redevance

  • La redevance que devront payer les propriétaires wallons de panneaux solaires

    Lien permanent

    La Cwape, le régulateur wallon de l’énergie, a adopté lundi passé, définitivement, sa méthodologie tarifaire pour les années à venir.

    La formule de calcul de la redevance dont devront s’acquitter les propriétaires de panneaux photovoltaïques pour l’utilisation du réseau, a ainsi été arrêtée.

    C’est ce que rapportent jeudi L’Echo et La Libre Belgique.

    Le calcul dépendra des tarifs de réseau 2019-2023, qui seront élaborés l’an prochain, mais devrait, selon les calculs de l’Echo, varier entre 330 et 660 euros (installation de 5,5 kWe), selon l’endroit où on habite. L’ASBL Touche pas à mes certificats verts parle quant à elle d’une fourchette de 357,5 à 594 euros par an, tandis que La Libre évoque de 335 euros (Ores Mouscron) par an à 551 (Verviers) pour une installation de 5kWc.

    Ce «tarif prosumer» entrera en vigueur le 1er janvier 2020, soit une année plus tard que ce qui était prévu dans le projet dévoilé au printemps dernier.

    A côté du tarif capacitaire, dépendant de la puissance de l’installation, une autre option est prévue. Ceux qui le souhaitent pourront opter pour un tarif proportionnel, dépendant des prélèvements réels d’électricité. Cette option requiert cependant l’installation d’un compteur double flux ou d’un compteur communicant.

    Qui est concerné ?

    La redevance concernera les plus de 133.000 (fin 2016) propriétaires de petites installations photovoltaïques de Wallonie, ainsi que le bon millier de propriétaires de petites installations éoliennes, hydrauliques ou de cogénération d’une puissance inférieure ou égale à 10 kVA (kilovoltampère).

    Il est «plus que probable» que Touche pas à mes certificats verts introduise un recours, a annoncé à l’Echo le président de l’ASBL, Régis François.

     

    Touche pas à mes certificats verts clic ici

    1147395687.25.JPG

     

    info Belga