la plus belle chèvre laitière belge

  • Nandrin,Rosine, la plus belle chèvre laitière belge

    Lien permanent

    Rosine, la plus belle chevre.JPG

    La plus belle chèvre laitière, toutes provinces confondues, s’appelle Rosine. Elle a cinq ans et appartient au Nandrinois Michel Rulot (55), couvreur de métier et éleveur par hobby. C’est elle qui a remporté le premier prix du concours interprovincial de la foire de Battice, début septembre.

    Rosine n’est pas née au sein d’une exploitation agricole, mais à l’arrière d’un pavillon classique de lotissement.
    C’est là que depuis 1990,le couvreur Michel Rulot élève,par pur hobby, ses animaux :une dizaine de chèvres avec deux boucs, une trentaine de moutons, quatre chevaux, des poules, des lapins, des pigeons, et deux chiens.
     Beaucoup sont évidemment mis en pâture lors de la belle saison.
     Le Nandrinois ne manque pas de participer à de nombreux concours de beauté avec ses bêtes.
     «J’ai commencé les concours avec mes chèvres il y a une vingtaine d’années. 
    Je remporte le premier prix une ou deux fois par an »,déclare-t-il fièrement. 
    Michel Rulot a séduit le jury de la foire agricole de Battice à trois reprises, début septembre.
     Il est en effet reparti avec trois trophées : celui de la plus belle chèvre laitière adulte (Rosine) et jeune (Xena, âgée de 8 mois),ainsi que celui du plus beau bouc adulte (Virgule).
    « COMME DES MISS »
    Rosine a donc fait impression au concours annuel interprovincial organisé par l’ASBL Chèvres et Moutons Laitiers de Liège, face à 90 concurrentes.
    De multiples critères de beauté entrent en ligne de compte : la robe, la rondeur et la symétrie du pis, la démarche, la tenue...
    «Ce sont des miss qu’il faut bichonner.
    On les lave si elles sont sales, on leur coupe les ongles,on épile un poil ou l’autre. 
    On les entraîne à défiler aussi », cite Cécile Rulot, la femme de Michel.
    Rosine est une chèvre de race alpine chamoisée (une robe fauve avec une ligne dorsale noire) de cinq ans et n’en est pas à sa première victoire.
    «L’an passé, elle avait raflé pour la première fois la médaille d’or au même concours. 
    C’est très gratifiant pour nous car c’est une chèvre qui est née chez nous et que nous avons élevée avec passion », soulignent les Nandrinois.
    Le gagnant de chaque catégorie reçoit une coupe et une médaille.
    «Il n’y a pas d’argent en jeu. 
    J’adore les concours parce que c’est une occasion de rencontrer d’autres éleveurs et d’échanger sur notre amour des animaux », confie Michel Rulot. 
     
    Article de ANNICK GOVAERS Pour la Meuse H-W