magasin

  • Une dizaine d’écharpes volées à La Différence de Nandrin

    Lien permanent

    justice.jpgL’un des Serésiens est poursuivi pour avoir volé une dizaine d’écharpes Olivier Strelli au magasin « La Différence » à Nandrin.

    Me Lambert, l’avocate de la commerçante, réclame 1.860 euros pour ce vol. Ce n’est pas le seul vol de vêtement commis par le prévenu.

    Avec un quatrième complice, mineur au moment des faits, il a également piqué un training du Real de Madrid, dans un magasin de sport à Liège.

    « Vous avez commis ce fait alors que vous sortiez à peine de prison, a commenté le juge.

    Est-ce que ça vaut la peine de jouer avec son avenir et de risquer la prison pour un training du Real de Madrid ? », a questionné le juge.

    « Non, a reconnu le jeune homme.

    Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça… J’ai pensé que c’était la mode et que cela devait bien m’aller… » 

    Article de A.BT source Sudpresse Sudinfo 

     

  • Nouvelle demande pour la création d’un Bricomarché à Nandrin

    Lien permanent

    i2.JPGUne enquête publique a été lancée ce 26 mai, et sera ouverte jusqu’au 9 juin, à Nandrin et dans ses communes avoisinantes.

    Elle concerne la création d’un Bricomarché, situé sur la route du Condroz, entre l’Intermarché et le restaurant chinois, derrière la station-service.

    Un projet qui n’est pas tout neuf, et qui se fait chaque fois recaler.

    Ainsi, il a déjà été refusé plus de trois fois par la commune.

    Mais rien à faire, le promoteur persiste, comme nous l’explique le bourgmestre Michel Lemmens.

    « Cela date de 96-97, et cela revient tous les 2-3 ans sur la table. Chaque fois, notre majorité demande au promoteur de faire des aménagements, et chaque fois il refuse. Il a déjà introduit des recours à la Région wallonne qui a également dit non.

    Il y a notamment des problèmes de mobilité, de parking, concernant les dimensions du magasin, etc ». Au total, ce dernier veut créer une surface commerciale de 2.000 m2 .

    « Bien entendu, il y a des avantages liés à ce magasin, comme la création d’emplois. Mais au niveau de la concurrence, il faut se demander s’il y a assez de place pour tout le monde, car il y a déjà plusieurs magasins de bricolage dans la région », ajoute Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire.

    Article de D.T source Sudpresse Sudinfo http://journal.lameuse.be/

  • Le responsable de l’Intermarché Nandrin a loué une camionnette

    Lien permanent

    L es camions d’approvisionnement étant bloqués par les barrages, les supermarchés de l’arrondissement ont commencé à se vider lentement mais sûrement ce mercredi.

    Inter source Sudpresse.JPG

    Face à la menace de rayons vides, le responsable de l’Intermarché de Nandrin a pris le taureau par les cornes : il a loué une camionnette pour se fournir lui-même en fruits et légumes.

    Ce mercredi, l’approvisionnement des magasins Intermarché était presque inexistant, la base de Villers-le-Bouillet étant complètement bloquée par les barrages des poids lourds en colère contre la taxe kilométrique. « On attend le plus gros (frais, épices, surgelés) de la base de Villers depuis mardi.

    Heureusement, on a pu être livré en fruits et légumes par un livreur indépendant. », indique Georgette Melchior, responsable de l’Intermarché de Huy.

    A Nandrin, David Barthelemy, le gérant de l’Intermarché, n’a pas eu la même chance. « Ça devient compliqué... Le dernier camion est arrivé dans la nuit de lundi à mardi. Depuis, on a pu recevoir une livraison de produits frais en négoçiant avec les camionneurs.

    Mais rien en fruits et légumes, on n’a rien eu ce mercredi matin. Le camion est bloqué je ne sais où. Avec mon concurrent (Carrefour Market de Tinlot) qui ouvre aujourd’hui, c’est la totale! Je ne peux pas me permettre d’attendre plus, je vais louer une camionnette aujourd’hui, et aller chercher mes fruits et légumes moi même à Hasselt, quitte à faire plusieurs aller-retour. En camionnette, j’ai plus de chance de passer, en privilégiant un itinéraire sans blocage », espère-t-il. Le système D est employé.  

    « D’habitude, on reçoit les volailles pré-emballées mais on est prêt à les emballer au magasin. » L’Intermarché nandrinois s’est servi de son stock pour réassortir ses rayons, de quoi tenir un jour ou deux, mais des légumes étaient déjà introuvables ce mercredi.

    « Il n’y a plus de chicons, de poivrons, d’aubergines par exemple », cite-til. La base de Villers-le-Bouillet ayant été « libérée » ce mercredi en fin de journée, les rayons devraient être réapprovisionnés normalement ce jeudi. -

    Article de ANNICK GOVAERS source Sudpresse http://journal.sudinfo.be/

  • Fermeture définitive de Élégance Bis de Nandrin

    Lien permanent

    elegance bis  (1).JPG

    Fermeture définitive de Élégance Bis de Nandrin 

    Une affiche l'annonce sur les fenêtres.

    Des prix ronds aussi .

     

  • Des patrouilles en plus pour les commerçants dans le Condroz et à Nandrin

    Lien permanent

    i2.JPGLes fêtes de fin d’année riment malheureusement trop souvent avec une augmentation des délits dans les commerces.

    « C’est une période critique, surtout pour les vols avec violence », indique d’ailleurs l’inspecteur principal Laurent Wagner de la police du Condroz.

    Raison pour laquelle, dans cette zone, depuis le 1er décembre, des patrouilles visibles sécurisent les magasins.

    Une équipe de deux inspecteurs qui, 7 jours sur 7, vérifie si tout se passe bien.

    « Sur notre zone, nous avons plus de 200 commerces.

    Il y a, évidemment, les magasins route du Condroz, à Nandrin, mais aussi les zonings de Werbomont, Comblain, etc. Et aucun commerce n’est délaissé.

    Cela va du supermarché à la petite boucherie.

    Ces patrouilles de surveillance prennent aussi des contacts avec les commerçants pour voir si, par exemple, ils ont vu des agissements suspects », poursuit l’inspecteur principal.

    Et le Condroz n’est pas la seule à prévoir une patrouille supplémentaire pour éviter les vols dans les magasins, cela se fait dans les autres zones de notre arrondissement.

    « Elles adaptent leurs horaires avec les fermetures des magasins qui sont des moments critiques.

    Ce service est assuré par le service Hermes, dédié aux vols », raconte l’inspecteur Eric Dehareng, de la zone Hesbaye.

    Sur les six communes de la zone de police Meuse-Hesbaye, ce sont des équipes de deux agents de quartier du service proximité qui se chargent de ces patrouilles.

    « Nous réalisons cette action à partir de ce week-end ci jusqu’au week-end après les fêtes de fin d’année. Les endroits les plus sensibles sont le zoning de Saint-Georges et le zoning commercial de Verlaine, ainsi que les surfaces commerciales à Wanze et à Amay », souligne Marc Jonet, commissaire à la zone Meuse-Hesbaye, responsable de la proximité et des 6 maisons de police de la zone.

    Pour ce faire, les agents seront accompagnés des maîtres-chiens de la zone.

    « Nous allons sans doute demander une présence de la police montée, qui dépend de la police fédérale, pour le shopping Mosan et le zoning de Tihange.

    C’est une demande que nous pouvons faire tout au long de l’année, mais il faut voir en fonction de leur disponibilité », note le commissaire Jean-Marie Dradin, de la zone de police de Huy.

    Rappelons que si patrouilles de sécurisation sont là pour protéger les commerçants, les autres policiers veillent aussi au grain.

    Source info Sudpresse article de Déborah Toussaint