Les petites histoires du Blog

  • Les petites histoires sur le Blog

    Lien permanent

    Tu regarderas, la nuit, les étoiles.
    C'est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne.
    C'est mieux comme ça.
    Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles.
    Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder...
    Elles seront toutes tes amies.
    Et puis je vais te faire un cadeau...
    Il rit encore.
    Ah! Petit bonhomme, petit bonhomme j'aime entendre ce rire!
    Justement ce sera mon cadeau... Ce sera comme pour l'eau...
    Que veux-tu dire?
    Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes.
    Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides.
    Pour d'autres elles ne sont rien que de petites lumières.
    Pour d'autres, qui sont savants, elles sont des problèmes.
    Pour mon businessman elles étaient de l'or.
    Mais toutes ces étoiles-là se taisent.
    Toi, tu auras des étoiles comme personne n'en a...
    Que veux-tu dire?
    Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.
    Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire!

    Par: Antoine de Saint-Exupéry
    Extrait du Petit Prince (1943)

  • Les petites histoires sur le Blog : C’est une folie de haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué

    Lien permanent


    "C’est une folie de haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué,

    d’abandonner tous les rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé,

    de renoncer à toutes les tentatives parce qu’on a échoué…


     C ‘est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu’une d’elles vous a trahi,

    de ne croire plus en l’amour juste parce qu’un d’entre eux a été infidèle,

    de jeter toutes les chances d’être heureux juste parce que quelque chose n’est pas allé dans la bonne direction.
     Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour,

    une force nouvelle.


    Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ.


    "Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité."

     

    Petit Prince" de Saint-Exupéry

  • Les petites histoires sur le Blog

    Lien permanent

    Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé
     
    Adieu, dit le renard.
    Voici mon secret.
    Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le coeur.
    L'essentiel est invisible pour les yeux.
    L'essentiel est invisible pour les yeux, répéta le Petit Prince, afin de se souvenir.
    C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
    C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose...
    Fit le Petit Prince, afin de se souvenir.
    Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard.
    Mais tu ne dois pas l'oublier.
    Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.
    Tu es responsable de ta rose...

    Par: Antoine de Saint-Exupéry
    Extrait du Petit Prince (1943)

  • Les petites histoires sur le Blog !!! L'horloge de Charles Baudelaire

    Lien permanent

    L’horloge

    Charles Baudelaire

    Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
    Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
    Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d’effroi
    Se planteront bientôt comme dans une cible,
    Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
    Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
    Chaque instant te dévore un morceau du délice
    A chaque homme accordé pour toute sa saison.
    Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
    Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
    D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
    Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !
    Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
    (Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
    Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
    Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !
    Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
    Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
    Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
    Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
    Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
    Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
    Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
    Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !  »
    Charles Baudelaire, Les fleurs du mal
     
     
    Charles Baudelaire est un poète français.
    Né à Paris le 9 avril 1821,
    il meurt dans la même ville le 31 août 1867.

  • Les petites histoires Sur le Blog, Ne garde rien pour une occasion spéciale, chaque jour que tu vis est une occasion spéciale....

    Lien permanent

    Mon ami ouvrit le tiroir de la commode de son épouse et en sortit un petit paquet enveloppé de papier de soie: "Ceci, dit-il, n'est pas un simple paquet, c'est de la lingerie."

    Il jeta le papier et observa la soie et la dentelle.  "J'ai acheté ceci la première fois que nous allâmes à New York il y a 8 ou 9 ans." 

    Elle ne l'utilisa jamais.

      Elle voulait le conserver pour une occasion spéciale.  

    "Et bien... je crois que c'est le bon moment justement."

    Il s'approcha du lit et rajouta ceci à d'autres choses que les pompes funèbres emmèneraient. 

    Sa femme venait de mourir.

    En se tournant vers moi il me dit: "Ne garde rien pour une occasion spéciale, chaque jour que tu vis est une occasion spéciale."

    Je pense toujours à ces paroles... elles ont changé ma vie.

    Aujourd'hui je lis beaucoup plus qu'avant et je nettoie moins.
     
    Je m'assieds sur ma terrasse et admire le paysage sans prêter attention aux mauvaises herbes du jardin.
     
    Je passe plus de temps avec ma famille et mes amis et moins de temps au travail.
     
    J'ai compris que la vie est un ensemble d'expériences à apprécier.

    Désormais je ne conserve rien.

    J'utilise mes verres en cristal tous les jours.

    Je mets ma nouvelle veste pour aller au supermarché si l'envie me prend.

    Je ne garde plus mon meilleur parfum pour les jours de Fête, je l'utilise dès que j'en ai envie.

    Les phrases du type "un jour..." et "un de ces jours..." sont en train d'être bannies de mon vocabulaire.

    Si ça en vaut la peine je veux voir, entendre et faire les choses maintenant.

    Je ne suis pas tout à fait sûr de ce qu'aurait fait la femme de mon ami si elle avait su qu'elle ne serait plus demain (un demain que nous prenons tous à la légère).

     
    Je crois qu'elle aurait appelé sa famille et ses amis intimes.

    Peut-être aurait-elle appelé quelques vieux amis pour faire la paix ou s'excuser pour une vieille querelle passée.

    J'aime penser qu'elle serait peut-être allée manger chinois (sa cuisine préférée).

    Ce sont ces petites choses non faites qui m'énerveraient beaucoup si je savais mes heures comptées. 

    Je serais énervé de ne plus avoir vu certains de mes amis avec lesquels je devais me remettre en contact... "un de ces jours".

    Énervé de ne pas avoir écrit les lettres que j'avais l'intention d'écrire ... "un de ces jours".  

    Énervé de ne pas avoir dit assez souvent à mes proches combien je les aime.

      Maintenant, je ne retarde rien, ne repousse ou conserve rien qui pourrait apporter de la joie et des rires à nos vies.

      Je me dis que chaque jour est spécial... chaque jour, chaque heure, chaque minute est spéciale...

     
    (Auteur inconnu)

  • Les petites histoires sur le Blog : Le bénévolat

    Lien permanent

    Le bénévolat,
    c'est l'art de la gratuité du coeur,
    du geste et du temps.

    Le bénévolat
    ne connaît d'autres lois
    que le besoin de l'autre,
    percevoir avec lui et trouver ensemble les solutions nécessaires.

    L'engagement bénévole,
    ne serait-ce pas là une façon d'humaniser
    une société qui s'individualise
    de plus en plus?

    Le bénévolat,
    c'est une fleur que l'on s'offre.

    Le bénévolat,
    c'est un cheminement personnel :
    c'est une fenêtre ouverte sur le monde.

    Le bénévolat
    a tellement de valeur
    qu'il n'a pas de prix.

    (Auteur inconnu)

  • Les petites histoires du Blog : C'est l'histoire de ......

    Lien permanent

    C'est l'histoire de quatre individus:

    Chacun

    Quelqu'un

    Quiconque

     et Personne

    Un travail important devait être fait, et on avait demandé à Chacun de s'en occuper.

      Chacun était assuré que Quelqu'un allait le faire.

      Quiconque aurait pu s'en occuper, mais Personne ne l'a fait. 

     Quelqu'un s'est emporté parce qu'il considérait que ce travail était la responsabilité de Chacun

     Chacun croyait que Quiconque pouvait le faire, mais Personne ne s'était rendu compte que Chacun ne le ferait pas. 

    À la fin, Chacun blâmait Quelqu'un du fait que Personne n'avait fait ce que Quiconque aurait dû faire...

    (Lamartine)

  • Les petites histoires du Blog : L'HISTOIRE DES SENTIMENTS

    Lien permanent

    Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient: le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l'Amour y compris.
     
     
    Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler.
     
     
    Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.
     
     
    Seul l'Amour resta.
     
     
    L'Amour voulait rester jusqu'au dernier moment.
     
     
    Quand l'île fut sur le point de sombrer, l'Amour décida d'appeler à l'aide.
     

    La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau.
     
     
    L'Amour lui dit: "Richesse, peux-tu m'emmener?"
     
     
    "Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau.
     
     
    Je n'ai pas de place pour toi.
     
     
    " L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau: "Orgueil, aide moi je t'en prie!" "Je ne puis t'aider, Amour.
     
     
    T
    u es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau.
     
     
    "
    La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda: "Tristesse, laisse moi venir avec toi."
     
     
    "Ooh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être seule !"
     
     
    Le Bonheur passa aussi à côté de l'Amour, mais il était si heureux qu'il n'entendit même pas l'Amour l'appeler!
     

    Soudain, une voix dit: "Viens Amour, je te prends avec moi."
    C'était un vieillard qui avait parlé.
     
     
    L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu'il en oublia de demander son nom au vieillard.
     

    Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.
     
     
    L'Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir: "Qui m'a aidé?"
     
     
     
    "C'était le Temps" répondit le Savoir.
     
     
    "Le Temps?"
     
     
    s'interrogea l'Amour.
     

    "Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé?"
     

    Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit: "C'est parce que seul le Temps est capable de comprendre combien l'Amour est important dans la Vie.
     
     
    (Auteur inconnu)