déconfinement

  • Il faut surtout réinventer l’école ?

    Lien permanent

    Jean-Pierre Coenen: «Il faut surtout réinventer l’école»

    Président de la Ligue des Droits de l’Enfant, Jean-Pierre Coenen n’est pas opposé à une reprise des cours lundi prochain.

    Ce qui ne signifie pas qu’il l’accueille avec enthousiasme et sans commentaire.

    Sa position, c’est plutôt un « oui mais… » et un « mais » en lettres grasses auxquelles il donne beaucoup de consistance.


    « Reprendre l’école, c’est important, car elle a un rôle social au-delà des apprentissages. La situation actuelle est difficile à vivre, surtout pour les enfants confinés dans de petits appartements sans terrasse ni jardin », dit Jean-Pierre Coenen. « Mais il faut voir tous les aspects et aussi ce que l’on va faire à l’école. »


    Faire le tri


    Pour le responsable de la Ligue des Droits de l’Enfant, tout ce qui n’a pas été vu au cours des dernières semaines ne représente qu’un faible pourcentage de toute une vie scolaire.

    « Faisons le tri dans ce qui doit être vu et n’hésitons pas à dire qu’il y a des choses vues à l’école qui n’ont pas beaucoup de sens », dit-il.

    « Cela n’a pas de sens d’essayer de rattraper les mêmes choses pour tout le monde.

    Je pense qu’il faut réinventer l’école, c’est le moment ; réinventer la certification et que cette question soit reposée chaque année.

    Inventer une école plus juste qui prend chaque élève en compte.

    Qu’apprend-on aux élèves qui peut leur être utile pour plus tard ?

    Comment apprend-on en équipe ou comment fait-on de la remédiation avec une distanciation sociale d’un mètre et demi ? »

    Jean-Pierre Coenen veut une école plus équitable vis-à-vis de tous les élèves « et qui protège tout le monde : les enseignants, les enfants, les parents aussi ».

    Il pense que recommencer l’école sans tester tous les enseignants, c’est prendre un risque.
    Le débat sur les risques est loin d’être épuisé.

    Article Par D.SW

    Source

     

  • Conseil de sécurité aujourd'hui mercredi 13 mai 2020

    Lien permanent

    Conseil de sécurité mercredi: enfin la reprise des marchés?

    Écoles et professions sans contact aussi au programme

    Même si un léger doute planait encore sur l’agenda, la prochaine réunion du Conseil national de sécurité (CNS) devrait bien avoir lieu mercredi. Avec un timing semblable à la semaine dernière (une réunion le matin, avec une annonce des décisions prises dans l’après-midi).


    De quoi y parlera-t-on ?

    Des sujets que la Première ministre avait évoqués lors du CNS du 6 mai : la reprise des cours dans les écoles, les conditions pour rouvrir les professions avec contact physique (coiffeurs, tatoueurs, etc.), la réouverture des marchés, musées, bibliothèques (voire des parcs zoologiques ?), l’élargissement du nombre de personnes présentes aux mariages (actuellement les conjoints, leurs parents et témoins et l’officier de l’état civil) et aux enterrements (présence limitée aujourd’hui à 15 personnes).


    La réouverture des marchés est un thème qui s’impose de plus en plus dans les discussions.

    Actuellement, seuls les marchands ambulants isolés sont autorisés à rouvrir à leur emplacement habituel moyennant une autorisation des autorités locales.

    Si on peut s’attendre à une reprise des marchés après le 18 mai, reste à voir si l’on va faire la distinction entre les petits marchés de village (genre 25 échoppes) et les grands marchés que l’on peut voir dans certaines villes (avec 250 ou 300 échoppes).


    Article et rédaction par Didier Swysen

    Source

  • Il n’y a pas eu le rush redouté sur les garderies ce lundi 11 mai 2020

    Lien permanent

    Pas de rush sur les garderies

    D’après les premiers comptages, il n’y a pas eu le rush redouté sur les garderies ce lundi 11.
    La réouverture des commerces avait créé une certaine inquiétude. Vendredi, un responsable syndical nous disait encore que l’on pourrait constater quatre à cinq fois plus d’enfants présents que la semaine précédente : les coups de sonde effectués dans certaines écoles laissaient supposer l’accueil de 6 à 7 % des élèves (plusieurs dizaines de milliers donc).


    Le 4 mai, les 15 écoles officielles de la Ville de Liège avaient accueilli 59 élèves en garderie, là où il y en avait 41 la semaine précédente. Il y en avait 93 ce lundi 11 mai.

    À Charleroi, on a enregistré hier la présence de 60 enfants là où il y en avait 36 (sur dix mille enfants dans les écoles du réseau officiel) huit jours plus tôt. À Bruxelles-ville, on est passé de 20 enfants à 60 (sur 13.000 élèves) le lundi 4 mai, puis à 96 ce lundi 11.


    Personne ne poussera un « ouf ! » de soulagement trop bruyant. Les autorités précisent qu’elles restent vigilantes.

    Il est clair qu’un afflux des enfants en garderie rendrait plus compliqué l’accueil des enfants qui effectueront leur rentrée scolaire le lundi 18. En classe ou en garderie, les enfants sont à traiter selon les mêmes règles sanitaires (maximum dix enfants par local, etc.).

    Article et rédaction Par D.SW.

    Source