les enseignants formés à la gestion des conflits

  • Nandrin,Les enseignants formés à la gestion des conflits

    Lien permanent

    gv.JPG

    La gestion des conflits dans les cours de récréation était au centre d’une formation donnée à Villers-le-Temple ce vendredi. 
    230 membres du corps enseignant venus de dix écoles condruziennes ont écouté avec intérêt les explications de Bruno Humbeeck,chercheur à l’Université de Mons.
     
     
    Le hall des Templiers à Villers- le-Temple était bien rempli ce vendredi. 
    Non pas par des sportifs à l’occasion d’un tournoi, mais bien par 230 membres du personnel enseignants provenant de dix écoles communales condruziennes.
     Ils étaient tous venus assister à une formation sur le thème de la gestion des conflits entre les élèves.
    Bruno Humbeeck, docteur en psychopédagogie et chercheur auprès de l’Université de Mons,leur a expliqué son projet pilote qui vise à l’amélioration du climat scolaire et à la prévention du harcèlement à l’école. 
    Un projet qui est déjà en application dans 80 établissements scolaires en Wallonie et qui a donc fait ses preuves.
    Mais l’application voulue dans le Condroz par les dix établissements communaux concernés, à savoir celles de Clavier, Comblainau-Pont, Ferrières, Fraiture, Modave,Marchin, Warzée, Hamoir et Nandrin, pourrait bien être une première. 
    «Ce qui m’a directement intéressé ici est le regroupement des établissements scolaires.
    Il s’agit de quelque chose d’assez unique et cela permet de travailler de manière efficace. 
    Je me réjouis de voir comment cela va se concrétiser de façon globale dans les dix écoles », commente Bruno Humbeek.
    Car l’objectif des différentes directions est bien d’avoir un règlement et une application commune de ce projet. «Nous aimerions adapter les mêmes règles de fonctionnement dans les cours de récréation dans les différents établissements.
    Un enfant qui changerait d’école ou alors un intérimaire qui évolue dans plusieurs écoles connaîtrait dès lors plus facilement le règlement », explique Yves Melin, le directeur de l’école communale de Nandrin.
    Sur le terrain, ce projet pilote se matérialise par une régulation des espaces de récréation, par l’intermédiaire de zones de couleur qui définissent l’activité qui peut y être effectuée. Un espace de parole régulé par le professeur où chaque élève peut parler de ses problèmes doit aussi être créé.
    «Une fois le problème expliqué, les autres élèves de la classe tentent de trouver une solution. Avec la régulation des espaces, on remarque qu’il y a 55 % de violence visible en moins. Lorsque l’on associe les deux axes, la violence diminue de 90 à 95% », explique Bruno Humbeeck.
    Cette méthode devrait entrer en application dans le courant de l’année scolaire dans les différents établissements. «Nous aimerions aussi organiser une soirée d’information pour les parents afin que toutes les parties adhèrent au projet », conclut Yves Melin. 
     
    Article de CÉDRIC WILLEMS dans le journal La Meuse de H-W du 20 septembre 2014
     
     
     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/nandrin-les-enseignants-formes-a-la-gestion-des-conflits/

     
    « Une bonne idée ce système de carte et de zones »
     
    Les différents membres du corps enseignant présents ce vendredi à Villers-le-Temple se sont montrés intéressés par les propos de Bruno Humbeeck. D’ailleurs, aucun chuchotement n’était perceptible dans la salle lors de la prise de parole du chercheur à l’Université de Mons. «Il nous met directement en situation et ne nous assomme pas avec de la théorie », commente Frédéric Etienne, enseignant maternel à Modave.
    Les propos tenus ont aussi permis aux enseignants, mais aussi aux accueillants extra-scolaire de se jauger par rapport à leurs décisions actuelles. «Nous avons pu voir que nous étions dans le vrai dans l’application de certaines règles. Nous remarquons aussi que nous pas nécessairement aussi sévère que nous le pensons », déclare Evelyne Bielen, accueillante extrascolaire à l’école communale de Bosson (Ferrières).
    Le corps professoral émet parfois quelques doutes sur l’application concrète dans les cours de récréation.
    «Je suis totalement pour la mise en place de règles communes.
    Mais l’application ne peut pas être la même pour 35 élèves et une de 150. Par contre, les différentes zones séparées sont une bonne idée, tout comme le système de carte jaune et rouge que j’applique déjà », conclut Nathalie Cirulli, enseignante maternelle à Saint-
    Séverin. 
    C.W.
     
     
    Dix établissements
     
     
    Cette formation en gestion des conflits dans la cours de récréation regroupait le personnel enseignant de dix écoles : l’école communale de Nandrin (à savoir les implantations de Villers-le-Temple et Saint-Séverin),l’école communale de Clavier,l’école communale de Comblain-au-Pont, l’école communale de Ferrières1, l’école communale de Ferrières 2, l’école communale de Fraiture,l’école communale de Modave,l’école communale de Marchin,l’école communale de Warzée et l’école communale de Hamoir.
     Ces différents établissements appliqueront la méthode dans le courant de l’année scolaire. l
    C.W.