Social

  • Opération shoe-box: où déposer sa boîte à Huy-Waremme ?

    Lien permanent

    En décembre, l’opération Shoe-Box vise à récolter des boites à chaussures remplies d’aliments festifs ou de produits d’hygiène pour les sans-abris et les familles fragilisées.
    Les communes de Wanze et de Crisnée mettent en place un point de dépôt dans leur Administration.

    Comme chaque hiver depuis 1999, l’ASBL bruxelloise Les Samaritains lance son opération Shoe-Box, visant à récolter des vivres non périssables dans des boites à chaussures, et à les redistribuer via différentes associations, aux sans-abris et aux familles fragilisées.
     
    Chaque boîte doit contenir 10 aliments et boissons non alcoolisées, non périssables et prêts à consommer, ainsi qu’une carte de vœux. Il faut ensuite l’emballer de la même manière qu’un cadeau de Noël.
     
     
    Cette année, la Commune de Wanze prend part au projet pour la première fois.
     
    « Il y a déjà eu des initiatives dans le même esprit au niveau des écoles, explique Dominique Lovens, responsable du service Environnement et du projet Shoe-Box de la commune. On veut généraliser ça à tous les citoyens. »
     
    Une palette sera installée à proximité des décorations de Noël, dans les couloirs de l’Administration, pour venir déposer les boîtes.
     
    « Il faut s’imaginer qu’on fait un cadeau à quelqu’un, et offrir quelque chose qu’on aurait aimé recevoir, explique Dominique Lovens. Les dons seront redistribués par le CPAS, début janvier, à 200 familles wanzoises. »
     
    L’idée du projet est de permettre aux plus démunis de déguster des aliments plus « festifs », dans la continuité des fêtes de fin d’année.
     
    « Les gens qui ne peuvent donner que 5 € peuvent aussi participer, et faire une boite plus petite, » précise Dominique Lovens. Il est également possible de collaborer avec vos amis pour préparer une boite.
     

    Du côté de la Commune de Crisnée, c’est la troisième année que s’organise la récolte des shoe-box.
     
    « Ça a son petit succès, explique Viviane Vaes, directrice générale de la Commune. En 2017, nous avions récolté plus de 400 boites.
     
    Le bourgmestre est allé remettre lui-même les boites récoltées aux sans-abris.
    Dans notre commune, le contenu des shoe-box est plutôt axé sur les produits d’hygiène. »
     

    D’autres points de dépôts sont accessibles dans la région Huy-Waremme, dont le magasin Luxus à Hannut et le magasin Tonton Tapis à Waremme. Les deux établissements, qui participent au projet depuis plusieurs années, constatent que l’opération fonctionne de mieux en mieux.
     
    L’année dernière, 41.394 boîtes ont été récoltées sur l’ensemble des points de dépôt de Belgique.
     
    Les entreprises et les écoles sont également invitées à développer des dépôts Shoe-Box.
     
    Toutes les informations nécessaires sur www.shoe-box.be.

    Les horaires des dépôts locaux

    - Maison communale de Wanze (du 9 au 31 décembre) : du lundi au vendredi, de 9h à 12h. Également ouvert le mercredi de 14h à 16h et le jeudi de 16h à 19h.

    - Maison communale de Crisnée (du 1 au 22 décembre) : 9h-12h et 14h-17h, du lundi au vendredi.

    - Magasin Luxus à Hannut (du 1 au 22 décembre) : lundi de 13h à 18h30, mardi à samedi de 10h à 18h30 et dimanche de 10h à 13h.

    - Magasin Tonton Tapis à Waremme (du 1 au 20 décembre) : du lundi au samedi, de 9h à 18h.
     
     

  • Des box repas pour les démunis liégeois

    Lien permanent

    Liège est en train de revoir sa politique en matière d’aide alimentaire aux plus démunis. L’idée ?
    Mettre en place trois ou quatre pôles sur l’ensemble de la ville, pour concentrer les moyens, humains et matériels.
     
    Ce qui pourrait permettre de lancer ensuite des ateliers culinaires et la distribution de box repas, reprenant des recettes et des produits frais.

    « À Liège, en 2019, parmi les 40.000 personnes qui vivent en dessous du seuil de risque de pauvreté, on en compte plus de 10.000 qui font appel à l’aide alimentaire », rappelle le conseiller communal Michel Faway (PS).
    Une vingtaine d’associations viennent à leur rescousse en organisant la distribution de colis alimentaires. Le souci ? « Ces associations font état de diverses difficultés : les bénévoles sont de moins en moins nombreux alors qu’ils doivent faire face à un nombre grandissant de nouveaux demandeurs, dont notamment une part significative d’étudiants », constate M. Faway.

    Qui a relayé les préoccupations de ces ASBL auprès de Julie Fernandez Fernandez, l’échevine liégeoise en charge des Solidarités, de la Cohésion sociale et des Droits des Personnes.

    Une situation qui, non seulement ne surprend pas l’échevine liégeoise, mais pour laquelle elle s’attelle déjà à trouver une solution, en réorganisant complètement l’aide alimentaire en Cité ardente.
    « Pour l’instant, les personnes qui bénéficient de ces aides alimentaires sont dirigées vers l’association active dans leur quartier en fonction de leur adresse, précise-t-elle. Le problème, c’est que ces associations travaillent avec des bénévoles, et qu’ils sont de plus en plus âgés. Par ailleurs, toutes ces associations ne disposent pas de travailleurs sociaux. Elles se contentent donc de distribuer les colis, mais n’ont pas la possibilité de proposer des mesures d’accompagnement. »

    La solution pour Julie Fernandez-Fernandez ?
     
    Optimiser les moyens, en les concentrant.
    « On pourrait travailler avec uniquement trois ou quatre pôles sur la ville de Liège, estime-t-elle. Ça permettrait de fédérer les bénévoles et les travailleurs sociaux, pour les dispatcher au mieux sur chaque site de distribution, et de libérer des moyens, en les dispersant moins. »

    Une politique globale et davantage structurée en matière d’aide alimentaire qui pourrait permettre à terme la mise en œuvre de nouvelles initiatives originales.

    Actuellement, les fruits et légumes n’ont en effet pas toujours la cote auprès des bénéficiaires de ces colis alimentaires. « Pour des raisons diverses, souligne l’échevine liégeoise. Mais ça peut notamment être le cas de personnes qui ne savent pas trop comment les préparer. »

    D’où l’idée de mettre en place un système de box repas, dans la même veine que ceux qui sont déjà proposés au grand public par des sociétés telles que Hello Fresh par exemple. « On envisage en effet de distribuer des paniers reprenant les ingrédients et des fiches-recettes, qu’on pourrait aussi accompagner par des ateliers culinaires, qui permettraient en outre de retisser du lien social. »
    Une belle manière d’aider les plus démunis, tout en les conseillant pour la confection des repas plus sains, à base de légumes frais, qui pourrait être mise en œuvre dans le courant de l’année prochaine.
     
    Réfléchir avec toutes les associations
     
    «L’idée n’est pas du tout d’imposer cette réforme aux associations», prévient d’emblée Julie Fernandez Fernandez. Une journée de réflexion réunissant les associations et le CPAS est ainsi prévue début 2020, pour discuter ensemble des moyens à mettre en œuvre pour améliorer l’aide alimentaire en Cité ardente. «Nous sommes aussi en train d’analyser ce qui se fait ailleurs, dans d’autres pays ou dans d’autres villes. Notamment à Herstal, citée en exemple en matière de reconditionnement des invendus.»
    Le but ? Arriver à mettre en œuvre l’aide alimentaire nouvelle formule au plus tôt: «Dans le courant de l’année prochaine, ou l’année suivante, termine l’échevine liégeoise. Parce qu’il faudra tout d’abord déterminer ce nouveau programme, mais aussi aller chercher les fonds pour le mettre en oeuvre.»
     Par Geoffrey Wolff
     

  • Aujourd'hui 26 octobre 2019, envie de devenir donneur d’organes ?

    Lien permanent

    Envie de devenir donneur d’organes ?
     Votre commune ouvre ses portes ce 26 octobre de 10h à 12h.
     Venez remplir le formulaire et sauvez des vies
    Retrouvez la liste complète des communes participantes sur   Make Belgium Great Again - RTL TVI

  • Envie de devenir donneur d’organes ?

    Lien permanent

    Envie de devenir donneur d’organes ?
     Votre commune ouvre ses portes ce 26 octobre de 10h à 12h.
     Venez remplir le formulaire et sauvez des vies 
    Retrouvez la liste complète des communes participantes sur  Make Belgium Great Again - RTL TVI

  • Le regard de la société envers le handicap et, plus largement, envers l’autre

    Lien permanent

    Cours de danse pour les valides et les non-valides

    Lora Colinet souhaite aborder le handicap d’une autre manière

    Avec Lora Colinet et son club de danse hutois « Apothéose », l’art de la danse change le regard de la société envers le handicap et, plus largement, envers l’autre. Elle vient de lancer officiellement des cours inclusifs de Ragga et de Jazz… pour enfants et adolescents porteurs d’un handicap.


    En cercle le temps de l’échauffement, ils s’élancent en musique. S’approprient l’espace et le temps, accrochent un regard. Pendant 60 minutes, des personnes valides et en situation de handicap dansent ensemble.

    Un cours de danse inclusif lancée par Lora Colinet, directrice de l’école de danse Apothéose pour les enfants et les adolescents.
    « J’avais commencé ces cours l’année dernière en projet-pilote mais j’ai remarqué que cela fonctionnait plutôt bien donc j’ai décidé de les lancer officiellement », nous explique Lora qui a observé des bienfaits sur l’ensemble du groupe.

    « Je me rends compte que les personnes présentant un handicap sont souvent mises à l’écart que ce soit à l’école ou dans la vie de tous les jours. Pendant la séance, ils dansent tous ensemble.

    Et à aucun moment je ne fais de différence car il n’y en a pas et cela permet à tout le monde d’évoluer davantage. Ils se sentent plus facilement acceptés ».


    « Mon enfant va à la danse comme les autres »


    Leur handicap les éloigne souvent des écoles de danse où l’on prône la performance et la précision. Bien loin cette idée de Lora, qui met l’accent sur l’adaptation. « Actuellement, 3 enfants placés par le juge et 2 enfants porteurs d’un handicap sont présents à mes cours.

    Cela permet à ceux qui ne présentent aucun handicap d’aborder aussi le handicap différemment et d’avoir une autre approche », ajoute la jeune femme de 23 ans qui a été saluée pour son initiative par Anne-Sophie Baltus, maman de Léon, un enfant âgé de 5 ans atteint de trisomie qui participe aux séances.

    « Cela fait du bien d’avoir un cours où l’on accepte son enfant en tant qu’individu et non en tant qu’enfant handicapé. Léon a sa place en tant que danseur. Mon enfant va comme les autres à la danse, il a un hobby. Il évolue de jour en jour grâce à sa professeur et aux autres danseurs. Il est dans l’imitation », raconte Anne-Sophie Baltus qui salue l’initiative de Lora Colinet.

    « Quelle émotion de le voir parmi le groupe sur les planches  ! Et quel travail de mémorisation ! Lora a réalisé un magnifique challenge, il n’y a pas beaucoup de clubs comme cela et d’ailleurs aucun dans la région ».
    Les cours ont lieu le lundi à l’Institut Sacré-Cœur à Huy de 18h45 à 19h45 pour le Ragga et de 19h45 à 20h45 pour le Jazz.

    Pour plus de renseignements :0497556764 ou via la page Facebook Apothéose.

    Par A.D

    Source

  • C'était le 16 octobre à l' Avouerie d'Anthisnes, le GAL et la commune d'Anthisnes ont inauguré la plateforme www.villages-solidaires.be

    Lien permanent

    Ce mercredi 16 octobre à l' Avouerie d'Anthisnes, le GAL et la commune d'Anthisnes ont inauguré la plateforme www.villages-solidaires.be co-construite avec les citoyens d'Anthisnes, Merci à eux!
    Beau moment partagé avec les 7 communes autour d'une Pinata !
    Villages-solidaires.be est ouverte aux 7 communes du Condroz, c'est ensemble que nous allons la faire vivre pour une belle entraide citoyenne

    Photos et infos

    GAL Pays des Condruses

     

     

     

  • ‎Marché gratuit le 20 octobre 2019 à L' Avouerie d'Anthisnes

    Lien permanent

    Marché gratuit
    Dimanche 20 octobre 2019- Avouerie d’Anthisnes, de 14h00 à 17h30
    « Servez-vous, tout est gratuit !»
    Un marché gratuit, ça ressemble à une brocante ou à un vide-grenier où… tout est gratuit ! L’objectif est de remettre en circulation des biens devenus inutiles ou superflus (mais toujours fonctionnels).
    Il y a deux principes à respecter : le don et la reprise par chacun de ses « in-donnés » (le local doit-être aussi net qu’à l’arrivée).
    Vous pouvez également profiter du marché sans rien amener !
    Le marché gratuit peut aussi être l’occasion de donner du beau et du bon…une recette à partager, un air de musique,…
    Attention : le marché se déroulera au 1er étage de l’Avouerie, il faut pouvoir monter l’escalier avec les objets (désolés d’avance pour les personnes moins mobiles…)

     

    Avouerie d'Anthisnes

    Marché gratuit

  • La grande soirée Cap48, c’est ce soir

    Lien permanent

    Ce dimanche soir aura lieu la grande soirée Cap48.

    Depuis le 4 octobre, vous avez peut-être croisé des bénévoles qui vendaient les désormais traditionnels post-it au profit de l’opération.

    Les bénéfices permettent de financer des projets au profit des personnes handicapées, mais aussi des jeunes en difficulté.

    La campagne se terminera donc ce soir avec un plateau de choix: Yannick Noah, Christophe Maé, Black M, Typh Barrow, mais aussi James Blunt seront présents. La soirée sera ponctuée de rencontres exceptionnelles, de portraits inédits, de témoignages et de reportages qui feront la lumière sur les projets soutenus par Cap48.

    À cette occasion, la ministre wallonne de la Santé et de l’Action sociale, Christie Morreale, pointe les grandes priorités du gouvernement wallon en matière de handicap. La ministre entend notamment soutenir les formules innovantes et alternatives à la prise en charge institutionnelle en visant notamment le maintien à domicile.

    «Il existe en Wallonie environ 8.000 places d’accueil et d’hébergement agréées et subventionnées. L’AVIQ travaille à la finalisation de la mise en œuvre d’une liste unique d’attente d’admission dans les services: soit environ 1.500 personnes inscrites», indique sa porte-parole.

    Même si toutes ces personnes ne sont pas demandeuses d’une admission immédiate, offrir des solutions pour aider les personnes en situation de handicap à rester chez elles permettrait de répondre en partie à la demande.

    Christie Morreale souhaite également renforcer les moyens pour la prise en charge des cas prioritaires.
    «Pour les situations urgentes, l’AVIQ dispose d’une cellule dite des «Cas prioritaires» chargée de gérer toutes ces situations avec les familles.

    Chaque année, un budget est dégagé pour faire face à ces situations.»

    On nous demande de vous informer de l'opération CAP 48 à Nandrin

    Source

  • Ils lancent un taxi collectif pour les PMR

    Lien permanent

    La semaine dernière, une société de transport, Mobil ô TOP pour les personnes à mobilité réduite a vu le jour à Tihange. Une véritable aventure familiale lancée par Jimmy, Nicolas et Thierry qui ont pour objectif d’aider les personnes âgées dans la ville de Huy mais également en Wallonie.

    Rendez-vous chez le médecin, besoin de faire des courses, envie d’aller au parc ou au marché ? Mobil ô TOP emmène les personnes âgées ou à mobilité réduite en organisant le transport.

    Après plusieurs mois de préparation, Jimmy et Nicolas, deux frères, et Thierry, leur beau-frère proposent désormais leurs services.

    « Nous allons chercher les personnes âgées ou à mobilité réduite dans un endroit pour ensuite les amener à un point b avec une possibilité de les attendre pendant qu’elles font leurs courses ou qu’elles sont à un rendez-vous médical », nous explique Jimmy, l’un des trois fondateurs.

    Si ce n’est pas la première entreprise de ce genre, les trois hommes ont observé une importante demande et un manque de moyen de transport pour les personnes à mobilité réduite ou âgées, souvent isolées dans la région.

    « L’objectif est de rendre les prix accessibles à tout le monde pour que chacun puisse bénéficier des services », poursuit Jimmy, anciennement ouvrier aux Fonderies Fallais.

    « Il s’agit d’un projet commun car nous avons tous travaillé aux Fonderies jusqu’à ce qu’elles ferment.

    Il a donc fallu rebondir et créer un projet commun ».


    «ON PROCÈDE COMME SI C’ÉTAIT NOS PARENTS »

    Après avoir observé comment
    leurs propres parents pouvaient se déplacer, avec parfois des difficultés à trouver une société de taxi adaptée, les trois fondateurs ont réfléchi à une solution. « Notre maman est atteinte de polyarthrite, ce qui fait qu’elle a du mal à se déplacer. Et ce n’était pas toujours évident pour elle de se déplacer ou alors à des prix exorbitants. Il nous est alors venu l’idée de lancer un taxi collectif qui prenait également en charge les personnes à mobilité réduite pour un tarif raisonnable », souligne Jimmy.

    L’équipe a alors acheté deux véhicules permettant d’accueillir des personnes en chaise roulante.

    « Elles ont été réalisées sur mesure. Nous avons la capacité de prendre en voiture avec nous une personne à mobilité réduite. Il y a en plus 4 places assises. Si les personnes à mobilité réduite souhaitent être accompagnées de quelqu’un, nous ne faisons pas payer l’accompagnant.

    Outre les personnes âgées, nous ciblons également tout le monde. Des jeunes qui souhaiteraient se rendre à l’aéroport, il est tout à fait possible de les conduire avec un tarif de groupe ».


    «NOUS VOULONS DES TARIFS RAISONNABLES »

    L’entreprise lancée souhaite avant tout mettre l’accent sur ses tarifs attractifs.

    « Lorsque nous allons chercher quelqu’un par exemple à Liège et que nous démarrons de Huy, nous ne faisons pas payer l’aller.

    C’est seulement facturé à partir du moment où la personne rentre dans la voiture », ajoute Jimmy. Disponible 24 h/ 24 et 7 jours sur 7, MOBIL ô TOP mise sur l’accessibilité.

    « Nous sommes là tous les jours même en urgence », conclut Jimmy, optimiste.

    Par AMÉLIE DUBOIS

     

    Source

  • La solidarité existe encore, en voici la preuve !!!

    Lien permanent

    Mardi en fin d’après-midi, Constant était victime d’un vol à proximité de la Collégiale à Huy. Trois femmes lui ont volé 300 euros dans son portefeuille. C’était tout ce qui lui restait jusqu’à la fin du mois.

    Constant était victime d’un vol ce mardi peu après 14 heures. Trois femmes l’ont accosté et lui ont volé 300 euros sans qu’il ne s’en aperçoive. Suite à cela, l’homme âgé de 73 ans nous faisait part de son désespoir. Le Hutois ne pouvait plus manger jusqu’à la fin du mois. Dans la foulée, un appel aux dons a été lancé.

    Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’il a porté ses fruits. Ce jeudi, de nombreuses personnes ont manifesté leur soutien et ont apporté des dons alimentaires à Constant, étonné de cet élan de solidarité.

     L’appel à l’aide du septuagénaire hutois a été entendu. Il a reçu de nombreux dons     

    « Un grand merci à tous.  Je ne m’attendais pas à ça », confie-t-il
    Mardi en fin d’aprèsmidi, Constant Pougin était victime d’un vol à proximité de la Collégiale à Huy. Trois femmes lui ont volé 300 euros dans son portefeuille. C’était tout ce qui lui restait jusqu’à la fin du mois. Suite à notre article paru ce jeudi, un très bel élan de solidarité et de réconfort s’est mis en place. Des dizaines de dons ont été apportés à Constant.

    «UN JEUNE HOMME M’A DONNÉ 100 EUROS»

     L’émotion était vive chez le septuagénaire (VIDÉO).

     Constant nous raconte comment il a découvert ces dons.

  • C’est le début du rush chez les dentistes pour continuer à être remboursé

    Lien permanent

    Dans une récente enquête menée par Solidaris, on découvre que 39,8% des Belges avaient dû au moins renoncer à un soin dentaire par manque d’argent. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter avec les années: il a bondi de 4% en à peine 4 ans. En cause, le nouveau système de remboursement. «On peut faire le lien avec l’impact du trajet de soins buccaux instauré en 2016.

    Dans 3 cas sur 10, le patient ayant consulté un dentiste en 2017 n’a pas eu de contact l’année précédente et s’est donc vu facturer un ticket modérateur majoré: cela engendre un surcoût financier de 27 euros par patient en moyenne mais qui monte à plus de 35 euros pour 1 patient sur 4 et dépasse 83 euros pour 5% d’entre eux.

    Ce système pénalise surtout les populations plus précarisées qui sont justement celles qui «sous-consomment» ces soins, de sorte qu’in fine les soins dentaires préventifs deviennent encore plus chers et inaccessibles pour une frange de la population déjà affaiblie sur le plan socio-économique», s’inquiète-t-on chez Solidaris.


    PLUS TÔT QUE PRÉVU

    Un système de remboursement que les Belges ont bien compris mais qu’ils n’anticipent pas assez! «Comme chaque année, le rush a commencé. Les patients appellent maintenant pour effectuer leur visite de contrôle annuelle. Mais, les agendas de certains dentistes sont pleins, voire quasiment, jusqu’à la fin de
    l’année», nous explique Catherine, secrétaire d’un cabinet dentaire.

    «C’est surtout à la fin octobre que les personnes se réveillent. Et là, il est souvent trop tard. Si les dentistes gardent quelques plages horaires libres pour les urgences, celles pour les simples visites sont pleines. Si vous avez oublié, c’est donc maintenant qu’il faut appeler pour votre rendez-vous!».


    DES HEURES SUP

    Certains dentistes contactés avouent devoir étendre leurs horaires en novembre et décembre. «Si durant les grandes vacances, en été, c’est le calme plat, avant les fêtes, c’est la course. Je dois ouvrir mon cabinet plus tôt le matin mais aussi plus tard le soir. Je peux aussi travailler certains week-ends», nous confie un dentiste montois.

    «On reçoit également, durant cette période, pas mal de nouveaux patients. Ils se sont vu refuser un rendez-vous chez leur praticien habituel car ils s’y sont pris trop tard». Rappelons que ces problèmes de rendez-vous touchent principalement les régions qui connaissent une pénurie de dentistes, comme la province de Luxembourg. «À Bruxelles et à Liège, sera bien plus facile pour les retardataires de trouver quelqu’un pour avoir un rendez-vous à temps.

    À Arlon, à Tournai ou encore à Thuin, ce sera bien plus compliqué», conclut la secrétaire d’un cabinet dentaire.

    Par ALISON VERLAET

    Source

  • Une collecte à Marchin pour les SDF et les démunis

    Lien permanent

    L’ASBL « Les Chouïas » de Marchin et le Réseau solidaire wanzois mené par Dominique Servais renouvellent l’opération colis de Noël.
     
    Une opération basée sur la générosité et avec deux finalités. Une première partie des dons comme des vêtements chauds, bonnets, écharpes, gants… sont réservés aux sans-abri en priorité. Ce sont les Lucioles, un collectif de citoyennes liégeoises qui accueille tous les samedis les sans-abri dans une salle paroissiale. « Elles ont commencé dans la rue et sont d’une grande générosité. Je les admire pour la chaleur humaine qu’elles apportent », explique une bénévole de l’ASBL « Les Chouïas ». L’occasion de mettre en lumière la solidarité du réseau associatif. « Entre Les Chouïas et le Réseau solidaire, c’est un vrai partenariat d’entraide depuis quelques années. On s’échange couramment nos surplus respectifs pour mieux agir », souligne Dominique Servais, coordinatrice du Réseau solidaire wanzois. L’autre partie des dons sera redistribuée par le Réseau solidaire wanzois et la Conférence Saint Vincent de Paul de Marchin à destination de familles de la région.
     
    En 2019, l’appel est prioritairement lancé pour des produits de soins : savons, shampoings, dentifrices, brosses à dents… mais aussi tout ce qui est déodorants, after shave, mousses à raser, produits d’hygiène féminine et produits pour bébés. Les deux associations souhaitent aussi récolter des couvertures, des bonnets, des écharpes… et de la laine pour produire ces essentiels nécessaires à beaucoup de personnes. « Nous avons une petite équipe de tricoteuses dans le réseau, de vraies machines de guerre », plaisante Dominique Servais. Peu avant les fêtes, les bénévoles prépareront des petits sacs avec des essentiels et répartiront les dons entre les associations concernées.
     
    En 2018, plusieurs écoles comme l’école Saint-Louis de Strée, l’école Saint-François de Couthuin, l’école Saint-Joseph de Vyle-et-Tharoul, et l’école du Sacré-Cœur de Huy, ont participé à l’opération. Saint-Louis de Strée a déjà annoncé sa participation à l’édition de cette année. « Nous avons eu une très belle opération en 2018. Nous constatons malheureusement que de plus en plus de personnes recourent aux services des Lucioles. Elles ont débuté avec cent personnes, aujourd’hui ils sont parfois plus de 250 personnes à se présenter le samedi », constate l’ASBL « Les Chouïas ». Un constat partagé par Dominique Servais, « chaque année nous recevons de plus en plus de dons, et chaque année, ce n’est pas suffisant. De plus en plus de familles demandent de l’aide et sont dans de réelles situations de difficulté. »
     
    Par SACHA VELKENEERS

    Infos pour les dons : Les Chouïas – 0497/20.63.66 ou Dominique Servais, rue de la Bergère, 15 4520 Wanze – 0496/46.87.84 (dépôt des dons sur le banc solidaire devant sa porte)
     

  • Gala de cinéma du Soroptimist Club de Huy le 5 octobre 2019

    Lien permanent

    Super film plein d’humour et plongé dans la réalité du conflit palestino-israelien !
    Accueil 19h 30 Samedi 5 octobre au Centre Culturel de Huy.

    Bar et bar à champagne .


    Pour de bonnes causes !!!!!

    Plus vous serez nombreux, plus le Siroptimist de Huy pourra soutenir des associations sociaux - sanitaires...

  • Villages-solidaires Anthisnes commune pilote du GAL

    Lien permanent

    CAL :Groupe d'Action Locale Pays des Condruses
    Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet et Tinlot

     

    Villages-solidaires
     
    ANTHISNES, commune pilote du GAL pays des Condruses,
    Inaugure la plateforme d'entraide citoyenne #villages-solidaires#
    #Citoyens et associations Anthisnoises# découvrez en primeur ce projet de #solidarité# dans votre commune.
  • Le CHUttle à 10 ans aujourd'hui mardi 1 er octobre 2019

    Lien permanent

    Grâce au CHUttle, vous vous garez malin, rapide et gratuit depuis dix ans. Pour fêter ça, les 400 premiers navetteurs du 1er octobre se verront offrir un beau cadeau...

    Un petit-déjeuner copieux offert par Satracom attend en effet les navetteurs pour bien entamer leur journée !

     

  • Vous avez du temps libre, Vous avez envie de rendre service,Télé-Service du Condroz mois d'Octobre 2019

    Lien permanent

    1 oct aide tsc.JPG

    Périodique octobre out (1).docx

  • Agenda d'Octobre 2019 les balades rencontres pour le Télé-Service du Condroz

    Lien permanent

    1 octfourch.JPG

    Pour le Télé-Service du Condroz,

    Patricia Hotte,

    coordinatrice

    Périodique Octobre in (1).docx

     

  • INNER WHEEL HUY-OCQUIER BALADE GOURMANDE ILS ONT MANGÉ DANS DES LIEUX INEDITS

    Lien permanent

    Ce dimanche, il était possible d’effectuer une balade dans les rues de Huy et de profiter de bons plats lors de chaque halte. Au départ de la Grand-Place de Huy, le club « Inner Wheel Huy-Ocquier » proposait une balade à travers les lieux prestigieux et typiques de la ville : « À l’aide d’un guide, les participants pouvaient (re)découvrir Huy et son passé. C’est également l’occasion de pouvoir manger dans des lieux inédits », explique Patricia Carrette. À la base de l’idée, la présidente pour un an : Anne Albesa Dura-Fossépré : « J’avais cette idée en tête depuis le mois d’avril. Je viens de Huy, il me semblait inconcevable de ne pas organiser un événement en lien avec la ville ».

    Après la Grand-Place, le parcours emmenait les curieux au Cloître des Frères Mineurs, la Maison Batta, l’Eglise Saint-Mengold, pour terminer par un petit tour sur le Val Mosan. En tout, 132 adultes et 4 enfants ont répondu présents. cet événement était l’occasion au groupe de se faire connaître : « Historiquement, Inner wheel provient d’Angleterre. Lors de la guerre 14-18, les femmes de Rotariens ont dû reprendre le flambeau. Mises de côté au retour des hommes, Margaret Golding a décidé de créer un mouvement uniquement réservé aux femmes de Rotariens dès 1924 », précise Francine Poncin. « À Huy, le club a vu le jour en 1984 et s’est au fur et à mesure ouvert à toutes les dames intéressées. Actuellement, il y a 32 membres dans notre club ».

    Cadeaux de Saint-Nicolas pour les enfants

    En Belgique, il existe 3 districts regroupant 2010 membres. Les objectifs de chaque club et leurs membres sont semblables à ceux du Rotary : promouvoir l’amitié sincère, encourager l’idéal de service personnel et stimuler l’entente internationale. Pour ce faire, l’« Inner Wheel Huy-Ocquier » collabore avec différentes associations : « Nous sommes en contact constant avec l’ASBL « L’Espoir » à Couthuin. L’association accueille des enfants placés par le juge et sont donc entourés d’éducateurs. Nous offrons par exemple chaque année un cadeau pour la Saint-Nicolas. Nous collaborons aussi avec l’ASBL Le Cartel à Comblain-au-Pont et avec Au fil de l’eau. Ce que nous récoltons nous sert à offrir des choses à ces enfants », termine Francine Poncin.

    La balade gourmande fut un véritable succès et une autre activité sera organisée au printemps prochain. Les membres de l’« Inner Wheel Huy-Ocquier » participeront également à un voyage humanitaire au Sénégal, au mois de mars prochain, dans le but d’amener du matériel pour les enfants.

    Par MAXIME GILLES

    Source

    22 am.JPG

  • Le groupe Terre, fête cette année ses 70 ans

    Lien permanent

    Créée en 1949, cette entreprise n’avait initialement que pour but d’aider les personnes dans le besoin au travers d’une aide ponctuelle. L’économie belge se redressant, les fondateurs ont décidé de venir en aide à des populations d’Afrique du Nord et d’Amérique du Sud, mais aussi d’Asie. Autant de projets qui ont donné un caractère international au groupe qui finançait ses différents programmes grâce à la vente des vieux papiers, vêtements et métaux ramassés une dizaine de fois par an par des centaines de bénévoles.

    Alors que la crise pétrolière de 1973 plongeait l’économie belge dans le doute, Terre ASBL, créée dix ans plus tôt, a recentré son activité sur le recyclage au début des années 80. Aujourd’hui, dix organisations similaires à Terre ASBL ont été créées afin de rendre service à la population et de pérenniser l’emploi.

    Cet objectif sera le grand défi des prochaines années. «Nous devons faire face à la technologie qui ne nous permet pas d’être concurrentielles sur certains marchés car elle remplace le personnel peu qualifié.» Grâce à des formations internes, le Groupe Terre parvient à augmenter le potentiel de son personnel.

    Des groupes de travail, portant sur l’agriculture et le bio en particulier, mais aussi les services ainsi que la transition numérique de la récupération (la vente en ligne) ont été mis en place afin d’anticiper l’avenir de l’entreprise qui fonde son modèle sur la gestion participative en démocratie directe, le pouvoir de décision finale revenant au personnel.

     

     

     

    Visite royale

    Pour rappel, le Roi Philippe s’est rendu, jeudi après-midi, au groupe Terre à l’occasion de l’anniversaire de la société. Il a découvert le parcours des 18.000 tonnes de textile ramassées annuellement dans les 2.500 bulles installées en Wallonie et à Bruxelles.

    Après avoir assisté à une démonstration d’ouverture de bulle, le Roi a parcouru la chaîne de tri et discuté avec différents opérateurs de l’entreprise afin de comprendre les différentes tâches réalisées.

    PAR BELGA

    Source

    Le roi Philippe était en visite chez Terre pour leurs 70 ans

  • l’ASBL la Porte Ouverte Favence à Nandrin financé par CAP48 en 2018

    Lien permanent

    Depuis 60 ans, CAP48 sensibilise le grand public à la question de l’acceptation de la différence et du handicap au sein de notre société. Ce mardi, au sein des locaux Les Bleuets à Amay, l’organisme a présenté sa nouvelle campagne intitulée « Balance ta gêne ». Cette année, le personnage mis à l’honneur est le Petit Poilu.

    « En Belgique, le handicap est la 2e cause de discrimination après les critères raciaux. Les personnes handicapées sont confrontées quotidiennement à des situations de discrimination. S’il est bien un cercle au sein duquel les préjugés tombent, c’est celui de la famille, » ont expliqué Pierre-Yves Colet, responsable de la régionale hutoise, et Isabelle Gilbert, coordinatrice du réseau des bénévoles.

    « Pour faire tomber les tabous et les inquiétudes qui génèrent tant de discriminations dans notre société, CAP48 prend les relations familiales comme exemples de respect mutuel et de spontanéité en les mettant en scène à travers le cinéma. » Pour changer le regard qu’à la société sur les personnes en situation de handicap, ces derniers ont rejoué des scènes des films Huitième jour, Forrest Gump et Intouchables.

    Des post-it plus écologiques

    Du 4 au 13 octobre, les 350 bénévoles de la section hutoise de CAP48 sillonneront les communes de l’entité afin de vendre les traditionnels post-it. Deux nouveautés font leur apparition pour cette édition 2019. Les post-it seront vierges de tout dessin afin de laisser plus de place pour écrire et ils seront emballés de manière plus écologique avec du plastique recyclable. L’année dernière, leur vente « a rapporté 71.760 € et la soirée-cinéma a permis de récolter 1.005 € ».

    Cette présentation a aussi été l’occasion de faire le bilan de l’année 2018 en rappelant les projets qui ont été rendus possible dans l’arrondissement de Huy-Waremme via l’association. Le service d’accueil de jour Les Bleuets situé à Amay vont agrandir leurs locaux. CAP48 a également financé l’achat d’une remorque pour le matériel sportif de l’ASBL amaytoise Leg’s Go et d’un véhicule de transport destiné aux PMR pour l’ASBL la Porte Ouverte Favence à Nandrin. Enfin, une salle polyvalente et un local dédicacé à l’informatique vont être construits au sein de l’ABSL Enfants d’un Même Père de Tinlot qui accueille en journée des enfants et des adolescents en situation de handicap.

    Deux nouveaux projets en 2019

    La campagne CAP48 2019 permettra de financer deux nouveaux projets dans notre arrondissement. Celui de l’ASBL Circabulle à Marchin qui souhaite construire une salle pour les activités de l’École du Cirque. Et celui de l’ASBL Le Domaine à Antheit, qui accueille des jeunes en difficulté, pour la réalisation d’aménagements intérieurs et de travaux extérieurs. La première espère obtenir 20.000 € et la seconde 27.000 €.

    « Ce que la zone de Huy récolte est toujours redistribué aux ASBL de la région », précise Andrée Lemans, coresponsable de la régionale hutoise. « L’argent est bloqué trois ans et est redistribué au prorata des ASBL qui ont rentré un dossier et ont été sélectionnées par un jury. Elles ne reçoivent pas toujours la totalité de ce qu’elles demandent mais elles sont toujours satisfaites. »

    PAR J.RE

     Source

  • Le Commissariat général au Tourisme vient de lancer un guide à destination des publics précarisés.

    Lien permanent

    S’octroyer un moment de détente, tout le monde en rêve. Mais pour certains, rien que d’y penser génère en eux de nombreuses craintes. Vais-je assurer financièrement ? Payer par internet, est-ce que j’y arriverai ? Ne vont-ils pas me juger ? Par quoi dois-je commencer ?

    En Wallonie, 38 % des ménages ne peuvent pas s’offrir une semaine de vacances par an. Pour les familles monoparentales, ce sont près de deux ménages sur trois qui sont concernés. « Quand cela fait plusieurs années que l’on n’a pu profiter d’un moment de détente, on ne sait parfois même plus comment s’y prendre », expose Nadine Verheye, en charge du Tourisme pour tous au Commissariat général au Tourisme.

    C’est ainsi qu’est née l’idée d’un guide pratique à destination des publics précarisés. Celui-ci a pour but de leur donner l’impulsion à « oser franchir le pas » en se posant les bonnes questions, afin de remédier aux soucis d’ordre pratique souvent liés à l’obstacle financier.

    Jusqu’à 50 % de réduction

    Intitulé « Oser un moment de détente en Wallonie », il compile tous les conseils pratiques et les bons plans, que ce soit au niveau des attractions touristiques, des hébergements, des moyens de transport… « Il existe parfois des bons de réductions jusqu’à 50 % et les gens ne le savent même pas », regrette Nadine Verheye. Pour le logement aussi, il existe des trucs et astuces que beaucoup ne connaissent pas : « On oublie trop souvent qu’il est possible de passer par sa mutuelle pour bénéficier d’une réduction par exemple. »

    Le guide reprend également toute une série de conseils sur ce qu’il ne faut pas oublier pour éviter les mauvaises surprises. Cela passe du coût des repas sur place aux tarifs des places de parking à destination en passant par la mise à disposition gratuitement (ou non) des draps et essuies.

    Pour l’instant, le guide est uniquement disponible sur internet, en version PDF. « Nous avons prévu la distribution d’une version papier dès le printemps prochain », indique Nadine Verheye.

    Cette nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté. « Depuis 2017, nous mettons en place des actions pour faciliter l’accès au tourisme. Des appels à projets ont notamment été lancés, en associant le secteur touristique et le secteur social. Jusqu’à présent, cela a très bien fonctionné. »

    S.B.

    Le guide est téléchargeable à l’adresse www.tourismewallonie.be

     

    Source 

    C’est ainsi qu’est née l’idée d’un guide pratique à destination des publics précarisés. Celui-ci a pour but de leur donner l’impulsion à « oser franchir le pas » en se posant les bonnes questions, afin de remédier aux soucis d’ordre pratique souvent liés à l’obstacle financier.

  • ‎Brocante et Charmes Au Château de La Motte 15 septembre 2019

    Lien permanent

    Le Rotary Club Huy-Rondia organise le 15 septembre 2019, au profit de ses oeuvres, sa brocante « charmes d'antan et d'aujourd'hui » au Château de la Motte à Huy !!!

    Venez profiter d'un cadre exceptionnel et historique en plein coeur de la ville de Huy.

    !ENTRÉE GRATUITE POUR LES VISITEURS!

    Au programme:

    - Antiquaires à l'intérieur du château

    - Brocante dans le parc du château - le stand de 3 mètres à SEULEMENT 10€ - GRATUIT pour les visiteurs

    - Bars à soft, bières, vin et champagne

    - Barbecue

    - Assiettes de saumon garnies

    - Tartes artisanales

    - Accès au parc et au château gratuit !

    - Musique d'ambiance

    !!! BOUTEILLE DE CHAMPAGNE OFFERTE À LA 1000ÈME ENTRÉE !!!

    Vous souhaitez devenir exposant?? RIEN DE PLUS SIMPLE!!

    Inscrivez-vous par email -> charmesdantan150919@gmail.com

    ou par téléphone : 0479 304 400

    Numéro de compte bancaire: BE72 8508 1134 8616



    Le rotary club Huy-Rondia

     

    Dimanche 15 septembre 2019 de 08:00 à 18:00

    Rue de la Motte 38, 4500 Huy, Belgique
    Organisé par Rotary Huy-Rondia

    Rotary Huy-Rondia

    Brocante et Charmes Au Château de La Motte

  • Campagne de prévention contre le suicide, des actions à Liège. Journée Mondiale de Prévention du Suicide 10/09/2019

    Lien permanent

    A cette occasion, les organisations de prévention du suicide en Belgique (Un pass dans l’impasse, Centre de Prévention du Suicide, Centrum ter Preventie van Zelfdoding et Vlaams Expertisecentrum Suïcidepreventie) lancent une campagne commune pour rappeler que chacun, à son niveau, peut prévenir le suicide.

    «Prendre au sérieux la souffrance des personnes suicidaires, leur offrir du soutien et relayer les informations nécessaires, autant d’actions qui sont à la portée de tous et qui doivent être encouragées», estiment-elles. En 2016, 1.903 personnes se sont données la mort: 1.045 en Flandres, 731 en Wallonie, 127 à Bruxelles. «Avec un taux de décès par suicide de 16,85 pour 100.000 habitants, notre pays se situe au-dessus de la moyenne européenne qui est de 10,33 pour 100.000 habitants. La Belgique, mauvaise élève, entre ainsi dans le top 5 des pays qui ont le plus haut taux de décès par suicide en Europe. Un constat alarmant !»

    Les organisations de prévention du suicide ont ainsi conçu une carte informant des ressources disponibles dans chaque région. Elle sera distribuée avec un pin’s en forme de ruban jaune-orange, symbole de la prévention du suicide. Il est demandé à chacun de le porter, en signe de solidarité.

    Informations pratiques

    Les organisations seront présentes le 10 septembre à plusieurs endroits en Belgique :

    - Un pass dans l’impasse sera présent à Liège aux alentours de la Gare (de 7h à 10h), de la Place Saint-Lambert (de 11h à 13h), de la Place Saint-Etienne (de 13h à 14h) et de la Place de la Cathédrale (de 15h à 16h30)

    - Le Centre de Prévention du Suicide sera présent sur la Place de la Monnaie à Bruxelles de 11h à 19h pour une grande journée de prévention et sensibilisation.

    - Le Centrum ter Preventie van Zelfdoding et le Vlaams Expertisecentrum Suïcidepreventie seront présents aux alentours des Gares Bruxelles-Nord, Anvers-Central et Gand-Saint-Pierre de 7h30 à 9h00.

    PAR L.C.

    Source

  • Le champ d’activité des aides-soignants s’élargit

    Lien permanent

    L’arrêté royal concernant l’élargissement des activités d’infirmières pouvant êtres effectuées par les aides-soignants doit entrer en vigueur le 1er septembre.

    Il autorise les aides-soignants à poser cinq actes supplémentaires sur les patients, comme administrer des gouttes ophtalmiques, mesurer des paramètres tels que le taux de glycémie et la tension, enlever des fécalomes ou appliquer des bandages/bas destinés à prévenir et/ou traiter des affections veineuses.

    Les personnes qui obtiennent leur inscription en tant que professionnel de santé à partir du 1er septembre 2019 et qui peuvent démontrer que leur formation de base comprend les nouveaux actes, seront autorisées à les accomplir. Celles qui ont eu accès à la profession d’aide-soignant avant le 1er septembre 2019 devront suivre une formation complémentaire de 150h.

    L’Union Générale des Infirmiers de Belgique (UGIB) a demandé l’annulation de l’arrêté royal, estimant que « les exigences de formation pour les actes infirmiers supplémentaires sont insuffisantes pour garantir la qualité des soins » Mais il n’y a pas encore eu de décision, l’affaire est en cours

    Source 

  • Les horaires du Télé Service du Condroz

    Lien permanent

     

    le Kursaal à Hamoir est ouvert tous les lundis de 13h à 16h et les mardis et vendredis de 8h45' à 16h. Mercredi et jeudi sur rendez-vous. 
    Un bric à brac à découvrir...les bonnes affaires vous attendent!

    086/36.67.18

     

  • ‎Brocante et Charmes Au Château de La Motte 15 septembre 2019 à vos agendas

    Lien permanent

    Le Rotary Club Huy-Rondia organise le 15 septembre 2019, au profit de ses oeuvres, sa brocante « charmes d'antan et d'aujourd'hui » au Château de la Motte à Huy !!!

    Venez profiter d'un cadre exceptionnel et historique en plein coeur de la ville de Huy.

    !ENTRÉE GRATUITE POUR LES VISITEURS!

    Au programme:

    - Antiquaires à l'intérieur du château

    - Brocante dans le parc du château - le stand de 3 mètres à SEULEMENT 10€ - GRATUIT pour les visiteurs

    - Bars à soft, bières, vin et champagne

    - Barbecue

    - Assiettes de saumon garnies

    - Tartes artisanales

    - Accès au parc et au château gratuit !

    - Musique d'ambiance

    !!! BOUTEILLE DE CHAMPAGNE OFFERTE À LA 1000ÈME ENTRÉE !!!

    Vous souhaitez devenir exposant?? RIEN DE PLUS SIMPLE!!

    Inscrivez-vous par email -> charmesdantan150919@gmail.com

    ou par téléphone : 0479 304 400

    Numéro de compte bancaire: BE72 8508 1134 8616



    Le rotary club Huy-Rondia

     

    Dimanche 15 septembre 2019 de 08:00 à 18:00

    Rue de la Motte 38, 4500 Huy, Belgique
    Organisé par Rotary Huy-Rondia

    Rotary Huy-Rondia

    Brocante et Charmes Au Château de La Motte

  • Aide aux plus démunis !!!

    Lien permanent

    Aide aux plus démunis :9 millions en denrées alimentaires

    Sur proposition du ministre de l’Intégration sociale Denis Ducarme, le conseil des ministres devait approuver ce vendredi l’achat pour un montant de 9 millions d’euros de denrées alimentaires destinés à couvrir l’année 2019 dans le cadre du Fonds européen d’aide au plus démunis (FEAD).

    Cette mesure permettra d’acheter des aliments de première nécessité (tels que du lait, des pâtes et du riz) qui seront ensuite distribués via les CPAS et les associations de terrain aux personnes en situation précaire.

    « La situation des personnes précarisées doit continuer à nous mobiliser », explique Denis Ducarme. « Depuis 2014, ce sont près de 16,5 millions d’euros qui ont été investis dans l’achat de denrées alimentaires par le gouvernement fédéral en complément du financement européen. Ce financement fédéral va au-delà des engagements pris auprès de la Commission européenne. » Depuis 2014, en effet, le FEAD permet chaque année de fournir des aliments de première nécessité à près de 300.000 personnes. La Belgique dispose à cet effet de 73,8 millions d’euros pour la période 2014-2020. Elle doit aussi fournir un cofinancement d’au moins 15 % (11 millions d’euros).

    Concrètement, l’État belge s’assure, via une procédure de marché public, de l’achat des denrées alimentaires qui sont livrées dans 13 centres de distribution du pays. Ceux-ci répartissent ensuite les denrées entre les différentes organisations de terrain et les CPAS afin de les distribuer aux bénéficiaires.

    Éthique et qualité

    La liste des produits a été fixée en concertation avec le secteur et avec des experts en alimentation saine et durable de manière à faire la part belle aux produits éthiques et de bonne qualité. L’accent est notamment mis sur des produits permettant d’assurer une rémunération juste des producteurs, notamment pour le lait. Les produits doivent être exempts d’OGM et les poissons pêchés dans le respect des principes du développement durable.

    Les premières livraisons des produits achetés auront lieu à la fin de l’année. Les autres seront effectuées progressivement jusqu’en juin 2020 pour garantir un approvisionnement régulier.

    Source 

  • CPAS: plus de 16 millions pour favoriser la réinsertion sociale

    Lien permanent

    M. Ducarme le ministre de l’Intégration sociale.

    Il a libéré deux budgets pour soutenir des projets de réinsertion sociale et d’accès au logement.

    La première enveloppe contient 15,8 millions €.

    Deux thématiques seront spécifiquement soutenues : les initiatives visant à lutter contre la pauvreté enfantine et la mise en place de modules collectifs de formation et d’accompagnement en complément des actions individuelles menées dans le cadre des projets d’intégration sociale (des CPAS ont lancé un parcours de remobilisation sociale de leurs bénéficiaires via des ateliers de lecture, des excursions culturelles ou des ateliers pour se familiariser avec des situations du quotidien).

    « Les CPAS jouent un rôle important en matière d’activation sociale », explique-t-il.

    « La réinsertion de leurs bénéficiaires constitue un premier pas vers le monde de l’emploi.

    Et l’emploi est l’un des meilleurs leviers contre la pauvreté. »

    La seconde enveloppe contient 505.775 € pour encourager les CPAS qui aident leurs bénéficiaires dans la constitution d’une garantie locative.

     

    Source

  • Atelier cuisine organisé par La Fine Bouffe le 8 juillet 2019

    Lien permanent

    Nous cuisinerons de bons petits plats ensemble pour ensuite les déguster.
    Les produits de saison et un max bio seront au rdv.
    Nous nous arrêterons aussi sur les sensations de notre corps et nous apprendrons à manger lentement.
    Vive les 5 sens, l'énergie et la santé !

    La Fine Bouffe

    Site web santé et bien-être
    Partages d'idées recettes et suivi de mon activité professionnelle.

     rue tige de Strée à Modave 

    Atelier cuisine clic ici


     · Organisé par La Fine Bouffe