Offre d'emploi

  • Fin

    Lien permanent

    Merci 2020.jpg

    0 commentaire Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, Destination Voyage sur le Blog Villageois, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Enquête publique, Eolien, Euro 2020, Evolution à Nandrin, Fermeture, Festivals de musique, Finances, Foot, GAL, HEMECO, Hôpitaux, Humour sur le Blog, Idées sorties, IDEN Nandrin, Incendie, Incivilités, Intradel, Jeux ou Concours, Jogging à Nandrin, Jumelage, Ki Cé Cé Où, Kicécékoi, l'art et la culture, La poste à Nandrin, La Rubrique de L'électeur, La rubrique des photos insolites, La rubrique du lecteur, Le Poste Médical de Garde, Le recyparc, Le top 3 des articles les plus vus de la semaine, Le week-end sur Nandrin, les animaux à Nandrin, Les Balades, Les cérémonies patriotiques, Les chemins de la mémoire sur le Blog, Les Chorales sur le Condroz, les comités ou collectifs sur Nandrin, Les commerces, Les communales 2018 chez nos voisins, Les divers, Les fêtes ...., Les grèves, Les intercommunales, Les journées de ......, Les Marches à Nandrin, les milieux d'accueil enfants à Nandrin, Les noces d'or, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, Les rendez-vous de la semaine, Les rendez-vous du week-end, les restaurants, Les stages, Les toutes boîtes sur Nandrin, les trucs et astuces, Les trucs et astuces Jardin, Les utiles, Location, Location de salle, logement, Logements sociaux, Loris Demarteau, lotto, Manifestation patriotique, Marché, Médecins, Médecins de garde, Météo, N63 à Nandrin, Nandrin dans l'histoire, Nandrin et le Black Out, Nandrin la mobilité, Nature, Neige à Nandrin, Nouveau sur le Condroz, Nucléaire, Nuisances, Offre d'emploi, On nous demande de vous informer de, Organisations festives, Organisations festives Nature, Paroisses catholiques, Patrimoine, Patrimoine immobilier, PCS de Condroz, Perdu, Pharmacies, Police, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, PPNa, Projet éolien, RESA, Rétrospective sur le Blog de Nandrin, Rubrique culinaire, Rubrique Lecture, Rubrique Mode, Santé, Social, Sondage, Spectacles à Nandrin, Sportifs Nandrinois, Stage enfant, Télé Service du Condroz, Test d’alerte Seveso, Travaux, TSC, Unité pastorale du Condroz, Urbanisme, Vandale, Villages-Solidaires.be, Vu à la TV, Zone Police Imprimer
  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    On ne s’arrête pas chez ZEB! Nous sommes à la recherche d’un(e) Vendeur/Vendeuse avec expérience, 30h par semaine, pour notre magasin à Nandrin.

    En tant que Vendeur/Vendeuse avec expérience vous êtes le cerveau commercial du magasin. Vendre est votre passion et vous veillez toujours que nos clients soient central. Vous faites tout pour que le client se sent chez lui, qu’il reçoit les bons conseils et qu’il soit aidé rapidement. Votre focus est d’atteindre les objectifs et vous savez motiver vos collègues d’y travailler ensemble. Vous avez une bonne connaissance du processus de vente et vous savez également inspirer vos collègues. Vous voyez des opportunités et faites des propositions au management pour que le magasin tourne encore mieux. Vous êtes un super vendeur et vous aimez partager votre passion avec vos collègues.

    Tout court en tant que Vendeur/Vendeuse avec expérience vous travaillez à l’avenir de ZEB.

    • Talent commercial – Vous possédez le feeling commercial nécessaire et connaissez les astuces du métier.
    • Orienté vers le client – Votre objectif est une expérience client optimale et le client doit toujours être central.
    • Sens pour l’initiative – Vous aimez aborder les défis et opportunités. Avec votre enthousiasme vous inspirez également les autres.
    • Pensée critique – Vous mettez les choses en question, cherchez les opportunités et réfléchissez sur l’évolution de ZEB.
    • Avide d’apprendre – Vous êtes ouvert pour du feedback et employer celui-ci effectivement activement. Vous avez beaucoup envie d’apprendre de nouvelles choses et d’acquérir de nouvelles expériences.
    • Pratique – Vous travaillez dans un horaire variable, où vous travaillerez également les samedis, dimanches et jours fériés.
    • Environnement – vous arrivez dans un environnement dynamique et en pleine croissance où vous êtes tous les jours en contact avec des clients enthousiastes. Vous pouvez également compter sur une équipe de collègues enthousiastes!
    • Rémunération – une rémunération attrayante, complétée avec des avantages extralégaux, y compris des chèques repas.

    Francais

  • La digitalisation est devenue une réalité dans bon nombre de métiers, 4,5 millions de Belges devraient se mettre à niveau

    Lien permanent

    D’après une étude d’Agoria, l’impact de la numérisation sur l’emploi est croissant 

    La numérisation de la société est croissante alors que, dans le même temps, la population et les travailleurs sont parfois en manque de compétences digitales. Le Forem entend lutter contre ça. 
     
    En partenariat avec le Forem, le VDAB et Actiris, l’organisation patronale sectorielle Agoria a mené, en 2018, une étude, « Be the change », qui avait pour objectif de mesurer l’impact de la numérisation sur l’emploi d’ici 2030. Elle avait montré le besoin criant d’avoir davantage de compétences numériques pour les travailleurs.
     
    L’espoir d’emploi était pourtant bien là puisque, d’ici 2030, pour chaque emploi qui disparaîtra, 2,8 nouvelles demandes d’emploi apparaîtront. Les entreprises font, elles, davantage d’efforts pour améliorer l’accessibilité de leur personnel aux formations (+10,3 %) même si, dans le même temps, la population active belge n’acquiert pas encore assez les compétences numériques de base. Il y a, par ailleurs, à peine 1,9 % des jeunes diplômés qui sont « experts numériques ».
     
    4,5 millions de personnes actives auraient aussi besoin de mettre leurs compétences à niveau : le chiffre est dantesque. Selon les analyses d’Agoria, le défi est plus urgent et crucial pour quelque 310.000 Belges (travailleurs ou demandeurs d’emploi) qui devront carrément se reconvertir ou au moins se recycler. Un enjeu que le Forem a déjà intégré depuis plusieurs années.
     
    « Il est clair que de plus en plus de métiers et d’outils de production sont appelés à évoluer vers une amélioration des chaînes de production, pour gagner notamment en productivité, pour une sécurisation des données… » explique Yves Magnan, directeur général Produits et Services au Forem. « On parle de big data, de partage des données, d’intelligence artificielle… Par ailleurs, les données deviennent de plus en plus un coffre-fort pour les entreprises qui protègent leur production, leur clientèle… ».
     
    Besoins insatisfaits
     
    D’après lui, deux tendances se dégagent. La première concerne les métiers de l’informatique. « Ce qui représente 13.000 emplois en Wallonie. De nombreux besoins ne sont pas satisfaits. On cherche des développeurs, des analystes, des analystes business… Nous avons 5 centres de compétences pour les métiers de l’informatique et nous proposons pas moins de 42 formations liées aux données informatiques : des spécialistes du cloud computing, du data… L’autre tendance concerne le numérique et le fait que les citoyens doivent davantage maîtriser la base du numérique. Aujourd’hui, les gens ont des smartphones et sont, par exemple, invités à communiquer avec leur mutuelle via ce téléphone. L’idée, en Wallonie, c’est vraiment que d’ici 2025-2030, chacun ait les compétences de base dans le numérique pour rester à la page. On propose pour ça des formations qui aident, par exemple, à créer du contenu avec des outils numériques, à faire du travail collaboratif à distance ou encore à gérer des fichiers dans le cloud ».
     
    Ne pas être à la page présente des risques. « Pour les travailleurs, il faut vraiment ne pas se retrouver hors-jeu pour ne pas perdre son boulot. Du côté des entreprises, il faut voir comment on peut aider les entreprises, notamment les plus petites, à prendre la mesure du digital et à anticiper pour les travailleurs. Comment pouvons-nous aider les travailleurs à l’emploi à progresser dans le digital ? La digitalisation est une réalité qui se développe dans de plus en plus de métiers : les chantiers dans la construction se digitalisent, les infirmiers à domicile travaillent de plus en plus avec une tablette, les maraîchers ont des outils digitaux pour vérifier la maturation de leurs fruits et légumes, des communes utilisent des poubelles digitales… Faut-il en avoir peur ? Je ne pense pas. Il ne faut pas être anti ou sur-digital mais investir dans les compétences des citoyens, quel que soit leur statut (travailleur, étudiant, pensionné…) », note encore Yves Magnan.
     
    Article de LB 
     

  • Chèque permis gratuit: il faut s’inscrire avant le 31 décembre

    Lien permanent

    1.645 retardataires au chèque permis gratuit: il faut s’inscrire avant le 31 décembre

    « Selon un dernier décompte, 1.645 personnes ne se sont toujours pas inscrites dans une auto-école pour le Passeport Drive. Il se peut aussi que des auto-écoles n’aient pas encore renvoyé les documents nécessaires. C’est important de le faire le plus rapidement possible sinon elles vont passer à côté », explique Thierry Ney, porte-parole du Forem. La date butoir est fixée au 31 décembre. Quelque 1.874 demandeurs d’emploi se sont déjà mis en ordre.

    Doté d’un budget de 8 millions d’euros et lancé à l’initiative de la ministre wallonne Christie Morreale, le Passeport Drive permet à 3.800 demandeurs de passer gratuitement leur permis voiture. Sur ce total, 3.519 ont déjà été inscrits par le Forem. « Pour les autres, nous prendrons contact avec eux par la suite », précise Thierry Ney.

    Le coût de la formation s’élève 2.099,50 € par bénéficiaire. Il comprend 12 heures de cours théoriques dans une auto-école, les frais d’inscription à l’examen théorique (maximum deux essais), 30 heures de cours pratiques, ainsi que les frais au test de perception des risques et à l’examen pratique (maximum deux essais). Comme il s’agit de la formation de 30 heures, le candidat est dispensé de stage de conduite obligatoire. Le Passeport comprend aussi deux accompagnements à l’épreuve pratique (formateur et véhicule de l’auto-école).

    Pour bénéficier du chèque, il fallait avoir terminé ou suivre une formation en 2020 auprès du Forem ou être inscrit dans une démarche d’insertion professionnelle auprès d’un CPAS.

    « La détention du permis augmente, en moyenne, la probabilité d’insertion à l’emploi d’un peu plus de 10 % », souligne Thierry Ney. Laurent Maloteaux (37 ans) d’Aiseau le sait bien : « J’ai postulé dans plusieurs boîtes. À chaque fois, il fallait le permis. Je n’ai jamais eu l’occasion de le passer. Cela coûte cher et j’étais au chômage. J’ai décroché un CDD. Il pourrait se transformer en CDI si j’obtiens mon permis ».

    Un CDI, si…

    L’employeur en question, c’est une société de logements sociaux dans la région de Charleroi. Jean-Luc Lizarde ne cache pas que le profil de Laurent l’intéresse grâce à la polyvalence acquise via les formations du Forem : « Nous gérons 2.300 logements sur trois sites. Sanitaire, chauffage, électricité… nous avons une quinzaine d’interventions par jour. S’il convient à l’issue du stage et s’il a le permis, on pourrait l’engager de manière définitive ».

    Laurent Maloteaux avait déjà pris des cours théoriques lorsque le second confinement a été décrété : « Il me reste six heures. J’espère que cela ira à la reprise. Avec le temps, on a tendance à oublier ». Sur les 222.481 demandeurs d’emploi inscrits en août, 44 % n’avaient pas le permis. Le Passeport Drive pourrait être pérennisé en cas de résultats positifs.

     

    Par Yannick Hallet

    Article complet Sudinfo Clic ici 

  • Télétravail à long terme : salaire et emploi sont-ils menacés ?

    Lien permanent

    C 'est à cette question qu'a tenté de répondre le cabinet Willis Towers Watson au travers d'une enquête en ligne adressée à 279 DRH d'entreprises de toutes tailles et industries confondues en Europe.   Voici les résultats.  
    Avec la crise du Covid-19, de nombreuses entreprises ont dû faire preuve de flexibilité et s'organiser rapidement pour continuer à mener à bien leurs activités. Une transition qui n'a pas été simple pour tout le monde mais qui, comme l'indique l'enquête réalisée par le cabinet Willis Towers Watson [NDLR : Willis Towers Watson Public Limited Company est une multinationale anglo-américaine de gestion des risques, de courtage et de conseil en assurance. Le cabinet a des racines datant de 1828 et est le troisième courtier d'assurance au monde], est amenée à se maintenir sur le long terme. En effet, les entreprises européennes prévoient que, dans trois ans, près d'un tiers ( 29 % ) de leur effectif télétravaillera encore. Ce qui ne constitue pas un grand changement par rapport à maintenant puisque 38 % de cet effectif travaille actuellement à distance.
    L'étude montre également que, même si certains salariés retourneront au bureau une fois les restrictions levées, le télétravail, qui s'appliquait à seulement 6 % des salariés il y a trois ans , est considéré dorénavant comme un changement qui va s'inscrire dans la durée. Nombre des salariés craignent en outre que le travail à distance n'entraîne une délocalisation de leur emploi vers d'autres pays. D'autres craignent que leur employeur les rémunère en fonction de leur lieu de résidence.
    Le lieu de travail n'influencera pas la rémunération
    À cet égard, l'enquête révèle que 85 % des managers payeront les travailleurs à distance de la même manière que les salariés sur site l'année prochaine, quel que soit leur lieu de travail. Seuls 5 % ont déclaré qu'ils rémunéreraient le télétravailleur en fonction de la ville ou de la région où il se trouve. 39 % avouent ne pas se soucier de l'endroit où travaille l'employé.
    Les entreprises envisagent cependant de procéder à un transfert limité de jobs vers d'autres pays. En moyenne, celles-ci s'attendent à ce que 14 % des postes actuellement occupés dans le cadre de régimes de travail flexibles soient délocalisés vers d'autres pays d'ici trois ans. À l'inverse, près d'un tiers des sociétés ( 29 % ) déclare qu'elles ne délocaliseront aucun de ces emplois.
    Enfin, malgré le recours à des niveaux élevés de travail à distance prévus à l'avenir, beaucoup d'entreprises ne sont pas préparées. Seulement 14 % d'entre elles estiment que leur organisation actuelle favorise le développement des modes de travail flexibles et agiles. 30 % ont déclaré qu'elles ne le permettaient pas du tout. Plus d'un tiers des employeurs ( 34 % ) n'ont toujours pas de politique officielle pour gérer les modalités du travail flexible.
    Plus d’articles, de conseils et d’opportunités d’emploi ?
    RDV sur references.be.
    En moyenne selon cette enquête, les entreprises s'attendent à ce que 14% (un job sur sept) des postes actuellement occupés dans le cadre de régimes de travail flexibles soient délocalisés vers d'autres pays d'ici trois ans. 
     

    Lire la suite

  • Alerte JOB Accueillant(e) extra-scolaire

    Lien permanent

    Alerte JOB - Accueillant(e) extra-scolaire 
    Vous avez un bon contact avec les enfants de 2 à 12 ans ?
    Vous avez une expérience professionnelle et/ou une formation au contact avec les enfants ?
    Vous cherchez un job sur la région de Huy ?
    Vous disposez d'un véhicule personnel  ?
    Vous êtes disposé(e) à travailler à temps partiel (19h/semaine)?
    Remplacement avec possibilité de long terme
    Horaires coupés du lundi au vendredi de 7h à 8h30 et de 15h45 à 18h sauf le mercredi de 7h à 8h30 et de 11h45 à 13h30 (l’après-midi du mercredi, une semaine sur deux)
    Postulez ici :  david.dejeneffe@mirhw.be
     

  • On va engager des militaires sans tester leur condition physique

    Lien permanent

     

     
    Enrôler des militaires sans pouvoir juger s’ils sont physiquement aptes. C’est ce qui risque de se passer en 2021 et cela fait sortir de ses gonds la N-VA : « Je tombe de ma chaise quand j’entends cela », indique le député Theo Francken.  

    La mesure fait l’objet d’une proposition de loi, plus large d’ailleurs puisqu’elle concerne différents aspects du statut des militaires (travail à distance, etc.) ; le fil rouge étant à chaque fois la crise sanitaire liée au coronavirus. Le texte est cosigné par les sept partis de la majorité (PS, MR, Ecolo-Groen, Open VLD, CD&V et sp.a).
    « Il s’agit de répondre aux difficultés persistantes liées aux mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus. Afin de garantir le recrutement des candidats militaires en 2021, il convient, le cas échéant, de pouvoir déroger à certaines dispositions légales afin de sélectionner des futurs postulants », explique Hugues Bayet qui cosigne le texte pour le PS. « La Défense souffrant déjà d’un manque accru de nouvelles recrues, il convient de pouvoir poursuivre les activités de recrutement dans le respect des mesures sanitaires imposées par le gouvernement. Dans ce cadre, des dérogations sont mises en place pour le recrutement en 2021. »
    Francken sort le bazooka
    C’est précisé dans l’article 2 du texte : « Suite aux mesures spécifiques à observer en matière de (entre autres) distanciation sociale, les épreuves d’appréciation de l’aptitude physique, le cas échéant, ne sont pas organisées ou prises en compte pour les sessions de recrutement en cours et à venir de l’année de recrutement 2021. »
    C’est là que M. Francken sort le bazooka : « On va engager en masse (2.300 personnes, estime-t-il, NdlR) des candidats qui ne doivent pas être en condition physique convenable pour accéder à l’armée », dit celui qui avait déjà rédigé un texte sur son blog, en 2010, où il fustigeait un problème d’obésité dans l’armée belge.
    « Cette image de l’armée belge m’a toujours dérangé. À l’époque, le ministre De Crem m’avait reçu et il s’en était suivi une adaptation des tests d’aptitude, aussi de ceux auxquels le militaire doit satisfaire en cours de carrière. Résultat : nos militaires sont en bien meilleure condition qu’il y a dix ans. »
    Malheureusement pour lui, il n’a pas pu trouver une oreille attentive à son point de vue auprès de députés de la majorité comme Hendrik Bogaert (CD&V) ou Denis Ducarme (MR), qui ont parfois partagé ses idées ces dernières années : tous deux cosignent le texte.
     
    Pas que des paras
     
    Ils mettent en avant le caractère temporaire de la mesure, seulement prise au vu de l’urgence sanitaire. « Va-t-on mettre en danger la santé de personnes souhaitant entrer à l’armée ? », interroge le député MR.
     
    « On n’a jamais dit que l’on supprimait les tests physiques et c’est sur décision du directeur général des ressources humaines de l’Armée qui est le mieux placé pour prendre cette décision le cas échéant », a renchéri Hugues Bayet. « De toute manière, on n’engage pas que des para-commandos. Il y a toute une série de fonctions qui ne nécessitent pas la même condition physique ».
     
    Pas besoin du Roi !
     
    Cela ne convainc pas le député N-VA qui se demande ce qu’il adviendra de ces recrues lorsque les tests auront lieu en 2022. « Va-t-on alors licencier ceux qui ne les réussiraient pas ? Ou se résigner à les garder pendant 20 ans ?
     
    N’est-il pas possible d’adapter ces tests à la situation sanitaire ? J’ai reçu le témoignage d’un instructeur qui se plaint que des recrues sont déjà incapables de se mettre à genoux », s’insurge Theo Francken.
     
    Il pourfend aussi l’article 9 de la proposition de loi, celle qui donne une habilitation au Roi, en fonction de l’évolution de la crise, de prendre des mesures complémentaires concernant le statut des militaires et candidats militaires.
     
    « On est un Parlement en pleine possession de ses moyens.
     
    À nous de gérer cela, pas au Roi ou au gouvernement », conclut-il.
     
    Article de DIDIER SWYSEN
     

  • Offre d'emploi La Commune d’Anthisnes procède au recrutement d’un DIRECTEUR GÉNÉRAL

    Lien permanent

    MISSIONS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL
    Le directeur général assure les missions qui lui sont confiées par le code la démocratie locale et de la
    décentralisation.
    B. CONDITIONS DE RECRUTEMENT
    L’accès à l’emploi de directeur général de la commune d’Anthisnes est ouvert par voie de
    recrutement et de mobilité.
    1. Être ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne ;
    2. Jouir des droits civils et politiques ;
    3. Être d’une conduite répondant aux exigences de la fonction ;
    4. Être titulaire au minimum d’un diplôme donnant accès à un emploi de niveau A ;
    5. Être lauréat d’un examen comprenant une épreuve écrite et une épreuve orale.
    Sont dispensés de l’épreuve écrite le directeur général et le directeur général adjoint d’une
    commune ou d’un centre public d’action sociale nommés à titre définitif, lorsqu’ils se portent candidats à l’emploi de directeur général
    C. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
    L’annonce complète relative à ce recrutement peut être consultée sur le site www.anthisnes.be.
    Des informations complémentaires peuvent être obtenues auprès de Madame HARRAY Aude Tél. :
    04/383.99.96 - Courriel : aude.harray@anthisnes.be
    La Commune d’Anthisnes procède au recrutement d’un DIRECTEUR GÉNÉRAL

     

    dg.jpg

  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    Caissier/réassort (H/F)

    Temps Partiel
     
    Actief Interim   4550 Nandrin
     

    Pour un de nos clients situé dans la région du Condroz, nous recherchons un(e) caissier(ère)/réassort avec expérience.Détail de la mission : Réception des marchandises, Rangement dans les rayons,Travail à la caisse,....,

    Ce que nous demandons de vous :
    Vous avez de l'expérience dans le domaine,Vous habitez la région de Nandrin,Vous cherchez un travail à temps partiel à long terme,Vous êtes flexible et disponible du lundi au dimanche,Vous avez une présentation irréprochable et un bon contact client,Vous avez un moyen de locomotion (accès difficile en transports en commun).

    Nous vous offrons :
    Longue mission en vue d'un CDI Temps partiel 25h/semaine (variable du lundi au dimanche).

     
    Actief Interim - Aujourd'hui - continuer pour postuler
     

     
    Restez informé(e) des opportunités d'emploi chez Actief Interim
     
     
  • De plus en plus d’outils digitaux pour décrocher un job

    Lien permanent

    Depuis 3 ans, le Forem multiplie les outils digitaux pour aider les demandeurs d’emploi à trouver un emploi 

     
    Face à la montée en puissance du digital, le Forem a développé une stratégie « phygitale » qui combine digital et présentiel.  

     

    Le digital monte en puissance et ça vaut aussi pour la recherche d’un emploi.
     
    Face à cela, le Forem a développé une stratégie « phygitale » qui combine digital et présentiel.
     
    « Les demandes des usagers sont traitées prioritairement à travers nos outils digitaux tandis que les contacts « humains » (par téléphone et en vis-à-vis, quand la situation sanitaire le permet) permettent de gérer les situations plus complexes », explique Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem.
     
    Le Forem reste en effet le premier canal de recherche d’emploi.
     
    En 2019, une étude de Randstad a montré que lui ainsi que les autres SPE sont clairement les canaux les plus utilisés pour chercher du travail. Pas moins de 54 % des répondants font appel aux services publics d’aide à l’emploi.
     
     
    « L’an passé, le Forem a diffusé 530.072 offres d’emploi.
     
    En plus de son site internet, il utilise d’autres canaux de communication.
     
    L’ambition du Forem est de rester le numéro 1 en matière d’emploi en Wallonie et permettre aux demandeurs d’emploi de trouver un job et aux entreprises de trouver leurs nouveaux talents », ajoute l’administratrice générale.
     
    Plus de canaux
     
    Pour ça, le Forem a souhaité étoffer son offre virtuelle, en développant, par exemple, une stratégie réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Linkedin) et une collaboration avec Google.
     
    « Le Forem utilise Facebook, Twitter et Linkedin pour la diffusion sur les réseaux sociaux des besoins spécifiques des entreprises.
     
    On a lancé, en septembre, un projet pilote avec Linkedin pour toucher de nouveaux employeurs et répondre à la tension entre l’offre et la demande. Linkedin, c’est plus de 3 millions de membres en Belgique et ce canal est utilisé par 88 % des entreprises belges », ajoute Marie-Kristine Vanbockestal.
     
     
    Du côté des outils, depuis trois ans, le Forem a déployé un nombre important d’outils digitaux : Mon Profil, Je recrute, l’Emploi Box, l’espace personnel, les documents dématérialisés, le dossier unique ou encore le calculateur des aides à l’emploi.
     
    « Ces services sont les premiers témoins concrets de la transformation que nous avons entamée.
     
    Elle représente un enjeu majeur à rencontrer par le Forem : qualité, accessibilité, célérité, individualisation de nos réponses aux besoins de la population wallonne et des entreprises », précise encore l’administratrice générale.
     
    Organisation adaptée
     
     
    Notons que, face à la crise sanitaire, le Forem a adapté ses services et modifié son organisation de travail en plaçant le numérique au premier plan.
     
    Par exemple, les conseillers du Forem aident à distance les demandeurs d’emploi dans leurs recherches. Ils sont disponibles pour accompagner les demandeurs d’emploi par téléphone, email, visioconférence pour l’inscription/la réinscription, la mise à jour des dossiers, la demande d’attestations, les soutenir dans leur recherche d’emploi, d’offres d’emploi, de conseils (CV, lettre de motivation), la recherche d’une formation…
     
     
    Le Service Clientèle a transposé en ligne des ateliers (comme créer son CV en vidéo, lettre de candidature, démystification des tests psychotechniques, travailler à l’étranger…) en classe virtuelle via Teams.
     
    Le groupe est composé de 10 personnes maximum pour conserver l’interaction. Les rendez-vous individuels se déroulent par téléphone ou via Teams également.
     
     
    Cependant, une partie des citoyens ne dispose pas de compétences digitales ou pas suffisantes.
     
    C’est pourquoi le Forem reste disponible pour toutes les personnes qui ne sont pas à l’aise avec les outils digitaux.
     
    Rappelons qu’en Wallonie, 90.457 demandeurs d’emploi inoccupés (D.E.I.) ne disposent pas du CESS.
     
    Et cela, le Forem le prend bien évidemment en considération.
     
     
    Article de LB 
     
     
  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    Flexi-Job - Collaboratrice de vente

    Espace Mode  Nandrin
     
     
     
     

    A la recherche d'une activité complémentaire pour les week-ends ?

    Localité :

    Nandrin
    Cliquez sur ce symbole pour plus d'informations sur le magasin qui vous intéresse.

    Contrat :

    Contrat Flexi-job

    Horaire :

    8h/semaine

    description :

     

    Tu as déjà un boulot mais tu recherches une activité complémentaire pour les week-ends ?

     

    Tu es dynamique et tu apprécies le service à la clientèle ?

    Notre magasin de Nandrin est ouvert tous les week-ends de l'année et nous avons besoin de renfort(s) pour les samedis et les dimanches.

    Si tu souhaites faire partie de l'équipe, n'hésite pas à postuler !

     
    Espace Mode
     
  • Offre d'emploi Nandrin

    Lien permanent

    Vendeur(-se) Nandrin

    Extra Group Temps Partiel, CDI
     
     
     
     
    Présentation de la société

    Extra Group est une société en pleine expansion qui compte plus de 45 magasins en Belgique.

    Son siège social se situe à Zwevegem (Flandre Occidentale). Nos 400 collaborateurs travaillent dans un environnement de travail agréable qui permet aux clients de profiter d’une expérience shopping synonyme de plaisir.

    Fonction

    Vendeur (-euse) chez eXtra ? Une fonction polyvalente !

    Si les clients se sentent bien chez Extra, c'est grâce à toi !

    Tes tâches

    • Accueil des clients ;
    • Réception et contrôle des livraisons ;
    • Réassortiment des rayons ;
    • Travail en caisse ;
    • Décoration des tables et mise en valeur de nos articles ;
    • Rangement et nettoyage du magasin.

    Extra prévoit une formation approfondie sur le terrain avec un formateur qui t’accompagne dans l’apprentissage de nos procédures et le fonctionnement en magasin.

    Profil

    Tu es eXtra !

    • Tu es passionné par la vente et la décoration ;
    • Tu as une bonne expérience dans la vente ;
    • Tu es prêt à travailler les weekends ;
    • Tu aimes travailler en équipe ;
    • Tu as le sens des responsabilités et tu es impliqué dans ton travail ;
    • Tu débordes d’énergie et tu aimes quand ça bouge !
    Proposition

    Extra t’offre

    • Un package salarial incluant chèques repas, écochèques, remboursement des frais de transports en commun, carte de réduction dans nos magasins, ... ;
    • Un contrat à temps partiel à durée indéterminée en 24h/semaine (3 journées complèts) ;
    • Des formations internes : décoration, service client, … ;
    • Un emploi stable dans une entreprise familiale en pleine expansion !

     

    N’hésite pas à nous rendre visite dans l'un de nos magasins pour plus d’informations !

    Extra Group 

     
  • Il manque 458 agents pour remplacer les militaires en rue

    Lien permanent

    On n’a toujours pas trouvé les 1.600 personnes du projet lancé par l’ex-ministre Jan Jambon 

     
    Un mois de plus. Le Conseil des ministres a décidé de prolonger la présence de 550 militaires dans les grandes villes, jusqu’au début décembre. Toujours dans le cadre de « l’opération Vigilant Guardian » (OVG), en renfort de la police fédérale. Pourtant, le gouvernement a pour ambition d’y mettre fin…  

    Mais cela sous-entend que la situation (la sécurité du territoire) doit le permettre et surtout qu’il faut remplir au préalable les cadres de la fameuse « Direction de la sécurisation » (DAB), un projet de l’ex-ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA), qui date de 2017.
     
    Où en est ce service qui devait compter 1.600 personnes et donc être appelé à remplacer, à terme, les militaires dans nos rues ? Les députés MR Philippe Pivin et Denis Ducarme ont interpellé la ministre de l’Intérieur à ce sujet.
    « Il y a actuellement 550 militaires déployés sur notre territoire en appui aux forces de police pour des missions de sécurisation des lieux stratégiques », a répondu Annelies Verlinden (CD&V), précisant que leur nombre maximum est périodiquement déterminé par le Conseil des ministres et tenait compte « d’une capacité de réserve susceptible d’être mise en œuvre immédiatement ».
    Lorsque « Vigilant Guardian » se terminera, les missions de sécurisation seront reprises par la police locale, a-t-elle expliqué, sauf pour les sites et lieux spécifiquement prévus pour la DAB ainsi que ceux déjà dévolus à la police fédérale.
    Campagnes de recrutement
    « En fonction de ces deux éléments, un niveau de protection adapté est déterminé pour chaque site. Défense et police sont toutes deux en mesure de le garantir », poursuit M me Verlinden. « La discussion porte sur les capacités disponibles. La DAB est désormais prête à assumer la surveillance d’un nombre important de sites. Une feuille de route a été convenue avec la Défense. Je ne peux donner plus de détails pour des raisons de sécurité. La Direction de la sécurisation compte 1.142 membres et doit encore en engager 458. La direction du personnel de la police fédérale entreprend plusieurs campagnes ciblées pour encourager ce recrutement. »
    Bref, même si les cadres se remplissent, trois ans après le lancement du projet, ce n’est sans doute pas demain la veille que les militaires ne patrouilleront plus en ville. Ce qui n’est pas fait pour satisfaire la Défense, elle qui a toujours insisté sur le fait que cela pesait sur son fonctionnement et ses autres missions.
    Les tentatives de transfert de soldats vers ce nouveau service n’ont pas été une franche réussite, certains sont même revenus au sein de l’armée, car ils ne le trouvaient pas suffisamment dynamique.
    Rappelons que ce service doit patrouiller dans des endroits stratégiques (aéroports, gares, centrales nucléaires…) mais aussi s’occuper du transfert de détenus entre la prison et le palais de justice.
     
    Article de Par DIDIER SWYSEN
     

  • L’armée va recruter !!!

    Lien permanent

    L’armée va recruter 10.000 personnes 

    La ministre veut aussi augmenter les salaires des personnels de la Défense 

    ENTRETIEN : BENOÎT JACQUEMART
     
    La Tournaisienne Ludivine Dedonder, 43 ans, occupe depuis un peu plus d’un mois le poste de ministre de la Défense. Ce mardi, elle va se livrer pour la première fois au difficile exercice de la présentation d’une note de politique générale devant les députés. Voici les points forts de son plan pour l’armée.  

    Quels sont les points forts de cette note et que voulez-vous mettre en avant ?
     
    D’abord, il faut dire que la Défense est confrontée à des défis majeurs.
    Des investissements importants ont été consentis en matériel. l’enjeu aujourd’hui, c’est d’investir au niveau du personnel.
     
    C’est la première priorité ?
     
    C’est une des premières priorités.
    Notamment au niveau du recrutement.
    Il y a plusieurs éléments.
    À situation inchangée, on a aujourd’hui 24.500 personnes qui travaillent au sein de la Défense.
    La courbe prévoit que, début 2025, il n’y aurait plus que 20.500 personnes.
    On va donc recruter, sur la législature, plus de 10.000 personnes.
     
    Militaires et civils ?
     
    On va renforcer le nombre de civils.
    Aujourd’hui, on a 5 % de civils au niveau de la Défense belge.
    Les autres pays en ont 20 %. Nous voulons tripler ce nombre.
     
    En 2020, on devait déjà recruter 2.300 personnes.
     
    On en est où ?
     
    Si vous allez sur le site de la Défense, vous verrez par exemple que l’on recherche 800 sous-officiers.
     
    Avec de très nombreux profils. Tous les demandeurs d’emploi sont les bienvenus.
     
    L’armée n’attire pas ?
     
    C’est quoi, le problème ?
     
    Je pense qu’il y a différents aspects.
    Effectivement, il y a besoin d’attirer.
     
    Justement, est-ce que les gens se rendent compte que la Défense, c’est une multitude de métiers différents ?
     
    On a vu et on voit l’importance de la Défense pour l’aide à la nation.
     
    On a vu, suite aux attentats, des militaires dans les rues.
     
    On les voit aujourd’hui disponibles pour aider dans les hôpitaux et ailleurs.
     
    Ils étaient peu nombreux, lors de la première vague du Covid…
     
    Ils étaient 160.
    Dès que je suis arrivée, j’ai demandé une analyse détaillée des capacités.
     
    Aujourd’hui, on a 1.850 personnes qui sont immédiatement détachables pour venir en aide.
     
    Ces 1.850 étaient déjà disponibles, alors ?
     
    Ah… Je ne vais pas parler du passé mais dès mon entrée en fonction, j’ai demandé ce qu’on pouvait mobiliser.
     
    L’armée est là pour aider son pays. Quand des militaires sont en mission à l’étranger, c’est aussi pour aider le pays et sa sécurité.
     
    Pour en revenir à la question : comment attirer du nouveau personnel ?
     
    Comme j’ai dit, il faut d’abord faire connaître tous les métiers.
     
    On voit dans le cadre de la crise sanitaire tout ce que les militaires peuvent faire.
    Il y a des opportunités à aller chercher.
     
    Qui peut dire aujourd’hui qu’il va engager 10.000 personnes ?
     
    C’est une opportunité pour la relance économique.
     
    Vous parlez aussi des jeunes…
     
    Oui, des jeunes peu ou pas qualifiés.
     
    L’objectif est de donner des perspectives de carrière.
     
    On pourra aussi, avec la réserve, proposer des temps partiels.
     
    Exemple : un jeune veut s’installer comme mécanicien indépendant mais, au départ, c’est un peu compliqué.
     
    On peut lui proposer de travailler à l’armée deux jours par semaine et de travailler par ailleurs pour son métier de mécanicien.
     
    D’autres actions pour attirer des candidats ?
     
    Oui. Ça peut faire sourire mais c’est important de montrer dès le plus jeune âge ce que fait la Défense.
     
    On va organiser des stages dans les différentes composantes pour les jeunes de 14 à 18 ans, pendant les vacances scolaires.
     
    Quoi d’autre ?
     
    On se rend compte que beaucoup de militaires partent vers 30, 35 ans.
     
    Il faut donc travailler sur les conditions et le cadre de travail.
     
    On prévoit 1,5 milliard pour la rénovation des infrastructures.
     
    Ça concerne les quartiers existants, mais aussi la construction de ce que j’appelle les quartiers du futur, avec une armée plus ouverte sur le monde et en lien avec la société civile et le monde économique, de l’enseignement.
     
    Ces deux quartiers seront construits un en Flandre et un en Hainaut.
     
    On parle aussi de revalorisation salariale…
     
    Une étude a été commandée auprès de Deloitte justement pour voir, entre les différents métiers de sécurité, où la Défense se situait.
     
    On sait que les militaires sont moins bien payés ?
     
    Combien, on sait ?
     
    Ça fait partie de l’étude.
     
    Mais il y aura une revalorisation.
     
     
    Article de par BENOÎT JACQUEMART
     
     

    Lire la suite

  • LEM recrute à nouveau des agents tracing disponibles à Liège

    Lien permanent

    LEM recrute à nouveau des agents tracing disponibles surtout le week-end à Liège

    « Six semaines à peine après avoir déjà recruté plusieurs centaines de nouveaux agents, nous devons relancer encore un appel », commente Jean Lemaître, le directeur de LEM intérim, la société liégeoise chargée de recruter ces agents. « Il faut en effet porter les effectifs de manière à pouvoir, chaque jour, 7 jours sur 7, mobiliser 400 agents au sein des trois contacts centers du consortium : Ikanbi, Callexcell et Entra », ajoute-t-il.

    LEM intérim n’est pas loin du but.

    Mais il précise : « nous devons continuer à recruter… il reste des équipes que nous devons encore renforcer. Et puis, si nous voulons maintenir la pleine capacité du dispositif de tracing dans les semaines et peut-être les mois à venir, nous devrons aussi veiller à remplacer des absents et quelques départs : sur près de 600 collaborateurs impliqués dans l’opération, il n’est pas anormal de devoir apporter régulièrement de nouvelles personnes en renfort ».

    Donc, la société d’intérim liégeoise poursuit son effort et souhaite encore recevoir des nouvelles candidatures. Elle précise un intérêt particulier pour des personnes qui seraient systématiquement disponibles les samedis et dimanches. « Les équipes en place sont organisées pour assurer la mission 7 jours sur 7, mais un renfort sur les week-ends, le cas échéant de personnes qui ne seraient pas libres certains jours en semaine mais toujours disponibles à temps plein le samedi et le dimanche, serait apprécié, essentiellement pour des postes à Liège. »

     

    Pour des personnes titulaires d’un diplôme du secondaire supérieur et dont le profil correspond aux autres critères de l’annonce (voir sur le site leminterim.be), il reste donc des possibilités de décrocher un job particulièrement utile dans le contexte de la pandémie.

     

    Article  Par Luc Gochel

     

    Source Sudinfo 

     

     

     
  • Intéressé ? Une formation qualifiante en horticulture (parcs et jardins) va bientôt démarrer à Hamoir

    Lien permanent

    Nouveau : une formation en horticulture voit le jour à Hamoir

    Une nouvelle formation va bientôt démarrer à Hamoir, née d’une collaboration entre l’IPEPS Huy-Waremme et la Promotion Sociale Ourthe Amblève. Composée d’un volet théorique (80 périodes de 50 minutes) et d’un volet pratique (300 périodes) la formation en horticulture vise à apprendre les rudiments en matière d’entretien des parcs et jardins.

    « Les cours théoriques auront lieu au hall omnisports et les parties pratiques pourront se faire dans le camping communal ou dans le parc Biron à Comblain-la-Tour », détaille Loïc Jacob, président du CPAS de Hamoir. « L’idée vient d’une volonté de réinsertion socioprofessionnelle dans la commune. Quand les travailleurs sous article 60 terminent leur contrat, on n’a pas beaucoup d’outils pour les aider. On avait envie de leur offrir la possibilité de se former ».

    Après une analyse des besoins dans la commune par les assistantes sociales du CPAS, il a été convenu qu’une formation en horticulture serait la bienvenue. Commune rurale et verte, Hamoir a des besoins importants dans le secteur. « En plus, c’est facile d’accès pour les personnes qui sont plutôt manuelles », ajoute Loïc Jacob.

     
     

    Il manque 4 participants

    « On profite de la mise à l’arrêt actuelle pour relancer la publicité et tenter de recruter les 4 personnes manquantes. C’est une formation ouverte à tous, qui sera un lieu de mixité sociale. Elle s’adresse autant à ceux qui recherchent l’aspect qualifiant qu’à ceux qui s’intéressent à l’horticulture pour le loisir », conclut le président du CPAS hamoirien.

    La formation devait débuter en octobre, mais le démarrage a été reporté en raison du confinement. Si cette première formation dans la commune fonctionne bien, il sera envisagé de proposer d’autres formations dans le futur, consacrées à des thématiques différentes.

    Intéressé ?

     

    0490/44 54 37 (promotion sociale) ou jacob.lo@hotmail.com

     

    Article de Pierre Tar 

     

    Source Sudinfo 

  • Recrutement, postulez maintenant ou au plus tard le 27 novembre 2020

    Lien permanent

    Nous recrutons un(e) infirmier(e) pour les soins intensifs et urgences pédiatriques à la Clinique CHC MontLégia.


    Plus d'informations  https://emploi.chc.be/.../infirmier-e--soins-intensifs.../


    Retrouvez d’autres offres d’emploi sur https://emploi.chc.be/

     

    123026498_1687821291381249_2104456075031502813_o.jpg

     

  • Recrutement pour Clavier, Anthisnes, Nandrin, Ouffet et Tinlot !!!! Intéressé ??? toutes les infos ici

    Lien permanent

     

    Le PCS Condroz recherche un nouveau chef de projet.
     
    Intéressé
     

    Recrutement d'un chef de projet pour le Plan de Cohésion Sociale.

     
     

    L'offre d'emploi complète via ce lien.

     

    Sélection d’un(e) Chef de Projet pour le Plan de Cohésion Sociale du Condroz


    Contexte
    Les communes de Clavier, Anthisnes, Nandrin, Ouffet et Tinlot recrutent un(e) chef de projet dans le
    cadre du Plan de Cohésion Sociale du Condroz.
    Le PCS est un dispositif social, subventionné par la Wallonie, qui a comme objectif d'aider les communes pour :


    - Favoriser le bien-être et l'accès de tous aux droits fondamentaux (logement, santé, mobilité,
    culture, liens sociaux, emploi, ...)
    - Contribuer à la construction d'une société solidaire et coresponsable

    Missions
    Gestion du projet
    - Garantir le bon déroulement et l’avancement des actions proposées dans le tableau de bord du PCS
    - Superviser l’ensemble des projets définis dans le Plan d’action
    - Être le relais entre toutes les parties prenantes du projet, rassembler les réalités des agents de
    terrain, des différentes autorités communales, des partenaires et des citoyens afin de
    synthétiser et de faire converger les différents points de vue.
    - Être à l’écoute des demandes et évaluer la pertinence des nouvelles propositions
    Gestion d’équipe
    - Diriger, encadrer, motiver, mobiliser et évaluer l’équipe PCS afin d’atteindre les objectifs du Plan
    - Organiser le travail des agents PCS et veiller à une répartition adéquate entre les projets
    - Apporter un soutien méthodologique et technique à l’équipe
    - Créer des outils et des supports visant à faciliter l’organisation et la collaboration
    - Animer les réunions d’équipe et veiller au suivi des décisions
    - Remplacement ponctuel sur le terrain
    Gestion administrative et financière
    - Gérer les différentes tâches administratives quotidiennes du service (courrier, horaires, congés,
    demandes diverses, …)
    - Rédiger, transmettre et assurer le suivi des différents rapports (d’activités, financier, évaluations,
    …) et du tableau de bord PCS
    - Assurer le secrétariat des organes décisionnels du PCS (Bureau PCS et Commission
    d’Accompagnement)
    - Veiller au suivi financier du Plan (création et suivi du budget, suivi comptabilité, caisse interne,
    …), en collaboration avec l’administration communale porteuse
    Travail en réseau
    - Organiser le travail en réseau : recherche et implication des partenaires dans les projets
    - Représenter le service dans différentes plateformes et réseaux
    - Coordonner des projets de réseautage pour les partenaires du territoire
    Communication
    - Veiller à l’évaluation et à l’utilisation optimale des moyens de communication internes et
    externes au PCS
    - Veiller à la bonne compréhension du projet PCS auprès des autres services, structures et
    administration
    - Informer ponctuellement les communes des activités, projets et demandes liées au PCS
    - Gérer le site internet et la page facebook du PCS
    - Créer et envoyer des supports visuels, rédiger des articles, …
    Autre
    - Gérer un local communautaire
    - Gérer le matériel mis à disposition
    Profil de compétences recherché
    Savoir
    • Être titulaire d’un diplôme de bachelier ou de master à orientation sciences humaines ou sociales
    • Avoir une expérience en gestion, accompagnement et évaluation de projets
    • Maîtriser la suite Office
    • Avoir une expérience en gestion d’équipe est un atout
    • Avoir une bonne connaissance du fonctionnement d’une administration locale est un atout
    • Avoir une bonne connaissance des PCS et/ou des réalités sociales du Condroz est un atout
    Savoir-faire
    • Avoir de bonnes capacités rédactionnelles et une très bonne orthographe
    • Avoir des habilités en méthodologie de projet
    • Savoir rédiger, gérer et évaluer des projets
    • Savoir établir des partenariats, travailler en collaboration, rassembler autour d’un objectif commun
    et communiquer de façon claire
    • Savoir diriger une équipe
    • Savoir animer des réunions
    • Savoir créer et utiliser des outils de communication de façon efficace
    • Avoir des aptitudes à assurer une gestion stricte aux niveaux administratifs et financiers
    Savoir-être
    • Sensibilité pour le travail social
    • Aisance relationnelle
    • Gestion du temps et respect des délais
    • Être à la fois capable de travailler en équipe et de façon autonome
    • Polyvalence et disponibilité
    • Organisation, rigueur et proactivité
    • Résistance face au stress
    • Créativité et innovation
    Conditions :
    1. Être belge ou citoyen de l’union européenne
    2. Être de bonne conduite, vie et mœurs et jouir des droits civils et politiques
    3. Être titulaire d’un diplôme de bachelier ou de master à orientation sciences humaines ou
    sociales ET pouvoir justifier d’une expérience en gestion de projet.
    4. Être titulaire du passeport APE
    5. Permis B + voiture personnelle
    Nous offrons :
    Contrat
    ▪ Temps partiel 3/4ème temps (27h45)
    ▪ Contrat à durée déterminée (6 mois) en vue d’un contrat à durée indéterminée lié aux subsides
    PCS.
    ▪ Horaires fixes de jour. Prestations possibles en soirée et certains week-ends selon les projets et
    les besoins sur le terrain.
    ▪ Lieu principal de travail : Rue de la Gendarmerie, 3 – Clavier-Station
    ▪ Date souhaitée d’engagement : 1
    er janvier 2021
    Rémunération
    Selon l’échelle barémique de la fonction publique au niveau B1 à l’indice actuel.
    Valorisation de l’ancienneté pertinente pour la fonction : pas de limite pour les agents venant du
    public, 6 ans maximum pour le privé.
    Divers
     Prime de fin d’année
     Assurance cotisation pension
     Congés du service public
    Documents à fournir
    Pour être recevables, les candidatures devront être accompagnées des documents suivants :
     Une lettre de motivation,
     Un curriculum vitae,
     Une copie du diplôme requis,
    -Un extrait de casier judiciaire vierge modèle 596 – 2
     Une copie du permis de conduire
     Votre passeport APE (à présenter au plus tard lors de l’entrée en fonction)


    Les candidatures complètes sont à adresser à Monsieur Jéremy WINAND, Directeur Général f.f. de la
    commune porteuse,

    UNIQUEMENT par recommandé, à l’administration communale de Clavier :

    Rue Forville, 1 – 4560 Clavier au plus tard le 6 novembre 2020.

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    Source

  • OFFRE D'EMPLOI Modave : agent administratif urbanisme et aménagement du territoire, à mi-temps

    Lien permanent

    OFFRE D'EMPLOI : agent administratif urbanisme et aménagement du territoire, à mi-temps

    off1.jpg

    off2.jpg

    off3.jpg

     

    off4.jpg

     

  • Extrapharm Nandrin recrute !!!!

    Lien permanent

     

    Extrapharm fête ses 10 mois d'ouverture et le bilan est un réel succès  Merci à tous pour l'accueil, nous sommes très heureux de pouvoir vous donner chaque jour nos meilleurs conseils et le meilleur service !

    Vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire confiance, nous devons donc élargir l'équipe. Nous proposons un temps plein (38h/semaine) pour:
    un pharmacien
     ou un assistant

    Compétences recherchées:

    Vous avez de bonnes connaissances scientifiques
    Vous aimez participer à des formations pour enrichir vos connaissances
    Vous avez un bon contact avec les gens, le patient est votre priorité
    Vous n'hésitez pas à vous renseigner pour répondre aux besoins des patients
    Vous avez un état d'esprit positif et insufflez une bonne énergie

    Si vous pensez pouvoir apporter une plus value à notre équipe, n'hésitez pas à nous contacter: Extrapharm@hotmail.com ou 0479 30 55 96

     

     
  • LEM intérim recrute encore 100 traceurs Covid-19 de plus !

    Lien permanent

     
    Avec la recrudescence de l’épidémie de Coronavirus, l’agence LEM intérim s’est lancée dans un recrutement de grande envergure. Actuellement, elle est encore à la recherche de 100 agents de prévention Covid-19 dans les régions de Liège et Charleroi.  
     
    Recruteur officiel pour le tracing wallon, LEM intérim se consacre intensivement à la recherche de talents depuis le début de la pandémie.
     
    Pour répondre à l’urgence de la situation et avec l’arrivée de la deuxième vague, l’agence recrute massivement des agents de prévention Covid-19.
     
    « La semaine dernière, 250 intérimaires LEM renforçaient déjà les équipes des contact centers chargés du tracing. Cette semaine, ils seront plus de 300.
     
    Nous cherchons encore au moins une centaine d’agents » , explique Jean Lemaître, directeur de LEM intérim.
     
     
    Ces postes vacants concernent principalement la région liégeoise et se déploient dans deux centres d’appel : Callexcell (Val Benoît) et IKANBI (Loncin).
     
    Une vingtaine de candidats sont recherchés pour le centre ENTRA, dans la région de Charleroi.
     
     
    « Les opportunités d’emploi sont là.
     
    Il faut postuler dès maintenant, après avoir consulté notre offre et s’être assuré d’être disponible tous les jours de la semaine, 7 jours sur 7.
     
    Les jours de repos hebdomadaires sont planifiés avec les managers de terrain. » La disponibilité temps plein est un critère indispensable pour ce job tout comme la possession d’un diplôme CESS.
     
    L’emploi est sous contrat intérim et donc temporaire.
     
    « Il s’agit de travailler au moins jusqu’à la fin de l’année et probablement début de l’année prochaine. Le job perdura tant que l’épidémie n’est pas maîtrisée. »
     
    Quelles sont les compétences recherchées ?
     
    Un bon niveau de français oral et écrit, des aptitudes administratives, un bon sens de la communication et du service à autrui. La connaissance d’autres langues est un atout.
     
    Un métier d’utilité publique
     
    « Je travaille pour Lem depuis le début de la crise du Covid-19 et c'est une belle mission, intense, joyeuse et parfois riche en émotions. Tous les jours, j’en ressors grandie.
     
    J’ai rencontré des collègues sympas et solidaires », témoigne une intérimaire.
     
    Mais, concrètement, en quoi consiste la fonction ?
     
    Vous êtes impliqué dans l'identification et le conseil des personnes contaminées ou entrées en contact avec des patients confirmés Covid-19.
     
    Vous les contactez par téléphone et réalisez des entretiens complets.
     
    Vous assurez ensuite leur suivi administratif.
     
    « C’est un job valorisant.
     
    Il est d’utilité publique pour aider à juguler l’épidémie en brisant la chaîne de contagion. »
     
    Par ailleurs, ce recrutement relève de la « mission exceptionnelle » pour LEM intérim, qui réussit à combiner avec succès ce process de grande envergure et ses services habituels.
     
    « Nous avons mis en place un système d’équipes dédiées au tracing qui s’occupent essentiellement de cela.
     
    Nos autres collaborateurs sont restés focalisés sur les services à rendre à nos autres clients.
     
    Les deux activités ne s’entrechoquent pas.
     
    Nous les menons de front », conclut le directeur.
     
    Intéressé par le job d’agent prévention Covid-19 ?
     
     
    «La semaine dernière, 250 intérimaires LEM renforçaient déjà les équipes des contact centers chargés du tracing. Cette semaine, ils seront plus de 300.
     
    Nous cherchons encore au moins une centaine d’agents» 
     
    Par  J.D.
     

  • La Régie Communale Autonome de Neupré recherche un gérant de cafétéria indépendant pour le centre sportif de Rotheux.

    Lien permanent

    La Régie Communale Autonome de Neupré recherche un gérant de cafétéria indépendant pour le centre sportif de Rotheux.

    Ce centre est composé de plusieurs salles de sport et d'une piscine.

     
    04/3713151

  • Il cherche un repreneur !!! Le couvreur tihangeois Guido da Ronch part à la retraite

    Lien permanent

    Menuisier de formation, c’est à l’âge de 17 ans que Guido Da Ronch commence à travailler après avoir terminé ses études à l’école technique.

    Il débute ainsi à l’entreprise Fraiture à Huy, avant de rejoindre son père aux fours à chaud au sein des carrières de Moha.

    Après 5 ans de service militaire, il intègre les entreprises Leclercq où il apprend le métier d’ardoisier. «J’étais menuisier et j’ai appris sur le tas, en travaillant et en m’intéressant.

    J’ai directement accroché, et c’est devenu une passion au point que quelques années après, je me suis lancé, d’abord en complémentaire puis à temps plein », se rappelle Guido.

    Plus de 2.000 clients

    Épaulé par son épouse et un ami, Claude, pour la gestion de l’entreprise, Guido reconnaît qu’entretenir son entreprise lui a parfois valu quelques sacrifices.

    « Parfois, je devais partir loin et durant toute la semaine mais jamais je n’ai dû chercher du travail.

    Si j’ai tenu, c’est grâce au soutien mon épouse », remercie le Tihangeois.

    « Puis c’est un travail valorisant, qui laisse une empreinte. En 33 ans, j’ai eu plus de 2.000 clients avec une ou deux toitures par mois.

    Cela en fait des toits ! »

     

    Malheureusement, avec l’âge, Guido s’est plusieurs fois blessé jusqu’à devoir renoncer à grimper sur le haut des toits, et se contenter de la gestion des équipes et des visites de chantiers.

     

    « C’est un travail moins valorisant et je pense que c’est ce qui motive ma retraite.

    Toutefois, je reste persuadé que mes ouvriers retrouveront rapidement du travail ».

    Président du conseil des anciens de Huy 1, membre du Conseil consultatif des aînés, vice-président de l’ALPEM, malgré une retraite bien méritée, Guido n’en restera pas moins actif. Son rêve aujourd’hui : aménager un verger dans sa résidence familiale en Italie pour en faire profiter les enfants du village.

    Atelier en vente

    L’entreprise prendra fin en décembre prochain avec la retraite de Guido mais ce dernier espère encore trouver un repreneur motivé pour reprendre sa clientèle.

    Il vend également son atelier de 200m2, avec bureau et garage, situé rue Warnant à Tihange pour la somme de 190.000 euros.

    En attendant, le couvreur et ses ouvriers ont encore du pain sur la planche pour terminer tous les chantiers en cours.

     

    Article de par La.Ma

     

    Source Sudinfo 

  • Voici comment postuler !!! il y a 50 emplois à pourvoir au nouveau McDonald’s de Boncelles

    Lien permanent

    C’est une bonne nouvelle pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi ! Au mois de décembre prochain, un tout nouveau McDonald’s ouvrira ses portes à Boncelles.

    Ce nouveau restaurant remplacera la célèbre discothèque « L’Edelweiss », située au carrefour de Boncelles et démolie il y a peu. Pour l’occasion, McDo souhaite engager du monde !

     

    Entre 40 et 50 emplois seront ainsi créés pour assurer le fonctionnement du restaurant. La procédure de recrutement démarrera même dans une quinzaine de jours.

    La démolition de « L’Edelweiss » :

    L’objectif de l’enseigne est de laisser la place aux postulants issus de la commune sérésienne ainsi que de la région liégeoise : « Il y aura des contrats de travail à temps plein mais aussi à temps partiel.

     

    Le restaurant devrait ouvrir au mois de décembre prochain dans la dernière semaine, entre le 22 et 25 décembre.

     

    Si le chantier se passe bien, les premiers burgers seront servis en 2020.

     

    Il s’agira d’un restaurant McDo dernier cri. Dans les 15 jours, les différentes candidatures seront collectées et analysées », explique Vincent Navez, développeur pour LNG Associates, une société de développement immobilier qui a collaboré avec McDonald’s dans le cadre de ce dossier.

    Comment postuler

    À Seraing, on se réjouit de la création de ces 50 nouveaux emplois sur le territoire communal : « C’est une bonne nouvelle.

     

    Nous avons d’ailleurs fait en sorte, dans cadre du permis, que ces nouveaux emplois bénéficient aussi aux habitants de Seraing. Avec l’arrivée de cette nouvelle grande enseigne, nous demeurons cohérents dans notre politique.

    Le but étant de concentrer les grandes enseignes le long de l’axe routier et de privilégier un commerce dit de proximité au centre de la commune », explique Déborah Géradon, échevine en charge du Commerce de la commune de Seraing.

    Pour postuler, rien de plus simple. Les intéressés peuvent déjà se rendre sur le site internet : www.workatmcdo.be/fr. Leur candidature sera ensuite traitée par le responsable du futur McDonald’s de Boncelles.

    Une page qui se tourne

    Avec cette nouvelle arrivée au carrefour de Boncelles, c’est une page du monde de la nuit qui se tourne en région liégeoise. Il y a tout juste quatre ans, en septembre 2016, « L’Edelweiss » fermait définitivement ses portes. Ce qui marquait la fin des discothèques dans la zone, après la disparition du Millenium et du Fiesta Club.

    Article de Stefano Barattini

     

    Source Sudinfo 

  • Vendeuse boulangerie-Pâtisserie Ouffet

    Lien permanent
    Urgent
     
     

    Recherche vendeuse pour petite boulangerie familiale. Horaire après midi de 12h à 17h, lundi-mardi-jeudi-vendredi. Horaire matin, 6h30 à 12h un samedi sur 2 et un dimanche sur 2.CDD de 6 mois pour commencer. Savoir utiliser caisse enregistreuse, connaitre normes hyg!ènes, achalander magasin, pralines, emballer confiserie et biscuits. Vaisselle et entretien du magasin fin journée. Expériences fortement souhaitée. Conviviale, souriante et chaleureuse.

    Nombre d'heures : 25 par semaine

    Date de début prévue : 01/10/2020

    Type d'emploi : Temps Partiel

    Expérience:

    • Vente: 1 an (Souhaité)

    Toutes les infos clic ici 

     

  • La filière métiers verts recrute!!! à vos inscriptions !!!!

    Lien permanent

     

    Notre filière métiers verts recrute!
    Vous êtes intéressés par la création et l'entretien des parcs et jardins, le maraîchage ou encore la floriculture ? Cette formation est faite pour vous.
    Pour plus d'information au 085/41.31.91.
     
     
    085 41 31 91
     
    Rue du Parc, 5 4570 Vyle-et-Tharoul, Belgium
     
  • Convaincre 45h à Huy pour s'entraîner et décrocher un Job

    Lien permanent

    A Huy (quartier de la gare) et à Liège (quartier du Thier-à-Liège)

     

     
    Mode d'emploi ASBL propose des formations gratuites pour les femmes, demandeuses d'emploi, en province de LIEGE - en convention avec le FOREM (vous recevez donc 1e/h + forfait pour payer vos frais de déplacements et de crèche)
     
  • Caissier/réassort étudiant (H/F) à Nandrin

    Lien permanent

    Pour un de nos clients situé dans le Condroz, nous recherchons un(e) caissier(ère)/réassortisseur(euse).Détail de la mission : Réception des marchandises, Etiquetage et rangement dans les rayons, Utilisation de la caisse, Contact client,......

    Ce que nous demandons de vous :
    Vous avez une première expérience dans une fonction similaire, Vous habitez la région de Nandrin, Vous êtes flexible, Vous avez un bon contact client, Vous êtes souriante et empathique.

    Nous vous offrons :
    Longue mission en vue d'un CDI.Travail à temps partiel, horaire variable du lundi au dimanche à raison de 28h/semaine.

     

  • DÉCROCHER UN JOB - RÉUSSIR SON ENTRETIEN

    Lien permanent

    15 questions à poser en entretien d'embauche 

     

    Qu’on se le dise : l’entretien d’embauche n’est pas seulement là pour que le recruteur vous cuisine tout au long de votre entrevue. C'est aussi à vous de demander certaines choses : salaire, avantages, etc. Voici 15 questions à poser durant votre entretien d'embauche.  

    L’entretien d’embauche est un moment certes stressant mais il s’agit surtout d’une rencontre durant laquelle s’établit un dialogue entre deux parties. C’est une opportunité pour vous d’en savoir un peu plus sur vos responsabilités, sur l’équipe que vous allez peut-être intégrer, sur la culture d’entreprise, etc. Le tant attendu « Avez-vous des questions ? » est inévitable, alors autant bien préparer ce moment.

    Poser des questions n’est pas mal vu, au contraire, cela montrera que vous êtes intéressé par la fonction à pourvoir ! Voici donc une liste non exhaustive de questions à poser durant votre entretien d’embauche.
    Assurez-vous d’avoir une vision d’ensemble sur l’offre d’emploi, pensez à éclaircir certaines zones d’ombre du descriptif et demandez des clarifications sur vos futures tâches.
    - Quelles sont les qualités nécessaires pour mener avec brio les tâches de la fonction ?
    - Quelles sont les compétences qui vous manquent dans l’équipe actuelle ?
    - Quel est le plus gros challenge auquel je pourrais être confronté avec ce poste ?
    - Est-ce une création de poste ?
    Pensez avenir. Essayez toujours de contextualiser l’offre d’emploi et de voir ce que celle-ci vous apportera maintenant et dans le futur.
    - Comment se passent les premiers jours ? Y a-t-il une formation ? Un accompagnement ?
    - Y a-t-il des perspectives d’évolution dans l’entreprise ou une évolution des responsabilités pour ce poste ?
    Pour mener à bien votre futur job, il importe que vous vous fixiez des objectifs. N’hésitez donc pas aussi à demander quels sont ceux de l’entreprise.
    - Quels sont les objectifs à atteindre sur six mois ? Sur le long terme ?
    - Comment aimeriez-vous me voir dans 30 jours ? Et plus tard ? Quelle étape importante devrais-je avoir franchie ?
    Intéressez-vous à l’entreprise. En effet, vous ne travaillez pas juste pour un manager ni pour votre département. Vous faites partie d’un tout, alors autant se renseigner sur la société que vous allez peut-être intégrer. La culture d’entreprise aussi est importante !
    - Quels sont les objectifs généraux de l’entreprise et comment mon équipe y contribue-t-elle ?
    - Organisez-vous des team building ?
    - Comment décririez-vous l’ambiance au travail ?
    - Pourriez-vous m’en dire un peu plus sur... (à poser que si vous avez fait des recherches sur l’entreprise et que vous n’avez rien trouvé sur le site web) ?
    Enfin, renseignez-vous sur la suite du processus de recrutement, histoire de ne pas attendre sans savoir et de désespérer une semaine plus tard devant votre boîte mail.
    - Comment va se dérouler la suite du processus de recrutement ?
    - Quand me tiendrez-vous au courant ?
    - Est-ce qu’il vous reste un point que vous souhaiteriez éclaircir sur mon parcours ou mes expériences professionnelles ?
    PS : Évitez de passer toutes ces questions en revue sous peine de paraître trop intrusif auprès du recruteur et de lui faire passer un interrogatoire ! Sélectionnez-en quelques-unes. Bonne chance !
    Intéressez-vous aux activités et à la culture de l’entreprise. Assurez-vous d’avoir une vision d’ensemble et contextualisée de l’offre d’emploi. Demandez des clarifications sur vos futures tâches, vos futurs objectifs et ceux de l’entreprise. 
    Article de JD 
     
  • Ces gestes à éviter en entretien

    Lien permanent

    L ors d’un entretien d’embauche, il est primordial de savoir bien s’exprimer, mais ce n’est pas tout. Le recruteur fera aussi attention à votre posture et à votre gestuelle. Et certaines attitudes pourraient bien l’énerver.  
     
    Les bras croisés
     
    Rester les bras croisés lors d’un entretien dénote d’un signe de repli et de protection. Vous montrez que vous n’êtes pas ouvert à la discussion, que vous êtes sur la défensive.
     
    Le regard fuyant
     
    Si vous passez votre temps à regarder vos pieds ou le mur, vous n’envoyez pas un message positif. Au mieux, vous passerez pour quelqu’un de très timide.
     
    Au pire, pour une personne qui n’a pas envie d’être là.
     
    A contrario, un regard trop insistant n’est pas idéal non plus.
     
    Il aura tendance à inverser le rapport de force, et à vous faire passer pour un candidat qui a beaucoup trop d’assurance.
     
    La main devant la bouche
     
    Cette gestuelle traduirait d’une certaine contradiction.
     
    Parler avec la main devant la bouche signifie pour plusieurs que la personne est en train de mentir ou de cacher la vérité.
     
    Le visage tendu
     
    Sourcils froncés et pas de sourire : vous donnerez l’impression de ne pas être en accord avec le recruteur.
     
    Les coudes sur le bureau
     
    Cela paraît logique. On ne met pas ses coudes à table lors d’un repas. Eh bien, lors d’un entretien non plus. Ne prenez pas vos aises et n’empiétez pas sur l’espace réservé au recruteur.
     
    Les mains dans les poches
     
    Idem pour ce geste qui passe facilement pour du « je-m’en-foutisme ». Posez les mains sur vos cuisses.
    La position avachie
     
    Tenez-vous bien droit, au fond de la chaise et mettez-vous directement en face du recruteur. Ne croisez pas les jambes. Si vous êtes avachi sur votre siège, vous passerez pour un candidat désinvolte.
     
    Chipoter…
     
    Avec tout ce qui vous tombe sous la main.
     
    Jouer avec son stylo, se toucher les cheveux en permanence, regarder son téléphone, etc.
     
    Ces gestes trahissent votre angoisse. Laissez tout ce qui pourrait vous distraire à distance.