logements publics

  • L’objectif de 10% de logements publics dans nos communes est très loin d’être atteint : Nandrin 0,19 %

    Lien permanent

    css.JPG

    Deux communes de Hesbaye liégeoise ne disposent quasiment pas de logements publics : Crisnée et Geer.

    Toutes deux se situent loin de la moyenne wallonne de 7%, et encore plus loin de l’objectif fixé par la Wallonie, qui est de 10%.

    En 2012, Crisnée et Geer étaient les seules à ne pas avoir de logements publics. Depuis lors, Geer en compte deux sur son territoire depuis lors : « La commune ne possédant pas beaucoup de bâtiments où créer des logements publics. Mais depuis quatre ou cinq ans, nous avons initié une politique pour faire des logements sociaux avec toute une structure qui se met en place. Plusieurs projets arrivent d’ailleurs au stade des finitions », explique Michel Dombret, le bourgmestre de Geer.

    « Nous avons commencé par réaffecter certains lieux pour faire du social, mais nous avons également entamé un partenariats public-privé pour en construire davantage.

    C’est ainsi que la commune cède des terrains pour y construire des appartements avant de les retrouver. Déjà d’ici quelques mois, cinq logements seront terminés, notamment dans les anciens presbytères », poursuit-il.

    UN LOGEMENT D’ACCUEIL D’URGENCE

    La commune pourrait ainsi se rapprocher de la moyenne, mais le mayeur geerois imagine difficilement atteindre le seuil des 10% de logements publics : « C’est impossible, malgré nos efforts, car nous ne disposons pas des fonds nécessaires pour en construire, ni des finances pour rénover autant de bâtiments. »

    Du côté de Crisnée également, le nombre de logements publics demeure proche du néant. La commune dispose d’un logement d’accueil d’urgence. Mais le bourgmestre planche sur plusieurs projets: « Nous avons lancé un projet de deux ILA, des initiatives locales d’accueil, comme par exemple pour accueillir des réfugiés.

    La commune n’a pas les infrastructures en nombre pour réaliser autant de logements publics, mais nous y travaillons.

    Quatre logements sont en projet et pourraient voir le jour d’ici deux ans », explique Philippe Goffin, le mayeur de Crisnée.

    Source info Sudpresse 

    Article de 

    JULIEN MARIQUE

     

    Voici le nouveau système pour l'attribution des logements sociaux CLIC ICI 

     

    L’attribution des logements sociaux, un vieux débat qui n’en finit pas de susciter des discussions. On pensait avoir trouvé le système idéal, avec des points, donnés de manière impartiale.

     

    Autonomie

     

    Par ailleurs, on constate, selon la Région, que les quartiers de logements sociaux regroupent des populations de plus en plus pauvres. Il faudrait, selon le ministre, avoir plus de souplesse dans l’attribution des logements, afin de ramener une population capable de payer des loyers de logement moyen. Afin de ramener une mixité sociale et… des loyers aux sociétés de logement. On rendrait donc une certaine autonomie à ces sociétés, mais une «  autonomie encadrée  », précise le ministre. «  Avec une dépolitisation et des règles claires. On ne pourra pas proposer en logements moyens plus de 4 ou 5 % des logements d’une société. Et il faudra que le logement social représente 10 ou 12 % du total des logements dans la commune. C’est une des conditions pour pouvoir avoir cette autonomie. »

     

    Toute une série de communes ne répondent déjà pas à ce critère comme nous l’avons montré dans notre dossier de ce vendredi 11 septembre. La mise en œuvre se fera par étapes, la dernière étant prévue pour juin 2016.

     

    Code Napoléon

     

    En matière de logement privé, il y a aussi du pain sur la planche. Il s’agit de créer un code du logement (valable pour le privé et le social), qui n’existe donc pas. La matière, pour ses grandes lignes, est toujours réglée par le code Napoléon de 1804, même si un tas de lois et de règles ont été édictées depuis.

     

    Le nouveau code répondra à des questions aussi simples que : « Qu’est-ce qu’un bail locatif ? », « faut-il un bail écrit ? », « comment faire un état des lieux ? », « de quoi doit disposer un immeuble pour pouvoir être mis en location ? »

     

    Le code se penchera aussi sur le non-payement des loyers. «  On doit pouvoir se séparer plus vite d’un locataire qui ne paye pas  », dit Paul Furlan. La Région planche donc sur un mécanisme qui permettra de faire expulser plus rapidement les locataires indélicats. Au bout de deux mois de loyers impayés (au lieu de trois), par exemple. Mise en œuvre prévue en 2016.

     

    B.J.

     

    SOURCE

    http://www.sudinfo.be/1376069/article/2015-09-15/voici-le-nouveau-systeme-pour-l-attribution-des-logements-sociaux

     

     

     

    Journal en PDF

    Vendredi 11 Sept. 2015

    Vendredi 11 Sept. 2015