population

  • La CSC défend la nouvelle administration communale de Nandrin,réaction de l'opposition

    Lien permanent

    ADN Source Sudinfo.JPGCe mardi soir, les édiles nandrinois se rendront à un conseil communal extraordinaire convoqué par les deux partis d’opposition, Union Pour Nandrin et Tous ensemble.

    Unique point à l’ordre du jour: la préservation du bâtiment de l’administration communale, qui devait être rasé incessamment pour construire à la place un bâtiment neuf.

    Un point qui pourrait passer, compte tenu de l’étroite majorité et du vote inconnu de la conseillère Muriel Brandt, la potentielle nouvelle échevine (cdH) qui ne l’est toujours pas.

    La Confédération des Syndicats Chrétiens a décidé de monter au créneau pour soutenir ses affiliés(environ un tiers du personnel communal).

    Elle a envoyé un communiqué pour dénoncer l’attitude de l’opposition qu’elle juge «incompréhensible» et « irrespectueuse envers le personnel communal .»

    « Pourquoi une réaction si tardive?

    La dépense a été budgétisée, l’accord de subsides a été reçu, le marché a été attribué. On s’insurge contre ce manque de respect envers le personnel.

    Il a droit à de bonnes conditions de travail dans des bâtiments qui répondent aux normes de sécurité et de bien-être, ce qui n’était plus le cas (pas de sortie de secours au 2e étage, problème de chauffage, d’électricité, pas d’accès PMR etc.).

    Tout remettre en question aussi près du but aura de lourdes conséquences, notamment financières, qui se répercuteront sur l’administration », dénonce Gaston Merkelbach, secrétaire régional CSC Services Publics.

    « En outre, l’entreprise de construction Cop & Portier (de Flémalle) perdrait un chantier qui représente l’équivalent de 8 à 10 emplois pendant un an, ce n’est pas rien », abonde Pol Gilles, secrétaire régional CSC bâtiment, industrie et énergie.

    La CGSP, elle, n’entre pas dans le débat.

    « Il y a beaucoup de manipulation politique dans ce dossier, nous ne prenons pas parti.

    Ce qui importe pour nous, c’est que le personnel bénéficie de conditions de travail satisfaisantes.

    Nous restons vigilants », assure Philippe Lizin, secrétaire régional intersectoriel pour la CGSP de Huy.

    Si la CSC ne se déplacera pas au Conseil, plusieurs membres du personnel devraient y mener une action.

    Le directeur général, chef du personnel, Pierre Jamaigne, n’a pas souhaité faire de commentaire.

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

     

    Réaction de l’opposition

    «Au détriment des Nandrinois»

     

     

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH.


     « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre...


    Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.


    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil.

    Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie.

    Mais pas au détriment des Nandrinois.

    La commune n’a pas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il.


    Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes
    ,dont , le bourgmestre et le directeur général.


    S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps.
    Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles.

    Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée.

    « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité.

    Une administration publique vise à accueillir le public...


    L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel.»

    Article du 12 septembre 2013

    Nouvelle administration ? clic ici « Mais où va-t-on ?... »

     

     

     Convocation d’un conseil communal extraordinaire à Nandrin clic ici  le 22 novembre 2016

    L’emprunt d’un million d’euros clic ici passe à la trappe à Nandrin

    Nandrin Administration clic ici : la CCATM rend un avis négatif

    La maison communale de Nandrin au cœur du débat

    Nouvelle administration ? cli ici« Mais où va-t-on ?... »

     Les résultats du sondage Pour ou Contre la nouvelle Administration Communale de Nandrin

    Les plans 3D clic ici  de la nouvelle administration de Nandrin

    Nandrin« Repartir dans une spirale d’endettement clic ici »

     

  • Le nombre d’élus et leur salaire vont augmenter, et à Nandrin ?

    Lien permanent

    population source sudpresse.JPG

    Le ministère de l’Intérieur publie les chiffres de la population au 1er janvier 2016.

    L’arrondissement connaît une croissance ininterrompue depuis plusieurs années, avec des conséquences pour plusieurs communes sur le nombre de conseillers communaux à élire et sur le traitement des bourgmestres et échevins.

    L’arrondissement Huy-Waremme compte 1.492 habitants en plus au 1er janvier 2016, par rapport à l’année 2015.

    La population dans nos trente-et-une communes ne cesse de croître et les chiffres publiés par le Service Public Fédéral confirment la tendance.

    Pour rappel, il y a un an, l’augmentation de population dépassait sensiblement le millier, or on flirte maintenant avec les 1.500 individus supplémentaires.

    D’après les rapports établis par le ministère de l’Intérieur, sur base des statistiques du SPF économie, 192.182 personnes sont inscrites au registre de population d’une des communes de l’arrondissement, soit 1,7 % de la population belge.

    Ces évolutions ont des conséquences à plusieurs niveaux pour les communes : en vue des prochaines élections, mais aussi au niveau du traitement perçu par les membres du Collège communal.

    Au niveau du classement, Huy reste leader, devant Hannut, Waremme, Amay et Wanze.

    Par rapport à 2015, seuls Modave et Saint-Georges perdent des individus, tandis que le chiffre de Donceel ne change pas.

    Pour que le nombre d’élus communaux augmente, la population doit se maintenir jusqu’en 2018, année du prochain scrutin.

    A titre d’exemple, les Berloziens et les Donceelois peuvent espérer élire deux conseillers en plus par rapport aux élections de 2012.

    Encore faut-il que le nombre de personnes inscrites au registre reste supérieur à 3.000. « Pour les élections, le chiffre pris en considération est le nombre de personnes inscrites au Registre national des personnes physiques ayant leur résidence principale dans la commune au 1er janvier de l’année du scrutin », indique, Sylvie Bollen de l’Union des Villes et Communes de Wallonie.

    Quant aux Waremmiens, il en manque 85 pour passer le cap des 15.000 individus.

    Le nombre de conseillers dans la capitale hesbignonne passerait alors de 23 à 25. Si ce scénario se confirmait le bourgmestre verrait alors son traitement annuel brut (non-indexé) passer de 36.600 euros à 39.200 euros.

    Quant au futur bourgmestre de Berloz ou Donceel, son traitement annuel de 23.500 euros bruts augmenterait de 1.000 euros.

    À Engis, on passe le cap des 6.000 individus, ce qui représente une hausse de 1.800 euros bruts annuels pour le bourgmestre.

    Article de  JULIEN MARIQUE source Sudpresse du 5 /02/2016

    http://journal.sudinfo.be/