vaccination

  • Nandrinois qui doit se faire vacciner ?

    Lien permanent

    grippe.jpg« Le Conseil supérieur de la santé, pour cette saison 2016-2017, a défini trois groupes cibles.

    Pour résumer, il convient de vacciner en priorité les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes à partir de l'âge de 6 mois atteintes d'une affection chronique pulmonaire, cardiaque, hépatique, rénale ou présentant des troubles immunitaires, et le personnel du secteur de la santé, les femmes enceintes dans le 2ième ou 3ième trimestre et les personnes institutionnalisées », détaille le Dr Lambert.

    Etonnamment, malgré toutes les campagnes de sensibilisation organisées ces dernières années et, souvent, la gratuité du vaccin, le personnel soignant ne se presse pas aux portillons pour se faire vacciner : « Il est primordial que le personnel de la santé soit vacciné, non pas pour contrer l'absentéisme, mais pour éviter de contaminer les patients fragilisés chez qui les complications de la grippe peuvent être parfois mortelles.

    Pourquoi la compliance reste-t-elle aussi faible ? Les deux arguments qui reviennent fréquemment, c'est que le vaccin n'est pas efficace à 100% et ensuite qu'il rend « malade », avec des syndromes grippaux (douleurs musculaires…). Alors que les avantages de la vaccination sont clairs : au mieux, on évite la grippe, et sinon, la gravité et la durée des symptômes sont moindres.

    Et je le rappelle, c'est aussi le moyen le plus efficace pour protéger nos patients et nos proches.

    Celles et ceux qui ont déjà présenté une « vraie » grippe - à savoir fièvre élevée, myalgies, courbatures et intense fatigue - n'hésitent plus et se font vacciner chaque année. Une étude intéressante a été menée par l'Université de Washington, où une vaccination obligatoire contre l'Influenza a été lancée dans un groupe hospitalier.

    Il y avait bien sûr possibilité de refuser la vaccination simplement par écrit. Au total, 98% des 25.860 employés ont été vaccinés ! »

    A la Clinique André Renard, pour éviter de se refiler les virus hivernaux, on a trouvé le truc : « Quand la saison commence, c’est « stop bisous » pour ne pas se contaminer les uns les autres si le virus est encore en incubation », glisse notre interlocutrice.

    Source Sudinfo

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif