les restaurants

  • Menu Saint Valentin chez Saveurs et Traditions Nandrin

    Lien permanent
     
     
     
    Pour les amoureux du bien manger voici notre menu de Saint Valentin
     

    14 st.jpgsaveur.jpg

     
     
  • La ‎Saint-Valentin au Connolly's Nandrin Restaurant-Bar

    Lien permanent

    MENU SAINT-VALENTIN

    Tartare de Saumon, Manges tout croquants


    Filet de Veau, Sauce au Foie gras

    Moelleux au Chocolat et son Coeur fondant

    40€  p/p

     

    Connolly's Nandrin Restaurant-Bar

    Saint-Valentin

  • Le self a ouvert au CHC MontLégia !

    Lien permanent

    Un resto qui sera amené à servir de 1.000 à 1.500 plats par jour

    a y est! Le restaurant self-service de la clinique CHC MontLégia est officiellement le premier service à ouvrir ses portes au public. Depuis ce lundi, il accueille toutes les personnes présentes sur le chantier, internes comme externes. De quoi permettre à l’équipe cuisine de s’atteler à une grande répétition générale, d’ici l’ouverture officielle, annoncée au 30 mars.

    Ça y est ! Le restaurant self-service de la clinique CHC MontLégia est officiellement le premier service à ouvrir ses portes au public. Depuis ce lundi, il accueille toutes les personnes présentes sur le chantier, internes comme externes. « Ah, ils ont mis les bouchées doubles au niveau des finitions pour nous permettre d’ouvrir... C’est un réel cadeau de Noël avant l’heure », introduit Cédric Blogie, responsable des activités commerciales du MontLégia, qui ne peut cacher son enthousiasme.
    « Et pour nous, c’est génial ! Cela nous permet de prendre nos marques, de mettre en place tout notre process, depuis la réception des marchandises jusqu’à la production...et l’arrivée dans l’assiette du client. Il y a beaucoup de choses à régler, allant des fours jusqu’aux lampes, au système de caisse, le bancontact, le maintien au chaud... C’est comme une grande répétition générale. De tester nos installations aussi, les futurs produits... » À titre d’exemple, cette semaine, Cédric Blogie offre des frites en échantillons, « histoire d’avoir un retour sur l’aliment et sa cuisson, et de pouvoir ajuster nos choix en fonction des remarques ».

    D’un point de vue pratico-pratique, le resto possède une capacité de 400 places assises. Il sera ouvert, pour l’instant, de 11h à 14h, et est réservé aux patients, à leurs accompagnants et visiteurs, ainsi qu’à tout le personnel de la clinique. « Nous avons deux types d’offres : le take away ou à manger sur place », détaille Cédric Blogie. « Selon une formule ou l’autre, les plats peuvent varier mais l’offre s’annonce déjà très complète : salades et assiettes froides, potages, frites, sandwiches, plats chauds (classiques, du jour et végétarien), pâtes, croques, paninis, légumes... Chacun devrait pouvoir y trouver son compte. « Nos nouvelles installations nous permettent aussi la possibilité de faire des ‘show-cooking’ pour réaliser des plats à la minute devant les clients, comme des woks ou des burgers maison par exemple. »
    Le label « Green deal »
    Depuis environ six mois, le pôle hôtelier du CHC s’est également inscrit au label « Green deal » de la Fédération des cuisines de collectivité de Wallonie-Bruxelles. « C’est-à-dire que nous avons la volonté d’utiliser des produits locaux, de saison et en circuit-court dès que cela est possible. Si c’est bio, comme nos pâtes, c’est encore mieux. En fonction aussi bien sûr des règles d’hygiène et de nos process à respecter. On essaye au maximum de répondre à ce cahier de charges. » Et, niveau zéro déchet, de nouvelles habitudes ont aussi été mises en place. « Tous les emballages des sandwhiches sont en bambou recyclé par exemple », précise Cédric Blogie. « Les gobelets sont en carton recyclé aussi et les couverts seront bientôt en amidon de maïs. Nos nouvelles friteuses sont équipées de filtres spécifiques, qui renettoient l’huile chaque jour afin de la remplacer moins souvent. »
    Un tout nouveau self qui séduit donc autant les professionnels que leurs clients. « Les retours sont super positifs et, qui plus est, dans une ambiance très cosy et pratique à la fois », a-t-il conclu.

    Derrière les fourneaux: une équipe de 14 personnes
    L’équipe cuisine du MontLégia compte 14 personnes, en incluant Cédric Blogie. Elle rassemble les employés déjà présents sur les trois sites (de Saint-Joseph à Liège, Saint-Vincent à Rocourt et de la clinique de l’Espérance à Montegnée), mais aussi de la centrale de production d’Alleur.

    On retrouve des cuisiniers mais aussi des préposés-cafétéria, en gestion de la salle, de la caisse, de l’accueil ou de la plonge. « Au-delà du matériel de dernier cri dont nous bénéficions ici, je récupère une super équipe, forte de ses connaissances. S’il va y avoir quelques différences à gérer par rapport au travail effectué jusqu’ici, niveau volume de production principalement, cela reste de la restauration de collectivité. Et nous y sommes habitués », a-t-il commenté.
    Et cette équipe pourra continuer à bénéficier de l’aide de la cuisine centrale installée à Alleur.
    La centrale, un support
    « Les plats du jour seront produits là-bas. Mais c’est aussi à cet endroit que sont produits tous les plateaux-repas pour les patients et les résidents en maison de repos. Et, dans le cas où nous avons un couac, la centrale peut nous être aussi d’un grand support. C’est notre premier support à ce niveau-là. »


    Quelques chiffres
    1.000
    à 1.500 repas (selon les prévisions) seront servis au restaurant self du Mont-Légia chaque jour.
    « Ce sera évidemment progressif, le temps de trouver notre vitesse de croissance. Ce lundi, nous étions à 208 repas, contre 260 ce mardi. Le tout augmentera fortement le 30 mars évidemment. »
    3.000
    à 4.000 litres par jour : c’est une idée de la quantité de...soupe qui sera préparée sur place ! Ajoutez à cela, à titre d’exemple, 1/2 tonne de frites par semaine, ou encore 400 plats du jour chaque midi.

     

    Par Emilie Depoorter

    Source

     

     

  • Menu Saint Valentin chez Saveurs et Traditions Nandrin

    Lien permanent
     
     
     
    Pour les amoureux du bien manger voici notre menu de Saint Valentin
     

    14 st.jpgsaveur.jpg

     
     
  • Saint-Valentin au Keyaki de Nandrin le 14 février 2020

    Lien permanent

    keyaki Condroz, réservations souhaite tél 043675888,
    ••dans les grand buffet il y a quelques changements seront proposé

  • Les restaurants chinois souffrent du Coronavirus à Huy-Waremme

    Lien permanent

    Coronavirus : quel est l’impact de l’épidémie partie du centre de la Chine sur la fréquentation des restaurants chinois de notre arrondissement de Huy-Waremme? Notre enquête.
    La famille de Wang a ouvert son restaurant à Huy en 2009. Il compte une cinquantaine de places qui ce mercredi midi sont toutes libres d’occupation. « C’est normal, c’est surtout le soir que nos clients viennent », nous fait observer Wang.
    Plus d'un mois s’est écoulé depuis la détection du coronavirus à Wuhan, dans le centre de la Chine. « Je ne sais pas si c’est lié mais depuis deux semaines, c’est un peu plus calme », reconnaît Wang. « Mardi soir, par exemple, nous n’avons eu que 7 ou 8 clients et 2 ou 3 tables occupées. L’un des clients m’a d’ailleurs demandé si c’était dû à l’épidémie. »
    « Un masque ? Je lui refuse l’entrée »
    A Amay, la patronne du plus vieux restaurant chinois de la commune constate elle aussi une baisse de fréquentation de la clientèle. « Entre le nouvel an et la St-Valentin, c’est toujours plus calme mais là, c’est vraiment très très calme », admet-elle.


    Lundi, les tables sont restées désespérément vides. Mardi aussi. « Cela a même inquiété un des clients qui venait chercher un plat à emporter », ajoute-t-elle.
    A Hannut par contre,toutes les adresses que nous avons contactées affirment n’avoir observé aucune baisse de la clientèle.
    « Nous ne sommes pas à Bruxelles ou à Anvers. C’est la campagne ici, tous nos clients sont des habitués qui nous connaissent », lance la patronne d’un restaurant chinois à Nandrin.
    Elle a ouvert son établissement en 2012. « Si je compare aux autres années, je ne vois pas une énorme différence, c’est toujours plus calme en cette période ». Mais elle tient à se montrer rassurante. « Beaucoup de Chinois sont retournés au pays pour le Nouvel An qui est une fête familiale où les gens aiment se retrouver mais pas moi, mes parents sont tous ici, en Belgique ».
    Beaucoup rappellent également les mesures de sécurité prises pour endiguer la propagation de la maladie : « J’ai une amie qui tient un restaurant à Mons. Elle est retournée au pays pour le Nouvel An. A son retour, elle a tout de suite été isolée pendant 14 jours, c’est très bien fait ». D’autres font état d’employés qui de retour de Chine ont été écartés par leur patron pendant la même période.
    « En tous cas, pas question que quelqu’un entre chez moi avec un masque sur le visage, il n’y a aucune raison d’avoir peur », prévient déjà Wang qui, comme d’autres, craint la psychose et l’impact négatif que cela pourrait avoir sur son établissement. « C’est bien simple, je lui refuserai l’entrée. »

    «Tout le monde reste à la maison»


    Le sujet est extrémement délicat au sein de l’Horeca. La plupart des restaurateurs que nous avons contactés ont demandé l’anonymat pour ne pas stigmatiser encore davantage la communauté et impactée leur restaurant. Les gérants de « La Table Bouddha », Ji Shaoke (49) et son épouse Man Funge, sont les seuls à avoir accepté de témoigner à visage découvert.
    Établi dans la ville depuis 20 ans, le couple propose une cuisine chinoise traditionnelle que ne boudent pas leurs clients. « Je dirais que notre fréquentation est comparativement la même que les autres années. À table, l’épidémie du coronavirus est aussi rarement abordé », observe Ji Shaoke. « Waremme, ce n’est pas comme Liège, Bruxelles ou Anvers », ajoute-t-il. Dans ces grosses métropoles, la communauté chinoise est plus importante et le risque de contracter la maladie pourrait être plus grand. »
    Il constate d’ailleurs que depuis l’apparition du coronavirus, les relations au sein de la communauté ont changé. « Pour le moment, les Chinois sortent moins de chez eux, tout le monde reste à la maison pour éviter tout risque de contamination. Personnellement, si je dois avoir un contact avec quelqu’un de ma communauté, je l’appelle par téléphone », termine le restaurateur.
    Par M-Cl.G.

     

    Source

  • Ce vendredi 31 janvier 2020, le Connolly’s Bar va renaître de ses cendres à Nandrin avec une ambiance beaucoup moderne et cosy.

    Lien permanent

    Début juillet, Laurent Émond, le gérant du Connolly’s Bar, annonçait la fermeture de son établissement, situé sur la chaussée Verte à Saint-Georges, après près de 10 ans d’ouverture. Ce vendredi, le Connolly’s Bar va renaître de ses cendres à Nandrin avec une ambiance beaucoup moderne et cosy.

    Ce vendredi, 6 mois après sa fermeture, le Connolly’s rouvre officiellement ses portes Route du Condroz à Nandrin, à l’ancienne boulangerie Michaux. « Les travaux ont pris plus de temps que prévus mais nous sommes enfin fiers de pouvoir retrouver notre clientèle dans ce tout nouvel espace », assure Laurent Émond.

    Dans un nouveau cadre entouré de verdure et une toute nouvelle carte, le tenancier espère conserver sa clientèle mais aussi la diversifier. « On reste dans la lignée du Connolly’s d’origine qui a forgé notre réputation. Toutefois, nous avons travaillé le cadre pour une ambiance à la fois moderne et chaleureuse. On propose désormais un restaurant-bar, un endroit à la fois plus calme et convivial où on peut se détendre ».
     
    Dans une salle cosy baignée de lumière avec le mélange harmonieux de matériaux bruts, Laurent Émond souhaite inspirer à sa clientèle, à la fois l’expérience et l’émotion d’une cuisine de qualité, mais également détente, relaxation et distraction. « Je pense avoir tenu mon pari et j’ai déjà hâte que les beaux jours arrivent pour l’ouverture de nos deux terrasses de 75 places », insiste le gérant.

    Côté cuisine, le Connolly’s va proposer une cuisine de qualité, uniquement basée sur des produits frais cuisinés maison avec une formule de suggestions revue toutes les 2 à 3 semaines et ce à des prix abordables. « Nous désirions offrir une cuisine plus haut de gamme avec des produits frais de saison mais nous conservons le plat du jour et plusieurs incontournables ».

    Du rhum au whisky

    Le tenancier l’assure toutefois, le bar reste un indispensable avec une offre intéressante et diversifiée de rhums, gins et de whiskies en partenariat avec Étienne Bouillon, le liquoriste de Mic’sProduct.

    Si vous êtes curieux de découvrir le nouveau Connolly’s, rendez-vous ce vendredi 31 janvier dès 10h30.
     
    L’établissement sera ensuite ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à minuit.

    Par La.Ma
     

  • Menu de la Saint Valentin au Batatraf Restaurant de Nandrin

    Lien permanent

     

     

    Le Batatraf Restaurant

    Menu de la Saint Valentin 

    réservez votre table


    Rue de Dinant, 2/1, au rond point des vaches
    4550 Nandrin
    0493 69 24 28

     

  • Nouveau La Table des Chefs à Neupré forme des apprentis cuistos

    Lien permanent

    Un nouveau restaurant vient d’ouvrir ses portes dans le Condroz liégeois. C’est à Neupré que « La table des chefs » accueille désormais ses clients. Cet établissement unique forme des apprentis avec une équipe de plusieurs chefs connus et reconnus de la région.
    Nombreux sont les apprentis qui, formés en alternance au domaine de l’horeca (deux jours à l’école, trois jours dans un restaurant), sont relégués aux tâches les plus ingrates du métier. Entre la plonge et la coupe des légumes, leur bagage est parfois maigre en terminant leurs études. Mais surtout, ils gardent souvent un goût amer du métier. Si les uns pensent qu’il faut passer par là, les autres ont envie de changer la donne.
    C’est d’ailleurs de ce constat qu’est née « La table des chefs ». Le restaurant, installé sur la route du Condroz à Neupré, propose aux apprentis de devenir leur propre chef. Bien sûr, les jeunes élèves sont épaulés par des chefs expérimentés, dont la réputation n’est plus à faire dans la région liégeoise. Et c’est là que le concept est innovant. Tous les jours, un chef différent vient partager son savoir-faire avec les apprentis. Du lundi au vendredi, les étudiants passent entre les mains de pointure de la cuisine et découvrent toutes les saveurs qu’une assiette peut contenir.
    Au menu, cuisine italienne le lundi, bistronomie le mardi, cuisine du terroir le mercredi, cuisine du monde le jeudi et cuisine française le vendredi. Pour cette saison, qui va durer trois mois (jusque mi-mars), « La table des chefs » accueille par exemple les chefs des restaurants Chez Wislet à Seraing, Il Baro Ristorante à Liège, Chez Aladin à Flémalle ou encore Reno Cooking (chef à domicile).

     

     


    L’occasion pour les apprentis d’acquérir de l’expérience dans plusieurs types de cuisine. Et surtout de participer concrètement à leur propre formation ! Car ce sont eux qui réalisent les plats des clients, qui s’occupent des courses et de l’organisation, qui gèrent la salle. Les élèves, envoyés par le CEFA ou l’IFAPME, sont également encadrés par une équipe fixe.


    « C’est ce qui a manqué dans mes études, pendant mes stages, avoue Sylvie Wilset, la chef ce mardi, qui a directement accepté de collaborer au projet. Les jeunes acquièrent une expérience plus large, ils peuvent apprendre les techniques de plusieurs personnes. Il y a vraiment un partage qui se fait. Je suis certaine qu’ils auront un meilleur bagage grâce à ce concept ».


    « L’avantage, c’est qu’il s’agit d’un restaurant de formation. Les gens qui viennent savent que ce sont des élèves et qu’il peut y avoir des faux pas », continue Sylvie Wislet.

    Ce qui n’est pas toujours possible dans un restaurant classique dont la réputation est en jeu.
    Ouvert début janvier, le lancement de cet établissement inédit se passe en douceur. Pour l’instant, « La table des chefs » fonctionne uniquement sur fonds propres mais cherche des subsides pour pérenniser le projet.


    Le samedi, ce sont les apprentis les chefs


    Avec cinq chefs différents par trimestre, c’est dans les mains de 20 cuisiniers confirmés que les apprentis passent en une année. De quoi leur donner un sacré bagage.


    Ce mardi, c’est Jordan qui est aux fourneaux. « Je suis apprenti ici. Ce qui change, c’est qu’on ne nous prend pas comme des chiens. On fait la cuisine et pas que la vaisselle. J’apprends vraiment. Aujourd’hui, j’ai cuisiné des noix de St-Jacques », livre-t-il.


    Le restaurant, de 49 places assises, est ouvert tous les midis en semaine. Et le samedi, les jeunes accueillent les clients tant pour le service de midi que pour le service du soir.

    Et c’est menu libre !


    « Le samedi midi, ils doivent imaginer leur propre menu », confie Geoffrey Douillet. C

    ela afin de permettre de déclencher leur créativité et d’acquérir de la confiance en eux.


    Le soir par contre, les apprentis proposent un remake des cinq menus de la semaine.

    « Cela les force à être attentif et à apprendre les menus pour être capable de les refaire », enchaîne-t-il. 

     

    Par Victorine Michel    

    Source

    Lire la suite

  • Le restaurant de keyaki Condroz célèbre le nouvel an chinois le 24 janvier 2020

    Lien permanent
    Le restaurant de keyaki Condroz célèbre le nouvel an chinois avec la dance de lion vert 21h30,le vendredi 24/01/2020!
    Prix de buffet à volonté25€ /p sans boisson. et 38€ /p boisson comprise.
    Venez nombreux nous rejoindre! Tel 043675888!!
     

    24 kea.jpg

     

  • Il Cervinia fête ses 3 ans en grande pompe à Nandrin

    Lien permanent

    Situé au 203 de la route du Condroz à Nandrin, le restaurant Il Cervinia fête ses trois ans le 25 janvier prochain. Avec ses 30 années métier, le gérant Sandro Giusto désirait fêté l’événement pour remercier ses clients.
    « Si mon restaurant en est aujourd’hui où il est, c’est uniquement grâce à ma clientèle. C’est important pour moi de leur offrir une soirée spéciale », souligne le restaurateur.


    Pour rappel, le restaurant propose une cuisine familiale et traditionnelle du nord de l’Italie et tous les plats sont préparés avec des produits frais de première qualité.


    Afin de fêter ce 3e anniversaire, Il Cervinia a prévu tout un programme, sous réservation.

    Tout d’abord, un menu trois services à 28 euros, hors boissons, composé de plats qui ont fait la renommée de l’établissement comme sa célèbre porchetta et sa polenta. En soirée un orchestre italien mettra l’ambiance avant la venue du chanteur italien Dany Danubio. « On veut vraiment marquer le coup avec une ambiance conviviale typique de chez nous ».
    Pour toutes réservations à l’occasion de cet événement,

    contactez le 085/84.34.80.

    Par La.Ma

     

    Source

  • Le restaurant de keyaki Condroz célèbre le nouvel an chinois le 24 janvier 2020

    Lien permanent
    Le restaurant de keyaki Condroz célèbre le nouvel an chinois avec la dance de lion vert 21h30,le vendredi 24/01/2020!
    Prix de buffet à volonté25€ /p sans boisson. et 38€ /p boisson comprise.
    Venez nombreux nous rejoindre! Tel 043675888!!
     

    24 kea.jpg

     

    Lire la suite

  • Un nouveau resto à neupré: La Charbonnade de la Botte

    Lien permanent

    Après Loncin en 2014, voici un deuxième restaurant « Charbonnade de la Botte » à Neupré sur la route du Condroz depuis octobre dernier.

    Un système quelque peu différent des restaurants du centre de Liège.


    Depuis peu, le restaurant « La Charbonnade de la Botte » est ouvert sur la route du Condroz à Neupré.

    Il est le second établissement d’une enseigne déjà implantée à Loncin.


    Le principe du « Charbonnade de la Botte », un restaurant ouvert en octobre 2019 sur la route du Condroz à Neupré est particulier : on reçoit sa viande et on la fait cuire sur une grille située au milieu de la table.

    Ce concept est déjà bien connu des Liégeois puisque le restaurant « Les sabots d’Hélène » propose un concept similaire, mais également «La Charbonnade» en Roture, pour ne citer que ces deux emblématiques exemples.


    Toutefois, Julie Hansoulle, la gérante de l’établissement, met en avant sa spécificité face à l’enseigne principautaire. « C’est très différent. Le principe de cuisson est le même mais nous pouvons faire cuire des gros morceaux de viande d’environ un kilo.

    Et en plus de nos viandes et poissons, nous proposons des raclettes et des fondues », explique-t-elle. Et elle ajoute : « Au-delà de la nourriture, l’environnement est assez luxueux. »

    Ce n’est pas le premier établissement à porter ce nom. Un « Charbonnade de la Botte » existe déjà à Loncin depuis 2014. Mais la réputation de cette première antenne n’a pas aidé le succès du nouveau restaurant, qui était bien au rendez-vous.

    « À Neupré, neuf clients sur 10 disent ne pas connaître le restaurant de Loncin, la clientèle est totalement différente. »


    Du reste, l’établissement propose un assortiment de viandes exotiques qui change régulièrement, et est ouvert tous les soirs.


    Par Clément Manguette

     

    Source

  • La Pizza à Papa devient le «Don Camillò» sur la route du Condroz N63 à Nandrin

    Lien permanent

    Il y a du changement sur la route du Condroz à Nandrin. Le 2 janvier, la pizzeria Pizza à Papa a laissé place à une nouvelle enseigne, Don Camillò, avec aux commandes le restaurateur Claudio D’acri (53), bien connu pour avoir été le propriétaire des restaurants La Sila I et II à Liège.
    La cuisine italienne, Claudio ça le connaît. Il possède près de 40 années d’expérience à son actif. C’est pourquoi après le décès de son frère, avec qui il travaillait, le Calabrais désirait ouvrir un restaurant en son hommage. « Avant de reprendre la Pizza à Papa, j’ai eu l’occasion d’y travailler et j’ai pu y voir le potentiel. De plus, cela me tenait à cœur d’ouvrir un restaurant portant le nom de mon frère, une façon de continuer avec lui », souligne le gérant.
    D’une capacité de 100 couverts en salle et 50 en terrasse, l’établissement possède à présent une toute nouvelle cuisine avec au menu des pizzas cuites sur pierre, des plus traditionnelles au plus atypiques, ainsi qu’un large choix de pâtes et de viandes.
    « J’utilise uniquement des ingrédients frais et toutes nos préparations sont faites maison. J’attache également une grande importance aux ingrédients de ma région avec des saucisses calabraises, mais aussi de la burrata, de la mozzarella di bufala ou encore de la crème de truffe».
    Traiteur et événements
    Avec ce nouveau restaurant, Claudio espère créer un établissement convivial et familial où l’ambiance est de mise. Dans le même ordre idée, il propose un service traiteur et privatise le restaurant pour les événements. « La cuisine c’est toute ma vie et je veux au travers de mes plats apporter de la joie et de la gourmandise et ça passe aussi par l’organisation d’événements ».
    Ouvert du lundi au dimanche de 11h45 à 14h et de 18h à 22h, et vendredi et samedi jusque 23h. Fermé le mercredi. Pour toute commande ou réservation, contactez le 04/361.12.61. Plus d’informations sur la page Facebook, Don Camillò Nandrin

    Par La.Ma

     

    Source

     

    B9722196798Z.1_20200112003225_000+GP9F99KCA.1-0.jpg

     

  • Le Quartier Latin a rouvert ses portes rue Saint-Paul à Liège

    Lien permanent

    Mais voilà ! Le Quartier Latin a rouvert la semaine dernière en conservant son ancien nom. Et celui qui relève ce défi, c’est Adrian Boran et son épouse, un couple roumain qui tenait auparavant le « Dracula Café » place Cockerill, puis « Le Bucarest » sur le boulevard Destenay.


    « Depuis la fermeture de notre restaurant en 2016, nous avons fondé une entreprise de nettoyage, explique-t-il. Mais l’Horeca nous manquait et je cherchais un bel établissement à reprendre. Quand j’ai vu cette annonce de location chez Inbev, j’ai sauté sur l’occasion. »

     

    La façade restaurée rue Saint-Paul.


    Mais pas question d’entrer de suite, il fallait bien sûr refaire d’abord toute l’installation électrique et rénover l’intérieur. « Cela a coûté 70.000€, reprend-il. Mais aujourd’hui, le restaurant est aux normes et beaucoup plus lumineux. »


    L’établissement ouvre tous les jours, sauf le dimanche (« pour le moment »), de 9 à 22 heures (« du petit-déjeuner au dîner »).


    Plats roumains et liégeois


    Il propose une carte style brasserie avec des plats classiques, mais aussi quelques spécialités.
    « On a repris à la carte quelques plats roumains qui ont fait le succès du Bucarest comme les choux ou les poivrons farcis avec le potage et le vin roumain. Et nous avons aussi des spécialités liégeoises comme l’incontournable boulet, mais aussi un dessert maison qui connaît déjà un beau succès, à savoir les « cûtes peûres di Lîdje » (les poires cuites). »

     

    Adrian Boran, le nouveau patron.


    Les prix tournent autour de 10 € pour le petit-déjeuner et les entrées et d’une quinzaine d’euros pour le plat principal.


    Au fourneau, Adrian Boran a eu la bonne idée de reprendre Xavier Ruth, le cuisinier des « Jardins de Toscane » de Boncelles, fermé suite à un incendie.


    Avec son épouse, un garçon et une barman en plus, cela donne une équipe de cinq personnes très motivée.

    Xavier Ruth, l’ex-chef des Jardins de Toscane.


    La salle compte actuellement 44 couverts, mais elle passera rapidement à 52. « Et nous dresserons bien sûr des tables en terrasse dans les deux rues dès les beaux jours », ajoute-t-il.


    Avec un prix de location mensuel de 4000 € revu à la baisse par Inbev (NDLR : qui commence enfin à comprendre qu’il est temps de ne plus couper la branche sur laquelle il est assis), Adrian Boran voit l’avenir avec optimisme. « Je peux vous dire que tous les voisins sont contents de me voir arriver.

    Aujourd’hui, il n’y a plus que l’ancienne ING comme surface fermée dans la rue Saint-Paul qui va bientôt devenir une rôtisserie.

    Et ainsi la rue aura retrouvé toute son attractivité. »

    Par Luc Gochel

           Source

     

     

     

     

  • Saveurs & Traditions Nandrin annonce pour des réveillons réussis et en toute sérénité les menus de fêtes

    Lien permanent

     

     

    Pour des réveillons réussis et en toute sérénité voici les menus de fêtes

     

     

     

     

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin

    Du mardi au samedi de 08h30 à 18h30.

     

    Si vous voulez bien manger selon votre envie, vous êtes à la bonne adresse. Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, consultez-nous pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.


    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin

    085 23 24 64
     

    st1.jpg

    st2.jpg

     

     

  • Saveurs & Traditions Nandrin annonce pour des réveillons réussis et en toute sérénité les menus de fêtes

    Lien permanent

     

     

    Pour des réveillons réussis et en toute sérénité voici les menus de fêtes

     

     

     

     

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin

    Du mardi au samedi de 08h30 à 18h30.

     

    Si vous voulez bien manger selon votre envie, vous êtes à la bonne adresse. Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, consultez-nous pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.


    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin

    085 23 24 64
     

    st1.jpg

    st2.jpg

     

     

  • Saveurs & Traditions Nandrin annonce pour des réveillons réussis et en toute sérénité les menus de fêtes

    Lien permanent

     

     

    Pour des réveillons réussis et en toute sérénité voici les menus de fêtes

     

     

     

     

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin

    Du mardi au samedi de 08h30 à 18h30.

     

    Si vous voulez bien manger selon votre envie, vous êtes à la bonne adresse. Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, consultez-nous pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.


    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin

    085 23 24 64
     

    st1.jpg

    st2.jpg

     

     

  • Saveurs & Traditions Nandrin annonce pour des réveillons réussis et en toute sérénité les menus de fêtes

    Lien permanent

     

    Pour des réveillons réussis et en toute sérénité voici les menus de fêtes

     

     

     

     

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin

    Du mardi au samedi de 08h30 à 18h30.

     

    Si vous voulez bien manger selon votre envie, vous êtes à la bonne adresse. Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, consultez-nous pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.


    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin

    085 23 24 64
     

    st1.jpg

    st2.jpg

     

     

  • Des Nandrinois lancent un concept original, la fabrication de glaces en rouleau dans un food truck.

    Lien permanent

    Un food truck pour fabriquer des glaces en rouleau à Marchin

    Même si on est à mille lieues des températures estivales, les projets d’été ne manquent pas pour Cynthia Crahay et son compagnon Gaëtan Di Bartoloméo qui lancent bientôt un concept original : la fabrication de glaces en rouleau dans un food truck. Cette crème glacée faite minute est devenue un véritable phénomène mondial.
    Il y a un an, on n’en entendait pas beaucoup parler. Aujourd’hui, elle est partout. La glace faite à la minute, écrasée à la spatule sur une plaque, puis roulée est originaire de Thaïlande et elle a fait le tour du monde.
    Pas en boules, en cônes ou en dômes comme à l’italienne, les glaces bientôt fabriquées par deux Nandrinois, Cynthia Crahay et Gaëtan Di Bartoloméo, auront la forme de rouleaux. Sur une plancha réfrigérée, le couple travaillera les ingrédients en direct, à la spatule puis façonnera des rollers. « Notre plancha est réfrigérée à -30º. Nous avons une base lactée crème et à l’aide de deux petites spatules, nous roulons la glace qui sera 100 % bio, naturelle et sans conservateurs », explique le fondateur, Gaëtan Di Bartoloméo qui a découvert il y a quelques mois, ce concept importé de Thaïlande.
    « Nous n’excluons pas les boules traditionnelles »
    « Nous étions sur Internet quand, avec ma compagne, on est tombés sur cette idée. Nous souhaitions nous lancer dans un projet en commun et en attisant notre curiosité sur différents concepts sur internet, nous sommes tombés sur cette animation originale », poursuit-il. C’est alors que le couple se met rapidement en quête d’une machine et de recettes. « Ni une ni 2, nous avons alors cherché à acquérir une machine et nous l’avons acheté un peu sur un coup de tête ! Quand on l’a reçue, on l’a rapidement essayé. Avec la base lactée, on rajoute ce qu’on veut comme ingrédients ».
    Mais ce que le couple souhaite avant tout, c’est travailler de manière locale. « Pour les fruits, nous allons certainement travailler avec des producteurs de Strée et le Point Ferme à Nandrin », ajoute Gaëtan. Ce qui différencie la glace en rouleau, c’est la fraîcheur. Faite minute, elle ne reste pas pendant deux jours dans un congélateur à tel point qu’on pourrait presque la mâcher. « Après différents tests, nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas si simple à faire et que cela demandait beaucoup d’heures de mise au point ! Nous allons certainement en fabriquer un peu à l’avance même si, nous allons en préparer minute. Quant aux goûts, nous n’excluons pas les boules traditionnelles », souligne Gaëtan Di Bartoloméo.
    Avec leur food truck « Rolls Ice », le couple nandrinois sera présent le 13,14 et 15 décembre au Marché de Noël de Wanze. « Nous allons inaugurer notre projet ! Des dégustations seront prévues », se réjouit le fondateur qui prendra également place, tous les vendredis, samedis et dimanches dès le mois d’avril sur la place Belle Maison à Marchin. « Nous avons une place fixe mais nous pouvons aussi nous déplacer pour des anniversaires, mariages ou toutes sortes d’évènements », conclut Gaëtan Di Bartoloméo.
    Par AMÉLIE DUBOIS
     
     
     
    Cynthia et Gaëtan Di Bartoloméo travailleront avec des producteurs locaux.
    Cynthia et Gaëtan Di Bartoloméo travailleront avec des producteurs locaux. - D.R

  • Saveurs & Traditions Nandrin annonce pour des réveillons réussis et en toute sérénité les menus de fêtes

    Lien permanent

     

     

    Pour des réveillons réussis et en toute sérénité voici les menus de fêtes

     

     

     

     

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin

    Du mardi au samedi de 08h30 à 18h30.

     

    Si vous voulez bien manger selon votre envie, vous êtes à la bonne adresse. Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, consultez-nous pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.


    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin

    085 23 24 64
     

    st1.jpg

    st2.jpg

     

     

  • Fin août, il ouvre sur la route du Condroz N 63 à Nandrin

    Lien permanent

    Depuis longtemps, la gérance du Connolly’s bar a pour projet d’ouvrir un second établissement sur Nandrin, à l’ancienne boulangerie Michaux.

    Après de longs travaux, nécessitant la construction d’une extension, le Connolly’s Bar devrait renaître de ses cendres fin août, sur la route du Condroz à Nandrin.

    « Les travaux ont pris du temps mais avec la fermeture de l’établissement de Saint-Georges, nous redoublons d’efforts pour terminer les travaux d’aménagement dans les temps », assure Laurent Émond.

    Avec la terrasse et le jardin situés à l’arrière, il espère conserver sa clientèle mais aussi la diversifier.

    « On restera dans la lignée du Connolly’s d’origine qui a forgé notre réputation. Toutefois, le cadre sera plus agréable et l’ambiance plus moderne et cosy ».

    Pour l’occasion, Laurent Émond aimerait également développer la restauration de l’établissement afin de proposer des mets de brasserie haut de gamme.

    Pour en savoir davantage, il faudra attendre l’ouverture de l’établissement.

    Par LA.MA.

    Source 

  • Thé glacé de chez Teatower à déguster au Point Chaud de Nandrin pour la saison d'été

    Lien permanent

    A déguster au Point Chaud de Nandrin pour la saison d'été : 

    Thé glacé de chez Teatower .

    Nous proposons Café frappé et Latté frappé.

    Nous travaillons avec plaisir avec  Teatower,cette entreprise Belge pour consommer local.

    Dès que possible, nous proposerons également les thés chauds Teatower.

    Point-chaud Nandrin

    route du Condroz 123 A (11,39 km)
    4550 Nandrin


    085 84 29 09

  • Le restaurant Paparazzi quitte Nandrin pour Liège

    Lien permanent

    Il y a près de deux mois, le restaurant le Paparazzi a fermé à Nandrin. Le bâtiment qui l’abritait a été vendu et le couple qui le gérait avait dû quitter les lieux. L’établissement va finalement rouvrir mais à Liège, près de la rue de la Casquette, dans le Carré. L’ambiance sera familiale.

    Gérard Miller et sa compagne, Mélissa Septon, ont choisi d’investir l’ancien restaurant grec «Chez Georges», en face des «Sabots d’Hélène» et du «Babylo’s», rue Saint-Jean-en-Isle dans un quartier que le couple estime en devenir: «C’est un bel endroit vivant avec beaucoup de commerces de bouche et une rue piétonne, les lieux s’y prêtent bien», expliquent-ils, « en plus, l’ancien restaurant est un endroit très chaleureux».

     


    La rue Saint-Jean-en-Isle. - L.C.

     

    Là, un nouveau restaurant italien aux décors authentiques, sombres et boisés, «un peu comme dans les films de Scorsese», ouvrira ses portes le week-end prochain (27 et 28 avril). La surface sera plus petite: 30 couverts au lieu des 60 de Nandrin. « On ne vise pas une grosse fréquentation, nous voulons créer une ambiance Trattoria et familiale, un peu comme dans les anciens restaurants italiens des années 60-70», continue le couple, «aujourd’hui, les établissements italiens manquent d’ambiance».

    Les grands classiques de la carte du Paparazzi seront toujours proposés et les plats seront toujours aussi généreux. Spaghettis aux fruits de mer, ragoûts aux truffes et aux légumes, carbonaras, cannellonis: il y aura moyen de s’en sortir pour une vingtaine d’euros. Des spécialités seront également au menu, de quoi attirer une clientèle mixte.

    Un bal rital sur la Batte

    En parallèle, Gérard Miller et Mélissa Septon ont comme projet de lancer un bal rital qui aura lieu chaque semaine sur le quai de la Batte. Il s’agira d’un thé dansant, une guinguette à l’italienne où on dansera et mangera: «Un plat unique à bas prix sera proposé chaque week-end le samedi au soir et le dimanche à midi à l’occasion de La Batte, un peu comme aux Carrioles à l’ancienne poste», termine le couple, «le but est de rassembler les Liégeois autour d’une ambiance à l’italienne, le tout dans un esprit festif».

    L.C.

     

    Source 

  • Les prix de 2008 durant tout le mois de mars chez Saveurs & Traditions Nandrin

    Lien permanent

    Les prix de 2008 durant tout le mois de mars pour les plats à emporté et sur les sandwichs

     Saveurs et Traditions

    La cuisine de Philippe Bomersomme, Route du Condroz 129 à Nandrin 
    Du mardi au samedi de 08:30 à 18:30.
    Emportez tous vos plats préférés, dégustez un sandwich sur le pouce, installez-vous et composez votre menu au restaurant, pour tous vos événements professionnels ou familiaux pour un budget sur mesure.
    Route du Condroz 129/2 
    4550 Nandrin
     
    085 23 24 64
     
     

     

    st2.JPG

  • Potée aux choux maison chez Saveurs et Traditions Nandrin

    Lien permanent

    Saveurs et Traditions Nandrin ont le plaisir de vous proposer notre magnifique potée aux choux maison à l'occasion du mardi gras de ce 05/02. Prix: 7,50/pièce 
    Réservation vivement souhaitée au magasin ou par téléphone au 085/23.24.64 ou au 0495/15.15.39. 

    Source 

    Route du Condroz 129/2
    4550 Nandrin
     
    085 23 24 64

  • Menu de la Saint-Valentin Chez Saveurs et Traditions Nandrin disponible 14,15 et 16 février 2019

    Lien permanent

     

    Réservation souhaitée au 085/23.24.64.

    Disponible le 14,15,16/02/2019

    Route du Condroz 129/2 
    4550 Nandrin
     
    085 23 24 64

    Toutes les infos sur la page Facebook   Saveurs et Traditions

    52353340_584094772063301_890596455629193216_n.jpg

  • Menu de la Saint-Valentin Chez Saveurs et Traditions Nandrin disponible 14,15 et 16 février 2019

    Lien permanent

     

    Réservation souhaitée au 085/23.24.64.

    Disponible le 14,15,16/02/2019

    Route du Condroz 129/2 
    4550 Nandrin
     
    085 23 24 64

    Toutes les infos sur la page Facebook   Saveurs et Traditions

    52353340_584094772063301_890596455629193216_n.jpg

  • les secrets des prix de vos friteries à Nandrin et ailleurs

    Lien permanent

    « La mayonnaise, sur les frites ou à part ? » À l’heure où de nombreux Belges seraient prêts à se diviser sur cette question, gros plan sur le prix du paquet de frites ! Et pour cause : suite à la sécheresse de 2018, la production de pommes de terre a connu un net recul et les prix se sont envolés.

    Mais cette hausse va-t-elle se répercuter sur le prix du cornet au fritkot du coin ? La réponse est, bizarrement, non ! « À chaque hausse du prix de la pomme de terre, beaucoup de clients nous interpellent par rapport à cette question », lance Bernard Lefèvre de l’Unafri, l’Union nationale des frituristes. « Et ça fait des années que l’on explique que la pomme de terre n’intervient que dans 10 % du prix de revient d’un cornet de frite. 90 % du prix, c’est les autres charges comme la main-d’œuvre, la location des locaux, le matériel, les emballages, le traitement des déchets… »

    La frite ne rapporte pas

    Pour faire simple, si un frituriste décidait d’offrir gratuitement la pomme de terre à ses clients, le prix de ses cornets ne baisserait que de 10 %. « À l’époque, certains frituristes n’étaient pas focalisés sur leur comptabilité », lance Bernard Lefèvre. « Du coup, quand ils lisaient dans les journaux que les prix des patates augmentaient, ils en profitaient pour faire le point et estimaient que c’était le moment d’indexer leurs prix. Mais c’était une erreur. Car, l’année suivante, si le prix de la pomme de terre diminuait, ces frituristes devaient faire face à des clients mécontents… Depuis, on leur conseille de ne pas agir de la sorte. Et cette pratique disparaît depuis une dizaine d’années. »

    Si le fritkot fait partie de notre patrimoine, la frite ne permet pas à elle seule de vivre. « Pour un fritkot, un tiers du résultat financier provient des frites », ajoute Bernard Lefevre. « Comme la marge générée sur ce produit est faible, un établissement qui ne vendrait que des frites ne tiendrait pas longtemps. »

    Du coup, les frituristes se rattrapent sur les produits annexes comme les sauces. Comme notre enquête le montre, il faut prévoir en moyenne 60 cents pour un petit ravier de mayonnaise. Or, un seau de 10 litres de mayonnaise de luxe est vendu 24 € chez un célèbre grossiste. Autrement dit, en 48 petits pots, ce gros pot sera… rentabilisé.

    Frituriste, un métier en or ?

    Tous les amateurs de frites connaissent la légende : les frituristes rouleraient sur l’or. Mieux : ces snacks seraient les commerces les plus rentables du secteur HoReCa. Un mythe que relativise Bernard Lefevre : « Tout métier que l’on fait bien mérite récompense. Mais tenir une friterie, c’est loin d’être la garantie de gros revenus. Comme pour les avocats, il y en a qui en vivent bien, et d’autres où ça va nettement moins bien… »

    Quand les prix sont élevés…

    Selon les chiffres de l’Unafri, il y aurait 4.700 fritkots en Belgique. Nous avons fait, dans chaque région de Wallonie et à Bruxelles, un sondage sur le prix des frites. Tous n’ont visiblement pas les mêmes politiques tarifaires. Chez Family & Frit’s, à Frameries, on admet aisément que l’établissement se retrouve parmi les plus chers de la région. Si le grand cornet coûte 3,5 €, c’est parce qu’il est prévu pour être partagé par trois ou quatre personnes. « Voire davantage, si ce sont des petits mangeurs », lance Paola Salli, la gérante. « Nos prix sont plus élevés parce que nos portions sont plus grandes que celles des concurrents. » Dans notre sondage, non exhaustif, la frite la moins chère se trouvait chez Texas Frites à Erezée.

    Son prix ? 1,30 €. Un petit prix pour les petits mangeurs.

    Article de GUILLAUME BARKHUYSEN, CAMILLE MICHALSKIET LES RÉDACTIONS LOCALES

    Source 

    frite.JPG

  • Il Cervinia fête ses deux ans avec un spectacle aujourd'hui 12 janvier 2019

    Lien permanent

    Ouvert depuis deux ans route du Condroz à Nandrin, le restaurant italien Il Cervinia souffle ses deux bougies ce samedi 12 janvier à partir de 19 heures.

    Sandro Giusto, le patron, organise pour l’occasion une soirée à thème, avec un transformiste (Gloria Anderson) et DJ Baron, de Nandrin.

    « Propriétaire du Caffettino à Liège que j’ai tenu pendant 27 ans et dont j’ai remis le fonds de commerce à mes petit-cousin et petite-cousine, Annabelle et Renato Bonanni, je suis très content d’être aujourd’hui installé à Nandrin.

    Pour remercier nos clients, nous organisons une soirée thématique pour notre deuxième anniversaire. » Le menu spécial, réalisé par l’ancien cuisinier du Vieux Chênée, Giuseppe Caruso, se compose de bruschetta, de lasagne au saumon, de saltimbocca avec polenta et tiramisu, pour 36 euros. Le spectacle est compris dans ce prix.

    « Le limoncello est offert par la maison », ajoute-t-il. La salle de restaurant peut accueillir 70 places. Il est préférable de réserver au 0474/ 89.70.56. -

    Article par A.G

    Source