Les divers

  • Les vins locaux classés avec les vins étrangers !!!

    Lien permanent

    L’année 2019 a été un peu plus difficile pour les vignerons wallons. Mais elle n’en reste pas moins une bonne année.

    « D’après le sondage réalisé après les vendanges, on devrait connaître une baisse de 30 % par rapport à 2018 et revenir à une production semblable à 2015, qui était aussi un record », indique Pierre Rion, président de l’Association des vignerons de Wallonie (AVW). Rappelons qu’en 2015, la production était de 620.000 bouteilles.


    Une bonne année donc, mais la production reste bien mince face à la demande. En moyenne, les Belges consomment 300 millions de bouteilles de vin par an ! Ils n’ont donc d’autre choix que d’importer, avec une prédilection pour la France.

    En 2019, la Belgique a importé quelque 12.677.590 caisses de douze bouteilles de vins français. Soit plus de 114 millions de litres ! Des importations en très légère diminution par rapport à 2018.

    La conséquence du succès du vin belge ? Une question qui fait beaucoup rire Pierre Rion. « Le marché belge est bien trop petit », sourit-il. « Ce n’est pas significatif. Par contre, en Belgique comme ailleurs, on consomme de plus en plus de bouteilles venant d’autres pays que la France. »


    De même, les taxes américaines qui menacent les exportations du vin français vers les États-Unis ne peuvent constituer une opportunité pour le vin belge. « Les exportations sont très marginales. Et la Belgique est une grande inconnue dans l’esprit collectif américain. Ce n’est pas vers nos vins qu’ils vont se tourner. »

     

    Convaincre l’Horeca


    D’autres défis attendent par contre les vignerons belges. « Aujourd’hui, les vins belges fonctionnent bien chez les particuliers. Mais nous avons un gros retard dans l’Horeca », explique le président.

    « Saviez-vous que le vin belge figure généralement dans les pages réservées aux vins du Nouveau Monde ?

    Ou qu’il se trouve parmi les vins étrangers ? » Dans les restaurants, le choix de base reste en effet le Bordeaux. « Nous voulons donc motiver le monde professionnel à mettre en avant les vins locaux », explique Pierre Rion.


    Si l’Horeca commence à valoriser les productions belges, le nombre de bouteilles produites pourrait s’avérer insuffisant. « Les traiteurs rencontrent déjà parfois des soucis d’approvisionnement. Mais nous devrions doubler les surfaces de nos vignobles d’ici 3 à 5 ans.

    Nous sommes donc loin d’avoir une pénurie. Et grâce à ces nouvelles surfaces, l’offre va gentiment suivre la demande. »


    Par  Sa.B.

     

    Source

  • Aujourd'hui 15 février 2020 un astéroïde géant se dirige droit sur la Terre

    Lien permanent

    Aujourd'hui 15 février, l’astéroïde 2002 PZ39 va passer à proximité de la Terre.

    Mais rassurez-vous, il n’y aurait aucun danger pour nous, « même hypothétique » selon l’expert Alexeï Baïgachev.

    L’astéroïde passera derrière la Terre en s’approchant d’elle à une distance minimale de 0,039 unités astronomiques. Dans les unités de mesures auxquelles nous sommes habitués, cette distance est énorme, presque six millions de kilomètres. Par comparaison, la Lune est 15 fois plus proche de la Terre. Bien entendu, ce survol d’astéroïde ne représente aucun danger pour la Terre et ses habitants, même hypothétique », explique ce chercheur, cité par le service de presse de son Université.

     

    La pire des choses qui pourrait arriver, mais qui est impossible dans ce cas-ci, serait une collision entre l’astéroïde et la terre. Selon lui, cela aurait des conséquences catastrophiques puisque l’énergie émise dépasserait la détonation thermonucléaire la plus puissante. Mais on le reprécise, l’objet ne fera que frôler la terre.

    « Techniquement, tant qu’il ne pénètre pas dans les hautes couches de l’atmosphère, il se contentera d’incurver sa trajectoire et continuera sa course dans l’espace », précise d’ailleurs Pierre Henriquet, médiateur scientifique au Planétarium de Vaulx-en-Velin, à Numerama. « Un petit astéroïde carboné dont l’essentiel va se vaporiser dans l’atmosphère ne sera pas aussi dangereux qu’un astéroïde métallique, dont seule la surface va être abrasée et dont l’essentiel de la masse va arriver au sol. Un astéroïde n’est pas ‘dangereux’ ou ‘pas dangereux’ dans l’absolu, il passe près de la Terre dans un certain couloir défini par l’incertitude de sa trajectoire. Si (tant que) la Terre est dans ce couloir d’incertitude, on garde un œil dessus et on fait de plus amples mesures pour avoir plus d’informations et réduire la taille de ces incertitudes. Une fois que la Terre n’est plus dedans, il n’est plus potentiellement dangereux », ajoute-t-il.

    Source

  • Nouveau record pour les sites du groupe Sudpresse: plus d’1,2 million de visiteurs ce vendredi

    Lien permanent

    Jamais nos différents sites d’information n’ont fait mieux.

    Ce vendredi, les médias du groupe Sudpresse sont entrés encore un peu plus dans l’histoire. Au total, 1.284.524 internautes ont visité nos différents sites.


    Pour suivre l’information locale, nationale, politique, internationale, sportive, ou pour vous détendre, vous avez été nombreux à vous rendre sur notre site gratuit Sudinfo.be ou sur nos éditions pour abonnés LaMeuse.be, LaNouvelleGazette.be, NordEclair.be, LaCapitale.be ou LaProvince.be.


    Et cette performance, c’est à vous que nous la devons. Votre fidélité nous pousse à toujours faire mieux pour vous informer, et pour cela, merci.

    Source

  • Une partie des modems VOO ont été touchés par une importante faille de sécurité.

    Lien permanent

    Une partie des modems VOO ont été touchés par une importante faille de sécurité.
     
    Cette vulnérabilité critique pourrait notamment être exploitée par des attaquants pour récupérer des informations confidentielles. L’opérateur a relancé à distance une partie de ses appareils durant la nuit dernière.

    Une partie des Modems exploités par VOO sont victimes d’une vulnérabilité critique.
     
    La faille de sécurité pourrait permettre à des attaquants de prendre le contrôle de l’appareil, de récupérer des données confidentielles ou encore de rediriger leur trafic.

    Baptisée « Cable haunt », cette vulnérabilité toucherait pas moins de 200 millions de modems rien qu’en Europe. Les chercheurs de la société danoise Lyrebird, qui ont découvert la faille, ont publié une liste non-exhaustive des modems touchés, parmi lesquels on retrouve au moins deux modèles utilisés par Voo. Il s’agit d’une partie des appareils Netgear CG3700 et Technicolor.

    « Effectivement, une partie de modems sont affectés », expliquait hier le porte-parole de VOO, Patrick Blocry, à nos confrères du Soir.
     
    « Mais pour exploiter la faille, il faudrait que l’attaquant prenne pied sur le réseau du client ».
     
    Pour corriger le problème, une partie des modems VOO ont été redémarrés de force à distance durant la nuit de mardi à mercredi.
     
    « Cela permettra le téléchargement automatique de la mise à jour et protégera nos clients. L’autre moitié du parc sera rebootée la nuit suivante, de mercredi à jeudi
     
     

  • Pas d’interdiction des feux d’artifice à ce stade en Wallonie.

    Lien permanent

    Les feux d’artifice ont été de nouveau vivement critiqués à l’occasion des réveillons, notamment par les défenseurs des animaux. Mais à ce stade, il n’est pas question de les interdire en Wallonie.


    Les feux d’artifice ont encore largement fait parler d’eux à l’occasion de ces fêtes de fin d’année. Et vont s’inviter au parlement wallon cette semaine.

    Ce mardi, la députée PS Sophie Pécriaux interpellera la ministre du Bien-Être animal, l’Écolo Céline Tellier. Ainsi que le rappelle la députée, les feux d’artifice « engendrent un stress intense pour les animaux (oiseaux, chiens, chats…), sensibles aux détonations, et occasionnent des décès d’oiseaux par crise cardiaque. Ceci paraît être en contradiction avec la DPR (déclaration de politique régionale, NdlR) qui prévoit que le gouvernement garantira un meilleur respect du bien-être animal. »


    La députée pose dès lors trois questions à la ministre : est-ce qu’elle envisage une interdiction totale, comme en Flandre, des feux d’artifice ?

    Ou faut-il qu’ils soient organisés dans des endroits prévus à cet effet, loin des habitations, sans la présence d’animaux domestiques. Ou faut-il généraliser les feux d’artifice dits « silencieux », pour au moins conserver l’aspect festif de ces événements ?

    Précisons que les feux d’artifice « silencieux » ne le sont pas vraiment. On parle de feux à « bruit contenu », c’est-à-dire qu’ils ne produisent que de 60 à 80 décibels, contre 150 pour les feux d’artifice classiques.


    En Flandre, le gouvernement régional a émis la volonté d’interdire totalement les feux d’artifice, sauf dérogation. Une décision qui a été attaquée par le fédéral devant la Cour constitutionnelle.

    Le décret flamand est jugé disproportionné et contraire aux règles européennes.

    Il semble surtout que le texte du décret flamand ne soit pas assez précis.


    Communes


    En Wallonie, on attend donc aussi l’avis de la Cour constitutionnelle… Mais une chose est claire pour le moment : il n’y aura pas à ce stade d’interdiction au sud du pays.


    La porte-parole de Céline Tellier précise : « En Wallonie, les communes ont de toute façon la possibilité d’interdire les feux d’artifice sur certaines parties de leur territoire ou à certains moments.

    Ce système permet de s’adapter aux spécificités locales. (…)

    Par ailleurs, certaines communes ont choisi d’opter pour les feux d’artifice à bruit contenu, qui semblent constituer une alternative intéressante. Nous sommes en train d’examiner le dossier, pour éventuellement mettre en place des actions, parmi lesquelles la sensibilisation des communes à cette alternative. »


    C’est aussi une revendication de Gaia qui, depuis quelque temps déjà, incite ses membres et ses sympathisants à alerter leurs bourgmestres.

    Gaia continue de tenir le macabre décompte des animaux morts à cause des feux d’artifice. Et voudrait que les trois Régions les interdise. Ce ne sera pas le cas de la Wallonie, donc.


    Céline Tellier conclut : « Je suis attentive au bien-être animal et je suis convaincue qu’il est possible de faire la fête et de s’amuser tout en respectant les animaux. Je ne pense pas qu’il faille opposer les deux. »


    Par Benoît Jacquemart

     

    Source

  • Au nom du Blog Villageois Nandrin Sudinfo, Bonne année 2020 !!!

    Lien permanent

    2020.JPG

     

    Merci !

    En mon nom, au nom des correspondants du Blog Sudinfo.be .

    Je souhaite vous remercier pour cette année 2019 riche en informations.

    À l’année prochaine 2020 pour de nouvelles aventures météorologiques, polémiques et insolites !

    Et d’ores et déjà…

    Bonne année 2020 !

    Votre Blogueuse Jeannick Piron 

  • Les 3 applications de la décennie

    Lien permanent

    Elles font partie de votre quotidien. Ces applis ont révolutionné notre manière de communiquer. Le sociologue Dominique Boullier dresse le top 3.


    1. Youtube. « En termes d’occupation du temps d’attention, Youtube est très importante et montre que le vocal, à travers la vidéo, revient », explique-t-il.


    2. Whatsapp et les applis de messagerie instantanée.


    3. Instagram, qui a, selon le spécialiste, « modifié l’écosystème » à travers son format.


    Suivent Twitter, Snapchat et Tik Tok. « Twitter », explique Dominique Boullier, « est limité à un certain public mais donne le rythme sur la toile ».

    En revanche, Snapchat et Tik Tok sont définies par le professeur comme deux applications qui sont dans « l’hyper immédiateté ».

    « Sur ces réseaux, on peut avoir une communication qui permet de maintenir le lien, mais moins élargie que celle qu’on peut avoir sur Whatsapp ou sur d’autres messageries qui permettent l’envoi de données comme fichiers et documents », conclut le professeur.

     

    Source

    Nouvelle décennie, nouvelle ère ? Les années 20 verront-elles la chute des géants du Web ? Rien n’est moins incertain, tant leur suprématie semble assise sur d’une part, des capitaux gigantesques et, d’autre part, un public très fidèle. Force est de constater, en tout cas, que les Facebook, Twitter & co. semblent plus que jamais ancrés dans les pratiques et usages médiatiques du quotidien.

     

    On retrouve donc, dans l’ordre :

    – Facebook

    – Messenger

    – WhatsApp

    – Instagram

    – Snapchat

    – Skype

    – Tik Tok

    – UC Browser

    – YouTube

    – Twitter

    On notera toutefois deux grandes tendances : les réseaux sociaux qui tentent de professionnaliser leur offre, pour en public de plus en plus « corporate » (Twitter, Facebook et Skype) et, d’autre part, ceux qui s’orientent beaucoup plus vers les jeunes (Instagram, Tik Tok et Snapchat).

    On constatera également que Mark Zuckerberg, le jeune créateur mégalomane de Facebook a eu les dents longues ces dix dernières années : en effet, les quatre lauréats de ce top 10 lui appartiennent (Facebook, Messenger, Instagram et Whatsapp).

    Source

  • Le nouveau ministre de la Défense à la rencontre du 4e bataillon

    Lien permanent

    Le nouveau ministre de la Défense, Philippe Goffin, est allé mardi matin à la rencontre des militaires de l’opération de sécurité intérieure Vigilant Guardian, en cours depuis près de cinq ans, en affirmant que leur présence en rue et dans les aéroports restait indispensable en dépit de la diminution de la menace terroriste.


    M. Goffin (MR) s’est d’abord rendu à l’aéroport de Zaventem, accompagné par de hauts responsables militaires, dont le chef de la Défense (Chod), le général Marc Compernol. Il a accompagné une patrouille qui sécurise la zone publique de Brussels Airport – actuellement des hommes et des femmes du 4e bataillon de génie d’Amay.


    « Nous sommes présents pour manifester notre soutien au travail (des militaires) sur le territoire national », a-t-il affirmé à quelques journalistes en rappelant qu’il avait déjà rendu visite au début du mois, peu après son entrée en fonction, le 1er décembre, comme ministre de la Défense et des Affaires étrangères, aux détachements belges déployés au Niger et au Mali, en Afghanistan et en Lituanie.


    M. Goffin a expliqué que l’opération Vigilant Guardian restait nécessaire – elle a été prolongée vendredi par le gouvernement fédéral jusqu’au 2 février 2020, avec un maximum de 550 personnes.

    « Les circonstances le justifient », a-t-il souligné, alors que le niveau d’alerte terroriste est redescendu à deux (sur une échelle de quatre), avec certains sites (aéroports, gares internationales, métros, ambassades) maintenus en niveau 3, selon l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la menace (OCAM).


    Il a néanmoins réaffirmé sa volonté de réduire à terme ce « gros effort » pour la Défense.


    Par Belga

    Source

  • Un sapin avec ou sans boules

    Lien permanent

    24 décembre oblige, Tchantchès, très inspiré, vous a trouvé une petite histoire drôle de Noël.
     
    « Pour économiser le prix d’un sapin de Noël, deux amies se rendent dans les bois pour trouver un sapin qui aura fière allure dans leur salon.
     
    Au bout de deux heures de recherches intensives, elles ne trouvent pas leur bonheur et se découragent petit à petit lorsque la première, harassée, s’exclame : « Bon, j’en ai marre ! Le prochain sapin que l’on voit, avec ou sans boules, on le prend ! »
     
     
    LE BILLET DE TCHANTCHÈS
     

  • Coup de théâtre pour Miss Belgique

    Lien permanent

    Coup de théâtre pour Miss Belgique:

    AB3 renonce à diffuser l’événement à la télévision, trois semaines avant l’élection!

     

    Miss Belgique à la télévision, c’est terminé ! « Le vrai problème était que l’élection n’était plus diffusée en télévision en Flandre. Du coup, la production est devenue fragile », estime le boss d’AB3. Mais, il ne ferme pas totalement la porte… à condition qu’une réflexion de fond soit menée sur l’élection. « Je pense même que c’est l’occasion de tout remettre à plat, de réfléchir à comment faire évoluer l’élection », estime Philippe Zrihen. « Il appartient désormais au Comité Miss Belgique de trouver des partenaires solides au nord du pays, à commencer par un diffuseur, pour relancer le concours en télévision et en faire un rendez-vous qui soit avant tout conçu comme une émission. Pour le reste, Miss Belgique est un événement national et il n’a d’intérêt que s’il demeure comme tel. »

     

     

     

    « Il était plus raisonnable pour AB3 de ne prendre aucun risque. Je vous rappelle que la chaîne payait les droits de diffusion d’une cérémonie qui était produite par le comité Miss Belgique. » Et le patron d’AB3 d’ajouter danune interview exclusive  : « La nouvelle a été annoncée au comité Miss Belgique mardi soir. Je pense que les organisateurs ont compris nos arguments. »

    Le directeur insiste par ailleurs sur le fait que le choix de stopper la diffusion repose exclusivement sur des questions de production et ne souhaite pas revenir sur les polémiques qui ont récemment entaché l’élection.

    Concernant les audiences, celles-ci étaient dans la moyenne de la chaîne voire légèrement supérieures. « Qu’on aime ou pas le programme, Miss Belgique est un sujet de discussion qui déchaîne les passions, qui fait débat dans la presse et sur les réseaux sociaux », pointe le directeur.

     Le concours n’était-il pas devenu tout simplement néerlandophone  ?

     La diffusion du show était-elle rentable pour AB3 ?

     

    Source 

    Miss Belgique fait son grand retour sur RTL!

    Miss Belgique va bien faire son grand retour sur RTL après la rétractation de AB3.

    La cérémonie sera bien diffusée le 11 janvier 2020. C’est RTL qui reprend les droits… mais l’élection ne sera visible que sur la plateforme en ligne RTL Play.

    Pour rappel, depuis 2013, c’est sur AB3 qu’avaient rendez-vous les téléspectateurs toujours curieux de découvrir la nouvelle Miss Belgique. Mais à trois semaines de la future élection, le patron d’AB3 nous avait expliqué qu’il renonçait à montrer l’élection

     

    Source

     

  • Les cloches des vaches du Liégeois agacent dans l’Aude

    Lien permanent

    Patrick Hauglustaine a quitté le domaine du Menil, à Lierneux, pour élever de belles vaches gasconnes dans la petite commune de Saint-Benoît, dans l’Aude.

    Il y a deux semaines, il a placé un coup de gueule sur sa page Facebook et ce « post » a été largement commenté. Y compris dans la presse régionale qui a relayé le message du Liégeois.

    « Ce matin, j’ai été convoqué à la gendarmerie de Chalabre », écrivait-il.

    « La raison ?

    Mes vaches portent des cloches.

    Les chiffres ? 10 cloches sur 23 bêtes sur 20 hectares à Machore, pendant maximum 6 semaines par an.

    Les faits ? Les habitants de la seule maison dans cet endroit rural trouvent qu’ils subissent une nuisance sonore. » Patrick Hauglustaine ponctuait par cette constatation : « Encore un exemple de l’envahissement des citadins dans nos campagnes, des citadins qui essayent de grignoter nos coutumes et traditions ».

    Ces riverains « agacés » sont un couple de retraités, les époux Kühn.

    La Dépêche du Midi nous apprend qu’ils ont acheté une maison jouxtant les prés, voici trois ans. « On a été mis devant le fait accompli », dénonce Monsieur. « Il n’y avait pas de vaches quand on a acheté.

    On est venu ici pour avoir la paix, en se disant qu’on allait être tranquilles car le seul voisin est à un peu plus d’un kilomètre ».


    Diverses tentatives de méditation ont échoué, lit-on.

    Les Kühn soulignent qu’ils ont grandi à la campagne mais que le bruit des clarines, surtout en été quand ils dorment la fenêtre ouverte, est insupportable à leurs oreilles.


    Ils avancent que le Belge n’a pas à mettre des cloches puisque les champs sont clôturés. L’éleveur leur répond que ces cloches sont bien nécessaires pour le vêlage, « si une vache s’éloigne du troupeau ou en cas d’accident ». Il affirme avoir reçu le soutien de nombreux éleveurs de la région.


    Aux dernières nouvelles, les Kühn auraient mis leur maison en vente pour ne plus subir ce vacarme.


    Par Pierre Nizet

     

    Source

  • Ils ont testé le massepain cru blanc ou coloré

    Lien permanent

    Dans le passage Lemmonier à Liège, on repère vite la jolie boutique. Ici tout est fait maison et devant vous. Jean-Marie bosse dans le commerce depuis des années, une vraie histoire de famille née avec son grand-père. Aujourd’hui, on retrouve Jean-Marie avec son fils Jean-Luc à la confection, et Françoise dans le comptoir. Plusieurs spécialités de massepain cuit, réalisées notamment dans de superbes moules appartenant à la famille depuis 1814. À apprécier encore : les gaufres, spéculoos et les lettres farcies aux fruits confits.

    Sans conservateur

    Le secret d’un bon massepain : « 50 % de sucre, 50 % d’amandes mais de qualité, comme les nôtres, les Faro, venues d’Espagne. Et pas de colorant ni de conservateur. Il doit reposer une semaine, avoir été bien mélangé et au final être tendre comme un steak », explique Jean-Luc. Meilleur qu’un massepain de grandes surfaces…

    Les massepains colorés

     

     

    INTERMARCHÉ - Pâtes d’amande tricolore 33 %

     

     

    « Le visuel n’est pas terrible même si le rose reste sympa dans le massepain. Au goût et au toucher, c’est agréable ».

    250g

    1,85 €

    DELHAIZE - Massepain fruits

     

     

    « Visuellement c’est joli. Le goût est dans la moyenne mais le sucre en plus en surface, c’est trop ».

    150 g

    2,99 €

    ALDI - Ambiante, pâte d’amande fruits

     

     

    « Ici l’amertume est très présente, on ne retient que cela. Visuellement, c’est sans surprise ».

    150 g

    1,19 €

    LIDL - Favorina, fruits, 40 % d’amande

     

     

    « La texture est collante et il est trop sec. Il a un goût d’essence de produit ».

    150 g

    1,19 €

    COLRUYT - Boni, 6 fruits

     

     

    « Ici, c’est le plus amer et il est aussi très sec. Il a peu de saveur, comme s’il n’avait pas été assez mélangé ».

    150 g

    1,19 €

    BIO-PLANET - Funsch, massepain bio

     

     

    « C’est spécial, c’est très friable, encore une fois trop sec, avec la présence d’essence ».

    100g

    3,39 €

    Les massepains blancs

     

     

    CARREFOUR - Massepain, 50 % d’amande

     

     

    « Il est tendre au toucher, il est assez mou, la texture est bien mais ça manque franchement de goût ».

    150g

    1,59 €

    LIDL - Favorina, massepain 50 % d’amande

     

     

    « C’est dans la moyenne mais paradoxalement, il est dur et gras en même temps ».

    250g

    1,95 €

    INTERMARCHÉ - Massepain Euromas

     

     

    « L’aspect n’est pas mal, il n’est pas sec du tout mais ça manque de saveur, de goût de massepain ».

    150g

    1 €

    CARREFOUR - Les délices de Basil, 50 % d’amande

     

     

    « On ne ressent pas du tout le goût de l’amande. Il est trop sec, même pour le découper ».

    145g

    1,95 €

    INTERMARCHÉ - Euromas, pâte d’amande 50 %

     

     

    « La couleur est surprenante, il est vraiment très blanc et il y a pas mal de sucre ».

    250g

    2,49 €

    CARREFOUR - Massepain bio, 50 % d’amande

     

     

    « Il est vraiment très sec, comme une brique, comme s’il avait été préparé il y a longtemps ».

    145g

    3,99 €

    COLRUYT - Boni, massepain 50 % d’amande

     

     

    « C’est très spécial mais pas du tout agréable à manger. Comme si on avait autre chose que du massepain ».

    250g

    1,98 €

    Par Muriel Sparmont

    Source

  • QUI EST CE JEUNE LIÉGEOIS?

    Lien permanent

    Jean ou Jacques, le gamin sérésien recherché par le GI?
    Le 11 juin, nous avions recueilli le témoignage et relayé l’appel de Kenneth Novak, un retraité habitant la banlieue de Chicago. L’homme nous avait contactés car il participe à un programme historique en faisant partie des volontaires récoltant les souvenirs de tous les vétérans de la guerre 40-45.
    Parmi ces GI qui ont combattu en Belgique, et plus particulièrement à la bataille des Ardennes, il y a un certain Richard « Dick » Truitt. L’homme est aujourd’hui âgé de 95 ans et il appartenait à la 3e division blindée du 83e bataillon de reconnaissance. Il conduisait un petit tank de reconnaissance, un Stuart ME et avait pour mission de déterminer la localisation exacte des ennemis allemands.
    Si Kenneth nous avait joints, c’était pour retrouver la trace d’une jeune (à l’époque) liégeois qui a marqué le souvenir de Dick. Le GI aimerait savoir si le gamin de 16 ans monté sur son char du côté de Seraing était toujours vivant. C’était au mois d’août 1944 et Dick venait de Huy. À l’époque, Dick avait 21 ans. Le jeune Belge aurait 90 ans aujourd’hui, s’il était toujours vivant. Habitant à West Chicago, Dick a eu 5 enfants et compte 14 petits-enfants et 22 arrière-petits-enfants. Le problème, c’est qu’il ne rappelle plus l’identité du Liégeois.
    Tous les deux décédés
    Depuis la parution de cet article, nous avons reçu deux appels.
    L’un provient de Bernard Collin qui habite à Liège.
     « Le garçon sur la photo pourrait être mon papa mais je n’en suis pas sûr », nous dit-il.
     « Il s’appelait Jacques et était né le 18 mai 1928 ».
    Il parle à l’imparfait car son père est décédé en 1992 des suites d’un cancer des poumons.
    « Sa filleule, Jeanine, trouve que la photo est fort ressemblante à mon père.
     Elle habite Bastogne aujourd’hui ».
    Une autre personne nous a contactés.
    Il s’agit d’Anne Lise Bouchoms.
    « Cela pourrait être mon oncle, Jean Bouchoms », nous dit-elle. « Le problème, c’est qu’il est décédé l’an dernier en… Nouvelle-Zélande où il était parti vivre, à l’âge de 30 ans ». Elle nous envoie une photo de son oncle datant plus ou moins de cette époque. Sans certitude. Quant à Bernard Collin, il essaie de trouver une photo de son père à l’âge de 16 ans…

    Par Pierre Nizet
     
     
     
    Richard «
Dick
» Truitt et le jeune Liégeois.Richard « Dick » Truitt et le jeune Liégeois. - DR
     
    Une photo de Jean Bouchoms.
    Une photo de Jean Bouchoms. - DR

  • Ce qui a changé dès novembre 2019

    Lien permanent

    Si ce 1er novembre a pour beaucoup été marqué par le souvenir des êtres disparus, il a aussi été signe de changements dans plusieurs secteurs, des lois et des changements étant entrés en vigueur.

    Ainsi, fini pour les patients de pouvoir aller chercher leurs médicaments avec une ordonnance faite des mois auparavant.

    Désormais, les prescriptions médicales ne seront plus valables que trois mois, à moins que le médecin ait indiqué une date plus longue sur l’ordonnance.

    Jusqu’à présent, un pharmacien pouvait vous fournir vos médicaments prescrits sans limite de temps… S’il vous reste de vieilles ordonnances, vous avez tout de même trois mois pour aller chercher vos médicaments, une période transitoire étant prévue jusqu’au 31 janvier 2020.

    Pour les (très) jeunes fumeurs aussi, les temps changent. Interdit, désormais, de vendre des produits contenant du tabac, cigarettes et tabac à rouler mais aussi cigarette électronique, à des mineurs de moins de 18 ans.

    La limite était à 16 ans jusqu’à présent. Une mesure qui divise les libraires et les gérants de stations-service, notamment, obligés désormais de demander leur carte d’identité aux jeunes acheteurs sous peine de s’exposer à de lourdes amendes.

    Sachant que 90% des consommateurs de tabac ont commencé à fumer avant leurs 18 ans, l’objectif est ici de réduire l’accès au tabac auprès de la jeune génération.


    Ce vendredi, le géant Apple a aussi lancé sa plateforme de streaming vidéo, baptisée Apple TV+, afin de contrer Netflix et Amazon sur ce terrain, avec un prix attractif de 4,99 euros par mois.

    Dans 15 jours, un autre acteur arrivera sur le secteur: Disney+.

    Enfin, côté flamand, le football s’est ouvert aux transgenres ce vendredi, puisque l’aile flamande de la fédération belge de football a adapté ses règles pour que les personnes transgenres puissent passer facilement des compétitions féminines à masculines, et inversement, sans tenir compte du critère de sexe mais sur base d’une expertise médicale, psychologique, juridique et/ou sociale.

     

    Source 

  • Toujours est-il qu’Alibaba ne rime pas forcément uniquement avec avions ?

    Lien permanent

    Le premier train Alibaba venant de Chine

    Liege Airport va accueillir le géant chinois du commerce en ligne Alibaba. Toujours est-il qu’Alibaba ne rime pas forcément uniquement avec «avions». En effet,  vendredi passé après-midi, c’est un… train qui est arrivé à Bierset.

    Un train de marchandises affrété par Alibaba Cainiao parti de la ville de Yiwu et qui est arrivé en terres principautaires après 17 jours de voyage.

    «Il faut savoir que la capacité d’un avion pour le transport de marchandises est d’environ 100 tonnes,détaille Bert Sélys, responsable Cargo & Logistique de Liege Airport.

    Un train tel que celui que nous accueillons ici est chargé avec 800 tonnes. L’avion n’est donc qu’une partie du flux dans les mouvements de marchandises. Ici, nous offrons les deux: l’aérien et le ferroviaire.

    Je dirais même les trois, puisque nous avons également les conteneurs maritimes via le Port autonome de Liège.»

    Liege Airport ne mise pas que sur l’aérien. Il y a déjà deux lignes par semaine qui arrivent et démarrent de Bierset en direction de la ville de Zhengzhou pour le transport de marchandises de différents opérateurs.

    Depuis  vendredi passé , une troisième liaison hebdomadaire est lancée entre Liege Airport et Yiwu.


    TRAJET DE 17 JOURS

    Pour le géant chinois du commerce de marchandises en ligne, la région liégeoise est d’une importance stratégique. «Liège avait lancé le premier train à destination de la Chine (Zhengzhou) en 2018.

    Un an plus tard, voici donc une deuxième liaison avec Yiwu, qui n’est autre que le cœur de l’industrie du commerce électronique», pointe Bram Amkreutz, directeur général de Liege Logistics Intermodal.

    «La ligne de train Yiwu-Liège est initialement prévue pour fonctionner une fois par semaine et devrait raccourcir les délais de livraison pour les marchandises circulant entre l’Europe et la Chine», ajoute pour sa part Christian Delcourt, communication manager de Liege Airport.

    Cette liaison ferroviaire pour le transport de marchandises entre l’Empire du milieu et la cité des Princes-Evêques est louée par l’AWEX, l’Agence wallonne à l’Exportation.

    «Yiwu étant au cœur du développement du commerce électronique en Chine, le départ des trains de fret offre aux exportateurs wallons et européens de nouvelles opportunités d’atteindre le marché de la consommation chinoise à moindre coût», souligne Michel Kempeneers, directeur à l’AWEX.

    Par GASPARD GROSJEAN

    Source

  • Ne m’appelez plus

    Lien permanent

    28.000 plaintes en 5 ans

    Les enquêtes n’ont débouché que sur 69 p.-v. et 3 injonctions de cessation d’activité depuis le lancement

    La liste « Ne m’appelez plus » compte plus de 1,4 million de numéros. Mais y figurer ne vous débarrasse pas totalement des publicités téléphoniques. En près de 5 ans, déjà 28.000 plaintes ont été déposées.
    Voici quatre ans était lancée la liste « Ne m’appelez plus », qui apparaissait alors comme une solution miracle pour être débarrassé des publicités téléphoniques : il suffisait de s’y inscrire. Rapidement, les numéros se sont ajoutés les uns aux autres. Actuellement, ils sont plus de 1.406.606 numéros de téléphone à y figurer. Soit un quart de plus qu’il y a deux ans.
    Mais si le succès est au rendez-vous du côté du nombre d’utilisateurs, les résultats escomptés laissent parfois à désirer. En 2019, 6.842 plaintes d’utilisateurs malgré tout dérangés ont déjà été déposées en 8 mois, soit presque autant que sur l’ensemble de l’année en 2018. Depuis 2015, près de 28.000 plaintes ont été enregistrées. Preuve que des failles subsistent… D’autant que certains consommateurs ne prennent même pas la peine de signaler le problème.
    Malgré l’obligation pour les entreprises de respecter la liste, plusieurs infractions sont constatées chaque année. « Depuis 2015, l’inspection économique a ouvert 265 enquêtes », rapporte la ministre de l’Économie Nathalie Muylle. « Vingt-deux avertissements et 69 procès-verbaux ont été dressés. Dans 44 cas, cela s’est traduit par une procédure de transaction administrative d’un montant moyen de 2.294 euros. En outre, l’inspection économique a prononcé trois injonctions demandant aux entreprises de cesser leurs activités. »
    Identifications difficiles
    Les enquêtes ont révélé qu’il s’agissait parfois d’un simple problème d’intégration de la liste dans le système informatique de l’entreprise. Par contre, des firmes ne consultent tout simplement pas la liste ou persistent malgré l’opposition formelle du consommateur.
    Il n’est cependant pas toujours aisé de mener l’enquête, ce qui explique le décalage entre le nombre important de plaintes et le faible nombre de procès-verbaux. « Le masquage de numéro et le remplacement du numéro appelant par un autre rendent difficile l’identification des entreprises qui ne communiquent pas d’emblée leur identité au téléphone. Les plaintes ne permettent donc pas toujours, à défaut d’éléments d’identifications pertinents, de poursuivre efficacement ces entreprises en infraction », explique le SPF Économie. La multiplicité des intervenants dans la chaîne d’identification et le caractère international des entreprises rendent également l’identification plus difficile. Notons également que plusieurs plaintes peuvent renvoyer à la même société. Dans ce cas, un seul p.-v. suffit.
    Interrogée en commission sur le sujet, la ministre a affirmé que cette problématique restait une priorité. « Comme beaucoup d’entre vous, je suis extrêmement contrarié par de tels faits. mon prédécesseur a fait en sorte que davantage de ressources soient disponibles. 40 nouveaux inspecteurs peuvent être embauchés. Davantage d’inspecteurs et de contrôleurs permettront d’identifier davantage d’infractions. »

    Par Sabrina Berhin

    | Source

  • Au premier semestre 2019, 148 millions de bénéfices pour Ethias

    Lien permanent

    Pour l’année de son centenaire, ça cartonne chez Ethias. L’assureur liégeois vient en effet de publier ses chiffres pour les six premiers mois de l’année 2019 et ils sont excellents : 148 millions de résultat net, soit 50 millions de plus que l’an dernier à la même date.
    Le 25 septembre dernier, l’assureur liégeois Ethias fêtait son centenaire dans ses locaux de la rue des Croisiers. Et cerise sur le gâteau, il publie aujourd’hui ses résultats pour le premier semestre 2019 et ils sont excellents : 148 millions de résultat net !
    Tant les activités « vie » que les « non-vie » ont performé. L’encaissement au 30 juin 2019 s’élève à 1.476 millions.
    Ethias reste le leader de l’assurance pour les pouvoirs publics, pour la vente directe et pour le digital.
    1800 personnes y travaillent, dont 800 à Liège.

     

    Par Luc Gochel

     

    Source

  • Des drones au service des panneaux photovoltaïques

    Lien permanent

    Les vols commerciaux de drones sont de plus en plus fréquents.

    À la mi-septembre, nous vous annoncions qu’en un an et demi, quelque 16.000 vols commerciaux, par exemple pour inspecter des bâtiments ou prendre des images aériennes, avaient déjà été recensés en Belgique.

    Leurs missions sont en effet de plus en plus nombreux.

    Le magazine «Construire la Wallonie» en dévoile un supplémentaire: la réalisation de relevés topographiques pour l’installation de panneaux photovoltaïques.

    «L’entreprise Teccon est ainsi intervenue aux Carrières du Hainaut à Soignies, chez Procoplast à Lontzen, à la Brasserie Brunehaut à Rongy, pour ne citer que ces quelques projets», annoncet-il.


    INSTALLATION ET NETTOYAGE

    Le principal atout des drones est de pouvoir accéder à des zones parfois difficiles. Dans les colonnes du média spécialisé, Jonathan Pilonetto, le directeur d’exploitation de Teccon Wallonie,l’expliquait: «Si la surface équipée est accessible et qu’on peut s’y déplacer en toute sécurité, on mesure avec du matériel topographique classique (cannes GPS).

    Par contre, quand c’est plus haut, plus pentu ou que l’accès n’est pas possible, c’est plus simple et efficace par drone.» Il semblerait que les drones puissent également être utilisés pour le nettoyage de ces mêmes panneaux photovoltaïques. En France, la pratique fait l’objet de plusieurs publications à ce propos.

    Il «suffit» d’équiper les engins volants d’un tuyau d’arrosage et le tour est joué.

    Par SB

    Source

  • Anicca Van Hollebeke de Huy-Waremme et Amandine Toffoli la seule Liégeoise en lice pour Miss Belgique 2020

    Lien permanent

     

    Une jeune Faimoise en lice pour Miss Belgique

    Samedi soir, les 32 finalistes de Miss Belgique ont été présentées officiellement. Parmi elles, à peine 13 francophones. Pour la province de Liège, deux filles ont été retenues : Anicca Van Hollebeke, 21 ans, de Faimes, et Amandine Toffoli, 22 ans, d’Ougrée (Seraing), étudiante en première année d’esthétique.

    Pour la région hutoise, Anicca est donc la seule représentante. Elue Miss Liège en août dernier, la voici donc reprise pour la finale nationale prévue le 11 janvier prochain. « Comme je suis déjà Miss Liège, ce n’est pas vraiment une surprise d’avoir été sélectionnée mais j’étais évidemment très contente quand ils sont venus m’apporter l’enveloppe annonçant ma sélection », confie Anicca qui était à la maison avec sa maman et une copine. « C’était vraiment un bon moment », ajoute-t-elle. Comment explique-t-elle qu’elle ait été reprise ? « Je pense que je suis restée moi-même. Il faut avoir confiance en soi et croire en ses compétences ».

    Rester soi-même

    Pour la finale, elle va évidemment devoir tout donner. « Je vais rester fidèle à moi-même et gagner en confiance. C’est toujours un travail sur soi. Il faut foncer et ne pas avoir peur. On est toutes finalistes et toutes contentes d’être là », conclut Miss Liège.

    Dans 15 jours, elle s’envolera pour l’Egypte avec les 31 autres finalistes. Ensemble, elles séjourneront une semaine au Baron Resort de Sharm-el-Sheikh, un superbe hôtel en bordure de la Mer Rouge où les filles auront une semaine bien remplie. Là-bas, elles feront davantage connaissance entre elles. A chaque fois, une francophone logera avec une néerlandophone. Les finalistes rencontreront la presse, feront des interviews et des shootings-photos. Elles tourneront également les petits clips vidéo qui seront diffusés en télé le soir de la finale, finale qui, une fois encore, sera diffusée en direct sur AB3. Ce sera aussi l’occasion de prendre du bon temps et de profiter du soleil, loin de la grisaille belge. Après ce voyage, ce sera la dernière ligne droite avant la finale prévue à La Panne. Répétitions, apprentissage des chorégraphies et choix des tenues : les week-ends entre novembre et janvier seront bien chargés pour les 32 finalistes.

    Par Laurence BRIQUET Source

    Source

     

     

    Première dauphine Amandine Toffoli à Miss Liège, Anicca Van Hollebeke, 23 ans, de Faimes, est devenue la nouvelle Miss Liège clic ici 

    Amandine Toffoli est sélectionné pour miss province de Liège déroulera ce 25 Août à Durbuy, miss Belgique 2020

     

  • Ils dorment dans nos tiroirs !!! plus de 3 millions de GSM, en avez-vous ?

    Lien permanent

    Plus de 3,2 millions d’anciens téléphones portables traînent dans les tiroirs des ménages belges. À peine 8 % sont recyclés, un pourcentage bien trop faible compte tenu des matières premières réutilisables qui s’y trouvent, indique Recupel.

    L’organisation en charge de la collecte et du traitement des produits électroniques a organisé, dimanche, une opération symbolique afin d’encourager les Belges à rapporter leur appareil ancien ou défectueux. Quelque 80 personnes ont ainsi rendu un dernier hommage à leur cher téléphone avant de le placer dans un cercueil conçu pour l’occasion, dans la chapelle des Brigittines, à Bruxelles.

    Malgré les nombreuses campagnes de Recupel, peu de Belges rapportent leur téléphone pour le recycler. « L’une des principales raisons de cet échec réside dans la valeur sentimentale accordée à l’objet », affirme Recupel. « Or, plus nous collecterons d’appareils, plus nous pourrons réutiliser leurs matières premières. Nous aurons ainsi de moins en moins besoin de recourir à l’exploitation minière traditionnelle », explique la porte-parole de Recupel Saar Bentein. « L’urban mining est non seulement une bonne chose pour l’environnement, mais aussi pour la société. Il suffit de songer à des pays comme le Congo, où le cobalt présent dans les batteries de GSM est extrait dans des conditions souvent inhumaines », conclut-elle.

     

    Source

  • Nouvelle naissance à la rédaction de La Meuse Huy-Waremme , Félicitations Laura Marchese, la bienvenue à Alban

    Lien permanent

    Félicitations et la bienvenue à Bébé, vous lisez les articles de Lara Marchese sur le Blog sous la signature LA MA .

    Ce petit poupon qui vient de naître comblera de joie et de bonheur tout son entourage.

    Au nom de l'équipe du Blog Félicitations aux parents 

    Décidément, les naissances se succèdent au sein de notre rédaction. Après Annick Govaers qui a mis au monde la petite Rose le 10 septembre dernier, c’est notre collègue Laura Marchese qui a donné naissance à un petit Alban ce vendredi 20 septembre, 9 h 27. Alban mesure 49 cm pour 3,5kg et se porte à comme un charme. «On a encore du mal à croire que nous avons pu créer cette petite merveille» commentent ses parents, Laura et Julien Winant.

    Nous leur souhaitons tout le bonheur du monde.

    Source

  • Un maire décrète l’obligation d’être en joie !!!

    Lien permanent

    Maniant le langage propre à l’administration française, Freddy Riffaud, maire sans étiquette politique des Essarts-en-Bocage (9.000 habitants), a publié «un arrêté municipal officiel» portant sur la semaine du 5 au 11 octobre, lors de la première édition du festival de musique «Ville en joie».

    «Considérant la vitesse à laquelle une émotion négative peut se répandre et faire des ravages» et «le risque élevé de mauvaise humeur à l’arrivée de l’automne et au taux d’ensoleillement moins important», l’élu demande «de ne laisser rentrer sur notre territoire (...) aucune personne qui pourrait faire barrage à l’expression de cette émotion (la joie)».

    L’arrêté, daté du 13 septembre, exige aussi «d’interdire la diffusion de toute musique qui pourrait être perçue comme déprimante ou triste, de films, d’histoires ou de livres qui se terminent mal» ou encore de «produire des endorphines, les hormones du bonheur, en riant au moins trois fois par jour».

    Interrogé par l’AFP, Freddy Riffaud, qui travaille à mi-temps dans l’informatique, regrette «qu’il y ait trop de morosité» dans le pays et affirme vouloir tenter «de diffuser un état d’esprit» joyeux dans les commerces et chez les habitants de sa ville.

    PAR BELGA

     

    Source

  • Les journaux du groupe Sudpresse restent les plus lus en Belgique francophone

    Lien permanent

    Le Centre d’Information sur les Médias (CIM), responsable de la mesure des audiences TV, Radio, Presse et Internet, a publié ses derniers chiffres.

    Et ceux-ci sont plutôt encourageants pour la presse du sud du pays.

    Pratiquement tous les médias francophones améliorent leurs performances cette année.

    C’est d’autant plus réjouissant que la méthodologie de calcul, revue en 2019, a pour effet immédiat de corriger quelques anomalies qui avaient été pointées du doigt auparavant.

    Dans ce paysage médiatique, Sudpresse reste plus que jamais numéro 1 au sein des médias de presse quotidienne. Notre audience payante quotidienne (papier + digital) s’élève en 2019 à 532.200 unités d’après les chiffres du CIM.

    Soit une augmentation appréciable de nos ventes de 11,2% par rapport à l’année 2018. L’audience globale de nos marques (brand) s’élève quant à elle 695.900 unités, soit une augmentation de 12,9% par rapport à 2018.

    Notons encore que notre hebdomadaire gratuit 7 Dimanche affiche pour sa part une augmentation moyenne de son audience de 5,6% (papier et digital confondus) et pointe à 576.400 unités en 2019.

    Et de 6,9% sur le brand avec 583.500 unités en 2019.

    Des chiffres que nous ne pourrions pas atteindre sans vous, chaque jour, chers lecteurs.

    Nous ne vous remercierons jamais assez pour votre fidélité.

     

    Source 

  • Nouveau LN 24, chaîne d’info en continu

    Lien permanent

    Une nouvelle chaîne de télé, c’est toujours un événement.

    Et plus encore si cette chaîne prend un créneau jusque là inoccupé en Belgique francophone : l’info en continu.

    Lundi soir, le lancement officiel de LN24 (pour Les News 24) a eu lieu à 20h, dans de prestigieux locaux.

    Pour l’occasion, les journalistes de LN 24 étaient en direct du parlement européen à Bruxelles.

    Tout au long de la soirée, les invités se sont succédé sur le plateau de la chaîne d’info en continu (elle diffusera en réalité de 6 heures et demie à minuit). Une telle chaîne n’existe pas encore chez nous, au contraire de nos voisins français, désormais familiers des LCI, CNEWS et autres BFM TV. Des chaînes très réactives sur l’info, ce qui peut d’ailleurs provoquer quelques dérives.

    Audacieux

    Rien de tel chez LN 24, ose-t-on croire. On ne travaillera pas dans la vitesse à tout prix, les infos seront recoupées. Le pari est audacieux, comme l’ont souligné plusieurs invités de la soirée inaugurale.

    Des invités politiques, beaucoup d’invités du monde des affaires. Quelques personnalités du monde de la culture. Les tout premiers invités étaient d’ailleurs Didier Reynders, Ilham Kadri, la CEO du groupe Solvay, et l’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt.

    S’agissant du lancement d’une chaîne, ses journalistes et ses patrons ont beaucoup parlé… d’eux-mêmes, c’est-à-dire de leur station. Ils ont présenté leur grille, mais aussi quelques recrues de choix, issues du monde médiatique français, comme Patrick Poivre d’Arvor, Christine Ockrent et Roselyne Bachelot, futurs chroniqueurs de LN 24.

    Au final, une soirée que l’on pourra qualifier de mondaine mais bien entendu, on attend les premières vraies émissions.

    B.J.

    Source 

  • Première dauphine Amandine Toffoli à Miss Liège, Anicca Van Hollebeke, 23 ans, de Faimes, est devenue la nouvelle Miss Liège

    Lien permanent

    Miss Liège est faimoise
    Devant 400 personnes, c’est Anicca Van Hollebeke (23 ans) qui a décroché la couronne

    C’est à Barvaux-sur-Ourthe (Durbuy) qu’a eu lieu ce dimanche après-midi la finale provinciale de Miss Liège, Miss Namur, Miss Luxembourg et Miss Hainaut. Pour les autres provinces, il faudra attendre les prochaines semaines.

    Sur scène, elles étaient 16 à vouloir décrocher la couronne de Miss Liège. Parmi elles, 2 filles de notre arrondissement : Céline Paris, 24 ans, d’Engis, esthéticienne, et Anicca Van Hollebeke, 23 ans, de Faimes, étudiante en management tourisme et loisirs. Chorégraphies, défilés, actes personnels, elles ont tout donné devant 400 personnes et le jury composé notamment de Darline Devos, la présidente du comité Miss Belgique ; Lorenzo Di Siervi, organisateur de la finale bruxelloise et brabançonne, et Elena Castro Suarez, la Miss Belgique en titre. Pour défiler en robe du soir, Anicca avait choisi une longue robe fourreau très glitter. Céline, elle, un modèle long également dans des tons de gris, brillante également. Pour leurs actes personnels, elles ont toutes les deux dansé.

    Au terme d’un spectacle de trois bonnes heures, c’est finalement Anicca qui est repartie avec la couronne de Miss Liège. Elle a pour première dauphine Amandine Toffoli, 22 ans, de Seraing, et pour seconde dauphine, Vienna Lezan de Malizard, 21 ans, d’Oupeye. Amandine a aussi reçu le prix du jury. « Je suis très contente d’avoir gagné et j’ai hâte de savoir pour la finale. Je suis aussi soulagée », a déclaré Anicca à l’issue des résultats.

    Tout n’est cependant pas encore gagné pour elles puisque mi-septembre, une ultime sélection permettra de choisir, parmi les Miss, les dauphines et quelques filles invitées, les 30 finalistes de Miss Belgique 2020. Ensuite, ces finalistes s’envoleront une semaine en Egypte pour le voyage préparatoire. Durant ce voyage, elles tourneront les petits clips vidéo qui seront diffusés le soir de la finale, rencontreront la presse et feront des shootings-photos. C’est aussi l’occasion de faire connaissance avec les autres finalistes.

    Ensuite, il sera temps de préparer la finale nationale qui aura lieu le 11 janvier 2020, à La Panne.

    Par LAURENCE BRIQUET

    Source 

    Amandine Toffoli est sélectionné pour miss province de Liège, miss Belgique 2020 clic ici

  • Il possède un jardin de 520 fleurs artificielles!

    Lien permanent

    520 : c’est le nombre de fleurs artificielles disposées aux quatre coins de la maison de Georget Dauphin, un fier Gaumais de 88 ans, à Virton. « Je trouve cela joli. Il arrive que certaines personnes s’arrêtent devant ma propriété pour prendre des photos, cela m’amuse. D’autres passants disent qu’ils sont ébahis par mon jardin. Il y a aussi d’autres personnes qui trouvent cela moche mais bon, les goûts et les couleurs ne se discutent pas », rigole Georget. On vous laisse également faire votre propre avis avec les photos ci-contre.

    Mais si aujourd’hui, les fleurs recouvrent la quasi-totalité de la propriété de Georget, cela n’a pas toujours été le cas. Cette passion est née suite à un drame personnel vécu par l’octogénaire. « Ma femme et moi étions des férus de jardinage, mais nous aimions les vraies fleurs. Et puis, il y a cinq ans, ma femme est décédée. Je voulais continuer à jardiner, pour elle. Mais un jour, alors que j’étais en train de repiquer des pensées, celles-ci ont été détruites par le gel. Après réflexion, je me suis dit que des fleurs artificielles étaient plus pratiques », sourit le Gaumais.

    C’est ainsi qu’au bout de plusieurs heures de travail acharné, Georget a enfin pu constater l’étendue de sa réalisation. « Ne croyez pas que cela ne demande pas d’entretien. Elles sont peut-être artificielles mais je les lave une fois par an grâce à une solution de javel et d’eau. Il faut aussi sarcler les plantations pour éviter les mauvaises herbes. Mais dans tous les cas, mes plantes ne risquent pas de souffrir de la sécheresse. »

     

     

    Depuis, il est en quelque sorte devenu l’une des vedettes de son quartier de la rue du Bosquet de Virton. « Je plaisante pas mal là-dessus. Là où j’habite, on appelle cela « la maison aux fleurs » et moi, on m’appelle le « fleuriste ». C’est un surnom qui me plaît bien », s’amuse-t-il.

    Mais le jardin de Georget n’est que la partie visible de l’iceberg.

    De la véranda jusqu’au salon en passant par la cuisine, c’est un festival de couleurs qui arracherait (presque) la rétine. « Il y en a partout », concède-t-il.

    « Sauf dans ma chambre, le seul endroit où les fleurs naturelles prennent place. »

    Pour éclairer son étonnant jardin, Georget peut compter sur une cinquantaine de lampes d’extérieur. « Mon jardin n’a jamais été dégradé par des inconnus. Mais je me suis déjà fait voler des lampes à plusieurs reprises. La dernière fois, ce n’était pas plus tard qu’il y a quelques jours. »

    Lorsqu’on demande au Gaumais s’il compte encore installer de nouvelles fleurs artificielles, l’homme répond du tac-au-tac.

    « J’ai encore deux caisses remplies de fleurs à la cave, il faudra bien qu’elles servent un jour ou l’autre.

    Et puis, dès que je vois de nouvelles en fleurs en magasin, je ne peux pas m’empêcher de les prendre. »

    SIMON MARTIN

    Source 

     

  • Attention si vous avez acheté cet objet pour vos vacances

    Lien permanent

    Attention si vous avez acheté cet objet pour vos vacances: Décathlon rappelle en urgence des bouées pouvant engendrer un risque de noyade

    Les magasins Décathlon ont décidé de rappeler d’urgence une marque de bouée après la mise en évidence d’un risque de noyade.

    C’est l’accessoire indispensable si vous partez en vacances avec un bébé. Mais attention, si vous avez acheté une bouée de la marque Nabaiji, vendue dans les magasins Décathlon, entre le 1er février et le 14 juillet 2019, ne l’utilisez plus !

    En effet, celles-ci font actuellement l’objet d’un rappel d’urgence de la part de l’enseigne française.

    C’est la Direction générale de la concurrence, de la consommation et d ela répression des fraudes française qui a mis en évidence un risque de noyade « en raison du risque de détachement du siège de la bouée siège bébé transparent all sloth avec poignées d’éveil Nabaiji » portant la référence « Babyseat 190 7-15 kg All slot blue », avec le code modèle 854564 et le code article 2686093.

    Une information confirmée par Décathlon qui précise que « les équipes Nabaiji ont identifié un risque potentiel : la jonction entre la bouée et le siège peut se désolidariser. L’assemblage peut se décoller progressivement et partiellement au niveau du contour du siège voire complètement ». Néanmoins, la chaine de magasin rassure en affirmant que le « phénomène, très aléatoire, ne se produit que dans de très rares cas, cependant nous ne souhaitons prendre aucun risque concernant la sécurité de nos utilisateurs et nous rappelons par conséquent tous nos produits ».

    Les détenteurs de cette bouée Nabaiji sont invités à ne plus l’utiliser et à la retourner dans leur magasin le plus proche. Une campagne d’affichage a été mise en place dans les différents magasins Décathlon en France et un service client est mis à la disposition des parents inquiets.

    Source 

  • Le portrait-robot génétique ?

    Lien permanent

    Longtemps après les Pays-Bas (précurseurs), l’Allemagne vient de légaliser le portrait-robot génétique, tandis que la France l’autorise sur base de la jurisprudence et que bon nombre d’autres pays européens (Portugal, Espagne, Royaume-Uni…) le tolèrent. La Belgique ne l’autorise toujours pas, « alors que de nombreux magistrats sont demandeurs », insiste l’un d’eux.

    Tueurs du Brabant : appel à la France

    Comme la pratique est illégale en Belgique, les labos refusent de faire de telles analyses. Résultat : il est arrivé (au moins une fois) que le magistrat belge envoie un échantillon en France où la pratique est autorisée. Ce fut le cas pour un échantillon ADN du dossier relatif aux tueurs du Brabant, qui fut envoyé dans un labo de la police scientifique à Lyon.

    « Un roux aux yeux bleus et légèrement chauve »

    Actuellement, voici ce qu’un échantillon ADN permet de dire de l’individu : sexe, couleur de peau, couleur des yeux, couleur des cheveux et typologie (bouclés…), calvitie précoce, taches de rousseur. « Mais la technique évolue très fort », nous confie le spécialiste François-Xavier Laurent, ingénieur à la police scientifique au laboratoire de Lyon (France). « Depuis peu, l’ADN permet de déterminer l’âge de l’individu, à 3 ans près, si l’on part de sperme ou de salive. On voudrait aussi pouvoir donner la taille d’un individu, mais la marge d’erreur est encore trop importante, donc nous n’utilisons pas encore cet élément ». Parviendra-t-on, un jour, à sortir le portrait-robot d’un suspect en image sur base de son ADN ? Comme les dessinateurs de la police le font sur base des témoignages recueillis ?

    Squelette de Marseille

    « Pas encore mais d’ici 5-10 ans, on y arrivera ! Actuellement, la technique ne permet pas encore de déterminer la taille du nez, l’écart entre les yeux, le développement du menton… », répond l’expert français. « Cela n’empêche pas des labos privés, aux États-Unis, de sortir des images sur base de l’ADN ! C’est très aléatoire et leur méthode n’est pas scientifiquement valable ».

    En France, le portrait-robot génétique (PRG) a été utilisé dans 60 affaires criminelles depuis 3 ans. « Dans un quart des dossiers, cette méthode a permis d’identifier un inconnu ou de resserrer une liste de suspects », indique M. Laurent. En 2016, le PRG a permis de résoudre l’affaire du squelette emmuré de Marseille. C’était une femme, blessée par balle à la tête, son fils a été confondu.

    Révision complète

    Alors, à quand cette technique en Belgique ? « Le ministère de la Justice est favorable à une révision complète et à une modernisation de la loi sur l’ADN, qui réponde mieux aux possibilités et besoins actuels (par exemple, portrait-robot génétique) », répond son cabinet ce lundi. « Cela peut faire partie du prochain accord gouvernemental ».

    PAR FRANÇOISE DE HALLEUX

    Source

  • Cet été, les bières artisanales ont la cote

    Lien permanent

    Les bières locales et artisanales fleurissent dans les rayons ! Et de plus en plus. « Aujourd’hui, nous comptons plus de 500 références qui proviennent de 85 fournisseurs différents », nous dit Karima Ghozzi, porte-parole de Delhaize. « Les variétés changent selon les régions puisque Delhaize propose des bières locales. La tendance est à la hausse : on estime que les ventes ont augmenté de 10 % par rapport à l’année dernière ».

    Et chez les discounters ? On parle plutôt de bières spéciales chez Lidl ? « Notre priorité actuelle est de proposer un assortiment des bières connues du consommateur belge », nous dit Julien Wathieu pour Lidl. « Nous proposons 14 bières spéciales belges mais nous sommes en pourparlers continus avec d’autres fournisseurs afin d’optimaliser notre gamme. » Lidl a sa marque propre, l’Archivist : « Et nous vendons en ce moment 40 % de plus d’Archivist blonde que de Leffe blonde ».

    Colruyt vient, lui, d’assortir son assortiment avec 16 nouvelles bières artisanales. Et, bonne nouvelle, la chaîne de magasins s’est associée à 9 petites brasseries artisanales indépendantes des quatre coins du pays.

    Originalité

    Jo Panneels est sommelier bières chez Colruyt depuis 2016. Il suit les tendances et nouveautés du marché. Pour effectuer sa sélection de bières artisanales, il a sillonné la Belgique avec l’acheteur. Il a choisi 16 bières provenant de 9 brasseries différentes, sur la base de divers critères.

    « La qualité en est un, bien sûr. La brasserie doit aussi produire un volume suffisant pour approvisionner 30 à 50 magasins Colruyt », explique Jo Panneels. « Et nous tenions à proposer un choix de différents types et styles de bières : blonde, rouge-brun, foncée, blanche, fruitée, IPA, Sour Ale… Nous avons volontairement choisi des brasseries de régions différentes, de la Flandre occidentale à la province de Namur. »

    Le terme « bières artisanales » (Craft Beers) vient des États-Unis. Il s’agit de bières produites par de petites brasseries indépendantes de façon plutôt expérimentale.

    « Ces brasseries font toujours preuve de créativité, dans le verre comme sur l’étiquette », explique Jo Panneels. « Hof ten Dormaal, par exemple, brasse une bière à base de racines de chicorée. L’étiquette de la Super Sanglier de la Brasserie Minne arbore un sanglier déguisé en Superman. Plus c’est fou, mieux c’est. Ce grain de folie n’affecte toutefois en rien la grande qualité de ces bières. Elles sont souvent issues de petites brasseries relativement jeunes, qui tentent des expériences, loin des traditions et du commerce, et réinventent ainsi le monde brassicole. »

    PAR M.SP.

     |

    Source 

  • Amandine Toffoli est sélectionné pour miss province de Liège déroulera ce 25 Août à Durbuy, miss Belgique 2020

    Lien permanent

    Depuis quelques années déjà, Amandine Toffoli 22 ans de Seraing évolue favorablement dans le milieu de la mode.

    En 2014, elle remporte le prix de l'espoir à Miss Photogénie, et à ce même concours, elle décroche le titre de Miss Top Modèle en 2015. 2016, Amandine remporte le prix de la photo au concours Top Model Belgium et s'envole dans les Caraïbes avec les autres gagnants pour un shooting professionnel.

    2017, Miss Italia in Belgio Amandine termine ère dauphine et est sélectionnée pour Miss Europe Internationale où elle représente notre pays à Naples. 2018, elle est Miss Télévie où elle rencontre des personnes exceptionnelles et remet un chèque en direct sur Rtl-Tvi.

    2019, Amandine retourne sur la prestigieuse scène du Lido de Paris où elle est sélectionnée avec 7 autres filles pour affronter les autres gagnantes de 2009 à 2019 pour le prix Best of the Best.

    Et pour 2020, elle garde le meilleur pour la fin .

    Amandine est sélectionnée pour Miss Liège pour Miss Belgique qui se déroulera ce 25 Août à Durbuy.

     

    am1.jpg