le résultat des élections

  • Le résultat des élections confirmé

    Lien permanent

    540108062.JPGComme on le pressentait après le réquisitoire de l’auditeur du Conseil d’état : on ne revotera pas à Nandrin.

     Pour rappel,la semaine dernière, ce dernier avait rendu un avis négatif, concernant le recours en annulation des élections communales déposé par trois membres du groupe d’opposition « Pour Nandrin».

    Nous avons appris, ce vendredi,que le Conseil d’Etat suivait cet avis (comme c’est souvent le cas) et rejetait donc le recours.

     Par conséquent, il n’y aura pas de nouveau scrutin dans la commune condruzienne.
    «Aucun élément du dossier ne permet de croire que les irrégularités auraient été commises dans le but de commettre ou de permettre des fraudes », a affirmé le Conseil d’État, estimant que les irrégularités dénoncées

    «auraient été imputables à un manque d’expérience des membres du bureau ».

    « Pour Nandrin » estimait que 623 bulletins n’avaient pas été estampillés, c’est-à-dire frappés du sceau des élections. 

    Des bulletins auraient en outre été transportés dans des sacs et non dans des urnes scellées. 

    Le groupe dénonçait aussi un comportement inadéquat de la femme d’un des candidats dans un bureau de vote.

    «Je suis démocrate donc je m’incline devant cette décision », a réagi hier Marc Evrard, de « Pour Nandrin », tout en glissant :«Même si on ne parle pas de fraudes, les irrégularités ont été actées…».

    Le Nandrinois se veut «positif » et «constructif » dans son travail d’opposition, dans un climat qu’il juge néanmoins «mauvais et inquiétant.»

    «Puisqu’on ne recompte pas l’ensemble des bulletins, il restera toujours un doute », a même avancé Bogdan Piotrowski, autre requérant.

    Du côté de la majorité, on ne cachait pas sa satisfaction.
    «La démocratie a triomphé, toute suspicion de fraude est écartée. 

    L’arrêté du Conseil d’Etat confirme en tout point celui du Collège provincial, qui nous avait donné raison une 1re fois, a déclaré Claude Laffineuse, président d’Expressions Commune( s).
    Si nous avons déposé successivement deux mémoires auprès du Collège provincial et du Conseil d’Etat, c’est parce qu’il fallait démontrer que la démocratie n’avait pas été bafouée et que les accusations de « Pour Nandrin » étaient sans fondement, même si nous reconnaissons que les bulletins en question auraient dû être estampillés.

    Il fallait rétablir la vérité. » 

     Article de ANNICK GOVAERS AVEC BELGA pour le journal La Meuse Huy-Waremme du 19 janvier 2013