Nandrin - Page 10

  • Bonne fête à tous les Patrick,Patrice ,Pat la Saint-Patrick aujourd'hui 17 mars bonne fête aux Irlandais

    Lien permanent

    st-patrick-day.jpg 

    Bonne fête aux Irlandais à Nandrin et dans le monde .

    Bonne fête à tous les Patrick,Patrice ,Pat de Nandrin et dans le monde  

    La fête de Saint-Patrick est célébrée par les Irlandais du monde entier, expatriés ou descendants des nombreux émigrants, et sa popularité s’étend aujourd’hui vers les non-Irlandais qui participent aux festivités et se réclament « Irlandais pour un jour ».

    Les célébrations font généralement appel à la couleur verte et à tout ce qui appartient à la culture irlandaise : la fête de Saint-Patrick telle que pratiquée aujourd’hui voit les participants, qu’ils soient chrétiens ou pas, porter au moins un vêtement avec du vert, assister à des « parades », consommer des plats et des boissons irlandaises, en particulier des boissons alcoolisées (bières et stout irlandais, comme la Murphys, Smithwick’s, Harp ouGuinness, ou des whiskeys, des cidres irlandais, des Irish coffee).

     

    La parade de Dublin, ponctuant une fête de la Saint-Patrick qui prend la forme d’un festival de cinq jours, a réuni plus de 550 000 personnes en 2011.

    C’est la ville de New York qui abrite la plus grande parade pour la Saint-Patrick, avec plus de deux millions de spectateurs sur la Cinquième Avenue, devant les tours du sanctuaire dédié à Saint-Patrick, construit au xixe siècle dans le style flamboyant.

    Les premières manifestations de la Saint-Patrick à New York remontent à 1762, quand les soldats irlandais défilèrent dans la ville le 17 mars.

    Le jour de la Saint-Patrick, la colonie irlandaise de San Francisco organise un grand défilé dans les rues.

    La statue de l’évêque évangélisateur de l’Irlande est ainsi promenée sur un char décoré aux couleurs nationales.

     

  • La ministre se penchera sur la question du CEB aujourd'hui mardi 17 mars 2020

    Lien permanent

    À partir de ce mardi, la ministre francophone de l’Enseignement, Caroline Désir, rencontrera les fédérations des pouvoirs organisateurs.

    Objectif: se pencher sur la question pédagogique et notamment celle des épreuves externes certificatives et des évaluations dans l’enseignement spécialisé.

    Avec la suspension des cours, les examens devront peut-être en effet être adaptés.

    Trois semaines, ça peut paraître peu et beaucoup à la fois.

    Mais la question se posera d’autant plus si la suspension des cours venait à être prolongée au-delà des vacances de printemps.

    Du côté des directeurs d’école, on s’interroge notamment sur les certificats d’études de base qui sont déjà prêts. Mais, selon la ministre, il sera encore possible de s’adapter le cas échéant.

    Source

  • Fermeture de l'ensemble des magasins Extra dès demain 17 mars 2020

    Lien permanent

    Message sur la page Facebook de chez Extra

     
     
     

     

    Chers clients, nous avons pris la décision de fermer l’ensemble de nos magasins à partir de ce mardi 17 mars 2020.
    La santé de nos collaborateurs ainsi que celle de nos clients est une priorité. Nous vous donnons rendez vous très bientôt dans nos magasins dès que la situation le permettra.
    Prenez soin de vous et de vos proches

     

  • Mesures de sécurité mises en place dans votre boucherie Renmans dès ce mardi 17 mars 2020

    Lien permanent

    Boucherie Renmans informe 

    Sic "

    Chers Clients,

    En ces moments très difficiles, notre priorité absolue est de protéger nos collaborateurs et nos clients afin de limiter au maximum la propagation du virus, tout en vous permettant un accès normal à l’alimentation. Voici pour cela les mesures qui seront mises en place dès ce mardi 17 mars 2020 :

     

    • Nous vous demandons, afin de limiter les contacts, de faire la file à l’extérieur de la boucherie en respectant les distances de sécurité ; nous ne laisserons entrer que trois clients maximum en même temps dans la boucherie.
    • Nous vous demandons, afin de limiter le temps passé dans la boucherie, de privilégier les commandes (par téléphone ou online - via notre site web - opérationnel dès ce mardi 17 mars).
    • Nous vous demandons, afin de limiter les manipulations de cash, d’éviter de payer en cash et de préférer les moyens de paiements électroniques.
    • Nous n’accepterons momentanément plus les sacs réutilisables.

     

    A partir du samedi 21 mars 2020, nous prendrons une mesure plus radicale et nous ne fonctionnerons plus que sur commande (par téléphone ou online), afin de limiter votre temps de présence dans la boucherie.

    Nous vous remercions pour votre collaboration.

    Source Mail Renmans 

    https://www.renmans.be/be_fr

  • Tous les 3,5 jours, le nombre de malades hospitalisés va doubler annonce le Dr Philippe Devos

    Lien permanent

    On va monter à 2.250 lits avec respirateurs

    Ce lundi 172 cas positifs supplémentaires, on totalisait dans notre pays 1058 personnes infectées par le covid-19, 

    Selon le docteur Philippe Devos, président de l’ABSym (association belge des syndicats médicaux), le nombre d’infectés va doubler tous les 3,5 jours dans notre pays et donc aussi, le nombre d’hospitalisations.


    À partir de ce lundi, tous les hôpitaux du pays vont devoir, dans le cadre du plan d’urgence lancé vendredi, signaler au SPF Santé leur nombre de lits ventilés occupés et le nombre de lits ventilés libres.

    Cela devra se faire chaque jour pour 11 heures.

    Un lit ventilé est un lit disposant d’un respirateur.

    On sait que les malades du coronavirus les plus gravement atteints vont devoir être mis sous respirateur, pour avoir une chance de s’en sortir. Ce matériel est donc vital.

    « L’État s’engage à nous dire où il y a des places libres », précise le docteur Philippe Devos, chef du service des Soins intensifs au CHC de Liège et président de l’ABSym.


    Mais quelle est notre capacité en la matière ? Les inventaires sont en cours, mais le docteur Philippe Devos a déjà une estimation. « Notre pays compte en temps normal 1.500 lits en soins intensifs et on sait gérer 80 % de ces lits avec respirateur », explique-t-il.

    « Vu que le plan d’urgence a été déclenché, on peut y ajouter les respirateurs utilisés en bloc opératoire, ce qui permet de monter à 150 %, soit 2.250 lits ventilés ». Il insiste : les hôpitaux la jouent solidaire en pareille situation. Si un hôpital est débordé, le patient sera transféré dans un autre hôpital.

    « Et les ambulances sont en nombre suffisant pour organiser les transferts », ajoute-t-il. Il faut dire que le confinement des maisons de repos et l’annulation de tous les rendez-vous non urgents dans les hôpitaux rendent les ambulances plus disponibles.

     

    Ces lits seront-ils suffisants ? C’est bien sûr toute la question. Pour le docteur Devos, les grosses arrivées dans les hôpitaux ne vont pas commencer avant le week-end prochain, voire après.

    « Nous surveillons la courbe de la grippe saisonnière, qui repart pour un 2e pic.

    En fait, cette nouvelle courbe représente celle du coronavirus. À chaque personne fébrile (toux + fièvre), les médecins généralistes encodent dans l’ordinateur et c’est pourquoi cette courbe repart à la hausse.

    Ce n’est pas la grippe saisonnière qui reprend mais le coronavirus ». Le tout est de voir jusqu’à quel pic nous monterons.

    14 à 20 % seront hospitalisés
    Le médecin explique que 14 à 20 % des malades du coronavirus devront être hospitalisés. « Le patient fait d’abord de la fièvre pendant 4 jours et trouve que ce n’est pas si dur à supporter. Mais 6 à 8 jours après, ça descend sur les poumons, il y a une pneumonie fulgurante et il faut hospitaliser ».


    En Belgique, on estime que tous les 3 jours et demi, le nombre de malades (et donc aussi, le nombre de personnes à hospitaliser) sera multiplié par 2. Bref, nos hôpitaux vont se remplir de plus en plus vite, de façon exponentielle.
    Le tout sera de gérer l’afflux. Sans quoi, il y aura d’autres décès que ceux provoqués par le coronavirus. « Si on sature avec les lits ventilés, on risque alors d’avoir 30 % de décès en plus. Les victimes seront celles opérées pour un cancer par exemple ou pour une opération à cœur ouvert.

    Le but est donc de ne pas arriver à 100 % d’occupation de ces lits ventilés, par les malades du coronavirus ».

     

    Rédaction  Par Françoise De Halleux

    Source

  • L’influenceuse Silent Jill a accepté une mission: sensibiliser des milliers de jeunes à la crise sanitaire et les convaincre de ne pas se rassembler

    Lien permanent

    Elle est une des personnalités les plus influentes des réseaux sociaux. Contactée par le centre de crise samedi, Jill a accepté une mission : sensibiliser des milliers de jeunes à la crise sanitaire et les convaincre de ne pas se rassembler. Mais sur une seule journée, ce sont plus de 45 soirées clandestines que l’influenceuse, outrée, a répertoriées et dénoncées à la police.

    Elle est choquée par l’« égoïsme » de certains. Par cette petite partie de la jeune population qui « n’en a rien à foutre », qui « court à notre perte », nous confie-t-elle. Jill prend son rôle très à cœur. En tant que personnalité influente sur les réseaux sociaux, elle se devait d’agir. Depuis samedi, à la demande du Centre de crise, SilentJill sensibilise ses abonnés à la nécessité de respecter les règles en vigueur pour éviter davantage la propagation du Coronavirus.

    pas la seule !

    D’autres influenceurs - du DJ Henri PFR à Lufy en passant par Aurélie Van Daelen - se sont, dans la foulée, mobilisés. Et c’est toute une profession, souvent qualifiée de superficielle, qui démontre là toute son utilité.
    La majorité du public de SilentJill a salué sa démarche. Mais l’influenceuse a également constaté que certains jeunes préfèrent nier la crise sanitaire en cours. Et continuer à vivre de sorte que la fête continue !

    « C’est hallucinant ! », s’exclame Jill qui a passé 24 heures à répertorier sur les réseaux les soirées clandestines qui s’organisaient un peu partout dans le pays. « J’ai demandé à mes abonnés de me signaler dès qu’ils voyaient passer une invitation pour une soirée anti-lockdown. Des groupes Facebook pour des soirées se sont même formés ! Les gens organisent des fêtes dans des immeubles, dans les caves de bars, dans des bars à chichas dont la devanture est a priori fermée. Il y en a qui louent même des villas pour y organiser des fêtes comme dans des boîtes de nuit et font payer l’entrée 5 euros ! ». Grâce à ses abonnés, Jill a pu identifier, rien que pour samedi, environ 45 adresses de soirées clandestines en Belgique. « J’étais en contact avec la police à qui je transmettais au fur et à mesure toutes les adresses de ces fêtes ».


    Jill est heureuse de pouvoir mener ce combat. « On dit souvent que nous influenceurs véhiculons du contenu léger. Cette fois, au travers de nos réseaux, on peut se rendre utile, faire quelque chose d’important ! D’autant plus que j’ai toujours été comme ça. Déjà à l’école, je tapais du poing sur la table et je menais le combat pour tout le monde ».


    La cause aujourd’hui est très, très grave et concerne l’ensemble de la population. L’influence n’est pas prête de baisser les bras. Certainement pas à cause de quelques isolés et inconscients qui l’ont traitée de « collabo » pour avoir renseigné les autorités. « Potentiellement, tous ces jeunes inconscients et égoïstes peuvent être de futurs meurtriers » ! Dans les prochains jours, avec l’aide de ses abonnés, elle restera vigilante pour détecter tous les dangereux resquilleurs.


    Rédaction de l'article Charlotte Vanbever

    Source

     

     Jill Vandermeulen

    Vous avez été nombreux à me demander de publier sur Facebook les stories publiées hier sur mon compte Instagram afin de pouvoir repartager.
    Merci à tous pour vos messages

    Je fais juste mon devoir de citoyenne.

    Partager un maximum autour de vous 

    Voir la vidéo clic ici 

  • Les consultations non urgentes à l’hôpital sont annulées

    Lien permanent

    Vendredi soir, les autorités sanitaires et le gouvernement fédéral ont demandé aux hôpitaux généraux et universitaires, psychiatriques et de réadaptation d’activer la phase d’action de leur plan d'urgence hospitalier (PUH) et de prendre des mesures pour permettre l’accueil de patients contaminés par le Covid-19. Elles sont d’application jusqu’au 3 avril.


    Ces mesures s’articulent autour de deux axes :


    -les annulations des consultations, examens et interventions non urgents et non nécessaires et ne mettant pas en danger la santé du patient

    Tous les hôpitaux ont reçu l’instruction d’annuler ces consultations et interventions pour permettre la prise en charge optimale des patients atteints du coronavirus et libérer au maximum tant les ressources nécessaires au niveau humain que les unités de soins critiques (soins intensifs, salles de réveils, blocs opératoires, etc) et les équipements médicaux.


    Les consultations, examens et interventions urgents et nécessaires, ainsi que les thérapies telles que chimiothérapie et dialyse, sont maintenus.


    -les visites sont interdites dans tous les services à l’exception des unités de pédiatrie (limité à un seul parent), maternité (limité à un seul accompagnant) et pour les patients en fin de vie (limité à un accompagnant de confiance).


    Tous les hôpitaux liégeois


    Ce plan d’urgence a été activé dès vendredi soir dans tous les hôpitaux de la province de Liège.


    Tous les patients concernés par les annulations seront contactés par les hôpitaux. Ces derniers demandent aux patients de ne pas les contacter spontanément afin de ne pas surcharger les centrales téléphoniques.
    Sans nouvelle, leur consultation est, jusqu’à présent, considérée comme maintenue.


    La nécessité de leur consultation sera réévaluée lundi par le médecin spécialiste concerné avec convocation éventuelle, si nécessaire, par l’hôpital.


    Les directions générale et médicale des hôpitaux de la province de Liège sont en contact étroit dès ce samedi pour coordonner la mise en place de ces directives et assurer une collaboration interhospitalière solidaire et responsable en ces moments difficiles.

     

    Source

  • Le service social de la commune d’Amay met en place des mesures afin de protéger au mieux les aînés,

    Lien permanent

    Afin de protéger au mieux les aînés, de ne pas leur faire courir de risque inutile et de veiller à ce qu'ils disposent des biens de 1ère nécessité, le service social de la commune d’Amay met en place les mesures suivantes.
    - Servicourses : aide aux personnes isolées dans l'impossibilité de se déplacer. Vous pouvez communiquer votre liste de courses par téléphone au numéro 085/830 820. Un coursier se chargera de faire les courses et de vous les déposer ensuite.
    - Servibus : aide aux personnes isolées en difficulté par rapport à un ensemble de déplacements de première nécessité. Sur réservation préalable au numéro 0494/516 543.
    - Une permanence téléphonique est mise en place du lundi au vendredi de 9h à 16h au 085/830.820.


    - Service de repas - La table de l'Abbaye : ce service prépare et livre à domicile un repas équilibré du lundi au vendredi. Vous avez le choix entre 2 menus (respect des prescriptions médicales et diététiques) dont le prix varie entre 5,71€ et 7,48€ en fonction des revenus de chacun.
    N'hésitez pas à prendre contact avec le CPAS au 085/31 03 30.

  • Un communiqué de la Zone de police du Condroz

    Lien permanent

     

    Coronavirus : Dans le but d'endiguer la propagation du virus et de préserver la santé de notre personnel, à partir de ce jour, lundi 16 mars 2020, l'accès au public et la prise de plainte ne pourront se faire que pour des faits graves ou des motifs impérieux via une prise de rendez-vous. Les commissariats de la zone seront donc fermés.
    Pour la prise de rendez-vous, nous vous renvoyons vers les numéros d'appel suivant ( de 08.00 h à 12.00 h et 13.00 h à 17.00 h) :
    Postes de proximité :
    Anthisnes : 04/383.66.95
    Clavier : 085/31.21.37
    Comblain-au-Pont : 04/228.85.90
    Ferrières : 086/40.99.80
    Hamoir : 086/36.92.40
    Marchin : 085/27.04.22
    Modave : 085/41.03.31
    Nandrin : 085/51.27.10
    Ouffet : 086/36.67.46
    Tinlot : 085/83.09.17
    Si après plusieurs tentatives infructueuses vers votre poste de proximité local, vous n'avez obtenu aucune réponse, vous pouvez toujours contacter l'Hôtel de police de Strée (toujours entre 08.00/12.00 et 13.00/17.00) au numéro suivant : 085/41.03.30.
    En cas d'urgence, faites le 101!
    Merci pour votre compréhension et prenez soin de vous!

    Zone de police du Condroz

     

    Lire la suite

  • Avis décès Madame Claire Fraipont veuve Monsieur Francis Fouarge de Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Madame

    Claire FRAIPONT

    Veuve de Monsieur Francis FOUARGE

    Née à Clavier le 31 octobre 1935
    et décédée à Huy le 16 mars 2020

    Domiciliée à Villers-le-Temple

    La défunte repose au salon "Picasso" du Centre Funéraire Dubois & Tanier, rue de Tantonville, 10 à 4557 Tinlot où les visites sont souhaitées en accord avec les dispositions fédérales ces mardi 17 et mercredi 18 mars 2020
    de 17 à 18 heures.

    Conformément aux recommandations des autorités fédérales, les funérailles religieuses se dérouleront en l'église Saint-Pierre à Villers-le-Temple
    le jeudi 19mars 2020
    dans l'intimité familiale.

    Vos condoléances sur : www.dubois-tanier.net

    Cet avis tient lieu de lettre de faire-part.

    Source

    Centre Funéraire Dubois & Tanier

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Les coiffeurs sur rendez-vous !!!

    Lien permanent

    Concernant les salons de coiffure.

    Certains ont d’abord cru qu’ils pourraient ouvrir tous les jours, pour ensuite annoncer une ouverture uniquement sur rendez-vous et finalement se rendre compte qu’ils devraient totalement fermer leurs portes les week-ends.

    Conclusion: les salons de coiffure et de beauté ne pourront donc bien accueillir leurs clients que sur rendez-vous et uniquement la semaine.

    Source

  • Faire ton masque de protection toi même !!! info et vidéo

    Lien permanent

    Voici un Tutoriel Coudre un Masque de Protection _ Tuto couture Madalena
    Matériel nécessaire
    2 coupons de tissu coton de 20 x20 cm
    2 morceaux de élastique 17 cm une fois fini ( 23cm x2. avant les noeuds

    Dimension fini
    Longueur 18 cm
    Hauteur 10,5 cm

    Conseil de produits pour bien débuter dans la Couture :

    Machine à coudre

    Mannequin de Couture

    Tapis de coupe

    Bobines de fils à coudre

    Ciseaux Couture

    Ruban à mesuré

    Pince pour bouton préssion

    Stylo craie multi couleur

    Ciseaux Coupe

    La vidéo clic ici 

  • Les fondations du chapiteau en dur de Latitude 50 sont visibles

    Lien permanent

    Le projet est attendu depuis 2013, il commence à sortir de terre.

    Depuis quelques jours, les fondations du chapiteau en dur de Latitude 50 sont visibles. Ce nouvel espace pourra accueillir 300 personnes et culminera à 9 mètres de haut. Le coût du chantier, 1.150.000 euros est pris en charge par la Province.

    L’école du cirque disposera aussi d’un nouveau bâtiment, à l’arrière du centre culturel.


    Marchin est devenu un lieu de référence pour les passionnés de cirque. Pour les spectateurs, mais aussi et surtout pour les membres des compagnies qui pratiquent l’art circassien.

    Depuis le début des années 2000, ces artistes viennent durant plusieurs jours en résidence à Marchin pour créer leur spectacle et répéter sous le chapiteau Decrollier, en toile, implanté dans un champ face au centre culturel.

    Des compagnies belges, mais aussi françaises, suisses ou italiennes posent ainsi régulièrement bagages et nez de clown en terres marchinoises.


    Le problème, c’est que le chapiteau Decrollier, qui peut accueillir 200 personnes, est devenu trop exigu et que son état s’est dégradé. Chauffer cet espace de toile est problématique et sa hauteur (6 mètres) ne permet pas d’accueillir des spectacles aériens ou mettant en scène des acrobates.

    D’où l’idée de construire un chapiteau en dur, plus vaste, pouvant accueillir jusqu’à 300 personnes et culminant à 9 mètres de haut.

    Début février, la construction des fondations de ce chapiteau en dur a débuté à l’arrière du centre culturel.


    Le coût de ce chantier important est de 1.150.000 euros.

    « Il est financé par la Province » a précisé le bourgmestre Eric Lomba.


    « Ce financement a été décroché dans le cadre de soutien à des projets supra-communaux.

    Cela a été aussi le cas pour construire le nouvel insectarium d’Exapoda à Waremme ou le hall relais agricole de Nandrin. »


    Un spectacle le 24 avril


    La commune ne participera normalement pas au financement : « Nous prendrons en charge uniquement le lagunage qui servira à l’ensemble du site. »


    Outre le chapiteau en dur, l’école du cirque, actuellement installée rue du Fourneau à Marchin, disposera aussi de nouveaux locaux à proximité du centre culturel.

    « L’école du cirque compte 600 inscrits, des enfants mais aussi des adultes et des personnes handicapées » a souligné le bourgmestre.


    Le 24 avril prochain, le projet sera présenté en détail par les architectes en présence de la ministre de la culture Bénédicte Linard.

    À 20 heures 30, le cirque Trottola clôturera cette journée de festivités par un spectacle.


    Rédaction de l'article Aurélie Bouchat

    Source 

  • LES NUMÉROS VERTS UTILES !!!

    Lien permanent

    800/14 689 Pour toutes questions sur le coronavirus


    0800 20 000 Le coronavirus et l’enseignement


    1890 Le coronavirus et votre entreprise


    02/643.66.75 Vous êtes policier et vous vous interrogez sur le coronavirus

  • Qu'est-ce qui a marqué votre vie ?

    Lien permanent

    Qu'est-ce qui a marqué votre vie ?


    Nous vivons une situation sans précédent depuis quelques jours pour nous, quelques semaines pour les autres pays !!!


    Je suis née dans les années 1960 après les grèves des années 60 qui resteront dans l histoire de nos parents aussi bien en Belgique qu'en France .

    Mai juin 1968 manifestations et grèves en France


    Eddy Merckx de 1965 à ....


    21 juillet 1969 marché sur la lune
    Dans les années 70 les dimanches sans voiture la crise pétrolière 1973

    Le changement d'heure dans les années 80

    Les manifestations contre la centrale nucléaire .


    La construction de la centrale nucléaire de Tihange Huy .

    Grippe de Hong Kong 1968


    Elvis à Hawaii 1973


    Décès Claude François mars 1978
    Décès Elvis Presley aout 1977
    Décès de John Lennon décembre 1980
    Tremblement de terre en Belgique 1983 magnitudes de 4,9
    Catastrophe nucléaire de Tchernobyl en avril 1986
    Guerre du Golfe 1990
    Naissance de mes enfants 1987,1990, 1995 , 1999, 2006
    Séisme Arménie 1988
    Disparition d'Élisabeth Brichet 1989 Affaire Fourniret retrouvée en 2004
    Crise de la vache folle 1990
    Décès de mon mari 1991
    Découverte du Sida VIH 1981
    Décès Ayrton Senna mai 1994
    Disparition Loubna Benaïssa en 1992 affaire résolue seulement 1997
    Disparition Julie et Mélisa 1995
    Affaire Dutroux 1996

    les attentats du 11 septembre 2001

    Le SARS COV en 2002


    Tsunami Phuket en 2004


    accident nucléaire de Fukushima en 2011


    Attentat Charlie Hebdo 2015


    Attentats en Belgique 2016

    Et maintenant sans précédent le Coronavirus COVID 19 en 2020

    Et Vous ?

     

     

  • Offre d'emploi Huy

    Lien permanent

    Caissier réassortisseur  BRICO HUY Huy Tihange


    Postuler auprès de l'employeur   Clic ici 

    Temps Plein, CDD

    Le Brico de Huy Recrute.
    Un(e) conseiller(e)-réassortisseur(se) polyvalent(e), temps plein CDD
    Une expérience dans un magasin est nécessaire et une excellente connaissance en rénovation est indispensable ainsi qu'une aisance sur l'outil informatique.
    Afin d’étoffer notre équipe, vous êtres sérieux, ponctuel, avec un sens du relationnel et surtout motivé à l’idée de bosser dans un Brico sympa et de taille humaine.
    Merci d’envoyer votre CV uniquement par mail

    Type d'emploi : Temps Plein, CDD
    Expérience:
    rénovation de bâtiment: 5 ans (Requis)
    vendeur réassortisseur en magasin: 5 ans (Souhaité)
    Lieu:
    Huy Tihange (Souhaité)

  • Vous n'êtes pas encore inscrit ???

    Lien permanent

    BE-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la population en situation d’urgence.

    Jusqu’à présent l’alerte et l’information à la population pouvait se faire via les médias (sociaux), les services de secours déployés sur le terrain ou -en ce qui concerne le risque Seveso ou nucléaire- par le biais d’un réseau de sirènes.

    Le système BE-Alert permet désormais une alerte via de nouveaux canaux complémentaires. Ainsi, une autorité, qu’il s’agisse d’un Bourgmestre, d’un Gouverneur ou du Ministre de l’Intérieur peut, s’il l’estime nécessaire, alerter la population par appel vocal, SMS ou e-mail.

    De la sorte, vous recevez les recommandations utiles pour votre sécurité de manière rapide (ex. Fermez portes et fenêtres lors d'un incendie).

    BE-Alert dispose de capacité suffisante pour alerter simultanément un grand nombre de citoyens, via différents canaux:

     

    Le projet BE-Alert

    En 2014, le Centre de Crise a lancé le projet-pilote BE-Alert et a permis, pendant deux années, à 33 communes de le tester, l’évaluer et d’apporter des pistes d’amélioration pour élaborer un outil performant à proposer à tous les services et autorités du pays, concernés par la sécurité des citoyens.

     

    BE-Alert est un outil en constante évolution qui s’appuie sur différentes technologies qui permettent de vous alerter où que vous soyez.

    Soyez alerté : inscrivez-vous!  

    Vos données seront utilisées pour vous alerter en situation d'urgence. L'inscription ainsi que les messages reçus sont gratuits.  

    Inscrivez-vous à BE-Alert clic ici

  • Le consommateur aura désormais vingt jours après la date d’envoi pour régler sa facture

    Lien permanent

    Le recouvrement à l’amiable sera bientôt mieux réglementé. Une proposition de loi encadrant le recouvrement de dettes a été approuvée en commission Économie de la Chambre.


    Le texte, initié par le PS, fixe entre autres des plafonds par tranche aux frais de recouvrement et rend gratuit le premier rappel transmis au consommateur.

    Il prévoit aussi la possibilité d’interrompre la procédure en cas de recours à un CPAS ou à un service de médiation de dettes agréé.


    « Il ne s’agit pas de remettre en cause le principe qu’une dette doit être honorée, mais il faut éviter que les créanciers, ou ceux qui sont chargés de recouvrer les créances, profitent de la situation du débiteur pour réclamer des frais excessifs et injustifiés.

    Le problème aujourd’hui, c’est qu’une dette initiale d’un euro peut se transformer rapidement en une dette de 100 euros », a justifié le député fédéral PS Patrick Prévot, auteur de la proposition.


    Le premier rappel de paiement sera donc bientôt sans frais pour le consommateur pour autant que l’entreprise n’ait pas encore envoyé un autre rappel de paiement au cours de la même année civile pour éviter que les consommateurs ne puissent faire un usage illimité de la gratuité du premier rappel de paiement.


    Désormais, le consommateur disposera également de vingt jours calendrier pour régler une facture après la date effective d’expédition.

    Si la facture reste impayée au bout de ces vingt jours, un premier rappel, sans frais, lui sera envoyé mais celui-ci ne pourra mentionner un délai inférieur à dix jours pour effectuer le paiement.

    Une mise en demeure ne pourra donc plus être envoyée et des frais de recouvrement ne pourront plus être perçus qu’après cette échéance.


    Les PME en difficulté


    Selon Denis Ducarme, ministre des Classes moyennes, des Indépendant et des PME, la mesure risque de mettre en difficulté de nombreux indépendants et petites entreprises : « Il est bien entendu important de protéger les consommateurs. Mais pas à n’importe quel prix ! », affirme-t-il.


    « Cette proposition de loi, qui prévoit notamment d’allonger le délai de paiement à vingt jours, va fragiliser les petites entreprises qui ont peu de liquidités et sacrifier des milliers de petits indépendants et les emplois qu’ils ont créés par la même occasion !

    Je constate que les socialistes et les écologistes, qui ont à maintes reprises ces dernières années prétendu vouloir se poser comme défenseurs des PME et des indépendants, ont adopté sans état d’âme un texte qui aura un impact extrêmement négatif sur ces derniers ! ».


    Cette proposition de loi avait été approuvée à l’unanimité en commission en décembre dernier.

    Elle devait être votée définitivement en séance plénière mais certaines fédérations d’entreprises, notamment la FEB, avaient rappelé leurs objections à la proposition, pointant notamment un impact sur les PME.

    Des amendements avaient alors été déposés par le cdH, l’Open Vld, DéFI et la N-VA, provoquant le renvoi du texte en commission. Un avis avait aussi été demandé au Conseil d’État.
    Rédaction de l'article par P.G.

    Source

  • Une plateforme à la disposition des élèves en quarantaine ses modules de cours interactifs de niveaux primaire et secondaire.

    Lien permanent

    L’Enseignement à Distance/E-learning de la Fédération Wallonie-Bruxelles met à disposition des élèves en quarantaine ses modules de cours interactifs de niveaux primaire et secondaire. Au travers d’activités et d’exercices, de supports audio et vidéo, d’échanges dans des forums, de corrections de devoirs et de nombreux conseils donnés par des enseignants, les élèves temporairement écartés pourront continuer à évoluer dans leur programme scolaire.

    http://www.enseignement.be/

    Les infos clic ici 

  • Une application pour trouver une place de parking et pour la payer !!!

    Lien permanent

    On est encore à la phase d’essai mais les premiers résultats sont concluants: Q8 teste actuellement une application de stationnement qui indique, en temps réel, les places disponibles en rue.

    «Une voiture sur trois cherche une place de parking et c’est l’une des causes du manque de fluidité du trafic urbain», nous explique Michel Everard de Harzir, mobility specialist.

    «Bref, c’est pratiquement impossible aujourd’hui d’aller d’un point A à un point B». Q8 s’est associé à Parknav, leader mondial des données de stationnement pour développer cette appli.

    Techniquement, le «Q8 parking finder» utilise un algorithme très puissant qui se sert des données de stationnement historiques et des flux de circulation actuels basés sur toutes sortes de données de partenaires (tels que des constructeurs automobiles, des systèmes de navigation et des opérateurs de télécommunication) pour identifier les parties exactes d’une rue où la probabilité de trouver une place libre est la plus grande.

    Le taux de précision est de 80%.

    «Selon nos propres tests à Anvers, il est même de 90%.

    Cela permet de se garer 1,5 à 3 fois plus vite», se réjouit Q8. Peut-on espérer la même appli ailleurs qu’à Anvers?

    «Oui, certainement, c’est le but dans les grandes villes également en Wallonie», poursuit M. Everard de Harzir.


    ET POUR PAYER

    Outre le parking finder, Q8 teste une appli de paiement permettant de payer le stationnement de manière mobile.

    Et ça déjà en Wallonie. Cette appli «Q8 pay parking» a été développée en collaboration avec Be-Mobile. Grâce à un lien intégré entre l’appli de stationnement et l’appli de paiement, vous pouvez ainsi immédiatement payer votre place de parking depuis votre smartphone.

    Rédaction de l'article par MURIEL SPARMONT


    à noter Retrouvez davantage d’informations à propos de ces applis sur www.q8.be/stationner.

     

    Source

  • 50% des enfants de 30 mois présentent des troubles du langage

    Lien permanent

    Compétence lecture: des cours dès la maternelle

    Cinq ans après l’étude qui démontrait que 15% des jeunes quittent l’école sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture, les tests PISA 2019 soulignent que cette compétence est encore en léger recul en Belgique. Pour pallier les difficultés des jeunes élèves dans cette matière, des ateliers seront mis en place dès la rentrée prochaine, dans le maternel

    Les élèves francophones belges ne lisent pas assez bien. Les enquêtes internationales PISA et PIRLS le montrent depuis plus de 10 ans.

    Les résultats établissent que les petits Wallons et Bruxellois ont des lacunes en lecture et sont bien en dessous de la moyenne OCDE dans cette compétence.

    En effet, d’après une étude relayée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, seulement 25% des élèves de 4e primaire auraient une bonne maîtrise de la lecture.

    Pis, 15% des jeunes quitteraient l’école secondaire sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture.

    Mais une enquête de l’ONE démontre que les troubles de la maîtrise de la langue apparaissent déjà chez les tout-petits. En 2015, 50% des enfants âgés de 30 mois présentaient déjà un retard ou des troubles du langage. Voilà pourquoi il était nécessaire de mettre en place des solutions dès le plus jeune âge.

    En effet, un référentiel pour les maternelles est en cours de finalisation à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’agit du nouveau programme, réalisé dans le cadre du Pacte d’excellence, qui sera d’application à la rentrée 2020.

    «La lecture est une préoccupation de tous les référentiels, une attention particulière est portée aux élèves pour qui une maîtrise insuffisante du français est un obstacle majeur aux apprentissages».


    DES «COURS» EN MATERNELLE

    «Dès la maternelle, des activités d’éveil de la ‘conscience phonologique’ seront organisées, ce qui permettra aux enfants d’être sur un pied d’égalité en 1re primaire pour entrer dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture».

    La conscience phonologique est le fait d’être capable de jouer consciemment avec les composantes sonores d’un mot,sans prise en compte du sens. Les activités consistent à repérer, segmenter, fusionner des sons, à l’oral uniquement: «C’est le prérequis essentiel pour entrer dans la lecture (et l’écriture)».

    Concrètement, les petits devront pouvoir établir des relations sonores entre des mots entendus en énonçant des mots contenant une même syllabe par exemple, ou encore distinguer les sons constitutifs du langage.

    Ils devront aussi pouvoir rythmer un mot, un groupe de mots ou une phrase courte en scindant les syllabes orales en frappant des mains pour marquer chaque syllabe. Il n’y aura toutefois pas de volume horaire indicatif pour ce type d’activité en maternelle. Aux réseaux d’élaborer les programmes «en restant bien dans une logique d’enseignement maternel, pas une pré-primaire».

     

    Rédaction de l'article par PAULINE GOVAERT

    Source 

     

  • Attention message et appel important d'une Youtubeuse Belge, la vidéo ici

    Lien permanent

    Un message de la Youtubeuse Jill Vandermeulen

    Elle fait appel dans le cadre de la situation actuelle 

     

    Vous avez été nombreux à me demander de publier sur Facebook les stories publiées hier sur mon compte Instagram afin de pouvoir repartager.
    Merci à tous pour vos messages

    Je fais juste mon devoir de citoyenne.

    Partager un maximum autour de vous 

    Voir la vidéo clic ici 

  • Est-ce que je peux m'occuper de petits enfants ?

    Lien permanent

    Les personnes de plus de 65 ans, les diabétiques, les personnes souffrant de maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales ou les personnes immonudéprimées, sont particulièrement vulnérables au coronavirus. C'est pourquoi il est important qu'ils restent bien protégés.
    Quelques lignes directrices pour la prise en charge des petits-enfants

    SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement

     

     

  • Votre restaurateur peut devenir votre traiteur !

    Lien permanent
     


    Votre restaurateur peut devenir votre traiteur !
    Soutenez nos restaurateurs en commandant chez eux des plats à livrer ou à emporter.

    C'est autorisé, prudent et sympa

    #restotraiteur

    Fédération Horeca Wallonie Asbl UCM SNI - Syndicat Neutre pour Indépendants

     

     

    Willy Borsus

     

     

     

    Lire la suite

  • Seules les affaires urgentes seront traitées dans les cours et tribunaux dès demain lundi 16 mars 2020

    Lien permanent

    Le Collège des cours et tribunaux a communiqué, vendredi après-midi, aux différentes instances judiciaires en Belgique, plusieurs recommandations en vue de prévenir la propagation du Covid-19.

    « Doivent être traitées les affaires urgentes pour autant que les conditions sanitaires le permettent », indique le Collège.

    « Il est recommandé que chaque entité analyse, en toute loyauté, et avec toute la prudence requise, si et dans quelle mesure les autres audiences peuvent être tenues sans mettre en danger quiconque », précise encore le Collège.

    Chaque instance, en fonction de ses spécificités et de ses moyens, devra mettre en place des mesures pour appliquer ces recommandations.
    Le Collège précise qu’il est donc recommandé, pour les affaires civiles, d’annuler les audiences d’introduction à forte densité de population, d’utiliser au maximum la procédure écrite (en accord avec les barreaux), de réviser les plannings d’audience afin de permettre des présences en moins grand nombre et d’adapter les locaux pour tenir compte de distances de sécurité entre les personnes présentes.

    Pour les affaires pénales, les mêmes recommandations prévalent, mais toutes les affaires impliquant des détenus ou présentant un caractère urgent (problème de prescription, délinquant à caractère sexuel, récidiviste, etc.) doivent être traitées.


    Le Collège des cours et tribunaux préconise également, comme d’autres institutions ou entreprises, que tous les membres du personnel des instances judiciaires qui ont une santé fragile soient autorisés à rester chez eux.

    Il conseille aussi aux chefs de corps d’encourager le travail à domicile. Les greffiers en chef pourront accorder des dispenses de service à certains collaborateurs des greffes qui ne disposent pas d’un ordinateur portable et sont encouragés à organiser des tournantes de manière à ce que ça ne soit pas toujours les mêmes collaborateurs qui puissent travailler à distance.


    Enfin, le Collège rappelle aux entités judiciaires du pays qu’il est important « d’assurer une bonne hygiène, un nettoyage régulier des locaux et une aération aussi fréquente que possible de ceux-ci » par des techniciens de surface qui portent des gants.


    Le Collège affirme que « l’objectif est d’assurer une continuité des services aux justiciables, tout en garantissant au personnel de justice et au public la sécurité sanitaire nécessaire ».


    Le Collège des cours et tribunaux est composé de dix magistrats-chefs de corps, qui représentent l’ensemble des comités de direction des cours et tribunaux de Belgique.

    Il s’est réuni jeudi en début d’après-midi et ce jusqu’en soirée afin de décider des mesures communes à prendre et d’actions coordonnées à opérer au sein de l’ensemble des cours et tribunaux belges, concernant la pandémie de coronavirus.

    Source

  • La trottinette électrique partagée… pollue trop

    Lien permanent

    Les trottinettes électriques partagées polluent davantage que les modes de transport qu’elles remplacent en raison de leur durée de vie insuffisante, ressort-il d’une étude dirigée par des chercheurs de l’Université libre de Bruxelles (ULB).

    Les scientifiques se sont penchés sur l’utilisation de ce deux-roues électrique à Bruxelles.

    Une trottinette électrique partagée engendre à l’échelle globale 131grammes de CO2 équivalent par kilomètre.

    Des émissions principalement dues à la phase de production en Chine (79%), explique l’étude dirigée par l’ULB. En Belgique, l’impact est lié «à la phase de déploiement et de collection ainsi qu’à la phase de chargement».

    Les modes de transport que la trottinette électrique partagée remplace, principalement les trans
    ports en commun, la marche à pied et la voiture (privée, partagée, taxi et Uber), cette dernière étant la plus impactante, représentent une émission de 110 g de CO2 équivalent par km.

    La trottinette pollue dès lors davantage.

    En cause?

    Sa durée de vie insuffisante. Pour être moins polluante que les autres moyens de transport, la trottinette devrait être utilisée 9,5 mois en moyenne.

    Or, sa durée de vie tourne autour des 7,5 mois.

    Pour allonger la vie des trottinettes, il faut une meilleure résistance mais aussi «une maintenance efficace, des infrastructures adaptées, un usage précautionneux et une diminution du vandalisme», conclut Hélie Moreau, chercheur à l’Institut de gestion de l’environnement et aménagement du territoire de l’ULB.

    Source

    Photo pretexte 

     

  • Une bonne nouvelle dans la grisaille de l'actualité !!!

    Lien permanent

    Lundi, il fera encore généralement sec mais avec beaucoup de nuages et des températures similaires.

    L’IRM prévoit le retour du soleil mardi.

    Il fera ensuite encore un peu plus doux avant un net rafraîchissement en fin de semaine.

    Dimanche soir, les éclaircies s’élargiront dans le sud-est. Dans le même temps, un risque de faibles pluies augmentera dans l’ouest. La nuit de dimanche à lundi, le ciel se dégagera dans toute la moitié sud-est.

    Ailleurs, les nuages seront de plus en plus présents mais le temps restera sec à de faibles précipitations près. Les minima varieront entre 2 degrés en Hautes Fagnes et 7 degrés à la côte. Le vent sera faible, et modéré au littoral.

     


    Lundi, une faible perturbation sera principalement à l’origine de champs nuageux sur nos régions, le temps devant rester sec en de nombreux endroits.

    Toutefois une ondée ne sera pas exclue, principalement sur le relief ardennais.


    En soirée, les éclaircies s’élargiront à partir du nord-ouest. Les maxima oscilleront entre 11 degrés en Hautes Fagnes à 14 degrés dans le centre.
    Mardi, il fera ensoleillé et sec. Les maxima seront compris entre 11 degrés en haute Ardenne et jusqu’à 14 degrés localement en plaine.

    Source

  • Un numéro gratuit 0800/12.018 pour les indépendants qui se posent des questions

    Lien permanent

    Certains secteurs économiques sont durement frappés par les mesures prises jeudi, à commencer par le secteur Horeca.

    Le ministre des Indépendants, Denis Ducarme (MR), a annoncé un numéro gratuit (0800/12.018) pour les indépendants qui se posent des questions. 80 lignes seront actives du lundi au vendredi, de 8h à 20h.


    Ils pourront notamment obtenir des infos quant à leurs droits et aux mesures mises en place par le gouvernement fédéral telles que la dispense, le report ou la réduction des cotisations sociales, le fait de pouvoir bénéficier d’un revenu de remplacement, ou encore des mesures en matière fiscale et de chômage économique.


    Réduction de cotisations


    Le fédéral a déjà pris une série de mesures pour soutenir les indépendants dans cette épreuve qui risque de les meurtrir cruellement. Concrètement, ils pourront obtenir, selon leur cas : une réduction des cotisations sociales provisoires pour l’année 2020 (le niveau de la réduction restera à déterminer avec la caisse d’assurances sociales), une dispense des cotisations sociales pour les deux premiers trimestres de 2020 ou encore le report de paiement d’un an des cotisations sociales pour ces deux premiers trimestres de 2020 (pendant cette période, l’indépendant conserve ses droits à l’assurance soins de santé, à l’assurance incapacité de travail et maternité, aux autres congés, ainsi que la couverture droit passerelle si l’indépendant doit finalement se résoudre à cesser son activité).


    Le ministre Ducarme a, par ailleurs, déposé cette semaine à la Chambre une proposition de loi visant à assouplir l’accès des indépendants à un revenu de remplacement en cas d’interruption forcée.

    « Cette mesure a été prise en considération jeudi soir et se verra appliquer la procédure d’urgence », précise-t-il.

    « Elle devrait être examinée dès mardi prochain à la Chambre et bénéficiera dès ce mois de mars à l’ensemble des indépendants dont l’activité est impactée par l’épidémie de coronavirus, au point qu’ils doivent l’interrompre. »

     

    Ce revenu de remplacement pourra être obtenu pour toute interruption forcée d’au moins sept jours calendriers consécutifs, au lieu d’un mois civil complet aujourd’hui.

    Exemple : jusqu’ici, un indépendant forcé d’interrompre son activité entre le 5 février et le 20 mars ne pouvait pas bénéficier du revenu de remplacement. Ce sera désormais possible.


    « Il pourra bénéficier d’une indemnité variant entre 25 % et 100 % du montant de la prestation financière mensuelle selon la durée de l’interruption », précise le ministre.


    Entre autres mesures, citons encore le « classique » chômage temporaire pour force majeure ou pour raisons économiques. Les allocations seront majorées et passeront de 65 à 70 % pour une période de trois mois.
    Un milliard…


    Un ministre dont il se dit, même s’il n’est pas prolixe sur le sujet, qu’il voudrait mobiliser un milliard d’euros pour prendre d’autres mesures en faveur des indépendants victimes de la crise.

    Comment ?

    En mobilisant le Fonds de réserve du statut social des indépendants. Géré par l’Inasti (l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants), ce fonds est alimenté par les bonis annuels du statut social.


    À propos de l’Inasti, un standard téléphonique est aussi à disposition des indépendants qui souhaitent disposer d’infos complémentaires sur le report de cotisations sociales (02/546.45.95) ou les dispenses (02/546.60.20).


    Rédaction de l'article par Didier Swysen

    Source

  • Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus !!!

    Lien permanent

    Nous sommes tous égaux devant le COVID19 , riche ou pauvre , instruis ou pas , grand ou petit , élu ou pas, croyant ou pas .

    Bilan dimanche matin 197 personnes de plus 886 cas au total 


    Donc, respectons le confinement "Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus»"

     

    Vendredi soir, les bars et cafés ont dû fermer leurs portes.
    Coronavirus oblige.


    De nombreux établissements en ont donc profité pour inviter leurs clients à venir boire un coup une dernière fois avant leur fermeture jusqu’au trois avril.


    Le SPF Santé Publique s’est exprimé sur le sujet et désapprouve évidemment.

    Le SPF Santé Publique a communiqué sur les Lockdown parties qui ont eu lieu ce vendredi soir suite à l’annonce du Conseil national de sécurité de la fermeture des restaurants, cafés et bars.
    Le service public fédéral désapprouve évidemment et regrette que les efforts des uns et des autres soient réduits à néant : « Les Lockdown Parties et autres rassemblements réduisent nos efforts à néant et sont regrettables. Le pays et la grande majorité de ses citoyens font un considérable effort pour protéger les personnes vulnérables. Que chacun prenne ses responsabilités. »,
    indique le SPF Santé Publique sur Twitter.
    «Nous faisons des efforts énormes pour protéger les gens les plus faibles et les aînés. Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus», a-t-elle ajouté.
    Le Centre national s’est également exprimé sur le sujet « Nous avons une chance de lutter contre ce virus et c’est maintenant #ensemblecontrecorona «, a tweeté le Centre de crise.

    De Block appelle à ne pas organiser de soirées lockdown: «Ces rassemblements réduisent nos efforts à néant et sont regrettables»

     

    Nouveau décès lié au coronavirus en Belgique: une personne a perdu la vie à Liège

    Coronavirus: un médecin généraliste de Charleroi, le premier à être contaminé, sous respirateur

    Un jeune homme de 18 ans d’Arlon, contaminé par le coronavirus et placé en quarantaine, témoigne: «Je me sens bien, même si je suis encore faible»

    830 nouveaux cas de Coronavirus en France qui passe en phase 3: cafés, restaurants et commerces non-essentiels fermeront leurs portes dès minuit

     

     

     

  • Qui peut vous aider à garder vos enfants à domicile et à quel prix ?

    Lien permanent

    A côté des amis et de la famille (rappelons que la garde par les grands-parents est déconseillée pour éviter tout risque de transmission aux personnes à risque), des gardiennes d’enfants professionnelles existent, mais à des tarifs qui ne seront pas à portée de la majorité des familles qui seraient contraintes d’y recourir tous les jours de la semaine.

    Pareil pour les baby-sitters (7€/heure à la Ligue des Familles), même si la Ligue envisage de suggérer à ses baby-sitters de proposer un tarif de 50 euros par jour.

    Reste la solution du bénévolat : les groupes whatsapp de parents dans les écoles fonctionnent à plein régime pour tenter de trouver des solutions d’entraide.

    Les mouvements de jeunesse pourraient aussi se mobiliser dès la semaine prochaine (à suivre).

    Rédaction de l'article par Par Muriel Sparmont et Didier Swysen

    Source