trekkeur

  • Bien connu à Nandrin Maxime Alexandre un trekkeur partage ses expériences sur un blog

    Lien permanent

    MA.JPGLorsqu’on parle de voyages, on pense souvent aux paysages tropicaux. Mais Maxime Alexandre n’est pas de cet avis.

    Ce randonneur claviérois parcourt l’Europe depuis 10 ans. Grâce à son blog, « trekkingetvoyage.com », il partage ses expériences, photos et conseils. Le Claviérois est professeur d’éducation physique à l’ILC Saint-François d’Ouffet.

    Tout commence en 2005, quand il prend goûts aux sensations de la montagne en participant à un stage avec ses élèves de deuxième secondaire. « Chaque année, on part une semaine découvrir le milieu montagnard dans le Val d’Anniviers en Suisse », explique-t-il.

    D’ailleurs, pour satisfaire ses envies d’évasion, il part, dès qu’il en a l’occasion, sac à dos à la main. «Je me rends beaucoup en Suisse, France, Belgique, Luxembourg, Allemagne, etc. Pour le moment, je reste en Europe.» Selon le professeur claviérois, rien ne sert d’aller loin. « Lorsque je parle de mes voyages, les gens me disent que je les fais rêver. Je leur dis de faire comme moi, pas besoin d’aller au bout du monde.»

    Et parler de ses voyages, Maxime Alexandre adore cela. D’ailleurs, puisqu’un bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé, il a créé, il y a un an, son blog. « Cela me permet de partager mes expériences avec mes lecteurs en abordant des thèmes en relation avec la randonnée.»

    Tel un journaliste en herbe, il partage photos et propose même des réflexions, tests de matériel et des conseils. «Je fais cela pour donner mon avis et dire ce que j’ai sur le cœur.» Mais que serait la vie de nomade sans l’adrénaline ? « Cet été, je suis parti avec une connaissance au pied du massif du Mont-Blanc.»

    Cette promenade de santé s’est transformé en un voyage compliqué.

    « On a eu de la grêle, du vent, de la pluie. J’ai été retranché dans mes limites.» Et pour avoir de telles sensations, pas besoin d’aller bien haut.

    «Je vais jusqu’à 3.500 m d’altitude. Je ne fais pas encore de l’alpinisme, mais c’est un projet.» En tant que trekkeur solitaire, Maxime Alexandre est amené à rencontrer des autochtones. «Un jour, un tenancier d’un café et sa femme, ont préparé, avec ce qui leur restait dans le frigo, un vrai festin. Ils n’étaient pas obligés de faire ça.» Mais le Claviérois rêve de partir plus loin.

    «Je souhaiterais vivre de ma passion si l’on me donnait les moyens pour partir.» Si vous souhaitez suivre ses aventures, rendez-vous sur www.trekkingetvoyage.com. 

    Source info Sudpresse article de 

    CAMILLE  LEVÊQUE

    Journal en PDF