Les grèves

  • Soyez prévoyants le Makro d’Alleur restera portes closes ce samedi: les travailleurs partent en grève

    Lien permanent

    Ce samedi 10 octobre, le Makro d’Alleur restera portes closes.

    En front commun syndical, les travailleurs ont décidé de partir en grève à la suite des refus répétés de la direction d’ouvrir une concertation sur la réorganisation des magasins.

     

    Article Complet Clic ici 

     

  • Une attestation de perturbations TEC du 28 septembre 2020 Perturbations manifestation nationale

    Lien permanent

    Ce lundi 28 septembre, les organisations syndicales participeront à une manifestation nationale dans différentes villes du pays.

    Il ne s’agit donc pas d’une grève sectorielle des agents du TEC mais d'une action pour laquelle les organisations syndicales ont déposé un préavis couvrant les agents qui y participeront.

    Des perturbations sont donc à craindre sur le réseau TEC. 

    Manifestation interprofessionnelle - 28 septembre 2020_LV clic ici.pdf

    Pour obtenir le détail des parcours supprimés, cliquez Liège-Verviers 

    Une attestation de perturbations sera disponible à partir de ce lundi 28 septembre. 

     

    Attestation de perturbations du 28 septembre pour Liège-Verviers (pdf)

    Le TEC présente ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

    L'ensemble des services seront à nouveau assurés normalement à partir de ce mardi 29 septembre.

    Par contre, en raison d'un problème technique indépendant de notre volonté, le numéro de l'information voyageurs (04 361 94 44) est actuellement inaccessible. Notre sous-traitant travaille à sa résolution. Nous invitons la clientèle à nous contacter via ce formulaire ou via la page Facebook @letecofficiel. 

    Source info https://www.letec.be/#/News/Detail/13122

     

    Catégories : BUS, Les grèves Imprimer
  • Manifestation nationale ce 28 septembre 2020 Perturbations sur le réseau TEC les infos

    Lien permanent

    Manifestation nationale ce 28 septembre - Perturbations sur le réseau TEC

    En raison de la manifestation nationale organisée dans plusieurs villes du pays ce lundi 28 septembre, le réseau TEC sera partiellement perturbé. 

    Plus d'informations

     

    Ce lundi 28 septembre, les organisations syndicales participeront à une manifestation nationale dans différentes villes du pays.

    Il ne s’agit donc pas d’une grève sectorielle des agents du TEC mais d'une action pour laquelle les organisations syndicales ont déposé un préavis couvrant les agents qui y participeront. Des perturbations sont donc à craindre sur le réseau TEC. 

     

    Pour obtenir le détail des parcours supprimés, cliquez Liège-Verviers 

    Une attestation de perturbations sera disponible à partir de ce lundi 28 septembre. 

    Le TEC présente ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

    L'ensemble des services seront à nouveau assurés normalement à partir de ce mardi 29 septembre.

     

    Source info https://www.letec.be/#/News/Detail/13122

     

    Attention si vous devez prendre le bus ce lundi: 200 chauffeurs rejoignent une manifestation, des perturbations sont attendues sur le réseau TEC Liège

    Ce lundi est jour d’action syndicale dans le pays, et plus spécialement à Liège, Seraing et Herstal. Plus de 200 employés du TEC Liège, en majorité des chauffeurs de bus, vont y participer. Ce qui ne manquera pas d’impacter de nombreuses lignes ce lundi.

     

    Plus d'info Sudinfo 

    Catégories : BUS, Les grèves Imprimer
  • Action syndicale prévue lundi devant la piscine de Huy !!! Soyez prévoyants

    Lien permanent

    Dans le cadre du préavis d’actions national déposé en front commun syndical (FGTB-CSC-CGSLB) pour lundi prochain, la CSC et la FGTB ont annoncé jeudi l’organisation de rassemblements à Liège, Seraing, Herstal et Huy.
     
    En raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, chaque rassemblement est limité à 400 personnes, ont précisé Joël Thône, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme, et Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers-Ostbelgien.
     
     
    Ce préavis d’actions, à l’échelle nationale, vise à insister sur le fait que les inégalités sociales continuent de se creuser, d’autant plus suite à la crise du Covid-19.
     
    Le front commun syndical va ainsi mener des actions, dans tout le pays, pour réclamer une amélioration des allocations sociales et un renforcement de la sécurité sociale.
     
     
    En région liégeoise, ces actions sont prévues en front commun CSC-FGTB, à 11h30, à Liège (place du XX Août), à Seraing (place communale) et à Herstal (place Jean Jaurès). La FGTB mènera seule une autre action à Huy (face à la piscine).
     
    « Dans le cadre de la loi relative au pacte de solidarité entre les générations, il est prévu une enveloppe pour la liaison au bien-être qui est à négocier entre les interlocuteurs sociaux pour le 15 septembre.
     
     
    La date est passée et jusqu’ici, les employeurs ont refusé d’entamer les négociations », précise Joël Thône.
     
    « Cela concerne toutes les allocations : chômage, allocations d’insertion, pensions, indemnités de maladie et d’invalidité, accidents de travail et maladies professionnelles.
     
    Nous voulons arriver à un niveau de pension de 1.500 euros nets par mois et nous exigeons que toutes les allocations sociales soient au-dessus du seuil de pauvreté (à ce jour 1.085 euros nets ; NDLR) ».
     
     
    Le front commun réclame également le maintien, au moins jusqu’à la fin de l’année, du gel de la dégressivité des allocations de chômage et d’insertion, y compris pour les artistes.
     
    « À cause de cette crise, beaucoup de personnes n’ont pas pu trouver un emploi et si le gel de la dégressivité n’est pas maintenu, elles vont être pénalisées », souligne Jean-Marc Namotte, qui ajoute que l’augmentation grâce à l’enveloppe bien-être est de l’ordre de 2,5 %.
     
     

    Catégories : Les grèves Imprimer
  • FGTB et CSC se mobilisent le lundi 28 septembre prochain pour manifester à Liège, Seraing, Herstal, Huy et Verviers.

    Lien permanent

    CSC et FGTB vont manifester en front commun à Liège, Seraing et Herstal Huy et Verviers.

    La CSC et la FGTB, en front commun syndical, vont organiser, dans le respect des règles sanitaires, des rassemblements le lundi 28 septembre prochain à Liège, Seraing et Herstal.

    Les syndicats exigent du futur gouvernement qu’il fasse de la lutte contre la pauvreté une priorité, d’autant que la crise du coronavirus a encore creusé les inégalités dans notre pays.

    La FGTB organisera aussi lundi prochain un rassemblement à Huy, devant la piscine et à Verviers.

    Les revendications sont unanimes : le refinancement de la sécurité sociale et la garantie du maintien de son caractère fédéral ; un refinancement des services publics et des soins de santé ; la pension minimum légale à 1500 € net par mois ; le maintien du gel de la dégressivité des allocations de chômage et d’insertion y compris pour les artistes et pas d’allocations sociales sous le seuil de pauvreté.

    La loi relative au pacte de solidarité entre les générations prévoit que les interlocuteurs sociaux rendent tous les deux ans, pour le 15 septembre, un avis sur la répartition de l’enveloppe pour la liaison au bien-être.

     

    En l’absence d’avis, et c’est le cas actuellement, le gouvernement dispose d’un délai d’un mois pour formuler des propositions et les soumettre à la concertation sociale.

    « Nous demandons simplement qu’on respecte la loi ! », précisent Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral de la CSC Liège-Verviers et Joël Thone, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme.

     

    Les rendez-vous

    Les rendez-vous sont fixé le lundi 28 septembre à 11h30 place du XX Août à Liège, place communale à Seraing, place Jean Jaurès à Herstal et devant la piscine de Huy.

     

    A chaque endroit, il y aura 400 manifestants maximum qui resteront sur place et qui porteront le masque durant une heure lors des discours des représentants syndicaux et de témoins qui expliqueront les répercussions concrètes de la crise du Covid sur le quotidien des plus fragilisés de notre société.

     

    Article Par Marc Gérardy

     

    Source Sudinfo 

    Catégories : Les grèves Imprimer
  • Grève sauvage dans les dépôts de bus TEC Liège-Verviers!

    Lien permanent

    Une grève sauvage à l’initiative de la CGSLB perturbe la circulation des bus TEC vendredi matin, a indiqué à Belga Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège-Verviers. Le syndicat déplore le manque de mesures contre le coronavirus Covid-19.

    La CGSLB a décidé de déclencher une grève sauvage pour dénoncer les mesures insuffisantes prises dans les transports en commun pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19.

    Par conséquent, aucun bus ne quitte les dépôts liégeois vendredi matin.

     

    Article complet clic ici 

     

    Grève en raison du Coronavirus ce vendredi 13 mars clic ici info TEC 

  • Une employée dénonce des faits de harcèlement chez Prayon à Engis

    Lien permanent

    Les travailleurs de Prayon ont mené une action symbolique  jeudi 30 janvier 2020 .

    L’usine a tourné au ralenti pendant environ une heure. Un acte de solidarité pour soutenir une travailleuse qui dénonce des faits de harcèlement d’un membre de la direction.


    Pendant environ une heure, sur le temps de midi de jeudi, le site de l’entreprise Prayon a tourné au ralenti.

    « Il y a eu une assemblée du personnel à 10h du matin.

    On a demandé aux différentes installations de ralentir pendant un certain temps.

    Tout le monde a débrayé. Et on a bien sûr respecté les règles en vigueur au niveau sécurité », indique Jacques Oliveri, délégué CSC pour les salariés.


    Cette action intervient après les accusations d’une travailleuse. « Nous avons été mis au courant il y a deux ou trois jours.

    Une employée reproche des faits de harcèlement sexuel.

    Le prétendu harceleur serait un membre de la direction », continue Jacques Oliveri.


    Discussions en cours


    Le délégué CSC explique qu’il était essentiel de mener une action. Selon le syndicat, la direction a directement coopéré et a proposé des entretiens.

     

    « La situation sur le site est revenue à la normale dans l’après-midi.

    Le personnel était satisfait de notre démarche et les relations avec la direction sont bonnes.

    L’entreprise est une grande famille. On se respecte. Quand quelqu’un a un problème, on est très solidaire. Des discussions ont eu lieu avec la direction et on a un rendez-vous ce vendredi avec le comité de direction », indique le délégué CSC.


    Avis de la direction


    Renaud Dechamps, chargé de communication chez Prayon, confirme l’arrêt de travail.

    La direction assure rester du côté des solutions.

    « On confirme qu’il y a eu un arrêt de travail.

    Le motif serait un mécontentement du personnel.

    Le comité de direction a rencontré les représentants.

    On est dans un processus d’écoute. Le comité de direction veut rencontrer le personnel et dialoguer », indique le chargé de communication.


    Des réunions devraient avoir lieu dès ce vendredi.

    Pour rappel, l’entreprise Prayon compte environ 680 travailleurs sur le site d’Engis et environ 900 à l’échelle de la Belgique.

    Cette société est active dans la « chimie des phosphates » et possède d’autres sites, en Belgique (Puurs) et à l’étranger (Les Roches en France et Augusta aux États-Unis).

    L’entreprise fournit une large variété de produits pour différents secteurs (alimentaire, industriel, pharmaceutique...).


    Par Ro.Ma.

     

    Source

  • Manifestation nationale ce 28 janvier - Possibles perturbations sur le réseau TEC

    Lien permanent

    Manifestation nationale ce 28 janvier clic ici - Possibles perturbations sur le réseau TEC
    Ce mardi 28 janvier, les organisations syndicales participeront à une manifestation nationale à Bruxelles. Il ne s’agit donc pas d’une grève sectorielle des agents du TEC mais d'une action pour laquelle les organisations syndicales ont déposé un préavis couvrant les agents qui y participeront.
    Pour plus d'informations :


    Liège-Verviers clic ici

    A télécharger à partir du 29 janvier

    • Attestation de perturbations ;
    • Formulaire de remboursement.
    Du 28/01/2020 Au 28/01/2020

     

    Manifestation nationale ce 28 janvier

    Possibles perturbations sur le réseau TEC

     

    Ce mardi 28 janvier, les organisations syndicales participeront à une manifestation nationale à Bruxelles. Il ne s’agit donc pas d’une grève sectorielle des agents du TEC mais d'une action pour laquelle les organisations syndicales ont déposé un préavis couvrant les agents qui y participeront.

     

    Des informations précises sur les lignes assurées seront disponibles sur le site

     

    www.infotec.be

  • Possibles perturbations sont à craindre sur le réseau TEC le mardi 28 janvier 2020

    Lien permanent

    Suite à une manifestation nationale se déroulant le mardi 28 janvier 2020, de possibles perturbations sont à craindre sur le réseau TEC.
    Rendez-vous, le 27 janvier, sur www.infotec.be pour connaître les lignes assurées

     

  • le syndicat chrétien appelle les aides ménagères à faire grève le 8 janvier 2020

    Lien permanent

    Le syndicat CSC Alimentation et Services appelle les travailleurs du secteur des titres-services à se mettre en grève le mercredi 8 janvier, a-t-il fait savoir dans un communiqué.
    Les quelque 145.000 aides-ménagères et employés dans des ateliers de repassage, payés en titres-services, demandent une hausse salariale de 1,1 %, conformément à l’accord salarial interprofessionnel de début 2019. Les employeurs ne souhaitent pas une augmentation sous cette forme.

    « Les négociations étant toujours dans l’impasse, les travailleurs des titres-services seront en grève le 8 janvier », avertit la CSC. « Il ne s’agira pas d’une action nationale ou d’une manifestation comme la dernière fois. Cette fois-ci, nous demandons aux travailleurs de rester chez eux », explique Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services. Des actions locales ne sont pas exclues. De plus, les travailleurs des titres-services du secteur des aides familiales en Flandre, qui emploie quelques milliers de personnes, rejoindront cette grève.

    « Les employeurs n’ont toujours pas compris les signaux de ces dernières semaines. Ils n’envisagent que de petites augmentations en net », déplore Mme Stalpaert.

    Le syndicat socialiste n’appelle pas à une grève nationale, et mise plutôt sur une manifestation la semaine qui suit celle du 6 janvier. « On laisse cela aux sections régionales. Nos membres peuvent se joindre à la grève du 8 janvier, mais nous croyons plus en des actions où nous sommes présents en rue », commente Issam Benali, secrétaire fédéral à l’ABVV/FGTB.

     

    Source

  • le syndicat chrétien appelle les aides ménagères à faire grève le 8 janvier 2020

    Lien permanent

    Le syndicat CSC Alimentation et Services appelle les travailleurs du secteur des titres-services à se mettre en grève le mercredi 8 janvier, a-t-il fait savoir dans un communiqué.
    Les quelque 145.000 aides-ménagères et employés dans des ateliers de repassage, payés en titres-services, demandent une hausse salariale de 1,1 %, conformément à l’accord salarial interprofessionnel de début 2019. Les employeurs ne souhaitent pas une augmentation sous cette forme.

    « Les négociations étant toujours dans l’impasse, les travailleurs des titres-services seront en grève le 8 janvier », avertit la CSC. « Il ne s’agira pas d’une action nationale ou d’une manifestation comme la dernière fois. Cette fois-ci, nous demandons aux travailleurs de rester chez eux », explique Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services. Des actions locales ne sont pas exclues. De plus, les travailleurs des titres-services du secteur des aides familiales en Flandre, qui emploie quelques milliers de personnes, rejoindront cette grève.

    « Les employeurs n’ont toujours pas compris les signaux de ces dernières semaines. Ils n’envisagent que de petites augmentations en net », déplore Mme Stalpaert.

    Le syndicat socialiste n’appelle pas à une grève nationale, et mise plutôt sur une manifestation la semaine qui suit celle du 6 janvier. « On laisse cela aux sections régionales. Nos membres peuvent se joindre à la grève du 8 janvier, mais nous croyons plus en des actions où nous sommes présents en rue », commente Issam Benali, secrétaire fédéral à l’ABVV/FGTB.

     

    Source

  • Soyez prévoyants, il y grève sur le rail le 19 décembre 2019 elle est confirmée

    Lien permanent

    Le syndicat socialiste, la CGSP Cheminots, a confirmé jeudi la tenue d’une grève sur le rail belge entre le 18 décembre à 22h et le lendemain à la même heure. Avec son homologue libéral, le SLFP, il avait déposé un préavis de grève mardi, auquel s’était également associé le syndicat indépendant des cheminots (SIC). Une réunion de conciliation ce jeudi après-midi n’a pas apaisé le conflit.
    « Depuis huit mois, la CGSP Cheminots-ACOD Spoor a donné toutes ses chances à la concertation sociale mais aujourd’hui nous devons constater l’échec des négociations face aux intransigeances de la direction qui reste sourde aux attentes de l’ensemble des cheminots », affirme le syndicat, confirmant la grève.
    Le syndicat socialiste demandait notamment une hausse salariale de 1,1 %, des engagements statutaires pour un service de qualité et le maintien d’un régime de travail de 36 heures pour l’ensemble du personnel, actuel et à venir.
    Contactée par l’agence Belga, la CSC Transcom ne s’est pas encore prononcée sur sa participation à la grève.

     

    Source

  • Stop aux violences faites aux femmes ! Manifestation Nationale aujourd'hui 24 novembre 2019

    Lien permanent

    STOP aux violences faites aux femmes ! clic ici

    Dimanche 24 novembre 2019 de 14:00 à 17:00

    Carrefour de l'Europe, 1000 Bruxelles, Belgique
    Organisé par Mirabal Belgium
    Appel à une mobilisation massive pour une politique cohérente, volontariste et budgétisée contre les violences faites aux femmes
    Manifestation nationale et Actions décentralisées avec une minute de bruit
    Depuis début 2017, on compte en Belgique plus de 96 féminicides, dont au moins 18 depuis début 2019[1]. Pour ces trois dernières années, c’est, proportionnellement à la population, bien au-dessus de la moyenne d’autres pays européens. Et il ne s’agit là que de l’expression la plus extrême des différentes formes de violences que les femmes continuent à subir dans notre pays (physiques, sexuelles, économiques, psychologiques, institutionnelles, …). Plus d’un quart des femmes connaissent la terreur quotidienne imposée par leur (ex)compagnon. 98% rencontrent des agressions dans l’espace public. Sans compter le sexisme banalisé qui s’attaque aux droits de toutes les femmes. Pourtant, il n’y a toujours aucun débat politique et aucune stratégie cohérente à la hauteur des enjeux pour lutter efficacement contre toutes les formes de violences faites à toutes les femmes ! Quel mépris !
    L’état de la lutte contre les violences faites aux femmes en Belgique est déplorable !
    Il n’y a pas de véritable politique de prévention  pour faire en sorte que les violences n’arrivent pas. Les victimes sont  incitées à en parler mais rien n’est fait pour améliorer  substantiellement leur accueil, leur sécurité et leur accompagnement. La reconnaissance des violences par les institutions (santé, police, justice, administrations, employeurs, …) est aléatoire. Le suivi et la responsabilisation des auteurs restent minimes. Sur le terrain, les associations féministes et services spécialisés doivent se débrouiller avec des moyens dérisoires et des financements précaires. La survie même de plusieurs organisations actives dans la lutte contre les  violences est d’ailleurs en ce moment mise en péril par une récente  restriction de subsides fédéraux et de sérieuses menaces sur la  pérennité des subsides de la région flamande[3].
    Dans les mois à venir, le dernier plan quinquennal de lutte contre les violences (PAN 2020-2024) doit être élaboré et adopté à tous les niveaux de  pouvoir. Jusqu’ici, malgré l’existence d’un Plan d’Action National, la coordination des pouvoirs publics dans la lutte contre les violences est au point  mort. Chaque niveau de pouvoir intervient comme bon lui semble, ce qui   ne permet que l’éventuel aboutissement de mesures partielles, disparates  et parfois même contradictoires. De plus, les PAN ne sont pas budgétisés, ils ne comportent pas d’objectifs chiffrés de réduction des violences et la plupart des mesures sont du ressort de Ministères aux marges de manœuvre limitées, comme l’Egalité des chances. Jusqu’ici donc, les résultats concrets des PAN restent scandaleusement décevants.
    Depuis quelques années, partout dans le monde –et en Belgique aussi-  les femmes qui dénoncent les violences machistes rencontrent un écho  médiatique. La société dans son ensemble prend conscience de l’ampleur de ces réalités.  Mais, pour que cette prise de conscience se transforme en changements  concrets et en réelles avancées, encore faut-il que les pouvoirs publics  prennent leurs responsabilités. Et ça n’arrivera pas tout seul ! C’est  quand la colère s’exprime et s’organise largement que la lutte contre  les violences faites aux femmes s’impose aux agendas des gouvernements. Ici aussi, nous pouvons rendre ce changement de cap incontournable !
    Les associations féministes et les services spécialisés, soutenus par  une centaine d’organisations de la société civile à travers la  Plateforme Miraba
    l[5], Imposer un changement de cap
    appellent donc les femmes et les hommes indigné-e-s par cette situation à se mobiliser massivement de deux manières :
    Le 24/11/19 : Manifestation nationale à Bruxelles
    Pour la 3e année consécutive, une manifestation nationale  contre les violences faites aux femmes est organisée ce dimanche 24  novembre à Bruxelles. Départ au carrefour de l’Europe (gare centrale) à 14h.
    L’événement sur facebook
    Le 25/11/19 : Actions décentralisées et une minute de bruit contre les violences
    A l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des  violences faites aux femmes, plusieurs actions sont prévues dans  différentes villes du pays. Montrons collectivement notre colère  avec  une minute de bruit contre l’invisibilisation des violences. A  12h pile, faites du bruit partout où vous le souhaitez : dans votre  voiture, à votre travail, dans la rue avec un groupe, à vous de  décider!
    [1] Selon l’Institut Européen pour l’Egalité de Genre, la Belgique est l’un  des 6 pays d’Europe qui ne fournit aucune donnée officielle sur les  féminicides (European Institute for Gender Equality, Gender-based violence. Understanding intimate partner violence in the EU: the role of data,  juin 2019) alors qu’il s’agit pourtant de l’une des obligations de la  Convention d’Istanbul ratifiée en 2016. Dans ce contexte, les  associations féministes ne peuvent se baser que sur ce qui ressort dans  la presse, ce qu’elles font depuis 2017 à travers  stopfeminicide.blogspot.be. En 2017, les associations féministes Elles  ont ainsi relevé 41 féminicides en 2017, 37 en 2018 et 18 depuis le 1er janvier 2019. En 2019, ce chiffre diminue étrangement de moitié pour  des raisons qu’il est difficile d’expliquer faute de moyens  d’investigation mais reste néanmoins préoccupant en comparaison avec  d’autres pays européens.
    [2] via ce lien.Ce rapport alternatif est disponible en intégralité Cf le résumé des constats et recommandations.
    [3] Lire à ce propos la carte blanche de 78 organisations flamandes dans De Morgen du 4 septembre 2019 ici.
    [5] Liste des signataires disponible que mirabalbelgium.org ici.
    Pourquoi Mirabal ? À la fin des années 50, les trois sœurs Mirabal Patria, Minerva et Maria Teresa s'engagent activement contre la dictature de Rafael Trujillo en République Dominicaine.
    Le 25 novembre 1960, au retour d'une visite à leurs maris emprisonnés, elles furent brutalement assassinées sous les ordres du dictateur.
    Depuis 1981, cette date a été choisie comme journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes.
     

  • Une première marche Les jeudis pour le climat se déroule aujourd'hui 14 novembre 2019 à Liège

    Lien permanent

    Jeudi dès 13h au départ des Guillemins

    La marche pour le climat démarrera à 13h de la gare des Guillemins.

    Elle empruntera ensuite l’itinéraire habituel jusqu’à la place Saint-Lambert.
    Mais c’est au départ, devant la gare, que se dérouleront toutes les prises de parole. Plusieurs artistes locaux s’y produiront également en concert.

     

    Les infos 

    Students For Climate Liège

    Marche pour le climat - 14 novembre - Liège


     Youth for Climate et Students for climate ont maintenant uni leurs efforts pour faire revivre les marches pour le climat en Cité ardente. Un premier événement se déroulera ce jeudi, au départ de la gare des Guillemins.
    Ce jeudi, les jeunes Liégeois vont à nouveau marcher pour le climat, après plusieurs mois d’absence dans les rues de la Cité ardente. À la manœuvre de ce nouveau « jeudi pour le climat », tant les étudiants du secondaire que ceux de l’ULiège et du supérieur.
    « C’est organisé par Students for Climate et par Youth for Climate, confirme Antoine Poncelet, chargé de la communication pour le mouvement. À Liège, on a décidé d’unir nos efforts pour relancer le mouvement. »
    Plus de six mois après le dernier événement liégeois, qui avait rassemblé 7.000 personnes, les marches visant à sensibiliser grand public et élus à la problématique sont donc de retour. Pour combien de temps, et à quel rythme ? Deux questions pour lesquelles les organisateurs de l’événement n’ont pas encore de réponse bien tranchée : « est-ce que ces marches auront encore lieu tous les jeudis ? On pense que non, parce que ce sera difficile de tenir le rythme. Pour nous, mais aussi pour les participants, avoue M. Poncelet. On va plutôt essayer d’en organiser toutes les deux semaines, voire tous les mois. En fonction de ce qui se fera ou pas à Bruxelles, pour faire en sorte que les marches, liégeoises et bruxelloises, ne se chevauchent pas. »
    Par souci de cohérence, les « jeunes pour le climat » ont en effet décidé de s’organiser au niveau national, « la prise de décision se fait donc un peu moins au niveau local. Mais peut-être la marche nationale descendra-t-elle un jour à Liège, comme l’année dernière. Ce n’est pas encore prévu, mais c’est envisageable. »
    Tout dépendra évidemment aussi de la réussite – ou non – du premier événement liégeois. « Je ne m’attends pas à ce qu’on soit encore 15.000, continue Antoine Poncelet, mais si on est 1.000 ou 2.000, ce sera une réussite. »
    Car il ne s’en cache pas, les conditions ne sont plus les mêmes que voici quelques mois. Si la circulaire qui interdit aux écoles de sanctionner les élèves absents pour cause de marche pour le climat est toujours d’actualité, certains établissements secondaires ont d’ores et déjà annoncé qu’ils seraient moins coulants cette année. « Mais nous avons sensibilisé davantage dans le supérieur, termine M. Poncelet. C’est vrai que la question de l’affluence nous préoccupe un peu, mai ça ne changera rien à notre action future. » 

    Par Geoffrey Wolff

    Source

  • MANIFESTATION AUJOURD'HUI JEUDI 14 NOVEMBRE 2019 À HUY

    Lien permanent


    Écarter un responsable syndical de son lieu de travail, alors qu’il jouit d’une protection liée à son mandat, la mesure est rare mais pas inexistante.

    Exemple avec Alain Guebs, président du syndicat SypolEPI, par ailleurs assistant pénitentiaire en chef à la prison de Huy.

    Depuis le 8 octobre, il est interdit à la prison de Huy.

    Il ne peut plus y travailler. Motif invoqué: «Sa présence peut perturber l’ordre et la sécurité de l’établissement». Nous avons contacté l’administration pénitentiaire pour en savoir plus: on se mure dans le silence. «On ne commente pas des dossiers individuels», nous dit-on.

    L’intéressé, lui, pense avoir été sanctionné pour des propos tenus dans notre journal.

    Dans un article publié le 2 octobre, M. Guebs et d’autres responsables du Sypol-EPI dénonçaient de manière générale le fait que «5% des détenus dictent leur loi» dans les prisons, que les directions «s’écrasent» face aux détenus les plus dangereux et leur accordent même des privilèges et des avantages, histoire de maintenir le calme dans les prisons.

    Mais avec des effets pervers: jalousie de la part des autres détenus, perte de discipline, difficulté pour les agents de faire respecter les règles pour les uns et pas pour les autres,etc. M. Guebs, qui compte plusieurs années de service au sein du syndicat, a fait appel à un avocat pour faire valoir ses droits.

    Pour l’heure, il continue à percevoir son salaire (mais ne touche plus ses primes de nuit et de weekend) et peut continuer à visiter les prisons (sauf celle de Huy) dans le cadre de son travail syndical.


    DE 12 À 15 H À HUY

    Choqués par cet écartement, «qui ressemble très fort à une mesure disciplinaire pour avoir dénoncé quelque chose qui dérange» (dixit d’autres agents), plusieurs agents pénitentiaires manifesteront ce jeudi entre 12 et 15 heures devant la prison de Huy.

    Ils viendront d’autres prisons et il y a aura aussi des responsables syndicaux autres que du Sypol.

    Ils porteront un t-shirt au symbole fort, illustrant leur refus de se taire.

    Par F. DE H.

    Source

  • Soyez prévoyants aujourd'hui Journée d’actions et de grève dans certains hôpitaux et centres médicaux du pays

    Lien permanent

    En juin, naissaient les « mardis blouses blanches ». Le personnel des hôpitaux portait un brassard noir pour dénoncer leurs conditions de travail difficiles, l’absence de valorisation de leur profession ou encore le manque de moyens financiers. Depuis, rien n’a bougé. Les travailleurs des soins de santé dépendant du fédéral partent donc en grève ce jeudi.

    Service Minimum ou perturbé

    Selon les premiers échos, les actions de ce jeudi seront massivement suivies dans les hôpitaux, les maisons de repos et les services de soins à domicile. Mais quel impact aura cette grève sur les malades ? « Toute Belgique sera touchée par le mouvement. Mais, cela ne veut pas dire que les hôpitaux seront fermés. L’objectif n’est pas de prendre la population en otage. Au contraire, tout est fait pour garantir la santé publique. Autrement dit, les services fonctionneront comme un dimanche. Toutefois, un peu élargi puisque les prestations en oncologie ou hémodialyse ne peuvent être reportées », affirme Yves Hellendorff, secrétaire national du secteur non marchand à la CNE. « Il est toutefois difficile de donner une vision globale du mouvement car les hôpitaux fonctionneront sur base de deux modèles. Certains opteront pour le service minimum. Chaque établissement définit son service minimum en établissant, pour chaque service, le personnel nécessaire. Ceci vaut surtout pour ceux qui s’attendent à avoir beaucoup de grévistes. Dans d’autres hôpitaux, on s’est mis d’accord pour réduire certains services. Par exemple, la polyclinique fonctionnera sans infirmier ou trois blocs d’opération seront ouverts au lieu de cinq. On parle ici de : services perturbés. Quoi qu’il en soit, la direction a dû informer au préalable les patients que leurs opérations ou visites de ce jeudi ont été reportées ».

    Piquet et arrêt de travail

    Selon les informations fournies par la CNE, le service minimum sera appliqué à Bruxelles et dans le Brabant wallon au CHIREC Sare et à la Clinique Universitaire Saint-Luc. Des piquets seront présents et/ou les services seront perturbés à : CHIREC Braine-l’Alleud et Delta, Silva Medical, Hôpital de Nivelles, Hôpital de Tubize, Erasme, Cliniques de l’Europe, VALISANA, Sans Soucis, Clinique Saint-Jean, Hôpital Saint-Pierre, TITECA, Epsylon La Ramée et W Lennox.

    En Wallonie, on s’attend à des piquets et des services perturbés à : Saint-Luc, CHU Namur/Godinne/Dinant, Beau-Vallon, Jolimont, Tivoli, tous les sites du Grand Hôpital de Charleroi, Centre psychiatrique Saint Bernard, Clinique Notre-Dame de Grâce, Hôpital de Lobbes, CHR Mouscron, CHR Mons, Epicura, ASD Hainaut Picardie, CHWAPI, tous les sites du CHC et Clinique Psychiatrique Notre-Dame des anges. Les services seront perturbés dans 17 maisons de repos dans le Namurois et le service minimum sera appliqué à la Clinique Fréres Alexiens.

    Des arrêts de travail sont enfin prévus à l’Hôpital de Tubize (13h), au Centre de Traumatologie et de Réadaptation (8h30) et au Centre de revalidation gériatrique de l’Hôpital Erasme, ainsi qu’à la Clinique Notre-Dame de Grâce (11h30 et 13h30).

     Par A.Vlt

    Source

    24 greve.JPG

  • C'était en 2009 épandage de Lait à Nandrin, reportage photos d'il y a 10 ans

    Lien permanent

    Si la manifestation était symbolique, la mobilisation de tous il y a 10 ans à Nandrin , surtout les jeunes qui ont repris l’exploitation laitière de leurs parents.

    Aujourd’hui 10 plus tard , le prix du lait reste trop bas pour assumer tous les coûts de fonctionnement.

    Un constat qui touche malheureusement toutes les filières agricoles, pas seulement le secteur laitier.

    Des archives toujours bien d'actualités 10 plus tard aujourd'hui 22 septembre 2019 

     

    Album photos clic ici 

    1937261_1210542353954_2991742_n.jpg

    1937261_1210542473957_6682046_n.jpg

    1937261_1210544033996_2081333_n.jpg

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/c-etait-en-2009-epandage-de-lait-a-nandrin/

  • Soyez prévoyants la grève du rail demain samedi 17 août 2019 est confirmée

    Lien permanent
    Le SIC dénonce un manque de personnel récurrent parmi les accompagnateurs de train.

    De son côté, la SNCB reconnait que la période estivale «n’est pas évidente pour ses collaborateurs» et qu’il n’est «pas toujours évident» pour ses accompagnateurs de train de prendre congé pendant les vacances d’été.

    Elle dit toutefois mener «des discussions constructives avec les partenaires sociaux» et travailler «sur des solutions concrètes.» «Durant leur rencontre mardi, avec le Syndicat Indépendant pour les Cheminots (SIC), la direction a de nouveau fait un état des lieux. Malgré une série d’engagements concrets qui avaient déjà été annoncés, le SIC a néanmoins choisi d’utiliser l’arme de la grève», regrette l’entreprise ferroviaire dans un communiqué.

    «Cette grève n’aide pas au recrutement, qui est pourtant la solution. La SNCB veut, comme prévu cette année, engager 300 nouveaux accompagnateurs de train. Plus de 200 accompagnateurs ont déjà été engagés et les postes restants seront pourvus dans les prochains mois», ajoute l’entreprise, qui assure mettre en place «un encadrement supplémentaire pour alléger au mieux la pression, et pour permettre d’allouer plus de congés et de travail à temps partiel pendant les prochains mois.»

    La SNCB va travailler dans les prochains jours à l’élaboration d’un plan de transport alternatif pour ce samedi, avec «une attention particulière» sur les trains vers le festival Pukkelpop. Ce plan de transport sera communiqué vendredi.

    Source 

     

    53 % des trains rouleront samedi malgré la grève

    Environ un train sur deux roulera le samedi 17 août, malgré la grève décidée par le Syndicat indépendant pour cheminots (SIC). La SNCB a élaboré un service garanti. Il permettra de faire circuler 53 % des trains samedi.

    Les voyageurs pourront le consulter via le planificateur de voyage en ligne de la SNCB dès ce matin. La priorité a été donnée aux trains entre les grandes villes et vers le Pukkelpop à Hasselt (plus de 70 % des trains confirmés vers le festival). Deux trains L sur trois circuleront également, contre un train S (suburbain) sur deux. La plupart des trains entre Bruxelles et Ostende, entre Bruxelles et Blankenberge ainsi que vers l’Ardenne seront également disponibles. La gare de Knokke ne sera cependant pas desservie tandis que la majorité des trains supplémentaires prévus habituellement durant les vacances d’été, ne circuleront pas.

    Source

  • Tu prévois un voyage en train ? attention un préavis de grève pour le 27 juillet

    Lien permanent

    Les accompagnateurs de train veulent faire grève afin de protester contre la pénurie persistante de personnel. Et ils veulent le faire le samedi 27 juillet.

    Le syndicat indépendant des chemins de fer SIC a lancé un préavis de grève pour ce jour-là, le samedi 27 juillet, jour où des trains supplémentaires arriveraient pour le festival Tomorrowland à Boom.

    Et en raison du beau temps, on peut imaginer qu’il y aura également du monde pour se rendre à la côte belge. « Mais nous, nous ne pouvons pas partir en vacances avec nos enfants cet été », déclarent les surveillants des trains.

    Le préavis de grève fait suite à des consultations intensives entre la direction et les syndicats, où la pénurie de personnel est sur la table depuis longtemps.

    Source

  • Attestation de perturbations TEC pour aujourd'hui 14 mai 2019

    Lien permanent

     

    Journée d’actions syndicales du mardi 14 mai réseau fortement perturbé  Situation à 7h30

     

    Ce mardi 14 mai, une partie du personnel participe à la journée d’actions syndicales organisée par la CGSP. Par conséquent, le réseau TEC de la Direction Liège-Verviers est fortement perturbé.

     Environ 17% des services sont assurés. 

    attestation-perturbations-site.pdf

     

    Source info 

     

    A télécharger :

    Attestation de perturbations ;

    Formulaire de remboursement.

     

     

     
  • SOYEZ Prévoyants JOURNÉE D'ACTIONS CE 14 MAI 2019 POSSIBLES PERTURBATIONS SUR LE RÉSEAU TEC

    Lien permanent

    JOURNÉE D'ACTIONS CE 14 MAI - POSSIBLES PERTURBATIONS SUR LE RÉSEAU TEC

     TEC Liège-Verviers  

    Du 14/05/2019 Au 14/05/2019

    En raison de la journée nationale d'actions de ce mardi 14 mai, le réseau TEC risque d'être perturbé.

    Toutes les informations vous seront communiquées via cette page, dès ce lundi 13 mai.

    Le TEC présente d'ores et déjà ses excuses à sa clientèle pour les désagréments occasionnés.

     

    Source 

  • La Saint-Valentin ou pas ? aujourd'hui 14 février 2019

    Lien permanent

    val1.jpgLe jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux et de l'amitié.

    Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion.

    Nandrinois(e)s à ne pas oublier Fleuriste ,Magasin, restaurant ou autres fantaisies en cette journée de l'amour de l'amitié.....

    À l’origine une coutume païenne, cette fête a finalement été assimilée par l'Église catholique romaine par la désignation de saint Valentin comme saint patron des couples.

    Le jour de la Saint-Valentin n’aurait pas été associé avec l’amour romantique avant le haut Moyen Âge mais avec l'amour physique.

    La fête est maintenant associée plus étroitement à l’échange mutuel de « billets doux » ou de valentins illustrés de symboles tels qu’un cœur ou un Cupidon ailé.

    À l’envoi de billets au xixe siècle a succédé l’échange de cartes de vœux. Cependant, en Amérique du Nord, les échanges de cartes ne se font pas selon la conception européenne où la carte de Saint-Valentin est envoyée à une personne « unique ». Il n'est pas rare qu'une personne y envoie une dizaine de cartes, et même que des élèves d'école primaire en envoient à leur maîtresse d'école.

    En France, le dessinateur Raymond Peynet est l'auteur d'illustrations emblématiques des « couples d'amoureux » et Georges Brassens a chanté les « amoureux des bancs publics »

    Type Fête civile  avec une origine religieuse

    Signification Fête des amoureux

     

  • Importantes perturbations prévues à Huy-Waremme demain 13 février 2019 grève ?

    Lien permanent

    De l’industrie aux administrations et aux transports en commun en passant par la logistique et la construction, la grève s’annonce soutenue en région liégeoise. Selon les organisations syndicales, le secteur non-marchand sera également fortement touché et une action spécifique visera les hautes écoles d’enseignement pédagogique.

    A titre d’exemple, l’organisme de contrôle aérien Skeyes (anciennement Belgocontrol) a déposé un préavis de grève tandis que le mot d’ordre de fermeture est donné pour les galeries et grandes enseignes commerciales. La distribution du courrier sera également perturbée.

    Les travailleurs exprimeront leur mécontentement aux organisations patronales ainsi qu’au gouvernement fédéral vis-à-vis de la nouvelle loi salariale. «Celle-ci comporte énormément de dispositions contestables dont nous voyons les résultats aujourd’hui», dénoncent Jean-Marc Namotte, secrétaire fédéral CSC Liège-Verviers-Ostbelgien et Jean-François Ramquet, secrétaire fédéral FGTB Liège-Huy-Waremme. «D’après les calculs effectués sur la base de la loi salariale précédente, la marge d’augmentation salariale aurait dû être de 1,8%. Or, la loi actuelle limite cette augmentation à 0,8% notamment parce qu’elle interdit, lors du calcul de la marge salariale, de tenir compte des réductions de cotisations et des subsides salariaux accordés aux entreprises. Les citoyens qui, chaque jour, travaillent dur pour gagner leur croûte et rémunérer les actionnaires devraient donc se contenter d’un petit 0,8% alors qu’aucun plafond n’a été fixé pour les dividendes accordés aux actionnaires

    Dans de telles conditions, les syndicats ajoutent qu’aucun accord interprofessionnel n’est possible à ce stade. «Il s’agit aussi de trouver des réponses concrètes pour augmenter le salaire minimum et les allocations sociales les plus basses, pour redéfinir un cadre pour des fins de carrière décentes, pour améliorer les possibilités de combinaison entre le travail et la vie privée et améliorer la mobilité dans notre pays.»

    Source Belge et SI

  • Ils descendront dans les rues de Liège, Louvain, Jodoigne et Arlon... demain jeudi !!!

    Lien permanent

    Ainsi, ce jeudi, les jeunes manifesteront notamment à Arlon, Jodoigne, Liège et Louvain. La ville flamande a en effet invité les jeunes à quitter la capitale pour défiler dans ses murs, ce 7 février. À Arlon, le rendez-vous est fixé de 13h30 à 16 h au départ de la place Leopold, on attend plusieurs centaines d’étudiants. Un rassemblement est également annoncé à Jodoigne.

    Dans la Cité ardente, les jeunes mèneront une action choc : à 16 h, les élèves du secondaire iront déposer des centaines de sacs poubelle récoltés dans les rues de Liège, devant l’Hôtel de Ville de Willy Demeyer. À 18 h, les étudiants universitaires lancent une section liégeoise du mouvement global « Students For Climate ».

    Le 14 février, les étudiants remettront le couvert à Bruxelles et Mons. D’autres villes viendront s’ajouter à la liste dans les jours qui viennent. Les étudiants liégeois devraient massivement se rendre en train jusqu’à Bruxelles, pour participer à la grande manifestation « Students for Climate », qui partira de la gare centrale à 10h30. À Mons, un cortège ira de la gare à la Grand-Place, entre 10h et 12h30.

    Une autre manifestation est prévue à Liège et à Huy, sur la Grand-Place, le 28 février.

    Même DiCaprio s’y met !

    Dans leur combat, les jeunes militants peuvent compter sur un allié de choix : l’acteur Leonardo DiCaprio ! Très engagé pour l’écologie (il a créé une fondation pour soutenir le développement durable dans le monde) a tenu à féliciter les jeunes Belges pour leur engouement et leur motivation, en publiant une photo de manifestantes sur son compte Instagram.

    « Des milliers d’adolescents belges ont pris part jeudi à une autre grève étudiante contre le réchauffement climatique, à la suite de manifestations similaires organisées les dernières semaines. Selon les informations, 30 000 personnes ont brossé des cours lors des manifestations organisées à Bruxelles, Liège et Louvain, qui comprenaient des élèves du primaire. Un certain nombre d’enfants ont également manifesté devant le domicile de la ministre belge de l’Environnement avant l’événement. 3.000 universitaires et scientifiques ont soutenu les manifestations en déclarant que « les militants avaient absolument raison » ».

    De quoi booster encore un peu plus la motivation des jeunes à continuer le combat dans les rues et à brosser les cours !

    Article de LAURENCE PIRET

    Source 

  • La première «grève féminine» sera organisée le 8 mars prochain en Belgique

    Lien permanent

    Le 8 mars, date de la Journée internationale des droits des femmes, la première « grève féminine » sera organisée en Belgique, menée par le Collecti.e.f 8 Maars.

    Le syndicat chrétien CNE va déposer un préavis de grève.

    Avec cette action, les militantes veulent montrer «que si les femmes se mettent en pause, le monde arrête de tourner», indique le collectif. Une grève du même style a été organisée en Espagne l’an dernier, quelque 5 millions de femmes ont cessé leurs activités.

    En Belgique, les organisatrices espèrent que toutes les femmes, et quiconque se sent femme, dans toutes les régions du pays, feront de cet événement une action de grève nationale. Le 8 mars, les personnes concernées sont appelées à ne pas aller travailler, ne pas emmener leurs enfants à l’école, ne pas réaliser les tâches ménagères, ne pas étudier et ne pas prodiguer de soins. Le but est de montrer que la place des femmes dans la société est essentielle.

    L’accent sera mis sur un grand rassemblement à Bruxelles, mais d’autres initiatives locales sont encouragées et des actions de sensibilisation seront organisées au cours des semaines précédentes.

    Ces 26 et 27 janvier, une centaine de femmes se réunissent pour la 4e assemblée générale du collectif afin d’établir les priorités du mouvement via des ateliers, débats et assemblées thématiques. Les revendications couvrent différents thèmes comme l’enseignement, le racisme et la protection contre les violences faites aux femmes.

    «Nombreuses de ces revendications ne figurent toujours pas dans les programmes des partis», affirment les organisatrices.

    Source 

  • Grogne sociale Appel à la grève générale le 13 février 2019

    Lien permanent

    La concertation entre patrons et syndicats au sein du Groupe des dix a échoué. Les représentants des travailleurs n’acceptent pas la « maigre marge salariale » de 0,8 % et « la position rigide des employeurs ». Ils ont dès lors décidé de passer à l’action, ont-ils annoncé mardi après avoir consulté leurs instances respectives. La CSC, la FGTB et la CGSLB organiseront une grève nationale le mercredi 13 février, dans tous les secteurs et à travers tout le pays.

    source 

  • Attestation de perturbations TEC pour aujourd'hui 14 décembre 2018

    Lien permanent

     Une attestation de perturbations et un formulaire de remboursement sont disponibles.

     attestation 14 décenmbre clic ici.pdf

    Grève interprofessionnelle ce 14 décembre - Perturbations sur le réseau TEC

    Ce vendredi 14 décembre, les trois organisations syndicales participeront en front commun à une grève interprofessionnelle. D'importantes perturbations sont à craindre sur le réseau TEC. 

    Pour plus d'informations : 

    Le TEC présente d'ores et déjà ses excuses pour les désagréments occasionnés.

    Source

    -Pas de bus  : aucun bus ne roulera à Huy-Waremme, le mot d’ordre de grève est général pour ce secteur.

    Ce vendredi 14 décembre a été décrété journée de grève générale attention bus , écoles ?

    Les TEC touchés, pas les trains

    Un préavis a également déposé dans l’enseignement, poursuit la CSC. Les enseignants en grève sont donc couverts par les organisations syndicales mais les écoles ne seront pas fermées.

    La circulation des trains ne devrait toutefois pas être affectée car aucun préavis de grève n’a été déposé. À Bruxelles, la Stib ne prévoit pas non plus de participation syndicale à l’action de vendredi tandis que les TEC wallons seront eux fortement touchés par le mouvement, en particulier à Liège et dans le Hainaut.

    Les syndicats policiers participeront par ailleurs à cette journée nationale d’actions, ils ont activé un préavis de grève pour les 13 et 14 décembre. Le personnel de la police intégrée (polices fédérale et locales) qui ne sera pas réquisitionné est appelé à se rassembler devant les commissariats centraux de Charleroi et de Liège, ainsi que devant la police fédérale à Bruxelles. Les policiers dénoncent entre autres des « attaques » contre leur statut et un manque de personnel.

    La CSC, la CGSLB et la FGTB estiment qu’il est « urgent » de changer de cap. Les syndicats réclament la reconnaissance et la prévention de la pénibilité au travail, des crédits-temps de fin de carrière à 55 ans, une pension légale pour tous à 65 ans maximum, des salaires justes et négociés collectivement, ainsi que la création d’emplois de qualité.

    « Depuis 4 ans, les travailleurs trinquent, les salaires baissent, et même si le gouvernement Michel se targue d’avoir créé des milliers d’emplois, nous ne sommes pas revenus au même niveau d’avant la crise de 2008 », ajoute la CSC.

    Réunis en font commun, les trois syndicats se réuniront à 11h00 vendredi, devant le siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) à Bruxelles, pour dénoncer « la dégradation croissante » des conditions de travail et « mettre les patrons devant leurs responsabilités ».

  • Les recyparcs ouverts aujourd'hui 14 décembre 2018

    Lien permanent

    Seuls deux recyparcs seront ouverts

    La grève générale de ce vendredi 14 décembre impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants. Outre le fait que le centre administratif sera inaccessible, voici le point pour ce qui concerne les collectes en porte-à-porte et les recyparcs.

     Collectes des poubelles : Des perturbations pourraient avoir lieu sur les communes de : Amay, Aubel, Berloz, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dison, Engis, Ferrières, Fexhe, Fléron, Hannut, Herstal, Marchin, Ouffet, Oupeye, Seraing, Ans, Bassenge, Jalhay, Liège, Lontzen, Neupré, Raeren, Soumagne, Verlaine, Verviers et Visé.

    Si les conteneurs (noirs ou verts) ou sacs ne sont pas repris, il faudra les ressortir à la collecte suivante.

     

    Recyparcs : Seuls les recyparcs suivants seront ouverts.

    : Seraing boncelles, Waremme, Amay, Huy, Spa, Limbourg et Thimister.

    Soit 7 sur 49.

    La liste des recyparcs et leurs numéros de téléphone sont disponibles sur https://www.intradel.be/trier-sesdechets/recyparcs/trouver-un-recyparc.htm?lng=fr -

    Source 

  • Ce vendredi 14 décembre a été décrété journée de grève générale attention bus , écoles ?

    Lien permanent

    Elle était programmée de longue date, mais elle tombe à pic. La journée de grève générale décrétée en front commun par les trois syndicats FGTB, CSC et CGSLB, va essayer de récupérer deux moments importants. « L’action des Gilets jaunes qui, sans être coordonnée par nous, contient une bonne part de nos revendications, notamment sur le pouvoir d’achats », explique Jean-Marc Namotte, le patron de la CSC Liège Huy-Waremme. « Mais aussi le moment est bon puisque la NV-A vient de quitter le gouvernement et c’est peut-être l’espoir de quelques évolutions. »

    Même son de cloche du côté du nouveau patron de la FGTB Liège Huy-Waremme, Joël Thone : « On n’est pas du tout dans une logique de concurrence avec les Gilets jaunes puisqu’on se retrouve dans pas mal de leurs revendications. »

    À quoi doit-on dès lors s’attendre, secteur par secteur, dans l’arrondissement de Huy-Waremme ? Côté manif un rassemblement de la CGSP est prévu vendredi à 8 heures 30 rue Neufmoustier à Huy avec distribution de tracts.

    -Pas de bus  : aucun bus ne roulera à Huy-Waremme, le mot d’ordre de grève est général pour ce secteur.

    -CHRH perturbé : de nombreux affiliés CGSP participeront à la distribution de tracts vendredi matin, après ce rassemblement, ils décideront d’une éventuelle suite d’actions.

    -Administrations et parc à conteneurs en partie fermées : plusieurs administrations de Huy-Waremme seront fermées, tout comme les parcs à conteneurs.

    -Ecoles, les examens se dérouleront  « Les délégués CGSP ne souhaitent pas perturber les examens, a précisé Philippe Lizin, secrétaire régional de la CGSP, les professeurs seront présents. »

    -Prison de Huy  : des agents seront en grève.

    -ArcelorMittal  : le site de Marchin sera à l’arrêt.

    -Forte mobilisation attendue dans plusieurs entreprises : la base Intermaché de Villers-le-Bouillet, mais aussi Prayon à Engis ou encore les carrières Sagrex à Engis et Moha.

     

    Article PAR A.BT ET L.G

    Source 

  • La grève générale de ce vendredi 14 décembre impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants.

    Lien permanent

    La grève générale de ce vendredi 14 décembre impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants.

    Outre le fait que le centre administratif sera fermé, voici le point pour ce qui concerne les collectes en porte-à-porte et les recyparcs.

    Collectes (DMR et Organiques) : 

    Des perturbations pourraient avoir lieu sur les communes de : Amay, Aubel, Berloz, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dison, Engis, Ferrières, Fexhe, Fléron, Hannut, Herstal, Marchin, Ouffet, Oupeye, Seraing, Ans, Bassenge, Jalhay, Liège, Lontzen, Neupré, Raeren, Soumagne, Verlaine, Verviers et Visé.

    Si vos conteneurs ou sacs n’étaient pas repris, il conviendra de les ressortir à la collecte suivante.

    Recyparcs : 

    Seuls les recyparcs suivants seront ouverts : Seraing boncelles, Waremme, Amay, Huy, Clavier, Spa, Limbourg et Thimister.  Soit 8 sur 49.

    Dans ces conditions, nous suggérons, autant que faire se peut de reporter la visite ou de téléphoner au recyparc afin de connaître les disponibilités.

    La liste des recyparcs et leurs numéros de téléphone sont disponibles sur notre site internet à l'adresse https://www.intradel.be/trier-ses-dechets/recyparcs.htm?lng=fr

     

    Source