macfly

  • Un Nandrinois de 26 ans fait le tour du monde

    Lien permanent

    Macfly.JPG

    Son diplôme de bachelier en commerce extérieur en poche, Rowan Devalle (26) a mis les voiles, destination le monde. En neuf mois, il a traversé, seul, quinze pays dont l’Inde, le Vietnam, la Birmanie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Brésil et l’Argentine ! D’ici septembre, il sera de retour à Nandrin, des souvenirs plein la tête et un profil social plus que fourni.

    0 Macfly Away, qui êtes-vous réellement? Mon vrai nom est Rowan Devalle, j’ai 26 ans, j’habite à Nandrin et j’ai un bachelier en commerce extérieur obtenu à l’HELMo Sainte-Marie. J’ai choisi le surnom Macfly Away au moment de m’inscrire sur Facebook, je voulais un nom qui me corresponde et qui soit facile à retenir dans toutes les langues.

    Après avoir sondé quelques amis, j’ai retenu MacFly Away.

    Fly away, voyager loin, ça me parle.

     De fait, vous êtes allé très loin d’ici et y êtes toujours ! Effectivement, je suis parti pour un tour du monde le 18 septembre 2015 et je reviendrai mi-septembre, soit pile un an ! Cela faisait longtemps que l’idée de partir me trottait dans la tête.

    Avec mon esprit globe-trotter, j’ai toujours eu envie de sortir de ma routine, de découvrir de nouvelles cultures.

    A 25 ans, c’était le moment : pas encore d’énormes responsabilités et une bonne santé.

     Pourtant, vous avez une copine... Comment gérez-vous votre relation ?

    Je lui annoncé « la bonne nouvelle » une semaine après notre rencontre, soit 8 mois avant mon voyage.

    On a vite accroché, elle a compris que c’était mon rêve de le faire et m’a laissé partir.

    Tout le mérite lui revient car c’est beaucoup plus dur pour elle que pour moi qui voyage tout le temps.

    On essaye de se parler tous les jours tant bien que mal, mais avec nos activités respectives, le décalage horaire, l’internet foireux à certains endroits, ce n’est pas évident mais on y arrive.

    Elle est venue me rejoindre deux semaines en Malaisie et on terminera mon tour du monde ensemble à New York.

    Combien de pays avez-vous traversé en neuf mois et combien vous en reste-t-il à découvrir ?

    J’en ai visité 15 : Turquie, Émirats Arabes Unis, Inde, Thaïlande, Cambodge, Vietnam, Laos, Malaisie, Birmanie, Singapour, Australie, Nouvelle-Zélande, Brésil, Argentine, Chili.

    Mon itinéraire prévoit encore la Bolivie, le Pérou, et New-York.

    J’ai planifié mon tour en fonction de mes intérêts et de la météo (éviter les périodes de pluie et de froid). La durée du séjour varie d’une semaine au Cambodge à six semaines pour l’Inde, l’Australie ou le Brésil.

    Mais dans tous les cas, c’est toujours trop court.

    Pourquoi voyager seul ? Pour être libre de mes mouvements, faciliter les rencontres, mieux me connaître et dépasser mes limites, ainsi qu’outrepasser la barrière de la langue. Je parle français, anglais et un peu de néerlandais et d’espagnol.

     Sur les réseaux sociaux, on vous voit souvent en photos avec d’autres voyageurs ou locaux ; ça veut dire que vous vous « greffez » toujours à un groupe?

    C’est vrai, je ne suis jamais seul et les rencontres font partie intégrante du voyage. Ce sont des compagnons rencontrés à l’auberge ou des locaux rencontrés dans le pays ou auparavant.

     PROPOS RECUEILLIS PAR A. GOVAER http://journal.lameuse.be/

    « Mon pire souvenir : l’odeur de Mumbai »

    Après avoir bourlingué pendant neuf mois, Rowan Devalle tire un premier bilan. « Une chose a bien changé : la notion de distance. Quand je devais me rendre à Bruxelles depuis Nandrin, ça semblait super loin. Les durées de mes 3 derniers trajets sont 7, 12 et 20 heures... On ne se rend pas compte de la chance qu’on a d’avoir un petit pays. » Son pire souvenir ? « L’odeur de Mumbai. L’Inde, c’est magnifique mais il faut s’accrocher. A Mumbai, il y a un gaz qui stagne sur la ville à cause de la pollution, des déchets, des eaux usées etc. L’odeur m’était vraiment insupportable. » Le plus beau paysage admiré ? « Le parc national de Lençois Maranhenses au Brésil, les chutes d’Iguazu au Brésil/Argentine et Wanaka en Nouvelle-Zélande. » Le Nandrinois a particulièrement apprécié l’hospitalité des Brésiliens. « Dans un bus, j'ai rencontré un jeune Brésilien qui allait rendre visite à une amie à Sao Paulo, il m'a invité à le suivre. J'ai hésité mais mon instinct m’a dit de foncer et j'ai bien fait. La famille m’a accueilli comme un fils. Je suis resté une semaine. Deux heures après mon arrivée, ils m'ont demandé si je voulais aller voir un match de foot. J'étais en plein décalage horaire, au bout de ma vie, mais j'y suis allé. L'équipe locale a gagné 4-0, il y avait une ambiance de folie! Le soir même, la fille fêtait son anniversaire avec ses amis dans un garage aménagé en bar. Je me souviendrai toujours de cette première journée au Brésil ! » Et pourtant, Nandrin n’est jamais bien loin... « J’ai rencontré un pote de Nandrin par hasard à l’aéroport de Bangkok. On était tous les deux en transit pour nous rendre en Birmanie. Le monde est petit! »

     

    « Ils m’ont pris pour un footballeur »

     

    Même si Rowan Devalle est très loin des préoccupations belges, il fait son possible pour se tenir au courant de l’actualité nationale et suit dans la mesure du possible la progression des Diables rouges à l’Euro. « J’essaye de suivre les matches dès que je peux. Pour le premier match amical, j’étais dans un avion donc je n’ai pas pu. Pour le 3e match amical et le dernier match de l’Italie, j’ai réussi à les voir. Sinon je visite les sites pour suivre l'actualité belge chaque jour, c’est important de rester informé », estimet-il. Le jeune Nandrinois a même emporté une vareuse de footballeur aux couleurs de la Belgique, personnalisée avec son surnom « Macfly ». Un accoutrement qui se remarque: « Je visitais une cascade avec mes amis au Laos et je portais ce jour là ma vareuse de la Belgique. On prenait des photos ensemble et un groupe de Chinois a commencer à me prendre aussi en photo. Ils pensaient que j’étais un footballeur connu ! Mes amis en ont rajouté une couche, c’était trop drôle. »

     

    Coût du voyage : +/- 15.000 €

    Coût du voyage (jusqu’à présent): plus ou moins 15- 16 000€ avec voyage, billets d’avion et matériel compris « basé sur mes économies. » > Réseaux sociaux. « Je m’efforce de partager au max mes expériences avec ceux qui me suivent (photos, vidéos...) sur Facebook, Snapchat, Instagram et mon blog macflyaway.com (que je compléterai à mon retour avec des articles sur mes expériences et bons plans). J’ai accès à Internet presque partout sauf dans la montagne ou dans la jungle. »