il a percuté michel ojéa devant le monastère de nandrin

  • Il a percuté Michel Ojéa devant le Monastère de Nandrin ,trois ans avec sursis pour Arnaud

    Lien permanent

    i2.JPGCe vendredi matin, Arnaud Peigneux, un jeune Sprimontois, a été fixé sur son sort. Il a été condamné à trois ans de prison pour avoir tenté de tuer Michel Ojéa, un joueur de football bien connu de la région, en le percutant avec sa voiture, une Audi A6, à la sortie de la discothèque « Le Monastère », à Nandrin.

     

    Tout avait débuté par une soirée comme il y en a tant d’autres, à la discothèque « Le Monastère », à Nandrin.

    Le joueur de foot de Warnant à l’époque, Michel Ojéa, y fêtait son anniversaire. C’est une simple petite bagarre qui a déclenché les tragiques faits qui ont suivi.

    Une des filles du groupe de Michel a eu une altercation avec le cousin d’Arnaud. Ce dernier l’a alors embarqué dans sa voiture, avec deux de ses amis.

    À la sortie du parking, alors qu’ils s’apprêtaient à monter sur la route du Condroz, ils ont entendu des bruits sourds sur la carrosserie : des cailloux.

    Arnaud, ce mécanicien amoureux de sa voiture, est devenu fou furieux. Il a fait demi-tour sur la route, en contresens, et fait mine de foncer sur la petite bande. Puis, a refait demi-tour une seconde fois, a pris des barres de fer dans son coffre pour l’un de ses amis, et est retourné sur le parking du Monastère.

    Voyant que son bolide recevait de nouveaux cailloux, Arnaud a foncé sur le groupe de jeunes et percuté Michel Ojéa de plein fouet.

    «Il est passé sur le pare-brise et a volé audessus de la voiture, je l’ai vu retomber comme un pantin désarticulé », avait-il dit dans son témoignage.

    Gravement blessé, Michel Ojéa est resté un long moment dans le coma et a failli perdre la vie.

    LONGTEMPS DANS LE COMA

    Ce vendredi, Arnaud peigneux a donc été condamné à une peine de trois ans de prison, avec un sursis de cinq ans pour ce qui excède la détention préventive qu’il a déjà subie.

    Parmi les conditions qu’il doit respecter, il est tenu de suivre un traitement psychologique et une formation de gestion de l’agressivité.

    L’ami à qui il avait donné la barre de fer écope, lui, d’une suspension simple du prononcé, pour une durée de trois ans.

    Une nouvelle expertise a toutefois été demandée afin de procéder à un examen clinique plus approfondi de l’état de santé de la victime, ses diverses lésions et incapacités. Michel Ojéa a, après sa longue période de coma, dû subir une intervention chirurgicale, suite à de nombreuses fractures au visage.

    Sa compagne était enceinte au moment des faits.

    Il n’a pu prendre son bébé dans les bras, paralysé. Il est ensuite entré dans un centre de revalidation, où il a fait de gros efforts. On ne pouvait estimer, à un moment, s’il allait pouvoir remarcher un jour… Aujourd’hui, il porte notamment encore de lourdes séquelles neurologiques et n’a pas encore recommencé à travailler, dans la société familiale de son père, où il était électricien.

    « C’est terrible, toute sa vie a changé », avait commenté son avocat, Me Carlozzi.

     

    Source info Sudpresse article de E.D.