Travaux

  • Important chantier dès ce lundi 14 pour réhabiliter la route du Condroz N 63

    Lien permanent

    Jusqu’au vendredi 18 septembre, toujours selon la sofico, la circulation sera maintenue à une voie dans chaque sens, mais les voies seront déviées et rétrécies selon l’avancement du chantier. La vitesse sera limitée à 30 km/h dans la zone de chantier.

    Les opérations de marquage seront réalisées la semaine du 21 septembre avec un impact faible sur le trafic.

     

     

    Ces travaux représentent un budget d’environ 240 000 € HTVA financé par la SOFICO dans le cadre de son Plan de relance des chantiers (auto)routiers approuvé en juillet dernier. Ils sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Mobilité et Infrastructures.

     

    Source Sudinfo

  • Caroline Cassart, déterminée, à Tihange réalise une vidéo sur sur la phase 1 de la liaison Tihange-Strée-Tinlot. L'occasion de me rendre compte

    Lien permanent
    Hier, je suis allée me promener sur la phase 1 de la liaison Tihange-Strée-Tinlot. L'occasion de me rendre compte par moi-même  de l'état de cette première phase après les éboulements de pierre qu'elle a connus.
    J'en ai profité pour vous faire le point sur ce dossier qui me tient très à cœur.
     Plusieurs questions ont été déposées au Ministre Henry sur ce dossier pour qu'on puisse faire avancer:
    - La phase 3 qui attend son permis et toujours des expropriations;
    - La phase 4 (les deux ronds-points à Tinlot), en espérant que celle-ci puisse avancer indépendamment de la phase 3;
    - Mais également la phase 1 qui, en l'état, n'est pas suffisamment sécurisée pour permettre aux automobilistes de l'emprunter.
    A suivre, encore et toujours...

     

     

  • Info circulation par Zone de police du Condroz : Le passage à niveau de Hamoir !!!

    Lien permanent

     

    Info circulation: Le passage à niveau de Hamoir (rue du Pont) sera fermé dans les deux sens les nuit du 13 et 14 octobre de 22h à 06h du matin en raison de travaux de révision. Une déviation sera mise en place par la SNCB pour les automobilistes. Merci d'avance de votre compréhension.

     

  • Soyez prévoyants La traversée de Comblain-au-Pont en chantier

    Lien permanent

    La traversée de Comblain-au-Pont  en chantier pendant deux ans 

    Les automobilistes qui passent régulièrement par Comblain-au-Pont vont devoir s’armer de patience dès cette semaine. Un immense chantier est en effet sur le point de débuter de sur la N654, la route qui traverse la localité en longeant l’Ourthe. Et il est prévu pour… deux ans.
     
    « Ce sont des travaux de plusieurs sortes, détaille Jean-Christophe Henon, le bourgmestre de Comblain-au-Pont. L’AIDE va tout d’abord poser un nouveau collecteur et effectuer le raccordement à l’égout, pour rejoindre à l’avenir la future station d’épuration.
     
    En même temps, la Cile va remplacer une ancienne conduite principale.
     
    Elle a une centaine d’années, et la Cile craint qu’elle ne finisse par casser.
     
    Elle va donc être remplacée sur près de 450 mètres. On profite également de ce chantier pour revoir tous les autres impétrants, comme ceux de Resa ou des opérateurs télécoms. »
     
     
    Des travaux en sous-sol donc, mais qui seront complétés par d’autres, dont l’objectif sera d’améliorer le confort des Comblinois en surface également.
     
    La sécurité et la convivialité vont en effet être peaufinés sur l’ensemble de la traversée de Comblain-au-Pont avec, notamment, la mise en place de dévoiements destinés à réduire la vitesse des automobilistes.
     
    « L’éclairage public va être déplacé et remplacé, continue M. Henon.
    Le trottoir va également être sécurisé le long des commerces, et de nouveaux emplacements de parking vont être aménagés. »
     
    Côté Ourthe, l’accotement sera lui aussi revu, pour y permettre les balades le long de la rivière.
     
     
    Grande nouveauté : un feu de signalisation va également faire son apparition dans le centre de la localité.
     
    « Il sera placé à hauteur de la place Neuforge. A cet endroit, le RAVeL doit traverser la nationale. Et il n’est pas possible de faire autrement.
     
    L’idée est donc de lui faire faire une boucle par la place Leblanc et la place Neuforge, mais d’aménager à cet endroit une traversée sécurisée et un feu intelligent qui donnera priorité aux cyclistes. »
     
     
    Un gros chantier donc, qui va perturber le quotidien des Comblinois pendant de très longs mois : « Le chantier est prévu pour 300 jours ouvrables, termine le bourgmestre de Comblain-au-Pont.
     
    Il faut donc compter plus ou moins deux ans de travaux. »
     
     
    Article de GEOFFREY WOLFF
     
     

    Une circulation alternée 

     

    Malgré cet imposant chantier, la traversée de Comblain restera accessible à la circulation pendant les travaux, à de rares exceptions près (fermeture du pont du 5 au 10 octobre 2020, fermeture de la N654 au droit de la rue de la Gendarmerie du 5 au 12 novembre 2020 et en fin de chantier, fermeture de la voirie pour asphaltage).
     
    Mais elle se fera toutefois en alternance, sur une seule bande.
    « Il y aura en fait deux feux, qui réguleront cette alternance, précise le bourgmestre de Comblain-au-Pont.
     
    Le chantier va en effet commencer, côté Hamoir, avec la CILE, et côté Esneux, avec l’AIDE.
     
    Donc, c’est vrai, ça risque d’être un peu long pour les automobilistes », termine M. Henon.
     
  • Le service des travaux de Nandrin sera centralisé à l’Espace des Saules

    Lien permanent

    « L’objectif est de construire un complexe pour le pôle travaux, qui comprendrait un garage, un atelier, un réfectoire, un vestiaire et des bureaux pour les responsables des travaux », détaille Sébastien Herbiet, échevin de l’urbanisme.

    Pour l’instant, le service a des antennes à plusieurs endroits de la commune, ce qui constitue un inconvénient pour l’organisation du service mais aussi pour la mobilité », ajoute-t-il.

     

    Les élus ont approuvé à l’unanimité le cahier des charges en vue de désigner un architecte chargé du dossier de rénovation et d’extension de l’Espace des Saules. Henri Dehareng, échevin des travaux, a précisé qu’il s’agira d’un permis unique.

    Le coût du chantier est estimé à 1,5 million d’euros avec une part communale de 114.345 euros TVAC.

     

    Article de Annick Govaers 

     

    Source

    espace des saules .jpg

  • Des charges d’urbanisme contestées à Nandrin

    Lien permanent

    Sébastien Herbiet a également présenté une note d’orientation relative aux charges d’urbanisme qui serait soumise aux demandeurs de projets d’envergure (comme plus de cinq maisons).

     

    « La difficulté est de tenir toutes les informations en une page recto verso.

     

    Cela existe déjà à Liège et à Namur.

    Le but est de jouer cartes sur table dès le départ avec le demandeur qui sait le montant théorique de 50€ HTVA par m² développé.

    Cela alimentera un panier fictif de X euros pour réaliser différents projets, au cas par cas », avance-t-il.

    Charlotte Tilman, ancienne échevine de l’urbanisme passée dans l’opposition (Vivre Nandrin) et ex-juriste à l’Urbanisme de la Région wallonne, est montée au créneau contre ce document qu’elle estime incomplet et incorrect.

    « Il est dommage que vous ne m’ayez pas consultée alors que j’aurais pu clairement vous aider, sans connotation politique et avec bon coeur », a-t-elle regretté.

    « Vous ne pouvez pas monnayer les charges.

     

    Ce qu’il faut, c’est voir quelle incidence a un projet, comment la mesurer et comment la compenser », a-t-elle appuyé.

    Le point est néanmoins passé, malgré les 5 « non » du groupe Vivre Nandrin.

     

    Article de Annick Govaers 

     

    Source

  • Les questions d’actualité au Conseil Communal de Nandrin

    Lien permanent

    « Que de la vase dans l’étang »

    En questions d’actualité, Malory Planchar (VN) a déploré l’état de l’étang de la place de Saint-Séverin. 

    « Les contours s’affaissent, les enfants n’y pêchent plus rien car il n’y a quasiment plus que de la vase.

    Quand va-t-on investir pour une si belle place? », a-t-elle interrogé.

    La majorité a répondu que la place dans sa globalité allait être repensée, également en terme de mobilité.

    Henri Dehareng a rappelé que la commune avait aussi donné « un coup de main » important à la fabrique de Saint-Séverin pour l’église de la place.

     
     

    « Danger à l’école de Villers »

    Benoît Ramelot (VN) s’est quant à lui inquiété de la sécurité aux abords de l’école de Villers, il a réclamé le placement d’un panneau rappelant la présence d’une école et le remplacement des potelets cassés.

    « L’information va être transmise pour intervention rapide », a réagi le bourgmestre.

     

    Article de Annick Govaers 

     

    Source

  • Soyez prévoyants !!! Travaux !!! Aux riverains venant de Nandrin, nous conseillons d'accéder directement à la RN 63 via la rue du Sabot pour éviter tout engorgement

    Lien permanent
    TRAVAUX ROTHEUX- la rue Rimière sera barrée au niveau de son croisement avec la rue Butay et ce dans le cadre de la pose d'égouttage sise rue du Butay,du mardi 8 septembre au vendredi 11 septembre, sous réserve de conditions climatiques favorables.
    Merci pour votre patience et le respect des déviations mises en place.
     
    Aux riverains venant de Nandrin, nous conseillons d'accéder directement à la RN 63 via la rue du Sabot pour éviter tout engorgement.
     
     
     
     
     

  • Une navette gratuite pour aller à Huy suite à la fermeture d’un tronçon de la chaussée des Forges, entre Huy et Marchin,

    Lien permanent

    Depuis le 3 août, un important chantier initié par RESA entraîne la fermeture d’un tronçon de la chaussée des Forges, entre Huy et Marchin, de l’immeuble 132b jusqu’à la rue Entre-deux-Thiers.
     
    Les travaux devraient se poursuivre jusqu’au vendredi 2 octobre au moins et impliquent la mise en place de déviations aussi bien en provenance de Huy qu’en venant de Marchin.
     
    L’itinéraire de la ligne 126 du TEC, qui démarre de Havelange et arrive à la gare de Huy, est fortement perturbé. Les bus continuent de rouler en suivant une déviation mais la commune de Marchin estime que cette solution n’est « pas en mesure de répondre de façon satisfaisante aux problèmes horaires des riverains du tronçon en question, en particulier les écoliers et les étudiants ».
     
     
    C’est la raison pour laquelle elle a décidé de mettre en oeuvre, dès ce mardi, et jusqu’à la fin du chantier, un système de navette gratuite entre l’Athénée de Marchin et la gare de Huy. C’est le véhicule de l’ATL qui effectuera 4 trajets quotidiens du lundi au vendredi.
     
     
    « L’objectif était de trouver une solution pour les personnes entre Régissa et l’entrée de Huy », explique le bourgmestre de Marchin Eric Lomba (PS). « La ligne 126 roule toujours mais, en arrivant à Régissa, les bus vont soit par Vierset soit par le dessus de Marchin. Les gens entre Régissa et Huy ne sont plus pris en charge ».
     
     
    La navette pourra marquer des arrêts au Bas du Fourneau (rue Régissa 23), à la Friterie de la Vallée et au site Godin (au CarWash). Elle pourra aussi s’adapter aux demandes individuelles. Ainsi, si vous devez descendre au niveau de la Grand-Place de Huy et non à la gare, ça sera possible.
     
     
    « On espère que les travaux seront bien terminés début octobre. Ce n’est qu’un système de dépannage qui n’est pas fait pour durer. Si ça ne dépanne même que quelques personnes, ça vaut la peine », conclut Eric Lomba.
    Pas de réservation nécessaire mais le port du masque est obligatoire pendant la durée du trajet. Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition.
     
     
    Le véhicule démarrera de l’Athénée à 7h45, 9h15, 14h40 et 16h15 et repartira de la gare de Huy à 8h05, 9h35, 15h et 16h35.
     
     
    Article de Pierre Tar 
     

  • Jean-Louis construit un ponton couvert pour les marcheurs à mi-chemin entre Nandrin et Fraiture

    Lien permanent

    Les promeneurs qui ont l’habitude de traverser le bois de Soheit, situé à mi-chemin entre Nandrin et Fraiture, connaissent probablement le sentier de la Biennegotte, proche du ruisseau du même nom. Également appelé « sentier du cordonnier », il a la particularité de traverser une zone particulièrement humide, voire marécageuse, que les randonneurs ont du mal à franchir.

    « C’est une zone très inondable.

    Le ruisseau sort de son lit par fortes pluies. Les gens utilisaient des solutions de fortune pour passer comme des rondins en bois ou des palettes », explique Paul Eloy, instituteur à Nandrin et fondateur de B-A-S-E, un groupe citoyen actif dans la préservation de la nature.

     

     

     

    Heureusement pour les marcheurs, le propriétaire du bois a décidé prendre les choses en main et de construire de sa propre initiative un ponton en bois d’une dizaine de mètres, couvert d’une toiture en tuiles.

     
    Un expert en cabane et pontons

    Originaire de Maredsous, Jean-Louis Ancion est un expert forestier de 65 ans, qui n’a jamais cessé de travailler. Dans son temps libre, il fabrique toutes sortes de constructions en bois : cabanes perchées, cabanons, pontons, chalets… Il publie le résultat sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme «Cabane Cabane». Le propriétaire du bois de Soheit n’en était donc pas à son premier coup d’essai. « Les gens avaient du mal à passer et c’était dangereux. Je me suis dit que j’allais faire ça convenablement. Pour que ça ne glisse pas quand il pleut, j’ai ajouté un toit », explique le bricoleur.

    Evidemment, construire une plateforme stable sur un marécage n’a pas été une mince affaire. Après avoir étalé des rondins pour pouvoir rouler avec ses machines sans s’embourber, Jean-Louis Ancion a dû enfoncer des pieux en chêne jusqu’à 2 mètres de profondeur. « J’y ai attaché les madriers puis j’ai pû faire le plancher, sur lequel j’ai placé les murs et le toit. C’était difficile mais j’ai de l’expérience ».

    Le chantier a démarré au début de la dernière semaine de juin et il aura fallu environ une semaine de travail pour construire la structure. En revanche, le toit en tuiles vient tout juste d’être achevé ce samedi, avec l’aide de Paul Eloy et d’autres membres du groupe B-A-S-E. « C’est mon métier et ça me passionne. C’est un défi et je me rends utile pour les gens, » explique Jean-Louis Ancion.

    Dans la région de Huy-Waremme, il a déjà réalisé plusieurs chalets de chasse, dont un à Hermalle-sous-Huy, plusieurs chalets sur étang, notamment à Nandrin et Anthisnes, et une cabane dans un jardin à Waremme.

    Toutes ses réalisations sont visibles sur le site internet www.ancionforet.be .

     

    Article et rédaction par Pierre Tar 

     

    Source

     

    Il démonte sa cabane pour faire un pont… Clic ici 

     

    https://www.b-a-s-e.com/

  • Travaux sur la voirie rue tige des saules à Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    À partir de ce lundi 31 août 2020, des travaux d'entretien de voirie débuteront dans les rues ou portions de rues suivantes:
     de La Vaux (bas) ;
     d'Esneux ;
     d'Engihoul ;
     des Houssales ;
     du Pont de Chessaigne ;
     Nicolas Dardenne ;
     du Tige des Saules ;
    Les travaux se dérouleront en 2 phases :
     lundi, mardi et mercredi : raclage et pose du tarmac;
     +/- 15 jours plus tard : enduisage.
    Renseignements utiles :
    Entrepreneur : COLAS Belgium sa. : sudest@colas.be
    Responsable du chantier pour l’entrepreneur : Monsieur Laurent ETIENNE : 04/257 48 31
    Responsable du chantier pour la commune : Monsieur Samuel DUPONT : 085/24.18.66
     
     

  • L’Espace du Vieux Château à Anthisnes bientôt rénové !!!

    Lien permanent

    L’Espace du Vieux Château à Anthisnes, situé à quelques pas de la maison communale et du château de l’Avouerie, est un bâtiment multifonctionnel qui abrite les titres-services et une salle de réunion au rez-de-chaussée.

    L’étage sert de logement d’accueil, notamment pour des candidats réfugiés.

    Il est actuellement occupé par un couple et leur petite fille. L’espace jouxte un hangar communal utilisé par le service Travaux.

    Dans le cadre du Plan d’Investissement Communal (PIC) 2019-2021, des travaux destinés à améliorer les performances énergétiques de l’infrastructure devraient débuter dans les mois à venir.

    Après avoir adopté le cahier des charges au début du mois de juin, le conseil communal vient d’approuver ce jeudi les conditions et le mode de passation du marché public.

    Un bâtiment beaucoup utilisé

    « Certains investissements du PIC doivent être intéressants en matière énergétique.

    L’Espace du Vieux Château étant un bâtiment qu’on occupe beaucoup, on a prévu de remplacer la toiture et les menuiseries extérieures », explique le bourgmestre Marc Tarabella. « Il y a beaucoup de simples vitrages. C’est un gros boulot ».

     

    Le budget total est de 78.000€ HTVA, dont 37.000€ pour remplacer l’isolation de la toiture et 41.000€ pour remplacer les menuiseries extérieures en bois avec du double vitrage en PVC.

    S’ils sont groupés, les travaux devraient durer environ un mois.

    Toujours en matière de travaux, le conseil communal a lancé un marché public pour obtenir des études d’architecte en vue de construire une extension du réfectoire de l’école communale fondamentale de Villers-aux-Tours.

    « C’est un projet très nécessaire car la population de l’école a augmenté ces dernières années et le réfectoire est désormais trop petit », souligne Marc Tarabella.

    « Il s’agit d’ajouter une annexe au bâtiment existant pour un montant entre 120.000 et 150.000 €, sur fonds propres. On va passer le marché d'architecture assez rapidement ».

    Une autre marché public pour des services d’étude a été lancé afin d’initier les travaux de réfection de la rue des Stepennes.

    La commune a obtenu une promesse de subside de 60% du montant des travaux par la Région wallonne pour améliorer l’état de cette voirie agricole de 1,5 km. Le budget est estimé à 160.000 € HTVA.

     

    Article et rédaction par Pierre .Tar.

     

    Source

     

    antisne .jpg

     

     

  • L'opération Renov'Energie est reconduite en 2019-2020.

    Lien permanent

    Suite au succès rencontré sur la saison 2018-2019, l'opération Renov'Energie est reconduite en 2019-2020. Vous aussi, profitez-en !

     

    Toutes les infos clic ici 

    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!

    Vous aussi, vous pouvez vous faire accompagner !

    OBJET

    L’opération RENOV’ENERGIE permet un accompagnement personnalisé  et gratuit des citoyens, commerces et entreprises dans la rénovation énergétique de leurs bâtiments (isolation, chauffage, solaire, éclairage) en vue de réaliser des économies d’énergie, d’augmenter le confort, la valeur du bâti et la protection de l’environnement.  Le tout de manière rentable, et en participant à l’économie locale!

    La Coopérative CORENOVE est partenaire du GAL dans ce projet.

    https://www.galcondruses.be/realisations/renovenergie/

    Plus d’info :

    Asbl GAL Pays des Condruses : 085/27 46 14

    Geoffroy Germeau – 0486/34.81.41 – geoffroy.germeau@galcondruses.be

    Marc Wauthelet – 0474/83.47.82 – marc.wauthelet@galcondruses.be

    CORENOVE scrl

    Thierry Laureys : 0472/34 36 52 ;  thierry.laureys@corenove.be

    Daniel Comblin : 0470/07 29 35  ; daniel.comblin@corenove.be

    Ou via votre commune !

    TEMOIGNAGES

     

     

    POURQUOI

    Une rénovation énergétique peut permettre de faire des économies, tout en augmentant la valeur du bâti, le niveau de confort et la protection de l’environnement.

    En effet, les anciens bâtiments du territoire sont encore trop souvent mal isolés et sujets à des pertes thermiques importantes. Ils sont encore trop peu équipés de systèmes de chauffage efficients ou de systèmes de production d’énergie adaptés.  Ils sont responsables de 38% des consommations énergétiques à l’échelle de la Région wallonne[1], et de 33% à l’échelle du territoire du GAL Pays des Condruses[2].  Ils comptent pour 31% des émissions de CO2.  Rappelons que plus de 80% de l’énergie que nous consommons sont importés !

    Pourtant des technologies efficientes sont disponibles sur le marché, des entreprises qualifiées sont présentes sur le territoire, et des primes et solutions de prêts existent pour rendre viable des investissements.  Les calculs montrent que des gains financiers de plus de 500 euros par an, et ce dès la première année sont possibles ! De plus, on estime que la rénovation énergétique des bâtiments wallons représente 30 milliards d’euros pouvant mobiliser 17.000 emplois sur les 30 prochaines années[3].  Il s’agit donc d’un secteur pouvant participer à un développement économique et local.  Les démarches nécessaires pour aboutir à des réalisations de qualité sont toutefois souvent longues et complexes. C’est dans ce contexte que l’Opération RENVO’ENERGIE a été lancée.

    CONCRETEMENT

    Des réunions d’information communales ont été organisées en novembre 2019 à destination des citoyens, commerces et entreprises du territoire du GAL Pays des Condruses (PPT Corenove et PPT GAL).

    une vidéo de présentation du projet vous est proposée ici :

     

  • Le tilleul centenaire de la chapelle Ste-Barbe de Ferrières était sur un site classé

    Lien permanent

    Le 23 juillet, le tilleul de la chapelle Sainte-Barbe était abattu sans permis.
     
    La commune de Ferrières évoquait un danger pour la sécurité publique.
     
    Elle doit maintenant régulariser la situation.  

    L’affaire a fait grand bruit le mois dernier à Burnontige.
     
    Le tilleul centenaire en face du site classé de la chapelle Sainte-Barbe - complétement encerclé par le tarmac des 3 routes qui s’y croisent - a été abattu le jeudi 23 juillet sans que les riverains ne soient prévenus préalablement.
     
    L’arrêté de police ordonnant « des mesures à l’égard d’un arbre menaçant de s’abattre sur la voie publique » a été signé par l’échevin Jean-Marc Demonty, qui assumait la fonction de bourgmestre en l’absence de Frédéric Léonard.
     
    Pour plusieurs habitants, sentimentalement attachés au lieu, la nouvelle a été accueillie avec stupéfaction.
     
    Ils estiment que l’arbre ne représentait pas un danger imminent et que, le site étant classé, il fallait d’abord obtenir un avis des autorités compétentes en matière de patrimoine.
     
    Un recours au Conseil d’État envisagé
     
    Louis Maraite est directeur de la communication au CHU de Liège et représentant wallon d’un groupe de défense des arbres remarquables.
     
    Lorsqu’il a appris pour l’abattage du tilleul de Burnontige, il a souhaité en savoir plus sur les circonstances de la décision. « L’urgence de l’abattage nous paraît discutable.
     
    De plus, il faut un permis spécial pour abattre un arbre remarquable.
     
    Vu que le site est classé, il fallait appeler la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles ou demander l’avis de l’Agence wallonne du Patrimoine, mais ça n’a pas été fait ».
     
    Enfin, c’est surtout un détail dans l’arrêté de police qui a retenu son attention.
     
    « Il y a juste une phrase verbale d’un agent du DNF non identifié qui évoque le danger représenté par l’arbre », regrette Louis Maraite.
     
    « On a jusqu’au 28 septembre pour étudier la faisabilité d’un recours au Conseil d’Etat, mais on veut d’abord en savoir plus sur ce qui a justifié l’exécution rapide de l’abattage. »
     
    Pour Jean-Marc Demonty, l’abattage devait se faire rapidement car la commune en était à son second avertissement.
     
    « Il y a eu un rapport écrit de l’agent local du DNF il y a plusieurs mois.
     
    Il nous a fait part du problème une seconde fois en juillet, oralement, et je me suis permis de signer l’arrêté avec l’accord du collège suite à ce rappel.
     
    La demande d’un permis est compliquée or il était nécessaire d’agir vite pour la sécurité publique. »
     
    L’échevin a été en contact ce jeudi matin avec l’AWaP et une demande de permis va être introduite pour régulariser l’abattage de l’arbre.
     
    « On veut voir les choses de façon positive avec un projet destiné à améliorer l’endroit, en collaboration avec les riverains. La Région wallonne nous a assuré qu’on avait pris la bonne décision. »
     
    Une réunion est prévue sur place à la mi-septembre avec les différentes instances concernées.
     
    Article et rédaction par Pierre Tar 
     

  • ENQUÊTE PUBLIQUE : Création d’une voirie communale – Tige des Saules et rue du Péry à Yernée-Fraineux

    Lien permanent

    Création d’une voirie communale

    – Tige des Saules et rue du Péry à Yernée-Fraineux


    L’Administration communale fait savoir qu’elle demande la création d’une voirie
    communale entre le tige des Saules et la rue du Péry à Yernée-Fraineux.
    Localisation du projet :
    Entre le tige des Saules et la rue du Péry – 4550 NANDRIN, le long des parcelles
    cadastrées 3e division, section C n°39M et 41A2.
    Objet de l’enquête :
    Article R.IV.40-1, §1er, 7.
    La demande peut être consultée pendant une période de 30 jours francs, du 17
    août 2020 au 16 septembre 2020, à l’Administration communale, place Ovide Musin, 1 à 4550 NANDRIN (service urbanisme) :
    • du lundi au vendredi de 08h30 à 12h00 ;
    • du lundi au mercredi de 14h00 à 16h00 ;
    •le jeudi de 18h à 19h30 ;
    • Sur rendez-vous pris 48 h. à l’avance auprès de M. LIZEN (085/51.94.79).
    Les personnes qui auraient des observations à formuler au sujet de cette demande
    sont invitées à les adresser, par écrit, au Collège communal avant le 15 septembre
    2020 ou à les signifier lors de la clôture de l’enquête qui aura lieu à la Maison
    communale, le dit jour, à 11 heures.
    Fait à NANDRIN, le 10 août 2020


    POUR LE COLLEGE COMMUNAL,

     

    LE DIRECTEUR GENERAL,                              LE BOURGMESTRE,
    Pierre JAMAIGNE.                                             Michel LEMMENS.

     

    Sourcehttps://huy-waremme.lameuse.be/ 

  • Les rues Delloye-Mathieu et de la Résistance sont en chantier à Huy, Soyez prévoyants !!!

    Lien permanent

    La transformation   des rues autour du Quadrilatère est lancée 

    Le centre sera plu accueillant pour les piétons 

    Evoquée depuis 2013, la transformation du quartier du Quadrilatère est lancée. Les rues Delloye-Mathieu et de la Résistance sont en chantier.
     
    L’objectif est de renouveler les conduites de gaz et d’électricité avant de transformer ces rues en espaces partagés entre automobilistes, piétons et cyclistes, ce qui implique la suppression des trottoirs.  
     
     
    Le dossier de rénovation du quartier avait été lancé en parallèle avec la transformation de l’ancien athénée de Huy.
     
    En contrepartie de la création des 80 logements par un privé et des millions investis, la Région wallonne avait octroyé un subside d’1.250.051 euros pour un projet de revitalisation urbaine.
     
    En 2019, les travaux de transformation se sont terminés et la plupart des logements sont à présent occupés.
     
    Les travaux viennent donc de démarrer avec les rues Delloye Matthieu et de la Résistance. L’idée de départ était de rendre le quartier plus accueillant pour les piétons.
     
     
    La revitalisation urbaine vise à faciliter et améliorer les cheminements doux des liaisons vers le Vieux Huy, le centre culturel et la gare, ainsi que le réaménagement du parking de la bibliothèque et le passage à 30 km/h dans le centre. Sept rues sont concernées : de la Résistance, Adolphe Chapelle, Grégoire Bodart, Delloye-Matthieu, l’Apleit, du Coq et des Frères Mineurs.
     
     
    Certaines deviendront des espaces partagés entre automobilistes, piétons et cyclistes, ce qui implique la suppression des trottoirs. C’est le cas de la rue Delloye-Matthieu (où se trouve l’entrée de l’école St-Louis), une partie de la rue de la Résistance, rue l’Apleit et rue du Coq.
     
    Les places de parking « pirates » seront aussi supprimées au profit d’emplacements clairement dessinés au sol, et rue Grégoire Bodart, il ne sera plus possible de se garer à cheval sur le trottoir du côté droit (celui de l’école) pour justement dégager ces trottoirs.
     
     
    Quelques sens de circulation changent également. En tout, 1.200 riverains sont concernés par les travaux.
     
    400.000 euros
     
    « Les travaux commencent par le renouvellement des impétrants -conduite de gaz, raccordements électriques- dans les rues Delloye et de la Résistance, ils doivent durer trois mois (1 mois pour la rue Delloye, 2 pour la rue de la Résistance). Ensuite, l’entreprise Cop et Portier entamera les travaux de rénovation proprement dits. Ils disposent d’un délai de 110 jours pour les mener à bien. »
     
     
    Cette rénovation pourrait être entamée après l’hiver ou non (en fonction des conditions météo) et devrait donc s’achever dans le courant de l’année 2021 » a précisé l’échevin des travaux Eric Dosogne. Le coût pour la rue Delloye est de 240.000 euros et de 160.000 pour la Résistance (le tronçon vers la rue Vankeer). Après ces travaux débutera immédiatement la rénovation du parking de la bibliothèque pour 311.000 euros.
     
     
    Les phases suivantes des travaux sont : l’avenue Chapelle et la rue des Frères Mineurs. Les rues l’Apleit, du Coq et Grégoire Bodart devraient suivre en 2022. « Rue l’Apleit les pavés seront conservés et rue Grégoire Bodart, un cheminement pédestre sera tracé vers le parc » conclut l’échevin.
     
    Article par Aurélie Bouchat 

  • Soyez prévoyants entre le rond-point d’Engihoul - au carrefour de la N90 et de la N639

    Lien permanent

    Pont inaccessible depuis la rive droite à Engis  

    Dès ce mardi et ce jusqu’au vendredi 14 août, d’importants travaux de rénovation de la ligne de gaz haute pression auront lieu à Engis entre le rond-point d’Engihoul - au carrefour de la N90 et de la N639 (rue des Trente-Six Tournants) -, et le pont d’Engis. Les travaux sont effectués par le gestionnaire de réseau Fluxys.
     
    Durant cette période, la circulation sera donc temporairement limitée à un seul sens sur la portion de voirie de 50 mètres s’étendant du Pont d’Engis au rond-point d’Engihoul. Dans l’autre sens, depuis la sortie du rond-point vers Engis, la circulation sera interdite.
     
    Ces travaux vont compliquer l’accès à Engis via la rive droite de la Meuse.
     
    Un itinéraire de déviation est prévu via la N90, la rue Chaumont, la rue du Pont et la rue Mallieue (N617).
     
    « C’est un mal pour un mieux, mais c’est surtout nécessaire.
     
    On s’adapte, on reste patient et on positive, » a déclaré le bourgmestre engissois Serge Manzato sur les réseaux sociaux.
     
    Article de PT

  • Pour empêcher la venue des gens du voyage à Nandrin une tranchée au terrain de foot de Templiers Nandrin

    Lien permanent

    116430471_287755735886143_286639124616304903_n.jpg

     

    La semaine dernière, la commune de Nandrin a fait creuser une tranchée de 40 à 50 cm de large et de profondeur sur 100 mètres de long, qui borde le parking des installations du Péry.

    Une solution radicale pour éviter une nouvelle installation illégale des gens du voyage sur le terrain de football « A », voisin du parking, sur lequel deux groupes se sont déjà installés, il y a deux ans et pas plus tard que le mois dernier.

    « Il y avait trois rayons de blocs en béton, comme des Lego, pour les empêcher d’accéder au site mais ils ont réussi quand même en tirant ou en poussant les blocs », rappelle Michel Lemmens, le bourgmestre PS de Nandrin.

    Des blocs qui restent en place sur le parking, en complément : « On peut passer à une voiture, car le parking doit pouvoir rester accessible (les entraînements sont censés reprendre en fin de semaine), mais ce n’est pas possible d’entrer pour une voiture avec une caravane », précise-t-il.

    « Pas fait pour ça »

    Des mesures temporaires, jusqu’au 15 août normalement.

    « Je fais respecter la loi.

    On l’avait planifié dès le départ du groupe précédent.

    Marchin a labouré le terrain où ils s’installaient, nous ce n’est pas possible.

    Il n’y a pas de racisme sous-jacent.

    C’est juste que le terrain de foot n’est pas un terrain d’accueil des gens du voyage, il n’est pas fait pour ça et peut être potentiellement abîmé.

    Il existe des terrains adéquats ailleurs. »

    Mais pas suffisamment.

    « Certes mais Nandrin fait partie d’une zone de police regroupant 10 communes.

    Pourquoi pas créer un terrain d’accueil, j’en ai déjà discuté autour de moi mais où est-ce le plus judicieux?

    Ce serait plus simple à décider dans une monozone.

    Nandrin n’a pas de terrain pour cela, il faudrait alors en acheter un, mais est-ce opportun? », s’interroge-t-il.

     

    « Un mode de vie différent »

    D’autant que les expériences d’accueil l’ont refroidi. « Il y a deux ans, le groupe avait été relativement correct.

    Mais le mois dernier, j’ai reçu entre 200 et 400 plaintes de Nandrinois car ils allaient sonner aux portes, on m’a rapporté des bagarres, des crachats...

    Il n’y a pas eu de dégâts, il faut le reconnaître (la machine à laver et la batterie de voiture ont été abandonnées après leur départ par d’autres personnes...).

    Mais si le foot avait été en activité, cela aurait créé des problèmes.

    Et leur mode de vie ne correspond pas au nôtre, dans un contexte exacerbé par la crise du Covid, c’est compliqué. »

    Une installation qui risque de faire polémique.

    « J’ai déjà dégusté.

    Vous savez, moi, les bien-pensants...

    Toutes les solutions sont les bienvenues. Ils peuvent téléphoner à la Première Ministre. »

    Et s’ils s’installaient malgré tout sur le parking, comme à la Gravière d’Amay ?

    « Quand c’est un parking, ici considéré comme voirie communale, on a plus de capacité d’agir, via verbalisation, paiement forcé de p.-v. etc.

    L’expulsion n’est pas plus facile toutefois », nuance-t-il.

    Article et rédaction par Annick Govaers 

    Source

     

     

    116713465_283143256119246_1641007940058011982_n.jpg

  • Le permis pour la liaison Tihange-Condroz est... périmé

    Lien permanent

    Une fois de plus, la députée-bourgmestre d’Ouffet Caroline Cassart (MR) a interpellé l’exécutif wallon sur la fameuse liaison Tihange-Strée-Tinlot.

    Il faut dire que ce dossier à rallonge est devenu un véritable cheval de bataille pour la députée wallonne, qui ne sait plus si elle « doit en rire ou en pleurer ».

    Et la dernière réponse du ministre wallon de la Mobilité Philippe Henri (Écolo), à la question concernant la péremption des permis, n’a pas vraiment apaisé la députée... « Le permis de l’ensemble de la liaison de Tihange à Strée date de 2012 et puisque les travaux de la phase 3 n’ont pas démarré en 2019, le permis de bâtir ne peut plus être prolongé.

    Depuis 2019, on est en 2020, pourquoi un permis n’a pas été redéposé depuis lors ?

    Il y a un réel manque de sérieux ici », déplore l’Ouffetoise, qui assure qu’elle interpellera encore le ministre à ce sujet.

    Dans une autre question récente de Caroline Cassart, nous avions également appris que le projet avait pris du retard à cause de l’épidémie de coronavirus.

    « Il est donc plus qu'urgent de s'activer pour enfin mettre un terme à cet épineux dossier », espère la députée-bourgmestre.

     

    Visiblement, ce dossier commence à ressembler à une de ces longues séries télévisées.

    On sait quand il a commencé… mais pas quand il s’achèvera.

    Article et rédaction Ro Ma 

    Source

  • L’art de la construction en pierre sèche inscrite au patrimoine immatériel culturel de l’Unesco

    Lien permanent

    Bâtir en pierres sèches nécessite un savoir-faire et des techniques anciennes transmises de génération en génération qui consiste à empiler les pierres les unes sur les autres, selon un placement particulier sans utiliser aucun autre matériau.

    Présentes surtout dans les zones rurales sans être toutefois absentes des zones urbaines, les constructions en pierre sèche ont contribué dans le monde entier à façonner des paysages multiples et variés favorisant l’émergence de différents types d’habitats, d’agriculture et d’élevage.

    Source

    La construction en pierre sèche - vers une reconnaissance possible comme patrimoine oral immatériel

     

    Récolte de témoignages
    Demande de reconnaissance à la Fédération Wallonie-Bruxelles avant de rejoindre l’inscription à l’UNESCO

     

    En 2018, grâce à la mobilisation de plusieurs pays (France, Croatie, Italie, Espagne, Chypre, Grèce et Suisse), l’UNESCO a inscrit l’art de construire en pierre sèche sur sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Pour que la Belgique rejoigne cette liste prestigieuse, la technique de la construction en pierre sèche doit d’abord obtenir une reconnaissance régionale et nationale. En effet, le savoir et savoir-faire des murailleurs doivent d’abord être reconnus comme « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles ».

    C’est pourquoi les Parcs naturels des Deux-Ourthes et Haute-Sûre Forêt d’Anlier, le Centre des Métiers du Patrimoine « La Paix-Dieu » (AWaP) et l’asbl Qualité-village-Wallonie s’associent, dans le cadre du projet européen Interreg Va « Pierre sèche en Grande Région » pour constituer un dossier de candidature.

    Ensemble, ils lancent donc un appel à témoignages à travers tout le pays: connaissez-vous quelqu’un qui a construit ou construit encore ces murs ? Les construisez-vous vous-même ?

    Possédez-vous des cartes postales ou photographies anciennes où ces murs sont visibles ?

    Des membres de votre famille vous ont-ils raconté en avoir construit ? Ce sont quelques questions dont les réponses pourraient bien être utiles afin de constituer le dossier de candidature national et international.

    L’enquête en ligne est disponible sur les sites et les pages Facebook de Qualité Village Wallonie (qvw.be), du Parc naturel des deux Ourthes (www.pndo.be), du Parc naturel Haute Sûre Forêt d’Anlier (www.parcnaturel.be), du Centre des Métiers du Patrimoine “La Paix-Dieu” et permettra de soutenir la candidature nationale et internationale.

    L’enquête sera également disponible en allemand et en néerlandais.

    Source

  • Liaison Tihange-Strée-Condroz, avec le coronavirus, le projet a visiblement du retard .....

    Lien permanent

     la députée Caroline Cassart s’inquiète du retard

    On pouvait s’en douter : le dossier de la liaison Tihange-Strée-Tinlot a du retard… et encore plus à cause du coronavirus !

    La députée-bourgmestre d’Ouffet, Caroline Cassart (MR), a interpellé récemment le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry. Il faut dire que l’Ouffetoise a fait de ce dossier un véritable cheval de bataille, et remet régulièrement le sujet à l’ordre du jour du Parlement wallon.

    « Depuis le temps que nous parlons de ce dossier, nous avons tout connu : les deniers mais pas le permis, le permis mais plus l’argent et, désormais, le permis et les deniers. Il est donc plus qu'urgent de s'activer pour enfin mettre un terme à cet épineux dossier », a insisté la députée wallonne dans une question écrite.

     

    Dans sa réponse, le ministre écologiste reconnaît l’« impact Covid-19 sur tous les chantiers, qui pour certains ont été arrêtés, et pour d’autres ont continué, mais à un rythme plus lent ». Le dossier suit donc son cours... petit à petit.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Soyez prévoyants !!! travaux route d'Esneux Neupré voir plan !!!

    Lien permanent

    Source Commune de Neupré

    Chantiers route d'Esneux:
    Cet après midi, déviation suite aux travaux de revêtement de la voirie route d'Esneux, du 15 au 29 juin sous réserve de conditions climatiques favorables.
    Vendredi 3 juillet: pose de revêtement. Une déviation sera mise en place et la chaussée sera réouverte pour le week-end.
    Merci de respecter la déviation mise en place (voir plan).

    Photo prétexte 

    Commune de Neupré

  • Un logement social créé dans le village de Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

     

    Ce dernier se situe au premier étage de la maison sise à gauche de l’école de Saint-Séverin, à Nandrin.

    « Au rez-de-chaussée, il y a une classe qui restera après les travaux », précise Béatrice Zucca, échevine du logement à Nandrin.

    Ce projet s’inscrit dans le plan d’ancrage qui prévoit dix logements sociaux à Nandrin au cours de cette législature. « Comme nous avons réduit le nombre de logements publics à sept rue de la Gendarmerie, il nous en reste trois à aménager.

    Nous en avons prévu un à Saint-Séverin, aménagé au-dessus de la classe, et deux autres construits place Arthur Botty », révèle-t-elle.

    Le Collège souhaite profiter des travaux UREBA (isolation de la toiture, remplacement des châssis et ventilation) menés au sein du bâtiment de Saint-Séverin, pour y ajouter l’aménagement du logement social en question, considéré « basse énergie » sur une superficie de 150 m², avec deux chambres.

    « Le montant total des travaux pour le bâtiment s’élève à 270.000 euros HTVA avec un subside de 30 ou 35 % », chiffre l’échevine.

    Article et rédaction par Annick G 

    Source

  • Certains clients privés de connexion internet depuis le milieu de l’après-midi

    Lien permanent

    Importants problèmes de réseau pour les clients Orange: l’opérateur cherche une solution

    L’opérateur Orange connaissait vendredi après-midi d’importants problèmes de réseaux. Certains clients étaient privés de connexion internet depuis le milieu de l’après-midi.

    L’opérateur recherche une solution, a indiqué une porte-parole de l’entreprise de télécommunications.

    Source

  • Attention travaux dès lundi 15 juin 2020 Route d'Esneux et Chaussée de Marche

    Lien permanent

    Source info

    Commune de Neupré

    Chantiers dès ce lundi 15 juin:

    Route d'Esneux:
    Travaux de revêtement de la voirie route d'Esneux, du 15 juin au 10 juillet sous réserve de conditions climatiques favorables. Merci de respecter la déviation mise en place (voir plan).

    Chaussée de Marche
    Chantier à partir du 15 juin pour une durée de 125 jours ouvrables sous réserve de conditions climatiques favorables au niveau de l'accotement chaussée de Marche, pour la pose de nouvelles conduites d'eau.
    Circulation en alternance via des feux.

     

     

  • Attention aujourd'hui lundi 8 juin 2020 sur la N 641 travaux sens Modave – Huy

    Lien permanent

    Dès ce lundi 8 juin : travaux dans la Vallée du Hoyoux.
    Des travaux d’élagage de végétation envahissante entraînent le placement de feux tricolores. Ce travail nécessitera 3 à 4 jours (en fonction des conditions climatiques).
    La bande de gauche (sens Modave – Huy) de la N 641 sera hors circulation afin de réserver une zone de travail sécurisée pour les agents.
    A chaque fin de journée, cette signalisation sera retirée, libérant ainsi les deux bandes de circulation.
    Merci pour votre compréhension et soyez prudents aux abords du chantier.

    Commune de Modave

  • Rue d’Anthisnes fermée pour travaux à Hamoir

    Lien permanent

    Des travaux viennent de débuter dans la rue d’Anthisnes à hauteur de la carrière du Blocquay afin de créer une déviation qui contournera un point de passage important des véhicules de l’exploitation.

    Fréquemment empruntée par les automobilistes qui se rendent à Liège depuis Hamoir ou Anthisnes, la route restera fermée pendant quelques jours. En plus d’être situé sur la route vers Liège, la rue d’Anthisnes est un axe important permettant de relier le village d’Anthisnes et celui de Comblain-la-Tour.

    « La carrière était traversée par la voirie communale, » explique le bourgmestre Patrick Lecerf.

    « Les exploitants ont obtenu un permis pour déplacer la voirie afin qu’elle contourne la carrière.

    Avant, les bulldozers traversaient continuellement la voirie, représentant un potentiel danger. C’est une question de sécurité et de confort de travail. »

    Initialement prévus au début du confinement, ces travaux ont été reportés de quelques semaines. Ils sont pris en charge par l’entreprise qui exploite la carrière.

    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • Liège: les chantiers redémarrent après plusieurs semaines d’arrêt

    Lien permanent

    Une excellente nouvelle pour tous les Liégeois concernés, l’échevinat des Travaux annonce que les chantiers de la Ville de Liège sont progressivement en train de redémarrer. Voici donc les prochaines priorités.
    Cette reprise est, bien entendu, conditionnée par les mesures de sécurité spécifiques, en rapport avec la situation sanitaire actuelle.
    Parmi ces mesures, on citera, notamment, le maintien de la distanciation sociale, le lavage des mains, l’évitement des contacts, la désinfection de l’outillage et l’organisation des transports...
    « Ces précautions doivent être scrupuleusement respectées par les entreprises en charge de nos chantiers et les surveillants de la Ville contribuent également à veiller à leur stricte observance », précise-t-on du côté de l’échevinat.

    Le 9 avril dernier, le chantier de l’avenue Reine Astrid à Grivegnée, était le premier à reprendre. Dans le cadre du réaménagement global de cette importante artère de quartier, la phase en cours consiste en la reconstruction des trottoirs avec leur bétonnage et la pose des bordures dans le tronçon de l’avenue Reine Astrid compris entre la placette et l’avenue des Coteaux.
    A Angleur, les travaux du collecteur de la plaine, qui concernent plusieurs voiries du centre du quartier, ont également repris. « Il s’agit de travaux d’égouttage en profondeur menés conjointement avec l’AIDE, afin d’offrir aux habitants, par la pose de nouvelles conduites, une réponse efficace aux intempéries », précise encore l’échevinat des Travaux. « A ces travaux s’ajoute le renouvellement des infrastructures d’impétrants (CILE, RESA, Proximus). Le chantier a repris le 21 avril avec la reconstruction de la voirie de la rue du Crucifix et de l’impasse de la rue Triolet. Nous terminons également le pavage de la rue Devant l’Aîte. La prochaine étape, qui devrait commencer la semaine prochaine, consiste en la réfection et en le réaménagement de la rue de Chênée. »
    Ste-Walburge, dès le 27 avril
    Dans le pipeline des travaux prévus pour la semaine prochaine, on trouve également la reprise du chantier en cours dans le quartier Sainte-Walburge et notamment le « tourne-à-droite » qui va vers le boulevard du 12e de Ligne au somment de la rue Montagne Sainte-Walburge (près du CHR de la Citadelle). Les travaux sur les canalisations de la CILE sur le boulevard du 12e de Ligne sont aussi programmés.
    « Dans la foulée, nous procéderons également à la poursuite de la reconstruction du boulevard Jean de Wilde », détaille-t-on encore du côté de la Ville.
    A Wandre, dès le lundi 27avril, l’entreprise en charge de la réfection de la rue Neuville procédera à la pose du tarmac sur le tronçon concerné.
    Des chantiers en suspens
    Divers chantiers d’importance sont provisoirement en suspens, dans l’attente que les impétrants liés à ces travaux, définissent leurs procédures d’intervention dans le respect des normes de sécurité. Il s’agit de la rue des Bonnes Villes (Outremeuse) mais aussi de la rue Tête de Bœuf (dans le Carré) et enfin de la rue des Coudriers à Angleur.
    Par réquisition du bourgmestre, la rue Lamarck, dans le quartier Saint-Léonard, va faire l’objet d’un raclage de la couche d’usure et de la pose d’un nouveau tarmac. Ceci afin de remédier, plus durablement, à son état dégradé. Ces travaux, prioritaires, devraient démarrer sous peu.
    Les riverains concernés seront avertis via un toutes-boîtes.

    Source

  • A Modave, Le chantier de l’école de Vierset au ralenti mais pas à l’arrêt

    Lien permanent

    A Modave, le chantier de la nouvelle école communale de Vierset-Barse a été impactée par la crise sanitaire mais, bonne nouvelle, pas autant qu’on aurait pu le craindre.


    « Le chantier a progressé moins vite mais il ne s’est pas arrêté. Le couvreur et le chauffagiste ont pu continuer leur travail, tout en respectant les mesures de confinement », se réjouit l’échevin Bruno Dal Molin, en charge des travaux.


    La réception des travaux est normalement prévue le 26 août prochain. Les édiles misaient sur un déménagement pour la rentrée de septembre « mais cette échéance ne pourra pas être respectée », prévient déjà l’échevin qui se refuse à donner une nouvelle date d’entrée dans le bâtiment.


    Chauffage et sanitaires


    Les travaux sont pourtant bien avancés. « A l’extérieur, les ouvriers sont occupés à placer le bardage en bois sur les façades. Il restera alors à finaliser les aménagements extérieurs, la cour de récréation et la rampe d’accès. A l’intérieur, toutes les chapes de béton sont coulées, le chauffage et les sanitaires sont placés et nous avons même déjà choisi la couleur des carrelages. Il restera alors un important travail de menuiserie à réaliser puisque nous avons prévu des placards en bois encastrés », résume l’échevin qui se réjouit de voir enfin le bout de ce chantier d’1,6 million d’euros. « La première fois que ce projet a été évoqué, c’était en 2002 », se remémore-t-il.


    1000m², 2 étages


    Pour rappel, ce bâtiment couvre une superficie de 1.000 m². Il est construit en bois sur 2 étages et doit abriter 3 classes primaires de 22 places chacune, 2 classes de maternelle de 24 places avec, pour les siestes, une mezzanine et toboggan pour assurer la liaison, 3 classes polyvalentes, le bureau de la direction et la salle des enseignants, à l’étage avec balcon couvert.

     

    Rédaction e l'article par Par M-Cl.G. 

    Source

  • Attention, fermeture de la RN 636 une déviation est prévue et en place , infos ici

    Lien permanent

    Une info Commune de Modave

    Attention, fermeture de la RN 636 :
    Les travaux de réparation de la voirie entrainent une fermeture totale du mardi 21 avril au mardi 28 avril 2020, de la RN 636, route de Limet, à hauteur du carrefour qu'elle forme avec la rue Ry Saint Pierre.
    La route reliant St Vitu / Pont-de-Bonne est donc fermée.
    La déviation est prévue par la RN 641 ( Clavier / route de Modave) à partir du carrefour St Vitu dans un sens et à partir du Pont-de -Bonne dans l'autre.
    Redoublez de prudence