Nature

  • Le Rucher du Petit Gris à Modave propose des parrainages d’abeilles pour les particuliers et les entreprises.

    Lien permanent

    Modave: le Rucher du Petit Gris propose de parrainer ses abeilles

    Avoir ses propres abeilles, son propre miel… sans les soucis (et les dangers) liés à l’apiculture.

    C’est ce que propose l’ASBL modavienne « le Rucher du Petit Gris », avec son parrainage.

    « On propose ce système, pour les particuliers et les entreprises.

    Pour les sociétés, on apporte la ruche sur place, on aménage les abords et on s’occupe de l’entretien.

    La société peut alors obtenir son propre miel, et s’inscrire dans une démarche écoresponsable », explique le Modavien Axel Nokin (24 ans), fondateur de l’ASBL et passionné par les abeilles depuis de nombreuses années.

    Pour les privés, le parrainage (minimum 20€) est un peu différent.

    « On associe une de nos ruches à la personne : on lui donne régulièrement des informations sur la ruche, on organise des visites, et le parrain reçoit le miel de cette ruche chaque année, avec une étiquette personnalisée », continue le Modavien, qui espère un jour réunir une cinquantaine de parrains dans son association.

     

    Pour rappel, le Rucher du Petit Gris regroupe des apiculteurs de tout le pays, mais la plupart des ruches sont situées à Modave, chez le fondateur Axel Nokin.

    Cette ASBL d’apiculture écologique ne reçoit aucun subside et fonctionne uniquement grâce aux dons, aux ventes de miel sur les marchés, aux cotisations et à l’organisation de différents événements.

    Le 5 septembre, l’ASBL organise d’ailleurs une journée porte ouverte à Modave (10, rue Pont de Bonne), pour présenter les ruches et le projet.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Facebook Rucher du petit gris ASBL

    Source

  • Vous voulez faire vos masques en tissu vous-même pour limiter vos déchets?

    Lien permanent

    Vous voulez faire vos masques en tissu vous-même pour limiter vos déchets?


    Vous trouverez un modèle validé par le gouvernement ici  : 

    https://faitesvotremasquebuccal.be/


    Attention de bien respecter les conditions d'utilisation !


    Il vous est toujours possible de télécharger et/ou commander l'affiche pour sensibiliser vos voisins et votre entourage : https://bit.ly/2BcodQl

     

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

     

  • Malgré le contexte du zéro phyto, et trois mois de confinement sauf pour la végétation, les cimetières de Nandrin maîtrisent la situation

    Lien permanent

    Après des mois de confinement, votre Blogueuse comme beaucoup d'entre vous, est allée se recueillir sur ses défunts en se dernier week-end de juin à Nandrin .

    Et à la grande surprise, malgré le contexte confinement et zéro phyto, les cimetières de Nandrin et ses entités, non pas eu à souffrir comme dans bien d'autres communes du Huy-Waremme d'un sentiment d'abandon .

    106017999_292748401872646_6230731477581663204_n.jpg

    Bien au contraire !!! n'oublions pas que le personnel communal a souvent en cette période Covid- 19  été affecté à de multiples autres taches, distribution de maques , entretien parfois à effectif réduit , gestions de résidents imprévu dans la commune etc .

    Petit rappel : Il n'est pas interdit  d'entretenir vos parcelles, qui elles aussi ont eux à subir le confinement avec un abandon forcé en cette période exceptionnelle.

    Cette crise du Codid-19 aura eu le mérite de démontrer qu'a Nandrin, ni les élus de tout bords, ni le personnel ne se tarisse de propos sur les réseaux sociaux, mais sont efficace dans l'action .

    "Si tu veux connaître quelqu'un n'écoute pas ce qu'il dit, mais regarde ce qu'il fait."

    Dalaï Lama

    Félicitations aux hommes, qui font office d'un métier qui existe depuis des générations, les Fossoyeurs !!!

    Arrêtons le Blabla voici quelques photos de nos cimetières Saint-Séverin , Nandrin Villers-le-Temple samedi et dimanche 27 et 28 juin 2020 .

    Album photos clic ici 

  • Reprise de la Formation gratuite "Découverte nature et patrimoine"

    Lien permanent

    De Janvier à juin 2021, reprise de la Formation gratuite "Découverte nature et patrimoine" à Comblain-au-Pont.
    Séance d'info le 10/11/2020 à 19h à la Maison des Découvertes

     

    formation ipes.jpg

    formation rivière 2.jpg

    Source 

    Contrat de Rivière Ourthe

     

     

  • Plantation d'une haie d'aubépines près de Saint Donat entre Yernée et Saint-Séverin et plantation d’une haie de charmes à Villers-le-Temple Nandrin

    Lien permanent
    Ecolo Nandrin,  l'a annoncé !!!

    Petits travaux d'embellissement dans la commune, portés par notre échevin de l'environnement Sébastien Herbiet: plantation d'une haie d'aubépines près de Saint Donat et plantation d’une haie de charmes afin d’embellir l’entrée du cimetière à Villers-le-Temple.

    Ecolo Nandrin

    "image prétexte" info pour les coupeurs de cheveux en quatre 

     Autrement dit : une photo prétexte, puisée dans une des banques d'images du Blog 

  • Les gens du voyage ont laissé de nombreux déchets qui ont dû être ramassés par les ouvriers communaux, le site va être totalement fermé pour empêcher le retour des caravanes.

    Lien permanent

    Nandrin: un nouveau dispositif a été installé pour bloquer les gens du voyage

    Le 14 juin dernier, des gens du voyage, originaires de Valenciennes, se sont installés sur le terrain de football du club de Templiers-Nandrin avec 17 caravanes.

    Une situation que le bourgmestre, Michel Lemmens a rapidement pris en main. Après avoir discuté avec eux sur place, le bourgmestre a autorisé leur présence jusqu’au 29 juin, à condition qu’ils respectent les règles de savoir-vivre.

    Mais le moins que l’on puisse écrire est que ces règles de savoir-vivre n’ont pas été respectées. Tout d’abord, ils ont abordé avec insistance les citoyens pour leur proposer des services contre rénumérations.

    Ensuite, ils n’ont guère respecté le voisinage et enfin, s’ils sont partis plus tôt que prévu ce samedi, ils ont laissé derrière eux un amas de déchets et de crasses, y compris des excréments !

    Ils ont ainsi abandonné une batterie de voiture, une petite machine à laver, un seau, des bouteilles en plastic, du linge, des gobelets et autre bidon en plastic notamment, sur et aux abords du terrain de football.

    « Les gens du voyage sont partis samedi et les ouvriers de la commune sont venus directement nettoyer le site. De gros blocs ont aussi été installés pour empêcher de nouvelles caravanes de pénétrer sur le site.

    C’est un problème récurrent. La dernière fois, ils s’étaient installés sur le terrain sur lequel peut atterrir l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne.

    Cette fois, ils se sont installés sur un terrain qui n’est plus d’actualité pour l’instant. Ils avaient laissé un monticule de déchets divers », regrette Francis Dupont, le président du club de football de Templiers-Nandrin.

    « Ces gens du voyage ont versé une caution à leur arrivée.

    Nous avons conservé cette caution qui ne couvrira pas l’ensemble des heures supplémentaires du personnel communal. Ils ont aussi payé le même tarif qu’à Amay par caravane et par jour.

    Ils se sont installés sur un terrain qui était en chantier et nous avons dû stopper ce chantier suite à leur présence.

    Nous leur avons fourni des sacs poubelles et nous sommes venus les collecter tous les jours. Ils nous ont prévenus vendredi matin qu’ils partiraient samedi à 16h et c’est ce qu’ils ont fait », précise le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens.

    « Nous avons refermé le site avec des blocs en béton, le double par rapport à la dernière fois. Les ouvriers du Service des Travaux ont nettoyé le site ce samedi.

    A l’avenir, en concertation avec le club de football, nous allons réfléchir à une solution définitive pour empêcher la venue des gens du voyage.

    Soit installer des barrières, soit créer un mini-fossé pour empêcher le passage des caravanes.

    J’ai reçu de nombreuses plaintes des riverains et il y en a eu aussi beaucoup sur les réseaux sociaux

    C’est peut-être ce qui a provoqué leur départ plus tôt que prévu », conclut Michel Lemmens.

    Article et rédaction de Marc Gérardy

    Source

     

  • Avis aux promeneurs! une importante coupe de bois a lieu au Tige de Favence !!!

    Lien permanent

     

    Une information de la Bourgmestre Christine Guyot de Tinlot , 

    Commune de Tinlot

    Avis aux promeneurs! En raison des ravages par les scolytes dans les plantations de conifères, une importante coupe de bois a lieu au Tige de Favence par l'exploitant forestier. La Commune veillera à la remise en état du chemin pédestre après travaux, par l'entreprise.
    Christine Guyot, Bourgmestre

     

     
  • Saviez-vous qu'une commune sur deux constate une augmentation de la présence de masques, gants et mouchoirs en papier au sol depuis le début de la crise sanitaire.

    Lien permanent

    Saviez-vous qu'une commune sur deux constate une augmentation de la présence de masques, gants et mouchoirs en papier au sol depuis le début de la crise sanitaire.

    Principalement à la sortie des magasins, près des poubelles publiques et aux arrêts de transport en commun.


    Vous vous demandez comment arrêter ça ?


    Téléchargez et/ou commandez vite l'affiche pour sensibiliser vos voisins et votre entourage :

    ici https://bit.ly/2B3Lmns

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

    poub.jpg

  • L’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin, en province de Liège.

    Lien permanent

    Mieux encore, l’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin, en province de Liège.

    Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique : "En Wallonie, le pic de diversité d'espèces d'abeilles sauvages c'est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment. Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées. »

    Et d’ajouter « Ce week-end, à Nandrin, j'ai eu la surprise de constater une fauche de bord de route intelligente ! 

    Les massifs en fleurs sont en grande partie évités !

    Une action très simple à réaliser (c'est exactement comme éviter un poteau de signalisation) et autrement plus efficace que tous les hôtels à insectes que l'on pourrait installer."

    Natagora invite donc tous les jardiniers amateurs et professionnels qui entretiennent jardins, parcs public, zoning industriels et commerciaux ainsi que les ouvriers ou agriculteurs qui gèrent nos bords de route à copier-coller ce petit geste.

    En agissant de la sorte, la société fera un grand bond en avant pour la préservation des insectes et de tout ce qui en découle !

    Source

    https://www.natagora.be

    VOIR TOUTES LES NEWS

     

  • Vous êtes adeptes du cyclotourisme mais vous manquez parfois d’idées de balades à réaliser dans la région de Huy-Waremme ?

    Lien permanent

    La carte des points-noeuds de Huy-Waremme est disponible

    La 1ère carte en papier est désormais disponible dans différents points de distribution de l’arrondissement.

    Si ce concept emprunté à nos voisins Flamands (knooppunten) ne vous évoque rien, retenez simplement qu’un point-noeud est un croisement de routes destiné à faciliter la pratique des balades à vélo.

    Identifié par un numéro et une flèche sur un panneau, il guide votre parcours en vous indiquant la direction à emprunter et les distances en kilomètres.

    La distance moyenne entre chaque point varie entre 5 et 8 km.

    C’est vous qui réglez la longueur de votre parcours et l’itinéraire emprunté en sélectionnant plusieurs points avant de démarrer, et vous n’avez plus qu’à suivre les numéros indiqués sur les panneaux.

    Les chemins du réseau sont pensés pour être sûrs et attrayants, à destination des familles, des sportifs ou des randonneurs.

    Hesbaye Nord et Burdinale-Mehaigne

    En plus des cartes Pays de Liège, Ourthe-Vesdre-Amblève et Pays de Herve, c’est donc une carte spécialement dédiée au territoire de la Maison du Tourisme de Huy (Terres-de-Meuse) qui vient d’être éditée et imprimée.

    Le territoire Terres-de-Meuse a été divisé en deux sections, proposant chacune deux boucles : La Hesbaye Nord et la Burdinale-Mehaigne. La première passe par Crisnée, Remicourt, Oreye et Fexhe et est très peu vallonnée, longeant les prairies verdoyantes du Geer et de l’Yerne.

    La seconde traverse Braives, Burdinne, Héron et Wanze, passant des douces pentes de la Mehaigne aux accents ardennais de la Burdinale, en traversant des calmes plateaux champêtres.

     

    Où se procurer la carte imprimée ? 

    Au GAL de Wanze (Place Faniel), à la Maison du Parc Naturel Burdinale-Mehaigne à Burdinne (Ferme de la Grosse Tour), à la Maison du Tourisme Terres-de-Meuse à Huy (Quai de Namur), ainsi que dans les administrations communales et centres sportifs.

    Télécharger la carte : www.liegetourisme.be

    Article et rédaction par Par P.Tar.

    Source 

     

  • Planter un pré Fleuri !!!!

    Lien permanent

    Source

    Services Environnement & Energie de Neupré

     

    Pour un confinement en faveur de l'environnement -
    ATELIER n°13 : Planter un pré fleuri dans son jardin

    Rue Duchêne, 30 
    4120 Neupré
     
     
    04 239 76 70

     

    préf 1.jpg

    pré fl 2.jpg

    pré fl 3.jpg

  • Gros succès pour le nettoyage des rivières !!!

    Lien permanent

    Plus de 300 actions menées dans plus de 45 pays ont eu lieu ce dimanche afin de rendre les rivières plus propres. L’opération, qui est une initiative de l’organisation River Cleanup, a été un « grand succès », d’après ses organisateurs.

    Chaque année, huit milliards de kilos de déchets atterrissent dans les mers et les océans, selon le fondateur de River Cleanup, Thomas de Grotte. Quelque 80 % de ces pollutions proviennent des rivières.

    La démarche consiste donc à s’attaquer à la source du problème en retirant les déchets avant qu’ils ne finissent dans la mer.

    L’opération se tenait ce dimanche, soit la veille de la Journée mondiale de l’Océan célébrée le 8 juin.

    La Belgique peut se targuer de comptabiliser le plus grand nombre d’actions de nettoyage avec 81 initiatives au total.

    Source

  • Le Condroz filmé depuis le ciel ......

    Lien permanent

    François Gabriel est un jeune Ferrusien de 22 ans passionné par l’audiovisuel.

    Éducateur le jour et photographe amateur la nuit, ce mordu de prise d’images est également un amoureux de la commune de Ferrières et de ses environs.

    Dans un premier temps, il s’est associé avec son meilleur ami, Baptiste Breulet, pour fonder le compte Instagram « Ferrières en photo ».

    On y retrouve aussi bien des clichés des monuments de la commune que des couchers de soleil colorant les plaines agricoles du village.


    Il y a deux semaines, François a décidé de passer à la vitesse supérieure en investissant 500€ dans l’achat d’un drone.

    « J’y pensais depuis un bon moment. La hauteur permet de voir énormément de choses !

    On a une vue bien plus lointaine, parfois jusqu’à Durbuy et même Aywaille. C’est hallucinant. »


    Cette passion qu’il vit après son travail, le jeune Ferrusien a choisi de la partager en créant la page Facebook « Drone_up », sur laquelle il publie ses vidéos.

    « J’ai également lancé une chaîne YouTube du même nom, précise-t-il. Je ne veux pas garder pour moi les images que je filme, le but est de les partager. »


    Le travail des fermiers


    Beau-fils de l’agriculteur sprimontois Alain Collienne, il a profité de la récolte de foin pour aller tester son drone.

    « Il m’a dit que ça serait un plus pour lui d’avoir une vidéo qui montre les étapes du fauchage, le travail d’un agriculteur. J’ai également été filmé la ferme de Christian Verdin, à Werbomont.

    Ça me permet de m’entrainer pour le montage. »


    Même s’il fait tout ça par pure passion, François Gabriel n’exclut pas de travailler un jour comme vidéaste professionnel, avec du matériel de qualité.

    Une vidéo faisant la promotion de la commune de Ferrières « sous tous ses angles » sera publiée dans la semaine à venir sur la page Facebook Drone_up. Drone_up

    Drone_up

    « Il y a plein de choses magnifiques à filmer et à photographier à Ferrières.

    Les paysages en début de soirée offrent une palette de couleurs extraordinaires, » assure avec envie le jeune vidéaste.


    Article et rédaction par P.Tar.

     

    Source

     

     

     

  • Qui aurait pensé qu’une plante si jolie pouvait être si dangereuse !!! attention

    Lien permanent

    Le beau temps qui revient  amène avec lui la prolifération de la « plante la plus dangereuse » qui peut causer brûlures et cloques terrifiantes.

    Les températures vont cette semaine grimper au-dessus des 28 degrés.

    Un temps chaud qui dure depuis plusieurs semaines et qui a permis la poussée de mauvaises herbes.

    Comme la berce du Caucase, une espèce invasive très dangereuse pour la peau qui provoque d’impressionnantes cloques.


    « Chaque plante peut avoir environ 50 000 graines qui peuvent se propager extrêmement rapidement si elles ne sont pas traitées et la sève toxique est un danger », explique Keith Gallacher, directeur du centre anglais de lutte contre les mauvaises herbes, au Daily Star.

    L’homme parle de la « plante la plus dangereuse » puisqu’elle « dépouille votre peau du revêtement UV ».

    « Cela signifie que lorsque la lumière touche les zones touchées par les sucs de la plante, votre peau se boursoufle ».


    Et cela donne lieu à des photos impressionnantes d’enfants avec d’énormes cloques et cicatrices. Keith Gallacher précise que la berce du Caucase peut provoquer « la cécité et des cicatrices permanentes ».

    Il met également en garde les parents puisque la plante pousse souvent à des endroits où les enfants jouent.


    Claire Hardiwch en d’ailleurs malheureusement fait les frais.

    Cette maman a vu son bébé souffrir de douloureuses blessures lorsque son autre fille de 8 ans a placé une « jolie fleur » dans la poussette comme cadeau. En moins de 24 heures, le bébé était couvert de taches « rouges » que ses parents ont d’abord pris pour des coups de soleil.

    « Je n’avais pas la moindre idée qu’une plante pourrait faire ça à votre peau, et une plante si jolie aussi – qui aurait pensé que cela pouvait être si dangereux ?

    Je me suis sentie tellement coupable quand j’ai réalisé ce qui avait causé les brûlures de Lottie – c’est le pire cauchemar de toutes les mamans », explique Claire


    Pour rappel, la berce du Caucase est une espèce invasive que l’on retrouve aussi un peu partout en Belgique. Le site brûlures.be relate que cette plante « colonise des milieux sauvages : le long des talus de chemin de fer, des autoroutes ou des fossés, dans les terrains vagues, mais aussi dans les prairies, les lisières, les prés, sur les berges des cours d’eau, en zones fraîches et humides, etc. »


    Lorsque l’on s’y frotte, il est vivement conseillé d’éliminer la sève le plus rapidement possible, sans l’étaler, avec un papier absorbant, et de rincer la surface ayant été en contact à l’eau.

    Il faut également nettoyer ses vêtements pour éviter que le suc de la plante ne les imprègne.

    Il est également recommandé d’éviter l’exposition à la lumière de la surface touchée et tout contact avec le soleil. Et surtout, prévenir les enfants de ne pas toucher à la plante.

     

    Source

     

  • Désormais vous recevez 4 euros pour planter 1 mètre de haie vive

    Lien permanent

    L’annonce avait fait sourire lors de l’installation du gouvernement wallon en septembre dernier : 4.000 kilomètres de haies ou un million d’arbres seront plantés sur le territoire en 5 ans.

    Et pourtant, l’objectif qui se cache derrière n’a, lui, rien d’anecdotique, puisqu’il vise à « sauver notre biodiversité », soulignait alors la ministre de l’Environnement, Céline Tellier.


    Une première étape vient d’être franchie par le gouvernement wallon.

    Ce vendredi, Céline Tellier a annoncé que le budget annuel destiné aux plantations passera de 350.000 euros à 1 million d’euros pour la saison prochaine, qui s’étale de novembre 2020 à mars 2021. D’ici 2024, ce budget devrait être doublé pour atteindre les 2 millions d’euros.


    Une bonne nouvelle pour les haies… mais aussi pour le portefeuille des citoyens ! Car, oui, citoyens et agriculteurs wallons peuvent demander une subvention pour la plantation d’une haie vive, d’un verger ou encore pour l’entretien des arbres têtards.

    Et l’augmentation du budget annoncée va permettre, non seulement de financer davantage de demandes, mais aussi d’augmenter le montant des subventions accordées.


    Céline Tellier donne déjà quelques exemples : d’une subvention de 12 euros par arbre d’une variété reconnue ou certifiée pour la plantation d’un verger, on passera à 20 euros. Pour les haies, on passera de 3 euros à 4 euros par mètre.

    Pour l’entretien des arbres têtards, on devrait passer de 15 euros à 20 euros par arbre.


    Démarches simplifiées


    Avec des subventions augmentées, la ministre peut espérer que davantage de monde contribue à l’effort de plantation. Une simplification des démarches est également prévue, grâce à un formulaire électronique et la possibilité d’introduire sa demande un mois avant la plantation, au lieu de trois mois actuellement. Les délais de liquidation seront également réduits.


    La ministre annonce déjà d’autres mesures à venir : « Ce nouvel arrêté est un des outils importants pour atteindre l’objectif des 4.000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres.

    Et il y en aura d’autres : nous avons lancé le travail de la Taskforce Haies dont les groupes de travail thématiques doivent remettre leurs recommandations et projets pour le mois de septembre 2020. Un plan d’action coordonné, reprenant des leviers multiples, sera rédigé sur cette base. Un site internet pour comptabiliser les haies plantées est également en cours de création. »

     

    Article Sabrina Berhin

    Source

  • Le calendrier des fruits et légumes de saison par Nature & Progrès Belgique

    Lien permanent

    Nature & Progrès Belgique

    Vous étiez nombreux à l’attendre… Ça y est, nous avons réédité notre CALENDRIER DES FRUITS ET LEGUMES DE SAISON ! 
    Tant pour notre Santé que celle de la Terre, il est essentiel de consommer #BIO, #local et de #saison. N’achetez donc plus de fruits et légumes sans avoir consulté notre Calendrier au préalable ! Vous découvrirez également l’étonnante diversité des produits que proposent Les producteurs BIO de Nature & Progrès Belgique.
    Comment vous procurer le calendrier ? 
     Téléchargez-le : bit.ly/2BaDxg1
    Commandez-le au format papier : bit.ly/3gvR4Pr
    Ce calendrier vous est offert par Nature & Progrès. N’hésitez pas à soutenir nos actions en réalisant un don : www.natpro.be/faire-un-don 

     

  • La fauche sélective et adaptée appliquée à Nandrin !!! pas encore le cas partout , des dizaines de nids ont été détruits en région Liègoise hier .

    Lien permanent

    Des centaines d’oiseaux tués par une faucheuse en région liégeoise !!!

    Les amoureux des oiseaux sont consternés ! Ce mardi, les herbes hautes qui se trouvaient aux abords du Trilogiport, à Oupeye, ont été fauchées sur 6 m de large ! Avec elles, ce sont des dizaines de nids qui ont été détruits et un nombre incalculable d’oiseaux qui ont été tués.

    Article Complet clic ici 

    L’ouvrier agissait pour le compte… du SPW, le Service Public de Wallonie.

    La réaction de Nicolas Delhaye, du Département Nature et Forêt de Liège

     

    Adoptons le fauchage sélectif l’appel de Natagora, déjà appliquée à Nandrin

    Après la remise en route des tondeuses qui ont déjà brisé le calme du confinement depuis un moment, c’est au tour du bord des routes de passer chez le coiffeur et il faut bien dire que la mode est essentiellement à la boule à zéro! Chacun ses goûts bien entendu mais ce qui est certain c’est que les abeilles sauvages détestent ça.

    Pour Natagora, la pratique exerce clairement une pression de taille (sans jeux de mots) sur l’écologie de ces espèces et des pollinisateurs en général.

    POUR LES ABEILLES SAUVAGES

    Contrairement aux abeilles domestiques qui ont un rayon d’action qui peut s’étendre jusqu’à 3 km, les abeilles sauvages sont des espèces de circuit court. La plupart d’entre elles sont solitaires: une seule femelle par nid collecte donc les réserves alimentaires pour sa progéniture.


    Elle ne peut pas se permettre des allers-retours longue distance.

    C’est pourquoi les abeilles sauvages nichent souvent très près des ressources florales qu’elles ont repérées comme étant adéquates: la(les) bonne(s) espèce(s) de fleurs selon qu’elles sont spécialisées ou non et surtout en quantité adéquate. Beaucoup d’espèces creusent leurs nids dans le sol à proximité immédiate des fleurs.

    Et c’est là que se joue chaque année une tragédie en ce moment précis: nous leur supprimons brutalement ces fleurs si importantes sur lesquelles elles ont parié pour donner naissance à une descendance.

    A NANDRIN

    Depuis 1995, année européenne de la Conservation de la Nature, de nombreuses communes wallonnes s’engagent à mettre en place le fauchage tardif.

    Cette technique de gestion des abords routiers réduit les dégâts en imposant une unique coupe annuelle après le 1er août ou le 1er septembre.

    Mais pour Natagora, la pratique n’est pas suffisante.

    L’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin,en province de Liège.

    Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique: «En Wallonie, le pic de diversité d’espèces d’abeilles sauvages c’est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment.

    Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées.»

    Source

     

     

  • Envie d’aider votre commune à mettre sur pied sa stratégie de lutte contre la malpropreté ?

    Lien permanent

    Votre avis compte !

    Envie d’aider votre commune à mettre sur pied sa stratégie de lutte contre la malpropreté ?

    Faites le lui savoir en partageant vos idées via la plate-forme… Attention, les délais sont courts, réagissez vite ! ici : https://bit.ly/2ZlTry5

    Une initiative de la Wallonie en collaboration avec RDC Environment, Espace Environnement asbl et Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

     

     

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

     

     

  • La sécheresse sévit déjà sur le pays !

    Lien permanent

    Jamais une restriction d’eau n’avait été annoncée si tôt dans l’année en Belgique.

    Pourtant, plusieurs gouverneurs flamands viennent d’interdire le pompage dans de nombreux cours d’eau. Une décision radicale mais nécessaire suite à la sécheresse de ces deux derniers mois et au niveau des eaux souterraines exceptionnellement bas pour la saison.

    Si en Wallonie, la situation n’est pas aussi extrême, il faudra toutefois faire attention aux prochains jours.

    «Le mois de mai a été très sec», constate David Dehenauw, météorologue à l’Institut royal météorologique de Belgique (IRM).

    «Il y a eu trop peu de précipitations pour la saison. Pour le moment, nous avons eu un peu plus de 5 ml d’eau/m2 alors que l’indice devrait plutôt tourner aux alentours de 66 ml d’eau/m2.»

    Au début du mois, le Centre régional de crise de Wallonie avait indiqué que les pluies abondantes des mois de mars et avril avaient eu un effet bénéfique sur le niveau des eaux de surface et les nappes phréatiques wallonnes.

    Le secteur de l’eau ne se montrait d’ailleurs pas inquiet concernant une possible sécheresse cet été tout en restant attentif à la météo. Laquelle s’annonce très sèche dans les jours àvenir.

    «Il y aura peu ou pas de précipitations cette semaine», annonce David Dehenauw. «Pour le début du mois de juin, il y a des signaux de possibles pluies mais tout est encore à confirmer.»
    MIEUX QU’EN 2019 Si la pluie ne refera donc pas son apparition immédiatement, cela ne devrait pas avoir un impact sur la situation des nappes phréatiques et donc l’approvisionnement en eau.

    «Les situations de la
    Flandre et de la Wallonie sont totalement différentes», souligne Benoît Moulin, porte-parole de la Société Wallonne des Eaux (SWDE). «Il faut savoir que la recharge hivernale en eau a été très bonne.

    Nous sommes d’ailleurs dans une meilleure situation qu’en 2019 qui était déjà meilleure que l’année précédente.» Ce qui pourrait par contre être un problème cet été, c’est la capacité de distribution en eau.

    «Elle est parfois limite lorsque les quantités demandées sont supérieures à la normale mais nous avons travaillé pour améliorer la situation», continue Benoît Moulin.
    3ANS SOUS LA NORMALE

    Malgré ces facteurs au vert, la Belgique fait face à un sérieux manque de précipitations qui dure depuis quelques années.

    «Depuis janvier 2017, nous avons un manque de pluie», indique David Dehenauw. «Si l’on regarde de plus près les quantités tombées, on remarque qu’il y a 42% de pluie en moins par rapport aux valeurs normales.»

    Article et rédaction LOÏC MARTIN

    Source

  • Pour l'entretien des parcelles les moutons de retour à Nandrin

    Lien permanent

    Les moutons de retour à Nandrin pour entretenir la commune

    Initié l’été dernier par l’échevin de l’environnement Sébastien Herbiet, le projet « écopâturage mouton » de la commune de Nandrin est de retour.
    En 2019, une première phase d’essai était lancée par la commune en partenariat avec un berger de Fraineux. Trois parcelles communales d’une vingtaine d’ares – trop petites pour intéresser les agriculteurs – étaient mises gratuitement à disposition pour garder 9 moutons, qui ont permis d’assurer un entretien naturel et ainsi d’éviter des tontes « inutiles » à l’équipe d’entretien des espaces verts. Sans les moutons, certaines parcelles doivent être tondues une fois tous les 10-15 jours, d’autres une fois par mois.
    Suite au succès rencontré par l’expérience en 2019, l’échevin réitère le procédé cet été. « Nous continuons l’expérience avec le berger de Fraineux en lui proposant 3 parcelles supplémentaires pour y faire pâturer ses moutons ainsi qu’une grande parcelle pour faire du foin, » explique Sébastien Herbiet.
    « Nous avons également lancé un partenariat avec un berger de Villers-le-Temple pour 2 autres parcelles communales. L’expérience représente un gain de temps pour l’équipe espaces verts qui peut allouer plus de temps à l’entretien des sentiers balisés, sans parler des combustibles fossiles non utilisés pour l’entretien de ces parcelles. »


    Actuellement, 12 moutons effectuent cet écopâturage, un service d’autant plus intéressant en cette période de crise. « Notre personnel est réduit, les équipes sont divisées par 2.

    Les moutons arrivent donc au bon moment » souligne l’échevin.
    L’administration dispose encore de parcelles disponibles pour le projet et souhaite intégrer d’autres éleveurs au projet.


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • Une bonne façon de soutenir les horticulteurs et colorer les villes, une jardinière conçue pour sauver les abeilles

    Lien permanent

    Une jardinière conçue pour sauver les abeilles

    Alors que les abeilles sont en voie de disparition et que la biodiversité se trouve dans une situation préoccupante, Nicolas Ancion et Adrien Rassenfosse ont créé un garde-manger pour sauver ces insectes aux tâches de pollinisation capitales.

    Grâce à leur jardinière, ces Silvatiens de souche souhaitent également soutenir les horticulteurs et rendre un peu de couleur aux villes.

    Nicolas Ancion et Adrien Rassenfosse sont deux amis d’enfance âgés à présent de 27 ans. C’est du côté de Saive qu’ils ont passé une grande partie de leur jeunesse.

    «À présent, au contraire d’Adrien, j’ai rejoint la ville de Liège. Et je dois bien avouer que c’est nettement moins coloré.

    De plus, j’ai rapidement constaté qu’ici, les abeilles manquent clairement d’endroits pour se nourrir. Eh bien, j’ai voulu les aider», avoue Nicolas.

    «J’ai aussi pu me rendre compte qu’à la campagne, les abeilles avaient besoin de soutien», complète ensuite Adrien, toujours Silvatien.

    Avoir un impact positif sur l’environnement, voici, en d’autres mots, l’objectif majeur de ces deux jeunes hommes.

    «Que ce soit en jardinant, en achetant local ou en essayant d’être ‘zéro déchet’, on voulait déjà apporter notre pierre à l’édifice.

    Mais maintenant, on souhaite agir ensemble avec les autres pour obtenir un impact encore plus important. Concrètement, on veut sauver les abeilles tout en soutenant nos horticulteurs ainsi que l’économie locale», expliquent-ils de concert.


    LE PROJET «SAUVONS MAYA»

    En moins de cinq minutes, ils ont déjà parlé trois fois des abeilles.

    Et ce, car ces dernières sont au centre de leurs préoccupations. «À cause de la crise causée par le Covid 19, les horticulteurs sont touchés de plein fouet. Et pourtant, ce sont bien eux qui cultivent un grand nombre de plantes grâce auxquelles les abeilles se nourriront.

    75% de notre alimentation et 90% des fleurs sauvages dépendent d’ailleurs du travail de pollinisation réalisé par ces insectes.

    Sans eux, fini les salades de légumes colorés sur le temps de midi, le fruit frais de 16h ou la barre chocolatée qui sert d’en-cas». C’est pour toutes ces raisons qu’ils ont créé «Sauvons Maya», le garde-manger pour abeilles. «C’est un kit très simple composé d’un pot fabriqué en matériaux 100% naturels, de terreau bio et de graines qui donneront des fleurs colorées. Bref, un vrai régal pour les abeilles et pour nos yeux. Le tout produit localement et à la portée de tous».

    Ce qui est génial, c’est que ce garde-manger peut être installé partout, comme par exemple sur le balcon d’un appartement en ville!

    «Son pot en chanvre peut être positionné là où on le souhaite tant que c’est à l’air libre. Les graines de fleurs locales ont été cultivées par un horticulteur wallon agréé. Comme elles viennent de chez nous, leur germification s’adapte à notre météo.

    Les arroser suffira donc pour voir leurs pétales colorées éclore», concluent-ils avec fierté.

    Rédaction par YANNICK GOEBBELS

    Source

  • Adoptons le fauchage sélectif l’appel de Natagora, déjà appliquée à Nandrin

    Lien permanent

    Après la remise en route des tondeuses qui ont déjà brisé le calme du confinement depuis un moment, c’est au tour du bord des routes de passer chez le coiffeur et il faut bien dire que la mode est essentiellement à la boule à zéro! Chacun ses goûts bien entendu mais ce qui est certain c’est que les abeilles sauvages détestent ça.

    Pour Natagora, la pratique exerce clairement une pression de taille (sans jeux de mots) sur l’écologie de ces espèces et des pollinisateurs en général.

    POUR LES ABEILLES SAUVAGES

    Contrairement aux abeilles domestiques qui ont un rayon d’action qui peut s’étendre jusqu’à 3 km, les abeilles sauvages sont des espèces de circuit court. La plupart d’entre elles sont solitaires: une seule femelle par nid collecte donc les réserves alimentaires pour sa progéniture.


    Elle ne peut pas se permettre des allers-retours longue distance.

    C’est pourquoi les abeilles sauvages nichent souvent très près des ressources florales qu’elles ont repérées comme étant adéquates: la(les) bonne(s) espèce(s) de fleurs selon qu’elles sont spécialisées ou non et surtout en quantité adéquate. Beaucoup d’espèces creusent leurs nids dans le sol à proximité immédiate des fleurs.

    Et c’est là que se joue chaque année une tragédie en ce moment précis: nous leur supprimons brutalement ces fleurs si importantes sur lesquelles elles ont parié pour donner naissance à une descendance.

    A NANDRIN

    Depuis 1995, année européenne de la Conservation de la Nature, de nombreuses communes wallonnes s’engagent à mettre en place le fauchage tardif.

    Cette technique de gestion des abords routiers réduit les dégâts en imposant une unique coupe annuelle après le 1er août ou le 1er septembre.

    Mais pour Natagora, la pratique n’est pas suffisante.

    L’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin,en province de Liège.

    Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique: «En Wallonie, le pic de diversité d’espèces d’abeilles sauvages c’est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment.

    Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées.»

    Source

  • Vous avez trouvé un hérisson et ne savez pas comment réagir ?

    Lien permanent

    Vous avez trouvé un hérisson et ne savez pas comment réagir ?

    Suivez les conseils pour faire les bons gestes et ne pas mettre sa vie en danger.

    Consultez la page "Soins d'urgences" pour lui donner les premiers soins et contactez rapidement un professionnel (centre de revalidation ou vétérinaire).

     

    Toutes les infos clic ici 

    https://www.herissons.be

  • Les ouvertures Le Jardin d’Helena prévues dans le cadre des « Jardins Ouverts de Belgique » sont annulées pour la saison printemps-été 2020.

    Lien permanent

    En raison de l'épidémie actuelle et des précautions sanitaires essentielles à respecter, « Le Jardin d’Helena » sera inaccessible au public et toutes les ouvertures du jardin prévues dans le cadre des « Jardins Ouverts de Belgique » sont annulées pour la saison printemps-été 2020.


    Le Week-end des « Parcs et Jardins de Wallonie » des 6 et 7 juin 2020 est reporté au week-end du 10-11 octobre 2020, si la situation sanitaire nous y autorise à ce moment.
    Rendez-vous sur la page facebook « Helena Wochen » rubrique « photos » pour les visites virtuelles des albums photos et leurs ambiances saisonnières au fil des mois et des années précédentes.
    Prenez bien soin de vous ! Cordiales salutations jardinières,
    Helena Wochen.

    Clic ici pour voir les photos 

     

     

    Source info http://www.jardindhelena.be/

     

  • Attention plante invasive la berce du Caucase

    Lien permanent

     

    Avec sa taille impressionnante, la berce du Caucase est une plante invasive dangereuse qui pousse comme bon lui semble surtout du côté de La Calamine, à l’Est de la province, où se trouve la plus grosse colonie wallonne.

    La plus grosse colonie de terribles berces du Caucase, qui peuvent occasionner de très vilaines brûlures à ceux qui ont le malheur de les toucher.

    http://www.centreantipoisons.be/nature/plantes/les-plantes-toxiques

     

    Berce du Caucase : mode d’emploi

    Comment la reconnaître ?

     

    Cette plante mesure entre 1,50 m et 4 m de haut. Elle possède de grandes fleurs blanches constituées d’une cinquantaine d’ombelles. Des fleurs qui n’apparaissent que de juin à juillet. La tige de la Berce est épaisse avec un cœur vide. C’est là que se trouvent des poils qui diffusent une sève urticante.

     Qui contacter si on en trouve dans son jardin ?

    Votre commune, l’ASBL Contrat de Rivière de votre région ou encore directement la Région wallonne.  Que faire si on a touché cette plante ?

    Lavez abondamment votre peau, rincez aussi vos outils de jardin et vos vêtements. Placez de la crème solaire afin d’apaiser les effets de la lumière sur la sève. Contactez un médecin en cas de fortes irritations. 

     

    La berce du Caucase est une espèce d'origine ornementale qui a été plantée pour ses vertus esthétiques et mellifères.

    Elle se disperse dans l'environnement et envahit les bords de route, les berges de rivière, les lisières forestières et les prairies gérées de manière extensive depuis une vingtaine d'année.

     La sève de la berce du Caucase étant photosensibilisante, il y a un risque de brûlure.  

    Afin d’éviter tout contact avec la peau et les yeux, il est indispensable de gérer avec un équipement complètement imperméable : bottes, gants jusqu’au coude, visière, pantalon et veste à capuchon

    Gérer la plante en fleurs, et la plante susceptible de l’être, avant la formation des graines (mi-juin).

    Elle y forme des populations très denses qui prennent le pas sur la flore indigène.

    Cette ombellifère géante peut en outre occasionner de graves brûlures lors d'un contact avec la peau. Un plan de lutte a été mis en place depuis 2012 pour tenter d'enrayer sa progression en Wallonie.

     

    source info clic ici

     http://biodiversite.wallonie.be/fr/la-berce-du-caucase.html?IDC=5668

  • Et si vous ramassiez les déchets dans la rue au lieu de boire de l’alcool quand vous êtes nominé par vos amis sur Facebook

    Lien permanent

    Nominé sur Facebook, il choisit de ramasser les crasses

    Et si vous ramassiez les déchets dans la rue au lieu de boire de l’alcool quand vous êtes nominé par vos amis sur Facebook dans le cadre du challenge qui inonde actuellement les réseaux sociaux ?

    Cette idée, un membre de la protection civile vient de l’appliquer.

    Et elle semble séduire.


    En cette période de confinement, si vous surfez beaucoup sur Facebook, vous avez peut-être entendu parler de ce challenge qui circule et qui consiste à se filmer devant sa caméra en train de boire de l’alcool.


    Une fois que l’internaute à relever le défi, il nomine alors dans le post un ou plusieurs amis afin de les inciter à faire de même. Une façon, en soi, de tromper l’ennui quand on est isolé.

    Le challenge n’est toutefois pas sans danger: une personne s’est, par exemple, retrouvée récemment dans un état critique du côté de Charleroi après avoir ingurgité un litre et demi de liqueur à 30º


    Laurent Simonis, un homme de 45 ans qui habite la commune de Juprelle depuis 2001, a été nominé de cette manière.

    Et plutôt que de se filmer en train de boire de l’alcool, il a eu une autre idée: celle de parcourir les rues de son quartier, de ramasser un sac de déchets puis de se filmer en train de les jeter dans une poubelle.

    Une fois le défi relevé, il a nominé à son tour cinq de ses amis qui ont accepté et relevé le challenge. Ces derniers ont alors continué la chaîne.

     

    S’il a détourné le jeu et changé les règles, c’est parce qu’il trouve que ce défi n’a pas de sens mais aussi parce qu’il veut conscientiser.

    «Il y a des parents qui jouent à ça avec des enfants avec de la limonade, je trouve que ça va vraiment trop loin car on donne un peu l’idée à l’enfant que c’est un jeu et dans quelques années, au lieu de mettre du citronné, ils mettront de l’alcool», estime-t-il.


    Cette idée ne vient toutefois pas de lui.

    Ce membre de la protection civile a en fait vu il y a quelques semaines la publication d’un jeune nominé pour boire de l’alcool qui proposait ce défi de ramasser des déchets et Laurent Simonis s’est dit que s’il se faisait nominer, il ferait pareil: «Je me suis dit que c’était une idée à faire circuler, il y a des crasses un peu partout.

    J’ai eu de bons retours, les gens trouvent ça positif. Celui qui veut faire un défi alcool m’invitera à boire un verre après le confinement, ce sera plus convivial ».


    L’homme, qui travaille pour la protection civile depuis 2009, est aussi en première ligne dans la lutte contre le Covid-19.

    La peste porcine à peine terminée, la protection civile a également fort affaire dans le contexte actuel même si on ne le voit pas toujours: transfert de l’aéroport vers les différents centres, transport de matériel, assistance dans les homes pour la décontamination, etc.

    Article et rédaction Par L.C

    Source

  • Observez les oiseaux et les papillons, La nature chez moi

    Lien permanent

    Devine qui vient manger au jardin
    Apprenez à reconnaître les oiseaux qui chantent et qui nichent autour de chez vous.

    Devine qui papillonne au jardin
    Les papillons arrivent, entraînez-vous dès maintenant pour notre comptage d’été !


    Dans son jardin ou sur son balcon, ce drôle de printemps est l’occasion de prendre le temps d’observer la nature qui nous entoure. Pour le plaisir d’apprendre, de jouer, de cuisiner, de se relaxer avec elle et de l’accueillir encore un peu mieux chez vous. C’est le printemps, Natagora vous guide.

    Toutes les infos et participe clic ici 

  • Des sentiers propres pour l'été ? Un blogueur lutte contre les déchets !!!

    Lien permanent

    Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

     

    SENTIERS PROPRES 
    En cette période de confinement, nombreuses sont les personnes à se balader dans leur région. La nature fait en effet un bien fou et redécouvrir les alentours est passionnant... Malheureusement j'ai dernièrement constaté de nombreux déchets sur les sentiers...  Ça me révolte et j'en ai marre de me sentir impuissant ! 
    J'ai donc décidé d'agir avec les moyens que j'ai tout simplement en relançant une campagne de sensibilisation et d'action (la première avait eu lieu en 2017 : https://www.trekkingetvoyage.com/mobilisation-sentiers-pro…/) afin de nettoyer nos sentiers pour l'été 
    Mais tout seul, je n'y arriverai pas, J'AI BESOIN DE TOI !
    Je t'invite donc à prévoir un sac poubelle et une paire de gants la prochaine fois que tu iras te balader. Si malheureusement tu tombes sur des déchets, ramasse ce que tu peux et fais une petite photo que tu m'enverras.
     Attention : il reste important de respecter les mesures de confinement en vigueur (pas de rassemblement, distanciation) et de prendre soin de bien se protéger (gants, masques) avant de ramasser quoi que ce soit ! Note aussi que cette campagne n'incite pas à sortir de chez soi mais plutôt d'anticiper un ramassage en cas de déchet pendant une balade près de chez soi ! En tout cas pendant la période de confinement.
     Certaines administrations communales distribuent des sacs poubelles gratuitement et acceptent même de récupérer les sacs remplis de déchets ramassés en balade (sinon une poubelle publique si elle n'est pas déjà remplie) ! 
     Je m'engage de mon côté à :
    - faire pareil lorsque je me balade près de chez moi,
    - t'envoyer un petit cadeau via mes partenaires (surprise) pour te remercier (sur le territoire belge),
    - tenir une carte des déchets ramassés pour avoir une idée du boulot effectué.
    ENSEMBLE je suis persuadé que nous pouvons rendre à la nature son plus bel appareil grâce à cette action simple et concrète Je compte sur toi pour PARTAGER le message et surtout, jouer le jeu !
     N'OUBLIE PAS D'ENVOYER TA PHOTO ici ou sur maxime@trekkingetvoyage.com
    Et si tu représentes un organisme touristique, une marque, une agence ou une société belge sensible à la nature et qui a envie de faire partie du projet en offrant quelques goodies, n'hésite pas à me contacter !

    Info de Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

    Un blogueur hutois lutte contre les déchets !!!

    Article et rédaction dans le Journal La Meuse de Huy Waremme par Ro.Ma.

     

    Avec le confinement, le nombre de promeneurs sur nos sentiers a augmenté. Ce qui entraîne à certains endroits une accumulation de déchets !


    Le blogueur hutois Maxime Alexandre, spécialisé dans les vidéos de randonnée, est inquiet face à l’état actuel de nos forêts. Il a publié une vidéo pour sensibiliser les promeneurs et propose une campagne « sentiers propres » : il appelle les marcheurs à se munir d’un sac et de gants pour ramasser les déchets trouvés lors des promenades.

    « J’ai décidé de me servir de la puissance des réseaux sociaux pour tenter une petite action citoyenne, un appel à la mobilisation », explique le Hutois qui compte plus de 30.000 « j’aime » sur sa page Facebook « Trekking et Voyage. Inspiration rando, voyage & outdoor ».

    « Si tout le monde ramasse des déchets, on pourra vraiment rendre les sentiers plus propres pour l’été », espère le randonneur.


    Des cadeaux et une carte


    Maxime Alexandre demande qu’on lui envoie les photos des déchets trouvés à l’adresse maxime@trekkingetvoyage.com.

    Il réalisera ensuite une carte afin de montrer le travail accompli.

    « Depuis ce dimanche, j’ai déjà reçu quelques photos.

    J’espère que la mayonnaise va prendre ».

    De plus, le blogueur, qui travaille avec des sponsors, va également contacter différents organismes touristiques pour obtenir des cadeaux (des « goodies ») à offrir aux participants, comme des cartes postales, des plans, etc.
    Le randonneur rappelle l’importance des mesures de confinement en vigueur.

    Il préconise l’usage de gants et de masques. « Cette campagne n’incite pas à sortir de chez soi, mais plutôt à anticiper un ramassage de déchets pendant une balade près de chez soi », assure le Hutois.


    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

     

     

  • Vente "Flash" au Champs Organisé par ZAMI Le jardin des Templiers le 15 avril 2020

    Lien permanent

     

    Vente "Flash" au Champs

    Pour nos chers voisin de Villers-le-Temple, vente exceptionnelle d'une partie de nos produit NATUREL sur le champs.

    - Épinard
    - Cerfeuil
    - PDT
    - Carotte
    - Panais
    - Oignon
    - Échalote
    - Ail
    - Betterave
    - Oeuf frais Bio
    - Fruit
    - ...

    Pas de commande possible, premier arrivé, premier servi !

    Bien évidement, règle de distanciation et de prévention à respecter par chacun.

    Payement possible par liquide ou par versement.


    Tige des Rochettes, 4550 Nandrin, Belgique

    046/5159862

    Vente "Flash" au Champs

    Public