Nandrin - Page 5

  • Le glanage, une pratique vieille comme le monde.

    Lien permanent

    « Quand on me demande si on peut venir glaner dans mes champs, je dis toujours oui », témoigne Geoffrey Stasse, agriculteur de Huccorgne (Wanze, province de Liège). « Mais je donne mes consignes sinon, les gens font n’importe quoi ! Certains viennent ramasser juste derrière la machine, c’est très dangereux. D’autres viennent ramasser mes oignons, qui ont été sortis de terre pour sécher mais qui n’ont pas encore été récoltés. D’autres viennent carrément voler : voyant que le champ de carottes est en partie récolté, ils arrachent tout le reste de la ligne ! Je ne vous parle pas non plus des gens qui garent leur voiture n’importe comment sur le champ et que nos machines manquent d’accrocher ».

    Convivial et solidaire

    Mais tout cela, c’est du passé. Car à Wanze, le GAL (Groupe d’Action Locale) Burdinale-Mehaigne a mis en place le glanage encadré. « Les glaneurs doivent s’inscrire et par des alertes mail, ils reçoivent les infos sur les lieux, les jours et les heures de glanage où ils sont attendus au champ », explique Camille Englebert, chargée de mission au GAL Burdinale-Mehaigne. « Nous avons à ce jour 450 inscrits aux alertes, 7 agriculteurs partenaires et à chaque glanage, on se retrouve à une centaine de personnes sur le champ ».

    Bientôt dans le brabant

    L’encadrement offert par les bénévoles du GAL permet de garantir aux glaneurs une sécurité sur les produits (consommer des légumes ramassés sur un champ où l’on vient d’épandre du fumier est risqué pour la santé) et apporte aussi une convivialité à l’action puisque le but est de se retrouver tous ensemble sur le champ. L’agriculteur est généralement présent, ce qui permet aux gens de discuter avec lui de ses produits et de le voir autrement que comme le « gars qui pulvérise ». Enfin, il arrive que des glaneurs laissent une partie des produits ramassés pour des associations, ce qui ajoute de la solidarité au geste. Le glanage des haricots vient de s’achever, celui des oignons, des carottes et des pommes de terre va suivre.

    Le glanage tel que décliné à Braives, Burdinne, Héron et Wanze séduit d’autres associations. « L’idée est très séduisante et nous la mettrons en œuvre lorsque nous en aurons les moyens », annonce Quentin Triest, chargé de mission au Gal Culturalité de Jodoigne (et de 6 communes du Brabant Est).

    PAR F. DE H.

     |

    Source 

  • Un spectacle de Luc Baiwir en clôture des Septennales à Huy vendredi 13 septembre 2019

    Lien permanent

    Le 13 septembre, Luc Baiwir proposera « Les sept portes du temps » au Centre culturel de Huy. Un spectacle son et lumière inédit qui sera joué en clôture des fêtes des Septennales. Durant 1h30, l’artiste hutois revisitera 24 titres issus de ses 30 ans de carrière.

    Pourquoi ce spectacle s’intitule-t-il « Les sept portes du temps » ?

    Tout d’abord pour renvoyer aux Septennales je trouvais qu’il était intéressant de reprendre le chiffre sept. À travers le sept, qui est aussi un chiffre un peu magique, on replace sept grandes thématiques qui sont les portes du temps. On commence avec la porte de l’espace, puis celles de la terre et du rêve. On passe ensuite par quelque chose d’un peu plus flou avec la porte du rêve où le temps n’a plus d’impact et la porte de l’amour qui défie le temps. Il y aura ensuite la porte de la lumière et on termine sur la porte de la liberté qui sera plus symbolique avec une évocation des droits de l’homme.

    Quels titres allez-vous interpréter ?

    Je vais jouer les morceaux que j’ai réalisés depuis 1987 jusqu’à maintenant. La plupart ont été joués au lac de Roberville, à Forest National et jusque dans les tournées en Europe et en Asie. C’est une sorte de compilation dont les morceaux seront proposés à travers sept points de vue.

    S’agissant d’un spectacle son et lumière, comment va-t-il être orchestré ?

    Il y aura pas mal de vidéos d’espace, d’océans et des images de réalisateurs avec lesquels j’ai travaillé. Il y aura aussi des diaporamas avec des photos de grands photographes français, notamment sous-marines. Certaines séquences seront plus d’actualité avec des images sur la destruction de la planète par l’homme, de la fonte de l’Arctique à l’Amazonie qui brûle.

    Vous ne serez pas seul sur scène, qui va vous accompagner ?

    On sera environ 80 musiciens et choristes. Les chœurs du Conservatoire de Huy seront à peu près 50 à 60 choristes. Ils travaillent les partitions depuis le printemps et termineront le concert avec moi. L’Orchestre de Chambre de Huy composé d’une vingtaine de musiciens à corde m’accompagnera presque sur tous les morceaux. Six ou sept cuivres et des guitares électriques seront présents sans compter les solistes qui changent à chaque fois. Et une grande chanteuse de New-York, Susan Gonzales, qui a chanté sur un de mes albums il y a trois ans, vient spécialement pour ce concert pour chanter deux ou trois titres avec moi.

    Avez-vous déjà joué ce spectacle sous cette forme ?

    Non, ce sera la première fois. C’est aussi la première fois que je vais jouer avec autant de personnes sur mes morceaux. Quand je fais mes tournées, on est en général une dizaine sur scène. Ici, il a fallu réorchestrer tout et refaire toutes les partitions pour y amener les cuivres, les cordes et les synthétiseurs. Il a fallu plus de six mois de travail et on a déjà fait cinq ou six répétitions avec les cordes car elles sont présentes dans les neuf dixièmes des morceaux. Les deux dernières semaines vont désormais être consacrées aux répétitions générales.

    PAF/ 10 €. Réservations : www.acte2.be ou 085/ 21.12.06.

    Par J.RE

     

    Source

  • Le nouveau slogan de la campagne, En cas d’incendie, fermez la porte!

    Lien permanent

    « Pour veiller à quitter à temps l’habitation lorsqu’un incendie éclate, il est essentiel de fermer un maximum de portes intérieures. De cette manière, la fumée est retenue le plus longtemps possible et le chemin d’évacuation vers l’extérieur reste exempt de fumée pour un maximum de temps. La fumée est en effet mortelle ! », rappellent les responsables du service Sécurité et Prévention du SPF Intérieur. Et ce message vaut pour toutes les habitations.

    Pas besoin d’avoir une porte coupe-feu pour fermer ses portes et ralentir la progression du feu et des fumées.

    Cette campagne de sensibilisation sera portée par toutes les zones de secours du pays à partir du 14 septembre prochain. Un sondage mené fin 2018 par l’ANPI (Association nationale pour la lutte contre l’incendie et le vol) a en effet démontré que le Belge ne se préoccupe pas beaucoup de la sécurité incendie dans son habitation : à peine 1 personne sur 4 ! Et seuls 3 Belges sur 5 sont prêts à investir dans la sécurité.

    Plan d’évacuation

    « Le Belge semble toujours penser que ce genre d’accident n’arrive qu’aux autres et qu’il n’y a donc pas péril en la demeure ». Or chaque année, les incendies tuent. En 2018, on a déploré un total de 54 décès et 2019 ne s’annonce pas bien puisque l’on dénombre déjà 41 personnes décédées dans des incendies alors que l’hiver, saison propice aux incendies, n’a pas encore débuté.

    Le détecteur incendie est une autre façon de se prémunir. Il est obligatoire en Wallonie et ne deviendra obligatoire en Flandre et dans les locations à Bruxelles qu’à partir de 2020. À l’heure actuelle, seuls 7 Belges sur 10 ont installé un détecteur de fumée. Encore faut-il bien l’entretenir (lire ci-contre) et en faire bon usage. Toujours selon l’enquête de l’ANPI, lorsqu’on leur demande quelles démarches ils entreprennent lorsque le détecteur de fumée se déclenche la nuit, seuls 3 % des Belges pensent à fermer les portes (intérieures). Autre conseil donné aux particuliers : préparez un plan d’évacuation, pour fuir votre habitation à temps en cas d’incendie. Les spécialistes insistent : il faut éviter d’encombrer les escaliers et les couloirs par des objets divers et, pourquoi pas, s’entraîner à évacuer sa maison dans le noir. Car en cas d’incendie, on doit aussi évoluer à l’aveugle, à cause des fumées.

    En 2018, 54 personnes sont décédées dans 48 incendies. Les victimes étaient surtout des hommes (33) et surtout des personnes âgées. « Les seniors ont environ 2,5 fois plus de risques de mourir dans un incendie domestique », précise l’ANPI. Les 54 décès de 2018 sont surtout survenus en Wallonie (33), qui devance largement la Flandre (16 décès) pourtant plus peuplée.

    Cigarette, électricité,...

    Quelles sont les causes principales des incendies d’habitation ? « Nous ne disposons pas de données précises à ce sujet », répond Thomas Gijs, du service « Prévention Incendie » de la DG Sécurité et Prévention au SPF Intérieur. « Mais les causes principales des incendies ne sont pas nécessairement les causes principales des incendies fatals. Par exemple, le fait de cuisiner est probablement la cause principale des incendies, mais cause paradoxalement moins d’incendies fatals. Le fait de fumer est, par exemple, une des causes qui est régulièrement avancée pour des incendies fatals (quelqu’un qui s’endort dans le fauteuil ou dans son lit en fumant), tout comme des incidents causés par une défaillance électrique ».

    Dépoussiérez vos détecteurs!

    Il ne suffit pas d’avoir un détecteur de fumée pour sauver des vies ! Il faut aussi le placer, l’entretenir et le changer après un certain temps. Ça paraît bête à dire, mais selon l’étude de l’ANPI, parmi les Belges n’ayant pas encore installé de détecteur de fumée, 1 sur 5 en a au moins un rangé dans son armoire ! Selon cette enquête, 13 % des Belges ne sont pas disposés à installer un détecteur de fumée ! Ils expliquent ce refus par le fait qu’il ne s’agit pas d’une obligation (en Flandre du moins), parce qu’ils louent (et que c’est le bailleur qui est tenu d’installer ces détecteurs) ou parce que ce n’est pas important ou trop cher à leurs yeux. « Il est pourtant possible d’obtenir une protection suffisante avec un budget modique », insiste l’ANPI. « Dans une habitation moyenne, il faut prévoir 5 détecteurs. Ceux-ci coûtent environ 25 € chacun. Avec 125 €, l’habitation est protégée pour 10 ans. Une telle protection coûte donc 12,5 €/an, soit un peu plus d’1 €/mois ». Un détecteur doit être dépoussiéré (et testé) une fois par mois. Sa durée de vie est d’environ 10 ans.

    Par FRANÇOISE DE HALLEUX

     

    Source 

  • Le gel est déjà de retour après un été caniculaire, le saviez-vous ?

    Lien permanent

    Il s’agit (presque) d’une première.

    Vendredi passé au matin il a fait -0,5º à Elsenborn, en province de Liège. Ce qui est plutôt étonnant lorsqu’on pense qu’il y a moins d’une semaine, le mercure frôlait les 30º.

    « C’est comparable à la saison 2003, où on a connu un été très chaud, suivi de premiers gels nocturnes à Saint-Vith et à Elsenborn le 3 septembre », affirme David Dehenauw, météorologue à l’IRM.

    Cette même année, les températures avaient ensuite augmenté, pour finalement redescendre en dessous du zéro dans certaines communes des provinces de Luxembourg et de Liège à la fin du mois. À l’époque, le mercure avait affiché -3º !

    Si les gelées au mois de septembre ne sont pas exceptionnelles -on en a connues par le passé –, pour le météorologue, c’est la rapidité des changements de température qui demeure très remarquable.

    L.R.

    Source 

  • Le public mieux accueilli dans la nouvelle Cité administrative en ville !!!

    Lien permanent

    Tout le monde se souvient encore de ces attentes interminables dans un espace bondé face à des guichets fermés. Le rez-de-chaussée de la Cité administrative n’a pas laissé que de bons souvenirs aux Liégeois.

    Et bien sachez que l’accueil sera tout autre une fois ces importants travaux terminés. « Il n’y aura plus un, mais trois niveaux qui y seront désormais consacrés, explique l’échevin des travaux Roland Léonard. Et sur un espace élargi à une nouvelle construction de trois étages, juste à côté de la Cité actuelle. »

     

     

    Les travaux de rénovation de la Cité administrative vont en effet revoir de fond en comble le bâtiment. « Il y aura une seule et grande entrée, côté Féronstrée, reprend Joëlle Servais, la directrice des bâtiments. Dès l’accueil, le public sera dirigé vers le service concerné. Le tout dans un espace aéré et baigné de lumière. Des ordinateurs seront aussi à disposition des citoyens qui n’en possèdent pas ou qui veulent être accompagnés dans leurs démarches. »

    Du 3ème au 6ème étage se trouveront les grandes (et petites) salles de réunion et le restaurant. Et du 7ème au 17ème, ce seront les bureaux classiques des fonctionnaires. « Quant au 18ème et son exceptionnelle terrasse panoramique, il servira pour des réceptions organisées par la Ville. »

    Zéro Carbone

    C’était une demande expresse de la Ville : la nouvelle Cité sera également labellisée « zéro carbone ». « Pour ce faire, nous utiliserons de nombreuses techniques spéciales, explique Valentin Hautot du bureau d’études. Comme des pompes à chaleur qui puiseront l’eau dans la Meuse. Et pour compenser l’électricité utilisée pour le parc informatique, les deux pignons aveugles et le toit seront couverts de panneaux solaires. »

    Partis déjà en 2016 pour des locaux loués rue des Guillemins, les agents de la Ville pourront réintégrer leur Cité pour fin 2022, début 2023 au plus tard, après 27 mois de travaux.

    Tout le quartier va en profiter

    Si l’idée avait déjà germé en 1901, ce n’est qu’en 1967 que la Cité administrative actuelle a été inaugurée pour regrouper les services de la Ville disséminés dans 18 bâtiments.

    « Elle a été construite dans le style moderniste de l’époque, explique l’architecte Bernard Deffet. Comme le bâtiment de l’ONU à New York par exemple. Avec son style élancé qui culmine à 68 mètres de hauteur et sa largeur plutôt fine (12 mètres), elle représente une sorte de « beffroi » dans la Ville et offre une vue remarquable sur la vallée. »

    Un espace plus aéré

    La suppression du socle existant autour du bâtiment va permettre de renforcer cette impression de beffroi et de dégager des espaces pour des cheminements piétons beaucoup plus aérés, entre la rue Saint-Jean-Baptiste et la dalle de la Cité.

    « Ce chantier ne le comprend pas pour le moment, reprend l’échevin Roland Léonard, mais l’idée est ensuite de supprimer le parking à ciel ouvert sur la dalle et de transformer celle-ci en espace public. : un parc par exemple. Et la réflexion porte aussi sur les rues adjacentes comme la rue Saint-Jean, en Potiérue et la rue du Pont. »

    1000 employés

    Tout ce quartier est en effet situé à deux pas du centre de Liège. Il bénéficiera de la future ligne de tram qui le longera de chaque côté et du futur piétonnier en Féronstrée. « Si on compte les 500 travailleurs Ville et CPAS dans la Cité administrative et les 500 employés qui, à terme, vont se retrouver dans les bureaux qu’un promoteur privé est en train d’aménager dans l’ex-Innovation, cela fait un millier de travailleurs qui seront bientôt occupés sur ce site. »

    Le CPAS va quitter la place Saint-Jacques pour intégrer la Cité

    Le siège administratif du CPAS de Liège est situé depuis des dizaines d’années dans un bâtiment de la place Saint-Jacques. Une centaine d’agents y travaille. C’est là que les bénéficiaires du revenu d’intégration se rendent pour leur dossier et c’est là aussi que les SDF de la ville sont domiciliés pour des raisons administratives. Mais on a appris hier que ses agents allaient intégrer en 2022 la Cité administrative.

    « Oui, ici le bâtiment est vieillot et n’est plus adapté aux normes actuelles, explique la présidente Marie-France Mahy. Il aurait fallu réaliser de gros travaux. Le calendrier se met bien. »

    Ses agents vont donc être logés dans la nouvelle cité et de nombreuses synergies permettront des économies d’échelle : fournitures, restauration, parc informatique, etc.

    Vu qu’il s’agit d’un public spécifique, les bénéficiaires du CPAS vont-ils disposer d’une entrée séparée ? « Non, il n’y aura qu’une seule entrée publique pour le bâtiment mais ils seront envoyés directement vers nos services, reprend la présidente. Qui ajoute : « l’aide aux SDF ne se fera cependant pas à la Cité. Lorsqu’ils viennent chez nous trois fois par mois pour toucher leur revenu d’intégration, on leur permet de prendre une douche, de bénéficier d’un café. Ce ne sera pas possible à la Cité. Ils iront à l’ex-hôpital militaire de Saint-Laurent. »

    Une fois vidé, le bâtiment actuel de la place Saint-Jacques sera proposé à la vente.

    La «tache» sur la façade va être mise en valeur

    Appelée « la tache » par de nombreux Liégeois, l’œuvre de l’artiste grec Nicolas Kozakis, située sur le pignon aveugle de la Cité, va être conservée et même mise en valeur. « Il s’agit en fait du contour de la grotte de la Nativité, explique l’architecte Bernard Bauffet. Elle fait désormais partie du paysage liégeois. Grâce à la mise en place d’un fin film reluisant, avec des cellules photovoltaïques, là où la rugosité du béton offrait une sorte de « tache noire », cela deviendra une tache reluisante et brillante. »

     

    PAR LUC GOCHEL

     Source 

  • Demain Vélo et Marche gourmands du Rotary club Amay-Villers-le-Temple

    Lien permanent

    Entre fermes et châteaux du Condroz, balades gourmandes et touristiques à la découverte du patrimoine régional.
    Nouvel itinéraire vélo de +/- 40km, accessible à toutes et tous.
    Inclus petit-déjeuner dès 8h30 à la salle du D'Zy, cuisine sympathique et savoureuse en repas de midi et du soir.
    Départ vélo à partir de 9h.
    Départ marche à partir de 10h (en groupe).
    Où :Salle du d'Zy Rue Gommeray, 9 à Fraiture 4550 Nandrin
    Téléphone :0475/28 18 95 - Réservation obligatoire
    Tarif :Repas inclus, hors boissons - Vélo : 40€ (enfants de moins de 12 ans : 15€) - Marche : 30€ (enfants de moins de 12 ans : 15€)
    Public :à partir de 11 ans
    Internet : http://www.rotaryamayvillersletemple.be

    Source

  • Le secteur de la construction poursuit son appel aux 15-25 ans

    Lien permanent

    La campagne « Je construis mon avenir » a été entamée en avril dernier et vient récemment de se terminer sur les ondes radio. Elle se poursuit dorénavant sur les réseaux sociaux et sera bientôt visible sur les bus du TEC.

    « Avec un taux record de 8 % d’emplois vacants – le double de celui de l’industrie – la construction est aujourd’hui le premier secteur wallon en recherche de personnel », a rappelé la CCW. « Outre les 5.000 postes déjà vacants aujourd’hui, le Bureau du plan prévoit 6.000 postes supplémentaires à pourvoir d’ici 2024. Ce sera peut-être davantage encore si le nouveau gouvernement wallon confirme ses objectifs de rénovation énergétique et d’investissements publics. »

    Dans ce contexte, la Confédération veut revaloriser les métiers concernés et rappeler toute leur diversité, allant du travail manuel à l’informatique. « Tous ceux qui utilisent les termes obsolètes, pénibles, sales et dangereux pour qualifier nos beaux métiers, qui considèrent nos formations comme des filières de relégation ou qui pensent ne pas avoir le choix de leur avenir, nous les invitons à oser un nouveau regard », a-t-elle souligné.

    Les jeunes qui souhaitent plus d’informations peuvent se rendre sur le portail www.jeconstruismonavenir.be, où ils seront orientés vers un emploi ou une formation.

    Source 

     

  • Brocante Stree-Modave demain 8 septembre 2019

    Lien permanent

    29ème Brocante Dimanche: Le 8 septembre de 8:00 à 18:00

    Sur la place et rue Bois Rosine
    4577 Strée - Modave

    Emplacements : par 5 mètres = 6 €

    Renseignements : 0478/62 85 81 (Champion K.)
    0476/44 07 54 (Miceli Sabine)
    Nombre d'exposants :120
    Organisateur :Ecole St Louis
    Emplacement :6€ pour 5 metres
    Où :rue du Bois Rosine,7 4577 Modave
    Téléphone :0478628581

    Source 

  • Des produits condruziens en vente

    Lien permanent

    C’est dans la rue piétonne Saint-Remy, au centre de Liège, voisine de la place Saint-Paul que s’est installée l’épicerie de quartier baptisée « Pied à terre ».

    Depuis le 22 août dernier, Isabelle Polet propose une belle variété de pains bios à la levure ou au levain, livrés tous les jours sauf le mercredi par « Les Copains d’Ocquier » ; des légumes cultivés pleine terre dans le « Jardin d’Antan » à Hody ; des variétés de viande en provenance d’une ferme mise à l’honneur chaque semaine (bœuf limousin bio, porc, agneau, black Angus, ...) ; du poulet bio, du canard, des jus, bières, miels, confitures et des produits laitiers de la Ferme Demoitié de Ouffet « que je vends en exclusivité dans mon épicerie », indique Isabelle Polet (yaourts, maquées, crèmes, fromages au lait de vache ou de chèvre ou de brebis).

    « Le maître mot du magasin est le circuit court. Tous les produits sont d’origine belge, locaux, éthiques et de saison, issus de l’agriculture biologique, raisonnée et de l’agroforesterie. L’objectif est de valoriser l’économie circulaire et le développement durable », insiste Isabelle Polet.

    « Pied à terre », une belle reconversion

    Elle a baptisé son épicerie de quartier « Pied à terre » « car cela fait référence à la terre et cela, j’y tiens beaucoup. Car je suis un pied à terre pour le Point Ferme avec qui je travaille en collaboration ; car nous sommes dans une rue piétonne, rue Saint-Remy et enfin en référence au pied de champignon », précise Isabelle Polet.

    Auparavant, à cet endroit, se trouvait une agence immobilière. Place désormais à des produits frais, locaux et belges. « Ce projet d’épicerie de quartier me tient très à cœur pour sa démarche éthique, sociale et environnementale », explique Isabelle Polet qui a été architecte durant 20 ans avant de devenir épicière !

    « Il y a quelques temps face à l’urgence climatique, les transitions écologiques, économiques et sociales me sont apparues comme une évidence. La graine était plantée et a commencé à germer en moi. La volonté de se désencombrer, d’appliquer la décroissance et le minimalisme au quotidien m’ont poussée à imaginer l’idée d’un revirement total de carrière. J’ai d’abord testé le maraîchage, la vente sur les marchés ou sur site, la vente à la ferme pour me rendre compte des difficultés, des contraintes et du savoir-faire de chaque activité. Je me suis ensuite concentrée sur « comment moi, avec mes compétences », je pouvais participer au développement d’une filière durable de manière constructive», explique encore l’épicière liégeoise.

    Un dépôt des paniers

    «J’ai eu ensuite l’occasion de rencontrer «Point Ferme», une coopérative à finalités sociales, située à Nandrin et dont la philosophie correspondait à mes valeurs. Une quarantaine de producteurs proposent uniquement leurs produits en ligne et livrent dans des points de dépôt de la région liégeoise. Je leur ai proposé ce pied à terre à Liège rue Saint-Remy, dans un magasin physique, où je vends tous les produits de « Point Ferme ». Mon épicerie est aussi un point de dépôt pour les paniers « Point Ferme » achetés en ligne qui peuvent être récupérés chez moi le vendredi. Je suis ouverte aussi à tous les producteurs belges intéressés et désireux d’adhérer à cette démarche. Ils peuvent me contacter au 04/362.27.78 (à partir du 10 septembre) ou par mail à l’adresse suivante : info@piedàterre.be ou sur ma page Facebook Pied à terre_Epicerie », tient-elle à préciser.

    MARC GÉRARDY

    Source

  • Acheter en vrac, c’est à la mode

    Lien permanent

    Deux fois plus de magasins de vrac qu’en 2017

    Acheter en vrac, c’est à la mode. Dans les épiceries et autres magasins « zéro déchets », c’est vous-mêmes qui amenez les contenants. Plus d’emballages donc, mais vos propres bocaux ou sacs (en tissu bien sûr !).

    En deux ans, le nombre d’enseignes proposant des produits en vrac a explosé en Wallonie et à Bruxelles. De quelque 100 magasins en 2017, on approche aujourd’hui des 200 points de vente. La Belgique ne s’est pourtant lancée dans l’aventure qu’en 2014, bien plus tard que la France qui s’adonnait déjà à la pratique à la fin des années 90.

    « Aujourd’hui, nous avons listé 191 magasins de vente en vrac sur notre site Internet », explique Renaud De Bruyn, expert « déchets » chez Ecoconso. « Nous recevons encore des demandes d’ajouts mais celles-ci se font progressivement moins nombreuses. » La mode du vrac aurait-elle atteint sa vitesse de croisière ? « On dirait effectivement que ça se stabilise. Nous avons noté quelques fermetures de magasins, mais rien de significatif par rapport aux ouvertures. »

    Sur les 191 magasins répertoriés, 53 ont élu domicile en Région bruxelloise contre 138 en Wallonie. Certaines enseignes sont uniques tandis que d’autres se développent progressivement. Parmi elles, nous retrouvons notamment « Färm », « Sequoia » ou encore « Bi’OK ».

    Parfois moins cher

    Les avantages du vrac sont connus : pas de déchet, pas de gaspillage alimentaire… Le tout dans un contexte environnemental qui lui est largement favorable. Mais le vrac est-il vraiment accessible pour tout le monde ? « De l’extérieur c’est vrai qu’on entend souvent que le vrac coûte plus cher que les produits des supermarchés traditionnels », concède Renaud De Bruyn qui a donc réalisé une petite étude de marché. « J’ai comparé 27 produits différents (lentilles, riz, pâtes, mueslis…) dans cinq magasins de vrac et trois magasins proposant des produits préemballés. » Résultat ? « Le vrac était 14 % moins cher. » Mais comme il le précise, les produits comparés étaient tous des produits bio.

    Test-Achats a elle aussi réalisé une étude sur les courses en mode « zéro déchet » en mars 2019. « Sur 23 produits bio comparés, vous payerez en moyenne 34 % plus cher que chez Delhaize et 47 % plus cher que chez Colruyt. » Conclusion : difficile de généraliser. En fonction de ce que vous achetez, le vrac sera tantôt plus cher, tantôt moins cher. « Sans compter que si vous achetez uniquement la portion souhaitée, l’addition devrait normalement baisser », précise Test-Achats.

    S.B.

    Source 

     

  • Intradel et ses filiales vous ouvrent leurs portes le dimanche 29 septembre 2019 à vos agendas

    Lien permanent

    Intradel et ses filiales vous donnent rendez-vous pour découvrir leurs outils et leurs métiers avec le soutien et la présence de ces hommes et de ces femmes qui valorisent, trient et recyclent vos déchets.

    Pour cette occasion, nous ouvrirons plusieurs de nos sites de tri et de traitement. Nous vous accueillerons à Herstal, Seraing et Grâce-Hollogne.

    Au programme
    Bricolage zéro déchet et grimage pour les enfants
    Conseils et animation zéro déchet pour les grands : réduction des emballages, astuces pour lutter contre le gaspillage alimentaire,..
    Visites pédagogiques de nos outils : découverte des coulisses du tri, du recyclage et de la valorisation
    Verre de l’amitié
    Infos sur nos outils de collectes et les recyparcs
    Food truck et bar disponibles
    Quand? Le 29/09 de 10h à 17h

    Quels sites seront accessibles et que pourrez-vous faire? plus d'infos clic ici 

  • Retrouvée !!!! Merci

    Lien permanent

    Mimi a disparu depuis 2 jours en plus en ce moment elle n'est pas très bien elle a un genre de plaques d'eczéma je tiens beaucoup à ce petit chat car elle a grandi avec mes enfants cela ne lui arrive jamais de partir. Si vous l'avez vu J'habite dans la région de Nandrin merci à tous partager un max 

    Teph :

     

  • Les Journées du patrimoine Neupré se met sur son 31

    Lien permanent

     

    Concert de Juliette Choffray ce samedi 7 septembre à 16h à l'église de Neuville village dans le cadre des Journées du Patrimoine.
    Une petite restauration est organisée toute la journée au Coude à Coude par le CQFD, au plaisir de s'y retrouver!

     

    69474062_2982159851854706_3356425669473992704_n.jpg

    69694517_2982191311851560_9212544381351886848_n.jpg

     

     

  • Météo du Week-end 7 et 8 septembre 2019

    Lien permanent

    Le temps sera variable ce samedi, alternant éclaircies et passages nuageux parfois porteurs d’averses, voire de coups de tonnerre. Le temps sera un peu frais pour la saison. Ce temps mitigé devrait se poursuivre tout le week-end.

    Le thermomètre affichera entre 14 degrés en Hautes-Fagnes et 16 à 19 degrés ailleurs. Le vent sera faible à modéré, au littoral modéré à assez fort, et soufflera de secteur nord-ouest.

    Le ciel sera à nouveau chargé pendant la nuit, marquée par quelques averses résiduelles et des minora compris entre 8 et 13 degrés. Le vent sera faible à modéré de secteur nord-ouest

    Dimanche, le temps restera inchangé. Comme la veille, le ciel balancera entre éclaircies, nuages et passages pluvieux. Un coup de tonnerre restera possible sur le relief et les températures oscilleront entre 12 et 17 degrés.

    Lundi matin, des bancs de brume et de brouillard sont bien probables. Après leur dissipation, les éclaircies laisseront la place à un ciel nuageux mais seules quelques faibles précipitations seront possibles ici et là. Le temps restera sec dans la plupart des régions. Les températures maximales seront comprises entre 13 degrés en Haute Ardenne et 18 degrés sur l'ouest et en Campine. Le vent sera faible ou modéré, de secteur sud-ouest puis de direction variable.

    La météo dans votre région.

    Source 

  • Les accidents avec des produits nocifs pour la santé touchent tout autant les enfants quand ils sont à la maison que quand ils sont à l’école

    Lien permanent

    700 appels pour intoxications dans les écoles par an

    Les accidents avec des produits nocifs pour la santé touchent tout autant les enfants quand ils sont à la maison que quand ils sont à l’école. Médicaments, plantes, nettoyants pour les sols… Les dangers sont disséminés un peu partout.

    Un produit ménager qui traîne à la maison et votre fils s’en met dans les yeux. Une erreur entre deux flacons de médicaments pour soigner votre aînée. De l’encre d’un stylo avalé par le petit-cousin qu’on garde durant le week-end… De tels accidents peuvent très vite arriver à la maison. Tout comme à l’école ! « En 2018, nous avons reçu plus de 700 appels suite à des intoxications dans les écoles, qu’il s’agisse ou non d’un empoisonnement. Il y a eu environ 760 victimes, des enfants de tous les âges et de tous les niveaux d’éducation », nous confie le Centre Antipoisons.

    Avant de partir chez le médecin ou aux urgences, les établissements scolaires ont de plus en plus souvent le réflexe d’appeler la permanence d’information toxicologique du Centre Antipoisons. « Les médecins ou pharmaciens du Centre évaluent la gravité de l’intoxication, donnent des indications sur les premiers soins, déterminent la nécessité d’une intervention médicale et orientent l’appelant vers le service le plus approprié », précise-t-on. « Ce sont d’abord et avant tout des enseignants, des directeurs qui prennent contact avec nous. Mais il y a aussi parfois des parents qui constatent que quelque chose est arrivé à l’enfant à son retour de l’école. Ces appels concernent généralement l’ingestion accidentelle de produits et le contact des produits avec la peau ou les yeux. L’inhalation de produits chimiques, par exemple en laboratoire, a également lieu ».

    Les médicaments constituent le groupe le plus souvent à l’origine des accidents et des appels vers la permanence. « Les enfants emportent les médicaments avec eux à l’école. Ces derniers doivent être pris sous la supervision des enseignants. Des erreurs sont parfois commises à cet égard. Mais, il arrive que les élèves prennent des médicaments avec eux sans prévenir l’enseignant et/ou les parents. Ils les donnent à d’autres qui ne sont pas autorisés à prendre de tels remèdes », affirme Patrick De Cock, porte-parole du Centre Antipoisons.

    D’autres substances sont à l’origine d’intoxications. « Les plantes avec lesquelles les enfants entrent en contact sur le terrain de jeu ou pendant les voyages sont à l’origine de nombreux appels téléphoniques. Arrive ensuite la catégorie des jouets, du bricolage et du matériel d’écriture. Les conséquences de l’exposition à ce dernier groupe sont généralement limitées, car ils sont non toxiques. Nous avons aussi des appels à l’aide liés au matériel des cours de chimie, du laboratoire ou des ateliers techniques. Ces produits sont souvent dangereux. Enfin, il y a les incidents liés aux produits ménagers lorsque ceux-ci traînent notamment dans les bâtiments scolaires sans aucune surveillance ».

    Chez un urgentiste, illico !

    Sur les 760 petites victimes d’expositions dangereuses, 134 ont directement été envoyés à l’hôpital en raison d’une intoxication plutôt grave à très grave. Les médecins du Centre Antipoisons ont conseillé à 81 autres de se rendre aux urgences si les symptômes persistaient ou s’aggravaient.

    ALISON VERLAET

    Source 

  • Soyez prévoyants aujourd'hui 07 septembre 2019 si vous allez à Liège, soyez nombreux pour les acclamer

    Lien permanent

     

    Ce samedi 07 septembre 2019, une colonne historique forte de plus de 50 véhicules US d'époque circulera entre Rocourt et Liège à partir de 14H30.


    Cette colonne effectuera également un circuit interne à la ville de Liège entre 17H00 et 18H30.


    Pour finir, DEUX blindés (STUART M5 et SHERMAN) ainsi que de l'infanterie effectueront une boucle sur le boulevard d'Avroy à partir 17H00.


    Venez nombreux acclamer nos libérateurs tout au long du trajet.

     

    Commandement Militaire de la Province de LIEGE

  • Libération de Liège, un camp américain dans le parc d’Avroy, ce week-end 7 et 8 septembre 2019

    Lien permanent

    Si vous êtes à Liège ce week-end, n’hésitez pas, samedi et dimanche de 10 à 20 heures, venez vous balader dans le parc d’Avroy et vous vous retrouverez, comme par magie, 75 années en arrière. Très exactement à la fin de ce week-end de folie, des 7 et 8 septembre 1944, qui a vu les troupes de la septième armée américaine reprendre Liège et sa région après quatre années d’occupation nazie.

    Retrouvez nos pages spéciales Libération de Liège

    Autour de l’étang d’Avroy

    Les jours qui suivirent des centaines de G.I.’s établirent un bivouac autour de l’étang du parc d’Avroy pour s’y reposer avant de repartir vers l’Est.

    « Tous les Liégeois venaient les remercier, les embrasser, les admirer, explique Francis Balace, professeur d’histoire de l’Uliège. Ils leur apportaient de petits cadeaux, mais aussi des produits frais à manger. Et en échange, ils recevaient des cigarettes pour papa, du chocolat pour maman et des chewing-gums pour les enfants. »

    On admirait leur équipement militaire, on les regardait manger dans leurs gamelles, on conversait avec eux en baragouinant un peu d’anglais.

    « C’est cette ambiance-là que nous allons modestement essayer de faire revivre ce week-end », explique Renaud Labarbe, le président de l’asbl Drop Zone, un groupe de bénévoles liégeois, passionnés par l’armée américaine de l’époque.

    Comment ? « Nous avons réussi à rassembler près de 150 membres qui vont reconstituer le campement de jadis, avec uniforme et matériel d’époque. On essayera de coller au plus près de la réalité, on y trouvera une tente cuisine, une autre infirmerie, une troisième pour les transmissions… Une cinquantaine d’entre nous dormira même sur place durant deux nuits. Le public pourra les voir manger et s’occuper de leurs armes tandis que les plus jeunes pourront même faire des tours en jeep. »

    L’installation débutera ce vendredi déjà pour être fin prête samedi matin et la fête durera jusqu’au dimanche soir.

     

    Un concert gratuit

    À ne pas manquer non plus samedi à 20 heures, le concert sous chapiteau donné par « Odyssey for Friends Big Band », un groupe de 18 musiciens et de trois chanteuses qui interpréteront les classiques de l’époque : Duke Ellington, Count Basie, Glenn Miller, Miles Davis…

    L’entrée au parc ainsi qu’au concert est totalement gratuite. Les festivités sont organisées par la Ville et la Province de Liège, ainsi que par le commandement militaire de la Province.

    À noter que le boulevard d’Avroy ne sera pas fermé à la circulation durant le week-end, sauf durant le passage du défilé et des hommages au monument national à la Résistance.

    Quatre cérémonies pour se rappeler des sacrifices

    Si la Libération de Liège a été une des plus grandes joies collectives jamais vécues à Liège, elle a connu également son lot de drames et de victimes : soldats, résistants ou civils. C’est pourquoi une série d’hommages aura lieu tout au long de l’après-midi du samedi.

     

    Le premier à 14h30, à l’enclos des fusillés de la Citadelle où se trouvent les tombes de 415 résistants liégeois fusillés ou abattus par la Wehrmacht ou les Waffen SS. Parmi eux, 221 furent fusillés après un passage en cellule à la Citadelle.

    Le deuxième à 16h à l’Hôtel de Ville, devant la stèle commémorative de l’US Army pour tous les soldats US morts en libérant la ville et sa région.

    Le troisième à 16h45 au Monument « Aux Libertés Liégeoises » situé à l’entrée du pont Albert 1er pour tous les Liégeois qui ont perdu la vie durant les deux guerres.

    Le quatrième à 17h15 au Monument National à la Résistance situé sur l’avenue Rogier, face aux Terrasses. « Liège fut le berceau de la Résistance durant les deux guerres, explique le professeur Balace. C’est pourquoi le Monument National belge a été érigé ici à Liège. »

    Enfin, à 18 heures, se tiendra un vin d’honneur sous le chapiteau érigé dans le parc d’Avroy.

    Les cérémonies sont organisées par les autorités de la Province et de la Ville de Liège, le Commandement militaire de la Province de Liège et le Comité d’Entente des Associations patriotiques liégeoises.

    Un défilé de 50 véhicules d’époque

    Autre événement phare, une colonne d’une cinquantaine de véhicules d’époque va déambuler dans les rues de Liège samedi après-midi.

    « Elle partira vers 14h30 de Rocourt et empruntera le tracé historique par lequel les premiers soldats américains sont entrés dans Liège, explique le colonel Jean-Pierre Hames, patron des militaires liégeois. De l’arsenal de Rocourt, elle descendra la chaussée de Tongres et arrivera par Ans et Sainte-Marguerite jusqu’au centre-ville où se tiendra la cérémonie d’hommage au Monument National à la Résistance, sur l’avenue Rogier, vers 17 heures. »

     

    Ensuite, la colonne repartira une seconde fois pour sillonner les rues du centre-ville et d’Outremeuse, en empruntant le pont Albert et en revenant par le pont Saint-Léonard.

    « Mis à part l’avenue Rogier à 17h pour la cérémonie, toutes les rues ne seront fermées que durant le passage de la colonne », assure le colonel.

    Le fameux tank Sherman

    Et que retrouvera-t-on dans cette colonne ? « Il y aura bien sûr des Jeep, des Dodge, des Haltrack, des camions GMC, reprend Renaud Labarbe, mais également deux tanks d’époque : un Stuart et le fameux Sherman M32, celui de la fameuse 3ème DB (Division Blindée) qui a libéré Liège. »

    Des tanks en ville ? Cela ne risque-t-il pas d’abîmer la chaussée ? « Non, rigole le président de Drop Zone, leurs chenilles ne seront métalliques mais en caoutchouc. Et une vingtaine de gars en uniforme le suivra, comme à l’époque lorsque les soldats se mettaient à l’abri d’un char pour avancer. »

    Après 75 ans d’absence, on va donc retrouver un char dans les rues de Liège.

    L.G.

    Derniers souvenirs

    Jenny Beaufort

    «Le GI m’a soulevée et m’embrassée passionnément sur son char»

    «Je n’avais que 12 ans à l’époque mais j’étais déjà grande et j’avais de longs cheveux noirs. Je saluais les Américains sur leur passage à Grivegnée lorsque l’un d’entre eux m’a soulevée sur son char et m’a embrassée passionnément plusieurs secondes sur la bouche. Mon père a été affolé et il m’a tirée de suite hors du char.»

    Josette Dechamps

    «Les ballons étaient des...capotes gonflées»

     

    «Je devais avoir 13 ans et et j’habitais rue Saint-Gilles. Je me souviens très bien de cette euphorie collective. Tout le monde voulait embrasser ces soldats, nos héros. Nous les gosses, on grimpait sur les chars pour avoir du chocolat, des chewing-gum... Mais ils distribuaient aussi des ballons qui, on l’apprendra plus tard, étaient en fait des capotes bien gonflées (rires).

    Emile Brochard

    «Neuf mois plus tard, deux petites têtes pas blondes sont nées»

    «J’avais 13 ans et j’habitais à Horion-Hozémont. Quand les Américains sont arrivés, toutes les femmes du village ont cuit des frites. Mais au moment de passer )à tabble, ils ont dû partir de suite pour attaquer le terril du corbeau. Après, ils sont revenus et sont restés plus longtemps. Je me souviens aussi que, neuf mois plus tard, sont nées deux petites têtes (pas blondes) chez deux soeurs du village. On a tous été très étonnés mais les deux fillettes se sont très bien intégrées.»

  • Mauvaise nouvelle pour finir semaine !!!

    Lien permanent

    Le diesel sera plus cher à partir de samedi

    Le prix maximum du diesel B7 augmentera de 2,3 cent à 1,5220 euro le litre à la pompe, a indiqué vendredi l’administration de l’Énergie (SPF Économie).

    Le prix du gasoil de chauffage augmentera également de 0,95 cent, à 0,6745 le litre pour une commande de plus de 2.000 litres.

    L’évolution des prix fait suite aux fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des biocomposants inhérents à leur composition sur les marchés internationaux.

     

    Source 

  • Les journées du Patrimoine au château de Jehay entrée gratuite Samedi 07 & dimanche 08 Septembre 2019

    Lien permanent

    Prenez de la hauteur » lors des Journées du Patrimoine au Château de Jehay !
    Le chantier de restauration du château est mis à l'honneur avec une visite totalement insolite.
    Suivez le guide qui vous permettra de frôler les 1950 m2 de façade du célèbre édifice à damier, à la découverte d'un parcours exceptionnel.
    Une bonne condition physique et des vêtements adaptés à la marche sont recommandés et si vous êtes immunisés au vertige, c'est encore mieux !
    Uniquement à partir de 18 ans.
    Samedi 07 & dimanche 08 Septembre 2019
    De 11h00 à 18h00
    Entrée gratuite

    Rue du Parc, 1 4540 Jehay
    Téléphone : 04/279.44.00.


    http://www.chateaujehay.be

     

    Source 

  • Soyez prévoyants circulation dés lundi 9 septembre 2019 au 13 septembre 2019

    Lien permanent

    Du lundi 9 au vendredi 13 septembre (sous réserve des conditions climatiques), le SPW nous informe de travaux de réfection de voirie au niveau de la Route de France (N677) et le rond-point avec la N639 route d'Esneux et d'Engis (36 tournants).
    Des déviations seront mises en place et le rond-point reste cependant accessible durant la durée des travaux.
    Nous vous demandons d'adapter votre vitesse à l'approche du chantier et de respecter la signalisation mise en place.

    Info

    Commune de Neupré

  • Profitez de plus de vacances en 2020 ?

    Lien permanent

    Voici comment transformer 26 jours de congés… en 60 jours!

    Pour profiter de plus de vacances en 2020, il va falloir vous y prendre à l’avance et devancer vos collègues. Voici comment procéder.

    ►Dates de rentrée, des congés et des vacances scolaires des enfants: voici le calendrier complet de l’année 2019-2020 en Fédération Wallonie-Bruxelles

    En janvier (5 jours en posant 2 jours)

    Envie de recharger les batteries après les fêtes de fin d’années ? Puisque le jour de l’an tombe un mercredi, vous bénéficierez de cinq jours de repos en posant le jeudi 2 et vendredi 3 janvier 2020.

    En février et mars

    Rien.

    En avril (9 jours en posant 4 jours)

    Neuf jours de congés en ne posant que quatre jours ? C’est possible en avril en vous mettant « off » du mardi 14 avril au vendredi 17. Le week-end et le lundi de Pâques (13 avril) feront le reste.

    En mai (19 jours en posant 9 jours)

    C’est en mai que vous pourrez vous reposer le plus... mais aussi utiliserez le plus de congés. Posez cinq jours du 4 mai au 8 mai. Le 1er mai vous permettra de tabler sur un repos bien mérité de 10 jours. Mais si ce n’est pas encore assez… Prenez le 18, 19, 20 et 22 mai. Grâce à l’Ascension (le 21 mai), vous voilà en vacances du 16 au 24 mai.

    En juin (9 jours en posant 4 jours)

    Envie de profiter des premières chaleurs estivales ? Alors posez donc vos jours du mardi 2 au vendredi 5 juin. La Pentecôte (le 1er juin) vous offre neuf jours de vacances.

    En juillet (4 jours en posant 1 jour)

    Exploitez notre fête nationale qui tombe cette année un mardi. Prenez le lundi 20 juillet et vous voilà au repos du 18 juillet au 21 juillet.

    En août, septembre et octobre

    Il ne vous sera pas possible de maximiser vos congés.

    En novembre (5 jours en posant 2 jours)

    Les affaires reprennent après trois mois d’attente ! L’Armistice du 11 novembre est l’occasion de partir cinq jours en vacances. Il suffit de poser et le 9 et le 10 novembre.

    Décembre (9 jours en posant 4 jours)

    Pour le dernier mois de l’année, il est possible de bénéficier de neuf jours en n’en posant que quatre. Posez donc le 21, 22, 23 et 24 décembre. Grâce au week-end du 19 au 20 décembre, son jumeau du 26 et 27 décembre et le 25 décembre, vous venez de réussir votre année !

    Source

     

  • Dans les idées sorties sportives dimanche 8 septembre 2019

    Lien permanent

     

     

    • dimanche de 08:00 à 10:00
       
    •  
      Centre sportif

     

    VC La Redoute

    Le VTT des Légendes

  • Concert gratuit place St-Lambert samedi 14 septembre Big Flo & Oli en tête d’affiche des Wallos !

    Lien permanent

    Après Pascal Obispo et MC Solar l’année dernière, place cette année à Big Flo & Oli !

    Les deux jeunes frères rappeurs originaires de Toulouse seront l’attraction principale de ces Fêtes de Wallonie. « C’est une grande première pour eux en concert gratuit », expliquent les organisateurs. « Ils sont très populaires auprès des jeunes. Nous espérons donc un gros retour si le temps est de la partie. »

    Et c’est un concert en format long qui est annoncé. « Ce sera exactement le même spectacle complet qu’ils proposent habituellement. Nous sommes très fiers de les accueillir à Liège pour la première fois. D’autant plus que ce sont eux qui ont choisi la date. »

    La venue des récents vainqueurs des dernières Victoires de la Musique en France dans les catégories artiste interprète masculin et meilleur album de musique urbaine pour « La Vie de rêve » devrait ravir les plus jeunes.

    Un concert qui sera accompagné d’un DJ set de notre Daddy K national et des R’Tardataires qui viendront ponctuer la soirée de samedi.

    Michaël Youn vendredi

    La veille, c’est le comédien Michaël Youn qui viendra se produire en concert sur cette même place Saint-Lambert, sous les traits de son personnage fétiche Fatal Bazooka en marge de la Méga Guinguette des Carrioles. En parallèle aux animations sur la place Saint-Lambert aura lieu cette année une grande nouveauté sur la place Saint-Etienne, à l’arrière des Galeries Saint-Lambert. « Les Nuits Indé » mettront à l’honneur des artistes moins connus et de belles découvertes en perspectives.

    Comme chaque année, le village des confréries accueillera de son côté trente associations et leurs métiers de bouche. Notons encore que le 10e jogging du cœur, qui espère réunir cette année mille participants, aura lieu quant à lui le dimanche matin dans le Parc d’Avroy.

     

    VINCENT ARENA

    Source 

  • ‎Marche Adeps Nandrin 15 septembre 2019

    Lien permanent

    Marche Adeps - Points verts organisée par Les scouts de Nandrin - Tinlot

    DIMANCHE 15 septembre 2019 de 8h à 18h

    DÉPART:
    Rendez-vous dans les locaux de l'école Saint-Martin de Nandrin - Rue de la Rolée à 4550 NANDRIN.

    PARCOURS:
    Des parcours boisés de 5 , 10, 15 et 20 km. Nouveaux parcours de 10 et 15 kms !
    Selon les distances, les parcours traverseront les entités de Nandrin, Tinlot ou encore Anthisnes. Durant toute votre promenade, vous profiterez de paysages ruraux et boisés typiques du Condroz.

    HORAIRE:
    Secrétariat ouvert de 8h à 18h.

    A L’ARRIVÉE:
    Après le sport, le réconfort! Les Scouts de Nandrin vous réservent un accueil chaleureux autour d'un petit verre... Au programme: sandwiches maison, bières spéciales régionales et pâtisseries!


    L'entierté des gains récoltés servira aux projets et animations menés dans les différentes sections de l'Unité scout de Nandrin -Tinlot

    Dimanche 15 septembre 2019 de 08:00 à 18:00

    Rue de la Rolée 2 à 4550 NANDRIN

     

    Scouts de Nandrin 20OA

    Marche Adeps Nandrin

  • Enfin quand les manants paysans remportent leur 1ère victoire contre les nouveaux bobos ruraux !

    Lien permanent

    ü Chante Maurice oui chante … tu es le roi de nos fumiers, on s’en fout de ton auditoire !

    Enfin, fallait-il en arriver à un jugement du tribunal de Gironde pour que le roi de nos villages puisse encore oser lever le bec ?

    Et ben « OUI », ils en sont arrivés là, les « ceuss » venus de la pollution, du vacarme des villes et du bruit des voitures sans oser parler du reste qu’ils sont les seuls à connaitre et à avoir fui !

     

    Les anciens de chez nous, désolé de ce mot choisi au risque d’être pris pour un réfractaire au changement, ou plus justement pour ne pas dire les « vrais » comme on dit chez nous, en arrivaient à se croire devenus étrangers chez eux !

     

    Oui Mesdames et messieurs, oui « nous turtous », nous avons accepté de perdre notre identité, pire nos traditions ou nous avons été obligé de la laisser de côté au profit de qui ???

     

    Pour y répondre, nous ne devons pas chercher très loin et chacun se souvient du temps où certains souhaitaient attirer des revenus plutôt que des personnes. Les gens de la ville et leurs revenus rapportaient bien plus que ceux des fermiers !

     

    Trêve de souvenirs désagréables et place à d’autres, aux chanteries de coqs, rare distraction de nos aînés à l’heure de la messe. Aussi un bruit qui dérange, les cloches de nos églises !

     

    Oui Maurice, chante et surtout ne t’arrête pas !

     

    D’ailleurs, autant la France que la Wallonie ne t’on-elles pas choisi pour être nos emblèmes ?

    Article de GyM.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres !

    la justice autorise le coq Maurice à continuer de chanter, le coq avait été condamné à se… taire par le juge !

    Clic ici 

    Source Clic ici

    Un coq condamné à se… taire par le juge ! clic ici

    Ils sont confrontés à des litiges insolites clic ici

     

  • Exposition Tiny Home les 6-7-8 septembre à Namur, découvrir le micro-habitats

    Lien permanent

    Ils seront installés rue des Souchets (c'est la rue située juste à droite du hall "Namur Expo") à 5000 Namur.
    Accès libre et gratuit 
    Voici un plan d'accès.

    Appeler 0472 56 52 41
     
     

     

  • Ciné-club de Nandrin le 18 septembre 2019, à vos agendas

    Lien permanent

    Où ? A l’administration communale (place Ovide Musin, 1, Nandrin)
    Prix : 2,50€ par personne (goûter compris)

    Les places sont limitées, inscrivez-vous auprès de Caroline Renwa au : 085 / 27 44 64

    Le transport ne doit pas être un frein. N’hésitez pas à nous contacter, nous trouverons ensemble une solution.

    Une initiative du CPAS et du Plan de Cohésion Sociale du Condroz avec le soutien de l’administration communale.

     

     

    PCS Condroz

    Ciné-Club : Mia et le Lion Blanc

     

  • Campagne de prévention contre le suicide, des actions à Liège. Journée Mondiale de Prévention du Suicide 10/09/2019

    Lien permanent

    A cette occasion, les organisations de prévention du suicide en Belgique (Un pass dans l’impasse, Centre de Prévention du Suicide, Centrum ter Preventie van Zelfdoding et Vlaams Expertisecentrum Suïcidepreventie) lancent une campagne commune pour rappeler que chacun, à son niveau, peut prévenir le suicide.

    «Prendre au sérieux la souffrance des personnes suicidaires, leur offrir du soutien et relayer les informations nécessaires, autant d’actions qui sont à la portée de tous et qui doivent être encouragées», estiment-elles. En 2016, 1.903 personnes se sont données la mort: 1.045 en Flandres, 731 en Wallonie, 127 à Bruxelles. «Avec un taux de décès par suicide de 16,85 pour 100.000 habitants, notre pays se situe au-dessus de la moyenne européenne qui est de 10,33 pour 100.000 habitants. La Belgique, mauvaise élève, entre ainsi dans le top 5 des pays qui ont le plus haut taux de décès par suicide en Europe. Un constat alarmant !»

    Les organisations de prévention du suicide ont ainsi conçu une carte informant des ressources disponibles dans chaque région. Elle sera distribuée avec un pin’s en forme de ruban jaune-orange, symbole de la prévention du suicide. Il est demandé à chacun de le porter, en signe de solidarité.

    Informations pratiques

    Les organisations seront présentes le 10 septembre à plusieurs endroits en Belgique :

    - Un pass dans l’impasse sera présent à Liège aux alentours de la Gare (de 7h à 10h), de la Place Saint-Lambert (de 11h à 13h), de la Place Saint-Etienne (de 13h à 14h) et de la Place de la Cathédrale (de 15h à 16h30)

    - Le Centre de Prévention du Suicide sera présent sur la Place de la Monnaie à Bruxelles de 11h à 19h pour une grande journée de prévention et sensibilisation.

    - Le Centrum ter Preventie van Zelfdoding et le Vlaams Expertisecentrum Suïcidepreventie seront présents aux alentours des Gares Bruxelles-Nord, Anvers-Central et Gand-Saint-Pierre de 7h30 à 9h00.

    PAR L.C.

    Source

  • ATTENTION ARNAQUE !!!

    Lien permanent

    Non, Lidl ne vous offre pas des bons d’achat de 500 euros à l’occasion de votre anniversaire !

    Elle joue le jeu, doit donner son prénom, nom, téléphone et doit répondre à quelques questions sur Lidl. Le lendemain, elle reçoit un SMS avec un lien : elle a gagné ! « Mais en cliquant sur le lien, on ne me parle plus du bon de Lidl mais on me dit que j’ai gagné un smartphone ou un ordinateur au choix. La condition ? Donner mon numéro de carte de banque et payer un euro », nous dit-elle. Ce que la jeune fille ne fera pas, heureusement.

    ça peut coûter très cher

    Olivier Bogaert, commissaire à la Computer crime Unit, connaît ce genre d’arnaques et est bien conscient qu’elles sont toujours plus poussées : « Ici, on joue sur l’anniversaire de la jeune fille et, en outre, on choisit le produit par rapport à la période. À la rentrée des classes, c’est tentant de pouvoir gagner un bon de 500 euros dans une grande surface ou un ordinateur, ce n’est pas un choix innocent ». L’homme nous précise que les grandes enseignes sont souvent prises comme appât : « Récemment c’était Ikea puis Aldi avec toujours ces fameux bons d’achat ».

    Ici le danger est double ? « D’une part votre ordinateur ou votre smartphone risquent d’être infectés. D’autre part, si vous acceptez et payez un euro, c’est donner accès à votre carte de banque ». Ainsi récemment, une soi-disant société « Parfum Doux » a utilisé le système : « Les personnes qui avaient payé un euro pour un beau cadeau n’avaient pas lu toutes les conditions d’utilisation », poursuit M. Bogaert, « ainsi, la société précisait que chaque mois, elle vous envoyait un échantillon de parfum… en retirant évidemment 30 ou 35 euros sur votre compte ». Aïe ! Une seule solution dans ce cas-là, bloquer sa carte.

    Pour éviter ce genre de « mauvaise blague », le commissaire conseille évidemment de dénoncer ces sites (sur le site www.pointdecontact.be) mais aussi d’utiliser une carte de banque prépayée pour vos achats sur internet : « Vous n’y mettez que le montant nécessaire pour votre achat. Vous ne risquez jamais d’être débité de plus ».

    Enfin chez Lidl, le porte-parole Julien Wathieu nous confirme que jamais l’enseigne n’offre 500 euros de bon d’achat et pour un anniversaire : « Nous avons d’autres actions mais qui sont véritables mais jamais par Facebook et jamais avec ce montant », nous dit-il. Ce n’est pas la première fois que l’enseigne est victime d’arnaqueurs : « Et, à chaque fois, on le dénonce », nous dit encore le porte-parole.

    MURIEL SPARMONT

    Source 

  • La commune d'Amay crée un Conseil Consultatif Communal de la Personne Handicapée CCCPH

    Lien permanent

    Conseil consultatif Communal de la Personne Handicapée"

    Commune d'Amay

     

    69440470_1488858751255665_8077771707730886656_n.jpg