nandrin ipp

  • Nandrin Des comptes en boni et une réfection en surface de cinq voiries communales

    Lien permanent

    EB.jpgCinq rues rénovées.

    Les élus ont voté à l’unanimité l’entretien des voiries communales 2015.

    « Comme l’année passée, il s’agit de refaire les surfaces, soit retirer une épaisseur de 4 à 6 centimètres, là où les fonds de route sont bons.

    Cela ne concerne donc pas les routes où la structure doit être complètement réparée », a expliqué Henri Dehareng, échevin des travaux.

    Ce traitement concerne cinq voiries : rue de Berleur, rue d’Engihoul, rue du Petit-Fraineux, l’entrée de Villers-leTemple et rue de la Haie des Moges.

    Coût TVAC : 244.293 euros.

     

     Plus de RIS.

     

    Les comptes 2014 du CPAS ont été approuvés par 8 voix pour, 3 non et 3 abstentions. Le résultat budgétaire à l’ordinaire affiche un boni de 5.424 euros.

    À l’extraordinaire, le résultat est de 0. « Il y a eu davantage de RIS, avec un pic en mars, ainsi qu’un léger fléchissement des aides familiales et ménagères. Nous sommes intervenus auprès de crèches privées pour 7 enfants, suite à la fermeture de la crèche communale », a détaillé Béatrice Zucca, présidente du CPAS.

     

     

     Pas de diminution de l’IPP.

    Les comptes communaux 2014 ont aussi été votés, par 9 oui contre 7 abstentions.

    À l’ordinaire, le résultat budgétaire est de 843.387 euros et à l’extraordinaire de 54.674 euros. « Les comptes sont rassurants.

    Restent trois interrogations pour l’avenir : la zone de secours après 2018 dont les coûts risquent d’exploser, la réforme de l’État et l’impact des mesures fiscales », a commenté Michel Lemmens.

    Au 31 décembre 2014, la dette se montait à 3,165 millions d’euros à un taux de 1,27 % « alors que la moyenne régionale est de 3 %.

    La durée de remboursement est de 6,8 ans à Nandrin alors qu’en moyenne, elle est de 12- 13 ans ailleurs », a-t-il souligné.

    « Vu le gros boni dégagé, ne diminuerait-on pas l’impôt des personnes physiques ? », a demandé Marc Evrard.

    « Aujourd’hui, ce serait du suicide car la fiscalité va être totalement bouleversée.

    Il vaut mieux être prudent. Il y a trop d’incertitudes pour se permettre un geste électoral », a répondu le bourgmestre. l