mugello

  • Sarah Bovy Nandrinoise au Mugello

    Lien permanent

    Sarah B.JPGSarah Bovy est une jeune pilote belge dont le talent n’est plus à démontrer. Ayant déjà participé à de nombreuses courses, tant en sprint qu’en endurance, Sarah possède déjà un beau palmarès.

    La jolie Nandrinoise rêve de devenir pilote professionnelle et se donne les moyens pour y arriver, en vivant à 100 à l’heure ! Mais elle garde tout de même la tête sur les épaules…

    Présente aux 12h du Mugello (Italie) dernièrement, Sarah n’a pas fait pâle figure malgré des soucis mécaniques sur sa Peugeot 208 portant le numéro 205.

    La plus jeune pilote de l’histoire des 24h de Spa-Francorchamps était très heureuse de pouvoir y prendre part. « Le Team Altran m’a appelé car ils cherchaient une pilote pour Mugello.

    J’ai tout de suite accepté.

    On a fait de très bons résultats lors des essais et des qualifications alors qu’on ne connaissait même pas la voiture ! Mais pendant la course, on a eu quelques soucis.

    Tout d’abord, après 1h45 de course, les roues bougeaient beaucoup.

    On s’est rendu compte que la peinture des jantes nous avait fait perdre des écrous. Il a fallu revenir aux stands pour décaper avant de repartir. Au final on n’a perdu que 5-6 minutes (soit 2 tours).

    C’est impossible à rattraper à la régulière, j’entends par là sans que les autres n’aient de soucis également. Mais on a réussi à le faire en jouant sur les durées de ravitaillements. »

    Mais la voiture de Sarah n’était pas au bout de ses peines. « On est bien remonté, mais on a ensuite perdu 2 heures à cause d’un problème au moteur.

    On a d’abord déclaré l’abandon avant que les ingénieurs ne finissent par en trouver la source. Mon manager est alors revenu et m’a crié de remonter dans la voiture à 35 minutes de la fin.

    Finalement on a réussi à terminer la course, ce dont j’étais fière malgré le fait que les résultats n’étaient pas à la hauteur de nos attentes. »

    Malgré tout, cette course restera un bon souvenir pour Sarah, qui a apprécié travailler avec le Team Altran. « C’est une équipe qui travaille de manière très professionnelle.

    Ils développent tout par euxmêmes et ce, avec passion. Après ce week-end, j’avais l’impression d’avoir passé une saison entière avec eux, tant je connaissais tout le monde !

    Il y avait une très bonne ambiance et j’espère pouvoir renouveler l’expérience au plus vite. Peut-être à l’occasion des 12h de Zandvoort, qui sait ? »

    Info Sudpresse

    Article de

    DAVID CUSUMANO

    BEAUCOUP D’INCERTITUDES POUR LA SAISON 2015

    Si son rêve est de devenir pilote professionnelle, il lui faudra pour cela, montrer toute l’étendue de son talent aux teams professionnels pour se faire remarquer.

    « J’espère avoir l’opportunité montrer ce dont je suis capable cette saison. Mais ce n’est pas évident car le sport automobile est coûteux. Il faut attendre d’être appelée ou démarcher auprès des sponsors.

    C’est pour cela que j’ai été absente lors de la saison 2014 : parce que je n’ai pas été appelée.

    Or, comme j’ai commencé à travailler il y a deux ans (NDLR : dans une agence de recrutement), j’ai beaucoup moins de temps libre pour aller voir les sponsors, d’autant plus que ça prend beaucoup de temps. Heureusement, j’ai la chance d’avoir mon père et mon copain qui sont très impliqués là-dedans.

    C’est une chance. De mon côté, je m’entraîne beaucoup pour toujours être prête à prendre le volant. »

    Si ses projets restent flous pour cette saison, elle ne perd pas pour autant espoir.

    Elle compte essayer de participer à nouveau aux 24h de Spa, course qu’elle affectionne particulièrement. Une chose est sûre, Sarah continuera de se donner à fond pour peut-être, un jour, réaliser le plus grand de ses rêves : prendre part à la mythique course des 24h du Mans…

    Artice de  L.M