nouveau mayeur de nandrin

  • Michel Lemmens, nouveau mayeur de Nandrin, se confie sans tabou ni langue de bois

    Lien permanent
    article du 8dec2012.JPGC’est à la sortie du premier Collège communal que nous retrouvons Michel Lemmens, bourgmestre fraîchement élu. 
    “Ce fut long ”, sourit-il. 
    Quatre heures de  discussions,de mises au point,d’explications.
    Les nouveaux échevins sortent un à un du bureau du bourgmestre (qui fait aussi office de salle de réunion), échevelés et un cougnou sous le bras, St-Nicolas oblige.
    “Une fois dans la majorité, les nouveaux se rendent compte de la complexité du travail, il faut sans cesse composer avec de nouveaux éléments.
    Un subside qui tombe et c’est tout le budget qu’il faut revoir ”, glisse celui qui a officié à l’échevinat des finances pendant 18 ans. 
    S’il garde cette compétence dans ses attributions, Michel Lemmens est surtout devenu le bourgmestre de Nandrin. 
    Sa liste Expressions Commune(s), composée du PS, du cdH et d’Ecolo a effectivement 50,4 % des voix.
    Dans son nouveau bureau rouge,le Nandrinois n’a pas encore déposé d’objets personnels “hormis les bacs de rangement ” mais compte réaménager complètement son espace de travail.“ Je voudrais remplacer les portes en bois par des portes vitrées, mettre en bureau en coin pour être plus ergonomique et gagner de l’espace.
     Avec deux fauteuils pour recevoir les gens.
    Et peut être ajouter quelques anciennes affiches du festival de Nandrin ”,imagine le créateur dudit festival, aujourd’hui éteint.“ À vrai dire,je n’ai pas encore eu le temps de penser à la déco...”
    Hé bien,nous avons quelques idées.
    Pour coller à la personnalité de Michel Lemmens, les étagères devraient comporter des rangées de BD (sa grande passion: 7.000 albums!), des dessins dédicacés au mur, une écharpe du Standard de Liège et du Milan AC, des photos de city-trips (“Je suis devenu le pro des promos sur le net ”,rit-il),une petite chaîne hi-fi jouxtée de CD New wave comme Indochine, Axel Bauer... Sans oublier des éléments purement nandrinois tels que la venue récente de David Guetta au Nandrin
    festival, et la promo d’Albert Cougnet dont Michel Lemmens est l’ami proche et... le manager! 
    DES SOUCHES ITALIENNES
    On ne le dirait pas mais le bourgmestre de Nandrin a des souches italiennes! “Je les tiens de ma mère.
    En fait,mon grand-père est  venu en Belgique en 1946 pour travailler dans les mines.
    Je me débrouille pas mal en italien et même dans le dialecte des Abruzzes ”,explique-t-il fièrement.
    Le petit Michel n’est pas né  à Nandrin,mais à Seraing. “Mes parents ont été les premiers à construire dans le lotissement du tige Pâquette de Nandrin quand j’avais 9 ans. 
    On a déménagé la veille de  Noël 1976 et, cette nuit-là,30cm de neige sont tombés,c’était la première fois que je voyais ça! ”
    Michel Lemmens a fréquenté l’école de l’Etat (aujourd’hui disparue) puis l’athénée de Huy section sciences- maths. En rhéto,il remporte un prix de poésie (catégorie espoir de l’Académie de langue française de Belgique). Le rêve de l’adolescent nandrinois aux paupières maquillées de noir et aux cheveux à moitié rasés(rappelez-vous la mode Newwave)? “Devenir scénariste de bande dessinée ”. C’est pourtant vers des études d’ingénieur qu’il se tourne, une période... mouvementée!
    “J’ai triplé ma première à l’unif car je n’avais pas l’habitude de bosser pour réussir. Une fois la méthode de travail acquise, je n’ai plus eu de problème. J’ai réussi mes études d’ingénieur industriel, puis d’ingénieur civil. 
    Je travaillais en parallèle pour payer mes études. ”
    En 1994, Michel a 27 ans, et ses diplômes en poche.
    Il se lance alors en politique... «
    Article de ANNICK GOVAERS lire l'article complet dans le journal La Meuse de Samedi 8 /12/2012

    5.JPG

    Clic sur l'image pour agrandir 

    En Bref 

    Ses objectifs. En tant que bourgmestre d’une nouvelle coalition, Michel Lemmens souhaite une équipe soudée et épanouie.
     Deux priorités: finaliser le dossier du foot (construction d’une cafétéria, de nouveaux vestiaires et d’un terrain synthétique) et remettre à neuf le bâti communal (les maisons de village, notamment). “Tout en gardant des finances saines.”
    Côté coeur, Michel Lemmens est divorcé. “La relation avec mon ex-femme a duré dix-sept ans dont trois années de mariage”,confie-t-il.
    Aujourd’hui, le Nandrinois partage la vie de Dominique (qui tient l’atelier de repassage de la place O. Musin de Nandrin)
    depuis sept ans.
     Il ont une petite fille de 6 ans, Alicia. “Ma compagne a également deux enfants de son côté: un garçon de 11 ans et une fille de 16 ans.
    Comme ça, on a les trois modèles: l’adolescent, le grand couillon et le petit gendarme”, rit-il.
    Toute la petite famille partage  une maison à Nandrin. article de (A.G.) le