prix terrains à batir

  • Nandrinois le prix des terrains à bâtir à la hausse ! les prix sur Huy-Waremme et à Nandrin

    Lien permanent

    Le prix des terrains à batir.JPG

    Le m2 le plus cher à Donceel et Waremme

     

    Le prix des terrains à bâtir continue d’augmenter dans l’arrondissement Huy-Waremme. Les montants au m2 vendu sont plus élevés en hesbaye que dans le Condroz : Donceel et Waremme sont au sommet, Ferrières et Hamoir sont les moins chers.

    Plus de 79 euros/m2 à Donceel et un peu moins de 20 à Hamoir : tels sont les deux extrêmes de notre arrondissement en matière de prix au m2 .

    Le Service Public Fédéral des Finances vient de publier le prix moyen de ventes des terrains à bâtir par mètre carré sur l’année 2013.

    Pour élaborer cette statistique des prix des terrains à bâtir, le Cadastre du SPF Finances se base sur toutes les transactions immobilières sur lesquelles des droits d’enregistrement ont été payés lorsqu’il y a au moins six terrains vendus sur la période.

    Alors que le prix moyen du terrain à bâtir en Wallonie s’élève à 51 euros/m2 , notre arrondissement apparaît légèrement en dessous avec des ventes inférieures de cinq euros par mètre carré. En 2013, c’est à Donceel que les terrains à bâtir ont été vendus au meilleur prix (un peu moins de 80 euros/m2 ). C’est surtout en Hesbaye que le prix moyen s’avère plus élevé, puisque Waremme, Remicourt, Amay et Crisnée se situent largement au-dessus de la moyenne wallonne, ainsi que Hannut, Faimes, Verlaine et Wasseiges dans une moindre mesure.

    Constat analogue pour Lincent, même si la commune ne dispose pas de chiffres pour 2013 en raison d’un nombre de terrains à bâtir vendus inférieur à six.

    Seule exception au tableau hesbignon, la commune de Geer avec un prix moyen du terrain à bâtir de seulement 23,69 euros par mètre carré. Deux aspects propres aux terrains à bâtir geerois vendus en 2013 peuvent expliquer cette situation : le nombre de transactions et la nature des terrains.

    Il suffit de six transactions de petits terrains mal situés à faible valeur pour faire chuter la moyenne. Dans le Condroz, le prix moyen du terrain à bâtir s’avère inférieur, à l’image des communes situées à l’extrême sud de l’arrondissement, puisque Ferrières et Hamoir flirtent avec un prix de vingt euros par mètre carré.

    L’accessibilité plus compliquée et le territoire plus accidenté de ces deux communes rendent notamment le terrain moins attractif aux yeux des candidats bâtisseurs.

    Pour évaluer au mieux la situation de l’arrondissement Huy-Waremme, il convient de prendre du recul et de comparer l’évolution du prix moyen du mètre carré avec les autres régions de Wallonie.

    En 2013, le Brabant wallon demeure la région la plus chère et les prix moyens de l’est de cette province correspondent à la fois à ceux de Huy-Waremme et du nord du Namurois.

    Les communes hesbignonnes les plus proches de Liège disposent également d’un prix moyen plus élevé, à l’instar de l’est de la province liégeoise. Depuis 1990, le prix moyen du m2 n’a logiquement fait que croître.

    À l’époque, Fexhe-leHaut-Clocher apparaissait comme l’entité où les terrains à bâtir étaient les plus chers.

    Waremme tenait déjà le haut du pavé. Mais Huy-Waremme a aussi connu une hausse des prix plus importante que la moyenne wallonne : plus de 440 % pour l’arrondissement, là où, dans le même temps, la Wallonie voit le prix de ses terrains à bâtir augmenter de 280 %.

    Constat similaire sur les dix dernières années : + 131 % pour Huy-Waremme et + 95 % en Wallonie. Encore une preuve de l’attractivité croissante de Huy-Waremme. 

    Source la Meuse H-W 

    Article de 

    JULIEN MARIQUE 

    Voir l'article complet 

     

    Journal en PDF

    Lundi 23 Mar. 2015

    Lundi 23 Mar. 2015