la victime du deuxième accident du dimanche 27 avril à nandrin

  • La Victime du deuxième accident du dimanche 27 avril à Nandrin

    Lien permanent

    Julie E.JPG« Il semblait avoir trop bu »

    Julie Ernst est une autre victime de Jean-Claude Nanni.
    Cette jeune Ansoise de 20 ans,avait, elle aussi, passé sa soirée au Monastère. «Nous étions en voiture avec 4 de mes amis. 
    Tout à coup, j’ai senti un gros choc, je me suis cogné la tête. 
    Nous avons été percutés par une voiture, une Polo qui arrivait derrière nous.
     Le conducteur s’est arrêté. 
    Il est sorti.
    Visiblement, il avait beaucoup bu.
     Il s’est tout de suite énervé.
     Il refusait de faire un constat.
     Il est même devenu violent avec un de mes amis. 
    Ils en sont venus aux mains.
     Et puis, il a fini par me donner sa carte d’identité, ses coordonnées pour qu’on puisse faire un constat à l’amiable. 
    Il est reparti aussitôt après, comme un fou. 
    Il roulait sans phares. »
    SOUS LE CHOC
    Ce n’est qu’après le départ de Jean-Claude Nanni que Julie et ses amis ont compris qu’il venait de renverser une personne juste avant. 
    « J’étais sous le choc.
    J’ai dû être conduite à l’hôpital,j’avais une commotion cérébrale.
    Mais je ne me plains pas du tout.
    Je me rends compte que j’ai eu beaucoup de chance. 
    Quand je pense à ce qui est arrivé à l’autre garçon, c’est un véritable drame. »
    Aussitôt sortie de l’hôpital, Julie s’est rendue au commissariat de la zone du Condroz. 
    «Je voulais aller dire tout ce que je savais.
    Je pense à la famille du jeune homme. 
    J’ai appris qu’il s’appelait Raphaël. 
    J’ai eu envie d’aider le plus possible la police à retrouver celui qui a fait ça.
    J’espère que ça aidera les proches, la famille, les amis de ce garçon à faire leur deuil.
     D’après ce qu’on dit de lui, c’était quelqu’un de bien. 
    C’est une tragédie ce qui est arrivé. 
    Et je me rends compte que mes amis et moi aurions pu subir le même sort… » 
     
    Article de NOÉMIE BOUTEFROY dans le journal La Meuse du 29 avril 2014