janvier

  • La Fédération des auto-écoles conseille de passer l’examen avant la fin de l’année

    Lien permanent

    Conséquence de la régionalisation, la Wallonie réforme les conditions d’accès au permis de conduire B. Le principe de la faute grave réintègre l’examen théorique... et est nettement élargi par rapport aux quatorze infractions précises en considération par le passé.

    « Cela va être la catastrophe ! », prédit David Barattucci, vice-président de la FAA.

    La Flandre a réformé l’accès au permis de conduire au printemps.

    En janvier prochain, ce sera au tour de la Région wallonne.

    Plusieurs changements sont prévus .

    L’un des principaux concerne l’examen théorique et le retour de la faute grave.

    «Actuellement, il faut obtenir au minimum 42 sur 50 et chaque erreur coûte 1 point.

    À partir du 1er janvier 2018, une faute grave entraînera la perte de cinq points.

    Et donc, le candidat échouera s’il se trompe deux fois pour ces catégories d’infractions », explique Marie De Backer, porte-parole du Goca, la Fédération des centres d’examens au permis.

    « Le principe de la faute grave, qui a été supprimé par la suite, était en vigueur dans les années 1980.

    À l’époque, il ne portait que sur 14 types d’infractions. Maintenant, nous sommes à près d’une cinquantaine puisque cela regroupe les infractions de troisième et de quatrième catégories », pointe David Barattucci, vice-président de la Fédération des auto-écoles agréées (FAA).

    « Sont prises aussi en compte les infractions relatives au non-respect des limitations de vitesse », précise Marie De Backer, du Goca. Concrètement, le candidat perdra cinq points d’un coup si, à la photo d’un panneau d’entrée d’agglomération, il répond que l’on peut continuer à 70 km/h.

    Sauf indication contraire, ce panneau suppose de rouler à maximum 50 km/h. Il ne s’agit pas de nouvelles questions. Les anciennes sont toujours d’actualité. C’est simplement le logiciel du calcul des points à adapter.

    MESURER L’IMPACT

    « Le taux d’échec au théorique va exploser.

    Cela sera la catastrophe », prédit David Barattucci de la FAA.

    Marie De Backer de la Fédération des centres d’examen est moins catégorique : « Rien ne dit que ce sera la flambée.

    La Flandre a réintroduit la faute grave depuis le 1er juin.

    Nous avons entamé une étude pour mesurer l’impact sur le taux de réussite. Il est encore trop tôt pour se livrer à des conclusions ».

    David Barattucci persiste : « Pour autant qu’elles soient prêtes, je conseille aux personnes de présenter l’examen selon l’ancienne formule et de ne pas attendre le 2 janvier prochain. Mais il est important de bien connaître son code car on ne peut pas compter sur la chance pour réussir ».

    Selon lui, des auto-écoles proposent des formules à 85 euros, comprenant un livre, un cédérom et une connexion internet pour se tester, avec 12 heures de cours théoriques comprises.

    La formule prévoyant uniquement 12 heures de formation oscille entre 70 et 100 € selon les villes.

    Rappelons que les candidats ont aussi la possibilité de se former par eux-mêmes via la filière libre. 

    Article Y.H

    Source info clic ici 

  • Inscriptions en première secondaire: voici tout ce que les parents doivent savoir

    Lien permanent


    diplome.jpgEn janvier, le stress monte chez les parents des quelque 45.000 enfants concernés par cette aventure

    Après le Nouvel An s’annonce la période la plus stressante pour les parents des quelque 45.000 à 50.000 enfants qui vont devoir être inscrits en 1re année secondaire. Le spectre du décret inscription doit leur coûter des nuits blanches. Voici ce qui les attend cette année.

    Une seule nouveauté. La fixation définitive des places que les enfants occupent en ordre utile (quand ce n’est pas l’école de leur première préférence) sera fixée une semaine plus tôt (le 23 août), ce qui les supprimera des listes d’attente où ils figuraient encore le cas échéant et permettra de libérer plus rapidement des places pour les enfants qui n’ont pas de place en ordre utile (nulle part). 

    3 février (dernière limite). Les écoles primaires vont recevoir bientôt (le 20 janvier au plus tard) les formulaires uniques d’inscription. Elles devront les transmettre aux parents des élèves de 6e primaire à la date du 3 février au plus tard.

    Pour les élèves scolarisés en dehors d’un établissement organisé ou subventionné par la Communauté française, des formulaires seront disponibles auprès de l’administration (dès le 15 janvier) ou de l’école secondaire souhaitée (à partir du 6 mars). Un contact entre l’école choisie et les parents est recommandé pour qu’ils reçoivent toute l’info nécessaire. Mais ces démarches ne constituent pas une pré-inscription et ne dispensent pas les parents de procéder à l’inscription au moyen du formulaire unique.

    Du 6 au 24 mars inclus, c’est parti! Le début des inscriptions. Pendant ces trois semaines, la chronologie des dépôts des formulaires dans les écoles secondaires n’a pas d’importance. Attention: le seul document exigible à ce stade est le formulaire d’inscription. Il ne peut être imposé la transmission d’une carte d’identité, de bulletins, d’extraits d’actes de naissance ou de composition de famille.

    Sauf si ce document (qui prouverait l’adresse, par exemple) est de nature à influer sur l’éventuel classement futur des demandes. En tout cas, la demande d’un quelconque
    paiement est prématurée et proscrite. Rappelons que le formulaire permet aux parents de repréciser l’école secondaire de leur préférence ainsi qu’un maximum de 9 autres établissements classés dans l’ordre décroissant de leurs préférences. Autre élément important: une forme d’accusé de réception doit être remise aux parents.

    >Du 25 mars au 1er mai,tout est figé. Aucune demande d’inscription ne peut être enregistrée. >Deuxième quinzaine d’avril: les premières décisions.Si l’établissement n’est pas complet, tous les enfants sont inscrits. Sinon, la CIRI (Commission inter-réseaux des inscriptions) procède à l’attribution des places et informe les parents de la situation de leur enfant en ordre utile et/ou en liste d’attente. Les parents peuvent, dans un délai de 10 jours ouvrables à dater de l’envoi de la décision, confirmer ou renoncer à tout ou partie de leurs demandes. >Le 2 mai, reprise des inscriptions. L’ordre chronologique reprend ses droits.

    Le 24 août, on purge les listes. Les inscriptions en liste d’attente (dans une école qui a plus leur préférence qu’une autre où ils sont en ordre utile, ce qui signifie qu’ils ont, là, une place) des élèves ayant une place en ordre utile ont été supprimées au cours de la nuit précédente. L’ordre des listes d’attente est respecté jusqu’à épuisement de ces listes. Les coups de pouce habituels sont maintenus, comme la possibilité d’ouvrir des places supplémentaires dans certaines écoles. Enfin, toute fraude, notamment le dépôt de plusieurs demandes d’inscription sous des formulaires différents, conduira à l’annulation de toutes les demandes. Une inscription en ordre utile ne peut être prise pour un élève déjà en ordre utile ailleurs. L’acceptation de la nouvelle demande présuppose donc un désistement de l’établissement précédent dans lequel l’élève était en ordre utile.

    Article de DIDIER SWYSEN source Sudinfo 

    Le décret inscription pas modifié avant plusieurs années

    S’il y a toujours des priorités (fratrie, enfant en situation précaire, etc.), il n’y a pas eu de modifications, ni même d’aménagements légers des critères prévus par ce décret inscription qui existe depuis six ans. Il avait été envisagé d’abandonner le régime favorable accordé aux enfants qui habitent une localité où il n’y a pas d’école secondaire (ce qui porte préjudice aux enfants des communes voisines où l’on trouve de telles écoles).


    PAS SIMPLE «LA GÉO»!

    Les critères géographiques agacent régulièrement des parents. Il faut dire qu’ils sont parfois bien complexes… « La réflexion est toujours en cours », précise le cabinet de la ministre MarieMartine Schyns (cdH). « Mais la ministre a déjà annoncé que s’il devait y avoir des évolutions, elles seraient annoncées en amont et ne seraient pas mises en application avant plusieurs années pour ne pas pénaliser les familles qui ont parfois fait des choix de vie en fonction du décret. » On peut d’ailleurs se demander ce qu’il adviendra, à (long) terme de ce décret, suite à son évaluation et au déploiement du Pacte d’excellence qui poursuit aussi son combat pour plus de mixité sociale, la raison d’être du décret inscription. Pourrait-il être revu et corrigé? Renforcé? Supprimé? Interrogée à la fin de l’année dernière, la ministre était plutôt restée évasive sur ce point…D.SW

     

  • Nandrinois Une indexation des salaires devrait intervenir

    Lien permanent

    i2.JPGLe prochain dépassement de l'indice pivot pourrait intervenir en mai plutôt qu'en juillet... et les salaires augmenteraient alors en juin

    Le prochain dépassement de l’indice pivot devrait se produire en mai, ressort-il des dernières prévisions d’inflation publiées mardi par le Bureau fédéral du Plan. Auparavant, le Bureau du Plan prévoyait un tel dépassement en juillet.

    Si ces nouvelles prévisions se confirment, les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique seront augmentés de 2% respectivement en juin 2016 et en juillet 2016. Le dépassement suivant n’interviendrait pas en 2017 alors que le dernier franchissement de l’indice pivot remonte à novembre 2012.

    Les dernières prévisions du Bureau du Plan anticipent une inflation annuelle de 1,5% en 2016 et 1,5% en 2017, contre 0,56% en 2015 et 0,34% en 2014.

    L’augmentation de «l’indice santé», qui sert entre autres au calcul de l’indexation des salaires, allocations sociales et loyers, serait de 1,7% en 2016 et 1,3% en 2017, contre 1,05% en 2015 et 0,40% en 2014.

    Les prochaines prévisions d’inflation seront publiées le 3 mai.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Nandrinois Janvier, février et mars?

    Lien permanent

    météo.jpgUn peu de froid mais pas mal de douceur!

    Après avoir vécu un mois de décembre de folie, que nous réservent les trois premiers mois de l’année 2016 ? Philippe Mievis de MeteoBelgique répond à cette question en dévoilant, comme tous les mois, ces tendances saisonnières

     

    Les chances de revivre un « non-hiver » comme celui de 2013-2014 « sont loin d’être négligeables », avertit le météorologue.

    Tout en restant prudent : « Les probabilités de connaître un épisode hivernal augmenteront au fur et à mesure qu’on se dirige vers la seconde partie de l’hiver, après le 15 janvier ».

    Mais si épisode il y a, il devrait être relativement court.

     Le mois de janvier.

    La première partie de ce mois sera douce et perturbée. Au programme, de la pluie, du vent parfois soutenu. Les gelées seront rares, voire inexistantes, en Basse et Moyenne Belgique.

    « Pour la seconde quinzaine, il y a de l’incertitude : la douceur pourrait faire place à des incursions d’air plus froid, et de temps plus hivernal ».

    Cela se jouera à pas grand-chose.

    Température : 1,8° au-dessus de la normale.

    Précipitations : 30 % de plus que la normale.

    Insolation : 15 % en dessous de la normale.

     Le mois de février.

    « Il pourrait connaître quelques périodes de temps plus hivernal en première quinzaine ». Ensuite, on devrait avoir droit au retour de la douceur.

    « Par contre, contrairement à ce que j’avais annoncé le mois dernier, cette période de temps doux de la seconde partie du mois ne devrait pas être aussi sèche que prévu ».

    Les ingrédients de cette fin de mois devraient être un temps perturbé, de la pluie, du vent et une douceur humide.

    Température : 0,5° au-dessus de la normale.

    Précipitations : 10 % de plus que la normale.

    Insolation : 10 % en dessous de la normale.

    Le mois de mars.

    C’est le premier mois météorologique du printemps.

    Souvent, il neige encore en mars mais, cette fois, cela ne devrait pas être le cas, selon Philippe Mievis.

    « Il devrait être doux et pluvieux.

    On ne devrait pas s’attendre à une période hivernale sur le tard, mais pas de temps printanier pour autant.

    Maintenant, cela reste à confirmer car l’indice de confiance n’est que de 55 % ».

    Température : 1,6° au-dessus de la normale.

    Précipitations : 25 % de plus que la normale.

    Insolation : 10 % en dessous de la normale.

     

    asm_gifs_pwoutrspdeub103.27.gif

  • Nandrinois un hiver qui s’annonce bien !

    Lien permanent

    thn.3.jpgNous vivons un début de mois de novembre idyllique, au niveau de la météo. Après avoir enregistré un 1er novembre historique (20,8o à Uccle), on pourrait connaître une première décade « record », pronostique le météorologue David Dehenauw.

    « Le record date de 1977 avec 11,4 degrés enregistrés en moyenne pour les 10 premiers jours. Il y a une forte probabilité qu’il soit battu car les températures nocturnes seront très élevées ».

    Ce week-end, on pourrait à nouveau atteindre les 20 degrés en divers endroits, ce qui est très rare.

    « Il y a beaucoup de nébulosité, pas mal de vent et le flux arrive toujours de secteur sud ». Bref, c’est tout bon pour les températures !

    HIVER AU BALCON ?

    Du côté des tendances à long terme, c’est vers Philippe Mievis de MeteoBelgique que nous nous tournons.

    Il n’avait pas vraiment prévu un octobre froid et sec.

    « Il semble que novembre, contre toute attente, s’ajoutera à la liste des mois à déficit pluviométrique qui est de mise depuis février ».

    Depuis le 1er janvier, il n’a été ré- colté que 579 mm de pluie à Uccle.

    C’est très peu.

    D’un autre côté, l’année est fort ensoleillée avec 1.621h et 23 minutes enregistrées cette année jusqu’au 3 novembre.

    « Nous avons déjà plus d’heures qu’une année normale », corrobore David Dehenauw. Pour Mievis, l’hiver qui s’annonce devrait être globalement assez doux et, malgré tout, humide.

    « Des incursions froides pourraient quand même être à l’ordre du jour. Cet hiver ressemblera sans doute à celui de l’année dernière mais avec une fin de saison probablement plus froide que son début ».

     Novembre 2015.

    « Les anticyclones devraient garder le pouvoir tout au long de ce dernier mois de l’automne météorologique ».

    Le temps devrait être un peu plus mitigé en seconde décade. Mais, en dernière partie de mois, on pourrait assister à un gros rafraîchissement couplé au retour d’un temps à nouveau sec.

    « La toute fin de mois devrait revoir l’arrivée d’un temps plus doux et progressivement plus perturbé ».

     Décembre 2015.

    Il sera dans la continuité de la fin novembre : il commencerait sous un mode doux et graduellement de plus en plus perturbé.

    « Ce type de temps vaudrait pour la première quinzaine du mois… avant le retour d’un temps plus sec mais aussi un peu plus froid.

    Quelques épisodes neigeux ne sont malgré tout pas à exclure ».

     Janvier 2016.

    Il sera un mois plutôt doux, entrecoupé de temps plus frais.

    « Surtout en seconde décade… mais ce mois est encore loin.

    La fiabilité est donc faible ».

    Source info Sudpresse article de PIERRE NIZET

    Journal en PDF