le monastère est-il une boîte de voyous?

  • Le Monastère (Nandrin) est-il une boîte de voyous?

    Lien permanent

    mona.JPGLe Monastère (Nandrin) est-il une boîte de voyous? Nous l'avons testé pour vous

    Ces dernières semaines, plusieurs événements liés, de près ou de loin, à la discothèque le Monastère, ont fait la une des faits divers.

    Nous avons donc décidé de tester un samedi soir dans cette boîte de nuit qui fait le débat. Nous partons avec une idée en tête : savoir si l’établissement si prisé des jeunes est vraiment un endroit dangereux.

    À 23h30, le parking du Monastère est encore pratiquement désert. Les voitures arrivent peu à peu et dès le parking, les clients sont pris en charge. On ne se gare pas où on veut et surtout pas n’importe comment.

    Devant la discothèque, il n’y a personne. Il est encore trop tôt. Nous nous présentons à la porte. Nous sommes accueillis par deux portiers, costauds et sympathiques, sans aucune difficulté. Après un passage à la caisse, nous voilà dans la boîte. Aux tables, des jeunes boivent un verre. Quasiment personne ne danse.

    Ce qui frappe dès le départ, c’est le public présent. La majorité des clients paraît très jeune. La moyenne d’âge ne doit pas excéder 20 ans. La plupart sont des étudiants qui viennent en groupe. Les garçons portent de belles chemises et les filles ont sorti leur plus jolie robe et les talons aiguilles.

    Vers minuit et demi, l’ambiance commence à chauffer. Le DJ monte le son et progressivement la piste de danse se remplit. Les demoiselles les plus délurées envahissent les petits podiums au bord de la piste et se trémoussent au son d’une techno à la mode. Si, à toutes les tables, on consomme de l’alcool, pour l’instant, il n’y a pas d’excès.

    Aux alentours de 2h du matin, tout le monde danse. Certains garçons, en groupe, tentent d’approcher les jolies filles. Des couples se forment. L’alcool aidant, les danses deviennent plus suggestives. Mais, encore une fois, on n’observe rien qui pourrait choquer la morale.

    Les serveurs circulent entre les tables, dans le calme et l’ambiance reste très conviviale. Nous retournons auprès des portiers à l’entrée. De leur côté aussi, tout est calme. Des clients arrivent, par petits groupes et entrent sans difficultés. C’est une soirée assez calme, il y a moins de monde qu’à l’habitude.

    À trois heures du matin, nos journalistes, qui n’ont plus 20 ans, décident de rentrer à la maison après avoir fait quelques pas sur la piste de danse.

    Bilan de la soirée, nous n’avons vu aucune altercation, pas la moindre bagarre. Les jeunes, étaient visiblement de bonne humeur. Du côté des sorteurs, on nous précise que les choses ne sont pas toujours aussi idylliques. « En fin de soirée, certains ont vraiment trop bu et ça peut déraper un peu. Et puis, d’autres personnes n’aiment pas qu’on leur refuse l’accès à la boîte, que ce soit parce qu’ils ont déjà causé des ennuis ou parce qu’ils n’ont pas une tenue correcte  ».

     

    Article de NB

    Plus de détails dans Le Meuse de ce lundi

    Lundi 22 Avr. 2013

    Lundi 22 Avr. 2013