Politique à Nandrin

  • Quatre voiries communales seront réparées à Nandrin

    Lien permanent

    . La fois précédente, Nandrin s’était servie de cette dotation pour construire la nouvelle administration communale. Cette année, elle a décidé de la dédier aux réparations et entretiens de voiries. « Nous bénéficions de 337.000 euros de la Région, introduit Michel Lemmens, le bourgmestre. La réflexion autour du bloc de l’ancienne salle du conseil communal n’étant pas encore aboutie, nous avons choisi de dédier cet argent à quatre voiries communales. Un tiers de l’investissement subventionné devant dorénavant être consacré à la mobilité douce, cela nous a poussés à changer notre fusil d’épaule dans le choix des routes.»

    Ont été désignées : la rue des Six Bonniers à Villers-le-Temple (le trottoir sera refait, ainsi que la voirie), rue Sur Haies (entretien de voirie et aménagement sécuritaire), la rue de Villers et le début de la rue des Favennes (l’autre partie ayant déjà été refaite par la commune de Tinlot). « Ces deux dernières routes sont en très mauvais état. Il ne restera plus que la rue Saint-Donat après celles-là », commente Michel Lemmens.

    Marc Evrard, conseiller PNC, a demandé pourquoi le chantier total était budgétisé à 933.000 euros. «Car la ministre demande de rentrer un dossier prévoyant entre 150 et 200% de potentiel de subsides, soit 540.000 euros. Il n’est pas certain que nous ayons toute cette somme cependant, seuls les 337.000 sont acquis », a répondu le mayeur.

     

    PAR A.G 
     
     
  • Eric Cop réagit (Tous Ensemble) apparenté MR , «Je n’ai rien fait de mal» lance t'il

    Lien permanent

    Cet apparentement était, selon Christophe Ovidio, guidé par l’unique intérêt d’être élu administrateur de l’IDEN, la société de production et de distribution d'eau potable du Condroz.

    « Vous avez menti aux Nandrinois en faisant campagne comme étant apolitique. Par ailleurs, aux dernières élections, il y avait des panneaux électoraux en faveur du cdH chez vous. Qu’êtes-vous dès lors ?

    Moi je pense que vous avez choisi MR car c’était votre seule chance d’être élu au conseil d’administration de l’IDEN et d’être soutenu par la majorité.

    Ce genre de petit marché entre amis est tout ce qui m’écœure en politique », avait taclé Christophe Ovidio.

    Eric Cop, injoignable mercredi, a tenu à réagir ce jeudi, pour étayer la réponse qu’il a tenue au conseil. « Je suis apparenté MR depuis trois mois, je suis surpris qu’on m’attaque maintenant... Je n’ai pas choisi le MR par opportunisme, simplement Alain Henry et moi avons décidé de nous apparenter MR car nous avons des amis proches libéraux et nous partageons leurs idées.

    Toutefois, cela ne signifie pas que j’ai pris la carte du parti !

    C’est le jeu politique, je n’ai rien fait de mal », souligne-t-il.

    « Je ne suis pas cdH, c’est ma femme qui l’est. Nous avons mis des panneaux pour Marie-Dominique Simonet car c’est la marraine d’une de mes filles. »

    Eric Cop dément aussi toute alliance avec la majorité B+.

    « Il n’y a aucun accord et nous n’avons jamais pensé en faire un.

    Nous partageons certains points de vue de la majorité, mais pas tous. »

    Clash au conseil communal de Nandrin entre deux élus d’opposition Christophe Ovidio (Vivre Nandrin) et Eric Cop (TE) clic ici

    PAR A.G.

    Source 

     
     
     
  • Clash au conseil communal de Nandrin entre deux élus d’opposition Christophe Ovidio (Vivre Nandrin) et Eric Cop (TE)

    Lien permanent

    Le conseiller communal Christophe Ovidio (Vivre Nandrin) s’est fendu d’une déclaration pas piquée des vers, destinée à un autre élu d’opposition, Eric Cop (Tous Ensemble).

    Novice en politique, l’édile a reproché à son homologue de choisir son apparentement politique en fonction de ses propres intérêts, dans l’unique but d’être désigné au sein de l’IDEN.

    « J’ai l’impression que vous vous apparentez MR juste pour être administrateur de l‘IDEN. Votre concurrent, Marc Evrard (Pour Nandrin citoyenne) est libéral depuis 32 ans, c’est donc logique pour lui, mais vous, vous avez fait campagne comme un candidat apolitique !

    En outre, pendant la campagne régionale, fédérale et européenne il y a trois semaines, vous avez affiché le cdH partout chez vous… Alors, qu’êtes-vous, MR, cdH, apolitique ?! », a-t-il demandé.

    Selon lui, le positionnement d’Eric Cop est téléguidé par le fait que le MR et le cdH ne peuvent avoir chacun qu’un seul représentant à l’IDEN ; le cdH ayant déjà la candidature d’Isabelle Lejeune (de la majorité) B+, le conseiller TE avait tout intérêt à être MR pour concurrencer Marc Evrard et rallier les votes des proches du bourgmestre. Ce qui a effectivement été le cas.

    Il a été élu, par bulletins secrets, par 9 voix contre 5 pour Marc Evrard, et 2 votes blancs.

    « Je ne considère pas que changer ses appartenances politiques en fonction des postes à pourvoir soit éthique.

    Si vous êtes MR, moi je vous propose d’envoyer un courrier à tous les Nandrinois pour dire que vous leur avez menti pendant toute la campagne », a-t-il encore taclé avant de reprocher la position de la majorité, « qui vote systématiquement en faveur de Tous Ensemble. »

    « Quel est le deal ? La majorité vous donne ses voix et en échange vous êtes une opposition moribonde pendant 6 ans ?

    Je vous donne mes voix et en échange vous dites oui à presque tous les points, sans remous et surtout en n’étant pas trop constructif ? Depuis le début, beaucoup ont l’impression d’avoir une majorité à 11 plutôt que 9… Ce genre de petit marché entre amis, c’est personnellement tout ce qui m’écœure en politique », a-t-il conclu.

    « L’opportuniste »

    Des propos ponctués en musique par Marc Evrard qui a sorti le baffle reçu pour sa fête des pères, et de passer la chanson « L’opportuniste » de Jacques Dutronc clic ici ...

    Eric Cop n’a pas réagi outre mesure, assurant néanmoins que c’était sa femme qui était cdH, pas lui. Nous avons tenté de le joindre ce mercredi, sans succès.

    « c’est Le jeu »

    Le bourgmestre (PS), Michel Lemmens, a quant à lui relevé la naïveté (`) de Christophe Ovidio.

    « Ce n’est pas amusant mais c’est le jeu. Il y a des règles et il faut les connaître.

    Il est vrai que Tous Ensemble est un groupe avec qui nous avons envie de travailler, notre philosophie de travail est proche.

    Ce n’est pas le cas des autres groupes, ni Marc Evrard pour une raison évidente, je n’ai pas envie de m’appesantir sur les rancœurs et malhonnêtetés du passé, ni le groupe de Daniel Pollain qui n’a toujours pas digéré sa défaite aux élections et dont la campagne a laissé des traces», a-t-il commenté.

     

    Article par ANNICK GOVAERS

     
    la naïveté (`)

    La réplique du conseiller communal Christophe Ovidio (Vivre Nandrin) en ce qui concerne la naïveté : il a  répondu au Bourgmestre:

    "Pour moi, la naïveté c’est de dire et de croire que parce que la politique est ainsi depuis 30 ans on ne peut pas la changer. »

     

     

    Lire la suite

  • Trente et une communes,la Conférence des élus MCH exprime la volonté des forces politiques de l’arrondissement Huy-Waremme

    Lien permanent

    Créée il y a huit ans déjà (mai 2011), la Conférence des élus MCH exprime la volonté des forces politiques de l’arrondissement Huy-Waremme de disposer d’un espace de discussion et de réflexion, au-delà des différences, afin de faire évoluer et aboutir des projets supracommunaux sur le territoire. Des projets qui correspondent aux spécificités de l’arrondissement, semi-rural ou urbain, morcelé en 31 communes et présentant une grande diversité. Ce qui est à la fois une difficulté potentielle et surtout, une richesse à défendre et entretenir...

    Originalité de cette ASBL  : l’équilibre des forces politiques mobilisées. Le conseil d’administration repose ainsi sur quatre représentants de chacune des quatre principales familles démocratiques (PS, MR, ECOLO et CDH), avec appui de la Province de Liège au travers de sa plateforme de gouvernance territoriale « Liège Europe Métropole » et, de manière ponctuelle, des pouvoirs locaux de la Région wallonne.

    « Plus personne aujourd’hui ne peut se permettre de travailler dans son coin, seules les synergies autour de projets concrets permettent d’avancer de manière raisonnée dans la bonne direction » résume Christophe Collignon, président d’une Conférence dont l’assemblée générale annuelle s’est déroulée jeudi soir, dans le superbe écrin du golf Naxhelet, à Wanze.

    Mutualisation des moyens humains voire financiers, partage de compétences et de bonnes idées, ce mode collaboratif est plus que jamais à l’ordre du jour dans les communes, alors que les moyens publics se raréfient. « Huy-Waremme, même s’il existe des réalités et difficultés parfois nuancées entre vallée mosane, Hesbaye et Condroz, est un bassin de vie à part entière. Ses pôles de services, d’enseignement, de soins de santé, d’activité économique doivent être défendus et dynamisés, plus que jamais », rappellent ainsi les vice-présidents de l’ASBL, Philippe Dubois (Clavier), Jean-Michel Javaux (Amay) et Benoît Cartilier (Hannut).

    Parmi les grands chantiers ouverts ces derniers mois, le prochain démantèlement du site nucléaire de Tihange bien sûr (à partir de 2023 normalement), qui va impacter directement plusieurs milliers de familles vivant dans l’arrondissement. Dans cet esprit de mobilisation, une task force nucléaire a récemment été mise sur pied, regroupant Ville de Huy, communes voisines, acteurs économiques tels que le GRE ou la Spi (son président, le Hutois Cédric Swennen, était récemment l’invité de la Conférence), le monde académique et universitaire, afin d’envisager les pistes de reconversion.

    On sait aussi que la création d’un crématorium est un projet qui est ressorti des cartons et fait son petit bonhomme de chemin, tandis qu’une centrale de mobilité (avec déclinaison numérique) devrait bientôt voir le jour, afin de favoriser tous les modes de transport alternatifs chez nous. Avec l’aide de Liège Europe Métropole, la Conférence travaille aussi par exemple à la rénovation du bassin de natation St-Roch, à Ferrières, qui doit à terme permettre à tous les enfants et ados du Condroz de retourner à la piscine. Le projet « Piscine de l’Ourthe » est ainsi porté en intercommunale, par Ferrières, Hamoir, Ouffet, Anthisnes et Comblain-au-Pont. Illustration concrète de cette supracommunalité dont tout le monde parle, mais qui a surtout besoin d’actes concrets.

    Photo et article complet clic ici 

  • La commune de Nandrin va peut-être ester en justice dans le dossier de cinq éoliennes en bordure de la N63 route du Condroz

    Lien permanent

     


    Le conseil communal a voté le 6 mai 2019, un point complémentaire en raison de l'échéance rapprochée du 19 mai 2019, si le cas échéant elle devait ester en justice, dans le cadre du dossier des éoliennes le long de la route N 63 du Condroz .

    La commune va mandater son avocat afin d'analyser le dossier avant la date du 19 mai 2019, fin des 60 jours pour introduire un recours .

    Voici l'article pour Neupré :

     

    La salle du conseil communal de Neupré était pleine à craquer ce jeudi soir. Un point fort controversé était au programme: le projet des cinq éoliennes sur les hauteurs d’Engis. La commune a annoncé qu’elle allait introduire un recours au Conseil d’État pour tenter de casser le permis accordé par le ministre Carlo Di Antonio. Dans les rangs de l’opposition, ça a grondé.

    Pour rappel, l’endroit où il est prévu d’implanter ces éoliennes est situé à la frontière entre la commune d’Engis et celle de Neupré. Le SPW avait rendu un avis négatif quant à ce projet mal vu par les communes de Nandrin, Neupré et Engis. Ces dernières craignaient, entre autres, des nuisances sonores, visuelles et un risque de bris de glace sur la route du Condroz. La société NPG Energy Lampiris avait alors déposé un recours contre ce refus et le ministre Carlo Di Antonio avait finalement octroyé un permis sous conditions le 18 mars 2019.

    Seulement voilà, les communes avaient, à leur tour, 60 jours pour introduire un recours au Conseil d’état contre la décision du ministre. Et c’est chose faite à Neupré. Le recours a été voté ce jeudi par la majorité qui met en évidence une étude d’incidence lacunaire ainsi qu’un problème de méthodologie: «L’acte juridique qui nous a été rendu par un cabinet d’avocats pointe plusieurs irrégularités», explique le collège qui n’est pas sur la même longueur d’onde que le ministre mais qui précise qu’il n’est en aucun cas contre l’éolien. «Il ne faut pas dénaturer des paysages de campagne comme les nôtres, on ne dit pas ‘oui’ à ce projet là car il y a un impact clair, par exemple, sur la faune. Nous avons une autre optique environnementale.»

    L’opposition a formulé diverses remarques, comme un manque de transparence dans le dossier ou le coût d’une telle procédure.

    LAURENT CAVENATI

    Source 

  • le Collectif citoyen mise sur l’ancrage local aux élections régionales pour l’arrondissement Huy-Waremme

    Lien permanent

    Le Collectif Citoyen présente une liste complète aux élections régionales pour l’arrondissement Huy-Waremme. La plupart des candidats ne participent pas à leur première élection puisque le projet de mouvement citoyen les réunit depuis le dernier scrutin communal.

     

     

    29 bc.JPG

     

    « La création officielle du mouvement remonte à janvier. Les élections communales concrétisent notre ancrage local. La centaine d’élus locaux atteste d’une percée », observe Blaise Agnello. Ce dernier, conseiller CiM à Anthisnes, emmène la liste régionale. Le Collectif Citoyen se retrouve autour de constats : « La démocratie a du plomb dans l’aile, car les politiciens ne représentent plus correctement les citoyens. Notre mouvement vise une réappropriation de la souveraineté politique par les citoyens. On aspire à un retour des gens comme acteurs du processus de gestion de la cité, c’est-à-dire une réelle ouverture du système politique à la population », estime Blaise Agnello.

     

     

    Les candidats parlent de projet de société plutôt que de mesures politiques. Concrètement, le Collectif Citoyen propose notamment une vraie participation citoyenne accrue, de l’éthique avec un cadre déontologique strict et contraignant, une transparence institutionnelle ou encore davantage de justice sociale et fiscale. « On souhaite également une transformation du Sénat en assemblée tirée au sort, la possibilité d’un référendum d’initiative citoyenne précédé de débats et d’information. On plaide pour l’interdiction du cumul de mandats effectifs et la limitation temporelle de la fonction d’élu. On veut une révision du principe de rémunération et d’indemnité des représentants politiques, ainsi qu’une intelligibilité des textes de loi », résument les membres de la liste.

    Jeannick Piron (Villers-le-Bouillet) occupe la deuxième place effective. Cette ancienne conseillère communale nandrinoise apparaît parmi les précurseurs avec sa liste citoyenne en marge de la mandature précédente. « La démocratie me semble en danger si aucune offre alternative n’apparaît. »

     

     

    Le troisième candidat, Pascal Jamsin, vient d’Amay : « Ma candidature s’inscrit dans la continuité de mon mandat actuel, car j’aspire à une démocratie plus ouverte et des services plus efficaces. »

     

     

    Une ancienne bourgmestre figure en quatrième position : Anne Luymoeyen (Clavier), « touchée par la charte du mouvement qui correspond à la philosophie que je défends, à savoir de l’éthique et de la transparence pour réinventer une société plus juste et équitable. »

     

     

    Les suppléants affichent également un ancrage local. Emmanuel Lobet mène l’opposition à Ouffet.

     

     

    Clara Loyens vient de Huy.

     

     

    Luc Lhoest (Remicourt) siège à Remicourt : « J’ai découvert le fonctionnement des partis traditionnels en 2012 avec des abus et des décisions parfois opposés à l’intérêt du citoyen. Avec mon groupe Vous, je porte désormais une volonté de changer la manière de faire de la politique avec une remise du citoyen au centre des débats. »

     

     

    Isabelle Havelange (Marchin) clôture cette liste régionale. Enfin, des candidats de l’arrondissement figurent sur la liste fédérale, comme Olivier Carlens (Remicourt), Elodie Stas (Héron), Dijon Kraja (Huy), Nicole Burette (Burdinne), Nathalie Petre (Marchin), Philippe Mercier (Nandrin) et Anaïs Masillon (Amay).

     

    Article de  JUMA

     

    Source 

  • «Vivre Nandrin» boycottera le Conseil communal aujourd'hui 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le Conseil communal doit être convoqué par le Collège au moins 7 jours francs avant le jour fixé (ce qui implique que le jour de réception de la convocation et le jour fixé pour la réunion ne sont pas comptés).

    Le groupe d’opposition Vivre Nandrin, formé notamment par deux anciens échevins de la majorité, affirme avoir reçu la convocation hors délai.

    « La majorité d’entre nous, y compris le chef de groupe, l’a réceptionnée le 8 avril alors que le Conseil a lieu le 15.

    Ce n’est pas correct, d’autant qu’on est en période de vacances et que le bourgmestre avait annoncé au Conseil de mars qu’il ne devrait pas y avoir de nouvelle séance avant le 7 mai.

    Certains mandataires ont donc décidé de s’absenter. Si le législateur a laissé 7 jours francs, c’est pour laisser le temps aux conseillers de préparer les points à l’ordre du jour, d’autant que Vivre Nandrin réunit l’ensemble du groupe, pas que les conseillers.

    C’est trop court.

    La majorité n’a même pas pris la peine de téléphoner aux chefs de groupe », fustige Daniel Pollain.

    « Cela rend quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires », ajoute-t-il.

    Le groupe d’opposition réclame donc qu’une nouvelle date de Conseil soit fixée, sous peine de boycotter la séance et de prévenir l’autorité de tutelle.

    « Les points examinés sont susceptibles d’être caducs puisque la convocation est irrégulière », estime-t-il.

    Le chef de groupe aurait aimé discuter de la nouvelle mouture du Règlement d’ordre intérieur du conseil communal qui figure à l’ordre du jour.

    Celle-ci prévoit la suppression du règlement des commissions, « or ce sont des lieux de réflexion et de travail commun », ainsi que la disparition des questions posées par les conseillers communaux au sein du procès-verbal du Conseil, ce que l’opposition estime être un manque de transparence à l’égard du citoyen.

    « Une tempête dans un verre d’eau »

    Les deux autres groupes d’opposition, Tous Ensemble et PNc, seront quant à eux bien présents lundi, ils affirment avoir reçu la convocation par coursier vendredi 5 avril, donc dans les temps. Quant au bourgmestre, il qualifie la sortie de VN de « tempête dans un verre d’eau ».

    « Nous avons dû prévoir un Conseil en urgence car deux points importants se sont ajoutés en dernière minute. En tant qu’ancien échevin, M. Pollain devrait savoir qu’une fois le Conseil convoqué, le Collège n’a plus la main, c’est le Conseil lui-même qui peut fixer une nouvelle date... »

    Pour le ROI, le bourgmestre rétorque qu’aucune commission n’a jamais été mise sur pied à Nandrin et le Conseil est un espace de débat suffisant, et que la non retranscription des questions d’actualité facilite le travail du directeur général.

     

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Les conseillers de Vivre Nandrin annoncent qu'ils ne siégeront pas au Conseil Communal de lundi 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le conseiller communal et chef du groupe Vivre Nandrin, Daniel Pollain fait savoir les raisons qu ils n assisteront pas au conseil communal dans un courrier aux élus, également au blog de Nandrin.

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    Mesdames, Messieurs les membres du Collège Communal,

    Mesdames, Messieurs les Conseillers communaux,

    Monsieur le Directeur général,

     

     

    Vu l’article L1122-13. §1er du Code de la démocratie locale et de la décentralisation ;

    Vu l’article 18 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal ;

     

    L’objectif du législateur, en imposant que la convocation du conseil communal soit réalisée au moins 7 jours francs avant le jour fixé pour la réunion, est à l’évidence de permettre aux conseillers de préparer le conseil communal de manière sérieuse.  Or en l’espèce, la convocation au conseil communal du lundi 15 avril 2019 a été réceptionnée par la majorité de notre groupe (en ce compris le chef de groupe) le lundi 8 avril, et donc sans respecter les prescrits susvisés.  Ce manquement, rendant la convocation irrégulière, est d’autant plus important qu’il opère en période de vacances et qu’il avait été annoncé par le bourgmestre lors du conseil de mars, qu’il ne devrait pas y avoir de conseil communal avant le 7 mai. De cette manière, les mandataires pouvaient le cas échéant décider de s’absenter pendant cette période de vacances de Pâques. 

     

    Notre groupe est en difficulté pour préparer le Conseil communal et regrette qu’un dialogue n’ai pas été suscité par le Collège. Ne relève-t-il pas d’une bonne gouvernance et simplement de la courtoisie, en pareille situation d’échanger avec les chefs de groupe ?  En effet, l’essence même de la bonne gouvernance, « réside dans une dépossession d’un plein pouvoir de décision des mains des personnes chargées de «diriger», pour intégrer leurs décisions dans un processus de négociation et d’association de l’ensemble des acteurs concernés, qu’ils soient acteurs de leur mise en œuvre, qu’ils en soient les destinataires ou qu’ils contribuent à leur financement ».

     

    Vivre Nandrin invite le Collège Communal à convoquer un nouveau Conseil Communal dans les formes et règles en vigueur et dans le cas contraire, le groupe Vivre Nandrin ne sera pas en mesure de participer au Conseil Communal du lundi 15 avril prochain.

     

    Par ailleurs, l’ordre du jour contient des points d’une importance fondamentale comme le règlement d’ordre intérieur du conseil communal, document soumis à tutelle générale d’annulation par ailleurs.

     

    Si un report du conseil n’est pas opéré dans les formes, notre groupe ne manquera pas d’avertir la tutelle sur ce premier manquement, et ce, d’autant plus qu’une brève analyse nous a permis de déceler dans ce document, la volonté de la majorité de travailler sans collaboration avec les autres conseillers, c’est-à-dire en se passant du point de vue de l’ensemble des représentants des citoyens, alors que, faut-il le rappeler notre groupe représente une large partie de la population nandrinoise.

     

    A titre d’exemple, nous évoquerons la suppression radicale du règlement des commissions dont il est question à l'article L1122-34, par. 1er, alinéa 1er, du Code de la démocratie locale et de la décentralisation.  Or ces commissions peuvent être des lieux de riches réflexions grâce à un point de vue élargi et dont le fruit résultant d’un travail commun se rapprocherait à fortiori mieux de l’intérêt général et donc du citoyen.

     

    Un autre exemple, le règlement d’ordre intérieur (qui est élaboré sur la base du modèle offert par l’UVCW) supprime par rapport à ce document exemplatif le fait que le procès-verbal du conseil contienne les questions posées (et leur transcription) par les conseillers communaux, supprimant par-là la possibilité pour chaque conseiller communal, (de la majorité ou de l’opposition) de voir ses interpellations reprises au cœur du procès-verbal, alors que nous vivons un prégnant désaveu de la population à l’égard des politiques, et qu’il devrait en découler que nous, élus, devons davantage travailler en transparence et ensemble pour le bien des citoyens.

     

    Ensuite, le Directeur général invoque « un problème technique » pour justifier le retard dans l’envoi de la convocation par voie électronique.  Vivre Nandrin constate que ce n’est pas la première fois que cet incident se produit.  Afin que pareille situation ne se reproduise plus, nous invitons le Collège communal à rechercher les causes de ces incidents et à proposer éventuellement des solutions alternatives.

     

    A titre complémentaire, Vivre Nandrin remarque que suite à cette irrégularité, il est quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires, conformément à l’article 12 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal de Nandrin ; ce point ou ces points ayant dû être transmis au Bourgmestre "cinq jours francs" avant la date du conseil.

     

    Et pour finir, à l’examen des pièces attachées à l’ordre du jour, le groupe Vivre Nandrin s’étonne de n’avoir reçu le courrier l’invitant à présenter un candidat à l’assemblée générale de Meuse Condroz Hesbaye asbl que ce jeudi 11 avril (courrier daté du 4 avril et cachet de la poste daté du 5 avril).  En outre, nous avons observé que dans les pièces attachées à l’ordre du jour de ce dit Conseil, l’acte de candidature du groupe Bourgmestre+ est signé à la date du lundi 8 avril 2019 alors que la version papier de la convocation de ce conseil communal distribuée à certains conseillers a été reçue le vendredi 5 avril, donc antérieurement à la date de la signature.  Cela relève sans doute d’une erreur matérielle, mais elle suscite néanmoins questionnement.

     

    Cordialement,

     

    Daniel POLLAIN

    Conseiller communal

    Chef du groupe Vivre Nandrin

    1. convoc cc 20190415.pdf

  • Ils risquent de perdre leur mandat

    Lien permanent

    Chaque année, c’est le même scénario. Bien qu’étant obligatoire, la transmission par l’ensemble des mandataires locaux au sud du pays (communes, CPAS, provinces) de leurs différents mandats à l’administration wallonne n’est pas une réalité pour chacun. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le constat est particulièrement vrai cette année.

    Ainsi, le gouvernement wallon s’est penché sur celles et ceux qui n’ont pas communiqué leur déclaration 2018, qui porte donc sur les mandats locaux occupés durant l’année 2017. La liste est importante, puisque qu’on parle ici de pas moins de 220 personnes concernées !

    Il faut dire que l’année dernière était en effet un peu particulière à deux égards. Tout d’abord parce que le décret « gouvernance » a été considérablement renforcé dans la foulée du scandale Publifin. Ainsi, auparavant, seuls ceux qui sont toujours élus à l’heure actuelle pouvaient être sanctionnés. Désormais, ce n’est plus le cas, puisque la seule chose que l’on regarde, c’est le mandat occupé durant l’année contrôlée, en l’occurrence 2017, pour une déclaration de mandats à rendre en 2018. Ensuite, et cela découle du premier point : tous ceux qui occupaient un mandat au cours de l’année contrôlée peuvent, eux aussi, être sanctionnés, même s’ils ne sont plus élus actuellement.

    Et les sanctions en question peuvent être importantes, puisque l’on parle ici d’une déchéance du mandat politique, mais également une inéligibilité durant six ans !

    Concernant la liste arrêtée par le Gouvernement wallon ce jeudi matin à proprement parler, celle-ci est importante. Elle compte 220 noms. Dans le détail, cela concerne 28 élus actuels qui ne sont pas en ordre ; un élu actuel en affaires courantes, à Neufchâteau (où il n’y a pas de majorité formelle car une instruction judiciaire est en cours, NDLR), pas en ordre et, enfin, 191 personnes qui n’occupent à l’heure actuelle plus de fonction politique car elles n’ont pas été réélues le 14 octobre dernier ou simplement parce qu’elles ne se sont pas représentées.

    La liste désormais figée, tous les individus concernés vont recevoir un ultime rappel à l’ordre. Et pour les derniers réfractaires, une sanction sera alors prononcée.

    GASPARD GROSJEAN

    Source 

    Lire la suite

  • Renouvellement:appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M) de Nandrin

    Lien permanent

     Appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M)de Nandrin du 21/03/2019 au 20/05/2019 inclus.

    Le Collège communal annonce le renouvellement intégral de la commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité en exécution des articles D.I.7 à D.I.10 du Code du Développement Territorial et en fait l'annonce sur son site internet http://www.nandrin.be/

    Appel candidature CCATM clic ici.pdf

    Formulaire de candidature CCATM.docx

     

    Dans le souci d'une plus large participation de la population à la gestion de son cadre de vie, le Code du Développement Territorial prévoit la possibilité pour les autorités communales de créer une Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M). Cette commission permet aux habitants d’être associés aux décisions de la commune en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire. Elle rend des avis sur les dossiers que lui soumettent le conseil et le Collège communal. Elle peut également donner des avis d'initiatives sur les sujets qu'elle estime pertinents.

    L'avis de la CCATM est obligatoire dans une série de cas et de procédures prévues par le CODT

    L' avis de la CCATM est notamment obligatoire pour les dossiers suivants :

    1. L'élaboration ou la révision des Schémas de développement pluricommunal (SDP), de développement communal  (SDC) et d’orientation local (SOL)
    2. La révision du Plan de secteur
    3. L'élaboration ou la révision du guide régional (GRU) et du guide communal d’urbanisme (GCU)
    4. L'élaboration des rapports et études des incidences sur l’environnement
    5. L'élaboration des outils d'aménagement opérationnels (Périmètres de remembrement urbain, Sites à réaménager et sites de réhabilitation paysagère et environnementale, Rénovation urbaine
    6. La liste des arbres et haies remarquables

    La consultation de la CCATM est  facultative pour les dossiers suivants :

    1. le collège, le Fonctionnaire délégué et l'autorité de recours peut, s'il estime nécessaire, demander l'avis de la CCATM sur tous les dossiers de Permis et Certificat d’urbanisme n°2
    2. les permis uniques peuvent également faire l'objet d'un avis de la CCATM sur demande conjointe du fonctionnaire délégué et du fonctionnaire technique
    3. Tout dossier que le collège ou le conseil communal estiment pertinents ou toutes questions relatives au développement territorial, tant urbain que rural, à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme.

    La CCTAM peut également rendre des avis d’initiative sur tout sujet qu’elle estime pertinent en matière d’aménagement du territoire, urbanisme et mobilité.

    Le Code de l’Environnement prévoit  également que la CCATM puisse rendre des avis d'initiative sur des permis d'environnement

    La Commission est composée de membres délégués par le conseil communal qui constituent le quart communal et  des membres de la société civile dont la candidature a été retenue en fonction de plusieurs critères (géographiques, âge, intérêts et sexe). 

    Les missions, la procédure de sélection et le mode de fonctionnement de la CCATM sont explicitées dans le vademecum

    http://lampspw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/directions/dal/ccatm/CCATM%20-%20Vademecum%20renouvellement%202018_vers%20def.pdf

     

    Source 

     

  • « L’urbanisation de la N63 route du Condroz est un fiasco »

    Lien permanent

    N 63 , route du condroz ,nandrin ,commerce ,urbanisme ,ccatmAndré Jaminon, citoyen et ardent défenseur du patrimoine local, est outré par cette destruction.

    Il s’insurge contre «l’indifférence fataliste et sans attache au caractère patrimonial condruzien ». « La typologie et l’architecture du patrimoine local étaient judicieusement implantées dans les paysages ruraux de notre beau pays condruzien, elles évoquaient l’âme du pays. La typologie du Condroz est en effet bien différente des terroirs de Hesbaye, du Tournaisis, de la Famenne, de l’Ardenne et de tant d’autres ! », s’exclame-t-il.

    Le Nandrinois plaide pour que «le souci de confort et les nouveaux besoins » soient conjugués avec la tradition locale « pour sauver ce qui peut encore l’être, et pour que la Belle du Condroz ne ressemble pas encore davantage aux banlieues sans caractère. »

    Selon lui, « l’urbanisation de la route du Condroz est un fiasco.

    La pulvérisation de la gare n’est qu’un pas de plus de cette banalisation et de la mainmise des promoteurs saccageurs », et de conclure en reprochant l’absence, au niveau communal, d’une gestion du territoire « préventif » avec un schéma de structure sur tout le territoire nandrinois.

    Précisons que la gare de Saint-Séverin n’était pas un bâtiment classé.

    « Elle est jolie sur les anciennes photos mais entre-temps, cela a bien changé. Je vous assure, il n’y avait plus rien à garder, si on avait pu, on l’aurait fait », assure pour sa part Jean-Christophe Lion.

    Article de A.G.

    Source 

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    1 gare.jpg

     
     
     
  • L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Lien permanent

    2 gare.jpg

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Depuis fin de cette semaine, en ce début du mois de mars 2019, les utilisateurs de la route du Condroz N 63 entre Liège et Marche auront peut-être remarqué le balai des grues .
    Non pas les grues oiseaux, mais les grues machines .
    L'ancienne gare des trams, repris dans de nombreux ouvrages sur le vicinal, qui trônait depuis des générations , à laisser la place au futur.
    Elle était debout depuis bien plus longtemps que l'ancienne Maison communale, ou autre habitation sur le territoire de Nandrin .
    Comme l'a dit certaines personnes au moment de la destruction du la maison communale , il faut vivre avec le futur ,et pas dans le passé !!!


    Les photos gardées précieusement par certain, les livres, dont celui de PPNa sur le vicinal ,et le Musée Christan Blavier permettront aux jeunes Nandrinois du futur de connaitre son histoire .
    Et l'architecture du passé .


    Et il en sera ainsi certainement dans les générations futures .
    Ou même nos nouvelles constructions Eco passive seront démodée et le renouveau s'installera .


    N'empêche que dans la mémoire de votre Blogueuse , cette gare à toute son histoire .


    Mes grands-parents revenant de Liège, un 6 mars il y a très longtemps (il faisait froid ), ma grand-mère enceinte en fin de grossesse, n'ira pas beaucoup plus loin que la gare de Saint-Séverin pour donner naissance à ma maman .


    Nous avons tous des histoires dans nos villages, un endroit ,un moment , un instant qui marque nos vies .

     

    Article de JP 

    ©Photos Archives 

    Et ©Nandrin Blog JP 

    1 gare.jpg

  • Delphine Gilman (Nandrin) est annoncé par le PS qui a dévoilé les candidats de l’arrondissement sur la liste provinciale

    Lien permanent

    Comme en 2014, l’arrondissement Huy-Waremme obtient cinq candidats sur la liste fédérale socialiste pour la circonscription de Liège, qui compte 15 candidats effectifs et 9 suppléants. Une représentativité et surtout une belle troisième place qui devraient permettre au moins à l’un d’entre eux d’accéder au Parlement, si tel est le souhait des électeurs.

     

    Le mieux placé est Christophe Lacroix (52), bourgmestre de Wanze et ministre wallon du budget pendant 3 ans et demi (avant le coup du cdH). Il occupe l’enviable troisième place effective, le deuxième homme de la liste derrière Frédéric Daerden qui emmène la liste PS de la province de Liège au scrutin fédéral du 26 mai. Il y a cinq ans, le premier candidat de Huy-Waremme (déjà Christophe Lacroix) n’était « qu’à » la cinquième place effective. « En 2014, à la Chambre, il avait fait un superbe score, 15.628 voix, mais n’avait pas été élu. Le destin a voulu qu’il devienne sénateur coopté puis ministre, avant d’être sorti en juin 2017. Aux dernières communales, il a fait un excellent score personnel à Wanze, 2.667 suffrages, il a non seulement reconduit la majorité mais a aussi la majorité absolue », rappelle Marc Foccroulle, président de la Fédération PS de Huy-Waremme.

     

     

    Alors que les socialistes liégeois avaient décroché cinq sièges au Parlement fédéral il y a cinq ans, ils espèrent conserver cinq députés. « Les sondages prédisent quatre, en avoir cinq serait une belle victoire. L’objectif doit être six, pas impossible. L’important est de creuser l’écart avec le MR », note Frédéric Daerden. A la troisième place, Christophe Lacroix a donc toutes ses chances de devenir député fédéral. Il a annoncé vouloir rester bourgmestre si tel était le cas, en cumulant les deux fonctions mais en reversant son salaire de bourgmestre (le PS a adopté une règle de décumul financier NDLR). Le Wanzois prétend-il à un poste de ministre ? « On n’est jamais à l’abri d’une surprise, comme en 2014, mais je ne suis pas candidat ministre dans l’état actuel des choses », répond-il.

    Autre candidat masculin à connaître sa place sur la liste : Hervé Rigot (45), actuel échevin des travaux à Waremme, sera troisième suppléant. Il représente l’arrondissement de Waremme. « Il y a un an et demi, loin de moi était l’idée de revenir en politique, j’ai aujourd’hui retrouvé le bonheur de m’investir à Waremme et pour la gauche. J’avais aidé Michel Daerden lors de sa campagne en 2004, je veux à présent épauler Christophe Lacroix pour qu’il soit notre premier élu à Huy-Waremme, c’est un modèle pour moi », commente-t-il.

    Les trois autres candidatures sont acquises (votées à l’unanimité) mais leur place sur la liste n’a pas encore été déterminée.

    Il s’agit de Carine Renson, Hannutoise de 50 ans, échevine des affaires sociales sortante, désormais chef de groupe PS dans l’opposition à Hannut. « C’est une habituée des élections, elle était encore candidate aux dernières communales et provinciales », introduit Marc Foccroulle. « Je ne suis pas essouflée pour autant« , sourit-elle.

     

     

    Vient également Samuel Moiny, conseiller communal de 23 ans à Amay, militant socialiste depuis sept ans, et secrétaire politique des Jeunes Socialistes au niveau national de 2015 à 2017. « Je constate beaucoup de défience des jeunes envers la politique et la gauche, il y a une resurgence de pensées conservatrices ou d’appel à des solutions simplistes qui m’inquiète », souligne-t-il.

    Enfin, une nouvelle recrue, en la personne de Delphine Gilman (40), Nandrinoise jusqu’à présent non investie en politique. Elle a été attachée parlementaire du groupe au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avant de devenir responsable de la communication interne au CHU de Liège. « Habituée à l’ombre, j’avais envie de donner une autre forme à mon engagement. »

     

     

    La liste

    Voici les candidats dont la place a été désignée :

    >Christophe Lacroix 3e effectif (Wanze)

    >Hervé Rigot 3e suppléant (Waremme)

    Les places ne sont pas encore fixées pour les autres candidats :

    >Carine Renson (Hannut)

    >Samuel Moiny (Amay)

    >Delphine Gilman (Nandrin)

    Le programme

    Côté programme, celui-ci doit encore être finalisé mais quelques grands axes se dégagent : réduire le temps de travail (à salaire égal), souple et négociée secteur par secteur, instaurer un impôt sur les grandes fortunes, taxer les géants du web GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) et les grandes entreprises qui favorisent les actionnaires à la création d’emplois, améliorer le pouvoir d’achat, passer le salaire minimum à 14 euros/heure et diminuer la TVA sur l’électricité de 21 à 6 %. Le PS mise sur l’écosocialisme (avec pour piliers le climat et le pouvoir d’achat) pour convaincre les électeurs.

      

    Les Rouges ne mâchent pas leurs mots concernant le bilan et l’attitude des ministres du gouvernement MR-NVA. « Ils ont fait payer leurs cadeaux aux entreprises et actionnaires, sur le dos des travailleurs et allocataires sociaux, ils ont détricoté des pans de la protection sociale et mis à mal la concertation sociale. Ce n’est pas pour rien que les partenaires sociaux ont abouti à un pré-accord alors que le gouvernement est en affaires courantes, avant cela, la majorité était tellement du côté du patronat que c’était deux contre un ! », tacle Frédéric Daerden.

    Les problématiques de Huy-Waremme

    Pourquoi est-ce imporant d’avoir des représentants de Huy-Waremme au fédéral ? « Il y a trois matières, par exemple, qui nous concernent de près, répond Christophe Lacroix. D’abord, le désinvestissement de la SNCB à la gare de Statte, une desserte pour toute la rive gauche et qui évite d’engorger le centre de Huy. Les cadences de trains diminuent et la gare a même fermé. A Waremme aussi, il y a une menace sur la fréquence des trains vers Bruxelles. Ensuite, la justice, la justice de paix, les services publics. Le service financier a fermé à Hannut. Et certaines affaires judiciaires seront désormais plaidées à... Verviers. Enfin, la pénurie de médecins généralistes frappe notre arrondissement semi-rural. La limitation des quotas INAMI favorise clairement la Flandre ».

    Marc Tarabella espère rester à l’Europe

    Le 26 mai, les électeurs voteront aussi pour le scrutin européen. Alors qu’il occupait la deuxième place effective derrière Marie Arena en 2014, Marc Tarabella (56) souhaite cette fois occuper la première suppléance. En effet, Paul Magnette, tête de liste, a annoncé qu’il privilégierait le mayorat de Charleroi, ce qui propulserait d’office l’Anthisnois au Parlement européen. « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », philosophe-t-il. Le bourgmestre d’Anthisnes et déjà député européen entame ainsi sa seizième campagne électorale (6 communales et 10 supracommunales).

    À l’Europe, les socialistes donnent trois priorités : l’harmonisation fiscale entre les pays membres pour supprimer les iniquités, l’inclusion sociale (« trop de disparités existent, il faudrait une même sécurité sociale pour tous les citoyens ») et une relance économique « intelligente » liée au développement durable.

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

     

  • « La fausse bonne idée de sentiers.be »

    Lien permanent

    Le groupe VN a aussi regretté l’absence de point concernant la gestion du personnel, le peu d’attention accordée au village de St-Séverin, l’absence de référence aux enjeux climatiques (par exemple POLLEC ou PEB). «Certains points de POLLEC sont de la couille en boîte (sic), a réagi le mayeur. 75 % de nos émissions de CO2 à Nandrin sont dus au trafic automobile… », a-t-il lancé, tout en précisant que la commune poursuivait son engagement POLLEC, même si cela n’est pas écrit noir sur blanc.

    Charlotte Tilman s’est également interrogée sur la pertinence d’un nouveau guide local d’urbanisme et sur la « fausse bonne idée », selon elle, de concrétiser l’étude sentiers.be. « Rouvrir des sentiers en sachant qu’ils ne serviront pas aux déplacements quotidiens n’est pas opportun. La priorité devrait être de réhabiliter des sentiers qui permettent de rejoindre des points stratégiques de la commune, comme le parking multimodal. » Sébastien Herbiet, échevin Ecolo, estime au contraire qu’il y a une demande de citoyens pour les sentiers, y compris pour les loisirs et qu’il y a du pain sur la planche pour les rendre accessibles.

    Article par AG 

    Source 

  • Le Grand Feu a fait débat au conseil communal de Nandrin

    Lien permanent

    Daniel Pollain est revenu sur le Grand Feu, en citant les propos du bourgmestre qui annonçait que le comité culturel et HDB Production en avaient repris l’organisation.

    «Le comité culturel n’ayant pas encore été reconstitué (les représentants de la commune n’ont pas encore été renouvelés après les élections), et le conseil d’administration étant démissionnaire à l’exception d’un membre, il est impossible que le comité culturel ait pris cette décision », a-t-il avancé.

    « Il reste un membre.

    Il a pu très bien pu décider tout seul », a répondu le bourgmestre, provoquant un tollé dans les rangs VN : « C’est ça, tout le monde vous croit. Et le quorum de présence ? »

     « La commune va-t-elle subventionner l’événement ?

    Qui va gérer les éventuels déficits ou bénéfices, le comité culturel ou HDB Production ? », a encore demandé Daniel Pollain.

    « Rien n’est inscrit au budget, on reviendra vers vous le cas échéant. Je ne vois pas en quoi ça nous concerne pour le reste. »

    «Parce que c’est une asbl communale», a rétorqué l’ex-échevin.

    Côté pratique, les soirées se termineront à 2h vendredi et 1h30 samedi.

    La rue du Péry sera en sens unique descendant avec un gardiennage rue Sur-le-Bois à partir de 18h pour éviter les contresens.

    Article de AG 

    Source 

  • Déclaration de politique communale Nandrin

    Lien permanent

    Ce mardi soir, la majorité (liste du bourgmestre et Ecolo) a soumis au vote du conseil sa déclaration de politique communale.

    Elle comprend sept thématiques et la majorité annonce qu’elle est capable de concrétiser tous les points lors de cette mandature.

    Pour les trois groupes d’opposition, cette déclaration est incomplète, incohérente et comporte beaucoup d’inconnues.

    La déclaration de politique communale a engendré un vif débat, mardi soir, au conseil communal. Elle comprend sept thématiques : enseignement et jeunesse ; administration générale et finances ; environnement, nature et agriculture ; culture et sports ; action sociale ; mobilité, urbanisme et travaux ; commerces et PME.

    On y retrouve la construction d’une nouvelle aile pour l’école de Villers, une rénovation partielle de l’école de St-Séverin, l’acquisition du bâtiment de la Poste pour la police locale, une modernisation des moyens de communication, la réalisation d’une étude de faisabilité et de rentabilité de la construction d’un hall omnisports, un soutien aux projets de résidence-service, la concrétisation du rapido-bus Marche-Liège, la restauration des rues de Villers et Saint-Donat, la sécurisation des rues des Quatre-Bras et de la Chapelle notamment mais aussi l’engagement d’un éco-conseiller et création d’un service communal d’environnement notamment, une demande des Verts.

    Pour rappel, la déclaration de politique communale, désormais obligatoire en début de mandat, reprend les grandes lignes de la politique que la majorité compte mener pendant six ans.

    « Nous sommes en train de mettre sur pied le Programme Stratégique Transversal qui beaucoup plus complet et détaillé, notamment en terme de budget », a précisé le mayeur.

    C’est cette absence de volet budgétaire qui a fait tiquer Vivre Nandrin et Pour Nandrin Citoyenne. « Il est bien indiqué dans le Code que la déclaration doit comporter au moins un volet budgétaire », ont-ils relevé. « Je n’en ai pas vu dans les autres communes », a répondu le bourgmestre.

    L’ex-échevin Daniel Pollain (VN) a reproché une incohérence dans la mesure où certains points repris dans la Déclaration sont déjà en cours ou acquis : «Comme le rond-point du Monastère, qui en plus, n’est pas du ressort de la commune mais de la Région, ou les logements publics au Péry ou à la Gendarmerie ! ».

    « Je passe des journées de réunion avec la DGO1, s’il n’y a pas une volonté communale de faire avancer ces dossiers, ils ne vont pas se concrétiser par l’opération du Saint-Esprit », a rétorqué Michel Lemmens.

    Marc Evrard (PNc) a décrit un catalogue de bonnes intentions, proche de la propagande. «Il s’agit d’une simple retranscription de tracts électoraux, vous n’avez opéré aucun choix, ce qui laisse croire aux citoyens que tout est réalisable dans les six ans ». « Si, nous avons fait des choix », a assuré l’échevine Gaëtane de Smidt. « Et ce que nous avons indiqué, c’est ce que nous pensons pouvoir réaliser effectivement. »

    Le mayeur a abondé dans son sens, tout en précisant que certaines décisions ne dépendaient pas de la commune et que certains projets étaient liés à l’octroi d’une subvention.

    Eric Cop (TE) a déclaré qu’il y avait trop d’inconnues, notamment concernant l’engagement d’instituteurs ou de création d’une crèche communale. Le bourgmestre a indiqué qu’une crèche communale représentait un trop gros investissement pour le peu de places ouvertes.

    La Déclaration a été approuvée par 9 voix pour, 7 abstentions et un non (de Marc Evrard).

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Nandrin, délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel

    Lien permanent

    Délégation. Un autre point concernait la délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel. De la sorte, le Conseil remet son « pouvoir » au Collège, ce qui n’a pas été du goût de l’opposition PNc et VN.

    «L’engagement d’accord, mais pour le licenciement, ça devrait passer au conseil communal.

    On n’est pas à quatre ou cinq semaines près », a commenté Marc Evrard.

    « Si, justement. C’est pour le bon déroulement de la procédure dans des délais cohérents », ont répondu Michel Lemmens et le directeur général.

    Pour Christophe Ovidio (VN), donner plus de pouvoir au Collège va à l’encontre de la demande des citoyens pour une plus grande transparence.

    Le point a récolté 9 voix pour, 7 abstentions et 1 non.

    Article de AG 

    Source 

  • Prestations de serments Conseil Communal lundi 3 décembre 2018 à Nandrin en photos et vidéos

    Lien permanent

    47417118_2155699547827777_6631087367929200640_n.gif

    COLLEGE

    Michel Lemmens (bourgmestre, B+) : police, pompiers, état civil, fabriques d’église, budget, finances, personnel, commerce et PME ;

    Béatrice Lecerf-Zucca (B+) : enseignement, logement, 3e âge et jumelages. >Henri Dehareng (B+) : travaux, patrimoine, cimetières, sport et tourisme ; >Murielle Brandt (B+) : CPAS, affaires sociales, PCS, emploi. >Gaëtane De Smidt (Ecolo) : accueil extra-scolaire, ATL, jeunesse, culture, bibliothèque, communication, participation, énergie et supracommunalité (GAL) ; >Sébastien Herbiet (Ecolo) : urbanisme, aménagement du territoire, mobilité, environnement, agriculture, bien-être animal, PCDN, eaux usées et déchets.

    CONSEIL Bourgmestre + : 1. Michel Lemmens 2. Béatrice Lecerf-Zucca 3. Murielle Brandt 4. Claire Graulich 5. Isabelle Lejeune 6. Henri Dehareng 7. Tristan Fagnoul 

    Ecolo : 8. Gaëtane de Smidt-Demoitié 9. Sébastien Herbiet

    Vivre Nandrin : 10. Daniel Pollain 11. Benoît Ramelot 12. Charlotte Tilman 13. Christophe Ovidio 14. Malory Planchar

    Tous Ensemble : 15. Eric Cop 16. Alain Henry

    Pour Nandrin citoyenne : 17. Marc Evrard.

     

    Les photos clic ici 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/prestation-de-serment-conseil-communal-lundi-3-decembre-2018/

     

     

    Album photos 

     

     

  • Les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres vont être installés dans les 262 communes de Wallonie

    Lien permanent

    C’est ce lundi soir que les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres, issus des urnes du 14 octobre dernier, vont être installés dans les 262 communes de Wallonie. Pour ne rien rater de l’événement, rendez-vous sur les supports digitaux de Sudpresse (lameuse.be, laprovince.be, lacapitale.be, lanouvellegazette.be…), pour assister, en direct, aux prestations de serment des élus dans les plus grosses communes. Ne manquez pas non plus le cahier de 12 pages, dans votre édition du 4 décembre, où vous retrouverez l’album photos des nouveaux élus avec, pour chaque échevin et bourgmestre, leurs attributions précises. Un numéro à conserver car les équipes qui se mettront en place sont parties pour 6 ans de mandat !

    Source 

  • Et à Nandrin ? aujourd'hui voici les attributions au sein du Collège

    Lien permanent

    Le nouveau Collège nandrinois est connu. Ecolo et la liste Bourgmestre + se sont entendus sur la répartition des compétences. Sans anicroche : « Cela a roulé comme du papier à musique, on ne s’est vu que trois fois et les affinités et envies de chacun sont complémentaires, ce qui donne un Collège équilibré », estime Michel Lemmens, le bourgmestre. « Les discussions se sont très bien déroulées, ce qui instaure un climat de confiance », abonde Sébastien Herbiet. Les deux nouveaux échevins écologistes se partagent grosso modo les compétences de leur prédecesseur Anne de Potter et de l’ex-Ecolo Charlotte Tilman. C’est Sébastien Herbiet (36 ans, 116 voix) qui hérite des matières sensibles à Nandrin que sont l’urbanisme, l’aménagement du territoire et la mobilité. Il s’occupera en outre de l’environnement, l’agriculture, le bien-être animal (une nouvelle compétence), le PCDN, les eaux usées et les déchets. «Avec mon diplôme et mon expérience (il est agronome de formation, indépendant dans l’exploitation forestière ainsi que conseiller et formateur dans l’agroalimentaire NDLR), cela ne me fait pas peur. C’est un beau challenge pour Ecolo. Ces compétences rejoignent mes centres d’intérêt. Et puis, je peux m’appuyer sur l’équipe de l’administration qui gère déjà les dossiers. Je compte bien étudier les projets. Je suis prêt à commencer, serein », décrit-il. Gaëtane De Smidt (enseignante de 29 ans, 155 voix) prend quant à elle les matières relatives à la jeunesse : l’accueil extra-scolaire, l’ATL, la jeunesse, la culture, la bibliothèque, la communication, la participation, l’énergie et la supracommunalité (GAL). « Ce ne sont pas des attributions légères, il y a notamment un grand vide à combler pour la culture et la bibliothèque », commente le mayeur. Henri Dehareng conserve les travaux, le patrimoine, les cimetières, le sport et le tourisme. Il se retirera en juin 2020. Muriel Brandt continue également avec le CPAS, les affaires sociales, le Plan de cohésion sociale, la santé et l’emploi. Béatrice Zucca (1re échevine), à défaut du CPAS, prend le gros « morceau » de Daniel Pollain, à savoir l’enseignement plus le logement, le 3e âge et les jumelages. Elle aussi quittera le Collège en cours de mandat. Michel Lemmens, en plus de ses attributions existantes (police, pompiers, état civil, fabriques d’église, présidence du conseil communal, budget, finances), se chargera en outre du personnel, du commerce et des PME, même s’il aimerait passer la main, à terme, en matière financière. -

    ANNICK GOVAERS

    article 

    Lire la suite

  • À Nandrin, on gagne 7.407 euros de plus qu’à Engis

    Lien permanent

    Stabel, l’office belge de statistique, vient de publier les dernières statistiques fiscales qui portent sur les revenus de l’année 2016, soit l’exercice imposable 2017. Sans surprise, c’est à Nandrin que le revenu moyen par habitant est le plus élevé avec 22.374 euros, contre Engis, en bas du classement, avec 14.967 euros. En six ans, on voit également une évolution, et c’est à Berloz qu’elle est la plus frappante : 3.199 € de plus entre 2010 et 2016.

    Premier constat : notre arrondissement de Huy-Waremme n’est pas mal logé par rapport à la moyenne belge : 23 de nos 31 communes se situent au-dessus des 17.824 euros net/habitant en 2016. Si on prend la moyenne de la province de Liège (16.559 euros), on passe à 28 communes au-dessus de cette moyenne, il y a juste Amay (16.515), Huy (16.407) et Engis (14.967) qui sont en-dessous. Ce sont d’ailleurs les trois communes dans le bas du classement de Huy-Waremme, donc aux revenus moyens les plus faibles.

    Notre arrondissement comptant deux districts (Huy et Waremme) que l’on peut simplifier en parlant de Condroz/région hutoise et de Hesbaye, on remarque que les Hesbignons gagnent globalement plus (19.061) que les habitants du bassin de Huy et les Condruziens (17.939 euros).

    Pourtant, c’est bien une commune du Condroz qui occupe la tête du tableau : un Nandrinois gagne en moyenne 22.374 euros net par an, du moins en 2016. Il est suivi de près par le Donceelois avec 21.013 euros et le Faimois avec 20.506 euros.

    Entre les deux extrêmes (Nandrin et Engis), la différence est frappante: 7.407 euros net par an ! Le Nandrinois gagne ainsi 49 % en plus par rapport au revenu moyen de l’Engissois.

    Si on regarde les villes maintenant, le revenu hutois est moins élevé que le hannutois, de l’ordre de 2.400 euros de moins.

    L’évolution en 6 ans

    Depuis 2010, nos revenus ont heureusement augmenté. En six ans, l’ordre des communes en tête ou en bas de classement n’évolue pas, si ce n’est qu’Amay était un peu mieux positionnée en 2010. Intéressant de voir aussi que certaines communes sont descendues dans le tableau, à l’image de Crisnée, Burdinne, Anthisnes et Verlaine. D’autres, a contrario, réalisent une belle ascension. C’est à Berloz que le montant du revenu moyen a le plus augmenté, en euros: +3.199 euros entre 2010 et 2016. Relevons aussi la progression de Fexhe (+3.175), Donceel (+3.147), Héron (+3.147), Faimes (+3.054), Geer (+3.049), Remicourt (+3.031), Marchin (+3.027) et Hamoir (+2.927, qui reste néanmoins dans les moins riches).

    Pour établir ses statistiques, Statbel s’est basée sur les déclarations à l’impôt des personnes physiques rendues fin 2017, qui comprennent revenus imposables au titre de profession, revenus de remplacement, pensions, revenu cadastral, dividendes ou encore rentes alimentaires.

    Ce revenu moyen par habitant impacte la capacité d’investissement de nos communes. L’IPP (soit l’impôt sur le revenu) constitue en effet une de leurs principales rentrées d’argent.

    PAR ANNICK GOVAERS

     L'ACTU DE HUY WAREMME 

    Article complet source extrait 

  • Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet, novices en politique, travailleront aux côtés de Michel Lemmens

    Lien permanent

    Pour sceller au plus vite l’accord convenu entre la liste du bourgmestre et les Verts, un pacte de majorité a été signé ce mardi soir entre les deux listes. Les deux élus Ecolo, Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet, héritent de deux échevinats.

    C’est désormais officiel, la prochaine majorité à Nandrin sera composée de la liste Bourgmestre + de Michel Lemmens (PS, cdH et des nouveaux) et d’Ecolo uniquement. En fait, la même composition que feu Expressions Communes, à la différence près qu’il ne s’agit plus d’un cartel (Ecolo s’est cette fois associé après les élections) et surtout que les deux échevins PS dissidents, Daniel Pollain et Charlotte Tilman, n’en font plus partie, rejetés dans l’opposition. Le groupe des Verts obtient deux échevinats. « Cette question a réellement pris deux minutes, il n’y a pas eu de débat à ce sujet alors que notre groupe n’était pas en position de revendiquer », tient à souligner Guy Brassel, actuel conseiller Ecolo qui a participé aux négociations. Les deux futurs échevins s’appellent Gaëtane De Smidt et Sébastien Herbiet (troisième en termes de voix mais qui passe devant Thomas Demoitié puisque celui-ci est le mari de Gaëtane De Smidt, deux époux ne pouvant siéger dans le même Conseil). Gäetane De Smidt (29 ans) était tête de liste Ecolo, elle a récolté 155 voix. Enseignante (français, maths, informatique) dans les prisons de Marche et Andenne, elle se présentait pour la première fois en politique. « Devenir échevine ne m’avait jamais traversé l’esprit... J’ai rejoint le groupe Ecolo pour qu’il subsiste. Cette responsabilité me stresse, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Mais je vais réduire mon temps de travail, je suis quelqu’un de déterminé et je vais être accompagnée par les autres échevins », confie-t-elle. L’urbanisme, la culture, l’environnement et la jeunesse l’intéressent. Sébastien Herbiet (36 ans) était 2e sur la liste, il a obtenu 116 voix pour sa première élection. Ingénieur agronome de formation, il est indépendant depuis dix ans dans l’exploitation forestière, et le conseil et la formation dans l’agroalimentaire. Originaire de Rochefort et Villersois depuis 2010, il élève aussi douze moutons (des Roux ardennais) « pour le plaisir ». En couple, il est papa de deux garçons de 4 et 2 ans. « Je connais Anne De Potter car quelques-uns de mes moutons entretiennent sa prairie. J’ai adhéré au PCDN sur ses conseils et j’ai rejoint la liste Ecolo quand elle m’a tendu la perche », retrace-t-il. Ses nouvelles responsabilités lui font-elles peur? « Non car j’ai créé ma société à partir de rien, je suis un travailleur, un courageux, et j’ai la tête sur les épaules. Côté caractère, dans ma famille, on me surnomme l’Ardennais. Je ne suis pas un doux rêveur », sourit-il. L’environnement et la mobilité sont ses matières de prédilection « en relation avec mon expertise technique ». 

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source article 

  • Le mayeur de Nandrin a choisi une majorité « courte »

    Lien permanent

    Michel Lemmens, majoritaire avec ses 7 sièges, hésitait : soit une majorité de 9 sièges avec ses anciens alliés Ecolo, soit une majorité plus confortable de 11 sièges en ajoutant le groupe d’opposition Tous Ensemble. C’est la première option qui a prévalu. Ecolo est satisfait d’être le seul partenaire de Michel Lemmens : « C’est plus facile ainsi ». « J’ai rencontré les deux groupes mais il est apparu qu’Ecolo était inquiet par rapport à certaines personnalités de TE. Je suis revenu vers mon groupe et nous avons décidé de rester avec Ecolo seulement. Cet accord a été entériné rapidement pour éviter un retournement de situation comme à Villers-le-Bt. Notre majorité est courte mais cela nous oblige à être mobilisés », commente Michel Lemmens. Quant aux compétences, elles ne sont pas connues, « nous n’en avons pas encore discuté ». Les Ecolos reprendront sûrement celles de l’ancienne échevine Ecolo Anne de Potter : Environnement, Développement durable, Epuration et Gestion de l’eau, des déchets et Jeunesse. Le CPAS devrait continuer à être présidé par Murielle Brandt. Même s’il a moins de voix que Claire Graulich et Isabelle Lejeune, Henri Dehareng (70 ans) devrait poursuivre son action aux travaux et au patrimoine « le temps de terminer la maison de quartier de Villers-leTemple. Dans deux ans maximum, il remettra son mandat, il s’y est engagé », annonce le bourgmestre. Même départ anticipé pour Béatrice Zucca (67 ans), pressentie à l’enseignement, « mais aucune date n’est encore fixée. » Si on se fie aux voix de préférence, ce seront Claire Graulich (20), étudiante en 1er Master en Droit à ULiège, et Isabelle Lejeune (42), enseignante et régente en éducation physique dans une école à Seraing, qui monteront alors au Collège. Si l’une refuse, ce sera Tristan Fagnoul (21), lui aussi étudiant, en droit et HEC, qui ira. L’idée est de les écoler. « Je ne veux pas les envoyer au cassepipe. Il faut d’abord qu’ils découvrent le conseil communal, commencent à s’y exprimer, découvrent la complexité des dossiers. En tant que parent, je ne voudrais pas que mon enfant soit échevin avant d’avoir terminé ses études », avoue-til. Le bourgmestre lui-même compte confier une partie de ses compétences : les finances. « Je vais reprendre le personnel mais je souhaite former un des élus aux finances pour assurer la relève au plus vite », confie-t-il. Les deux groupes affirment vouloir retrouver une sérénité et former un groupe uni.

     A.G

    Source article 

  • Eric Cop (TE) : « Michel Lemmens a fait son choix, on le respecte

    Lien permanent

    « Michel Lemmens a fait son choix, on le respecte. Aucune proposition ne nous a été faite. Nous ne voulions pas entrer à tout prix dans la majorité. On n’a pas à être déçus, on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes si notre score a chuté. On pensait faire mieux, même si on est quand même devant Ecolo », soupire Eric Cop. Tous Ensemble (2 élus) compte continuer à défendre ses idées au conseil communal. « On veut mener un travail constructif, on est déçus mais pas fâchés. »

    ANNICK GOVAERS

    Source article

  • Daniel Pollain (VN): « Ce n’est pas un accord de coeur mais de rancoeur

    Lien permanent

    « Ce n’est pas un accord de coeur mais de rancoeur. De deux hommes : Michel Lemmens à mon égard, et Guy Brassel vis-à-vis de Charlotte Tilman (celle-ci ayant quitté Ecolo pour le PS NDLR). En conséquence, ils entraînent des hommes et des femmes « neufs » dans une aventure pas facile. Ceux-ci ont certainement beaucoup de qualités mais il va falloir avoir les épaules larges... Nous connaissons les défis de la commune dans les années à venir, notamment en matière de lotissements. Quelle sera l’attitude d’Ecolo ? Nous souhaitons bonne chance à la nouvelle majorité ! », déclare-t-il. Les 5 élus « Vivre Nandrin » vont bien siéger et mener une opposition « constructive, déterminée, et attentive au regard de notre expérience ». « Oui, on les attend au tournant, avec beaucoup d’intérêt. Et on va mettre le doigt où ça fait mal. »

    ANNICK GOVAERS

    Source Article 

  • Marc Evrard (PNc) : « Avec 1.873 voix et 47,63 % des suffrages, Michel Lemmens et Ecolo forment la nouvelle majorité à Nandrin

    Lien permanent

     « Avec 1.873 voix et 47,63 % des suffrages, Michel Lemmens et Ecolo forment la nouvelle majorité à Nandrin, contre 2.060 voix et 52,37 % des voix pour Vivre Nandrin, Tous Ensemble et Pour Nandrin citoyenne. Est-ce cela la démocratie ? La minorité au pouvoir ? Je reste malgré tout combatif, même si je serai peut-être moins dur car de nouvelles personnes doivent encore faire leurs preuves. » Il appelle à une réconciliation des oppositions. 

    ANNICK GOVAERS

    Source article 

  • Nandrin: le pacte de majorité est signé, Écolo a 2 échevinats

    Lien permanent

    Pour couler au plus vite dans le béton l’accord convenu entre la liste du bourgmestre sortant Michel Lemmens et les Verts, un accord de majorité a été signé ce mardi soir entre les deux listes. Les deux élus écolo, Gaëtane de Smidt et Sébastien Herbiet héritent de deux échevinats.

    C’est donc désormais officiel, la prochaine majorité à Nandrin sera composée de la liste Bourgmestre + de Michel Lemmens (PS, cdH et des nouveaux) et d’Ecolo uniquement. En fait, la même composition que feu Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo), à la différence près qu’il ne s’agit plus d’un cartel (Ecolo s’est cette fois associé après les élections) et surtout que les deux échevins PS dissidents, Daniel Pollain et Charlotte Tilman, n’en font plus partie, rejettés dans l’opposition avec leurs 5 sièges.

    Michel Lemmens, majoritaire avec ses 7 sièges, avait le choix : s’allier avec Ecolo et/ou Tous Ensemble pour obtenir soit une majorité de 9 sièges avec ses anciens alliés, soit une majorité plus confortable de 11 sièges en ajoutant le petit groupe d’opposition. C’est finalement la première option, plus risquée mais probablement plus rassurante, qui a prévalu.

    Article ici 

  • À Nandrin, les élections vont chambouler les cartes du conseil communal ?

    Lien permanent

    À Nandrin, les élections vont chambouler les cartes du conseil communal.

    La majorité Expressions Communes (PS-cdH-Ecolo) a volé en éclats : le PS a explosé et Ecolo préfère se présenter seul.

    Deux échevins socialistes, Daniel Pollain et Charlotte Tilman, et le chef de file du groupe Tous Ensemble, Benoît Ramelot (MR), se sont alliés pour créer le groupe « Vivre Nandrin ».

    Le bourgmestre sortant, Michel Lemmens (PS) compte bien rempiler pour un nouveau mayorat et est soutenu par le cdH sur la liste « Bourgmestre +. »

    Il a confié à la RTBF qu’une alliance est inenvisageable avec Vivre Nandrin (avec Daniel Pollain bourgmestre) et avec l’opposition Pour Nandrin citoyenne avec qui les relations ont été plus que tendues lors de la législature. Reste l’option d’une majorité avec Ecolo et/ou l’autre opposition Tous Ensemble.

    A condition d’avoir une assise de votes assez confortable pour pouvoir négocier. Et que les autres groupes ne s’allient pas contre lui...

    Article de - A.G Source https://journal.sudinfo.be/

     

    L'article de la RTBf clic ici 

    La RTBF écrit :

    Un chef d’orchestre " querelleur et belliqueux "" une ambiance de bac à sable ", bref " l’enfer " ! A Nandrin, les candidats aux communales ne manquent pas d’éloquence quand ils parlent de la mandature écoulée et du bourgmestre sortant. Nombre de ses anciens alliés sont aujourd’hui ses adversaires. Le cartel de 2012 a explosé. En 2018, cinq listes sont en concurrence. sic 

     

    Lire tout l'Article clic ici

     

    Extrait de l'Article de la RTBf :

    Difficile jeu d’alliances

    Le jeu des alliances s’annonce donc particulièrement complexe. Plus que pour tout autre, l’actuel bourgmestre Michel Lemmens risque de trouver l’exercice difficile.

    Pour lui, une alliance avec Ecolo ou avec la liste Tous ensemble est envisageable.

    Par contre il exclut formellement le scnéario de monter une majorité avec Marc Evrard ou Daniel Pollain comme bourgmestre.

    Dans un tel cas de figure, Michel Lemmens envisage sérieusement de jeter l’éponge.

     " Je ne suis pas un politicien professionnel ", affirme-t-il.

     

  • Installation du Conseil Communal de Nandrin en 2006 et 2012 échevins et Bourgmestre

    Lien permanent

     

    Installation du Conseil  Communal de Nandrin

    en 2006 

    Echevins et bourgmestre 

    En bas du groupe 

    De gauche à droite 

    Guy Mottet président CPAS => 2006 => Janvier 2013

    Daniel Pollain Échevin ,Benoit Ramelot Échevin , Joseph Nandrin Bourgmestre ,Michel Lemmens 1 er Échevin ,Sophie Vaessen Échevine 

    Au Dessus les Conseillers 

    62ea8714-c0a4-11e7-b7ac-969db7041af1_original.jpg

    Installation du Conseil Communal de Nandrin  en 2012 

    Echevins et bourgmestre 

    En bas du groupe

    De gauche à droite 

    Henri Dehareng Échevin ,Anne de POTTER Échevine, Michel Lemmens Bourgmestre , Daniel Pollain 1 er Echevin , Charlotte Tilman 

    Béatrice Zucca Présidente CPAS Janvier 2013 => Février2017

    Murielle Brandt Février 2017 => 2018 Suite à !!! Clic ici

    Au Dessus les Conseillers 

    Prestation serment 3 décembre 2012 toutes les photos clic ici

    2012.JPG

    Toutes les infos le 14 octobre 2018 

     

    Nandrin dans l'histoire clic ici

  • Soyez les premiers informés en suivant nos médias

    Lien permanent

    NUMÉRO 1 SUR VOTRE COMMUNE

    Une page web spéciale pour chaque commune de Wallonie et Bruxelles avec les nouveaux bourgmestres, les voix de préférence, les majorités possibles, les chiffres clés, les déclarations des élus, les vidéos de présentation…

    14 DIMANCHE OCTOBRE

    Dès 16 heures, les premiers résultats sur nos éditions digitales, l’ambiance dans les partis, les premières réactions, les déclarations

    15 LUNDI OCTOBRE

    • Edition spéciale élections.

    24 pages sur les communales avec le nouveau visage de votre commune et un supplément à conserver avec tous les résultats de Wallonie et Bruxelles ainsi que les voix de préférence des candidats de votre région. •

    Dès 12h, découvrez sur nos éditions digitales une version actualisée de votre journal avec les dernières informations de la nuit et de la matinée • Suivez les rebondissements tout au long de la journée sur nos éditions digitales

    16 MARDI OCTOBRE

    Nouvelle édition spéciale avec les résultats définitifs, tous vos nouveaux élus, nos analyses, décryptages, interviews…

    17 MERCREDI OCTOBRE

    • Les défis qui attendent vos bourgmestres

     

    https://huy-waremme.lameuse.be/

     

    https://huy-waremme.lameuse.be/7087/free-tags/nandrin-communales-2018