Nandrin - Page 2

  • Complément d'information par madame Myriam LURQUIN sur l'histoire du Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz

    Lien permanent

    Que de souvenirs, les plus beaux "Noël, " de ma vie c'était magique !

    J'y ai tenu plusieurs rôles,  enfant Jésus en 1950, ange, vierge Marie.

    Mon papa, Jean LURQUIN à été St-joseph pendant 20 ans!

    1ère photo : St-joseph, mon père,la vierge, sa soeur Phinou et sa fille Anne-Marie Jolly,  enfant Jésus. 

    2ème photo : 2 cousines, Anne-Marie Jolly et Véronique Dupont. 

    3ème photo : mon père et la vierge, Jeanine Schneider.

    4ème photo : St-Joseph, mon père,  la vierge Christiane Buron de Yernée, enfant Jésus,  Myriam Jolly,  le petit berger à gauche,  Claudy Lurquin,  bien connu à St-Séverin,  qui nous a quitté. 

    5ème photo : St-Joseph,  Henri Schneider,  vierge, Liliane Marchesin et le berger Claudy Lurquin. 

    Le jeu à pris fin suite à la maladie et au décès en février 1971 du curé Thunus. 

    Merci de raviver ces souvenirs!

     

    Histoire des 20 ans du Jeu de Bethleem de Saint-Séverin en Condroz. (1949 à 1969).

     

    2.jpg

    3.jpg

    4.jpg

    5.jpg

  • Toutes les régionales des Patros , y compris de Huy-Waremme, sont invitées le 20 avril prochain

    Lien permanent

    ls seront 1.500, issus d’une trentaine de Patros de toute la province de Liège, à se donner rendez-vous au domaine de Farnières, du côté de Vielsalm, le 20 avril prochain. De 9h30 à 18h, ces enfants et adolescents âgés de 6 à 16 ans, s’apprêtent à vitre une journée qu’ils ne seront pas près d’oublier !

    « C’est un rassemblement provincial que nous organisons tous les quatre ans », introduit Magali Ptak, coordinatrice de la communication (photo). « Nous invitons les membres de toutes les régionales liégeoises du Patro – de Huy-Waremme, Liège, Visé, Verviers et Ourthe-Amblève/Condroz –, soit une soixantaine de Patros en tout, à se rassembler pour vivre un moment fédérateur et se rencontrer entre eux. La moitié a répondu positivement », résume-t-elle.

    Ce sont, au total, environ 60 bénévoles qui préparent cet événement depuis près d’un an et demi. « Tout au long de la journée, des animations (170 au total, NDLR !) sont organisées autour d’un thème. Celui de cette édition est « Sauver la terre », en lien avec les préoccupations actuelles. Un tas d’activités seront donc organisées en fonction de l’âge de l’enfant. Ceux-ci seront divisés en groupes et chacun d’eux se verra attribuer un continent. Les plus petits, les Benjamins, devront sauver l’Océanie, tandis que les Chevaliers et les Étincelles devront défendre l’Amérique latine… et ainsi de suite. Chaque patronné devra faire preuve de solidarité pour arriver à un but commun : réunir les six continents. »

    Au-delà de l’amusement et du rassemblement, le but recherché ici est donc aussi – par le biais d’une activité ludique — de sensibiliser les plus jeunes à l’univers qui les entoure. Et à la nécessité d’en prendre soin. « Les valeurs et la philosophie de notre mouvement se retrouvent de manière concrète dans ce projet. On parle ici d’apprendre par le jeu, à la fois source de plaisir, d’esprit d’équipe, de fair-play, de connaissance de soi et de ses limites… »

    Et concrètement, cela donne quoi ? « Pour les plus grands, on peut s’attendre à un escape game par exemple, toujours un des thèmes cité précédemment », explique Magali Ptak, « ou des courses relais pour les plus petits, des puzzles géants. »

    C’est donc du côté de Vielsalm que ces jeunes vivront cette journée hors du commun. « Il est vrai que nous ne sommes pas en province de Liège, mais cela n’a pas été simple de trouver un endroit capable d’accueillir autant de monde et qui offre également suffisamment de logements. Mais l’esprit liégeois sera bien là ! » Le tout sera clôturé par un spectacle lors duquel tous les patronnés seront réunis.

    EMILIE DEPOORTER

    Source 

  • Le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS en 2018

    Lien permanent

    La Commission de contrôle des dépenses électorales vient de publier le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS du 14 octobre dernier.

    Chacun des quatre grands partis était limité à 372.000 € de dépenses. Résultat : tous les partis sont restés sous le maximum autorisé.

    Le plus dépensier a été le cdH avec 302.186,65 € dépensés. Le MR arrive deuxième avec 271.152,22 € dépensés. Le PS arrive 3e avec des dépenses pour 222.763,32 €. Ecolo arrive loin derrière avec 148.569,92 € dépensés pour sa campagne d’octobre.

    Le PTB était, lui, limité à 75.000 €, car il présentait moins de 50 listes dans les différentes communes. Le parti de gauche est resté bien en dessous avec 49.853,46 € réellement dépensés.

    La Commission de contrôle a constaté que ni le président du tribunal de première instance ni aucun électeur ou candidat n’ont formulé de remarques au sujet de ces montants déclarés par les partis.

    Tous les partis tenus de déposer cette déclaration de dépenses (et l’origine des fonds) ont respecté cette obligation dans le délai légal prescrit. La commission n’a pas constaté d’infraction.

    Depuis l’affaire agusta

    On notera que chaque liste et chaque candidat sont aussi limités dans leurs dépenses électorales. Les maxima varient selon le nombre d’électeurs inscrits.

    Un candidat sur Mons par exemple est limité à 4.484,35 € (74.474 € pour une liste), un candidat sur Anderlues n’a droit qu’à 1.250 € (10.391 € pour la liste). Un candidat aux communales à Liège pouvait dépenser jusqu’à 5.982,46 € (98.402,96 € pour une liste).

    D’où vient l’argent des partis ? De leur patrimoine et aussi des dotations qu’ils perçoivent de l’État. Les dotations ont été instaurées après l’affaire Agusta.

    Un candidat reçoit de l’argent de son parti mais doit aussi y aller de sa poche.

    F. DE H.

    Source 

  • Les Jeunes Naturalistes du Condroz vous invitent à la Le samedi 20 AVRIL 2019

    Lien permanent

    Les Jeunes Naturalistes du Condroz vous invitent à la Le samedi 20 AVRIL 2019
    À FRAITURE E/C


    10h : BALADE NATURE (sur inscription) : À la découverte de la nouvelle réserve naturelle de Nandrin (La Falie – Rue des Martyrs) Créée en 2018, la réserve est située sur un coteau orienté plein sud. Sur un sol calcaire se développeront peu à peu des plantes thermophiles. Quelques mois après le déboisement du site, il sera intéressant de découvrir les espèces pionnières.
     Inscription par mail : eloypaul@gmail.com
    À 16h : VISITE DU CENTRE NATURE des classes maternelles de l’école SaintMartin de Nandrin Ateliers pour les enfants de 3 à 8 ans : jeux, constructions, activités sensorielles…


    À 16h30 : DÉMONSTRATION de TOURNAGE par Tom Leroy Jeune artisan autodidacte, Tom réalise toutes sortes d’objets en bois. Vous le verrez à l’œuvre : champignons, écuelles, toupies, bouchons, porte-clefs… Du grand art ! À 18h00 : BARBECUE (réservation obligatoire au 085/512836) À 21h00 : ANIMATION MUSICALE

    Adresse de la fête : Rue Bouhaye n°36 à Fraiture/Condroz

  • Cabaret chantant le dimanche 5 mai 2019 à 14 h

    Lien permanent

    Quoi: Cabaret Chantant
    Où: Salle du Gymnase Communal d'Amay,
            1 rue de l'hopital, 4540 Amay

    Quand: Le dimanche 5 mai 2019 à 14h.

    Public cible: Pas de public cible selon notre avis.

    Prix d'entrée: 12€ ATTENTION Prévente à 10€ Par téléphone, par virement (non obligatoire) ou en vente à la boulangerie RIGA. Le prix plein est d'application le jour de l'évenement sauf si il resterait des places en préventes.

    Description (si vous jugez intéressant de la modifier un peu, vos conseils sont les nôtres):

    Pour la première fois à Amay, venez passer une après-midi récréative dans l'atmosphère des cabarets d'antan avec la troupe "Fantaisie".

    Vous profiterez d'un spectacle riche en chansons, sketchs et rires à gogo.

    Nous vous concoctons un programme extraordinaire à prévoir vos mouchoirs.
    Venez nombreux, vos amis sont nos amis et sont les bienvenus également.
    Réservations souhaitées au 0496494190 ou vente d'entrées à la boulangerie "Riga

  • Anne Frank , une histoire d'aujourd'hui du 4 mai au 22 mai 2019

    Lien permanent

    ann2.jpg

  • Les incapacités de travail de courte durée en hausse

    Lien permanent

    « Les Belges n’ont jamais été aussi préoccupés par leur santé, leur alimentation, l’importance de bouger, les dangers de la cigarette, etc. Et au travail aussi, une attention accrue est portée aux symptômes de stress, à l’ergonomie, à la sécurité… Pourtant, il semblerait que nous n’arrivions pas à réduire l’absentéisme de courte durée, bien au contraire », s’est étonné Peter Tuybens, le directeur d’Acerta, auprès de nos confrères.

    Divers facteurs influencent le taux d’absentéisme de courte durée chez les travailleurs, la taille de l’entreprise en est un : le nombre d’absences de courte durée est deux fois plus important dans les grandes structures (plus de 100 employés) que dans les petites (moins de 4 collaborateurs), selon l’étude d’Acerta. Le même type d’écart apparaît en fonction du secteur : 60 % des travailleurs n’ont pas été malades un seul jour dans le secteur marchand, contre 35 % dans le secteur non marchand.

    Si le généraliste M. Bernier – interrogé par le journal Le Soir – n’a pas remarqué d’augmentation notable des incapacités de travail de courte durée au sein de sa patientèle, il observe toutefois un autre phénomène, en augmentation celui-là : « Des salariés, employés ou ouvriers, refusent les incapacités de travail qu’on leur prescrit, de peur de se faire licencier. Ça, je l’observe de plus en plus, et c’est quelque chose de nouveau. »

    Coût pour la société

    L’incapacité de courte durée représente un coût pour l’entreprise, qui doit assumer le salaire garanti du travailleur jusqu’à trente jours d’incapacité. Au-delà, c’est la mutualité qui prend le relais, et octroie un revenu de remplacement.

    Source 

  • Cherche !!!! pour pré libre situé à St-Séverin !!!!

    Lien permanent

    CHERCHE

    Animaux qui peuvent être mis en pâture pour pré libre situé à St-Séverin

                                                 

     

    Intéressé ? Contactez-moi au 0476/574.122

  • Visite des réserves naturelles de Nandrin Samedi 20 avril 2019

    Lien permanent

    Samedi 20 avril

    Visite des réserves naturelles de Nandrin

    RONCINE et LA FALIE

    Comme prévu, ce samedi, dans le cadre de la fête de la nature, nous découvrirons les réserves naturelles de Nandrin.

    Rendez-vous à 9h45 au local du club nature (rue Bouhaye n°36) ou à 9h55 à l’entrée du tige des Fossettes à Fraineux. Avec Frédéric, nous partirons découvrir la réserve de Roncine, ses mares, son ruisseau, ses sources et ses habitants.

    A 11h, nous reprendrons les véhicules pour rejoindre la toute récente réserve de La Falie. Nous serons sur place entre 11h15 et 11h30, rue des Martyrs. Nous y découvrirons les toutes premières plantes qui ont élu domicile sur le coteau calcaire, fraichement dénudé. Nous participerons activement aux premiers travaux de gestion en ensemençant le site avec des graines de fleurs indigènes, inféodées au milieu.

    Fin de l’activité prévue vers 12h30.

    Inscription obligatoire : eloypaul@gmail.com

  • Un résumé sur l'ordre du jour annulé du conseil communal à Nandrin le 15 avril 2019

    Lien permanent


    Sur la proposition du président de séance, le bourgmestre Michel Lemmens, le conseil communal à voter le retrait des 11 points à l'ordre du jour.


    Une décision de sage a été prise uniquement afin protégé en cas de recours.


    En début de séance, le président du Conseil le bourgmestre Michel Lemmens a fait multiples annonces dans les communications dont ,celle de l'arrivé peut être déjà ce mois-ci du Rapido Bus .


    Toujours en communication, le collège a désigné un labo pour l'analyse des billes du stade de foot terrain synthétique Templiers -Nandrin .


    Après un vote à l'unanimité du retrait des 11 points de l'ordre du jour , le président de séance à fermer le conseil communal du 15 avril 2019 .


    Sont venues les questions d'actualités :

    PNc Question de Marc Evrard :

    1) Faisant suite à la fin des travaux du 4ème rond-point sur le tronçon nandrinois de la RN 63 et aux travaux futurs d'achèvement de sécurisation de ladite voirie, envisagez-vous d'équiper et donc, de "décorer" les 4 rond-points de manière homogène ou uniforme, par exemple en lançant un concourt auprès d'architectes décorateurs en utilisant un thème particulier comme Nandrin = porte du Condroz ou village de la musique en Condroz ou 1 bâtiment ancien comme symbole par entité, etc. ?

     

    Réponse : Oui le collège (a) déjà, et réfléchi sur le sujet

     PNc Question de Marc Evrard :

    2) Le buste d'Ovide Musin ayant été retiré de son emplacement suite aux travaux de la nouvelle administration, quand et où va-t-il retrouver une nouvelle affectation et est-il toujours bien rangé au service des Travaux ?

    Réponse : Il est prévu que la statue d'Ovide Musin va venir à l'intérieur de l Administration dans le Hall d'entrée.

    «Vivre Nandrin» boycottera le Conseil communal aujourd'hui 15 avril 2019

     

  • Les classements au Mémorial Antoine Demoitié à Nandrin

    Lien permanent
    Les classements

    GP Antoine Demoitié – Nandrin

    Cadets U17 (57 participants)

    1. Senne Thonnon (Genk)

    2. Noah Detalle (VC Ardennes) + 0 : 02

    3. Lucas Jacques (Sprint 2000)

    4. Théo Lowie (EC Wallonie)

    8. Alessandro Martocchia (Leopoldsburg)

    9. Lucas Laurent (Chevigny)

    12. Noah Doyen (Chevigny)

    16. Maxime Ceccato (Chevigny)

    18. Cian Uijtdebroeks (Sprint 2000)

    24. Jens Verbrugghe (EC Wallonie)

    Juniors U19 (55 participants)

    1. Hugo Jot (FRA/Charleville)

    2. Louis Coqueret (FRA/Charleville)

    3. Dayan Van Rillaert (Sprint 2000) + 0 : 45

    8. Alexandre Vaes (Chevigny) + 0 : 59

    10. Tom Dedry (VC Ardennes)

    22. Noah Fastres (EC Wallonie)

    29. Tom Hamelryckx (VC Ardennes) + 2 : 05

    Express

    Paquot. Le Braivois Tom Paquot (WB Développement) a pris, ce samedi, la huitième place du GP Tombroek-Rollegem, deuxième manche des U23 Road Series, une compétition belgo-néerlandaise pour U23. Ses coéquipiers Frehen (35e) et Rex (49e) ont terminé le Tour des Flandres U23, sans pour autant sprinter pour la victoire.

    En U19. Noah De Graef est le seul provincial à boucler le Paris-Roubaix des Juniors, ce dimanche. Chez les pros, outre la victoire de Gilbert, le Thimistérien Boris Vallée prend la 59e place dans l’Enfer du Nord.

    « J’étais regardé », s’agace le Pépin du VC Ardennes. Dans les vallons condruziens qui durcissent le tracé de Nandrin, Detalle a dû se contenter, au sprint, de la deuxième place. N’ont pas qu’il ait été devancé par plus rapide, mais bien par plus rusé. « Avec Cian, nous avons dû prendre la course en mains car la majorité du peloton nous regardait à la moindre attaque », relate le Cadet U17, qui vient de signer deux victoires en autant de semaines. « Nous avons bien roulé, avant que tout ne se joue dans le dernier tour. Un Flamand a attaqué, et personne n’a réagi. Du coup, il fallait rouler pour revenir mais personne ne voulait relayer donc j’ai dû venir attendre le sprint. Finalement, j’échoue à cinq mètres du vainqueur. C’est frustrant, car certains ne collaborent pas et attendent le sprint. J’ai pris ma part de relais, mais d’autres n’ont pas roulé. »

    C’est, aussi, la loi dure loi du sport. Et avec son quatrième podium de l’année dans la musette, Detalle n’est pas le plus à plaindre. « J’avais de bonnes jambes à la fin, et je monte tout de même sur le podium », relativise celui qui part, ce mardi, pour trois jours de stage avec l’équipe nationale à La Gleize. « Mais j’aurais forcément préféré gagner. » Uijtdebroeks doit lui se satisfaire de la 18e place. En Juniors, Vaes prend lui la 8e position d’un Mémorial Antoine Demoitié dominée par un duo français venu de Charleville.

    PAR MAXIME SEGERS

    Source 

  • Oh ! Lilou de Nandrin déménage le 4 mai 2019

    Lien permanent

    « L’arrivée de notre second enfant, nous a fait réfléchir sur nos priorités. On veut garder notre boutique mais également être présents pour les filles, les voir grandir et s’épanouir. C’est pour cela qu’on a décidé de délocaliser la boutique dans notre maison avec une surface entièrement dédiée à la clientèle », souligne Adeline.

    La boutique Oh ! Lilou aura son entrée indépendante et proposera toujours une large collection de vêtements pour enfant de 0 mois à 14 ans. Adeline a d’ailleurs plein de projets pour sa boutique. « On va développer les collections décorations et accessoires de la petite enfance en travaillant avec des artisans ». Un jour par semaine, le magasin ouvrira ses portes jusqu’à 20 heures pour permettre aux personnes qui travaillent de bénéficier des bonnes affaires.

    De plus, d’ici quelques semaines, la boutique ouvrira également son e-shop en ligne.

    Et attendant la fermeture à Nandrin le 1er mai prochain, le magasin liquide son stock et il reste quelques bonnes affaires. Quant à la surface commerciale, celle-ci semble déjà avoir trouvé un repreneur.

    PAR LA.MA

     Source 

  • A la recherche d’un job étudiant pour l’été ?

    Lien permanent

    A la recherche d’un job étudiant pour l’été ? Et pourquoi pas un job qui ait du sens ? Chaque année en Wallonie, les communes, grâce à une subvention de la Région wallonne, sont encouragées à embaucher des jeunes âgés de 15 à 21 ans pendant leurs vacances d’été pour accomplir des petits travaux de citoyenneté ou d’embellissement de leur quartier.

    L’opération « Eté solidaire » offre la possibilité à des jeunes de travailler pour leur commune afin de réaliser des travaux d’utilité publique ou rendre service à la population, principalement aux personnes isolées ou en difficulté.

    Il ne faut pas se déplacer bien loin pour voir la solitude. De nombreux habitants de nos communes, notamment les personnes âgées, sont confrontés à l’isolement quotidien. Des initiatives telles que les opérations « Eté solidaire » permettent à des jeunes de venir en aide à ces personnes en leur apportant compagnie ou en leur proposant de réaliser pour eux quelques petits travaux.

    Les jeunes peuvent également avoir comme mission d’enjoliver leur quartier en entretenant des bâtiments publics ou encore en aménageant des espaces verts. Grâce à ces jeunes motivés, en route pour des communes plus propres, plus belles et plus vertes !

    Valérie De Bue : « Les objectifs de cette opération sont multiples : inciter les jeunes à améliorer leur quartier, renforcer la solidarité vis-à-vis des personnes défavorisées ou en difficulté et favoriser les liens sociaux entre les jeunes et les citoyens, notamment les personnes âgées mais aussi de permettre aux jeunes de renforcer leur image vis-à-vis d’eux-mêmes à travers un travail valorisant. »

    Convaincue par l’importance de l’action, la Ministre des Pouvoirs locaux avait décidé de doubler le montant octroyé à l’action l’année dernière, soit un montant total de 1.139.040 euros. Les communes reçoivent donc une subvention entre 2.520€ et 13.440€ qui leur permettra d’embaucher entre 6 et 32 jeunes pour des petits travaux de solidarité mais aussi d’embellissement de leur quartier.

    Les communes ont jusqu’au 29 mars pour rendre leur projet. L’année dernière, pour sa 25ème édition, 2.231 jeunes et 8 communes wallonnes sur 10 ont participé au programme. Prêts à battre le record ?

    57415224_671800286613124_83802916548247552_n.jpg

    57064281_671800276613125_1703998510564638720_n.jpg

    Source 

  • Le SPW Agriculture Ressources naturelles et Environnement donne quelques conseils pour se protéger contre les risques d'inondation par ruissellement et les coulées de boues?

    Lien permanent

    Se protéger contre les risques d’inondation par ruissellement et les coulées de boue

    Les journées plus chaudes du printemps et du début d’été ne sont plus très loin. Avec elles, revient le risque d’inondations boueuses lors des premiers orages survenant dans les campagnes où les champs ont été récemment semés (maïs, betterave, pomme de terre, pois, etc.). Ces inondations ne sont pas liées directement à un cours d’eau, mais aux endroits où se concentrent les eaux de pluie : à titre d’information, il y a 10.500 km d’axes de concentration du ruissellement répertoriés sur la Wallonie. L’expérience des années précédentes nous a appris qu’avec un peu de préparation, il est possible de limiter fortement l’apparition de ces phénomènes d’érosion intense, et de diminuer les dommages causés aux habitations, aux jardins et aux voiries.

    Mon terrain est-il à risque, et si oui, comment me protéger ?               

    Si vous n’avez jamais été confronté à ce problème, cela ne veut pas dire que le risque n’existe pas : en effet, ce type d’inondation est essentiellement liée à l’orage, et c’est parfois très localisé (à cent mètres près, on est inondé ou pas). Pour vérifier si votre terrain est situé sur un axe de concentration du ruissellement, il est utile de consulter la carte LIDAXES sur le Géoportail de la Wallonie (geoportail.wallonie.be/walonmap). Bien entendu, le bon sens s’applique aussi : si votre terrain est situé en contrebas d’un versant agricole cultivé, même sans axe de concentration identifié, une coulée de boue peut survenir.

    Dès lors que votre terrain est soumis à un risque de ruissellement, voici quelques recommandations pour vous protéger. La première série d’actions à mener sur votre terrain et votre habitation est d’assurer le bon fonctionnement des ouvrages de collecte et d’évacuation des eaux de pluie : nettoyer les caniveaux, avaloirs, corniches et rigoles de tous les débris (feuilles mortes, banchettes, mousses,..) qui ont pu s’y accumuler durant l’hiver. La deuxième action va consister à imaginer le trajet des écoulements intenses éventuels sur le terrain, et à dégager un passage libre : aucun tas de bois, bac à fleurs, compost, sac de terreau et autre réserve de matériel pouvant faire obstacle au ruissellement (ou être emporté vers l’aval). Et en dernier lieu, il faudra protéger ce qui risque malgré tout d’être touché par les eaux, ainsi par exemple : boucher les aérations de cave et soupiraux, surélever les machines et les armoires, enlever les tapis, etc. Il est aussi malin de garder à portée de main quelques outils : pelle, râteau, brosse et raclette, pompe vide-cave, bottes et lampe de poche. La commune peut aussi vous fournir quelques sacs de sable.

    En tant qu’agriculteur, quel est mon rôle et quelle est ma responsabilité ?

    Disons-le d’emblée, la législation est peu contraignante en termes d’obligations liées à la lutte contre l’érosion et les inondations pour l’agriculteur. On peut pointer trois obligations, toutes liées à la conditionnalité des aides agricoles : interdiction de cultures sarclées sur les parcelles en pente supérieure à 10 % (sauf si implantation d’une bande enherbée de 6 mètres de large minimum en bas du champ), interdiction de cultiver/labourer/pulvériser au bord des routes (sur 1 mètre de large), interdiction de détruire les haies, bosquets, talus, etc., (sauf si autorisé par un permis d’urbanisme). A l’intérieur de ces limites, l’agriculteur est en principe libre de cultiver ce qu’il souhaite, de la manière qu’il souhaite et sur l’étendue qu’il souhaite (et dans le respect, bien entendu, d’autres législations comme le Programme de Gestion Durable de l’Azote p. ex.)

    Cette approche plutôt ouverte répond à l’objectif de laisser l’agriculteur opérer ses choix culturaux et ses pratiques agricoles de la manière la plus créative possible, pour faire face aux impératifs agronomiques et au contexte économique. Et précisément, en matière d’érosion, voici les pratiques agricoles qui offrent de bonnes garanties pour diminuer le risque d’apparition d’une coulée de boue :

    1) Limiter la longueur dans le sens de la pente sur même champ à maximum 150 mètres : plus le ruissellement peut accélérer sans rencontrer une autre culture ou un obstacle, plus il est en mesure d’arracher du sol et de provoquer une coulée de boue.

    2) Pratiquer un assolement varié : sur un même versant, l’idéal est d’avoir une mosaïque de champs alternant cultures d’hiver vs cultures de printemps et de prairies différenciés, obligeant le ruissellement à trouver différents chemins à la surface du sol, favorisant ainsi l’infiltration et diminuant l’apparition de ravines.

    3) Couvrir le sol : la présence d’une plante ou de résidus de culture (pailles, cultures intercalaires, mulch) limite la destruction des mottes de terre par les gouttes lors d’un orage.

    4) Travailler le sol de manière à créer un état de surface favorable à l’infiltration, éviter l’émiettement et travailler en bonnes conditions d’humidité : cela empêche le tassement, préserve la structure du sol, et favorise l’infiltration en profondeur.

    5) Maintenir le taux d’humus au-dessus de 3 % : une terre bien pourvue en matière organique (M.O.) stable offre jusqu’à 20 % de résistance à l’érosion en plus qu’une terre pauvre en M.O. La clé pour cela est une gestion raisonnée de la fertilisation organique (fumier, compost, …), du travail du sol et des rotations (y compris les résidus de culture).

    6) Installer des éléments de protection : de préférence naturels et permanents (comme des bandes enherbées, des haies), ou artificiels et temporaires (fascines, ballots ancrés dans le sol), ces éléments localisés peuvent offrir un ultime barrage, une ultime protection et faire la différence à l’aval entre un dommage tolérable et une petite catastrophe.

    7) Travailler le sol perpendiculairement à la pente n’est pas la solution miracle : contrairement à une idée reçue, le sens des sillons de labour ou faire des buttes perpendiculaires à la direction de l’écoulement n’a pas un effet déterminant contre l’apparition des coulées de boue en cas d’orage violent ; toutefois, cette pratique peut être un « plus » dans certains cas particuliers (pente inférieure à 3 %, relief très uniforme).

    Rappelons que le rôle de l’exploitant agricole, cultivateur ou éleveur, est aujourd’hui multiple : produire notre alimentation, mais aussi assurer une forme d’entretien des paysages. Ceci est particulièrement visible dans les communes rurales où les villages sont entourés de magnifiques étendues cultivées et pâturées. La lutte contre l’érosion est donc avant tout le défi des agriculteurs, dont les champs sont les premières surfaces à subir une dégradation lors d’un orage.

    L’action des services communaux

    Les services communaux ont un rôle à jouer à deux niveaux. D’une part, le service des travaux et des voiries assure le bon fonctionnement des ouvrages hydrauliques comme les fossés, caniveaux, avaloirs, et canalisations, par un entretien régulier. Le planning des entretiens est souvent adapté pour tenir compte de la saison des orages (de mai à septembre) ou d’une alerte « orages » de l’IRM. Ce service est aussi le premier à intervenir, en parallèle avec les services de secours et de police, lors d’événements météorologiques exceptionnels. Certaines communes disposent d’hommes et de matériel (tractopelle, camion,…) pour effectuer rapidement des travaux afin d’améliorer les écoulements.

    D’autre part, en complément avec ce travail de protection, le service de l’urbanisme ou du développement territorial assure un rôle de prévention avec une perspective à long terme, en effectuant les vérifications avant tout projet d’urbanisme sur un axe de concentration du ruissellement (comme prévu par le CoDT). Ces services sont souvent en liaison régulière avec la Cellule GISER du Service public de Wallonie pour les sites ayant été inondés sur la commune, et avec le Service technique provincial pour réaliser des aménagements anti-inondations. De nombreuses administrations communales participent également aux plans de gestion des risques d’inondations, afin de coordonner les actions avec les communes voisines, et de se maintenir parfaitement informées. La Cellule GISER édite des guides techniques pour les candidats bâtisseurs en zone soumise à un risque d’inondation par ruissellement (voir sur www.giser.be)

    Check-list INONDATION (Je suis inondé, que faire ?)

    1) Protéger

    o   Couper l’électricité si danger de court-circuit, le gaz, le chauffage.

    o   Mettre les personnes vulnérables à l’abri.

    2) Alerter

    o   Service de secours : 112 (en cas de danger de mort pompiers – ambulance) ou 1722 en cas de moins urgent (https://www.sos112.be/fr/pas-urgent)

    o   Eviter de saturer le réseau GSM (uniquement appels urgents et importants)

    3) Secourir

    o   S’équiper (bottes, gants, lampe de poche)

    o   Évacuer l’eau, racler la boue.

    o   Ecouter la radio et les réseaux sociaux officiels, suivre les consignes des autorités.

    Source 

  • N° 5 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré du journal « Carrefour Été 1995 » en page 9.

    Le 5ème « Souvenir » est un reportage lors de la montée du Club en 2ème et écrit par l’équipe qui réalisait le bulletin communal « Carrefour » à l’époque.

    RCS TEMPLIERS : Enfin la 2ème Provinciale pour la saison prochaine !

    A l’aube de son 75ème anniversaire (1921-1996), le Royal Cercle Sportif Templiers est champion de la 3ème Provinciale C.

    Voici plusieurs saisons que l’équipe 1ère échoue sur le fil.

    Enfin ! Après un parcours exemplaire en Coupe de Belgique, vainqueur notamment de l’Union Hutoise, mais éliminé avec honneur par un club de la région anversoise, Cappelen (division III nationale), les Templiers n’ont cessé de dominer le championnat 1994-95 de leur série.

    A 3 journées de la fin, c'était la consécration. Le 16 avril 1995, sur le terrain d’Ouffet, dans la joie que l’on devine (Voir la photo), les hommes de l’entraîneur Francis Buron, offraient au comité et aux fidèles supporters, le titre tant convoité.

    Au nom du RCS Templiers, Monsieur Dany Poncelet, secrétaire, nous écrit :

    MIEUX CONNAITRE NOTRE CLUB.

    Le Cercle Sportif Templiers aura 75 ans au cours de la saison 1995-96.

    Notre club évoluera après de nombreuses années de pénitence, en 2ème Provinciale A. Pendant la saison qui vient de s’achever, nos joueurs nous ont laissé beaucoup de promesses pour l’avenir.

    Un nombre considérable d’affiliés est venu rejoindre les rangs du RCS Templiers. Cela débouche sur la possibilité de créer des équipes dans toutes les catégories d’âge (parfois deux).

    Ainsi, notre club entame une seconde jeunesse et, pour cela, nous encadrons nos jeunes par des garçons plein de dévouement et de connaissances footballistiques, le tout teinté de notions pédagogiques.

    Inscriptions et renseignements : Monsieur Dany Poncelet …

    t95a.jpg

    t 95 b.jpg

     

     

    La saison 1994-95 est une belle année pour Templiers ; des jeunes aussi sont CHAMPIONS

    Les diablotins de Templiers, catégorie réservée aux enfants de 6 à 8 ans, évoluaient cette saison, dans la série 13 et en furent l'équipe la plus régulière. Ils enregistrèrent une seule défaite lors de la première journée de championnat à Marchin. Par la suite, deux matches nuls contre Les Avins et Modave, et quinze victoires les récompensèrent de leurs efforts. L'une des plus belles de ces victoires fut sans aucun doute, celle arrachée 1-0 lors du match retour contre Marchin, au cours d'une rencontre haute en intensité.

    Au-delà de cette belle régularité, les responsables de l'équipe sont fiers de leurs petits gars pour la mentalité exemplaire qu'ils ont témoignée tout au long de la saison. Celle-ci leur a permis de progresser tant au niveau individuel que collectif, pour nous permettre d'assister à d'agréables rencontres ponctuées d'actions de jeu de belle facture, dignes d'un match de grands.

    Aujourd'hui, les plus « chevronnés » sont parés pour effectuer le grand saut vers la catégorie des préminimes, tandis que les autres pourront épauler efficacement les petits nouveaux qui vont les rejoindre à l'aube du prochain championnat.

    A tous, nous souhaitons une bonne continuation dans la discipline qu'ils ont choisie et que, pour la plupart, ils vénèrent. Par amour pour ce sport, qu’ils conservent à la fois le respect de l'adversaire, le goût de l'effort qui leur permettra de progresser encore, et cet esprit de camaraderie qui fut la véritable empreinte de leur remarquable saison !

     

    t95c.jpg

    Au RCS Templiers, avec une équipe de Diablotins victorieuse de sa série et une équipe de Préminimes championne, la relève semble bel et bien assurée à long terme …

    Félicitations à tous !

     

    L’équipe des Diablotins Champions lors de la saison 1994-95

     

    « CARREFOUR » présente à tous ceux qui ont œuvré pour ces succès, ses sincères félicitations et leurs souhaite une fructueuse saison 95-96.

     

    Le prochain « Souvenir » reprendra « la carte de visite RCS Templiers en 1996 écrite par Hugues Dorzée.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • «Vivre Nandrin» boycottera le Conseil communal aujourd'hui 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le Conseil communal doit être convoqué par le Collège au moins 7 jours francs avant le jour fixé (ce qui implique que le jour de réception de la convocation et le jour fixé pour la réunion ne sont pas comptés).

    Le groupe d’opposition Vivre Nandrin, formé notamment par deux anciens échevins de la majorité, affirme avoir reçu la convocation hors délai.

    « La majorité d’entre nous, y compris le chef de groupe, l’a réceptionnée le 8 avril alors que le Conseil a lieu le 15.

    Ce n’est pas correct, d’autant qu’on est en période de vacances et que le bourgmestre avait annoncé au Conseil de mars qu’il ne devrait pas y avoir de nouvelle séance avant le 7 mai.

    Certains mandataires ont donc décidé de s’absenter. Si le législateur a laissé 7 jours francs, c’est pour laisser le temps aux conseillers de préparer les points à l’ordre du jour, d’autant que Vivre Nandrin réunit l’ensemble du groupe, pas que les conseillers.

    C’est trop court.

    La majorité n’a même pas pris la peine de téléphoner aux chefs de groupe », fustige Daniel Pollain.

    « Cela rend quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires », ajoute-t-il.

    Le groupe d’opposition réclame donc qu’une nouvelle date de Conseil soit fixée, sous peine de boycotter la séance et de prévenir l’autorité de tutelle.

    « Les points examinés sont susceptibles d’être caducs puisque la convocation est irrégulière », estime-t-il.

    Le chef de groupe aurait aimé discuter de la nouvelle mouture du Règlement d’ordre intérieur du conseil communal qui figure à l’ordre du jour.

    Celle-ci prévoit la suppression du règlement des commissions, « or ce sont des lieux de réflexion et de travail commun », ainsi que la disparition des questions posées par les conseillers communaux au sein du procès-verbal du Conseil, ce que l’opposition estime être un manque de transparence à l’égard du citoyen.

    « Une tempête dans un verre d’eau »

    Les deux autres groupes d’opposition, Tous Ensemble et PNc, seront quant à eux bien présents lundi, ils affirment avoir reçu la convocation par coursier vendredi 5 avril, donc dans les temps. Quant au bourgmestre, il qualifie la sortie de VN de « tempête dans un verre d’eau ».

    « Nous avons dû prévoir un Conseil en urgence car deux points importants se sont ajoutés en dernière minute. En tant qu’ancien échevin, M. Pollain devrait savoir qu’une fois le Conseil convoqué, le Collège n’a plus la main, c’est le Conseil lui-même qui peut fixer une nouvelle date... »

    Pour le ROI, le bourgmestre rétorque qu’aucune commission n’a jamais été mise sur pied à Nandrin et le Conseil est un espace de débat suffisant, et que la non retranscription des questions d’actualité facilite le travail du directeur général.

     

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Une nouvelle agence immobilière route du Condroz à Nandrin

    Lien permanent

    Actif sur Durbuy depuis 50 ans, le gérant, Daniel Antoine, a décidé de se diversifier. L’objectif ? Couvrir un champ d’activités plus large qui court de Durbuy à Liège. « Nandrin est idéalement situé à 20 kilomètres de Durbuy, d’un côté, et à 20 kilomètres de Liège, de l’autre côté. C’est donc l’endroit idéal pour étendre nos activités dans le Condroz et autour de Liège », explique Julian Henrotin (28), agent immobilier.

    Avec son bon ami, Kévin Thône (30), expert immobilier, ils connaissent très bien la région. Ils ont tous les deux fait leurs études à Liège. Kevin, lui, est originaire d’Anthisnes. « J’y ai vécu pendant plus de vingt ans. C’est un endroit que j’aime et que je connais mieux », précise Kévin Thône. Julian lance, amusé : « Mais on était prédestiné à travailler ensemble. A plusieurs reprises, quand on sortait, on s’est déjà dit qu’on devait bosser tous les deux. Et puis, je parlais beaucoup de la bonne ambiance dans la boîte à Kevin donc c’est comme si il avait toujours travaillé avec nous ».

    L’agence « Antoine Immo » est située à deux pas de la future agence « Bertrand », en travaux pour l’instant. C’est surtout Kévin qui assurera les permanences à l’agence de Nandrin, et la concurrence ne l’inquiète pas : « La concurrence attire les clients. Le territoire que nous couvrons est vaste. Je pense qu’il y a assez de travail pour tout le monde. Sur le Boulevard d’Avroy à Liège, il y a dix agences immobilières et pourtant tout le monde survit ».

    Des biens pour tous les goûts

    Jeune travailleur ou châtelain fortuné ? « Antoine Immo » s’occupe de tous les budgets, pour vendre, acheter ou louer. « On prend en charge les petits biens comme les châteaux prestigieux. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. On vise vraiment tout le monde », explique Kévin. « On n’est pas des novices non plus. On profite de l’expérience et de la notoriété de l’agence de Durbuy, qui nous permet d’avoir beaucoup de moyens au niveau marketing, notamment. Cela nous aide à être très libre ». Drone, montage photo et vidéo, support administratif et technique... Il s’agit ici d’une équipe déjà expérimentée.

    Les jeunes agents ont déjà vendu trois biens depuis le début des activités de la nouvelle agence : « A Anthisnes, à Comblain-au-Pont et à Liège... En seulement deux mois ! Il faut dire qu’il y a du passage par ici et qu’on a une très bonne visibilité. Avec la boulangerie qui ouvre tôt et la pizzeria qui ferme tard, les gens passent toute la journée. Maintenant, il faut maintenir le cap ».

    ESTELLE FALZONE

    Une permanence cinq jours par semaine

    Horaires : Kévin Thône assure une permanence cinq jours semaine. En pratique, l’agence est ouverte le matin à partir de 9h du lundi au vendredi. Les après-midis sont dédiés aux rendez-vous et les visites. Les visites le samedi se font aussi sur rendez-vous. L’expert immobilier précise qu’il est flexible au niveau des heures.

    Contact : L’agence réalise des vidéos pour les biens prestigieux, publiées sur YouTube. Elle a un site internet (antoineimmo.be) et une page Facebook (Antoine Immobilier). Il est possible de contacter les agents par téléphone : 085/21.56.76. ou par mail : info@antoine.immo.be.

    Ouverture officielle le jeudi 18 avril à 17h

    PAR E.F

    Source 

  • Maria est la seule centenaire de la commune de Nandrin

    Lien permanent

     

     

    Un moment émouvant qu’elle a partagé avec sa famille, et en particulier sa petite-fille, Laurence (40). Malheureusement, Maria est atteinte de surdité depuis l’âge de deux mois. Elle a tout de même prononcé quelques mots lors d’un bref discours : « Je suis heureuse d’être ici avec tout le monde mais je ne pensais pas vivre aussi vieille ». 

    En temps normal, Maria communique avec les gestes et l’écriture. C’est donc sa petite-fille qui nous parle en son nom aujourd’hui : « Elle a la chance d’avoir toujours été en bonne santé. Elle aime sortir et s’amuser. C’est peut-être ça le secret de sa longévité ».

    Quand sa grand-mère atteint l’âge de 90 ans, Laurence doit prendre la douloureuse décision de la placer dans un home : « C’était un choix difficile car je sais qu’elle aurait aimé rester chez elle toute sa vie », explique Laurence, la voix tremblante. Elle raconte « J’ai perdu mon papa, son fils unique, en 2000 et ma maman il y a cinq ans. J’étais très proche de mes grands-parents donc je me suis beaucoup reposée sur eux quand ça n’allait pas. Ma grand-mère est la personne la plus chère à mon cœur et quand mon grand-père est décédé, elle a pris une place encore plus importante dans ma vie parce que je m’occupais tout le temps d’elle ». 

    Laurence décrit sa grand-mère comme une femme forte et têtue : « Quand elle a quelque chose en tête, ça ne sert à rien d’essayer de la faire changer d’avis. Elle a son caractère. Mais en même temps, elle a une joie de vivre exceptionnelle ». Même si elle ne s’exprime pas bien, le visage de Maria en dit long. Les joues rougies, elle semble intimidée par toute l’attention qu’elle reçoit. Pourtant, selon les mots de sa petite-fille, elle mérite amplement cette célébration. Assises une à côté de l’autre, la mamy et la petite-fille n’ont pas besoin de s’entendre ou de se parler pour se comprendre. « A ce rythme-là, elle va vivre 100 ans de plus », sourit Laurence.

    Une page de l’histoire

    Entourées des autres résidents, Maria a célébré ce cap symbolique en musique et en cadeaux. La journée lui était entièrement dédiée. Le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens, a d’ailleurs tenu à être là pour honorer la vie de la centenaire : « Maria est la troisième centenaire dont je fête l’anniversaire en sept ans. A chaque fois, c’est un moment spécial. On partage un moment intime et heureux de la vie de nos concitoyens. De plus, une personne centenaire a, en elle, toute une page de notre histoire collective. Quand Maria est née, par exemple, les femmes n’avaient pas le droit de vote. Il a fallu attendre une guerre de plus et quelques années avant qu’elles ne l’obtiennent ».

    Le bourgmestre n’est pas arrivé les bras vides. Très émue, Maria a reçu la photo dédicacée du Roi et de la Reine. Elle a également eu un bouquet de fleurs de la part des autorités communales.

    «Elle est choquée par la taille du céleri!»

    Le monde a changé en 100 ans et Maria a pu témoigné de tous ces changements mieux qu’aucun historien. Née juste après la Première Guerre mondiale, Maria Vanhove a traversé la Seconde Guerre mondiale. Cependant, ce n’est pas la guerre ou les révolutions qui l’ont marquées, mais plutôt... les modes de consommation.

    « Quand elle était petite, ses parents avaient un grand potager. Sa famille vivait donc essentiellement des fruits et légumes qu’elle récoltait avec ses parents. A l’époque, apparemment, les légumes étaient plus petits. Maintenant, tout est génétiquement modifié. Cela a toujours choqué ma grand-mère », rigole Laurence, sa petite-fille. « La spécialité culinaire de ma grand-mère, c’était le céleri farci. On en fait plus trop aujourd’hui parce que le céleri est beaucoup trop gros ! C’est elle qui m’a fait découvrir ce plat d’ailleurs. Comme le céleri était plus petit avant, c’était plus facile de le farcir. Quand ma grand-mère allait encore faire les courses elle-même, c’est ça qui la choquait le plus ! ».

     

    PAR E.F

    Source 

  • Freddy Tougaux est « unique comme tout le monde » le 20 avril 2019 au centre culturel

    Lien permanent

     

    Freddy, si je vous dis Amay, ça vous fait penser à quoi ?

     

    On était venu pour le Grand Cactus pour la fête du 1er mai il y a deux ans et on avait rencontré le bourgmestre, qui d'ailleurs aime beaucoup les caméras. Je me souviens d'une kermesse locale et l'effet de chute de la vidéo était excellent aussi, donc j'y reviens avec plaisir.

    Votre spectacle «Je suis unique comme tout le monde », ça parle de quoi ?

    En gros, c'est la trajectoire de Freddy qui est un Mr tout le monde. A cause de la chanson «Ca va d'aller », il se retrouve sur scène où il passe du domaine social à l'artistique et il devient donc un expert en communication. Il se présente au public et ça promet de nombreuses surprises et interventions avec le public.

    Ce personnage est inspiré de quelqu'un en particulier ?

    Je me suis inspiré des gens qui m'entourent. Il y a beaucoup de mon père pour le côté discours puis il y a la musicalité de l'accent qui reste naturel. Il y a aussi un mix d'anciens collègues à la Ville de La Louvière ou le directeur de mon école primaire avec un mélange de sagesse et de maladresse populaire. J'essaie vraiment d'être le plus authentique possible avec le personnage de Freddy. Tout le monde a un Freddy autour de lui.

    Comment choisissez-vous vos endroits pour le micro-comptoir du Grand Cactus ? Vous avez carte blanche?

    Le comité de rédaction choisit les trois thèmes de l'émission et j'en traite un des trois. A partir de là, je choisis l'endroit où on le tourne. Il y a parfois des évidences mais la difficulté se corse puisqu'on va maintenant dans les cafés donc il faut aussi trouver le bon endroit. C'est là qu'on trouve les vrais gens. Je suis souvent surpris positivement des rencontres, ils acceptent le rire, c'est une preuve d'intelligence.

    Que diriez-vous aux spectateurs pour les inciter à venir ce 20 avril à Amay ?

    Les gens sont souvent bloqués sur l'image du Freddy Tougaux qui fait sa chanson. Avec le Grand Cactus, ça me permet de montrer quelques facettes différentes mais sur scène, je m'éclate énormément au contact avec le public où Freddy peut se montrer un peu philosophe, poète, il est assez touchant. Je n'ai pas envie d'un personnage rigolo potache donc ce spectacle est plutôt multi-facettes.

    Freddy Tougaux sera en spectacle au Centre Culturel d'Amay le 20 avril à 20h30 avec son spectacle « Je suis unique comme tout le monde ». PAF : 25 euros. Infos et réservations : 0493/215406 ou la page Facebook Cedrole.

     Par 

    CEDRIC MONTULET

    Source 

  • Belle réussite pour la Corrida de Villers le Temple

    Lien permanent

     

    Belle réussite pour une belle organisation .

    C'était la première de 3 dates annoncées sur Nandrin pour les 3 corridas ,

    La météo et une superbe organisation ont fait le succès de l'événement .

    Maintenant, il faudra attendre septembre pour retrouver la même organisation au village de Nandrin

    13co.jpg

     

  • Accident aujourd'hui dimanche 14 avril 2019 sur la N 63 Nandrin

    Lien permanent

     

    Il était au alentour de 6h 30 du matin, sur la N 63 de Nandrin au rond point de Jour de Mai , sortie de route dans la façade .
    le dépannage et le balisage de sécurisation des lieux par le dépannage du Condroz.

     Le conducteur, originaire d’Aywaille, aurait visiblement raté le rond-point avant de faucher l’abribus et de terminer sa course dans la ferme. 

    Ce dimanche, à 6h du matin, la société de dépannage Lallemand, basée à Ouffet, a remorqué un véhicule encastré dans la façade d’une ferme sur la Route du Condroz (N63) à Nandrin. L’accident s’est produit à 50 mètres du magasin « La Différence », à hauteur du numéro 402

    La toiture de la Ford fiesta noire a été complètement arrachée. Il y a deux blessés mais leurs jours ne sont pas en danger.

    Le dépannage Lallemand a sécurisé les lieux de l’accident avec leur propre véhicule de balisage actif depuis deux mois.

    En réalité, les dépanneurs ont généralement recours à ce type de véhicules quand ils interviennent sur les autoroutes, ce qui n’est pas le cas du Dépannage Lallemand.

    La société travaille plutôt sur le Condroz.

    « C’est surtout pratique pour les policiers. Ils peuvent effectuer les procès-verbaux et les constats pendant que nous sécurisons l’endroit.

    C’est également pratique quand il s’agit d’un accident sur une petite route, où la présence de la police n’est pas nécessaire », précise le dépanneur.

    Vidéo dépannage du Condroz 

    Depannage-Du-Condroz.be

  • Nandrin dans le Plan Mobilité et Infrastructures 2019-2024

    Lien permanent

     

    Nandrin (route du Condroz). Réhabilitation de la voirie entre Nandrin et Tinlot, y compris les aménagements cyclo-piétons : 1.500.000 euros.

    Sécurisation entre Saint-Séverin et Petit Fraineux, y compris les aménagements cyclo-piétons : 750.000 euros.

    Réhabilitation du revêtement entre le rond-point Famioul et le rond-point Yernée : 1.600.000 euros.

    Sécurisation entre Yernée et les 4 Bras, y compris les aménagements cyclo-piétons : 750.000 euros.

    Aménagement de modes doux pour la liaison Villers-le-Temple – Nandrin : 165.000 euros.

    Crisnée. Réhabilitation de la voirie N3 et aménagements cyclo-piétons (Crisnée Awans) : 3.200.000 euros.

    Saint-Georges-sur-Meuse. Réhabilitation du revêtement de la N614, y compris l’aménagement cyclo-piétons : 2.000.000 euros.

    Et… création d’un by-pass au rond-point nord de la sortie nº5 de la E42, y compris les aménagements cyclo-piétons : 500.000 euros.

    Geer. Aménagement d’un rond-point au carrefour N615/N637 : 700.000 euros.

    Liaison cyclo-piétonne Waremme-Hannut sur l’itinéraire régional W2 (N637) : 400.000 euros.

    Huy. Création de pistes cyclables sur le pont de l’Europe : 180.000 euros.

    Création du giratoire Chartre des Libertés (pont Baudouin) et quai de Namur : 765.000 euros.

    Sécurisation de l’accès à la N90 à Huy : 15.000 euros.

    Clavier. Réalisation de new-jersey en béton sur la N63 : 150.000 euros.

     

    Tinlot. Réaménagement de l’échangeur de Tinlot dans le cadre de la liaison Tihange-Strée-Tinlot (suppression du pont et création de ronds-points) : 6.000.000 euros.

    Wanze. Aménagements cyclo-piétons le long de la N643A : 450.000 euros.

    Aménagements cyclo-piétons à Moha (N652) : 90.000 euros.

    Wanze et Villers-le-Bouillet. Aménagement de la traversée (N65) de Villers-le-Bouillet, y compris les aménagements cyclo-piétons : 1.300.000 euros.

    Engis. Réhabilitation du revêtement de la N644 à Hermalle-sous-Huy, y compris l’aménagement cyclo-piétons : 2.900.000 euros.

    Hamoir. Réhabilitation du revêtement et aménagement cyclo-piétons sécurisé pour la liaison Hamoir-Filot (N66) : 1.500.000 euros.

    Waremme. Aménagement de deux giratoires sur la N69 (Dossier Sowafinal, marché conjoint avec la SPI, part des budgets des voiries régionales : 20 %) : 350.000 euros.

    Amay. L’agrandissement de l’écluse Ampsin-Neuville est budgété à 182.000.000 euros.

  • Spectacle le 26 avril à Latitude 50,« Le Tour de France passera par Marchin »

    Lien permanent

    Infos et réservations (souhaitées au 0496/99.21.80) au prix de 7 euros (somme à verser sur le compte Eloy-Faino BE62 0011 2080 2361, mention Tour de France).

    Discipline populaire, dans l’acception noble du terme, qui part à la découverte des territoires et va de facto à la rencontre des gens, sur le pas de leur porte, le cyclisme est un sport naturellement rassembleur. Fédérateur. Il permet un partage d’émotions, pique les curiosités, suscite un échange profondément humain, dont la vigueur renverse toutes les barrières de différence. Quelle plus belle thématique que le vélo pour illustrer donc les motivations de Thierry Delgaudinne, Jean-Marie Verniers, Jacques Sondron et une poignée d’autres amis issus de Hesbaye et Condroz hutois ? Depuis plusieurs mois, dans une démarche altruiste, totalement désintéressée, ils apportent une aide concrète et récurrente à plusieurs personnes précarisées de notre région. Un peu de chaleur, humaine et domestique, pour retrouver à la vie en société, pour reprendre confiance en soi et en l’autre, alors que la brutale incertitude de la rue est la compagne de leur quotidien.

    « Quatre fois par an, nous louons un gîte en Condroz afin de permettre à quelques SDF de se régénérer, dans de bonnes conditions sanitaires » explique Thierry Delgaudinne, qui a toujours trempé sa plume légère dans l’encre de la solidarité. « Pour financer ces locations, nous avions organisé un premier spectacle il y a quelques mois (« De l’autre côté du miroir »). Fin avril à Marchin, nous remettrons le couvert, afin de venir en aide à ces personnes fragilisées, auxquelles chacun de nous finit par s’attacher. » À sa manière, à travers des prismes et sphères d’activités spécifiques. « Certains font la cuisine, d’autres emmènent nos résidents en balade ou leur proposent des loisirs ciblés, on leur apporte aussi une aide concrète au niveau administratif… »

    Sur la place de Grand-Marchin

    Passionné de cyclisme et Merckxiste convaincu, le Couthinois ne pouvait forcément choisir que le Tour de France (dont le Grand Départ de l’édition 2019 sera donné à Bruxelles, le 6 juillet, afin de célébrer les 50 ans de la première des cinq victoires d’Eddy Merckx) comme fil conducteur d’un spectacle proposé le vendredi 26 avril, sous le chapiteau de Latitude 50, dressé et consolidé sur la place de Grand-Marchin. Notons que les bénéfices du bar seront, eux versés au Château Vert de Solières.

    À découvrir, en une centaine de minutes emplies d’anecdotes proches de la vie et des passions de l’auteur, huit moments de lecture, proposés par un groupe de bénévoles qui s’engagent à fond, sans arrière-pensée, dans cette démarche solidaire (Sandrine Geuquet, Fabienne Haway, Pascale Laruelle, Patrice Lenglois, Jean-Marie Bouquegneau, Jacques Sondron, Paul Jammar, Yves Deloge). « Le Tour de France passera par Marchin », titre générique de cette soirée et point de départ d’un spectacle littéraire au cours duquel chacun pourra tour à tour être leader et équipier, champion et gregario. On est toujours le maillot jaune de quelqu’un... 

    Infos et réservations (souhaitées au 0496/99.21.80) au prix de 7 euros (somme à verser sur le compte Eloy-Faino BE62 0011 2080 2361, mention Tour de France).

    PAR ERIC CLOVIO

    Source 

     

     

  • Tu es en blocus ? les infos !!!

    Lien permanent

    Besoin d’un endroit calme pour étudier ? Pas de place dans les bibliothèques ? L’administration communale de Nandrin a décidé de réitérer sa première expérience et de rouvrir une salle d’étude au sein de la salle des mariages et du conseil communal.

    Celle-ci sera ouverte jusqu’au 18/ 04, mais aussi du 15 au 31/05 et du 3 au 14/06, de 8h30 à 16h00 (jusque 13h00 les vendredis).

    Au blocus d’hiver, 30 jeunes avaient fréquenté la salle d’étude nandrinoise.

    « Il y avait eu un pic de fréquentation certains jours.

    En moyenne sur les deux semaines de vacances, on comptait 8 étudiants par jour », recensait Tristan Fagnoul, conseiller communal (B+).

    « Il y en a qui sont venus tous les jours et il y en a qui ne sont venus qu’une fois ou deux », précisait-il encore. Pour pouvoir y étudier, il faut présenter sa carte d’étudiant.

    Du Wi-Fi est à disposition.

    Contact  administration communale : 085/51 94 95 -

    Source 

    Aussi 

    Le bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, a fait savoir sur sa page Facebook que la commune relançait cette initiative à l’attention des étudiants. Elle avait déjà fait une action similaire pendant les vacances d’été en 2018.

    Du 15 avril au 5 juillet prochain, du lundi au vendredi, de 9h à 17h, la salle du conseil communal sera donc libre d'accès aux étudiants pour leur blocus de fin d'année. C'est entièrement gratuit. Le wi-fi est disponible.

     

    source 

  • Célébrations de la Semaine Sainte du 13 au 21 avril 2019 les infos

    Lien permanent

    Sam. 13 avril (Rameaux) à 18h : eucharistie à l’église de Fraiture et à la chapelle de Villers-aux-Tours.
    Dim. 14 avril (Rameaux) : eucharistie à 9h à l’église d’Ouffet, à 10h30 à l’église d’Ocquier, de Scry
    et de Warzée, célébration de la Parole à 11h à la clinique de Fraiture.
    Jeudi 18 avril (Jeudi Saint) à 19h : eucharistie à l’église d’Anthisnes, de Clavier-Station et de Tinlot.
    Vendr. 19 avril (Vendr. Saint) à 15h : chemins de croix dans différentes églises de notre Unité pastorale.
    à 19h à l’église de Seny : célébration de la Passion du Seigneur.
    Sam. 20 avril (Sam. Saint) : veillée pascale à 21h à l’église de Bois, de Tavier et de Villers-le-Temple.
    Dim. 21 avril (Pâques) : eucharistie à 9h au presbytère d’Ouffet, à 9h30 à l’église des Avins,
    à 10h30 à l’église d’Ouffet et de Saint-Séverin, à 11h à la clinique de Fraiture.

     

     

  • Le Mémorial Antoine Demoitié se tient ce dimanche à Nandrin, les infos

    Lien permanent

    Jamais deux sans trois ? Noah Detalle compte bien confirmer l’adage, ce dimanche, sur le circuit de Nandrin. Le Pépin du VC Ardennes, qui vient d’aligner deux succès consécutifs sur Gand-Wevelgem U17 puis au Mémorial Jimmy Duquennoy dimanche dernier, compte bien continuer sur ma lancée. « Je suis en confiance », admet celui qui courrait depuis plus d’un an après sa première victoire en Cadets.

    « Cette victoire à Gand-Wevelgem m’a enlevé de la pression, provoqué un déclic. A Bury, samedi dernier, j’ai été gêné par une chute. J’ai dû remettre ma chaîne puis repartir une vingtaine de secondes derrière le peloton. Je suis encore rentré à quatre kilomètres de l’arrivée, et je pensais à remonter pour me placer au sprint. Puis une opportunité s’est présentée, j’ai attaqué aux 500 mètres et ce n’est jamais revenu. Un petit coup de chance. »

    Detalle sourit. La réussite aussi. Lui qui peinait à scorer après des campagnes tonitruantes en U15 revient sur la scène nationale. Ce jeudi, il s’est même offert un succès fort symbolique, sur le Championnat du Hainaut de contre-la-montre. Aligné hors compétition, le Verviétois a dominé un autre provincial, lui aussi spécialiste de la discipline, reléguant Uijtdebroeks à près de 31 secondes sur un tracé de 11,8 kilomètres. « Dommage qu’aucun championnat de Wallonie n’est organisé, mais je suis en confiance pour les prochains chronos. Ce dimanche, je roule à Nandrin pour honorer la mémoire d’Antoine Demoitié.

    Je ne connais pas le tracé, et je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Je veux m’amuser, continuer sur ma lancée avant mon premier stage en équipe nationale, de mardi à jeudi prochain à La Gleize. Ce sera un moment fort car je n’ai encore jamais été repris sous le maillot azur. » Et là encore, il croisera la route de Uijtdebroeks. Les deux provinciaux ne se quittent décidement plus… Départ à 13h pour les Cadets (12 tours, 51,6km), à 15h pour les Juniors (17 tours, 73,1 km). Inscriptions et vestiaires à la Salle Sprumont.

    MAXIME SEGERS

    Source 

    Bilstain. Les vététistes pourront se retrouver ce samedi à Bilstain, pour une manche de la CUP 5. Les pilotes de BMX se retrouveront de leur côté à Blegny, pour une manche de Coupe de Wallonie BMX.

    Boris Vallée. Un seul Liégeois disputera Paris-Roubaix dimanche. Le Thimistérien Boris Vallée, très en verve au Circuit de la Sarthe (2e et 4e d’étape), figure dans la sélection Wanty-Gobert. Ce sera sa 4e participation à Paris-Roubaix. Chez les Juniors, Julien Gaspard et Noah De Graef figurent dans la sélection wallonne.

    LBL. La version U23 de Liège-Bastogne-Liège Espoirs ne réserve aucune surprise par rapport au changement de parcours annoncé dans nos colonnes en janvier. Le final est déplacé à Blegny, samedi prochain.

    Tour des Flandres Espoirs. Robin Ernst, Jeremy Frehen et Laurenz Rex figurent dans la sélection wallonne reprise pour disputer le Tour des Flandres Espoirs, ce dimanche, autour d’Audenarde. Le « Ronde U23 » fait partie de la Coupe des Nations.

    M.S

  • Aujourd'hui 13 avril 2019 Corrida à Villers le Temple

    Lien permanent

    13 avril à Villers-Le-Temple 

    7 septembre à Nandrin 

    30 novembre à Saint-Séverin

     

    Source

    Les 3 Corridas de Nandrin

  • Les survivantes de la prostitution se sont recueillies

    Lien permanent

    Les survivantes de la prostitution chantent pour Anne-Marie Lizin

    Elles étaient arrivées à Huy dimanche en milieu d’après-midi. Elles sont reparties, à pied, vers Bruxelles ce lundi matin. Mais avant de poursuivre leur marche, les survivantes de la prostitution tenaient à rendre hommage à Anne-Marie Lizin.

     

     

    Elles se sont donc arrêtées au cimetière de Ben, devant la tombe de l’ex-bourgmestre de Huy. « Comme nous, Anne-Marie Lizin était pour l’abolition de la prostitution, a commenté Pierette Pape, présidente de l’association isala qui vient en aide aux prostituées, nous trouvions donc logique de lui rendre hommage. Au cours de notre périple, nous saluerons d’ailleurs sans doute d’autres personnalités qui se battent ou se sont battues pour la cause féminine. »

    « Son combat fondateur »

    Michel Lizin, qui préside la fondation Anne-Marie Lizin, a été ému par cet hommage. « Le combat fondateur d’Anne-Marie Lizin, c’était le féminisme. Je salue votre courage, vous qui avez entrepris cette longue marche en faveur notamment de l’abolition de la prostitution et je vous remercie d’avoir fait ce détour. »

    Rosen Hiche, qui a été prostituée pendant 22 ans et a initié ces marches des « survivantes de la prostitution », n’a pas souhaité faire de discours au cimetière. Mais devant la tombe d’Anne-Marie Lizin, elle a levé le poing et a entamé l’Hymne des femmes. Un hymne aux paroles qui résonnent particulièrement pour ces survivantes : « Asservies, humiliées, les femmes, achetées, vendues, violées, dans toutes les maisons, les femmes hors du monde reléguées. Levons-nous femmes esclaves et brisons nos entraves. Debout, debout, debout ! »

    Article de A BT 

    Source 

     

  • Les conseillers de Vivre Nandrin annoncent qu'ils ne siégeront pas au Conseil Communal de lundi 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le conseiller communal et chef du groupe Vivre Nandrin, Daniel Pollain fait savoir les raisons qu ils n assisteront pas au conseil communal dans un courrier aux élus, également au blog de Nandrin.

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    Mesdames, Messieurs les membres du Collège Communal,

    Mesdames, Messieurs les Conseillers communaux,

    Monsieur le Directeur général,

     

     

    Vu l’article L1122-13. §1er du Code de la démocratie locale et de la décentralisation ;

    Vu l’article 18 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal ;

     

    L’objectif du législateur, en imposant que la convocation du conseil communal soit réalisée au moins 7 jours francs avant le jour fixé pour la réunion, est à l’évidence de permettre aux conseillers de préparer le conseil communal de manière sérieuse.  Or en l’espèce, la convocation au conseil communal du lundi 15 avril 2019 a été réceptionnée par la majorité de notre groupe (en ce compris le chef de groupe) le lundi 8 avril, et donc sans respecter les prescrits susvisés.  Ce manquement, rendant la convocation irrégulière, est d’autant plus important qu’il opère en période de vacances et qu’il avait été annoncé par le bourgmestre lors du conseil de mars, qu’il ne devrait pas y avoir de conseil communal avant le 7 mai. De cette manière, les mandataires pouvaient le cas échéant décider de s’absenter pendant cette période de vacances de Pâques. 

     

    Notre groupe est en difficulté pour préparer le Conseil communal et regrette qu’un dialogue n’ai pas été suscité par le Collège. Ne relève-t-il pas d’une bonne gouvernance et simplement de la courtoisie, en pareille situation d’échanger avec les chefs de groupe ?  En effet, l’essence même de la bonne gouvernance, « réside dans une dépossession d’un plein pouvoir de décision des mains des personnes chargées de «diriger», pour intégrer leurs décisions dans un processus de négociation et d’association de l’ensemble des acteurs concernés, qu’ils soient acteurs de leur mise en œuvre, qu’ils en soient les destinataires ou qu’ils contribuent à leur financement ».

     

    Vivre Nandrin invite le Collège Communal à convoquer un nouveau Conseil Communal dans les formes et règles en vigueur et dans le cas contraire, le groupe Vivre Nandrin ne sera pas en mesure de participer au Conseil Communal du lundi 15 avril prochain.

     

    Par ailleurs, l’ordre du jour contient des points d’une importance fondamentale comme le règlement d’ordre intérieur du conseil communal, document soumis à tutelle générale d’annulation par ailleurs.

     

    Si un report du conseil n’est pas opéré dans les formes, notre groupe ne manquera pas d’avertir la tutelle sur ce premier manquement, et ce, d’autant plus qu’une brève analyse nous a permis de déceler dans ce document, la volonté de la majorité de travailler sans collaboration avec les autres conseillers, c’est-à-dire en se passant du point de vue de l’ensemble des représentants des citoyens, alors que, faut-il le rappeler notre groupe représente une large partie de la population nandrinoise.

     

    A titre d’exemple, nous évoquerons la suppression radicale du règlement des commissions dont il est question à l'article L1122-34, par. 1er, alinéa 1er, du Code de la démocratie locale et de la décentralisation.  Or ces commissions peuvent être des lieux de riches réflexions grâce à un point de vue élargi et dont le fruit résultant d’un travail commun se rapprocherait à fortiori mieux de l’intérêt général et donc du citoyen.

     

    Un autre exemple, le règlement d’ordre intérieur (qui est élaboré sur la base du modèle offert par l’UVCW) supprime par rapport à ce document exemplatif le fait que le procès-verbal du conseil contienne les questions posées (et leur transcription) par les conseillers communaux, supprimant par-là la possibilité pour chaque conseiller communal, (de la majorité ou de l’opposition) de voir ses interpellations reprises au cœur du procès-verbal, alors que nous vivons un prégnant désaveu de la population à l’égard des politiques, et qu’il devrait en découler que nous, élus, devons davantage travailler en transparence et ensemble pour le bien des citoyens.

     

    Ensuite, le Directeur général invoque « un problème technique » pour justifier le retard dans l’envoi de la convocation par voie électronique.  Vivre Nandrin constate que ce n’est pas la première fois que cet incident se produit.  Afin que pareille situation ne se reproduise plus, nous invitons le Collège communal à rechercher les causes de ces incidents et à proposer éventuellement des solutions alternatives.

     

    A titre complémentaire, Vivre Nandrin remarque que suite à cette irrégularité, il est quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires, conformément à l’article 12 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal de Nandrin ; ce point ou ces points ayant dû être transmis au Bourgmestre "cinq jours francs" avant la date du conseil.

     

    Et pour finir, à l’examen des pièces attachées à l’ordre du jour, le groupe Vivre Nandrin s’étonne de n’avoir reçu le courrier l’invitant à présenter un candidat à l’assemblée générale de Meuse Condroz Hesbaye asbl que ce jeudi 11 avril (courrier daté du 4 avril et cachet de la poste daté du 5 avril).  En outre, nous avons observé que dans les pièces attachées à l’ordre du jour de ce dit Conseil, l’acte de candidature du groupe Bourgmestre+ est signé à la date du lundi 8 avril 2019 alors que la version papier de la convocation de ce conseil communal distribuée à certains conseillers a été reçue le vendredi 5 avril, donc antérieurement à la date de la signature.  Cela relève sans doute d’une erreur matérielle, mais elle suscite néanmoins questionnement.

     

    Cordialement,

     

    Daniel POLLAIN

    Conseiller communal

    Chef du groupe Vivre Nandrin

    1. convoc cc 20190415.pdf

  • Triggerfinger en tête d’affiche pour les 25 ans du Nandrin Festival

    Lien permanent

    Créé en 1994, à une époque où le paysage des festivals en Wallonie pouvait se résumer aux seuls festivals de Dour, Francofolies de Spa et Fiesta du rock à Flémalle, le Nandrin Festival a accueilli de grands noms du rock tels que Robert Plant, Joe Cocker, Massive Attack, Simple Minds, ZZ Top, Deep Purple, Iggy Pop… Avant de s’éteindre puis de renaître de ses cendres en s’axant sur les découvertes musicales.

    Pour fêter les 25 ans du festival, la formule reste fidèle à ce principe : « Faire découvrir des talents moins connus ou méconnus, d’ici ou d’ailleurs », résume Muriel Lombaerts, attachée de presse du Nandrin Festival.

    Têtes d’affiche de cette édition 2019 : Triggerfinger, un groupe de rock belge, originaire de Lierre, en Région flamande, connu pour sa reprise « I follow rivers » de Lykke Li, mais pas seulement ; et Jean-Baptiste Guégan, alias la voix de Johnny. « Nous sommes très honorés que Triggerfinger ait choisi Nandrin comme date unique en Wallonie. Quant à Jean-Baptiste Guégan, il est impressionnant de charisme et prestance. Ce n’est pas un imitateur ou un gimmick de Johnny Hallyday, il ne lui ressemble d’ailleurs pas, mais il a la même voix que lui. Ce chanteur français propose un spectacle hommage autour des chansons de Johnny. »
     

    Ces compositions sont à découvrir en ouverture du festival, le 16 août, tandis que Triggerfinger se produira le dernier jour, le dimanche 18 août. «Les deux têtes d’affiche sont très différentes mais cela reflète la diversité de styles dans le rock. »

    Parmi les autres groupes présents sur scène, il y aura Behind the Pines (des Bruxellois), Eiffel, Inspector Cluzo, Manu Lanvin, Ykons (des Liégeois), Chicos Y Mendez, The Sore Losers, Such a noise XXL (des Liégeois). D’autres artistes devraient s’y ajouter.

    Deux scènes seront montées sur et autour de la place Musin. « On espère attirer encore davantage de monde qu’en 2018 (7.000 festivaliers sur trois jours). » Il y aura par ailleurs des animations pour enfants et des food trucks de qualité. La distribution d’eau gratuite est toujours d’actualité.

    Le prix du pass pour un jour est fixé à 30 euros, il est à 65 euros pour les trois jours.

    Des préventes moins chères sont en cours sur www.nandrinfestival.be

    Par 

    ANNICK GOVAERS

     Source