piron jeannick

  • « Pour Nandrin » va changer de nom

    Lien permanent

    pour Nandrin change de nom source sudpresse.JPG

    Suite au départ de la conseillère Jeannick Piron

    Nous vous l’annoncions mardi, Jeannick Piron, du groupe d’opposition « Pour Nandrin » a décidé de déménager et doit donc quitter son siège de conseillère communale. Elle sera remplacée par Didier Maka, actuel conseiller au CPAS.

    Le groupe compte également changer de nom, pour préparer les élections de 2018.

     

    Suite au départ brutal de la conseillère communal Jeannick Piron qui se dit victime de malveillance grave de la part de ses adversaires politiques et surtout de harcèlement de la part d’un membre de son voisinage, le groupe « Pour Nandrin » se réorganise.

    C’est Didier Maka, 43 ans, actuellement conseiller CPAS, qui la remplacera au conseil communal.

    Gérant de l’Intermarché d’Assesse, il est papa de deux filles.

    Au CPAS, son siège sera occupé par… Marc Evrard, chef de groupe « Pour Nandrin », une sorte d’intérim avant de céder sa place à Aurélie Rulot, 33 ans (soeur du DJ nandrinois Charl-X).

    « Mon intention n’est pas de cumuler mon mandat de conseiller communal avec celui de conseiller au CPAS jusqu’en 2018.

    Aurélie Rulot est en train de passer des examens pour devenir secrétaire de direction, nous allons la former et à l’automne 2016, je démissionnerai au CPAS pour qu’elle puisse monter », indique Marc Evrard.

    En 2012, Jeannick Piron décrochait largement le meilleur score de la liste « Pour Nandrin » (248 voix). Quelle stratégie le groupe compte-t-il mettre en place pour se démarquer en 2018 ? « Je ne suis pas inquiet.

    Nous allons continuer à travailler sérieusement et notre porte est ouverte à tous. Il y a notamment des gens très bien dans les nombreux mouvements citoyens qui voient le jour à Nandrin.

    Nous n’avons pas non plus d’exclusive vis-à-vis des autres partis, y compris du PS », répond-il. Même le bourgmestre ?

    « Je ne pourrai jamais m’associer avec une personne qui a un tel comportement. » « Pour Nandrin » va également changer de nom. Lequel ? Mystère.

    « Les attaques à notre encontre vont trop loin à Nandrin. Nous voulons rénover la commune, lui donner les couleurs d’une démocratie citoyenne.

    Notre nouveau nom reflétera cet engagement. » 

    Article de ANNICK GOVAERS pour Sudpresse 

    Voir l'article complet 

    Plus de détails dans La Meuse Huy-Waremme de ce jeudi.

     

     

  • « Pour Nandrin » quitte le conseil communal

    Lien permanent

     

    pour nandrin la meuse.JPG

    Le groupe d’opposition rejette le budget

    Le Conseil de Nandrin a fini dans la stupeur, ce mardi soir.
    Après la présentation du budget 2015 par le bourgmestre, le groupe d’opposition « Pour Nandrin » a lu une lettre fustigeant le manque de perspectives et de projets de la majorité et a quitté la séance. 
    Michel Lemmens assume quant à lui le budget à l’équilibre et la dette maîtrisée de sa commune.
     
    PowerPoint à l’appui, le bourgmestre PS de Nandrin,Michel Lemmens, a présenté un budget communal 2015 à l’équilibre.
     A l’ordinaire, les recettes à l’exercice propre s’élèvent à 6,372 millions et les dépenses à 6,363 millions,soit un boni de 9.400 euros. Le résultat général se monte à 400.500 euros.
     On enregistre 297.000 euros au fonds de réserve.
    «75 % des recettes de la commune proviennent de la fiscalité.
     Les Nandrinois sont riches mais Nandrin n’est pas une commune riche, elle dispose de peu de recettes propres.
     Au niveau des dépenses, il n’y a pas eu de nouveaux engagements au sein du personnel communal (qui représente 44 % des dépenses) depuis 10 ans.
    Les transferts (à des tiers comme le CPAS qui reçoit 10.000 euros supplémentaires de dotation, le SRI etc.)
    sont en évolution constante. 
    Et la dette communale est stable (3,165 millions) et va continuer à baisser.
    Fin 2015, elle tombera à 2,791 millions d’euros car aucun nouvel emprunt ne devrait être souscrit en 2015 (comme depuis 2011). 
    La fiscalité de base est inchangée depuis 2011 et nous avons prévu le coût du Service régional d’incendie de Huy pour 2015 », détaille Michel Lemmens.
    A l’extraordinaire, les recettes sont de 122.000 euros et les dépenses de 540.900 euros, soit un mali de 418.900 euros compensé par un prélèvement sur le fonds de réserve et le budget ordinaire de sorte que le résultat général est nul. 
    Le fonds de réserve extraordinaire se chiffre désormais à 66.800 euros.
     Parmi les projets, deux études sont budgétisées à 250.000 euros : la rénovation de la maison de village de Villers-le-Temple (la priorité) et la nouvelle administration communale regroupant le CPAS. 
    «Le budget ne comprend certes pas de grands projets mais ceux-ci viendront au moment de l’injection du compte 2014 », précisent le mayeur et échevin des finances.
    Et de conclure sur une nécessaire prudence pour les budgets futurs.
    Marc Evrard, de l’opposition « Pour Nandrin » s’est inquiété de l’évolution de la dette.
     «Avec la nouvelle maison communale, la dette va grimper à 3,5 millions. 
    Ce n’est pas prudent. » Il a ensuite lu une lettre dénonçant la vacuité du budget «fade et sans matière pour la 3e année consécutive », le comparant au Beaujolais nouveau.
     «La majorité n’applique pas son programme.
    Le rapport d’activités 2014 est criant, il ne s’agit que d’un catalogue de bonnes intentions.
     La dette diminue, la preuve que vous ne faites plus rien », assène-t-il. 
    Les trois conseillers se sont levés et ont quitté le Conseil en guise de contestation. 
    «S’il n’aime pas le Beaujolais, qu’il boive de la limonade.
    Ce budget n’a rien de gênant.
    Quant aux projets futurs, nous aurons une réserve de 1,5 million en 2015 avec l’espoir d’un investissement de 2 millions en 2016.
     La dette ne sera pas impactée », a commenté le mayeur.
     
    Article de ANNICK GOVAERS Pour La Meuse .
     
    L’AUTRE OPPOSITION « TOUS ENSEMBLE »
     
    Alain Henry : « Partir de la sorte était exagéré »
     
    Le geste fort de « Pour Nandrin » a choqué le Conseil. 
    Après son départ, Eric Cop de l’opposition « Tous Ensemble » a glissé à l’adresse de Michel Lemmens : «On peut vous critiquer comme bourgmestre, mais pour les finances,vous êtes l’un des plus aptes à les réaliser ».
     «Les joutes verbales entre Marc Evrard et Michel Lemmens, c’est de pire en pire. 
    Je ne tiens ni pour l’un ni pour l’autre. 
    Ce que Pour Nandrin a fait me semble exagéré. 
    Je ne suis pas d’accord avec le fait que la commune soit mal gérée,c’est vrai que la majorité ne fait pas grand-chose mais tout le personnel communal est payé en temps et en heure et on rembourse la dette.
    En plus, avec tous les transferts (pompiers, police) qui augmentent,il faut faire attention. 
    Perso, je m’oppose au projet d’une nouvelle maison communale », déclare le conseiller Alain Henry. 
    Les trois représentants de TE (Guy Mottet et Benoît Ramelot étant absents) se sont abstenus au moment du vote du budget. 
  • La nomination du directeur du CPAS annulée à Nandrin

    Lien permanent

    La nomination du directeur du CPAS annulée à Nandrin.JPG

    Denis Morrier n’a pas les titres requis

    Ce soir, le Conseil de l’action sociale devrait prendre une décision qui risque de faire des vagues à Nandrin. 

    L’ordre du jour prévoit en effet le retrait de la délibération du 5 juin 2013 qui portait sur la nomination d’un secrétaire/directeur général. 
    Denis Morrier n’a pas les titres requis, sa nomination est « irrégulière ». 
    Le directeur du CPAS nandrinois va donc perdre son job, suite à un recours introduit par une candidate malheureuse au poste.
     
    Tout commence par un examen de recrutement d’un secrétaire/directeur général de CPAS à Nandrin.
     
    Seuls deux postulants réussissent l’examen.
     Le Conseil de l’action sociale choisit la candidature de Denis Morrier, expérimenté dans le domaine des titres-services.
     
    La candidate déçue introduit alors un recours en annulation au Conseil d’Etat contre cette décision : «Quand j’ai lu la délibération,j’ai remarqué qu’il n’avait pas les titres requis, contrairement à moi », confie Laurence Leclercq, Nandrinoise responsable de l’ADL de Neupré.
     
    A savoir un diplôme universitaire et de sciences administratives (sauf dispenses). Le recours formé par Mme Leclercq est toujours pendant devant le Conseil d’Etat mais le Conseil du CPAS a décidé de prendre les devants. 
     
    A l’ordre du jour de ce soir, il est prévu de voter le retrait de la nomination de Denis Morrier.
     
     Il est indiqué dans un extrait du registre aux délibérations du Conseil de l’action sociale (que nous avons pu nous procurer) : « Le moyen relevé par Madame semble fondé, le Directeur général ne satisfaisant pas à une des conditions de diplôme imposée par le statut administratif du secrétaire du CPAS de Nandrin. 
    La nomination du secrétaire est irrégulière.
     L’annulation de la nomination par le Conseil d’État semble inévitable sinon très vraisemblable », précisant que «le Conseil a la possibilité de retirer une décision irrégulière qu’il a prise pour autant qu’un recours en annulation soit pendant devant le Conseil d’État », ce qui est le cas.
     
    Une décision qui intervient 10 mois et demi après la nomination dudit directeur...
     
    Si Denis Morrier n’a pas souhaité réagir avant le vote du Conseil, l’opposition « Pour Nandrin » monte au créneau. «Les irrégularités s’accumulent (d’abord les élections même si nous avons perdu notre recours, des irrégularités ont été relevées, puis les mandats de
    l’IDEN, maintenant ceci).
     
     C’est une faute grave du CPAS de n’avoir pas remarqué que M. Morrier n’avait pas les titres requis !
     Ça se voit facilement dans un CV tout de même »,pointe Marc Evrard. «Puisqu’on fait comme si M. Morrier n’avait jamais existé, qu’en est-il de la légalité des actes signés depuis sa désignation ? », s’interroge Bogdan Piotrowski.
    «La faute est double puisque non seulement le CPAS n’a pas fait attention sur le moment,mais en plus il a persisté dans son erreur jusqu’à aujourd’hui. 
    Et ce, malgré les éléments évidents du recours », ajoute Jeannick Piron.
    «Quand on n’est pas sûr, il faut s’adresser à un professionnel, par exemple le directeur général de la commune, pour qu’il vérifie.
     Cela n’a manifestement pas été fait », enchérit Marc Evrard.
     Les trois conseillers le clament, la confiance est rompue entre l’administration et les citoyens.
     
     Ils exigent la démission de la présidente du CPAS, Béatrice Zucca.
     
    Guy Mottet (Tous Ensemble),conseiller communal et CPAS et membre du bureau permanent, ne va pas jusque là. 
    «Mme Zucca at-elle la compétence pour juger de la teneur des documents soumis ? 
    A-telle vraiment les rennes du CPAS ? 
    De quelle autonomie dispose-telle ? », lance-t-il, faisant référence à ce qui s’apparente selon lui à une main mise communale.
    Le conseiller se pose pas mal de questions sur le fonctionnement du CPAS. 
    «Je ne prends pas encore position car je ne dispose pour l’instant que de bribes d’information données par le bourgmestre à la fin du dernier Conseil du CPAS.
     
     L’annulation de la désignation du directeur général est une volonté du Collège communal.
     
     Il est clair dans ma tête qu’on a les titres ou on ne les a pas.
    M. Morrier a été très honnête, il a fourni tous les documents, il appartenait au CPAS de les examiner et d’être cohérent. 
    Il a émis un choix non vérifié.
     
    A l’époque, notre groupe n’avait pas opté pour la candidature de M. Morrier et, au sein du bureau permanent,je n’ai pas voulu ester en justice pour défendre la décision du CPAS puisque le montant estimé pour ce faire était colossal (entre 50.000 et 75.000 euros) et qu’on avait peu de chances de gagner, disaient les avocats. 
     
     
    La majorité a néanmoins décidé d’y aller... »
    Le bourgmestre, Michel Lemmens (EC), n’a pas souhaité réagir.
     
     
    Article ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse Huy Waremme du 24 avril 2014
     
    LA CANDIDATE DÉÇUE
    « Pas sûr que j’aie la place »
     
    Laurence Leclercq, la candidate malheureuse au poste de directeur général du Conseil de l’action sociale, se montre prudente.
    Rappelons que le Conseil d’Etat n’a pas encore statué sur le dossier, bien que le CPAS estime l’annulation « inévitable ».
    «C’est une très bonne chose. 
    Cela dit, nous verrons bien, je n’ai encore eu aucun contact avec le CPAS. 
    L’annulation de la nomination du directeur général ne signifie pas que j’aurai automatiquement la place », déclare-telle.

    La nomination du directeur du CPAS annulée à Nandrin,Zucca Beatrice,denis Morrier,Lemmens Michel,Pour Nandrin,Evrard Marc ,Bogdan Piotrowski,Piron Jeannick,Recours conseil d'etat,Nandrin

     
  • décès de Monsieur Jean Dusart ancien conseiller communal du groupe OSER et membre de la locale Ecolo Nandrin.

    Lien permanent

     

    Le blog de Nandrin annonce le décès de Jean Dusart personnage bien connu au niveau de la politique locale, ancien conseiller communal du groupe OSER et membre de la locale Ecolo Nandrin.

    Jean Dusart repose à son domicile, rue d’Esneux n°31 à 4550 Nandrin. Les visites sont prévues à partir du 19 juillet, de 16 à 19 heures.

    La messe sera célébrée ce lundi 23 juillet à 10 h en l’église de Saint-Séverin, suivie de l’incinération et du départ pour le cimetière de Nandrin.


    Nous présentons nos sincères condoléances à ses proches. 



    http://nandrin.ecolo.be/?p=467