Les fêtes ....

  • À l'aube du Nouvel An, acceptez de tout cœur les vœux les plus chaleureux pour une année 2021 exceptionnelle!

    Lien permanent

     

    "Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

    Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier.

    Je vous souhaite des passions. 

    Je vous souhaite des silences. 

    Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. 

    Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus de notre époque. 

    Je vous souhaite surtout d'être vous !!!" 

     

    Jaques Brel

    Bonne année 2021 à vous !!!!

     

    Photos du village de Nandrin dans le Condroz de Piron Jeannick 

    Parole Mélanie Duchesne . Là ou je vis 

    https://dai.ly/xhc935

    Clic sur la vidéo 

    Lire la suite

  • Fin

    Lien permanent

    Merci 2020.jpg

    0 commentaire Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, Destination Voyage sur le Blog Villageois, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Enquête publique, Eolien, Euro 2020, Evolution à Nandrin, Fermeture, Festivals de musique, Finances, Foot, GAL, HEMECO, Hôpitaux, Humour sur le Blog, Idées sorties, IDEN Nandrin, Incendie, Incivilités, Intradel, Jeux ou Concours, Jogging à Nandrin, Jumelage, Ki Cé Cé Où, Kicécékoi, l'art et la culture, La poste à Nandrin, La Rubrique de L'électeur, La rubrique des photos insolites, La rubrique du lecteur, Le Poste Médical de Garde, Le recyparc, Le top 3 des articles les plus vus de la semaine, Le week-end sur Nandrin, les animaux à Nandrin, Les Balades, Les cérémonies patriotiques, Les chemins de la mémoire sur le Blog, Les Chorales sur le Condroz, les comités ou collectifs sur Nandrin, Les commerces, Les communales 2018 chez nos voisins, Les divers, Les fêtes ...., Les grèves, Les intercommunales, Les journées de ......, Les Marches à Nandrin, les milieux d'accueil enfants à Nandrin, Les noces d'or, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, Les rendez-vous de la semaine, Les rendez-vous du week-end, les restaurants, Les stages, Les toutes boîtes sur Nandrin, les trucs et astuces, Les trucs et astuces Jardin, Les utiles, Location, Location de salle, logement, Logements sociaux, Loris Demarteau, lotto, Manifestation patriotique, Marché, Médecins, Médecins de garde, Météo, N63 à Nandrin, Nandrin dans l'histoire, Nandrin et le Black Out, Nandrin la mobilité, Nature, Neige à Nandrin, Nouveau sur le Condroz, Nucléaire, Nuisances, Offre d'emploi, On nous demande de vous informer de, Organisations festives, Organisations festives Nature, Paroisses catholiques, Patrimoine, Patrimoine immobilier, PCS de Condroz, Perdu, Pharmacies, Police, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, PPNa, Projet éolien, RESA, Rétrospective sur le Blog de Nandrin, Rubrique culinaire, Rubrique Lecture, Rubrique Mode, Santé, Social, Sondage, Spectacles à Nandrin, Sportifs Nandrinois, Stage enfant, Télé Service du Condroz, Test d’alerte Seveso, Travaux, TSC, Unité pastorale du Condroz, Urbanisme, Vandale, Villages-Solidaires.be, Vu à la TV, Zone Police Imprimer
  • Pourquoi Noël ? Pourquoi le 25 décembre ? pourquoi la fête ?

    Lien permanent

    Noël est une fête chrétienne commémorant chaque année la naissance de Jésus de Nazareth, appelée Nativité, et célébrée le 25 décembre dans les calendriers grégorien et julien.

    À l'origine, il existait à cette date des festivités païennes marquant le solstice d'hiver, symbole de la renaissance du soleil.

    Au xxie siècle, la période entourant Noël (dite « période des fêtes » en contexte séculier) revêt un aspect largement profane et commercial et dans certains pays, le jour de Noël est férié.

    Dans cet esprit, Noël devient une fête à connotation folklorique et caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas et d'un échange de cadeaux.

    Source wikipedia

    Le 25 décembre, jour de Noel, est le jour le plus court de l' année après cette date les jours se rallongent et le soleil renaît à nouveau..

    Les couleurs traditionnelles de Noel sont bien sûr:

    le rouge couleur de chaleur et de lumière et

    le vert couleur des feuillages, de l'espérance, mariés à l'or du soleil.

     

    Minuit chrétien !!!
    Minuit ! Chrétiens, c'est l'heure solennelle
    Où l'homme Dieu descendit jusqu'à  nous,
    Pour effacer la tache originelle
    Et de son père arrêter le courroux:
    Le monde entier tressaille d'espérance
    A cette nuit qui lui donne un sauveur
    Peuple à genoux, attends ta délivrance
    Noël ! Noël ! Voici le Rédempteur !
    Noël ! Noël ! Voici le Rédempteur !
    De notre foi que la lumière ardente
    Nous guide tous au berceau de l'enfant
    Comme autrefois, une étoile brillante
    Y conduisit les chefs de l'Orient
    Le Roi des Rois naît dans une humble crèche,
    Puissants du jour fiers de votre grandeur,

    A votre orgueil c'est de là  qu'un Dieu prêche,
    Courbez vos fronts devant le Rédempteur !
    Courbez vos fronts devant le Rédempteur !
    Le Rédempteur a brisé toute entrave,
    La terre est libre et le ciel est ouvert
    Il voit un frère où n'était qu'un esclave
    L'amour unit ceux qu'enchaînait le fer,
    Qui lui dira notre reconnaissance ?
    C'est pour nous tous qu'il naît, qu'il souffre et meurt:
    Peuple, debout ! chante ta délivrance,
    Noël ! Noël ! chantons le Rédempteur !
    Noël ! Noël ! chantons le Rédempteur !
     
     

    ppn.jpg

    L'origine du Père Noël
    Le Père Noël aurait pour origine Saint Nicolas. ... Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de St Nicolas dans des pays d'Europe, les Hollandais gardèrent leur Sinter Klaas (nom hollandais pour Saint Nicolas) et sa distribution de jouets.
    Le père Noël est un personnage folklorique, archétypal, fictif et mythique lié à la fête de Noël dont les racines profondes remontent à des rites et croyances antiques. Il est associé à la mère Noël.
    Le père Noël tel qu'il est communément représenté (comme ci-contre, à droite) ne se réduit pas à la fonction « pédagogique » qui dominerait son usage actuel. Il peut être vu comme une construction syncrétiste relativement moderne mais ayant de lointaines origines : si Nicolas de Myre est traditionnellement considéré comme le saint à l'origine du père Noël, ce personnage cosmopolite est le fruit d'un mélange entre plusieurs traditions, contes, légendes et folklores. La sociologue Martyne Perrot résume ce syncrétisme : « l'idée que le père Noël est américain est partiellement vraie car la construction de ce personnage est en fait liée à l'histoire des migrants newyorkais ; c'est un personnage migrant, qui a pris un peu de tous les pays où il est passé et il est riche d'emprunts culturels divers. »1
    Noël renvoie au jour de la Nativité, c'est-à-dire au jour de la naissance de Jésus : le père Noël est donc avant tout rattaché à une fête chrétienne[réf. nécessaire].
    Pendant longtemps, on fêta la Nativité et l'Épiphanie — fixée au 6 janvier — le même jour. Au ive siècle, sous le règne de l'empereur Constantin, la toute première célébration chrétienne de Noël a lieu à Rome à la date du 25 décembre 336 et il s'ensuivit que les deux événements furent fêtés distinctement.
    e rapprochement de la fête de Noël avec celle des Saturnales dans la Rome antique a été fait depuis longtemps. Marquées par de grandes réjouissances populaires, les Saturnales voyaient les barrières sociales disparaître : on organisait des repas, on échangeait des cadeaux, on offrait des figurines aux enfants et on plaçait des plantes vertes dans les maisons, notamment du houx, du gui et du lierre. À partir de 274, les Saturnales sont prolongées le 25 décembre par le Dies Natalis Solis Invicti « le jour de naissance de Sol Invictus », le retour du soleil, le rallongement du jour2.
    Pendant longtemps, l'année commençait avec les premiers jours du printemps, qui donnait lieu également à des rites. Symmaque écrit à la fin du ive siècle, que « aux premiers jours de mars, en ville, on vit advenir la coutume d'offrir des cadeaux en souvenir du roi Tatius qui avait été le premier à lire les signes de bons auspices pour l'année à venir dans les branches de l'arbre fertile qui se trouvait dans le bois sacré de Strena. »3 Certains exégètes juifs et chrétiens ont écrit que les fêtes de Hanoucca et de la Nativité avaient été créées pour contrebalancer les fêtes du « soleil invaincu ». Au Moyen Âge, la fête des fous donna lieu à tant d'excès qu'elle fut limitée, voire recadrée.
     
     
     
  • L'Esprit de Noël ? les temps changent, la pauvreté elle ne change pas !!!

    Lien permanent

    La petite fille aux allumettes
    Découvrez l'histoire de La Petite Fille aux allumettes", conte écrit par Hans Christian Andersen, publié la première fois le 18 novembre 1845 dans le cinquième volume de ses Contes (Nye Eventyr).

    Auteur : Hans Christian Andersen

    L'histoire du conte "La petite fille aux allumettes"

    Il faisait vraiment très, très froid ce jour là; il neigeait depuis le matin et maintenant il faisait déjà sombre; le soir approchait, le soir du dernier jour de l'année. Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait pieds nus dans la rue. Lorsqu'elle était sortie de chez elle ce matin, elle avait pourtant de vieilles chaussures, mais des chaussures beaucoup trop grandes pour ses si petits pieds.
     
    Aussi les perdit-elle lorsqu'elle courut pour traverser devant une file de voitures; les voitures passées, elle voulut les reprendre, mais un méchant gamin s'enfuyait en emportant l'une d'elles en riant, et l'autre avait été entièrement écrasée par le flot des voitures.

    Voilà pourquoi la malheureuse enfant n'avait plus rien pour protéger ses pauvres petits petons.

    Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes: elle en tenait une boîte à la main pour essayer de la vendre. Mais, ce jour-là, comme c'était la veille du nouvel an, tout le monde était affairé et par cet affreux temps, personne n'avait le temps de s'arrêter et de considérer l'air suppliant de la petite fille.

    La journée finissait, et elle n'avait pas encore vendu une seule boîte d'allumettes. Tremblante de froid et de faim, elle se traînait de rue en rue.

    Des flocons de neige couvraient maintenant sa longue chevelure. De toutes les fenêtres brillaient des lumières et de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur de volaille qu'on rôtissait pour le festin du soir.

    Après avoir une dernière fois offert en vain son paquet d'allumettes, l'enfant aperçut une encoignure entre deux maisons. Elle s'y assit, fatiguée de sa longue journée, et s'y blottit, tirant à elle ses petits pieds: mais elle grelotte et frissonne encore plus qu'avant et cependant elle n'ose pas rentrer chez elle.

    Elle n'y rapporterait pas la plus petite monnaie, et son père la battrait.
    L'enfant avait ses petites menottes toutes transies.

    "Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule pour réchauffer mes doigts?"
    C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse c'était! Il sembla tout à coup à la petite fille qu'elle se trouvait devant un grand poêle en fonte, comme elle en avait aperçut un jour. La petite fille allait étendre ses pieds vers ce poêle pour les réchauffer, lorsque la petite flamme de l'allumette s'éteignit brusquement et le poêle disparut.
     
    L'enfant resta là, tenant dans sa main glacée un petit morceau de bois à moitié brûlé.
    Elle frotta une seconde allumette: la lueur se projetait sur la mur qui devint transparent. Derrière cette fenêtre imaginaire, la table était mise: elle était couverte d'une belle nappe blanche, sur laquelle brillait une superbe vaisselle de porcelaine. Au milieu, s'étalait une magnifique oie rôtie, entourée de pommes sautées: et voilà que la bête se met en mouvement et, avec un couteau et avec une fourchette, vient se présenter devant la pauvre petite affamée. Et puis plus rien: la flamme de l'allumette s'éteint.

    L'enfant prend une troisième allumette, et elle se voit transportée près d'un splendire arbre de Noël. Sur ses branches vertes, brillaient mille bougies de couleurs: de tous côtés, pendait une foule de merveilles. La petite fille étendit la main pour en saisir une: l'allumette s'éteint. L'arbre semble monter vers le ciel et ses bougies deviennent des étoiles. Il y en a une qui se détache et qui redescend vers la terre, laissant une trainée de feu. "Voilà quelqu'un qui va mourir" se dit la petite.

    Sa vieille grand-mère, la seule personne qui l'avait aimée et chérie, et qui était morte tout récemment, lui avait raconté que lorsqu'on voit une étoile qui file vers la terre cela voulait dire qu'une âme montait vers le paradis.

    Elle frotta encore une allumette: une grande clarté se répandit et, devant l'enfant, se tenait la vieille grand-mère. - Grand-mère, s'écria la petite, grand-mère, emmène-moi. Oh! tu vas aussi me quitter quand l'allumette sera éteinte: tu vas disparaître comme le poêle si chaud, l'oie toute fûmante et le splendide arbre de Noël. Reste, s'il te plaît!... ou emporte-moi avec toi.

    Et l'enfant alluma une nouvelle allumette, et puis une autre, et enfin tout le paquet, pour voir sa bonne grand-mère le plus longtemps possible. Alors la grand-mère prit la petite dans ses bras et elle la porta bien haut, en un lieu où il n'y avait plus ni froid, ni faim, ni chagrin.

    Le lendemain matin, les passants trouvèrent sur le sol le corps de la petite fille aux allumettes; ses joues étaient rouges, elle semblait sourire : elle était morte de froid, pendant la nuit qui avait apporté à tant d'autres des joies et des plaisirs. Elle tenait dans sa petite main, toute raidie, les restes brûlés d'un paquet d'allumettes.
    - Quelle petit sotte! dit un sans-cœur. Comment a-t-elle pu croire que cela la réchaufferait ?

    D'autres versèrent des larmes sur l'enfant; mais ils ne savaient pas toutes les belles choses qu'elle avait vues pendant la nuit du nouvel an, ils ignoraient que, si elle avait bien souffert, elle goûtait maintenant, dans les bras de sa grand-mère, la plus douce félicité.
     

    Lire la suite

  • Noël à 11 millions Ensemble, formons une chaîne de lumière

    Lien permanent

    Bon réveillon Joyeux Noël avec une pensée émue pour les personnes seules, malades ou tenues loin de leurs familles, que l'Esprit de Noël soit dans vos foyers tout au long de l année !!!!

    Le veille de Noël entre 18 h et 19 h, La Une, RTL-TVI, Eén et VTM un programme unique visant à véhiculer un message d’espoir, de lumière et de connexion.

    Voici le discours de Noël du roi Philippe en intégralité: «Cette année-ci, tout est différent» Clic ici 

  • Un peu de magie de Noël dans le village, Mélanie et Quentin Michel circuleront dans les rues de Modave en calèche

    Lien permanent

    Ces Modaviens passeront en calèche à Noël devant les maisons des personnes isolées

     

    Comment réintroduire un peu de magie de Noël et de lien social en cette période de confinement ? C’est la question que se sont posés Mélanie et Quentin Michel, deux habitants de Modave passionnés d’attelage et d’équitation.

    D’habitude, le couple propose à ses voisins de se retrouver autour d’un verre de Noël, ce qui permet aux gens du quartier de se rencontrer dans la convivialité. Vu que cela n’est pas possible cette année, ils ont décidé de souhaiter de joyeuses fêtes aux personnes isolées du village en circulant dans les rues à bord de leur calèche tilbury de 1910, entièrement remise à neuf l’année dernière.

    « Ça amuse les gens de voir passer la calèche, car c’est un bel attelage. On s’est dit que ça serait un moyen de mettre un peu de sociabilité dans le village », explique Quentin Michel. « On ne peut pas entrer chez les gens. L’avantage de la calèche est qu’on la voit depuis la fenêtre. On fera coucou et on souhaitera un joyeux Noël sans qu’il y ait de contact physique. On s’arrêtera devant chez les gens, simplement dans l’idée qu’il se passe quelque chose le jour de Noël. On déposera nos spéculoos sur le pas de la porte ».

    Professeur à l’université, Quentin (51 ans) a toujours été passionné par l’équitation. Depuis une dizaine d’années, avec sa compagne Mélanie, il a commencé à faire de l’attelage. « On a acheté un traineau il y a 8 ou 9 ans. Malheureusement, on peut toujours rêver pour l’utiliser à Noël, car il faut un sol gelé et de la neige », explique-t-il. « L’essentiel du temps, on sort la calèche. On en a plusieurs, mais celle qu’on utilisera est la plus ancienne, qui a un côté un peu glamour, dans l’esprit de Noël ».

    Le couple a lancé un appel sur les réseaux sociaux ce dimanche pour que les personnes intéressées par le passage de la calèche se manifestent. « La commune ne peut pas nous donner la liste des personnes âgées isolées de la commune, donc on fait un appel. Ça peut-être la personne qui nous contacte directement, ou un voisin par exemple ».

    La démarche de Mélanie et Quentin est totalement gratuite, dans l’objectif de réintroduire l’esprit de Noël dans cette période compliquée. Si vous êtes intéressé ou connaissez quelqu’un à qui cela pourrait faire plaisir, contactez directement Quentin Michel au 0477/50.11.75.

     

    article de P.Tar.

    Article complet Sudinfo clic ici 

    Mélanie et Quentin Michel sont tous deux passionnés d’attelage et d’équitation.

    Mélanie et Quentin Michel sont tous deux passionnés d’attelage et d’équitation. - DR

     

  • Cette année, les élèves de l’école Saint-Joseph de Hamoir, ils proposent d’aller réciter leurs chants de Noël devant le domicile des aînés du village.

    Lien permanent

    Du mardi 15 au vendredi 18 décembre, c’est une scène digne des films de Noël qui se tiendra à Hamoir, aux alentours de l’école maternelle et primaire Saint-Joseph.

    En vue de mettre du baume au cœur aux aînés du village, les élèves de l’établissement iront réciter des chants de Noël devant les maisons de ceux qui en feront la demande. « Le bourgmestre nous a transmis un listing des personnes âgées entre 80 et 90 ans. Les élèves de primaire sont allés déposer eux-mêmes une lettre dans les boîtes aux lettres pour proposer leurs chants », explique l’institutrice primaire Julie Lafontaine. « On souhaitait marquer le coup parce qu’on ne peut pas organiser notre traditionnel concert de Noël à l’église. Comme on a des enfants qui chantent bien, on s’est dit qu’il serait sympa d’en faire profiter les aînés du village ».

    Des enfants enthousiasmés

    Investis de A à Z dans cette initiative solidaire et originale, les enfants comprennent parfaitement l’intérêt d’aller chanter aux portes des personnes âgées, pour qui la crise sanitaire est synonyme d’isolement. « L’idée est d’avoir un contact avec ceux qui n’en ont presque plus », souligne Julie Lafontaine. « Les enfants sont super motivés. Ils y mettent du cœur et répètent depuis deux semaines. Ils savent que ça va faire plaisir aux papys et aux mamys ».

    Mardi 15 et jeudi 17 décembre entre 10h et 15h, ainsi que le vendredi 18 décembre entre 10h et 12h, les différentes classes (environ une vingtaine d’élèves par groupe) iront proposer des chants de Noël classiques et modernes, accompagnés de leurs enseignants. « Ce n’est pas considéré comme du porte à porte, mais comme de la livraison de bons vœux. On a demandé l'autorisation au bourgmestre, qui s’est renseigné sur la loi. On frappera aux portes, et puis on restera éloignés sur le trottoir », précise l’institutrice.

    Chaque aîné recevra, en plus du mini-concert d’une dizaine de minutes, une carte de vœux. Déjà 5 personnes ont répondu à l’appel afin de fixer un rendez-vous avec les jeunes choristes.

    En parallèle à cette initiative, les enfants vont écrire des cartes de vœux à destination du personnel et des pensionnaires d’une maison de repos à Comblain-au-Pont. « Les enfants s’investissent vraiment à 100% », constate avec plaisir Julie Lafontaine.

     

    par P.Tar.

     

    Article complet Sudinfo clic ici

  • Belles réalisations d'illumination par l équipe voirie à Nandrin !!! Merci à eux !!!

    Lien permanent

    Nous sommes tous essentiels, infirmières, boulangers, médecins, éboueurs, dentistes, chimistes, notaires, avocats, restaurateurs, chanteurs, artistes , coiffeurs etc etc etc .....

    Dans la vie de tous les jours, un grand nombre de personnes illuminent nos journées, sans même que nous, nous rendions compte.

    En cette fin d'année  particulière de 2020, prenons encore plus conscience de toutes les personnes qui sont essentielles à notre vie !!!

    La plus belle des façons, déjà nous rendre compte des réalisations !!! 

    Il était agréable dans notre enfance d'être félicité pour de bons résultats scolaires ! 
    Il en est de même à l'âge adulte,  ne croyez pas que tout est normal ! 

    J'entends souvent les gens dirent, je paie mes impôts donc ! 
    Et bien oui ! mais un MERCI, un BRAVO, FELICITATIONS ne coûtent rien !

    N'hésitez pas !!!

    Samedi fin de journée, une petite balade dans les entités de Nandrin,  les yeux remplis de milliers d'illuminations, c'était magique, beau, réconfortant !
    Et puis une reconnaissance aux personnes qui ont réalisé ses décorations .

    Pas Seulement à Noël, mais merci et félicitations pour les jours d'orages ou pendant la tempête vous dégagez les arbres, les jours de neige nos routes, les jours de toussaints les tombes de nos défunts.

    130984977_312667139902764_3687628262996724517_n.jpg

    IMG_1259.JPG

     

    Tout comme les  infirmières, boulangers, médecins, éboueurs, dentistes, chimistes, notaires, avocats, restaurateurs, chanteurs, artistes etc. etc. etc .

    MERCI aux personnels communal, aux hommes de la voirie, aux dirigeants de la commune de Nandrin..

     

    Album Belles réalisations d'illumination 2020 clic ici 

     

     

  • Un Amaytois a décoré sa maison pour les fêtes avec plus de 17.000 lampes LED!

    Lien permanent

    La magie de Noël s’installe depuis deux ans et demi, rue François Droogmans à Amay. Xavier Xhignesse est passionné par les fêtes de fin d’année. Il décore intégralement l’extérieur de son habitation. Des décorations qui ne passent pas inaperçues aux yeux de ses voisins. « Décorer ma maison à Noël, c’est ma passion. Voilà deux ans que j’ai emménagé à Amay mais déjà avant je le faisais. Je me souviens quand j’avais cinq ans, je piquais les boules de Noël sur le sapin de ma mère pour les mettre dans ma chambre », rigole Xavier.

    « Cela met du baume au cœur »

    Durant trois semaines, l’Amaytois a décoré l’extérieur de sa maison : père Noël, bonhomme de neige, guirlandes lumineuses, sapin, étoile… Au total, 17.000 lampes LED sont utilisées et 47 prises de courant. « Chaque année, j’achète des nouveautés. J’ai un budget de 500 euros par an et j’innove à chaque fois. J’ai commencé à décorer la maison il y a trois semaines et j’ai eu fini ce mercredi. Si je décore, je prends le temps qu’il faut. Je déteste le travail baclé, je suis assez perfectionniste », poursuit l’Amaytois.

    Pour éviter les vols, même s’il n’en a jamais connu, Xavier a mis des colsons à chaque décoration. « Je n’ai pas peur que l’on me vole dans le quartier même si on n’est jamais à l’abri. Tout est colsonné, c’est pour cela que ça prend du temps à installer. J’essaie de sécuriser au maximum », explique-t-il.

    À peine quelques heures après avoir terminé ses installations, voisins ou badauds se sont arrêtés plusieurs instants devant le domicile de Xavier, pour le plaisir des yeux. « Les gens s’arrêtent et regardent. Cela fait du bien aussi car nous sommes dans une période assez compliquée pour tout le monde. J’ai d’ailleurs publié quelques photos sur les réseaux sociaux et j’ai déjà eu pas mal de retours. Cela fait du bien au moral et cela met du baume au cœur ! Les enfants de mes voisins sont venus aussi voir et ils étaient super heureux ! », conclut Xavier

    Par Amélie Dubois

    Journaliste à La Meuse Huy-Waremme
     

     

  • La féérie des illuminations 2020 en photos et vidéo ... et chez vous ?

    Lien permanent

    C'est Noël : Il est grands temps de rallumer les étoiles...


    disait "Guillaume Apollinaire"


    Bien sûr, cette année est une année particulière et cela impacte fortement la période des fêtes. 


     La crise sanitaire n’a pas impacté notre politique de décorations de Noël.


     L’année 2020 a été difficile pour tout le monde et de nombreux événements ont été annulés.


     Les illuminations traditionnelles et les sapins sur les places sont une tradition.


    Afin que les habitants puissent en profiter en cette fin d’année un peu particulière pour mettre du baume au cœur de des  concitoyens.


    L’arrivée des illuminations de Noël dans les rues est toujours très attendue par les citoyens. Il semblerait que cette année, une certaine impatience plane autour de ces décorations.


     Nombreuses sont les communes et villes belges qui ont demandé aux installateurs de venir poser les illuminations plus tôt que d’ordinaire.


     Beaucoup ont déjà fait leur sapin de Noël, sans même attendre le passage du grand Saint.


     Une situation qu’on pourrait peut-être expliquer par l’impatience de célébrer à nouveau.


    ET vous ?

    Comme chaque année depuis 10 ans le Blog vous propose de publier vos réalisations, vos décorations etc ...
    Même si cela n'a jamais été un succès sur la région, un Album est à votre disposition sur le Blog 
    N'hésitez pas à me faire parvenir vos photos, soit par Email nandrin.blog@gmail.com  

    Soit par les réseaux sociaux 

    La page Facebook du Blog Clic ici 

     
     
     
  • Bonne Saint Nicolas aux enfants sages aujourd'hui !!! Bonne fête aux Nicolas !!!

    Lien permanent

    La Saint-Nicolas est une fête principalement tournée vers les enfants, mettant en scène le saint Nicolas de Myre. C'est une tradition vivace dans plusieurs pays européens, qui se déroule le 5 et/ou le 6 décembre.

    On fête la Saint-Nicolas surtout aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, au nord et nord-est de la France (en Flandre française, dans le département des Ardennes, en Franche-Comté, en Alsace où elle est fortement ancrée, et en Lorraine dont saint Nicolas est le saint patron), en Allemagne, en Autriche, en Croatie, en Hongrie, en Pologne, en République Tchèque, en Roumanie, au Royaume-Uni, en Slovaquie, en Suisse (dans le Canton de Fribourg), etc.

    Les traditions diffèrent selon les régions.

    Un trait commun à ces célébrations est la distribution de cadeaux ou friandises aux enfants, qui est parfois substituée par celle du Père Noël.

    En 2013 à Nandrin 

    Voir les photos clic ici 

     

  • Une idée pour la Saint Nicolas ? Un livre de contes et un roman dont l’intrigue se déroule à Amay, disponibles à la Librairie Noël à Nandrin

    Lien permanent

    Nicolas Nys, un jeune  auteur, publie deux livres 

    Un livre de contes et un roman dont l’intrigue se déroule à Amay 

     

    Disponible à la librairie Noël à Nandrin 

    Retrouve la librairie Noël de Nandrin 

    Source info Librairie Noël

    Sur une page Facebook 

    • Rue de Dinant, 6, 4550 Nandrin
    • lun-ven:
      07:00 - 18:30
      sam:
      07:30 - 18:00
      dim:
      10:00 - 13:00
       
      Téléphone 0476 24 70 87
    Nicolas Nys, jeune Amaytois de 30 ans, s’est lancé dans une grande aventure, celle des romans et des contes.
     
    Il vient de publier deux livres en quelques semaines.
     
    Deux ouvrages aux univers complètement différents : des contes, mais aussi un roman dont l’intrigue se déroule à Amay.  
    Les contes de la sorcière rose et Sky Girl, voici donc les deux livres écrits par Nicolas Nys.
     
    Deux livres aux univers totalement différents.
     
    Les contes de la Sorcière Rose, est le premier d’une trilogie qui comportera 13 contes au total.
     
    Ce premier recueil nous narre des moments de vie d’une sorcière Rose mal aimée et sous-estimée mais qui cache une véritable puissance.
    On y retrouve le monde de Tadorannia, monde inventé et riche en histoires.
     
    Dans le tome suivant, prévu pour les fêtes de fin d’année, le village d’Amay en fera partie.
     
    « Amay m’inspire clairement. Je n’en fais pas allusion dans ce premier tome mais il y aura un petit passage dans le suivant.
     
    Si les personnages peuvent voyager d’un monde à l’autre, il n’est pas exclu qu’une histoire se passe à Amay ! »
    Parallèlement à ce premier livre de conte, Nicolas vient de sortir un roman où l’intrigue se déroule dans son village natal.
     
    Ce livre s’intitule « Sky Girl : les premiers pas d’une héroïne.
     
    « Cela parle d’une demoiselle aux pouvoirs surhumains.
     
    Et cette histoire se déroule en partie à Amay.
     
    Certaines rues sont citées. Il y a même une action qui se déroule durant le carnaval d’Amay.
     
    Mais je parle également de Huy, Liège, Namur, même si j’aime rester régional » nous dit-il encore.
     
    En fonction du succès de ce roman, un second est déjà dans son imaginaire où l’intrigue se déroulera exclusivement à Amay.
     
    Assistant social de formation, Nicolas est donc un grand passionné d’écriture, qu’elle soit scénarisée ou romancée. « J’aime beaucoup le terme « auteur ».
     
    Ainsi, je ne suis pas catégorisé dans un domaine bien précis.
     
    Je peux m’employer à tout essayer en fonction de mon ressenti ou du projet. Je peux partir sur un scénario, un conte, un roman, une chronique ».
     
    Cette passion, il la cultive depuis qu’il a fréquenté l’école de l’Abbaye de Flône.
     
    « Tout a commencé en 2003 lorsqu’un professeur nous a donné un cahier pour y tenir une sorte de journal intime. Comme je n’avais rien à dire sur moi-même, je me suis exprimé d’une autre façon.
     
    Etant fan de la saga X-Files, j’ai commencé à écrire l’histoire d’un duo policier travaillant sur les Ovnis.
     
    Aujourd’hui, j’écris toujours leurs aventures ». Au final, l’inspiration lui vient de divers milieux.
     
    « L’Histoire m’inspire mais aussi la musique. Dernièrement, j’ai été inspiré par l’album 13 d’Indochine.
     
    Mes premiers lecteurs me disent lire ça avec leur âme d’enfant alors qu’ils sont adultes, mes histoires restent avant tout bienveillantes ».
     
     
    Ces livres se destinent donc à un public large, de 7 à 77 ans.
     
    Vous pouvez dès lors retrouver « Les contes de la Sorcière Rose – Recueil 1 » au prix de 10 euros ou encore « Sky Girl » au prix de 14 euros chez Press Shop à Amay et la Dérive à Huy.
     
    Vous pouvez également les commander sur le site www.publier-un-livre.com ou encore suivre les pages facebook de Nicolas : Les Contes de la Sorcière Rose et Sky Girl : les premiers pas d’une héroïne.
     
    L’Amaytois accueillera ses lecteurs au village du livre de Beaumont le 3 et 4 octobre.
     
     
    Article par CEDRIC MONTULET
     
  • Saint Nicolas a rendu visite aux écoliers des trois implantations à Nandrin.

    Lien permanent

    Saint Nicolas a rendu visite aux enfants en calèche à Nandrin!

    À Nandrin, les enfants ont pu apercevoir Saint Nicolas ce jeudi… tout en gardant les distances. Une visite toujours aussi appréciée malgré un contexte difficile.

    « Il faut rappeler que l’on est toujours en période Covid et que tout rassemblement est interdit. Le gouverneur de la Province a cependant laissé une fenêtre ouverte aux bourgmestres pour mettre en place une organisation qui permettait d’avoir le passage de Saint-Nicolas en respectant les règles sanitaires. Le grand Saint est passé dans les trois implantations de la commune en calèche sur les différents parkings. Les enfants se trouvaient à quelques mètres », souligne Michel Lemmens, le bourgmestre de Nandrin. Cette initiative émane des enseignants de chaque implantation et de leur comité respectif et a ensuite été approuvée par le Collège.

    Des subsides pour les enfants

    Durant quelques minutes, les enfants de l’école communale de Saint-Séverin, de Villers-le-Temple ainsi que de l’école Saint-Martin ont accueilli le grand Saint en chantant, le sourire aux lèvres. De quoi faire plaisir et rendre le sourire à tous.

    Au vu de la situation et de la période, la commune a décidé d’octroyer des subsides de cinq euros par enfant pour les trois implantations scolaires. « Cela va permettre de renflouer les caisses car il n’y a plus aucune festivité organisée, ni de fancy-fair… », conclut le bourgmestre.

    Article de par Par A.D.

     

    Article complet Sudinfo  Clic ici 

     

    st nic2.jpg

    st nic.jpg

     

  • Décos de Noël en région liégeoise: des budgets de 1.000 à 320.000€!

    Lien permanent

    En fonction des communes, de leurs centres urbains ou de leur ruralité, le budget est fortement différent en ce qui concerne les décorations et illuminations de Noël. Ainsi, des communes comme Dalhem ne dépensent que 1.000 euros pour ses illuminations, alors que Seraing dépense un peu moins de 50.000 euros et Liège… 320.000 euros ! Des budgets fortement impactés par un choix majeur : faire l’acquisition de ces décorations ou les louer.

    Certaines communes comme Liège, Flémalle ou encore Seraing, fonctionnent avec une société à laquelle ils louent les décorations. Un moyen de renouveler fréquemment les illuminations et créer la surprise auprès du public.

    D’autres Villes et Communes ont opté pour l’achat du matériel, comme c’est le cas pour Esneux, Visé ou encore Sprimont. Lorsque le matériel est acquis, il faut prendre en compte, qu’après quelques années, il doit être renouvelé.

     
     

    Du côté de Soumagne, 48 décorations sont placées sur la commune pour un montant de 15 000 euros. Si les illuminations placées sur la façade de l’administration communale ont été acquises par la commune en 2015, les autres guirlandes sont quant à elles, louées.

    Le traditionnel arbre de Noël est loin de passer à la trappe cette année encore. Les fêtes de fin d’année riment souvent avec tradition et le sapin de Noël ne déroge pas à la règle.

    Ainsi, à Bassenge, des sapins naturels sont placés devant les édifices communaux et un arbre de 6 à 8 mètres est installé sur la place de Roclenge.

    À Fléron, quatre sapins de 4 mètres sont logés sur diverses places et Blegny fait de même en plaçant un arbre imposant dans chaque village.

     

     

    Convivialité et chaleur

    Bien sûr, cette année est une année particulière et cela impacte fortement la période des fêtes. Certaines communes comme Liège, ou encore Herstal ont décidé de ne rien changer au niveau illuminations. Le bourgmestre f.f. de Herstal, Jean-Louis Lefèbvre, a indiqué : « La crise sanitaire n’a pas impacté notre politique de décorations de Noël. L’année 2020 a été difficile pour tout le monde et de nombreux événements ont été annulés. Les illuminations traditionnelles et les sapins sur les places sont une tradition à Herstal et nous tenions à ce que les habitants puissent en profiter en cette fin d’année un peu particulière ».

    À Trooz, l’échevine de la Communication, Joëlle Deglin, a indiqué : « Le budget avait été inscrit avant la crise. Nous l’avons bien entendu maintenu. En effet, le collège a estimé qu’il s’agit d’une action qui contribue au soutien du commerce local, qui a un impact sur le moral des habitants et qui amène un peu de convivialité et de chaleur en ces temps difficiles. »

    D’autres communes ont décidé de placer davantage d’illuminations, comme c’est le cas pour Neupré, qui éclaire davantage la commune pour « mettre du baume au cœur de nos concitoyens », a indiqué la commune.

    C’est également le cas à Seraing où « le budget a été augmenté pour donner plus de lumières à la population en cette période difficile ». Cependant au niveau de la commune, on précise : « Certains points à illuminer ne le seront pas cette année suite à des problèmes techniques (coupure de section sur éclairage public) qui n’ont pu être résolus du fait de la crise sanitaire. »

    Liège se pare de mille feux malgré l’absence de marché

    Place du Marché, à Liège.
    Place du Marché, à Liège. - L.H.

    La Ville de Liège passe des marchés tous les trois ans concernant les décorations de Noël et même si cette année, le légendaire marché de Noël sera absent, il n’est pas question pour l’administration de faire des économies sur les illuminations. Rien ne changera par rapport à l’an dernier.

    Elle dépensera 320.000 euros pour les illuminations de Noël. Cela comprend des décorations majestueuses ou de simples guirlandes de rues comme on peut en voir dans plusieurs artères de la Cité ardente.

    Si la question s’est bien évidemment posée, la Ville n’envisageait pas de couper les illuminations à 22 heures, heure du couvre-feu. « Les décorations sont éclairées de 7 h du matin à 9 h, puis de 15 h à minuit », nous explique-t-on au cabinet de Maggy Yerna, échevin en charge du Développement économique et territorial. « Nous avons pris la décision d’allumer les illuminations jusqu’à minuit. Les couper deux heures plus tôt aurait eu un impact mineur sur la consommation d’électricité. De nombreuses personnes peuvent se trouver dans la rue pendant le couvre-feu, on pense notamment aux policiers, aux infirmières et tous les travailleurs qui ont des horaires décalés. Il faut également tenir compte des riverains qui profitent des illuminations de chez eux. Notons que la consommation des illuminations pour toute la période des fêtes représente la consommation en électricité annuelle de deux ménages de quatre personnes. »

    Le cabinet de l’échevine précise : « Il y a également certains endroits où les illuminations restent allumées toute la nuit. Il s’agit d’une demande spécifique de la police, pour une question de sécurité. »

    Au total, la Ville place 416 décorations, illumine 42 rues, fait scintiller 7 places et a déposé 16 sapins de 5 mètres de haut dans ses différents quartiers. Elle fait également briller d’autres endroits stratégiques grâce à des illuminations féériques comme le binamé ourson de la place Saint-Lambert, ou encore la fontaine de lumières de la place de L’Yser en Outremeuse.

    L.S.

    Les illuminations, le top départ des festivités

    Illumination des galeries Saint-Lambert à Liège.
    Illumination des galeries Saint-Lambert à Liège. - L.H.

    L’arrivée des illuminations de Noël dans les rues est toujours très attendue par les citoyens. Il semblerait que cette année, une certaine impatience plane autour de ces décorations. Nombreuses sont les communes et villes belges qui ont demandé aux installateurs de venir poser les illuminations plus tôt que d’ordinaire. Beaucoup ont déjà fait leur sapin de Noël, sans même attendre le passage du grand Saint. Une situation qu’on pourrait peut-être expliquer par l’impatience de célébrer à nouveau.

    Pour Fabienne Glowacz, professeur de psychologie à l’université de Liège, les décorations dans l’espace public et privé permettent de célébrer et de mettre en scène Noël. Elle indique : « Malgré la situation particulière que nous vivons, les illuminations de Noël permettent de marquer l’entrée dans la période symbolique de préparation des fêtes de fin d’années. La vie se ponctue par des moments clés comme le début et fin d’année scolaire, les fêtes de carnaval, les anniversaires, les mariages… Cette année, ces événements ont été soit reportés, soit annulés. Il est donc important de ne pas manquer Noël. Les gens garnissent leurs maisons, ça leur rappelle que tout n’est pas « perdu », mais aussi qu’ils ont besoin de se réjouir et d’être portés positivement par tout ce qui est associé à ces fêtes ».

    « Les événements de cette année nous ont tous marqués, transformés, mais il est important de créer des ambiances de fêtes et de joies. Bien sûr, nous vivrons un Noël différent, mais surtout ne pas s’arrêter à cette idée d’un Noël foutu, mais d’un Noël « petit », mais grand en défi », clôture Fabienne Glowacz.

    L.S.

    Une entreprise liégeoise fournisseur de fééries

    Fabriqué sur mesure.
    Fabriqué sur mesure. - L.H.

    Il y a une dizaine d’années, François-Xavier Mathoul a créé B »lachère illumination Belgique ». Il a débuté en illuminant le centre de Liège et s’occupe aujourd’hui de mettre en lumière de nombreuses villes et communes belges comme Anvers, Charleroi, Knokke, Herstal ou encore Chaudfontaine. L’homme est aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui emploie toute l’année une vingtaine de personnes.

    « J’ai une entreprise active dans la signalisation routière et les panneaux lumineux », explique François-Xavier Mathoul, CEO de Blachère illumination Belgique, située dans le zoning des Hauts Sarts. « Mais chaque année, on avait moins de travail durant les fêtes. J’aimais déjà beaucoup les décorations de Noël et je me suis dit pourquoi ne pas me lancer dans cette aventure. Je suis donc allé à la rencontre du leader mondial d’illuminations de Noël, l’entreprise Blachère dans le sud de la France. C’est notamment eux qui illuminent les Champs-Élysées et la 5e avenue à New York. Durant une saison, j’ai travaillé pour eux sur la Belgique en ayant l’exclusivité et depuis 10 ans maintenant, nous avons créé Blachère illumination Belgique.

     

    Nous pouvons répondre à des budgets allant de mille à des centaines de milliers d’euros. Nous créons des projets sur mesure pour nos clients », explique François-Xavier Mathoul. « Nous travaillons pour Noël toute l’année. Dès février, nous prenons les premiers contacts avec nos clients, pour voir ce qu’ils souhaitent. Nous devons ensuite dessiner les décors, les présenter au client qui prépare son cahier de charges. Dès début septembre, nous entamons la partie technique avec des poses de câbles et la mise en place des produits débute en octobre. »

    François-Xavier Mathoul ajoute : « Cette année, de nombreux clients nous ont demandé de venir installer les illuminations plus tôt, pour apporter une ambiance chaleureuse en ces temps moroses. »

    Article de Laura .Salamon.

     

     

    Article complet et photos Sudinfo Clic ici 

  • Fêter Noël autrement, le Belge a déjà plein d’idées originales !!! et Vous ?

    Lien permanent

    Le Comité de concertation a cassé les espoirs de familles prêtes à enfin se retrouver pour réveillonner.
     
    Mais, certaines d’entre elles ont décidé de conserver la magie de Noël en célébrant l’événement autrement. Voici un petit tour des idées proposées par les internautes.
     
    Des bougies en cœur.
     
    « Ma maman est enfermée dans sa maison de repos depuis des semaines. Le 24 décembre à 20 h, on ira lui souhaiter une bonne fête en mettant dans le jardin de sa résidence des bougies. Elles formeront un cœur. Cela lui réchauffera le cœur tout comme ceux des autres résidents du home », explique Nathalie, une Louviéroise sur Facebook.
     
    Des dessins de ses enfants.
     
    Emma propose, elle, d’aller coller le soir du réveillon des dessins de ses enfants sur toutes les vitres des personnes âgées. « Une surprise originale, pas chère du tout, respectant les distanciations sociales et le couvre-feu. Elle motivera les enfants, apportera un peu de chaleur chez nos proches isolés et rendra ce Noël bien moins morose ».
    DJ de rue et virtuel.
     
    Marc est, DJ.
     
    Il fera danser ses voisins et ses followers.
     
    « Chaque année, je mixe dans une salle et fais danser une centaine de personnes.
     
    Cette année, ce sera pareil.
     
    Je mixerai en direct sur Youtube et, vu l’enthousiasme de mes voisins de danser directement dans la rue chacun devant leur maison pendant 15 minutes, je transmettrai vers 21 h une partie de la soirée via des baffles disposés devant mes fenêtres », explique le Montois à ses abonnés.
     
    Des chants à la mode US.
     
    Maud, une institutrice, propose de célébrer Noël à l’américaine.
     
    « Vous sonnez aux portes avec un bâton pour garder la distanciation sociale nécessaire. Quand les gens ouvrent, malgré le masque, vous leur chantez Noël. ‘Petit Papa Noël’, ‘Let it snow’, ‘All I want for Christmas is you’... Les possibilités sont nombreuses et ces chants donnent toujours le sourire. ça, c’est l’esprit de Noël ».
     
     
    On s’inspire d’émissions.
     
     
    « Nous, on jouera à ‘Un dîner presque parfait’.
     
     
    Chaque membre de notre foyer préparera un plat exotique et il sera noté par les autres.
     
    Le grand gagnant aura un cadeau de plus que ses concurrents », propose un internaute sur un groupe Facebook sur la magie de Noël.
     
     
    Apéros virtuels mais originaux.
     
     
    Enfin, certains proposent de célébrer Noël via les apéros virtuels.
     
    Ils sont devenus une tradition depuis le premier confinement.
     
    Mais, soir de fête oblige, certains vont mettre une touche d’originalité à ces apéros à distance : soirée déguisée, karaoké, jeux de rôle, mime, blind test, concours de la plus belle table et du sapin le plus original…
    Vendredi, les experts de la Santé appelaient tous les citoyens à être inventifs pour fêter Noël.
     
    Les Belges jouent le jeu.
     
    D’ici le 24 décembre, des idées bien plus originales et farfelues verront encore le jour !
     
     
    Article de ALISON VERLAET
     
     
     
     
     
     
     
     

  • Bonne fête aux Catherine et Catherinettes le 25 novembre !!! la Saint Catherine !!!

    Lien permanent

    Les catherinettes étaient fêtées le 25 novembre, jour de la fête de sainte Catherine d'Alexandrie, vierge et martyre, patronne des jeunes filles.

    La date est fixe, elle a lieu le 25 novembre de chaque année. Le jour de la Sainte-Catherine, la tradition veut que les filles célibataires de plus de 25 ans portent un chapeau et fassent la fête entre elles. La fête de la Sainte Catherine est une célébration commémorant la sainte probablement légendaire du IVe siècle, Catherine d'Alexandrie.

    Cette journée est également dédiée aux femmes n'étant pas encore mariées.

    Catherinettes — Wikipédia

     

    19377624.jpg« À la Sainte-Catherine, tout bois planté prend racine » (fin novembre est le début de la période propice au bouturage des branches d'arbres ; par extension le dicton véhicule l'image à tout bois raciné, ce qui est valable jusqu'à la fin de l'hiver). 

    Le jour de sa fête, on fait cuire au Canada une sucrerie à base de mélasse, la tire de la Sainte-Catherine.

    Autrefois, les statues de sainte Catherine placées dans les églises étaient ornées d'une coiffe qui était renouvelée chaque année.

    Cette opération était le privilège des jeunes femmes âgées de plus de 25 ans et encore célibataires.

    Ainsi l'expression « elle va coiffer sainte Catherine » signifiait que la jeune femme en question n'avait toujours pas trouvé de mari.

    Cette dernière pouvait alors implorer la sainte avec la prière suivante : « Sainte Catherine, aide-moi.

    Ne me laisse pas mourir célibataire.

    Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine ; mais plutôt un que pas du tout ».

    Elle était alors appelée « reine Sainte-Catherine ».

    Les hommes, dans quelques régions, pouvaient aussi implorer sainte Catherine, mais c'est beaucoup plus rare.

    Ils étaient alors appelés « roi de la Sainte-Catherine » ou « roi Sainte-Catherine ».

    Actuellement, dans certaines régions, il arrive que l'on rencontre le 25 novembre des jeunes femmes portant des chapeaux multicolores (où dominent parfois le vert et le jaune) visiblement fabriqués pour la circonstance.

    Ce sont des Catherinettes qui fêtent gaiement l'événement.

    En Franche-Comté, la Sainte Catherine est encore fêtée : de grandes foires agricoles ont lieu, notamment à Vesoul (Haute-Saône).

    La plupart des pâtissiers vendent aussi du pain d'épices de la Ste Catherine (au chocolat) dont le fameux cochon avec son sifflet à la place de la queue. 

     

    Source Wikipédia 

     

  • Bonne fête de Sainte Cécile aux musiciens aujourd'hui 22 novembre !!!

    Lien permanent
    musiquepljnb.jpgst cc.jpg
     
    Sainte Cécile est la patronne de la musique, des musiciens, des compositeurs, des luthiers, des chanteurs et des poètes. 
    Cécile de Rome, une des sainte Cécile, ou sainte Aziliz dans le calendrier breton des saints, est une sainte chrétienne.
    Elle aurait vécu à Rome, aux premiers temps du christianisme.
    Sa légende en fait une vierge qui, mariée de force, continua à respecter son vœu de virginité. On la fête le 22 novembre.
    Sainte Cécile est la patronne des musiciens et des musiciennes ainsi que des brodeurs et brodeuses.
     
    En France, la cathédrale d'Albi est la seule cathédrale à porter le vocable de sainte Cécile. 
    Cette cathédrale est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, et possède le plus grand orgue classique de France. Cécile y est honorée chaque année lors de sa solennité avec vénération des reliques lors de la messe solennelle de la sainte Cécile.
     
    Pourquoi dit-on qu’elle est la patronne des musiciens ?
     
    Parce que Cécile serait entrée le soir des noces, chez son époux en chantant et en s’accompagnant d’un orgue, elle est devenue la patronne des musiciens. Mais aussi parce qu’en allant au martyre, Cécile entendit la musique de Dieu et se mit à interpréter des chants mélodieux, ce qui fit d’elle la figure emblématique des musiciens, puis des autres artistes.
    Sainte Cécile est, à l’époque moderne, la patronne de la musique sacrée, à qui beaucoup de musiciens ont rendu hommage.
     
    Un passage de sa légende affirme qu'en allant au martyre elle entendit une musique céleste. 
    Cette anecdote en fera la patronne des musiciens, des luthiers et des autres fabricants d'instruments de musique. 
    On la représente avec une couronne de fleurs, symbole de virginité, un plant de lys, un instrument de musique et une épée.
     Elle est souvent enturbannée et richement habillée, signes d'une origine patricienne.
     C'est l'un des martyrs des débuts de l'Église les plus vénérés, mentionné dans le canon de la messe depuis 496.
     
     
     
     
    La maison et Ovide Musin place de Nandrin Violoniste de Nandrin né en 1854 à Nandrin 

    nan1.jpg

     

    427686369.jpg

  • 21 couples se sont dit « oui » à Nandrin en 2019 et dans le Condroz ?

    Lien permanent

    Plus de mariages à Huy-Waremme, contrairement à la moyenne belge (détail par commune)

    L’arrondissement de Huy-Waremme est visiblement un endroit où il fait bon s’aimer. Alors que la Belgique dans son ensemble enregistre une baisse des mariages de l’ordre de 1,75% entre 2018 et 2019, l’arrondissement de Huy-Waremme connaît une augmentation de 1%, avec 667 mariages célébrés en 2019, contre 661 en 2018. Et la différence se fait encore plus sentir en comparaison avec l’arrondissement voisin, Liège, qui comptabilise une baisse de 4% de ses mariages !

    Il faut dire que les temps changent et les habitudes matrimoniales également. Bourgmestre d’Anthisnes depuis 25 ans, Marc Tarabella (PS) a enfilé plus de 350 fois l’écharpe mayorale pour unir des couples «pour le meilleur et pour le pire» : « J’ai vu une évolution très nette. Les mariés aujourd’hui réfléchissent beaucoup. Les mariages à la vingtaine se font très rares. Les mariés ont de plus en plus souvent 40, 50 voire 60 ans. Mon dernier mariage unissait par exemple deux personnes de 70 ans et 67 ans ».

    Parallèlement à cette légère baisse nationale des mariages, la Belgique connaît une timide diminution des divorces (-3%). De son côté, Huy-Waremme enregistre une étonnante stagnation : 379 divorces en 2018, et le même nombre en 2019.

     

    Des disparités entre les communes

    Mais derrière ces moyennes se cachent en réalité de grandes disparités entre les communes. Ainsi, Huy a enregistré 67 mariages en 2019 pour 45 divorces, Waremme 51 mariages pour 37 divorces… Ouffet est l’unique entité où les divorces ont été plus nombreux que les mariages l’année dernière (6 séparations pour 5 nouvelles unions).

    La commune d’Oreye enregistre de son côté une surprenante augmentation des divorces de l’ordre de 175% (de 4 à 11). De quoi laisser perplexe le mayeur Jean-Marc Daerden (MR) : « Cela peut fort changer d’une année à l’autre. Il est difficile de trouver une explication ».

    Beaucoup de mariages reportés en 2020

    Si les tendances de 2018 et 2019 semblent assez similaires, les chiffres des mariages de l’année 2020 s’annoncent exceptionnellement bas. La raison : les nombreuses cérémonies annulées à cause de l’épidémie de coronavirus.

    « Des mariages ont été reportés deux ou trois fois ! Des gens ont cependant maintenu le mariage, notamment pour une date symbolique… mais ont reporté la fête », explique le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux (Écolo), qui adore sceller les unions.

    « C’est une passion. Sur mes trois mandats, j’ai toujours tenu à conserver l’état civil. Le mariage est une étape de la vie, et toujours un moment particulier. J’espère que les cérémonies pourront bientôt reprendre», confie l’écologiste, qui s’apprête à passer de nombreux samedis de 2021 à la maison communale.

    Ro.Ma.

    Crisnée, la commune de l’amour

    Si l’amour est dans le pré, il est également à Crisnée. À la lecture des chiffres de Statbel, la petite localité hesbignonne semble en effet sortir du lot avec une augmentation de 117% des mariages et une baisse de 60% des divorces !

    « Parlons des choses heureuses », se réjouit le bourgmestre Philippe Goffin (MR). L’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense ne le cache d’ailleurs pas : il adore célébrer les mariages. « C’est toujours un beau moment. Les mariages à Crisnée sont souvent un peu décalés. J’essaie de faire participer les mariés pendant la cérémonie, mais également les témoins, les parents... Je pose souvent des questions notamment sur les circonstances de la rencontre et on apprend des choses étonnantes ».

    Par rapport aux tendances 2018-2019, le député-bourgmestre met cependant en garde : les données des petites communes sont trompeuses et un écart de quelques unités peut rapidement représenter des dizaines de pourcents. Crisnée ne compte en effet qu’une augmentation de 7 mariages entre 2018 et 2019 (de 6 à 13) et une baisse de 6 divorces (de 10 à 4). « Il faut relativiser les chiffres. Le nombre de mariages en 2018 avait été étonnamment bas ». L’année 2019 s’avère donc être en fait un rééquilibrage, un « retour à la normale ».

    À Crisnée comme ailleurs, de nombreux mariages ont dû être reportés cette année 2020, et seront donc (on l’espère) organisés en 2021. Rendez-vous donc dans deux ans pour voir si Crisnée conserve son titre de « commune de l’amour » !

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Article Complet Clic ici 

     

     

    Lire la suite

  • Comme chaque année, Bpost a ouvert le secrétariat de Saint-Nicolas

    Lien permanent

    Bonne nouvelle pour les plus petits: les enfants peuvent à nouveau envoyer leurs lettres à Saint-Nicolas

    Comme chaque année, Bpost a ouvert le secrétariat de Saint-Nicolas, annonce mercredi l’entreprise postale.

    Avec la prolongation du congé d’automne, les enfants bénéficient en effet de quelques jours de plus pour se montrer créatifs.

    Quiconque adressera une petite lettre, un dessin ou un bricolage au Grand Saint recevra cette année encore une réponse, par l’intermédiaire de ses assistants postaux.

    Saint-Nicolas reçoit quelque 300.000 lettres en moyenne chaque année à l’adresse rue du Paradis 1, 0612 Ciel.

    Celles postées avant le 29 novembre recevront une réponse aux alentours du 6 décembre.

    Il n’est pas nécessaire d’affranchir les lettres destinées au plus grand ami des enfants, rappelle d’ailleurs Bpost.

    Le secrétariat du Grand Saint a cependant besoin de l’adresse de l’expéditeur pour pouvoir renvoyer la réponse et la surprise.

     

    Environ 2.000 boîtes aux lettres spéciales « Saint-Nicolas » vont en outre faire leur apparition dans tout le pays.

    Il s’agit de boîtes aux lettres rouges classiques « relookées » avec la mitre de Saint-Nicolas et une longue barbe blanche.

     

    Article Complet Sudinfo clic ici 

     

    IMG_1398.JPG

  • Nordmann Express vente de sapin de Noël par livraison où à domicile !!! cette année uniquement sur commande

    Lien permanent
     

    norman.jpg

    Ho ho hoooo les sapins sont de retour 
    Voici les tarifs de 2020 avec quelques nouveautés!!
    -concours du plus beau sapins et pour le gagnant un sapin gratuits pour 2021!!
    -Des sapins en pots sur commande ( pots jusqu’à 65litre !)
    -pieds de qualité avec réserve d’eau ! Fini les croisillons, et une durée de vie du sapin encore mieux adapté !
    Nordmann express pour vous servir
     
    0495 56 38 70
     
    vente de sapin de Noël nordmann par livraison où à domicile, couper dans nos forêts, qualité certifié
     
    Rue Vigneux 61 4550 Nandrin, Belgique
     
     
     

     

     

     
     
  • Visite Virtuelle des cimetières de Nandrin en vidéos

    Lien permanent

    Les morts ne réclament ni fleurs, ni regrets, mais une part de la vie qu'ils ont donnée, une part dans la vie qu'ils ont vécue.!!!

    Une pensée à toutes les personnes que nous aimons devenues des étoiles !!!!

    Album photos clic ici 

    Nandrin https://youtu.be/93QxX7KWqb4

    https://youtu.be/3aslFNmUAcc

     

    Saint-Séverin 

    https://youtu.be/JWtNGIIk_iA

     

     

    Villers Le Temple 

    https://youtu.be/ZOj_f53Ut3A

  • C'est plutôt le 1er novembre que les citoyens consacrent à la visite des tombes de leurs proches

    Lien permanent

    En Belgique, en France, au Luxembourg, La fête des morts  le 2 novembre dans les faits, mais il n'est pas un jour férié, alors que le 1er novembre (jour de la Toussaint) en est un.

    C'est donc plutôt le 1er novembre que les citoyens consacrent à la visite des tombes de leurs proches, d'où une confusion fréquente entre la Toussaint et la Commémoration des fidèles défunts.

    Il est courant de fleurir la tombe avec un pot de chrysanthèmes, la fleur la plus achetée ce jour-là.

    Pour l'Église catholique romaine, le 2 novembre correspond à la Commémoration des fidèles défunts, célébration des morts par des messes, en particulier pour les défunts de l'année écoulée. La messe a une valeur de purification des péchés véniels pour atteindre la vision béatifique.

     

    Cette fête a une origine monastique : elle a été, en effet, célébrée pour la première fois à l'abbaye de Cluny, sous l'abbatiat d'Odilon (994-1049) qui l'institua.

    Ce jour est traditionnellement consacré à une visite familiale au cimetière et à l'entretien des tombes.

     

    Source info 

  • Le 1er novembre est un jour férié associé à la fête catholique de la Toussaint

    Lien permanent

    La Toussaint est une fête catholique, célébrée le 1er novembre, au cours de laquelle l’Église catholique romaine honore tous les saints, connus et inconnus.

    La Toussaint précède d’un jour la Commémoration des fidèles défunts, dont la solennité a été officiellement fixée au 2 novembre, deux siècles après la création de la Toussaint.

    Le 1er novembre est le 305e jour de l'année du calendrier grégorien.
    Il reste 60 jours avant la fin de l'année, le 306e en cas d'année bissextile.
    Dans plusieurs pays européens, le 1er novembre est le jour férié associé à la fête catholique de la Toussaint.

  • Des Bonbons s'il-vous-plaît ! Pourquoi Halloween ? Attention Cette année les mesures Covid19

    Lien permanent

    L'événement principal de la fête est la chasse aux bonbons, aussi appelé passage d'Halloween, durant lequel des enfants déguisés vont de porte en porte pour réclamer des friandises.

    Les petits anglophones crient « Trick or treat ! », qui signifie « Farce ou friandise ! ». En France et en Belgique, l'habitude est de dire une phrase semblable à celle des anglophones « Des bonbons ou un sort ! »Note 1. Tandis qu'au Québec, les enfants crient « Bonbons s'il-vous-plaît ! ».

    En ce sens, Halloween fut d'abord connue sous le nom de « Soirée des tours » dans les premières régions des États-Unis où elle se diffusa. Les costumes des enfants, souvent effrayants, servent à donner l'illusion que les esprits maléfiques d'autrefois reviennent hanter les rues des villes dans lesquelles le porte-à-porte est pratiqué.
    La tradition du porte-à-porte pour demander de la nourriture existait déjà au Royaume-Uni et en Irlande : les enfants et les pauvres chantaient et récitaient des prières contre soul cakes (gâteaux de l’âme). La tradition d'Halloween est née au XIXe siècle en Écosse et en Irlande.

    Aux États-Unis et dans les pays du Commonwealth, le trick-or-treating est une tradition depuis les années 1930.
    Les propriétaires de maisons souhaitant participer à cette tradition décorent habituellement leur porte de toiles d'araignées, de squelettes en plastiques ou de Jack-o'-lantern. Les habitants sont eux-mêmes souvent déguisés, donnent des friandises, des barres de chocolat, et parfois même des boissons gazeuses. Certaines personnes utilisent des effets sonores et de la fumée pour ajouter de l'ambiance.


    À une certaine époque, aux États-Unis, il y eut de nombreuses rumeurs portant sur des enfants qui auraient retrouvé des épingles et des lames de rasoir dans des pommes et des bonbons récoltés la nuit d’Halloween. Bien qu'il existe des preuves de ces incidents, ces actes malveillants sont extrêmement rares et n'ont jamais donné lieu à des blessures graves. Néanmoins, certaines mesures de sécurité ont été mises en place pour rassurer la population.


    La collecte pour l'UNICEF est devenue une tradition durant Halloween au Canada et aux États-Unis. Débutant en 1948 comme événement local dans une banlieue de Philadelphie, le programme consiste en la distribution de petites boîtes aux écoliers, avec lesquelles ils peuvent solliciter des dons en visitant les maisons. Selon les estimations, les enfants ont amassé plus de 119 millions de dollars américains pour l'UNICEF depuis le début du programme.

    En 2006, l'UNICEF retire ces boîtes dans certaines parties du monde, citant des problèmes administratifs et de sécurité.

    Halloween ou l'Halloween en français canadien, est une fête folklorique et païenne traditionnelle originaire des îles Anglos-Celtes célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la fête chrétienne de la Toussaint. Son nom est une contraction de l'anglais All Hallows-Even qui signifie the eve of All Hallows' Day en anglais contemporain et peut se traduire comme « la veille de tous les saints » ou « la veillée de la Toussaint ».


    En dépit de son nom d'origine chrétienne et anglaise, la grande majorité des sources[réf. souhaitée] présentent Halloween comme un héritage de la fête païenne de Samain qui était célébrée au début de l'automne par les Celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an. Halloween est ainsi connue jusqu'à nos jours sous le nom de Oíche Shamhna en gaélique. Elle est une fête très populaire en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles où l'on trouve de nombreux témoignages historiques de son existence. Jack-o'-lantern, la lanterne emblématique d'Halloween, est elle-même issue d'une légende irlandaise.


    C'est à partir du VIIIe siècle, sous le pape Grégoire III (731-741) et, au siècle suivant, sous le pape Grégoire IV (827-844), que l'église catholique déplaça la fête de la Toussaint, qui pouvait se fêter jusqu'alors après Pâques ou après la Pentecôte, à la date du 1er novembre, christianisant ainsi la fête de Samain.
    La fête d'Halloween est introduite aux États-Unis et au Canada après l'arrivée massive d'émigrants irlandais et écossais notamment à la suite de la Grande famine en Irlande (1845-1851). Elle y gagne en popularité à partir des années 1920 et c'est sur le nouveau continent qu'apparaissent les lanternes Jack-o'-lanterns confectionnées à partir de citrouilles, d'origine locale, en remplacement des navets utilisés en Europe.


    Halloween est aujourd'hui célébrée principalement en Irlande, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et, dans une moindre mesure, dans de nombreux autres pays. La tradition moderne la plus connue veut que les enfants se déguisent avec des costumes effrayants à l'image des fantômes, des sorcières, des monstres ou des vampires et aillent sonner aux portes en demandant des friandises avec la formule : Trick or treat! qui signifie « des bonbons ou un sort !


    La soirée peut également être marquée par des feux de joie, des feux d'artifices, des jeux d'enfants, la lecture de contes horrifiques ou de poèmes d'Halloween, la diffusion de films d'horreur mais aussi la tenue de messes anticipées de la Toussaint dans sa composante strictement religieuse

     

    Source

     

    75266161_1613275218808623_5165609956342235136_n.jpg

     

  • Horaire des célébrations de la Toussaint 2020

    Lien permanent

    Samedi 31 octobre


    17h00 : eucharistie à l’église de Hody, d’Ocquier et de Saint-Séverin.

     


    Dimanche 1 novembre


    09h00 : eucharistie à l’église de Borsu et de Tavier.
    10h30 : eucharistie à l’église d’Anthisnes, de Nandrin et de Terwagne.
    11h00 : célébration de la Parole à la chapelle de Xhos.
    14h00 : eucharistie à l’église des Avins, de Villers-le-Temple et de Warzée.
    15h00 : célébration de la Parole à l’église de Fraiture.
    15h30 : eucharistie à l’église de Clavier-Village et de Seny.

     


    Lundi 2 novembre


    10h30 : eucharistie à l’église d’Ouffet et de Tinlot.


    A l’entrée des églises ou des cimetières, des prières et des rameaux de buis bénis seront à votre disposition


    pour vous aider à vivre un temps de recueillement près de la tombe de vos défunts.
    Dans certains cimetières, après la célébration prévue à l’église,
    une personne se tiendra à votre disposition pour la bénédiction des tombes.

     

    toussaint.jpg

  • L'appel d'une habitante de Villers-le-Temple Nandrin que tous les riverains décorent leur maison pour Halloween et Noël

    Lien permanent

    Nos vies sont perturbées à cause du COVID-19. J'aimerais dès lors que tous les riverains décorent leur maison pour Halloween et Noël afin qu'un peu de magie s'installe dans tous les cœurs. Que les rues soient éclairées pour remonter le moral !
    Prenez des photos et publiez-les afin de montrer que nous sommes solidaires durant cette période difficile.
    Que nos enfants puissent circuler en voiture et être émerveillés par l'ambiance qui règne dans chaque commune.
    Voici quelques idées à réaliser prochainement.
    Merci de votre soutien.
    Nicole FRANCOIS
    (Villers-le-Temple)

     

     

     

  • Idée sortie ? David transforme sa maison en véritable antre de l’horreur

    Lien permanent

    David transforme sa maison en véritable antre de l’horreur à Bierset! 

     

    David (38 ans) est un véritable passionné de la fête de Halloween.

    Au fil des ans, il a emmagasiné un stock incroyable de décorations en tous genres, au point qu’il en ait développé une activité complémentaire.

    Et chaque année, sa maison de Bierset se transforme en un spectacle aussi impressionnant qu’effrayant !

    Tout a commencé il y a dix ans d’ici, au départ, via l’organisation d’un « simple » souper sur le thème de Halloween, pour son club de mini-foot.

    Depuis, David Mottard, s’est découvert une véritable passion pour la fête des citrouilles !

    Sorcières, squelettes, vampires et autres morts-vivants rythment son quotidien.

    « J’étais déjà fan, à la base, des films d’horreur », introduit l’habitant de Bierset, « mais la fête de Halloween m’a plu aussi pour ce qu’elle dégageait aux États-Unis, et qui était bien plus rare chez nous.

    De fil en aiguille, j’ai commencé à acheter du matériel, sur internet et dans des magasins spécialisés.

    Avec un voisin, quand j’habitais Herstal à l’époque, on s’était amusé à décorer nos fenêtres, puis l’étage, la façade…

    Je me suis vraiment pris au jeu, cherchant à toujours faire mieux, plus grand, plus impressionnant, plus beau », sourit-il.

    Au point que David Mottard finit par être contacté à droite à gauche pour du prêt de décorations -bénévolement- dans des écoles, des salles et autres organisations.

    « Je me suis rendu compte que c’était devenu une réelle passion. Au-delà de l’argent que je mets de côté un peu chaque mois pour investir dans du nouveau matériel, je me suis mis à fabriquer moi-même de véritables décors », détaille-t-il.

    Comme un « Black Pearl » hanté de 7 sur 4 mètres, le navire de « Pirates des Caraïbes », ou encore le décor de « Ça », du nom de ce film d’épouvante au clown terrifiant, adapté du roman de Stefen King.

    « J’ai commencé par la création d’un cimetière aussi, que je peaufine davantage chaque année, avec des pierres tombales, des revenants, des squelettes… ou encore une chambre d’enfants hantées par des clowns, comme l’an dernier. »

    Aujourd’hui, David Mottard possède 26 « animatorix », du nom de ces mannequins animés qui bougent, parlent et s’illuminent. Mais aussi près de 2.000 pièces d’éléments de décoration en tous genres stockés dans toute sa cave et un garage qu’il loue spécifiquement à cet effet.

    « Je pense qu’il doit y en avoir pour plus de 10.000 euros d’investissements », reconnaît-il.

    « Je ne suis pas un grand sorteur, je ne pars pas spécialement en vacances, c’est mon petit plaisir à moi. »

    avec sa fille de trois ans

    Un plaisir soutenu par son épouse mais qu’il partage aussi avec sa petite fille de trois ans, qui l’aide bien volontiers au montage. « On ne lui a jamais présenté les monstres comme tels.

    Elle n’a pas peur, elle est habituée », sourit le Grâcieux-Hollognois. Un père de famille qui, d’ailleurs, est policier en région liégeoise dans sa vie professionnelle.

    Mais qui s’est aussi lancé, en complémentaire depuis un an, dans cette activité événementielle.

    « Dans mon quotidien, on voit souvent des gens quand ça ne va pas.

    Ici, avec cette activité, on met du sourire aux lèvres des personnes, on leur apporte de l’imaginaire et ça me plaît !

    Le reste de l’année, j’ai aussi lancé des formules pour les anniversaires, plus joyeuses je vous rassure !

    Nous avons perdu notre fils l’an dernier et cette épreuve m’a poussé à me lancer, à me dire que la vie peut être trop courte, qu’il faut en profiter un maximum. »

    Cette année encore, David Mottard passera la veille de Halloween à préparer sa maison.

    « Cela me prend des dizaines d’heures mais, quand je m’y prenais trop tôt, il y avait malheureusement des vols et du vandalisme », précise-t-il.

    Et il espère pouvoir encore faire profiter le public de son imagination terrifiante. « C’est un plaisir que les gens puissent venir voir ma décoration.

    L’an dernier, il y a bien eu près de 200 personnes et c’était vraiment chouette, c’est une forme de récompense pour moi.

    Développer encore tout ça, c’est un véritable rêve », a-t-il conclu.

    Pour observer un décor sensationnel le soir du 31 octobre, c’est sur « Dash Events » sur Facebook, ou chez David, que cela se passera…

    Dash Events

    Par Emilie Depoorter

    Source Sudinfo

  • Halloween : le Covid fait peur aux monstres et sorcières

    Lien permanent

    Les déguisements restent dans les rayons pour le moment 

    La fête d’Halloween et ses traditionnels cortèges et soirées sont fortement compromis cette année pour ne pas dire tout simplement annulés. Ce qui ne fait pas les affaires des magasins de déguisements : on ne s’arrache pas vraiment les costumes de sorcières et autres monstres.  
     
    Vu les nouvelles mesures sanitaires, tout ce qui était prévu pour la fête d’Halloween tombe à l’eau.
     
    Dans les parcs d’attractions, dans les discothèques et même pour les cortèges dans les villages. Ce qui désespère les magasins qui vendent des déguisements.
     
    Chez Festival Center, au Roeulx, l’ambiance est particulièrement morose.
     
    « Notre commerce est au plus mal », nous explique la patronne.
     
    « Nous n’avons fait aucun chiffre d’affaires au carnaval puisque, dans la région, ils devaient avoir lieu en mars. Même chose pour les grandes fêtes, les baptêmes ou les mariages.
     
    Maintenant c’est Halloween et ce sera peut-être aussi pareil pour les fêtes de fin d’année.
     
    Les membres de mon personnel sont en chômage technique et, si cela continue, je ne pourrai pas les reprendre.
     
    Comme c’est la crise pour tout le monde, les gens n’achètent pas du nouveau.
     
    Beaucoup vont réutiliser les costumes de l’an dernier. Nous avons d’ailleurs peur de commander des produits Halloween même si les usines nous pressent. »
     
     
    C’est vrai qu’il est un peu tôt pour se préoccuper de son déguisement mais, en général, selon la patronne de Festival Center, les ventes commencent tout de même à décoller en cette période de l’année.
     
    « C’est généralement la dernière semaine d’octobre qui est la plus chargée. »
     
    Ce que confirme l’attachée de presse de Dreamland, Nathalie Roisin : « Pour les costumes, les accessoires et le maquillage, il s’agit d’articles qui sont pour la plupart achetés à la dernière minute.
     
    La meilleure semaine de vente est la semaine précédant Halloween. »
     
    Chez Festival Center, si on s’attend à une chute des ventes, c’est surtout chez les jeunes de 18-25 ans : « Ils prennent des costumes élaborés en général et achètent pour se rendre à des fêtes en discothèque notamment. Cette année, on peut oublier. »
     
     
    Même son de cloche chez Dreamland : « En raison de la pandémie, nous nous attendons sans grande surprise à moins de fêtes et de tournées du quartier, ce qui aura très certainement un impact sur les ventes, principalement au niveau de l’assortiment pour les adultes. Les enfants auront toujours l’occasion de fêter Halloween à l’école ou d’une manière alternative. »
     
    Les petites fêtes dans les classes semblent en effet maintenues un peu partout.
     
    « Notamment dans la région de Charleroi », nous explique la patronne de Festival Center, « où nos ventes sont bonnes pour les petits. »
     
     
    Concernant les décorations, comme les figurines, les citrouilles ou encore les toiles d’araignée, les ventes ont aussi l’air de bien se porter.
     
    Les gens vont tout de même décorer leur extérieur même si de vilaines reines maléfiques, des sorcières ou des spectres noirs (les costumes en vogue pour les enfants) ne viendront pas sonner à leur porte pour réclamer des bonbons.
     
    Article par M.PAREZ

  • Bonne fête aux Marie, bon 15 Août à vous toutes et tous !

    Lien permanent

    Le prénom Marie vient du prénom hébraïque Miryam.

    Le prénom Marie est dérivé de Miryam, un prénom d'origine hébraïque qui signifierait "goutte de mer".

    Prénoms approchants Mae, Maire, Manon, Mara, Mari, Maria, Mariam, Mariamné, Marica, Mariela,Marielle, Marietta, Mariette, Marig, Marika, Mario, Mariola, Marioline, Marion,Marisa, Marise, Mariska, Marita, Marite, Mariuccia, Mariya, Marja, Maroussia,Marta, Maruja, Marusca, Marushka, Maruska, Mary, Maryam, Maryse, Marza,Maureen, Maïté, Maïwen, Maïwenn, Meria, Merium, Meryem, Miriam, Miryam,Myriam, Märge, Méry, Méryt

     

    L'Assomption de Marie est un dogme mariologique de l'Église catholique selon lequel, au terme de sa vie terrestre, la mère de Jésus a été « élevée au ciel ». Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever ». La fête catholique célébrant l'assomption de Marie a lieu le 15 août.

    Avant d'être un dogme, l'Assomption de Marie était donc une croyance reposant sur des traditions et non sur des bases scripturaires reconnues des premiers temps de l'Église.

    L'Église catholique a considéré que cette tradition était conforme au dépôt de la Foi et « longuement mûrie par un siècle de théologie mariale omniprésente » depuis la proclamation du dogme catholique de l'Immaculée Conception, dont il n'existe cependant pas trace dans la Bible.

    Source Wikipedia

     

  • Aucune festivité n’est prévue à Huy le 15 août à cause de la pandémie !!!

    Lien permanent

    Événements interdits les 14, 15 et 16 août 

    Le bourgmestre Christophe Collignon a pris un arrêté pour éviter les rassemblements durant ce week-end 

    Aucune festivité n’est prévue à Huy le 15 août à cause de la pandémie, mais le bourgmestre redoute tout de même les rassemblements spontanés durant ce week-end à Huy.
     
    Il a donc décidé de prendre un arrêté pour interdire tous les événements les 14, 15 et 16 août.  

    Le 15 août sera très particulier à Huy cette année.

    Pas de feu d’artifice, ni de foire, ni de rassemblements des confréries gastronomiques.

    N’empêche, depuis des décennies, ce jour de fête est ancré dans le cœur des Hutois.

    Et le bourgmestre de Huy redoute que le 15 août soit l’occasion d’organisation de fêtes ou de rassemblements « spontanés ». Des attroupements qu’il veut à tout prix éviter en cette période de pandémie.

    Dès ce vendredi 6h
     
    Christophe Collignon a donc décidé de prendre un arrêté pour interdire sur le territoire hutois toute manifestation, organisation ou activité qu’elle soit organisée sur le domaine public ou sur le domaine privé accessible au public, les 14, 15 et 16 août.
     
    Cette interdiction liée à la crise Covid sera effective dès le vendredi 14 août 6h et jusqu’au lundi 17 août à 1h. L’arrêté prévoit aussi que l’horeca ne peut organiser d’autres activités que ses activités habituelles, que les émissions musicales sont interdites, que les aubettes à boissons, les cuisines mobiles, les tonnelles et les chapiteaux sont aussi interdits durant la période ciblée.
     
    De rares exceptions sont prévues pour des activités considérées comme non-problématiques et qui sont déjà dûment autorisées par l’autorité.
     
    Le 7 mai, le gouverneur avait déjà pris un arrêté pour interdire tous les événements sur le territoire de la Province. Il s’agissait alors des grands événements programmés au cours des mois à venir, comme la fête foraine ou le feu d’artifice.
    L’arrêté pris ce mardi par le bourgmestre est plus précis et vise à interdire spécifiquement les « petits » événements qui pourraient survenir spontanément durant ce week-end, habituellement festif.
     
    Par ailleurs, pour éventuellement intervenir en cas de rassemblements de foule à Huy, le bourgmestre avait demandé des renforts policiers du fédéral ou des autres zones.
     
    « Huy est un pôle, attire du monde et a un effet de centralité dans la région. Pour le 15 août par exemple, des gens vont venir à Huy, malgré les annulations d’événements. Il faut des renforts policiers pour appliquer les directives » nous expliquait-il.
     
    La Ville de Liège a d’ailleurs fait la même démarche et a obtenu des renforts.
     
    Mardi, le bourgmestre n’avait pas encore de réponse formelle à son appel, mais espérait, lui aussi pouvoir compter sur des effectifs supplémentaires durant ces trois jours.
     
    Dans notre édition du 28 juillet, Christophe Collignon confiait que la zone de police de Huy fonctionnait actuellement avec 30 % à 40 % de ses effectifs.
     
    « Ainsi, le soir, il y a environ quatre policiers pour surveiller la Grand-Place de Huy, un lieu particulièrement fréquenté » précisait-il.
     
    Article et rédaction par Aurélie Bouchat 
     

    Christophe Collignon