Social

  • Ne pas attendre que nos pouvoirs déclenchent le « Plan Canicule » pour agir en bons citoyens !

    Lien permanent

    ü Il y a quelques jours, en prévision des fortes chaleurs attendues pour les prochains jours, on lisait dans certains quotidiens : La canicule arrive en Belgique: la phase d’avertissement du plan « fortes chaleurs et pics d’ozone » activée.

    Il n’est donc pas nécessaire d’attendre un déclenchement officiel pour que le citoyen puisse intervenir, à la place ou en plus des autorités locales.

    ü Des gestes simples et qui ne prennent pas beaucoup de temps.

    Si dans votre entourage, vous avez des parents, des proches ou des voisins plus faibles ou plus âgés, il est facile de leur rendre une petite visite pour s’assurer :

    • Qu’ils disposent d’eau fraiche (pas trop froide) à proximité et au besoin, les pourvoir en bouteilles d’eau (non pétillante et non sucrée).
    • Qu’ils boivent en suffisance et n’utilisent pas l’eau pour arroser les plantes !
    • Qu’ils disposent et mangent des fruits frais, comme des pommes pour leurs apporter aussi de l’eau. Ne dit-on pas, garder une pomme pour la soif ?
    • Qu’ils disposent d’un coin d’ombre et surtout qu’ils en profitent.
    • Si vous détectez une dégradation de la santé ou simplement une déshydratation chez ces personnes, n’hésitez pas à avertir votre CPAS et/ou votre Administration Communale pour le bien-être de tous. C’est aussi leur rôle !

     

    Ces quelques conseils, chacun les connait et les applique pour lui-même, autant en faire profiter d’autres qui, par la maladie ou la vieillesse les oublieraient !

    ü Posez un geste citoyen pour d’autres vous permet d’y penser aussi pour vous !

    Article de GyM

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

  • En raison de la vague de chaleur, tout employeur est tenu de prévoir des mesures à appliquer pour protéger leur personnel

    Lien permanent

    Tout employeur est tenu de prévoir des mesures à appliquer en cas de fortes chaleurs

     

    La réglementation à ce sujet est assez générale, mais chaque entreprise doit effectuer une analyse de risques au sujet des ambiances thermiques sur le lieu de travail et déterminer des mesures de prévention, en concertation avec son Comité pour la prévention et la protection au travail.

    Lorsque, pour des raisons météorologiques, la température à laquelle sont soumis les travailleurs dépasse un certaine seuil, l’employeur doit offrir gratuitement des boissons rafraîchissantes appropriées, installer dans les 48 heures un dispositif de ventilation artificielle dans les locaux et, le cas échéant, protéger le personnel contre les rayonnements solaires (couvre-chefs, ...).

    Si la chaleur excessive persiste plus de 48 heures, l’employeur doit en outre accorder des périodes de repos.

     
    Les températures à partir desquelles des mesures doivent être prises dépendent de la charge physique de travail, plus ou moins lourde. Elles ne sont pas calculées en degrés celsius mais en WBGT (Wet Bulb Globe Temperature), un indice qui tient compte du taux d’humidité.

    Pour une charge légère, comme un travail de secrétariat, l’employeur doit agir à partir de 29 WBGT. Pour un travail très lourd, comme du bêchage en profondeur, c’est déjà le cas à partir de 18 WBGT.

    Un conseil pour les nombreux employeurs qui ne disposent pas d’un thermomètre approprié: le SPF Emploi fournit un tableau qui permet d’estimer l’indice WBGT à partir de la température de l’air et du pourcentage d’humidité, souligne Mme Ponnet. S’il fait 28 degrés avec 50% d’humidité, par exemple, l’indice WBGT est de 23.

     

    Source 

  • Rotary Amay Villers le Temple vient d'offrir 4 surgélateur aux associations d'aide aux plus démunis de la région liégeoise

    Lien permanent

    Les clubs rotary de la zone 5 viennent à nouveau d'offrir 4 surgélateurs aux Associations d'aide aux plus démunis de la région liégeoise en interaction avec la Banque alimentaire de la Province de Liège. Cette dernière, grâce à la Fédération des banques alimentaires de Belgique, vient d'installer une salle frigorifique et une salle de congélation destinées à construire un circuit du frais et à alimenter les Associations en produits surgelés.

    Plus d'informations sur https://amay-villers-le-temple.rotary1630.org.

    Rotary Amay Villers le Temple

     

    Photos source Facebook 

  • Grâce aux thérapies post-traumatiques un retour au boulot deux fois plus rapide !

    Lien permanent

    L’épuisement professionnel est en effet devenu un véritable fléau, destructeur pour les employés qui en souffrent et mettent plus d’un an à s’en remettre, mais aussi terriblement coûteux pour les entreprises. Fin 2017, 140.000 personnes étaient absentes du boulot depuis plus d’un an pour cause de burn-out soit une augmentation de 39 % en 5 ans.

    Un coût colossal !

    Des absences dont le coût est colossal. On estime qu’un employé absent coûte 1.000 € par jour. Car au coût direct (salaire garanti) de cette absence il faut ajouter les coûts indirects (remplacement, perte de qualité du service, réorganisation, etc.). Les victimes du burn-out coûteraient chaque année quelque 2 milliards d’euros à la société. La méthode développée par le Pr Van Hoof serait donc tout bénéfice pour le patient mais pas seulement.

    En quoi consiste ce traitement ? Il s’agit d’appliquer aux victimes du burn-out les thérapies jusqu’ici utilisées pour soigner les victimes de stress post-traumatique. A priori, aucun rapport entre un attentat ou une agression et le boulot et pourtant… Pourtant, les patients souffrant d’épuisement professionnel réagissent positivement à ces thérapies. « Dans mon cabinet, j’ai constaté un déséquilibre entre le ressenti et la logique, tant chez les patients atteints de burn-out que chez ceux qui souffrent de traumatisme. Ils savent objectivement qu’ils doivent prendre un peu de recul et ne pas avoir peur, mais cela ne correspond pas à ce qu’ils ressentent. En appliquant les techniques de traitement post-traumatique, nous apportons à nouveau un équilibre », confie le professeur Van Hoof, qui a professionnalisé cette approche il y a 3 ans sous l’appellation « Insourcing ».

    moins d’1 % de rechutes

    Avec des résultats remarquables : dans l’Insourcing, la réintégration professionnelle est primordiale dès le début du traitement. Les patients reprennent le boulot après 92 jours en moyenne, soit deux fois plus vite qu’avec les thérapies classiques. Un tiers d’entre eux recommencent immédiatement à temps plein, et dans la même entreprise pour 50 % d’entre eux.

    Des résultats durables : moins d’1 % des patients traités par le professeur Van Hoof ces deux dernières années ont fait une rechute.

    De plus, l’Insourcing est soutenu par une plateforme électronique qui permet d’automatiser complètement le parcours. Les participants sont mis en relation avec le psychologue le plus proche, qui prend contact avec eux dans les 48 h pour fixer un rendez-vous. Cela réduit le temps d’attente pour les patients et évite la recherche du bon spécialiste aux médecins généralistes.

    Reste à obtenir l’appui du politique pour généraliser cette technique lors de la prochaine législature.

    Source 

  • Logement, aspects juridiques et accompagnement social e 15 mars 2019

    Lien permanent
    Matinée d'information et d'échanges
    Tables rondes
    - Développement territorial - Habitat léger
    - Accompagnement des citoyens

    8h30 : Accueil
    8h40 : Introduction
    8h45 : Table ronde 1 : Développement territorial - Habitat léger
    • « Les Enjeux du logement pour les communes en lien avec le développement Territorial » par Muriel Dagrain, Chargée de mission logement GAL Pays des Condruses et GAL Pays des Tiges et Chavées
    • « Habitat léger et aménagement du territoire par Caroline Delforge, juriste, assistante de recherche à l’Université catholique de Louvain (SERES, CMAP)
    • « Habitat léger et droit au logement » par Nicolas Bernard, Juriste, professeur à l’Université Saint-Louis — Bruxelles
    • Débat – Questions/réponses : Nicolas Bernard, Caroline Delforge, Luc Jandrain (Directeur Direction des études et de la qualité du logement à la Région Wallonne - DGO4), Muriel Dagrain, Stéphane Klimowski (BeYurt)
    10h45 : Pause
    11h : Table ronde 2 : Accompagnement des citoyens
    • « La régionalisation du bail d’habitation en Région wallonne » par Nicolas Bernard
    • « Projet Housing First et accompagnement social » par Didier Kampfl, coordinateur du projet Fusion Liège
    • Débat – Questions/réponses : Nicolas Bernard, Didier Kampfl, Luc Jandrain

    Inscription auprès de Eric Clovio (Conférence des élus MCH) : e.clovio@ce-mch.be

    Organisée par le réseau Logement Meuse-Condroz-Hesbaye et la Conférence des Elus Meuse-Condroz-Hesbaye

    Source 

    Logement, aspects juridiques et accompagnement social

    Public
     · Organisé par GAL Pays des Condruses
  • Vide dressing au profit de la Maison Blanche service d'aide et d'accueil éducatifs pour mineurs sous tutelle

    Lien permanent

    Il est important de spécifier que les gens peuvent venir aussi uniquement pour faire une donation (vêtements, jouets , literies ou autre ) pour les enfants , nous les récoltons et iront les distribuer à l'orphelinats  , de plus , 20% des bénéfices leur seront verser pour pouvoir rafraîchir leur chambres (peintures , tentures , etc) . 

    Sinon que ce soit pour venir vendre ou venir dénicher de belles affaires l'entrée est libre pour tout le monde .

     

     

    LA MAISON BLANCHE - LA MAISON HEUREUSE

    Rue du Cimetière, 38
    4130 ESNEUX
    Commune : ESNEUX
    Arrondissement : LIEGE

    Pour contacter ce service :
    Téléphone : 04/380 25 70
    Fax : 04/380 21 08
    E-mail : maison.blanche.esneux@gmail.com

    Activités :

    Service d'aide et d'accueil éducatifs pour mineurs sous tutelle du Tribunal de la Jeunesse et/ou du Service de l'Aide à la Jeunesse.

    3.jpg

  • L’ensemble de l’arrondissement, et Huy en particulier, sont touchés par une pauvreté grandissante.

    Lien permanent

    Mardi soir, un conseil communal conjoint Ville – CPAS se déroulera au centre Nobel (à 19 heures). En vue de cette initiative, les Ecolos ont décidé de proposer un plan d’action sociale pour la Ville de Huy.« Nous voulons sortir des vieilles habitudes et innover, en partenariat avec l’ensemble des acteurs » a lancé Rodrigue Demeuse, le chef de file des Verts.

    Mais avant de lister leurs propositions, les Ecolos ont évoqué la réalité de la pauvreté à Huy et le constat est plutôt inquiétant.

    Depuis 2014, le nombre de personnes bénéficiant d’un revenu d’intégration sociale (910 euros pour une personne isolée) a augmenté de 30 % culminant à 873 personnes en 2018.« 5,79 % de la population hutoise bénéficie d’un RIS pour une moyenne de 3,03 % en Wallonie, souligne Rodrigue Demeuse. La Ville de Huy se classe ainsi à la 5e place wallonne sur 262 communes, derrière Liège, Dison, Verviers et Seraing. Juste devant Charleroi. »

    Encore plus préoccupant : la situation des jeunes. 15,43 % des Hutois entre 18 et 24 ans bénéficient d’un RIS contre 12,13 % en 2014. Près d’un mineur sur cinq vit dans une famille dans laquelle il n’y aucun revenu du travail. Le chômage frappe 1/5e de la population hutoise (20,8 %) et les jeunes de manière plus écrasante encore : 42,7 % des moins de 25 ans sont au chômage.

    Pour Rodrigue Demeuse, cette situation est essentiellement due « aux politiques extrêmement dures menées depuis des années au niveau du gouvernement fédéral et régional, avec notamment les mesures d’exclusion du chômage. » Il admet que la majorité (PS-MR-cdH) en place à Huy «  n’est pas la cause directe » de l’augmentation de la pauvreté à Huy, mais il estime quelle a une « responsabilité » à assumer dans le cadre des solutions à mettre en place. « En 2016, Christophe Collignon nous avait promis un plan Marshall contre la pauvreté. Nous n’avons jamais vu la concrétisation de ce plan. »

    Et le chef de file des Verts de conclure, « c’est pour cette raison que nous avons décidé de proposer notre propre plan d’action sociale pour Huy, en espérant être rejoints par les autres partis pour travailler ensemble sur ces dix propositions. »

    L

    es Ecolos ont regroupé leurs propositions d’action sociale en dix axes. Ils voudraient notamment renforcer les moyens d’action du CPAS (actuellement, le budget du CPAS s’élève à 15.766.000 euros avec une dotation de 4,6 millions pour la Ville de Huy.) «  La dotation communale au CPAS doit être optimale et ne pas constituer une variable d’ajustement budgétaire » estime Rodrigue Demeuse. Autre axe : le logement « moins de 5 % des logements hutois sont publics alors que la Région wallonne demande un taux de plus de 10 %. Par ailleurs, plus de 800 logements dont insalubres ou inoccupés dans le centre-ville ». Les Verts voudraient convaincre les propriétaires de mettre ces biens en locations, via une Agence Immobilière Sociale. Une autre idée serait de réquisitionner les logements inoccupés.

    « Il est essentiel d’accroître les espaces d’accueil pour les sans-abri via la mise à disposition de casiers, la création d’un abri de nuit en collaboration avec les communes voisines » estime Rodrigue Demeuse. Géraldine Delfosse insiste sur la nécessité de « l’émancipation par la culture » et Christelle Stadler sur l’urgence à mettre en place « un soutien à l’emploi. »

    Multiple et nombreuses, la plupart des propositions pourraient, selon les Verts, être mises en place sans devoir forcément débourser énormément. « De nombreux acteurs associatifs réalisent un travail extrêmement important sur le territoire de la Ville de Huy, toutefois ils ne se connaissent pas toujours. La création d’une plateforme sociale hutoise qui regrouperait l’ensemble des acteurs, permettrait de mieux cerner les besoins et de faire émerger les compétences. »

    Article 

    PAR AURÉLIE BOUCHAT

    Source 

      

  • Ils ont étudié à la maison communale de Nandrin

    Lien permanent

    30 jeunes ont étudié à la maison communale

    La salle des mariages et du conseil communal était mise gratuitement à leur disposition, pour éviter aux jeunes de l’entité qui préfèrent étudier ailleurs que chez eux de « courir » jusqu’à leur université ou leur haute école. Entre 25 et 30 étudiants ont ainsi poussé la porte de leur administration pendant le blocus. «  Il y a eu un pic de fréquentation certains jours (surtout pendant les congés) alors que d’autres jours ont été plus calmes. En moyenne sur les deux semaines de vacances, on comptait 8 étudiants par jour », recense Tristan Fagnoul, nouveau conseiller communal (B+). «  Il y en a qui sont venus tous les jours et il y en a qui ne sont venu qu’une fois ou deux », précise-t-il encore.

    Un bon résultat pour une première expérience, selon le bourgmestre Michel Lemmens. « Cela montre qu’il y a une demande. La salle peut accueillir facilement 50 à 100 personnes, on a donc de la marge devant nous. Il n’y a pas eu la grande foule mais ça ne mange pas de pain d’ouvrir la salle. Je préfère qu’elle soit utilisée », conclut-il.

     PAR A.G.

    Source 

  • La Ville de Huy prête à déclencher son plan grand froid

    Lien permanent

    Voici les services disponibles ainsi que le détail de leurs actions :

    CPAS de Huy

    Service Social Général : aides sociales diverses

    Aide à la recherche d'un logement

    Aide à la recherche d'une structure d'hébergement

    Aides énergétiques variées (chauffage, eau, gaz, électricité, etc)

    Aide en matière d'hébergement (même temporaire) en maison de retraite

    Service de distribution de repas à domicile (CSD)

    Distribution de colis alimentaires les vendredis matins de 8h30 à 11h30 - Rue des Malles Terres, 16/A à Tihange.

    Service prévention de la Ville

    Passages fréquents des agents dans les différentes rues de la ville en vue d'un contact direct avec les personnes SDF;

    Relais des demandes plus spécifiques vers le CPAS et la Croix-Rouge

    Ouvert du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00

    Service d’Entraide Familiale

    Maison d'accueil

    Permanence sociale du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h

    Magasin de seconde main

    Dépôt de meubles

    Police

    Rue de la Résistance, 6

    085.270.900.

    En semaine de 08h00 à 12h00 et de 12h30 à 17h00, sauf le jeudi où l’ouverture est assurée jusqu’à 19h00.

    L’Hôtel de Police sera également accessible le samedi de 10h00 à 13h00 et de 13h30 à 18 h 00.

    En dehors de ces horaires et en cas d’urgence, il faut former le 101.

    ASBL Nouveau Départ

    Bar à soupe les dimanches de 10h00 à 13h00, les mardis de 12h00 à 15h00 et 2 mardis par mois, de 12h à 17h

    Colis alimentaires tous les mardis (horaire par téléphone au 0496.252.441)

    Magasin de seconde main les mardis à partir de 12h

    Croix-Rouge

    Bar à soupe : ouvert du 5 novembre 2018 au 31 mars 2019 entre 11h30 et 14h00 les lundis, mardis, jeudis et vendredis. Si grand froid, possibilité d'ouverture le week-end.

    Brocante et vestiboutique ouverts les mercredis de 9h30 à 12h00 et de 13h00 à 16h30 + les vendredis de 13h00 à 16h30

    Colis alimentaires les mercredis de 11h00 à 12h00 + les vendredis de 14h00 à 15h00

    Couvertures + kit hygiène

    St. Vincent de Paul St. Rémy – Rive droite

    Colis alimentaires les lundis, mercredis et vendredis de 9h30 à 10h30

    Vestiaire + petite brocante les lundis, mercredis et vendredis de 9h00 à 11h30

    Permanence sociale les vendredis matins

    St. Vincent de Paul Statte– Rive gauche

    Colis alimentaires les mardis, jeudis et samedis à 9 h00 pour les grandes familles et à 9 h 30 pour les petites familles.

    Vestiaire+ petite brocante

    Infos pratiques :

    -Police de Huy

    Rue du Vieux Pont, 2 à 4500 Huy

    085/270.900

    -C.P.A.S. De Huy:

    Service Social Général

    Rue du Long Thier, 35 à 4500 Huy

    085/410.230

    -Service énergie

    Rue Portelette, 27 à 4500 Huy

    085/410.230

    -Service Prévention et Service Huy Clos

    Rue de la Résistance, 2 à 4500 Huy

    085/230.505 et 085/236.603

    -Croix-Rouge Huy-Amay

    Quai de Compiègne, 3 à 4500 Huy

    085/211.391

    -Saint Vincent de Paul

    Antenne Rive Droite

    Rue des Foulons, 4 à 4500 Huy

    0471/352.930

    -Antenne Rive Gauche

    Rue René Dubois, 11 à 4500 Huy

    F. BOHET 085/252.774 – 0496/237.434

    -Service Entraide Familiale

    Rue du Marché 35 à 4500 à Huy

    085/215.752

    -ASBL Nouveau Départ

    Rue des Jardins, 20 à 4500 Huy

    0496/252.441

    Source 

  • Le plan froid morbide est déclenché Opération Thermos Liège A.S.B.L.

    Lien permanent

    les prochains jours seront tout simplement mortels pour les personnes à la rue.

    La ville de Liège a déclenché hier le plan « froid morbide » ...

    Toute personne demandant à être hébergée le sera. N’hésitez pas à renvoyer toutes les personnes de la rue chez Thermos (se présenter à l’abri entre 20h et 20h45), personne ne sera laissé sur le trottoir ! L'équipe Thermos-Liège.

     

    Opération Thermos Liège A.S.B.L.

  • Le plan « froid morbide » activé en région liégeoise ?

    Lien permanent

    La possibilité de recourir à une trentaine de places supplémentaires a été activée au sein des quatre abris de nuit de Liège et Seraing qui accueillent des personnes à la rue, en raison des chutes de température, a précisé lundi Adrien Fievet, coordinateur général du Relais social du Pays de Liège.

    Cette mesure porte actuellement à 118 le nombre de places disponibles au sein des quatre abris de nuit situés à Seraing (rue du Molinay) et Liège (rue Chevaufosse, rue sur la Fontaine et caserne Saint-Laurent). Celle-ci est activée dès que la température de nuit atteint -3 degrés, car on considère que la vie des personnes à la rue est ainsi exposée au froid. Le plan «froid morbide» est donc appliqué en région liégeoise depuis samedi et est maintenu pour la nuit de lundi à mardi.

    «Ensuite, les températures devraient en principe remonter mais on s’attend à réactiver le plan dès mercredi. Une évaluation est faite au jour le jour selon les prévisions», explique Adrien Fievet.

    Concrètement, une trentaine de places supplémentaires sont ainsi disponibles au sein des quatre abris de nuit pour des personnes à la rue qui souhaitent être hébergées. «Vu qu’il s’agit des premiers froids morbides de cet hiver, la situation est à ce stade gérable», poursuit le coordinateur du Relais social du Pays de Liège.

    A l’abri de la rue Chevaufosse, l’activation du plan «froid morbide» permet d’accueillir deux personnes en plus. «Sinon, rien ne change au niveau du fonctionnement qui prévoit qu’il faut se présenter pour s’inscrire entre 20h00 et 20h45. Tous les soirs, c’est complet et chaque soir, nous cherchons des solutions d’hébergement auprès de partenaires», souligne Jean-Yves, porte-parole volontaire à l’ASBL Thermos Liège.

    L’an dernier, en raison d’une période prolongée de froid morbide, le bourgmestre de Liège avait pris un arrêté qui permettait aux policiers d’intervenir auprès de sans-abris pour les emmener sous la contrainte vers un endroit où passer la nuit.

    Source 

     

     

     

     

    Source 

  • Le prix chez le médecin augmente dès janvier 2019

    Lien permanent

    Les honoraires pour une consultation chez le médecin de famille, une visite à domicile ou le dossier médical global augmenteront de 3,33 % dès janvier, a indiqué Marc Moens, président de l’Association belge des syndicats médicaux (Absym). Le ticket-modérateur augmente d’environ autant, de sorte que le coût pour le patient reste pratiquement constant. Les honoraires pour une consultation classique passeront de 25,4 à 26,3 €. Le ticket modérateur augmentera dans les mêmes proportions. Une consultation à domicile passe à 38,9 € (+ 1,25 €), une hausse qui ne sera pas totalement compensée par la mutuelle. Pour un dossier médical global (DMG), ce sera 31 € au lieu de 30 et 56,8 au lieu de 55 € pour les malades chroniques. Le ticket-modérateur est augmenté de 3,3 % pour le DMG également. -

    Source 

  • Des « shoe box » et colis alimentaires pour les sans-abri Et sur le Condroz ?

    Lien permanent

    Le froid est de retour et les conditions de vie des sans-abris ou des personnes précarisées se voient à nouveau dégrader. Mais, fort heureusement, s’en suivent des initiatives citoyennes mais aussi communales. En voici quelques-unes.

    > La Ville de Hannut relance l’opération « shoe-box », ou « boîtes à chaussures ». Le principe est simple : prenez une boîte à chaussures, remplissezla de dix aliments et boissons non-alcoolisées, non-périssables, faciles à ouvrir et prêts à consommer, des produits d’hygiène personnelle (lingettes, brosse à dents, dentifrice), mais aussi et surtout une petite carte de vœux. Emballez ensuite la boîte comme un cadeau de Noël. Les boîtes sont ensuite redistribuées via les asbl hannutoises aux personnes dans le besoi.

    Il s’agit de la troisième année consécutive que le Plan de Cohésion Sociale, la Ville de Hannut et la Conférence des Élus de la Meuse Condroz Hesbaye lancent cette opération. En 2017, les écoles avaient réalisé plus de 220 boîtes à chaussures. Vous pouvez déposer les « shoe box » du 3 au 13 décembre à la Maison du Social (ancien commissariat de police, rue de Lander, no 19) de 9 à 12 heures).

    > À Wanze, c’est le Réseau Solidaire qui poursuit son travail de récolte. A sa tête, Dominique Servais s’occupe d’organiser plusieurs collectes, en fonction des saisons et des destinataires.

    « Plusieurs collectes sont actuellement en cours. On recherche des chaussures et vêtements d’hiver ainsi que des jeux à offrir à 35 enfants de Wanze et des environs proches », explique Dominique Servais.

    « Une autre collecte concerne 70 adultes (sans abris ou personnes précarisées), on recherche des manteaux, pulls, chaussures et produits de soin. Le surplus est redistribué dans des asbl allant de Huy, à Namur et à Liège ». Les colis sont à déposer sur un « banc solidaire », à proximité du no 15 de la rue de la Bergère à Wanze.

    « On n’a jamais rien volé jusqu’à maintenant. Je m’occupe de tout redistribuer ou alors il y a également d’autres personnes relais. Nous sommes une vingtaine de bénévoles réguliers. Au départ, je faisais cela à titre privé depuis 5 ans, mais le « Réseau Solidaire » a pris tellement d’ampleur que nous l’avons rajouté dans les statuts de l’asbl La Meunerie ».

    > Le CPAS de Wanze lance également un appel aux dons de couverture, couettes, sacs de couchage et vêtements chauds en bon état dont vous ne feriez plus usage. Les colis sont à déposer du mercredi au vendredi au Petit Bazar (085/25.55.51). -

    Article E.K.

    Source 

  • Une famille perquisitionnée à Nandrin info et interview de RTC voir la vidéo

    Lien permanent

    Depuis 7 mois, les nandrinoises hébergent un jeune Soudanais d'une vingtaine d'années. 

    Interview en vidéo d'RTC Liège 

    Voir la vidéo 

    Source RTC clic ici 

     

  • Nandrinois Votez et signez pour donner vos organes

    Lien permanent

    Concrètement, de la documentation sera mise à disposition des citoyens.« Des dépliants et des affiches seront directement mis dans les bureaux de vote », explique Thomas Courtois, le bourgmestre de Wasseiges. Dans certaines communes, les feuillets seront justes à l’hôtel de ville.

    Les maisons communales sont également ouvertes afin de permettre aux citoyens de s’inscrire comme donneur d’organes. «En Belgique, la loi fonctionne sur le principe du « qui ne dit mot consent », explique Vinciane Charlier. Ça signifie que tout belge est donneur d’organe tant qu’il ne donne pas officiellement un refus à la commune. Cependant, le médecin demande toujours aux familles si elles acceptent que le défunt soit donneur. Certaines refusent pour des raisons religieuses, ou par manque de connaissance de la volonté de la personne décédée. « L’inscription à la commune clarifie la situation », affirme Vinciane Charlier.

    Le choix de la date n’est pas anodin : «Le jour des élections est un moyen facile de toucher tous les adultes de la commune comme ils doivent venir voter », explique Thomas Courtois. Le vote et le don d’organes sont aussi deux actes citoyens.

    PAR S.B.

     | L'ACTU DE HUY WAREMME

    Article complet clic ici 

  • L'évolution de la construction des logements sociaux de Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    Fin des congés du bâtiment , coup d'envoie des constructions aux tiges des saules à Yernée Fraineux . 

    38260476_10216037318516019_3915885287657439232_n.jpg

     

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Fin du blocage à Nandrin:clic ici la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Logements sociaux de Fraineux Nandrin, la Région accorde de nouveau le permis clic ici

    Le permis du dossier polémique des huit logements sociaux à Fraineux est annulé clic ici

     

    Article du 8 Novembre 2017

    Le permis du dossier polémique des huit logements sociaux à Fraineux est annulé clic ici

    Article le 1 er février 2017 

    La construction de 8 logements sociaux approuvée à Nandrin clic ici

    Article du 21 octobre 2014 

    Nandrin 8 habitations sociales rue Tige des Saules clic ici

    Logements sociaux à Yernée-Fraineux: le combat juridique continue clic ici 

  • Une nouvelle initiative de pressoir mobile, le pressoir mobile vous propose de transformer vos fruits en délicieux jus ! il compte rayonner dans le Condroz

    Lien permanent

    Une nouvelle initiative de pressoir mobile en Wallonie sur les chemins de la transition écologique et de la consommation locale.

    Une nouvelle aventure qui commence avec vous !

    Disponible dès Octobre.

    Particuliers, associations ou professionnels, le pressoir mobile clic ici vous propose de transformer vos fruits en délicieux jus ! http://www.ppresse.be/

    Présentation du projet,  pressoir mobile avec PPresse  le Site internet ici 

    Le démarrage est tout nouveau, il vient de participer à la fête de la ruralité de Vyle-Tharoul pour lancer son projet de communication 

    Le pressoir mobile est situé dans la commune de Marchin, et il compte rayonner dans le Condroz et la Wallonie dés le mois d'Octobre 

    Pour le coté pratique, le pressoir est conçu sur une remorque avec toute la technologie nécessaire pour transformer les fruits en jus.

    Stand de dépose, lavage, broyage, pressoir à bande, deux cuves de 250L, pasteurisation et remplissage à chaud.

    Au niveau rendement, en fonction des pommes et de la saison, il est compris entre 0.5 et 0.7 L par kg, le pressoir permet de traiter un maximum de 700Kg / heure  

    Pour les contenants, cette année nous proposons des bouteilles de type fraîcheur 1L, ou des Pouch-up de 3L

    Le pressoir est intégré sur une remorque et permet, grâce à un dispositif bien réglé, de gérer toutes les étapes de transformations de vos fruits en jus : lavage, broyage, pressage, pasteurisation et conditionnement.

    Selon vos récoltes et vos envies, vous pouvez presser le jus de vos pommes/fruits uniquement, ou les mélanger à celles d’autres participants pour varier les saveurs (pourquoi pas avec un groupe d’amis, de voisins, des parents de l’école de vos enfants ?)

     

    http://www.ppresse.be/

     

  • Table d'hôtes du 24 mai 2018 à Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Pour la seconde fois, la table d’hôtes organisée par l’équipe de l’atelier cuisine de Nandrin a connu un grand succès.

    Toutes les personnes présentes se sont régalées du menu proposé.

    Le choix du menu, la convivialité, la bonne humeur, la décoration des tables réalisée par l’équipe ont été appréciés par tous.

    Fort de cette réussite, il a été décidé de « remettre le couvert » assez rapidement. Le mois d’octobre devrait donc accueillir une troisième table d’hôtes.

    Restez donc vigilant et merci à tous…

  • La famille Vandervoort a reçu les clés d’une maison de transit. Un mouvement de solidarité est né à Nandrin

    Lien permanent

    Un deuxième drame après le suicide de William

    Dispersés dans la famille et chez des amis depuis que leur maison est inhabitable, les Vandervoort (un couple et quatre enfants) vont pouvoir se retrouver.

    Le CPAS de Nandrin leur a donné ce jeudi les clés de la maison de transit, gérée par le CPAS, rue de la Gendarmerie à Nandrin. Il s’agit d’un logement public d’urgence spécialement destiné à accueillir les ménages qui connaissent une situation de détresse (comme un incendie, notamment).

    «  J’ai rencontré le papa jeudi matin, nous avons visité le logement ensemble, il m’a dit qu’il en parlerait à sa femme. Je les ai revus l’après-midi car ils souhaitaient revoir leur maison sinistrée. Le CPAS les accompagne aussi au niveau administratif. Une aide familiale est venue nettoyer la maison, qui peut accueillir six personnes.

    Les clés de la maison de transit leur ont été remises, ils sont contents de pouvoir retrouver leurs marques quelque part, ils ont déjà subi beaucoup, la situation n’est pas facile  », commente Murielle Brandt, présidente du centre public d’action sociale.

    Un deuxième drame

    C’est effectivement la deuxième fois qu’un drame s’abat sur cette famille nandrinoise : en juin 2013, William, leur fils de 14 ans, avait mis fin à ses jours par pendaison dans le jardin familial. L’affaire avait fait grand bruit car l’adolescent venait d’apprendre le résultat de ses examens, poussant à la réflexion sur la crainte de l’échec scolaire chez les enfants.

    Les proches de William, sa maman en tête, s’étaient mobilisés à plusieurs reprises pour dire «Stop au suicide».

    Solidarité

    Plusieurs mouvements de solidarité ont vu le jour pour venir en aide à cette famille appréciée. Ainsi, samedi, un groupe se réunira devant la maison ravagée pour «  sauver ce qui peut l’être  ».

    «  Si la maison est jugée stable, nous allons essayer de récupérer un maximum d’effets personnels et le nécessaire de toilette. La maman étant enceinte et accouchant dans deux mois et demi, elle souhaiterait entre autres reprendre son trousseau.

    Maintenant, comme le toit n’est pas bâché et qu’il pleut, je ne sais pas ce qu’on va trouver, du moins dans le living », poursuit Murielle Brandt.En parallèle, une collègue de la maman, qui travaille à la maison de repos des Floricots à Huy en tant qu’aide-soignante, a déjà rassemblé quelques caisses de vêtements notamment.

    « Ils ne savent rien récupérer de ce qui se trouve dans la maison pour l’instant», commente-t-elle, « c’est trop dangereux. » Via les réseaux sociaux, elle a donc, en petite comité d’abord, lancé un appel à l’aide : des vêtements pour homme (taille XL), de S à L pour les adolescents et 4-5 ans pour leur petite fille. 

    « J’ai déjà reçu pas mal de caisses… Attendons de voir un peu ce dont ils ont encore besoin à ce niveau-là », souligne-t-elle, avant d’évoquer que des draps, essuies, vaisselle ou petits matériels d’électroménager leur seront sans doute utiles dans leur logement d’urgence. N’hésitez pas à contacter le CPAS de Nandrin si vous souhaitez apporter votre petite contribution.

    PAR A.G. ET E.D.

     

    Tempête à Nandrin: un deuxième drame après le suicide de William clic ici 

     

    tempete.JPG

  • Un appel à l’aide est lancé via les réseaux sociaux pour la famille de Nandrinois victime de la tempête Éléonor

    Lien permanent

    Une collègue de la maman, qui travaille à la maison de repos des Floricots à Huy en tant qu’aide-soignante, a déjà rassemblé quelques caisses de vêtements notamment.

    Via les réseaux sociaux, elle a donc, en petite comité d’abord, lancé un appel à l’aide : des vêtements pour homme (taille XL), de S à L pour les adolescents et 4-5 ans pour leur petite fille. 

    « J’ai déjà reçu pas mal de caisses… Attendons de voir un peu ce dont ils ont encore besoin à ce niveau-là », souligne-t-elle, avant d’évoquer que des draps, essuies, vaisselle ou petits matériels d’électroménager leur seront sans doute utiles dans leur logement d’urgence. N’hésitez pas à contacter le CPAS de Nandrin si vous souhaitez apporter votre petite contribution.

    PAR A.G. ET E.D.

    Tempête à Nandrin: un deuxième drame après le suicide de William clic ici 

    tempete.JPG

  • Réussite pour l'opération Boite à Chaussures pour le Noël des SDF au Point Chaud de Nandrin

    Lien permanent

    L'action des boites pour les SDF à récolté 67 boites dans votre Point Chaud de Nandrin, je souhaite remercier tous les participants de l'action, ça nous fait plaisir de voir autant de solidarité

    Merci à tous nos clients et même les personnes de passage

    Un énooooorme remerciement à tous

    passez tous de bonnes fêtes

    Sandrine et Yan

     

    Point-chaud Nandrin clic ici

    Route du Condroz 123/A 4550

    Heures d'ouverture (lundi au vendredi): 5H30-18H
    Samedi: 05H30-18H
    Dimanche: 05H30-18H
    Jours fériés: 05H30-18H

    Tél: +32 85 84 29 09 
    Fax: +32 85 21 36 82

    npc.JPG

  • « boîtes cadeaux » récoltées pour le Noël des SDF à Nandrin aussi !!!

    Lien permanent

    + de 400 « boîtes cadeaux » récoltées pour le Noël des SDF

    Début du mois, la quatrième édition de l’opération « Boîtes à chaussures pour les SDF liégeois » a revu le jour. Cet appel à la solidarité en cette période de fêtes de fin d’année était toujours aussi simple que les années précédentes : transformer une boîte à chaussures standard en un cadeau destiné aux sans-abri.

    Vivres non-périssables, produits de soin, petits jeux…

    Le tout, accompagné d’une carte de vœux ! Dans l’arrondissement de HuyWaremme, quatre points de collecte avaient vu le jour.

    Tous participaient à cet événement pour la première fois et, le moins que l’on puisse dire, est qu’ils ont chacun été surpris – dans le sens positif du terme – de l’engouement suscité par cette action.

    On dénombre, au total, plus de 400 boîtes à chaussures déposées sous les sapins de nos contrées. « 94 ou 95 », nous diton chez « Crisnée Soins ».

    « On a dû pousser les meubles pour tout stocker », sourit Christine Fourneau.

    « Un peu plus de 200 » au « Troc » de Nandrin, mais aussi « une 40aine » à la ferme pédagogique de « Les Waleffes » et 80 chez Cathy Marot, accueillante d’enfants à Amay.

    « Les gens avaient le sourire et un grand cœur, c’était un super investissement », a-t-elle commenté. La date de clôture des boîtes était fixée à ce 20 décembre, afin que les organisateurs (du collectif « Dégustation de bon sens de Liège ») puissent procéder à tous les ramassages au travers de la province et les distribuer, d’abord, lors d’un goûter organisé le 22 en centre-ville liégeois.

    En raison d’un problème technique au niveau de la salle préalablement louée, le repas ne pourra finalement pas se faire. Mais les organisateurs assurent que chaque boîte arrivera bien entre les mains d’une personne dans le besoin.

    « Des contacts sont déjà établis avec des associations comme « Indépendance et dignité », « Cœur SDF », « Les lutins malins », l’ASBL « Thermos », etc. » -

    E.D.

    Huy-Waremme: + de 400 «boîtes cadeaux» récoltées pour les SDF

    troc2.JPG

  • 4,733 millions d’euros pour aider des CPAS à créer ou rénover des logements servant à l’accueil d’urgence

    Lien permanent

    i2.JPGLe ministre de l’Intégration sociale, Denis Ducarme (MR), a dégagé un budget de 4,733 millions d’euros pour aider des CPAS à créer ou rénover des logements servant à l’accueil d’urgence.

    93 centres publics d’action sociale seront ainsi aidés. Un logement pour l’accueil d’urgence, c’est-à-dire ? Il s’agit d’une réponse transitoire pour des personnes en difficulté.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas que des citoyens sans abri. Sont aussi concernées les personnes qui perdent leur habitat dans un incendie, par exemple, celles qui se retrouvent dans la rue après avoir été virées de chez elles.

    Le principe est de les aider à se stabiliser en leur louant un logement pour une courte période, à savoir pour six mois, délai prolongeable une seule fois. Il va de soi que le CPAS encadre aussi ces personnes pour les aider à trouver une solution durable. Le budget dégagé par le gouvernement fédéral doit permettre aux CPAS de construire, de rénover ou d’aménager des logements. Le montant ne pourra pas dépasser les 50.000 euros par logement.

    48 CPAS WALLONS

    Deux cent quarante-quatre dossiers ont été rentrés par 132 CPAS.

    Au final, 93 d’entre eux seront aidés : 48 en Wallonie, 40 en Flandre et 5 à Bruxelles.

    Si on place la loupe sur le sud du pays, on constate que seize de ces CPAS se trouvent à Liège, douze dans le Hainaut, huit dans le Namurois, six en province de Luxembourg et six dans le Brabant wallon.

    - D.SW

    Source clic ici  

  • Guy Mottet de Nandrin et le Centre de Réadaptation au Travail sont sous le choc il faut aider Bryan

    Lien permanent

    Le 8 avril dernier, un terrible accident est survenu au cœur de Tokyo, au Japon. Bryan Verschelde, un Liégeois de 27 ans, a été percuté par un camion alors qu’il réalisait son rêve : visiter cette capitale asiatique emblématique. Malvoyant de naissance, il était accompagné de trois de ses amis quand le drame s’est déroulé, le veille de son retour pour la Belgique (cf. encart ci-dessous).

    «  Aujourd’hui, Bryan est toujours dans le coma artificiel  », indique l’un de ses meilleurs amis, Aurélien Calcavecchia. «  Son frère Anthony est parti le rejoindre sur place mais nous ne l’embêtons pas en permanence pour avoir des nouvelles car il a énormément de choses à faire… On ne veut pas lui mettre la pression. Nous savons juste que les médecins réduisent les doses petit à petit afin qu’il se réveille doucement, dans une petite semaine environ. Pour l’après, on ne sait rien. Il a tout de même été touché à la tête donc on ignore quelles seront les potentielles séquelles.  »

    Autant dire que la nouvelle de l’accident a fait l’effet d’une bombe auprès des proches des deux frères, tous deux malvoyants de naissance. Au sein du Centre de Réadaptation au Travail (CRT) de Tinlot, c’est le choc. «  Je les ai eus tous les deux comme élèves. Je n’y crois pas encore. C’est un rêve de gamin qui tourne au cauchemar  », introduit Guy Mottet, l’un de formateurs, très proche de deux frères et fort ému. «  Il y a quelques mois à peine que Bryan est parti. Il avait trouvé un travail, tout comme Anthony d’ailleurs, au sein d’un poste administratif de la police de Bruxelles  », poursuit-il.

    Et si l’émotion est si forte au sein de ce centre de formation et de réinsertion socioprofessionnelle pour adultes porteurs d’un handicap, c’est que les deux garçons ont marqué les esprits de tous. «  Ils ont appris à surmonter leur handicap de manière autonome, à se prendre en charge individuellement. Ils sont fort proches l’un de l’autre.  »

    Une ténacité et une volonté de vouloir vivre comme tout le monde qui a permis à Bryan de se débrouiller, jour après jour. «  Au départ, il avait une timidité un peu liée à son handicap sans doute mais, quand il s’est libéré, c’est un boute-en-train abominable ! Notre rôle est d’aider les personnes à trouver un travail et développer le meilleur d’eux-mêmes. Bryan a vraiment beaucoup à offrir : de grandes qualités professionnelles, du sérieux, de la ponctualité, de l’intelligence… Une fois qu’on le rencontre, on est marqué à vie !  »

    guyblog.JPGrécolter de l’argent

    Face au drame qui touche la famille, les membres et résidents du CRT ne comptent pas rester les bras croisés. L’accident n’étant pas pris en charge par la mutuelle, les soins et frais médicaux qui lui sont demandés sont abominables. On parle de plus de 100.000 euros. Sans compter le voyage d’Anthony, qui s’est rendu au chevet de son frère, à Tokyo.

    «  Je reçois des appels de toutes parts pour savoir comment on pourrait leur venir en aide. Vendre des gaufres ou des lasagnes, cela ne suffit pas… On va organiser quelque chose autour de cet engouement.   Il n’y a jamais de problèmes, mais plein de solutions, il faut juste savoir choisir la bonne et l’on va très vite trouver ce qu’il faut  », conclut Guy Mottet. Il évoque, pourquoi pas, l’idée de faire appel aux « Héros du gazon », de la RTBF, en clin d’œil aux deux frères, passionnés de football.

  • La construction de 8 logements sociaux approuvée à Nandrin

    Lien permanent

    JP.JPGLe dossier tant attendu relatif à la création de huit logements sociaux à Fraineux, dont un logement de transit, a encore été débattu de manière vigoureuse ce lundi soir lors du conseil communal de Nandrin.

    En juin dernier le conseil communal avait rejeté le projet de bail emphytéotique car l’implantation du bâtiment dépassait le périmètre initial ; une situation rendue possible par le vote négatif de Muriel Brandt, alors conseillère communale dans la majorité.

    «  On n’est pas contre cette construction, au contraire. Mais il ne faut pas qu’on touche au parc du Pery, ça doit rester un poumon vert, Fraineux n’a rien d’autre que ce parc. Nous avions proposé de revenir au projet initial qui prévoyait la construction de ce bâtiment sur le verger uniquement sans que cela n’empiète sur le parc », explique le conseiller de l’opposition Marc Evrard.

    La salle était d’ailleurs comble de Nandrinois directement impactés par la construction de ce bâtiment. «  Quand on a fait construire nos maisons, on a tous dû respecter des normes comme construire à 10m du trottoir, respecter une certaine hauteur etc. Et on a l’impression d’être pris pour des ânes.

    Vu que la commune ne compte nullement respecter ces normes, ça va directement avoir des conséquences pour chacun d’entre nous. Ça dénature clairement le quartier. Et que dire du parc… C’est vraiment n’importe quoi », réagit, dépité, un citoyen venu spécialement pour ce point du conseil.

    Daniel Pollain, premier échevin et porteur du projet, a présenté les détails de la constitution de ce droit emphytéotique et de la construction de ces 8 logements sociaux. «  Il n’y a pas de craintes à avoir, quant à l’augmentation du nombre de logements prévus, ce sera interdit. Et cette construction est prévue sur une superficie de 3.690m², soit le double », explique-t-il.

    La majorité pensant que doubler la superficie du projet permettrait de trouver un accord avec l’opposition. Le droit d’emphytéose est prévu pour une durée de 55 ans vu le montant conséquent de l’investissement (672.000 euros de la Région wallonne et 147.000 euros de Meuse Condroz Logement).

    Au moment de passer au vote, Muriel Brandt a tenu à motiver sa décision de voter pour la réalisation de ce projet tel que présenté ce lundi soir. «  Cette résidence services pourra protéger ce poumon vert, qu’est le parc du Pery. On a besoin de ces logements, il ne faut pas être égoïste  », motive-t-elle. Des dires qui ont directement fait réagir les citoyens présents. «  C’est une hypocrite. Maintenant qu’elle a eu ce qu’elle voulait vu qu’elle est présidente du CPAS, elle se moque de nous », entend-on dans le public.

    Néanmoins, malgré les réticences de l’opposition et des personnes présentes, le collège a bon espoir en ce projet qui est passé avec 9 voix contre 7.

     

    Article de CyC source Sudinfo

    Pas d’étude de parc Cpas ,clic ici Perry de Nandrin

    Nandrin clic ici  « Gardons le parc du CPAS ! »

    Le projet de logements publics clic ici refusé lors du Conseil Communal de Nandrin

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Fin du blocage à Nandrin:clic ici la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Nandrin clic ici Le permis pour les logements sociaux est accordé

    Nandrin clic ici 8 habitations sociales rue Tige des Saules

    ENQUÊTE PUBLIQUE clic ici Permis d’urbanisme à Nandrin

     

  • Le courrier qui fâche Muriel Brandt à Nandrin

    Lien permanent

    Murielle brandt ,cravn ,cpas ,courrier ,politique ,nandrin ,comité de quartier ,pery ,nandrin ,cdh ,Les échanges entre citoyens et élus communaux lors du conseil sont strictement interdits.

    Pourtant Muriel Brandt n’a pas hésité à s’adresser aux citoyens et ce à deux reprises, malgré la désapprobation du bourgmestre.

    Elle a d’abord réagi à un courrier qu’un citoyen lui a envoyé*.

    « Je tiens à dire que je n’ai pas apprécié qu’on me mette la pression en m’envoyant ce mail.

    C’était clairement pour mettre la pression. Je n’y ai pas encore répondu mais je le ferai», réagit Muriel Brandt.

    Des propos qui ont outré l’auteur du courrier, un citoyen concerné par la réalisation de ce projet de logements sociaux.

    « Mme Brandt s'est laissée aller jusqu'à citer mon nom durant le conseil communal.

    Elle s'est insurgée de la pression que je lui aurais mise par l'entremise d'un mail que je lui ai adressé comme aux huit élus de l'opposition.

    Il n'était nullement dans mes intentions de nuire à quiconque

    Des situations qui créent visiblement des petites tensions.

    Article de CY.C. Source Sudinfo 

    * Le Courrier du CRAVN aux conseillers ,en exclusivité sur le Nandrin Blog Sudinfo 

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN aux conseillers Clic ici

    CRAVN.JPG

    2017-01-26 - Mail Du CRAVN  aux conseillers Clic ici

  • Une nouvelle présidente du CPAS à Nandrin

    Lien permanent

    Source SI.JPGCela faisait un an que Muriel Brandt devait obtenir un poste d’échevine, comme convenu lors des accords entre partis au moment de la constitution de la majorité.

    Après discussion, cette dernière a obtenu le poste de Présidente du CPAS.

    Elle remplace Béatrice Zucca, démissionnaire.

    Béatrice Zucca intègre quant à elle, le conseil d’administration de l’IDEN, remplaçant alors Charlotte Tilman.

    Article de CyC Source Sudinfo 

     

    Fin du blocage à Nandrin clic ici : la conseillère Murielle Brandt (cdH) accède à la présidence du CPAS

     

    Logements sociaux rejetés à Nandrin:clic ici  la conseillère de majorité Murielle Brandt se retourne contre son groupe

    Des tensions politiques au sein de la majorité à Nandrin Clic ici  ?

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH :clic ici  « On ne peut plus attendre »

     

  • Récolte de vivres au profit des démunis

    Lien permanent

    i2.JPGVous vous sentez l’âme charitable ou souhaitez faire une action citoyenne noble? L’USC (Union Socialiste Communale) de Modave organise, dès ce samedi 21 janvier, une récolte de vivres au Proxy Delhaize de Strée.

    Ces vivres seront distribués par la suite aux plus démunis. Mais ce sera également l’occasion pour tout un chacun de venir prendre «l’Apéro Solidaire» dès 18h30 au Baratin.

    Vous y serez accueillis par le parti. Il vous est vivement conseillé d’apporter des vivres et autres produits non périssables. Voici de quoi bien commencer la nouvelle année.

    Article de C.L. source Sudinfo 

  • Plus de 25.000 remises à l’emploi via les CPAS

    Lien permanent

    CPAS source PHN Sudinfo.JPGOn appelle ça les articles 60 et 61. Ce sont des dispositions qui permettent aux CPAS de remettre directement à l’emploi une série de minimexés. Et cela marche de mieux en mieux.

    Selon des chiffres dévoilés à Sudpresse par le ministre de l’Intégration sociale Willy Borsus (MR), on en est désormais à plus de 25.000 personnes qui ont ainsi pu trouver du travail en 2015, tendance qui s’est poursuivie au premier semestre 2016.

    Cela se fait soit via le recrutement de la personne au sein du CPAS ou sa mise à la disposition d’un employeur tiers, mais toujours rémunéré par le Centre public d’aide sociale.

    Soit encore via son embauche dans une société privée en échange d’une baisse des cotisations sociales. Le procédé existe depuis 2002. Cette année-là, 13.056 minimexés avaient ainsi pu renouer avec le marché du travail. Treize ans plus tard – soit en 2015, dernière année statistique complète disponible – on en est à 25.239 personnes, soit une hausse de 93%! Et les trois régions du pays en profitent. La hausse la plus spectaculaire – 150% – est décrochée par Bruxelles, avec un passage de 2.234 à 5.535 personnes remises à l’embauche.
    La Flandre se hisse sur la deuxième marche du podium. Ici, l’augmentation est de 97% (de 5.162 à 10.141 minimexés aidés). Vient enfin la Wallonie avec une hausse de 69% (de 5.660 à 9.563 personnes).


    TRÈS BONS SCORES

    Ce succès ne s’est jamais démenti au fil des ans. De 2014 à 2015, le nombre de minimexés ainsi aidés a augmenté de 10% pour la seule Wallonie, contre 3% en Flandre et 0,1% à Bruxelles. Quand on regarde au niveau des entités, certaines déploient manifestement de gros efforts.

    Le record wallon est détenu par Doische avec 85% de ses minimexés remis au travail, même si la base est faible (sept personnes dont six qui ont un job).

    Dans les communes un peu plus grosses, c’est Estaimpuis qui détient la palme avec 63% de ses 22 minimexés ainsi aidés. Mais Chapelle-lez-Herlaimont (38% de 162 personnes), Braine-l’Alleud (33% de 193 personnes) ou Peruwelz (28% de 222 personnes) affichent également de très bons résultats.

    «Cette augmentation de recours à ce système est positive» , note Willy Borsus qui exerce la tutelle sur les CPAS même s’il s’agit ici d’impulsions régionales.

    «L’extension des projets individualisés d’intégration sociale à tous les bénéficiaires d’un minimex participe au même objectif. On attend ainsi 38.910 nouveaux dossiers pour 2017» .

    Article de CHRISTIAN CARPENTIER source Sudinfo