quand doudou attend son petit propriétaire

  • Quand Doudou attend son petit propriétaire

    Lien permanent

    dd.JPG

     
     
    Les parcs d’attractions,mais aussi les grands magasins, sont le refuge de nombreuses peluches perdues 
     
    Chaque jour, au moins un doudou est perdu par un enfant quelque part en Belgique.
    Cela peut être dans un aéroport, dans un magasin, dans un zoo voire dans un parc d’attractions. 
    À Walibi, une douzaine d’entre eux attendent leurs petits propriétaires. 
    On n’ose imaginer l’angoisse de leurs parents .
     
    Le cauchemar pour des parents se promenant avec leurs enfants ? 
    La perte du... doudou !
    Cela vous est peut-être déjà arrivé.
    À nous, à plusieurs reprises.
    Heureusement, l’histoire s’est chaque fois bien terminée avec des retrouvailles chaleureuses.
    Hélas, ce n’est pas toujours le cas.
    Il suffi t de faire le tour des parcs d’attractions pour constater que de pauvres doudous attendent leurs petits propriétaires. 
    C’est le cas à Walibi où ont été une dizaine de malheureuses peluches recueillies par des amateurs de sensations fortes.
    «Des pertes de doudous, il y en a presque tous les jours», confirme Aleksandra Vidanovski, la responsable de la communication à Walibi. 
    «Souvent, les personnes qui les ont trouvés les ramènent au bureau d’information où on encode les objets disparus.
    Les objets de valeur sont mis le soir au coffre. 
    Mais pas les doudous que nous évitons bien de laver car ils doivent garder leur odeur caractéristique,pour n e pas déboussoler l’enfant si ses parents viennent le récupérer».
    Employée elle aussi à Bierges,Françoise Doyen en a vu, des doudous perdus.
    «On les garde toute la saison en espérant qu’ils soient récupérés car, pour un enfant, un doudou perdu, c’est dramatique», confi e-telle.
    «S’ils ne sont pas réclamés avant la fin de la saison, nous les donnons à des associations ou on les jette s’ils ne sont pas en bon état».
     
    DE BELLES HISTOIRES 
     
    Elle se souvient de deux anecdotes avec des doudous.
    Rassurez-vous, elles se terminent bien !
    «Il y a cette maman dont l’enfant avait perdu son doudou à Walibi. 
    Elle a téléphoné tous les jours pendant deux semaines pour voir si nous ne l’avions pas retrouvé. 
    Puis, elle a appelé une dernière fois pour nous avertir qu’elle l’avait retrouvé dans son auto, lors d’un nettoyage approfondi du véhicule».
    L’autre anecdote est plus touchante.
    «Nous avions récupéré un petit bonhomme perdu dans le parc.
    Nous lui avons donné un doudou qui avait été trouvé le même jour pour le calmer un peu. 
    Et devinez quoi : c’était son doudou !»
    La plupart du temps, les doudous sont récupérés dans les 24 heures. 
    «Il y a même des parents qui, arrivés chez eux à Liège, sont retournés à Walibi pour chercher le doudou oublié. 
    IIs préféraient cela à l’idée de passer une très mauvaise nuit».
    Partout où nous avons appelé,il y avait des doudous en attente. 
    Comme à l’aéroport de Charleroi ou à Pairi Daiza. 
    Nous avons décidé de leur consacrer deux pages.
    Qui sait? Cela permettra peut-être de rendre le sourire à un enfant.
     
    Article PIERRE NIZET dans le journal La Meuse le 22 août 2014 
     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif