les milieux d'accueil enfants à Nandrin

  • La réforme de la petite enfance dénoncée à Amay et à Nandrin

    Lien permanent
    Une nouvelle réforme entre en vigueur dans le secteur de l’accueil de la petite enfance. Les crèches et maisons d’enfants privées dénoncent certains points de cette réforme. Elles ont créé une Fédération qui va introduire un recours devant le Conseil d’Etat contre cette réforme.
    Le Ministre-Président de la Communauté Française, Pierre-Yves Jeholet, s’est rendu à Amay ce mercredi.

    Le gouvernement de la Communauté française a approuvé le 2 mai dernier l’arrêté portant sur le régime d’autorisation et de subventionnement des milieux d’accueil de la petite enfance. Un arrêté publié au Moniteur belge le 9 octobre dernier.

    Et depuis lors, les Maisons d’enfants se mobilisent contre cette réforme MILAC (MILieux d’ACcueil). Dans ce cadre, le Ministre-Président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, a effectué une visite de terrain ce mercredi. Il s’est notamment rendu dans la Maison d’enfants « Rase-Moquette » (du nom de l’ancien dessin animé pour enfants) où il a été accueilli par la directrice, Stéphanie Nollomont.

    « En 2007, j’ai été accueillante d’enfants conventionnée puis je suis devenue accueillante autonome (indépendante) et je suis installée ici à Amay rue des Tilleuls depuis 2012. J’ai créé une asbl et je m’occupe de 11 enfants. J’affiche déjà complet jusqu’en 2021. Je travaille avec Catherine Bernardi, puéricultrice et une stagiaire le mercredi. Il y a cinq Maisons d’enfants à Amay, toutes privées et aucune subventionnée », précise Stéphanie Nollomont.
     

    Annick Marchand était présente également.
     
    Elle est directrice des Maisons d’enfants « Les Arsouilles » à Nandrin (15 enfants encadrés par trois personnes) et à Villers-le-Temple (23 enfants encadrés par trois personnes).
     
    « J’ai créé une SPRL et je suis indépendante.
     
    Suite à cette réforme, nous avons créé au début du mois d’octobre dernier la FEMAPE, la Fédération des Milieux d’Accueil de la Petite Enfance. Nous avons donné des séances d’informations dans les provinces puis nous allons tenir des assemblées générales.
    Nous sommes ouverts à tout le secteur d’accueil de la petite enfance, subventionné ou non, crèches ou accueillantes.
    Nous nous sommes associés au SNI, syndicat neutre pour indépendants. L’ONE, l’Office de la Naissance et de l’Enfance, nous dit qu’en tant que Maisons d’enfants nous sommes des exceptions mais nous refusons d’avoir des dérogations », clament Annick Marchand et Stéphanie Nollomont.

    Recours au Conseil d’Etat

    La FEMAPE et le SNI vont introduire un recours au Conseil d’Etat contre cette réforme « MILAC » d’ici le 9 décembre prochain.
    Cette réforme prévoit notamment une réduction des types de milieux d’accueil (accueillants indépendants ou autonomes, accueillants salariés ou conventionnés et crèches) ainsi qu’une redéfinition des normes d’encadrement et de subsides. Sa mise en œuvre, lancée en septembre dernier, devrait s’étaler jusqu’à fin 2025.

    « Nous avons cinq revendications.
     
    Touche pas : à mon avenir, au bien-être de nos enfants, au choix des parents, à ma liberté d’entreprendre et à mon diplôme.
    Nous dénonçons l’obligation d’exploiter une crèche sous forme d’ASBL ou de coopérative à finalité sociale ainsi que l’obligation d’être détenteur au minimum d’un bachelier pour diriger une crèche et d’avoir un mi-temps de direction. Je suis indépendante et j’ai le droit de faire ma comptabilité en soirée ou le week-end et non pendant que je garde des enfants.
     
    Je suis en SPRL et je n’ai pas envie de passer en asbl.
     
    Mon choix est réfléchi », proteste Annick Marchand.

    « Je refuse d’être une dérogation.
    L’ONE impose une puéricultrice pour sept enfants.
     
    J’ai onze enfants et une puéricultrice.
     
    Il faudrait donc que je mette quatre enfants dehors  !
     
    Ou si je me conforme aux nouvelles règles, je dois avoir 14 enfants mais la norme est de 6 m² par enfant (4 m² pour l’espace de jeux et 2 m² pour le lit.
     
    Il faudrait alors que j’agrandisse ma maison mais je n’ai pas les moyens financiers.
     
    J’ai déjà beaucoup investi pour ma Maison d’enfants qui est un projet de vie », peste Stéphanie Nollomont qui avoue être à cran dans cette situation de réforme.
     
    « Au lieu d’un mi-temps de direction, que l’on nous impose un mi-temps de puéricultrice et là vraiment tout le monde sera gagnant », ajoute Stéphanie.

    « Nous sommes conscientes qu’il faut rehausser la formation. Mais pas n’importe comment. Les accueillantes conventionnées vont devoir travailler 5 jours sur 7 (220 jours par an) à raison de 50h par semaine, seules avec cinq enfants par jour  !
     
    Certaines travaillent 4 jours par semaine et c’est leur choix.
     
    Leur imposer un cinquième jour peut les fatiguer et diminuer la qualité de l’accueil des enfants », dénonce encore Annick Marchand qui est aussi formatrice à l’IFAPME de Villers-le-Bouillet.

    Visite de terrain

    « Je suis venu voir sur le terrain comment cela fonctionne. L’objectif est de créer des places d’accueil supplémentaires, pas d’en supprimer et d’améliorer cet accueil.
     
    On ne met pas en danger les structures qui existent. Je travaille avec la nouvelle Ministre de l’Enfance, Bénédicte Linard (Ecolo) », a précisé le Ministre-Président, Pierre-Yves Jeholet.
     
    La FEMAPE rencontrera la Ministre Linard début décembre
     

    Par Marc Gérardy

     
     

    28novam.JPG

     
  • Les arsouilles de Nandrin annoncent leurs horaires

    Lien permanent

     

    les arsouilles.JPG

    Les Arsouilles de Nandrin et Villers-Le-Temple poursuivent leurs activité du lundi au vendredi de 7h30 à 17 h45 avec comme habituellement.

    La directrice Annick Marchand et comme co responsable Mona Bougelet, qualifiée pour ce poste et ce avec l autorisation de l ONE.
    N hesitez pas à nous contacter.
    Pour Nandrin 0473/72.89.13 et Villers le 0497/84.64.79.