journée en forêt avec mes élèves leur ferait peut-être prendre conscience de l’impact que leur geste a eu sur nous, » conclut l'institutrice.


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

     

  • Il a été agressé par trois individus et a été gravement blessé à la tête à Huy, Un signalement diffusé !!!

    Lien permanent

    Un Hutois de 67 ans tabassé par trois jeunes dont une fille .

    Lary est en colère et sous le choc. Son papa, un Hutois de 67 ans, s’est fait violemment agresser par trois individus dont une fille à Huy. Frappé à la tête, il souffre d’un traumatisme crânien et est toujours hospitalisé. Une agression purement gratuite : le sexagénaire ne s’est rien fait voler.


    « J’ai 26 ans et je suis le premier à encourager mes parents à continuer leurs activités. Mais aujourd’hui je me sens coupable. Le dimanche 19 avril au soir, mon papa a suivi mes conseils et est sorti se dégourdir les jambes. Malheureusement cela aura été de courte durée, une quinzaine de maisons plus loin, à proximité du parc des Récollets, mon père s’est fait tabasser par 3 jeunes… »


    En publiant ce message sur Facebook, Lary un jeune Hutois a souhaité exprimer publiquement sa tristesse et son inquiétude face à la terrible agression dont son père, un Hutois de 67 ans, a été la cible.


    « On cherche un chapeau »


    Les faits se sont produits le dimanche 19 avril à 22 heures 30 : « Mon père marchait le long de parc, raconte Lary. De l’autre côté de la rue se trouvaient trois jeunes dont une fille. L’un des jeunes était à l’intérieur du conteneur à vêtements Oxfam. Ils ont lancé à mon père, qui portait un chapeau sur la tête : On cherche un chapeau… Mon père n’a rien dit. Il a traversé la route un peu plus loin et des regards se sont échangés. »

    C’est là que la terrible agression a éclaté. L’un des trois individus a couru vers le Hutois de 67 ans. « Il a rattrapé mon père à hauteur du quai de Compiègne. Il l’a frappé à la tête avec des gants de combat qui contenaient certainement des renforts en plaque métallique… »


    Il a perdu connaissance


    Sur le quai, le sexagénaire a perdu connaissance. Il souffrait d’une plaie à l’arrière du crâne. Il s’est cependant réveillé seul et est parvenu à rentrer chez lui.


    « Lorsqu’il est rentré chez nous, il ne se souvenait de rien… Tout lui est revenu par après. Sur le moment, nous n’avons pas vu les bleus qu’ils avaient au visage, seulement la plaie derrière la tête. Quand il a commencé à vomir, on s’est dit que c’était vraiment grave et qu’il fallait aller à l’hôpital. »


    Le papa de Lary souffre d’un traumatisme crânien et d’hémorragies internes. Il a été admis aux soins intensifs et restera à l’hôpital jusqu’au 3 mai.


    « C’est très difficile à vivre pour lui comme pour nous car avec l’épidémie de Covid-19, nous ne pouvons pas aller le voir… Nous avons seulement des contacts vidéo. Apparemment, son état évolue bien. Il ne devrait pas avoir de séquelle, sa mémoire est revenue, mais évidemment il est fort choqué par ce qu’il a vécu et craint de retourner en ville… »


    Lary ajoute : « Mon père est quelqu’un de totalement pacifique. Il n’a jamais eu d’ennui avec personne… Il n’a pas répondu aux coups, il a tenté de calmer la situation… »


    La terrible agression dont le Hutois a été la cible semble purement gratuite. Les trois individus ne lui ont rien volé. Ni son GSM, ni son portefeuille. « Ils n’ont même pas emporté son chapeau » glisse Lary, la gorge serrée…


    L’enquête en cours : un signalement diffusé aux policiers


    Immédiatement après l’agression, une plainte a été déposée auprès de la police de la zone de Huy. Pour l’instant, aucun agresseur n’a été arrêté, mais une description des possibles auteurs a été transmise aux policiers.


    « Les images des caméras de surveillance n’ont rien donné car il faisait trop sombre » précise Lary. Selon le fils de la victime, ce n’est pas la première fois que ce type d’agression survient dans le quartier « En interrogeant des voisins, plusieurs d’entre eux m’ont dit que des personnes âgées avaient déjà été agressées par des jeunes. »


    Une affirmation que le commissaire Degrange dément :


    « Ce type d’agression gratuite d’une personne âgée est extrêmement rare. Avec la pandémie, ce type d’incident a drastiquement diminué, mais même auparavant, nous n’avons pratiquement jamais été confrontés à ce type de fait. »

    Article et rédaction  Par A.BT

    Source

     

  • Réunion d'information et si nos Partenariats Locaux de Prévention PLPse mettaient au vert ? aujourd'hui 5 février 2020 à Neuville

    Lien permanent

    Vous informer sur les PLP Verts le MERCREDI 5/2 pour recevoir par mail des newsletters relatives aux informations touchant à la thématique des nuisances environnementales.

    Tout comme pour la thématique des vols, il vous sera également possible de nous envoyer des informations pertinentes sur les dépôts clandestins d'immondices ou sur les voitures sans plaques stationnées sur la voie publique. 

    http://www.neupre.be

    Lire la suite

  • Réunion d'information et si nos Partenariats Locaux de Prévention PLPse mettaient au vert ? le 5 février 2020 à Neuville

    Lien permanent

    Vous informer sur les PLP Verts le MERCREDI 5/2 pour recevoir par mail des newsletters relatives aux informations touchant à la thématique des nuisances environnementales.

    Tout comme pour la thématique des vols, il vous sera également possible de nous envoyer des informations pertinentes sur les dépôts clandestins d'immondices ou sur les voitures sans plaques stationnées sur la voie publique. 

    http://www.neupre.be

    Lire la suite

  • Vague de vols dans le Condroz ?

    Lien permanent

    Renforcer le sentiment de sécurité au sein d’un quartier ?

    C’est possible, grâce au partenariat local de prévention.

    Appelez le 101 pour une assistance policière urgente.

    Pas d'urgence?

    Appelez le 085 41 03 30.

    projectsignslesvoisinsveillent-1.pngPanneau de signalisation L17 

    Les voisins veillent  signal un partenariat local de prévention via une association de voisins.

    Un partenariat local de prévention, qu’est-ce que c’est ?
    Il s’agit simplement d’une association de voisins qui, ensemble, veulent renforcer le sentiment de sécurité au sein de leur quartier et renforcer la communication avec leur zone de police. Un agissement suspect est détecté dans la rue ?

    Une problématique liée à la mobilité est soulevée ?

    Des nuisances régulières sont constatées ?

    Coordinateur et agent de quartier se sensibilisent l’un et l’autre afin de trouver des solutions.
    Concrètement, comment cela fonctionne ?
    Les voisins intéressés par la formation d’un PLP introduisent une demande à leur agent de quartier.

    Celui-ci va alors organiser une séance d’information à destination des habitants.

    Si, à la fin de celle-ci, ils veulent effectivement créer le PLP, ils doivent désigner un ou deux coordinateurs ainsi que des coordinateurs adjoints.

    Leur rôle sera d’être le relais entre la zone de police et leur quartier.

    Par exemple, si un problème de stationnement récurrent est constaté, les habitants d’un secteur le communiquent à leurs coordinateurs qui le relaieront à l’agent de quartier.

    Dans l’autre sens, si des agissements suspects sont détectés au sein du PLP, l’inspecteur de proximité en avertira les coordinateurs qui sensibiliseront leurs voisins.
    Les coordinateurs ainsi désignés signeront une charte indiquant les rues concernées par le PLP et informant les membres des droits et devoirs de chacun.
    Dernières précisions…
    Le PLP n’est pas une milice locale.

    Les voisins ne remplacent pas les policiers et ne doivent pas patrouiller dans les rues afin de sécuriser leur quartier et rendre justice eux-mêmes.
    Les habitants peuvent continuer à communiquer directement avec leur agent de quartier pour leurs problématiques personnelles (conflits de voisinage, etc.).
    En cas d’urgence, il est impératif  d’appeler le 101. 
    Intéressé par la création d’un partenariat local de prévention ?

    N’hésitez pas à contacter

    Conseiller en prévention vol

    Rue du Bois Rosine 16
    4577 Modave

    Appelez le 101 pour une assistance policière urgente. Pas d'urgence? Appelez le 085 41 03 30.

     
     
     
     
     
     
     
     
  • L'école communale de Nandrin implantation Saint-Séverin vandalisée

    Lien permanent

    Selon les infos de RTL TVI Info , l'école communale de Saint-Séverin Nandrin maternelle et primaire aurait été vandalisée la semaine dernière .

    Des vitres brisées 

    Tout sera  en ordre pour la rentrée scolaire de lundi 6 janvier 2020 

     

     

     

    https://m.rtl.be/videos/731699?fbclid=IwAR3ENuoO8_aSDTlSIpMpX8PfZWGQdE7R_dy2NWUMqqwyFRfwR7viSntU6p8

  • Le bureau de la directrice saccagé à l’école St-Martin à Nandrin

    Lien permanent

    Il y a quelques jours, l’école Saint-Martin à Nandrin a été la cible de vandalisme.

    Des individus ont pénétré dans l’établissement scolaire et ont saccagé le bureau de la directrice.


    La vandalisme est malheureusement devenu un acte courant.

    Il y a quelques jours, le bureau de la directrice Véronique Gebreude a été saccagé.

    « Cela s’est passé avant le réveillon de Noël.

    Il y a une porte qui est démolie. Nous avions déjà eu des tentatives plus tôt dans l’année », nous explique Jacques, le président du Pouvoir Organisateur de l’école.

    Par A.D.

          

    Source

  • En cas d’escroquerie sur internet, Qui contacter? les infos ici

    Lien permanent

    Lorsque vos droits en tant que consommateur ou entreprise n’ont pas été respectés, ou que vous êtes victime d’une tromperie, d’une arnaque, d’une fraude ou d’une escroquerie, vous pouvez vous adresser à pointdecontact.belgique.be.

    Choisissez le scénario qui s’applique à votre situation et suivez les différentes étapes

     

    https://pointdecontact.belgique.be/meldpunt/fr/bienvenue

     

    Source

  • Un premier pollueur identifié grâce aux caméras à Neupré

    Lien permanent

    Cette semaine, un homme est venu déposer deux grands sacs en plastique remplis de détritus à Al Pirgotte. Le « pollueur » est arrivé en voiture durant la nuit et a déposé ses immondices au pied de la caméra de surveillance située sur le site.

    « Il ne s’agit pas d’un Neupréen et il ne savait apparemment pas qu’il y avait une caméra », précise la bourgmestre. Ce sont les employés communaux qui ont découvert le dépôt au matin, ces derniers l’ont signalé à la police qui a alors visionné les images qui ont permis d’identifier l’homme qui à l’origine de cet acte incivique le lendemain. La plaque de la voiture était clairement visible, ce qui a facilité le travail de recherche des forces de l’ordre.

    « Cela démontre l’efficacité des caméras mobiles », se félicite Virgine Defrang-Firket mais aussi le dispositif mis en place puisque l’information est remontée rapidement vers les services compétents.

    L’individu s’expose à une amende administrative d’un montant maximum de 350 euros, auxquels s’ajoutent les coûts de nettoyage du site en question. Et le coût total risque d’être très salé : « Je veux éviter ce type de comportement à l’avenir », avertit la bourgmestre.

    Pour rappel, six caméras surveillent 25 sites sur le territoire de la commune. Il s’agit d’endroits sensibles, tels que les parkings des écoles, le parking de la maison communale, les parkings des halls omnisports ou des lieux où les dépôts clandestins sont légion.

    Les caméras sont mobiles et sont posées au sommet de poteaux. Elles peuvent donc être déplacées et circulent de poteau en poteau, un peu comme des radars.

    Source

  • Ce week-end, la commune d'Ouffet a été victime de vandalisme...C’est inacceptable

    Lien permanent

    « Ce week-end, la commune a été victime de vandalisme...C’est inacceptable », peut-on lire sur le mur Facebook de la bourgmestre d’Ouffet, Caroline Cassart. En effet, dans la nuit de samedi à dimanche, des actes de vandalisme ont été commis à divers endroits. « Des tags sont apparus sur l’abri de bus et sur la mur de tour de la justice sur la place. C’est la première fois que cela arrive. Je trouve cela peu respectueux, ça n’apporte rien », nous explique-t-elle, visiblement énervée.

    Suite aux dégradations, le Collège communal a déposé plainte contre X. « Si certains ont des infos à me communiquer, je suis à l’écoute. Ce genre de comportement ne peut rester sans suite. Vous pouvez me contacter par mail, GSM ou messenger », a déclaré Caroline Cassart.

    Source

  • Attention !!! elle est révolue l’époque où brûler ses plastiques au fond du jardin, pêcher sans permis !!! voici les tarifs

    Lien permanent

    Les tarifs (transactions) appliqués par le SPW

    Brûler ses déchets ménagers en plein air : 150 €

    Déjection canine : 50 €

    Jeter un mégot, une canette ou un chewing-gum par terre : 100 €

    Défaut de permis d’environnement : 1.000 €

    Permis de chasse pas valide : 500 €

    Infraction à la pêche fluviale : 150 €

    Abandon de déchets inertes (bidon, déchets de chantier,…) : 150 €

    Non-respect des conditions d’exploitation : 1.000 €

    Non-respect de l’autocollant « non à la pub » sur la boîte aux lettres : 50 €

    Source

  • L’enseigne nandrinoise, Système-D, spécialisée en tondeuses, qualifie le vol d'un robot Husqvarna complètement inutile

    Lien permanent

    Tondeuse bloquée ou géolocalisée

    L’enseigne nandrinoise, Système-D, spécialisée en tondeuses, qualifie le vol de ce robot Husqvarna complètement inutile. « Les tondeuses de cette marque possèdent différents systèmes de sécurité permettant de réduire les risques de vols, c’est donc irréfléchi de les voler. Lorsque la victime signale le vol auprès de la marque et du revendeur, nous pouvons notamment bloquer l’utilisation à distance ou encore géolocaliser l’engin suivant le modèle », explique une employée du magasin. Système-D insiste également sur le fait qu’en plus d’avoir volé une machine inutilisable, il est impossible au voleur de la revendre, même pour les pièces.

    La « Glace Timbrée » se fait voler son… robot tondeuse

    Le 15 août dernier, aux alentours de 4h30 du matin, un individu a pénétré au sein de la propriété de l’établissement La Glace Timbrée, situé à Seny .

    Filmé par les caméras de surveillance de l’établissement, l’homme a dérobé… le robot tondeuse.

    Lors de l’ouverture de l’établissement, la gérante, Christine Warnier, découvre avec étonnement que son robot tondeuse Husqvarna n’est plus à sa place.

    Après avoir visionné les caméras de surveillance, elle constate avec stupeur que tôt au matin, aux alentours de 4h30, un homme, plutôt jeune, habillé d’un sweat « 1979 », a dérobé la machine et sa base avant de prendre la fuite à bord de sa camionnette blanche.

    « Il a juste pris le robot, il n’a commis aucune effraction dans l’établissement. Je reste toutefois décontenancée par un tel vol d’où notre publication sur les réseaux sociaux pour avertir le voleur qu’on l’a non seulement filmé mais qu’on a également son visage et son numéro de plaque », souligne la gérante.

    En effet, directement après la découverte, l’établissement a publié sur sa page un message demandant au lascar de ramener le robot sous peine de porter plainte. Toutefois, celui-ci ne s’est jamais présenté.

    « On lui a pourtant laissé une chance d’avoir une issue favorable mais il semble que le voleur préfère avoir affaire avec la police », a renchéri la gérante qui a porté plainte en ce début de semaine.

    LA.MA

    Source 

  • Vous avez été volés?

    Lien permanent

    Vous avez été volés? La police de Liège a retrouvé 323 objets

    En effet, une belle opération vient d’être réalisée par la TFZ (Task Force zonale), en collaboration avec la Brigade judiciaire et le Commissariat Saint-Léonard. Plusieurs perquisitions ont été effectuées mi-juin suite à l’arrestation d’un individu pour vol dans véhicule.

    323 objets découverts

    Les policiers ont finalement démantelé un réseau de receleurs, après enquête. Au total : trois personnes privées de liberté et présentées à un juge d’instruction, mais aussi 323 objets d’origine douteuse découverts pour un montant qui s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros.

    La vraie caverne d’Ali Baba de voleurs :

    ► outillages pour la construction

    ► quelques PC portables

    ► guitares

    ► vélos

    ► outils de jardinage

    ► électroménager

    Dès le 1er août, les objets seront répertoriés sur le site de la police (www.policeliege.be ).

    « Si un objet est reconnu, le propriétaire devra fournir une attestation de dépôt de plainte ou une facture d’achat de l’objet ou une description d’une caractéristique permettant d’identifier. Un numéro d’appel sera mis à disposition : 0475/36.11.79 du jeudi 1er août au vendredi 9 août. Un policier de la TFZ répondra aux questions des victimes entre 8h30 et 16h45 ».

    Deux journées portes ouvertes auront lieu le vendredi 9 et samedi 10 août de 8h30 à 16h30.

    Source

  • 7 grilles d’avaloir ont été volées à Nandrin

    Lien permanent

    Des malfrats se sont  emparé de 7 autres grilles, cette fois à Nandrin dans la rue Flamioul.

    «  Ça arrive de temps à autre.

    Certains volent des plaques de signalisation et des barrières Nadar  », dit Philippe Dessers, responsable du service travaux.

    «  Les personnes qui les ont prises les ont vraisemblablement cassées en morceaux avant de les revendre.  »

    Hormis la sécurité des citoyens qui emprunteraient ces passages, un autre problème se pose : ces grilles sont de vieux modèles que la commune n’a pas en stock.

    «  Elles ont été coulées dans la masse du béton  », continue le responsable.

    «  Si nous n’en trouvons pas ailleurs, il faudra remplacer l’avaloir tout entier.  »

  • La terrasse du café des Sports de Villers le Temple Nandrin dévastée

    Lien permanent

    SM Source Sudinfo AG.JPG« Cela s’est passé entre 5h30 et 5h45 du matin », explique Sandrine Markadieu, gérante du café des Sports à Villers-le-Temple dont le mobilier de terrasse a été détruit par un vandale ce vendredi matin.

    Chaises, tables et pot de fleurs sont cassés.

    « Finalement, le coupable de ma terrasse est venu s’excuser et me remboursera les dégâts. »

    La police de HesbayeOuest a constaté les faits.

    article de C.L. Source Sudpresse Sudinfo