une soirée au monastère de nandrin pour raphaël

  • Une soirée au Monastère de Nandrin pour Raphaël

    Lien permanent

    raphael.JPG

    Sensibiliser aux dangers de l’alcool au volant

     

    Les funérailles de Raphaël Tomballe, tué dimanche à Nandrin, se sont déroulées avec beaucoup d’émotion ce vendredi, à Jemeppe. 

     

    Ses proches ne veulent pas que ce drame tombe dans l’oubli. 

     

    Afin de conscientiser les jeunes aux dangers de l’alcool au volant, ils ont décidé d’organiser une soirée en son nom, au Monastère. 

     

    En outre, la boîte de nuit a accepté d’avancer de l’argent pour payer les obsèques de cette victime de la route.

     

    Les funérailles de Raphaël Tomballe, tué dimanche à Nandrin, se sont déroulées avec beaucoup d’émotion ce vendredi,à Jemeppe. 
    Ses proches ne veulent pas que ce drame tombe dans l’oubli. 
    Afin de conscientiser les jeunes aux dangers de l’alcool au volant, ils ont décidé d’organiser une soirée en son nom, au Monastère.
     En outre, la boîte de nuit a accepté d’avancer de l’argent pour payer les obsèques de cette victime de la route.
     
    On a accepté d’avancer environ 600 euros à la famille de Raphaël, qui n’avait pas les moyens de payer les obsèques. 
    On avait d’abord peur qu’on associe ce geste à la reconnaissance de notre responsabilité dans l’accident.
    Ce qui est faux. 
    On s’est juste mis à la place de ses proches qui, je pense, ont compris que ce drame n’était pas de notre faute », nous explique Luc Hoven, patron de la boîte de nuit le Monastère, à Nandrin.
    C’est dans cette discothèque que le Jemeppois Raphaël Tomballe s’était rendu, dans la nuit de samedi à dimanche. 
    En voulant changer une roue, route du Condroz, aux alentours de 7 heures du matin, il s’était fait mortellement percuter par la voiture de Jean-Claude Nanni, également présent au Monastère, ce soir-là. 
    Le Herstalien avait apparemment passé une soirée arrosée.
    Pour soutenir la famille de la victime, l’associé de Luc Hoven s’est rendu aux funérailles du jeune homme de 27 ans.
     Un moment très émouvant.
     «Il y avait environ 200 personnes Tout s’est déroulé dans le calme. 
    On avait peur qu’il y ait des débordements, suite à certains messages qui ont été postés sur Facebook. 
    Mais heureusement,cela n’a pas été le cas.
    Il a été inhumé au cimetière du Housseux à Jemeppe », raconte David, un ami de la victime.
    Lui et les autres proches de Raphaël ont également décidé d’organiser ce soir, à 19h, une soirée au café Le Bienvenu (rue de Rotheux) à Seraing. 
    Cet événement permettra de se recueillir mais également de collecter des fonds. 
    «Un enterrement de base coûte 3.500 euros, ce qui est beaucoup à débourser pour la famille », poursuit-il.
    David est bien décidé à faire bouger les choses.
     Raphaël serait une des nombreuses victimes de l’alcool au volant. 
    Et il compte sensibiliser les conducteurs aux dangers de la boisson. 
    «On aimerait fonder une association qui porterait le nom de Raphaël.
     Nous irons voir les jeunes dans les quartiers, les écoles pour leur parler de cette problématique ».
    Ses amis collaboreront également avec le Monastère pour toucher encore plus de monde.
    «C’est à l’étape de projet.
    Faire une soirée au nom d’une personne décédée, c’est assez délicat.
    Il faut qu’il y ait une bonne formule.
    Ce sera sur le thème de la sécurité routière. 
    Il faut que ce soit festif mais aussi didactique.
    Nous pourrions nous associer à d’autres organismes comme les Responsible Young Drivers ou l’IBSR », indique le patron de la boîte de nuit nandrinoise.
    Actuellement, aucune date n’a été fixée. 
    Mais rappelons que le Monastère répond déjà au label Festifuté. 
    Le week-end passé, les fêtards qui souhaitaient être Bob ont ainsi reçu un bracelet et ont pu boire des boissons non-alcoolisées.
    Au terme de leur soirée, ces Bob ont dû souffler dans un alcooltest.
     Si ce dernier était négatif, leur entrée en boîte de nuit était remboursée. 
     
     
    Article de DÉBORAH TOUSSAINT dans le journal La Meuse H-W du 3 mai 2014  
     
    « Son bracelet, c’est ses barreaux »
     
    Jean-Claude Nanni, Herstalien de 21 ans, est passé devant la chambre du Conseil de Huy, ce vendredi. 
    Sa détention préventive a été confirmée.
     Il repassera en chambre du Conseil dans un mois. 
    En attendant, il peut regagner son domicile, puisque les conditions restent les mêmes. 
    Il n’est pas mis en prison mais porte un bracelet électronique.
    « Ce qui ne va pas, c’est qu’il est chez lui, peut voir ses proches, alors que notre ami est sous terre et ne voit plus personne. 
    Nous, ce qu’on veut, c’est qu’il prenne la peine maximale. 
    Qu’il serve d’exemple par rapport aux dangers de l’alcool », s’indigne David, l’ami de Raphaël Tomballe.
    La substitut Sabine Cabay indique cependant qu’il a le statut de détenu et le chef d’inculpation émis à son encontre est homicide involontaire avec délit de fuite.
    Pour rappel, Jean-Claude Nanni,qui conduisait sous licence, ne s’était pas arrêté après avoir mortellement percuté Raphaël Tomballe. 
    Juste après le drame,il avait causé un second accident mais, cette fois, il avait laissé ses coordonnées à la conductrice du véhicule. 
    Les Dépanneurs du Condroz, qui sont intervenus sur les deux faits,avaient rapidement fait le lien entre les accidents. 
    Jean-Claude Nanni avait été interpellé le lendemain.
    La mesure prise par la chambre du Conseil à ce moment, et qui a été confirmée hier, était le port du bracelet électronique.
    «C’est comme s’il était détenu. 
    Il y a des mesures strictes. 
    Ce n’est pas comme s’il pouvait aller faire ses courses ou organiser un repas de famille. 
    La prison, c’est chez lui. 
    Et son bracelet, c’est comme si c’était des barreaux. 
    Il est chez lui et ne peut pas bouger. 
    C’est une détention préventive mais avec d’autres modalités que lorsqu’on va en prison.
     Le lieu est différent », conclut la substitut du Parquet de Huy. 
     
     
     
    Article de DÉBORAH TOUSSAINT dans le journal La Meuse H-W du 3 mai 2014