Nandrin - Page 2

  • Attention !!! S’accuser de l’infraction d’autrui

    Lien permanent

    « Cela m’arrive de plus en plus souvent d’être confronté à une personne qui veut endosser une infraction grave pour sauver le permis de conduire d’un enfant ou d’un proche », explique Christophe Redko, avocat spécialisé dans le droit de roulage. Et de citer le cas de cette maman dont le fils, conducteur depuis moins de deux ans, a été flashé à 81 km/h au lieu de 50. Au vu de la loi, il allait devoir repasser son permis de conduire. En mère dévouée, elle a comparu à sa place.

    Il y a aussi cette sœur, venue au secours d’un jeune frère. Bien que n’ayant pas le permis, le garçon avait emprunté la voiture familiale et commis un excès de vitesse très, très élevé. Pour que le papa reste ignorant de cette histoire, la sœurette a décidé de se sacrifier. Une décision dont elle ne mesure peut-être pas toute l’ampleur. Au début de sa carrière, elle bénéficie d’une voiture de société pour ses déplacements. Que dira son employeur lorsqu’elle sera privée de permis pour quelques mois ?

    Les jeunes ne sont pas les seuls à compter sur des proches pour leur sauver la mise. « Il y a aussi les récidivistes qui ont été condamnés une premier fois pour de la vitesse ou un autre motif et qui refont une infraction grave dans les trois ans. Dans ce cas, ils tombent sous le coup d’un retrait de trois mois avec l’obligation de présenter quatre examens ; le permis théorique et pratique, un examen médical et un examen psychologique. Le tout coûte près de 650 euros », détaille Me Redko.

    Un camionneur était dans ce cas de figure pour deux infractions commises comme automobiliste. Comme il était récidiviste, tous ses permis lui étaient retirés, y compris le permis camion. « Dès lors, il a préféré payé quelqu’un pour s’accuser de l’infraction », se souvient Christophe Redko, qui ne manque pas d’exemples d’ usurpation. Certains font appel à des amis habitant la France pour s’accuser à leur place. En cas de retrait de permis, ils peuvent continuer à rouler chez eux. La poursuite de l’alcool au volant échappe à ce genre de pratique car l’identité est relevée lors du contrôle.

    Photo souvent absente

    Et si le juge de police avait un doute sur l’identité réelle du contrevenant ? « Les photos des radars sont souvent prises par l’arrière. Et s’il y a en a aussi une prise de l’avant, le conducteur est difficilement reconnaissable. De toute manière, la photo figure rarement dans le dossier étudié à l’audience. De plus ; la personne n’est pas obligée de comparaître si elle est représentée par un avocat », explique Christophe Redko. Et de conclure en enfonçant le clou : « De toute façon, la personne est en aveux et ne conteste pas les faits. Ce que le législateur veut, c’est un auteur, quitte à faire condamner n’importe qui ».

    Par YANNICK HALLET

     

    Source 

  • La société Vortex Energy souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 à Clavier, Un collectif de citoyens s’élève contre la destruction du paysage condrusien

    Lien permanent

    Un collectif de citoyens s’élève contre la « destruction du paysage condrusien »

    Ce jeudi à 19h, la société allemande Vortex Energy présentera son projet éolien pour la commune de Clavier, à la salle « Le repair », rue de Pair 22. La société souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 entre Les Avins et Bois-Borsu.

    Ce projet est le 6e voyant le jour dans la région du Condroz, ce qui pourrait porter le nombre de mâts à 31. Une situation refusée par le collectif « Sauvegarde du patrimoine condrusien » qui appelle les citoyens à poser leurs questions jeudi : « les citoyens n’ont pas été réellement informés par la société, si ce n’est au travers d’affiches peu explicatives. Nous voulons tenter de comprendre le projet et voir leur proposition », Annie Luymoeyen, membre du collectif.

    Le collectif a néanmoins une position ferme et ne veut pas que le paysage soit détruit : « Il y a déjà une dizaine d’éoliennes en activité ou sur le point de le devenir, à Modave et Tinlot, n’est-ce pas suffisant ? Le Condroz est l’une des seules régions encore intactes au niveau de son paysage. On ne tarit pas d’éloges sur la beauté des différentes communes et ces projets détérioreraient non seulement cette image, mais apporteraient des nuisances sonores, visuelles et écologiques ».

    « À la Côte, c’est bien »

    Étant convaincu de la nécessité d’évoluer vers les énergies vertes, le collectif pointe également les soucis liés au fonctionnement des éoliennes : « Elles ne fonctionnent pas la majeure partie du temps. Lorsqu’il y a trop de vent, cela ne tourne pas et la même chose se produit quand le vent ne souffle pas assez. Il faut donc utiliser du gaz ou d’autres sources d’énergie. Ce n’est donc pas très écologique ». Les membres du groupe ne sont cependant pas contre l’installation d’éoliennes… ailleurs : « À la Côte, c’est une très bonne chose par exemple. Cela ne dérange pas les habitants et cela amorce le retour de la faune et la flore aquatique. » À Clavier, le projet de Vortex Energy sera suivi par un quatrième dossier en octobre, avec le lancement d’une étude d’incidence pour 11 éoliennes de la société Aspiravi, prévues sur deux des zones déjà convoitées dans les projets en cours. Le bourgmestre Philippe Dubois, exaspéré, a précisé qu’un seul projet pourrait être accepté par la commune de Clavier : « Nous sommes favorables au développement durable et aux projets éoliens, mais la Région wallonne devrait prendre ses responsabilités et déterminer que, pour une zone précise, un seul projet peut être présenté… Cela ferait gagner du temps et de l’énergie aux communes ». De son côté, le collectif estime que le projet de Tinlot, en cours de construction depuis une semaine, porte déjà un grave préjudice au paysage.

    Par MAXIME GILLES

    Source 

     

    Le 19 septembre 2019 réunion d'info pour un projet éolien à Clavier clic ici

    eolien19.JPG

  • Attention travaux N 63 route du Condroz Nandrin, soyez vigilants !!!

    Lien permanent

    Travaux entre le rond-point des vaches aux quatre bras de Nandrin et le rond-point de Yernée Fraineux sur la N 63 route du Condroz à Nandrin 

    La circulation est ramenée sur  une bande entre les deux ronds-points.

    Il semblerait que les travaux seront plus ou moins de  deux semaines , pour la réalisation d'une sorte de berne centrale .

    70538355_588197421721643_6511126762393436160_n.jpg

    70210352_464204744181645_3532426046215290880_n.jpg

     

    70428197_1317903451721568_618142598162284544_n.jpg

    70891324_403107413738555_7837264121954304000_n.jpg

     

  • Les Unes Fois d'un Soir 2019 l'arts de la rue le 28 septembre 2019

    Lien permanent

    Pour la quatrième fois, revoici le festival des arts de la rue de Huy. Conforté par l’accueil de la Ville, par la présence du public de plus en plus nombreux et par l’évidente beauté des lieux, Les Unes Fois d'un Soir, événement connu dans toute la Wallonie et Bruxelles, est maintenant indissociable de la Ville de Huy.
    Cette année, le festival monte encore en puissance avec plus de spectacles, plus de lieux investis, plus de diversité et une présence accentuée côté rive gauche, en bonne partie dédiée aux familles.
    Tous les genres seront représentés: théâtre, cirque, danse, théâtre d’objets, musique de rue, arts plastiques, théâtre d’intervention, ... Des spectacles pour rire mais pas que : l’immigration, la question du genre, la Shoah, l’exclusion sont aussi des thèmes abordés pour une journée de distraction intelligente.
    Les Unes Fois d’un Soir a l’ambition d’être un des temps forts de la vie culturelle et touristique hutoise. Plus de 60% des spectateurs viennent des autres villes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui prouve que Huy peut tout à fait avoir sa place sur la carte des grands lieux de tourisme culturel.

    Une co-organisation de Festival Les Unes Fois d'un Soir - arts de la rue et de Latitude 50 - pôle des arts du cirque et de la rue.
    En partenariat avec la Ville de Huy (Officiel) et le Centre culturel de Huy.

    Coup d’envoi du festival et spectacle d’ouverture de saison de Latitude 50 : vendredi 28 septembre à Marchin.

    www.1x1soir.be

    Cie du Deuxième - Claude Merle - Cie Izi - Pikzpalace - Théâtre Magnetic - Who is who collectif - Johann Charvel - Art Tout Chaud - Funky Frida - Balllad - FRED TOUSCH - La Fuite - Compagnie des Quatre Saisons - ZOE - asbl - Cie Gravitation - Cie ZORA SNAKE - Cie Anomalie - Compagnie Canicule - Libertivore - Le GIVB - Amir and Hemda - KermesZ à l'Est - Jasmine Tamaz Miss Pom Pom Grrr - Cie Scratch - Traces Collectif

    Avec :
    Cie du Deuxième (Fr)
    Claude Merle (Fr)
    Cie iZi (Fr)
    Pikz Palace (Be)
    Théâtre Magnetic (Be)
    Who is who collectif (Be)
    Johann Charvel (Fr)
    Cie Art Tout Chaud (Fr)
    Funky Frida ! (Be)
    bAlllAd (Fr)
    Fred Tousch (Fr)
    La Fuite (Fr)
    Cie des 4 Saisons (Be)
    Zoé asbl (Be)
    Cie Gravitation (Fr)
    Zora Snake (Cmr)
    Cie Anomalie (Fr)
    Cie Canicule (Be)
    Cie Libertivore (Fr)
    Cie GIVB (Fr)
    Amir & Hemda (Isr)
    KersmesZ à l’Est (Be)
    Miss Pom Pom Grrr (Be)
    Traces Collectif (Be)
    Scratch (Be)

     
    Les Unes Fois d'un Soir
    Place Verte, 4500 Huy
     
     
     

    Les Unes Fois d'un Soir

    Les Unes Fois d'un Soir 2019 - arts de la rue

  • Offre d'emploi : De nombreux jobs à pourvoir le 26 septembre à Liège !

    Lien permanent

    Vous cherchez un premier job, une évolution de carrière ou une réorientation complète? Talentum Liège vous permettra peut-être de trouver votre bonheur à quelques kilomètres de chez vous!​

    La Police fédérale et locale sera présente avec de nombreux postes à pourvoir !!

    olice fédérale et locale
    RégionLiège (Ville) (BE)
    Publicationmardi 17 septembre 2019
    Date limitejeudi 26 septembre 2019
    FonctionService public / Administration publique concours, Administration - générale, Administration locale, Police
    SecteurAdministration / ASBL, Secteur public, Services Publics
    Niveau d'expérience> 10 ans d'expérience, 0 à 2 ans d'expérience, 2 à 5 ans d'expérience, 5 à 10 ans d'expérience, Non communiqué
    Type de contratCDI
    Temps de travai lTemps plein 
     
     
  • Soyez prévoyants !!! Le prix de l’essence et du diesel à la hausse demain

    Lien permanent

    Le prix de l’essence et du diesel augmentera jeudi, annonce mercredi le Service Public Fédéral (SPF) Economie. Cette hausse est une conséquence de l’augmentation du prix du pétrole après l’attaque de drone sur deux installations pétrolières en Arabie saoudite le week-end dernier.

    Le prix maximum de l’essence 95 (E10) augmentera de 6,4 cents à 1,5240 euro/litre. L’essence 98 (E5) coûtera au maximum 1,5720 euro/litre, soit une hausse de 6,8 cents.

    Le prix maximum du litre de diesel (B7) progressera quant à lui de 2,9 cents, à 1,5510 euro/litre.

    Ces prix résultent des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des bio composants inhérents à leurs compositions sur les marchés internationaux, précise le SPF Economie.

    Par Belga

    Source

  • L'avez-vous vu ??? merci de partager SVP

    Lien permanent

    Chat mâle Européen de 11 ans

    Stérilisé mais non pucé

    A ses habitudes dans le quartier suivant :

     

    Clos al Pwete

    Tige sur le Mont

    Ferme de l’Abbaye

     

    Pourriez-vous vérifier s’il n’est pas enfermé dans un abri, un garage ou autre SVP ?

     

    L’avez-vous aperçu depuis dimanche ?

     

    Merci pour votre aide.

     

    Contact : 0476 / 27 00 17

    18chat.jpg

  • Ciné-club de Nandrin Aujourd'hui 18 septembre 2019 Mia et le Lion Blanc

    Lien permanent

    Où ? A l’administration communale (place Ovide Musin, 1, Nandrin)
    Prix : 2,50€ par personne (goûter compris)

    Les places sont limitées, inscrivez-vous auprès de Caroline Renwa au : 085 / 27 44 64

    Le transport ne doit pas être un frein. N’hésitez pas à nous contacter, nous trouverons ensemble une solution.

    Une initiative du CPAS et du Plan de Cohésion Sociale du Condroz avec le soutien de l’administration communale.

     

     

    PCS Condroz

    Ciné-Club : Mia et le Lion Blanc

     

  • ‎Portes ouvertes espace test Point Vert le 22 septembre 2019

    Lien permanent

    Découvrir les parcelles sur lesquelles Juan et Juliette cultivent une belle diversité de légumes. Passionnés, ils vous parleront de leur projet et répondront à toutes vos questions ! Vous pourrez acheter leurs légumes ainsi que d’autres produits locaux.

    Et pour ravir les gourmands, Fleur de Glace s’arrêtera régulièrement sur l’espace test …

    La presse mobile vous propose de presser vos pommes, sur réservation : http://www.ppresse.be/reservation/ 

    On vous attend nombreux pour une après-midi en musique avec Burger et Tortilla

     

    Espaces-test

    Portes ouvertes espace test Point Vert

    • Dimanche 22 septembre 2019 de 13:00 à 18:00
       
    •  
      Espaces-test
      Rue de la Charmille, 16, 4577 Modave
  • Et voici à présent l’achat groupé… de télécoms ! et espère des réductions jusqu’à 25%

    Lien permanent

    Les achats groupés ne concernent plus uniquement les commandes de mazout, de pellets ou d’électricité.

    Tout, en fait, peut s’acheter de manière groupée.

    Le principe est toujours le même : si on vous amène X clients, quelle réduction pouvez-vous accorder sur le produit ?

    Wikipower, la première plateforme collaborative d’achats groupés en Belgique francophone, se lance pour la première fois dans les télécoms. Les inscriptions (sans engagement) sont ouvertes.

    Mais qu’aurais-je, au final, moi, le consommateur ?

    « Nous avons rencontré quelques opérateurs durant l’été dont Voo, Proximus, Telenet, Orange… », explique Jérémy Wolf, CEO et directeur opérationnel de Wikipower.

    « À ce stade, je peux juste vous dire que Telenet ne veut pas d’achat groupé et qu’un autre de ces opérateurs a déjà dit oui. Nous restons en tractations avec les autres.

    À ce jour, on a déjà réceptionné des offres avantageuses sur différents types de packs. Soit nous obtenons des promotions habituelles de l’opérateur sur des périodes plus longues (au-delà des classiques 6, 9 ou 12 mois), soit une réduction plus importante sur les périodes habituelles.

    Bref, on devrait pouvoir proposer des réductions de 10 à 25 % environ selon les produits. Mais cela ne sera précisé que fin septembre. Au-delà de septembre, lorsqu’ils verront les réductions réelles proposées, les gens pourront encore s’inscrire (jusque fin décembre).

    Si on réussit à réunir 5.000 à 10.000 marques d‘intérêt pour ce lancement, on sera déjà très content ».

    Mais Wikipower parviendra-t-il à proposer des produits personnalisés, comme le font actuellement les opérateurs qui vendent quasi du sur-mesure en fonction des besoins des ménages ? « On a nos exigences de départ, des exigences de qualité. Par exemple, un débit minimum de 100 mégabits pour un volume de téléchargement correct. Et puis, on aura des offres standards, des offres premium, etc. »

    Pour le 1er janvier

    Après la clôture des inscriptions, Wikipower négocie la meilleure offre possible avec les opérateurs télécoms. L’offre et le montant de l’économie sont ensuite envoyés par mail ou courrier aux personnes qui se sont inscrites. Celles-ci sont ensuite libres d’accepter l’offre, ou pas. En cas d’accord, le contrat commencera le 1er janvier prochain. Il paraît qu’il faut 5 minutes pour changer d’opérateur, précise Wikipower qui, il faut le préciser, touche de l’argent sur ces achats groupés.

    « Au lieu d’investir dans une campagne publicitaire, l’opérateur nous verse une commission fixe », termine le CEO Jérémy Wolf.

    On verra, « à l’autopsie », si ce nouvel achat groupé pour internet, TV et téléphone connaît le même succès que l’achat groupé d’énergie.

    Par F. DE H.

    Source 

  • Depuis ce samedi, les usagers du RAVeL n°5 Durbuy-Liège peuvent franchir l’Ourthe

    Lien permanent

    La mise en service de la passerelle met fin à un chantier lancé en février 2018. Le chantier comprenait la construction d’un tronçon en béton de 2 kilomètres de long et 2,5 mètres de large ainsi que l’élargissement à 2 m de la passerelle en encorbellement attenante au pont de chemin de fer de Tabreux. La réalisation de l’ensemble des travaux a mobilisé un budget total de plus d’1,5 million  € HTVA financé par la Wallonie.

    La nouvelle passerelle est constituée d’une structure métallique longue de 32,4 mètres et large de 3 mètres. Deux rampes métalliques longues de 22,5 m et de 29,2 m ont été installées de part et d’autre de la rivière. Elles permettent aux usagers des modes doux, y compris ceux à mobilité réduite, d’accéder facilement à la passerelle.

    La mise en service complète de ce nouveau tronçon vient effacer un des chaînons manquants qui se trouvent encore sur le tracé du RAVeL n°5 Durbuy-Liège. Le SPW Mobilité et Infrastructures devrait normalement pouvoir, aux termes des procédures administratives en cours, entamer les travaux du tronçon de 450 mètres situés en site naturel entre Comblain-Fairon et Comblain-la-Tour.

    Source 

     

  • Un kit de départ entre 80 et 100 €, chaque semaine des cours de canicross et de bike-jöring à Clavier

    Lien permanent

    Manon Wathelet ne pensait jamais faire de la course son sport de prédilection. Pourtant, elle court désormais 4 à 5 fois par semaine avec son husky, Alfie, via la pratique du canicross. Une passion dévorante qui découle, il y a trois ans, sur la création d’un groupe « Au Pat’ Course », basé à Clavier. « Depuis cet été, on est passé en ASBL et on organise de plus en plus d’événements », précise Manon.

    On est entre 15 et 20 membres actifs mais cela varie en fonction des lieux et des types d’entraînement car certaines personnes viennent de la Hesbaye et d’autres du Condroz. » Chaque mercredi, ils se retrouvent à 18h pour une séance de canicross ou de bike-jöring. Courir ou pédaler avec son chien peut se faire à tout âge et il n’est pas nécessaire d’être un sportif aguerri. Mais Manon nous met en garde… Une fois goûté à l’une de ces deux disciplines, il est très difficile de ne pas devenir accro.

    Un kit de départ entre 80 et 100 €

    Pour débuter, il vous faudra investir dans une bonne paire de baskets et dans un matériel de qualité pour votre animal afin qu’il ne se blesse pas. « Pour le canicross, il faut acheter un harnais de traction adapté à la morphologie du chien, une ligne de trait et un baudrier pour le maître. Pour le bike-jöring, il faut aussi une ligne de trait mais plus grande et une barre de traction afin que la laisse ne s’enroule pas dans la roue du vélo si le chien ne tracte pas assez. Pour un kit de départ, il faut compter entre 80 et 100 € ; c’est un budget mais si on en prend soin, il peut durer des années. »

    Toutes les races de chien sont les bienvenues chez « Au Pat’ Course ». « On peut courir avec un chien de n’importe quel âge sauf avec les chiots car ils n’ont pas encore terminé leur croissance et on déconseille les chiens au nez plat comme les bouledogues. » Si vous n’en avez pas, il faudra simplement vous munir d’une assurance familiale car les cours dispensés par l’ASBL sont gratuits. Cette dernière conseille également de s’affilier à la Fédération Belge de Canicross.

    Envie de tester ? Inscrivez-vous sur le groupe Facebook « Au Pat’ Course » pour prendre contact avec l’ASBL. « Cela varie en fonction de la demande mais on organise en général 4 séances d’initiation par an. Et il est toujours possible de se présenter un mercredi car il y a un groupe de débutants. »

    Par J.RE.

     

    Source

  • Recherche chauffeurs accompagnateurs volontaires

    Lien permanent

    Vous habitez Anthisnes, Tinlot, Nandrin, Ouffet, Clavier (Liège), Ocquier, Liege, Belgium ou Hamoir ?

    Nous recherchons des chauffeurs volontaires ! 

     

    Solumob Volontaires ASBL

    www.solumobvolontaires.be

  • La Wallonie en famille, les infos et de idées

    Lien permanent

    Venez passer du temps avec vos enfants, vous amuser, vivre des expériences uniques et apprendre de nouvelles choses. Ne cherchez plus, la Wallonie regorge de richesses insoupçonnées qu’elle est impatiente de vous faire partager !

    VISUALISEZ-MOI CLIC ICI 

    Se défouler
    Vous cherchez un terrain de jeu pour que vos enfants puissent se défouler ? La Wallonie vous propose ses nombreuses attractions et activités familiales.
    Emotions et fous rires garantis !
    Découvrir
     
    Donner à vos enfants le plaisir d’apprendre ?
     
    Rien de plus simple, grâce à notre sélection de musées et de sites culturels en Wallonie.
    Se balader
     
    Vos enfants rêvent de grand air et d'espace ?
     
    Bonne nouvelle : la Wallonie offre une impressionnante sélection de balades ludiques et insolites, à faire en famille.
     
    Se loger
     
    Découvrez notre sélection de logements et d’offres de séjour spécialement adaptées aux familles. Pour des vacances qui plaisent aux petits comme aux grands !
    Calendrier des événements
     
    Il est temps de sortir s'amuser en famille ! Ne manquez pas notre agenda de sorties, expositions, stages et activités pour enfants et familles en Wallonie.
    Guide 365 - idées excursions en Wallonie
     
    Pour vos excursions en Wallonie, consultez la brochure 365 : musées, châteaux, promenades, attractions aquatiques ou parcs aventure... De quoi ravir aussi bien les enfants que les parents !
     
     
  • VOYAGEZ GRATUITEMENT EN DEHORS DES HEURES DE POINTE DURANT LA SEMAINE DE LA MOBILITÉ DU 16 AU 22 SEPTEMBRE 2019

    Lien permanent

    Du 16 au 22 septembre, le TEC s’associe à la Semaine de la Mobilité et propose de voyager gratuitement en dehors des heures de pointe* !

    Préchargez le titre promotionnel sur MOBIB !

    Ce titre vous permettra de voyager gratuitement sur le réseau TEC en dehors des heures de pointe* du 16 au 22 septembre. Il peut être chargé sur votre carte MOBIB ou MOBIB basic du 9 au 22 septembre via l’E-SHOP, les SELF ou dans les ESPACES TEC.

    Le titre peut également être utilisé en correspondance. Attention, la validation est obligatoire à chaque montée à bord d’un véhicule TEC.

    *Avec le titre promotionnel chargé sur votre MOBIB, vous pouvez voyager gratuitement sur le réseau TEC de 9h00 à 15h00 et de 19h00 à 6h00 du matin, du 16 au 22 septembre.

    Comment profiter de cette action ?

    Vous disposez d’une carte MOBIB ou MOBIB basic ? Via l’E-SHOP, les SELF ou dans les ESPACES TEC, chargez le titre « Sem Mob Gratuité HC » sur votre carte avant votre premier trajet.

    Vous ne disposez pas encore d’une carte MOBIB ou MOBIB basic ? Rendez-vous sur l’E-SHOP ou dans un ESPACE TEC ; la carte est gratuite pour les nouveaux clients ! Une seule carte MOBIB ou MOBIB basic gratuite sera délivrée par personne.

    Vous n’avez pas chargé le titre promotionnel sur votre MOBIB / MOBIB basic et vous voulez profiter de la gratuité en dehors des heures de pointe ? Adressez-vous au chauffeur qui vous délivrera un billet gratuit.

    Source info 

    https://www.infotec.be/fr-be/minformer/actualit%C3%A9s/d%C3%A9tails.aspx?idnews=11101

     

  • Jusqu’à 28 dégrés attendus ce week-end

    Lien permanent

    Le ciel deviendra partiellement à très nuageux à partir du nord mardi après-midi, avec la possibilité de quelques gouttes, essentiellement le long de la frontière avec les Pays-Bas. Mais dès demain, ça va aller beaucoup mieux…

    Le temps restera toutefois assez ensoleillé au sud du sillon Sambre et Meuse ce mardi, selon les prévisions de l’IRM. La Gaume bénéficiera des conditions les plus ensoleillées avec des maxima jusque 20 degrés. Ailleurs, les températures atteindront des valeurs comprises entre 15 degrés en Hautes-Fagnes et 18 degrés dans le centre.

    Aujourd'hui soir et la nuit suivante, les champs nuageux se dissiperont en grande partie mais, dans le nord et l’ouest du pays, les éclaircies resteront rares. Le temps se refroidira sensiblement, les minima seront alors compris entre 1 et 6 degrés en Ardenne (où de faibles gelées au sol seront possibles), entre 5 et 8 degrés dans le centre, et entre 10 et 12 degrés sous la couverture nuageuse de la région côtière, de l’ouest ainsi que du nord du territoire.

    Mercredi, le ciel sera à nouveau partiellement à très nuageux dans le centre et le nord du pays. Les éclaircies concerneront surtout le sud du territoire ainsi que les régions proches de la frontière française. Le temps restera majoritairement sec mais quelques gouttes seront localement possibles dans le nord. Les maxima seront compris entre 13 degrés en Hautes-Fagnes et 19 degrés dans l’ouest ainsi que le sud du pays.

    Jeudi, nous prévoyons souvent assez bien de champs nuageux pouvant localement laisser échapper quelques gouttes de pluie ou de bruine et ce, essentiellement dans l’extrême nord du pays ; ce risque de faibles précipitations sera toutefois très limité. L’extrême sud du territoire devrait à nouveau bénéficier d’éclaircies plus larges et fréquentes. Les maxima seront compris entre 13 et 16 degrés en Ardenne, et entre 16 et 19 degrés ailleurs, sous un vent faible à modéré de secteur nord à nord-est.

    Vendredi, après la dissipation du brouillard et des nuages bas présents dans certaines régions (et a priori surtout dans le nord-ouest du pays), le temps sera sec, ensoleillé et aussi plus doux avec des maxima de 15 degrés sur les hauteurs de l’Ardenne à 20 ou 21 degrés en plaine. Le vent sera faible à modéré de secteur est.

     

    La journée de samedi sera marquée par de belles conditions d’arrière-saison. Le temps sera en effet sec et très ensoleillé sur l’ensemble du pays. Il fera aussi sensiblement plus chaud avec des maxima de 20 ou 21 degrés sur les hauteurs de l’Ardenne à 25 ou 26 degrés en plaine. Le vent sera généralement modéré de secteur est à sud-est.

    Dimanche, le temps restera ensoleillé durant la majeure partie de la journée, avec des maxima de 24 ou 25 degrés sur les hauteurs de l’Ardenne à 27 ou 28 degrés en plaine. Le vent sera souvent modéré, d’abord de secteur sud-est, virant graduellement au secteur sud. En fin de journée ou la nuit suivante, le ciel pourrait devenir plus nuageux à partir de l’ouest avec un risque croissant d’averses.

    Par Belga/IRM

     

    Source

  • C'est désormais dans la salle de spectacle du Café Ruelle, Place belle maison, à Marchin, que se dérouleront les jams.

    Lien permanent

    La Jam de blues à Marchin change d'adresse

    Depuis une saison, la jam de blues a attiré de nombreux musiciens de qualité, assurant à chaque fois une soirée pleine de surprises et très enthousiasmantes, pour le public de plus en plus fidèle à cette rencontre du dernier jeudi de chaque mois.

    Rappelons que le principe de la jam est que les musiciens improvisent ensemble, ou parfois se mettent d'accord sur des standards connus, le challenge étant qu'ils ne se connaissent pas. Une bonne part est donc laissée à l'improvisation.

    La jam cette année, même si la base musicale en reste le blues, va s'ouvrir à d'autres musiques.

    Sont donc les bienvenus, les musiciens de jazz, et rock.

    Alain Pire en guest

    La chanteuse Wenta à l'origine du projet, animera la soirée avec Marcel Gaillard, Ben Watson et Etienne Hilson.

    Alain Pire viendra également partager la scène en voisin puisqu'il est Marchinois. Il sera présent pour cette reprise de la rentrée.

    L'entrée est gratuite et la soirée débutera à 20h pour se terminer vers 22h 30.

    Où et quand ? Le jeudi 26 Septembre, de 20 à 22h30, au Café ruelle, Place belle maison, à Marchin. Entrée libre.

    Source 

  • Riveo organise une semaine d’activités autour de la pêche et de la rivière ! du 21 au 29 septembre 2019

    Lien permanent

    SEMAINE FISH AND CHILL HOTTON

    Au programme : animations pêche, pêche et dégustation d’écrevisses, fumage de poisson, balade sur les traces des castors, dans les sillages du saumon, balade dinatoire…
    EN PRATIQUE
    Du 21 au 29 septembre 2019
    Rue Haute 4 – 6990 Hotton

    Hotton
    Infos : 084 41 35 71

  • Tous les samedis, cours de chant amateur par Dominique Wenta, coach vocale à Marchin

    Lien permanent

    Dominique Wenta, coach vocale à Marchin, propose un cours de chant pour amateurs, le samedi matin de 10 à 12h.

    « Le but de ce cours est de se faire plaisir, sans se juger, on n’est pas là pour devenir des professionnels. Découvrir et pratiquer la technique est au programme de la première heure. Des vocalises, des exercices ludiques, en commun. Ensuite chacun chante ce qu’il désire. Aucun style ni chanson ne sont imposés. Et nous finissons le cours en chantant tous une chanson choisie ensemble », explique-t-elle.

    Dominique Venta, est française et vit à Marchin depuis 3 ans. Elle a décidé depuis plusieurs années de vivre en Belgique, et c’est un « coup de foudre » pour le lieu ou elle vit aujourd’hui qui l’a décidé à quitter Bruxelles. Elle mène en parallèle une vie de chanteuse et de coach vocale. Elle organise tous les derniers jeudis du mois une jam de blues au Café Ruelle, place belle maison et se produit régulièrement avec son groupe « Women’s blues ».

    Elle participera au spectacle Woodstock d’Alain Pire, au centre culturel de Huy, le vendredi 11 Octobre, avec qui elle interprétera une chanson de Janis Joplin.

     

    Source  

  • U16 : RES TEMPLIERS-NANDRIN - VERVIERS Le 15 septembre 2019 à 11h30 Un match fou et un score de 5-4 !

    Lien permanent

    Une fois n’est pas coutume de relater un match d’équipes de Jeunes.

    ü Pourtant, quoi de plus normal que de parler du futur d’un club qui revendique la qualité de son « École de Jeunes » et ici, en l’occurrence, celle de TEMPLIERS-NANDRIN qui compte près de 300 jeunes inscrits.

    L’occasion était belle ce dimanche de mi-septembre pour assister au 2ème match de championnat des U16 Provinciaux qui recevaient l’A.S. Verviers à 11h30’.

    L’équipe de Templiers, majoritairement construite autour de purs produits de « l’École de Jeunes » est véritablement le fruit d’un travail commencé dès le premier touché de ballons.

    Depuis lors, les « gamins » ont grandi et fameusement progressé !

    Que l’avenir leur ouvrir les portes des équipes fanions (à l’instar des 3 frères SAUVAGE et d’autres) afin que le Club puisse rentabiliser son long travail de formation avec l’aide d’entraineurs de mieux en mieux formés.

    ü  Le match

    En montant sur le terrain, pour la 1ère fois en championnat cette saison, dans ses installations et surtout devant son copieux public fort en voix, on sent Templiers motivé pour aller cherche cette première victoire.

    Malgré le départ de 2 de ses joueurs, durant la semaine, et au moins un blessé, Templiers prend Verviers de vitesse et est largement dominateur. Après un bon quart d’heure et une toute grosse occasion ratée, les supporters enthousiastes voient la victoire au bout de la rencontre.

    C’était peut-être prétentieux puisqu’en 120 secondes, Verviers plante 2 buts dont le premier sur un pénalty bien tiré. L’engouement au bord du terrain baisse d’un ton, seulement un court instant puisqu’avant la pause, Templiers revient au score pour rentrer aux vestiaires sur un 1-2 ne reflétant pas la physionomie du match.

    L’entraineur local, Christophe LUNARDI (Ex Standard Fémina) devait trouver une parade tactique pour faire émerger les pensionnaires Nandrinois face aux Verviétois au physique plus imposant et nettement plus rusés dans les duels.

    Ce discours se traduit sur le terrain et Templiers, avec un positionnement remanié, se sent plus à l’aise mais, c’est Verviers qui score une 3ème fois !

    Et puis… le match s’emballe pour en affoler le marquoir 2-3, 3-3, 3-4, 4-4 !

    Après un match dingue et digne d’un « mano a mano » et une grosse intervention du gardien, tout Templiers croise les doigts pour ne plus prendre de but.

    La tension est à son comble et les supporters portent véritablement les joueurs qui retrouvent leurs jambes de l’entame du match pour… et bien, comme dans les contes de fées, planter ce 5ème but qui offre la victoire et les 3 points à Templiers. Score final, 5-4.

    ü  L’après match

    2.jpg

    L’entraineur Christophe LUNARDI accompagné d’Oliver LEMMENS son délégué, avant de féliciter leurs joueurs, s’empressent d’aller saluer leurs homologues Verviétois. Une marque de Fair-Play comme on aimerait voir dans toutes les rencontres sportives.

    Pendant que ses joueurs s’élancent pour un tour de terrain de « décrassage » afin de relâcher les muscles et, surtout, de recevoir les applaudissements des parents et des supporters, après un rapide débriefing discret avec son délégué, il prend le temps de me « lâcher » une petite phrase, toute simple mais qui expliquait facilement le chemin de la victoire…

    « En foot, tout est important … mais la force pour vaincre, vient de la tête ! ».

    La satisfaction de ce premier succès en championnat et de ce premier avec Templiers, C. LUNARDI souhaite le partager avec ses joueurs, sur le terrain de la victoire avant de quitter le terrain pour une douche bien méritée.

    ü  Au balcon

    Aussi bien Paul HENRTAY (C.Q.) que Thierry COULEE (R.T.J.F et Directeur Technique) après avoir vécu la rencontre aussi intensément qu’au bord du terrain, ne cachaient pas leur satisfaction de voir pratiquer un beau football basé sur un véritable fond de jeu.

    Élément autant important que les victoires pour le futur du Club Nandrinois.

    ü  Au calendrier

    Si vous voulez suivre et supporter les U16, ils se rendent à ET. Elsautoise le 22 à 11h30 pour affronter d’autres « Verts et Blancs », puis recevront le RFC. LIEGE le 29 à 11h30’, Club emblématique de la province de Liège et leader actuel du championnat.

    3.jpg

    Article et photos de GyM.

    Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager pour en faire profiter d’autres 

  • La Meuse est encore aujourd’hui le plus ancien journal encore en activité de Belgique puisqu’il date de 1856

    Lien permanent

    À l’arrivée des Allemands en mai 1940, la plupart des quotidiens belges avaient choisi de se saborder ou de prendre le chemin de l’exil. « C’est le cas du journal La Meuse qui était déjà à l’époque le plus lu de Liège, explique l’historienne Catherine Lanneau (Uliège). Il réussira à publier encore quelques numéros à Paris sur les presses de Paris-Soir jusqu’à ce que Paris soit envahie à son tour. »

    Mais à Liège, les Allemands s’emparent des presses et décident de relancer un journal avec une série de collaborateurs. « Non sans ironie, ils choisissent de l’appeler « La Légia », du nom de l’autre cours d’eau qui donna naissance à la ville. » Le premier numéro de La Légia paraît déjà le 25 mai 1940, 15 jours à peine après l’invasion. Il est contrôlé par la « Propaganda Abteilung », la section nazie de la communication qui lui attribuera les stocks de papier de la Gazette de Liège.

    La Légia devint alors le seul quotidien diffusé en province de Liège et atteignit rapidement les 90.000 exemplaires. « Ce succès s’explique davantage par la soif d’informations locales des Liégeois que par une quelconque adhésion à l’idéologie nazie », s’empresse d’ajouter Catherine Lanneau. Car, en dehors de la propagande, il publiait encore les faits divers locaux et des informations pratiques (résultats sportifs, spectacles…) »

    Fin 1941, La Légia adopte une ligne plus wallonne avec un nouveau rédacteur en chef, Pierre Hubermont, un collaborateur notoire qui provenait de la presse de gauche du Hainaut. « Il essaya de vanter la proximité culturelle supposée entre la Wallonie et la germanité. » En vain...

    Et puis, en septembre 1944, arrivent les troupes américaines qui libèrent la ville les 7 et 8, et la province tout entière dès le 15 septembre. Et de suite, on voit alors réapparaître le vrai journal « La Meuse ». « Il s’agissait au départ de quelques feuilles, de format tabloïd, imprimées sur du papier jauni car il n’y en avait pas d’autres, explique pour sa part Francis Balace, également historien à Uliège. Et il était l’œuvre du plus important mouvement de résistance unifié liégeois, « le Front de l’Indépendance », animé par le futur baron Pierre Clerdent.

    Dans le maquis

    Il faut dire aussi que la majorité des anciens journalistes de La Meuse avait « cassé leur plume » en mai 40 et avait rejoint « le maquis de la presse ».

    Ils étaient rentrés chez eux et avaient tout fait pour échapper au travail obligatoire en Allemagne afin d’apporter leur soutien aux mouvements de résistance. Notamment en rédigeant les nombreux pamphlets anti-boches qui étaient distribués sous le manteau.

    Ce sont eux qui, dans un premier temps, imprimèrent donc cette « nouvelle Meuse ».

    « Mais le vrai propriétaire du journal, à savoir le chevalier de Thier, s’est alors offusqué que son titre soit ainsi récupéré, fusse même par les résistants, reprend Francis Balace. Jean de Thier, qui s’était bien comporté durant la guerre, gueula un bon coup et récupéra son titre. »

    Mais il se heurta alors à une autre difficulté de taille, à savoir celle d’obtenir du papier pour pouvoir l’imprimer.

    « Le gouvernement belge avait prévu une allocation papier aux différents journaux selon leur tirage d’avant-guerre et leur attitude vis-à-vis de l’occupant. Cela ne posait pas de problème pour La Meuse, sauf qu’il fallait acheminer les bobines de papier depuis Bruxelles et que les routes et les ponts étaient ce qu’ils étaient après la guerre… »

    Finalement, ce n’est qu’au début du mois de novembre que la vraie nouvelle Meuse a reparu, avec bon nombre de journalistes d’avant-guerre. Les collaborateurs de La Légia ayant été pour la plupart jugés sévèrement.

    Et La Meuse est encore aujourd’hui le plus ancien journal encore en activité de Belgique puisqu’il date de 1856.

    Par Luc Gochel

    Source 

  • Le 6 ème souper concert de l' Elan Vocal de Nandrin le 12 octobre 2019

    Lien permanent

    Le 6 ème souper concert de l' Elan Vocal de Nandrin le 12 octobre 2019 Salle des Templiers

    Renseignements

    043712864

    0497501530

    0497760787

    Entrée concert 7 €

    12 octobre.jpg

  • DAVANTAGE DE MUSIQUE ET MOINS DE MÉDICAMENTS

    Lien permanent

    On sait que la musique adoucit les mœurs, mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elle apaise aussi les douleurs. Et qu’elle fait un bien fou aux grands brûlés. Les patients soignés à l’UZ Gent (Gand) et ceux de l’hôpital de Neder-over-Heembeek peuvent en témoigner.

    charleroi et liège

    Depuis février (pour les premiers) et août (pour les seconds), les patients qui le désirent reçoivent la visite hebdomadaire de musiciens qui viennent (par deux) dans leur chambre avec leur instrument pour jouer un morceau. Le « concert » ne dure pas longtemps, un petit quart d’heure généralement.

    « Lors de la prise de contact qui se fait au préalable par l’équipe de psychologues, on demande au patient s’il veut la visite de nos musiciens et si oui, quel genre de musique il souhaite. On peut faire de tout : jazz, chant d’opéra, variété, classique… », explique Willem Wittenberg, infirmier au centre des grands brûlés de l’Hôpital militaire et musicien fondateur de MusIC (un concept qui existe déjà en Hollande et au Royaume-Uni). « Une fois dans la chambre, l’improvisation est reine. On joue en fonction des réactions du patient. On essaie vraiment d’entrer en contact avec lui, de créer un lien. Au final, il arrive qu’il joue avec nous en battant la mesure ». Au total, 12 musiciens professionnels et musicothérapeutes se relaient au chevet de ces personnes en grande souffrance. « Aux soins intensifs, l’univers est stressant : il y a plein de lumières, du bruit, on vient sans cesse relever vos paramètres. Les patients sont généralement angoissés, stressés, souffrent et sont confus. La musique peut jouer un rôle sur l’anxiété, l’angoisse, le delirium, et les douleurs. Cela a été établi de façon scientifique : la douleur et la musique utilisent les mêmes terminaisons nerveuses qui vont au cerveau. En focalisant l’attention du patient sur la musique, son focus se détourne de la douleur ».

    Une musique diffusée par haut-parleur n’aurait pas le même effet. Le musicien, en live, a plus de pouvoir de captation. Selon la psychologue Bo Van den Bulcke, co-fondatrice du projet, ce genre d’activités permet de prévenir le stress post-traumatique lié au séjour aux soins intensifs.

    MusIC souhaite envoyer ses musiciens dans les autres centres pour grands brûlés du pays, au CHU de Liège et à Loverval (Charleroi) notamment.

    Par F. DE H.

     

    Source 

  • Attention un faux cabinet d’avocats leur réclame 470 euros, ils ont été victimes d’une arnaque téléphonique

    Lien permanent

    « Van den Brink », si ce nom vous dit quelque chose, c’est que vous avez été victime d’une arnaque. Ces derniers jours, plusieurs Liégeois nous ont alertés concernant des coups de téléphone suspects. Parmi eux, on retrouve Sébastien. Cet habitant de Slins raconte le moment où son téléphone a sonné : « C’est arrivé ce vendredi. À l’autre bout, j’ai entendu une voix d’une femme. Elle avait un accent flamand quand elle parlait ». Et le plus intéressant arrive : « Elle s’est présentée comme membre du cabinet d’avocats Van den Brink. Ça avait l’air sérieux ».

    « Ils étaient très agressifs »

    À Seraing, Eric, 38 ans, est victime de la même mésaventure : « Oui, moi aussi j’ai reçu le même coup de téléphone et je peux vous dire que ça avait l’air plus que sérieux ». Et pour cause, à l’autre bout de la ligne, des arnaqueurs avaient préparé tout un stratagème pour piéger leurs victimes.

    « Ils m’ont expliqué que j’avais parlé avec une agence de voyages l’année dernière. Apparemment, à ce moment-là, j’aurais souscrit à un abonnement pour recevoir un catalogue. J’avais alors 14 jours pour renoncer, mais je ne l’aurais pas fait », explique Sébastien. « Je vous avoue que ça m’a un peu inquiété. Elle avait beaucoup d’informations sur moi. Et en plus, on ne se souvient pas toujours des gens qu’on appelle pendant l’année. Il se passe tellement de choses ! Du coup, je me suis mis à lui poser des questions. Ça ne lui a pas plu ».

    Effectivement, le ton monte très rapidement et le cabinet d’avocats commence à menacer nos deux Liégeois : « Ils étaient très virulents et agressifs. Ils m’ont dit que si je ne payais pas 470 euros immédiatement, ils enverraient les huissiers chez moi. Et que je devrais alors payer 1200 euros ».

    Un mail détaillé

    Curieux, Sébastien demande tout de même à recevoir les informations en question. « Je voulais m’assurer à 100 % que c’était une arnaque ».

    En un instant, il reçoit un mail dans sa boîte de réception. Ce mail, d’apparence crédible, donnait beaucoup de détails. Il portait notamment le nom du cabinet, ses références, celles de Sébastien, mais aussi une demande claire de paiement : « Si quelqu’un ne fait pas attention, il peut très rapidement se faire avoir. Mais quelque chose clochait ».

    En y regardant d’un peu plus près, Sébastien se rend compte de quelque chose. Le numéro de compte présent dans le mail et auquel il aurait dû faire le versement, l’intrigue : « Il y avait beaucoup trop de chiffres. Je pense que c’est un compte qui vient de Turquie. J’ai appelé un ami policier qui m’a immédiatement conseillé de ne rien payer. Je n’ai alors plus répondu et j’ai bloqué le numéro ».

    Eric décide lui aussi de couper court à la conversation : « J’ai dit que je refusais. Ils m’ont menacé. J’ai alors demandé leur numéro. Ils m’ont répondu que ce n’était pas possible. Je voulais en parler pour éviter que ces arnaqueurs s’en prennent à d’autres personnes ». Vous voilà maintenant prévenus.

    STEFANO BARATTINI

    «Ils deviennent de plus en plus efficaces»

    Olivier Bogaert, commissaire à la Computer Crime Unit de la police fédérale connaît bien ce genre d’arnaques. « C’est un procédé classique. Ils vont jouer sur la crédibilité de l’arnaque. Parfois, ils font même des recherches sur internet pour essayer de trouver un nom qui est connu dans la région. Comme ça, quand les gens iront vérifier sur internet, ils verront que le nom existe bien ».

    S’il est un habitué de la chose, le commissaire avoue avoir remarqué des changements ces dernières années : « Maintenant on a affaire à des gens qui utilisent des bases de données qu’ils trouvent sur internet ou sur le darkweb. Ils parviennent à cibler dans ces bases de données qui possèdent des milliards d’informations. Cela vous est sûrement déjà arrivé de laisser votre numéro ou votre mail pour une réservation ou pour un achat. C’est comme ça que vos références se retrouvent sur ces bases de données. »

    Olivier Bogaert donne quelques conseils pour éviter de se faire avoir : « Quand ça vous arrive, il faut immédiatement le signaler sur le site du SPF Économie ou via cette adresse www.pointdecontact.belgique.be.

    On va vous demander de remplir un formulaire. Vous pouvez aussi vérifier si votre adresse mail se trouve sur des bases de données en allant sur monitor.firefox.com. Ça pourrait vous éviter de mauvaises surprise », termine le commissaire.

    Par S.B    STEFANO BARATTINI

     

    Source 

  • Avoir une activité complémentaire sans être taxé

    Lien permanent

    Avoir une activité complémentaire sans être taxé: le système mis en place il y a un an cartonne en Belgique

    Donner des cours de sport, aider une ASBL pour sa gestion administrative, garder des enfants… Toutes ces activités peuvent apparaître comme un bon moyen d’arrondir ses fins de mois. Surtout que, depuis un an, vous pouvez gagner jusqu’à 6.250 euros… sans taxe (montant indexé pour l’année 2019, NdlR). Une formule gagnante qu’ont choisie quelque 16.500 Belges depuis le 15 juillet 2018, date d’entrée en vigueur de cette disposition.

    Ici, pas besoin de s’inscrire comme indépendant complémentaire, ni même d’être engagé comme salarié. Seule contrainte : quelques démarches administratives puisque ces revenus doivent, malgré tout, être déclarés à l’ONSS.

    Travaux d’entretien, conférenciers, nettoyage de pierres tombales, garde d’animaux, transport de personne… Le choix est vaste ! Et les règles sont plutôt souples.

    Deux cas de figure se présentent : soit vous travaillez pour une association ou une administration publique – on parle alors de travail associatif –, soit vous rendez directement service à un autre citoyen. Dans le premier cas, un contrat doit être conclu pour indiquer la durée et la rémunération. Dans le second cas, l’accord peut-être verbal mais le travail doit rester occasionnel. Un voisin qui vous rémunère pour tondre sa pelouse, ça fonctionne. Mais passer ses journées à tondre les pelouses de vos voisins, ça ne passe pas.

    Que ce soit dans le cadre du travail associatif ou des services entre citoyens, ce sont les cours de sport qui rencontrent le plus grand succès. Entraîneurs de football, professeurs de fitness ou encore coaches sportifs sont les profils qui ont le plus recours à la pratique. En un an, 23.735 déclarations « sportives » ont été rentrées (une même personne pouvant en rentrer plusieurs, NdlR), pour un montant total de 24,5 millions d’euros. Soit 70 % du montant total déclaré dans le cadre des activités complémentaires exonérées d’impôts.

    Les sportifs avantagés

    Les sportifs bénéficient d’ailleurs de quelques avantages. Alors que le plafond mensuel est limité à 520,83 euros, les sportifs peuvent monter à 1.041,66 euros… à condition bien sûr de ne pas dépasser les 6.250 euros annuels. « Prenons le cas de quelqu’un qui prend 3 semaines de congé en été pour organiser un camp sportif. Avec une indemnité de 50 euros par jour, il arrive à un total de 750 euros pour cette période », justifiait à l’époque la ministre des Affaires sociales Maggie De Block.

    Sur la deuxième marche du podium, nous retrouvons les aides administratives lors de problèmes informatiques par exemple ou encore le classement d’archives. Les soins et aides aux personnes viennent en deuxième position : garde de personnes nécessitant de l’aide, accompagnement lors d’activités dans des structures spécifiques…

    Les guides touristiques et les travaux d’entretien des maisons et alentours complètent ce top 5.

    Être exonéré d’impôts sur un montant de 6.250 euros n’est cependant pas offert à tout le monde. Les indépendants, les pensionnés et les travailleurs à plus de 4/5e sont les seuls visés par la mesure. Pas les chômeurs. « Si un chômeur pouvait gagner un revenu supplémentaire sans payer d’impôts, cela pourrait créer un piège à l’emploi », estime le cabinet de la Ministre Maggie De Block. « De plus, comme les chômeurs ne paient pas d'’impôts sur d’autres revenus ou des cotisations sociales, ils ne se créent pas non plus de droits sociaux. »

    Il ne vous reste plus qu’à trouver le secteur qui vous botte. Mais la perspective de gagner 500 euros nets a de quoi en motiver plus d’un !

    Par SABRINA BERHIN

     

    Rendez-vous sur www.activitescomplementaires.be

     

    Source

  • Le vélo gagne du terrain par rapport à la voiture sur le chemin du travail

    Lien permanent

    +92,3% de Wallons allant bosser à vélo

    Désormais, 13 % des travailleurs belges enfourchent régulièrement leur vélo pour effectuer le trajet depuis le domicile, soit deux fois plus qu’il y a cinq ans selon une étude menée par le spécialiste RH Acerta.

    En Flandre, ce taux est de 15,2 % (+105,7 % depuis 2014). Dans le sud du pays, il n’est que de 0,9 %, mais la progression est similaire pour 92,3 %. Désormais, près d’un Wallon sur cent va bosser à vélo. Voici quatre ans, ils n’étaient que 4 sur 1.000. Il faut reconnaître que les plus grandes distances et les dénivelés en dissuadent plus d’un. Les Bruxellois sont plus assidus : 3,7 % de travailleurs ont opté pour la petite reine.

    L’origine de la popularité accrue du vélo sur le chemin du travail est a trouvé dans la diversification de ce moyen de locomotion : versions électriques et ses variantes comme la trottinette, ainsi que dans la volonté de limiter les émissions CO2. « Le marché du travail a aussi joué activement la carte du leasing vélo. Tous ces facteurs réunis ont donc clairement produit leurs effets », estime Laura Couchard, juriste chez Acerta.

    Les distances s’allongent

    Toujours selon l’étude, on observe un recul de l’âge moyen du travailleur à vélo. Il était de 40,04 ans en 2013 contre 41,38 ans en 2018. Les 50 ans et plus roulent aussi souvent que les moins de 35 ans. La distance moyenne parcourue entre la maison et le bureau augmente aussi, passant de 7,3 km à 9,4 km. Le groupe parcourant plus de 30 km pour aller gagner sa vie est passé de 5,5 % à 9,8 % pendant la période de référence. Cette hausse est en partie due au succès du vélo électrique.

    « Les employeurs mettent à disposition l’infrastructure nécessaire, voire propose des vélos de société. L’indemnité vélo est aussi pour bon nombre de personnes un déclencheur pour passer à ce moyen de transport », explique Laura Couchard. Un travailleur qui parcourt régulièrement un aller-retour de 20 kilomètres par jour peut percevoir une indemnité vélo nette allant jusqu’à 920 euros sur base annuelle. « De cette manière, vous récupérez rapidement le coût d’un vélo électrique, surtout si le vélo est proposé dans un plan cafétéria », souligne la juriste d’Acerta. Mieux encore, l’indemnité grimpe à 1.840 euros si l’on fait 20 km le matin pour aller bosser et la même distance le soir.

    « Les indemnités vélos ne sont pas une obligation légale, mais des accords à ce sujet ont été conclus dans pas mal de secteurs », rappelle Laura Couchard.

    Par YANNICK HALLET

    Un travailleur sur six les utilise à Bruxelles

     

    Outre le succès grandissant du vélo parmi les travailleurs, un pourcentage croissant d’entre eux opte pour le train, le bus, le tram ou le métro. La hausse de 51 % de ces usagers en cinq ans est toutefois nettement inférieure à l’augmentation des cyclistes (+104 % à l’échelle nationale).

    À l’heure actuelle, seulement 4,15 % des travailleurs usent des transports en commun. Une région se classe loin devant : Bruxelles. Le pourcentage y grimpe à 17,3 % (+71,8 % en cinq ans). En Wallonie, la progression quinquennale est de 21,9 %. Le taux d’utilisateur reste relativement bas avec 2,6 %. Comme pour le vélo, l’âge moyen du travailleur recule, 39 au lieu de 38 ans.

    L’intervention financière – obligatoire – de l’employeur demeure un incitant pour se tourner vers les transports en commun. Encore faut-il que l’offre en liaisons suive… « Ce n’est pas faisable pour chaque entreprise », reconnaît Laura Couchard d’Acerta.

    Par Y.H.

    Source

  • ‎Marche Adeps Warzée à l'école communale le 22 septembre 2019

    Lien permanent

    Marche Adeps Points Verts de l'Ecole Communale de Warzée
    Bar et petite restauration sur place
    5 - 5 PMR - 10 - 20

     

    Ecole communale de Warzée

    Marche Adeps Warzée

  • Découvre 3 sports pour seulement 30 euros dans toute la province de liège

    Lien permanent

    l’Académie provinciale des Sports.

    un produit du Service des Sports de la Province de Liège s’adresse aux enfants de 4 à 11 ans.

    Son principe est simple : chaque participant doit choisir trois sports différents.

    Chaque trimestre, il aura ainsi l’opportunité de découvrir une nouvelle discipline (chaque sport est pratiqué une fois par semaine durant 3 mois). 

    L’objectif de l’Académie provinciale des Sports est de permettre au sportif en herbe de trouver le sport qui lui convient réellement et, éventuellement, par la suite s’inscrire dans un club. Il s’agit également d’un service démocratique puisque l’inscription coûte seulement à 30 euros/ an. 

    De plus, nos moniteurs qualifiés assurent au participant une pédagogie personnalisée et adaptée à son âge (4 à 6 ans avec de l’éveil sportif, dont la psychomotricité et l’accoutumance à l’eau ou avec des baby sports, et de 6 à 11 ans avec de la découverte sportive). 

    Grâce aux villes et communes qui collaborent avec notre Service, des activités sont proposées dans toute la province de Liège,

    . Vous trouverez,  toutes les informations sur l’Académie et les sports proposés tout près de chez vous sur le lien : https://www.provincedeliege.be/fr/node/7104 

    Comme vous pourrez le constater, il y en a vraiment pour tous les goûts et nous espérons vraiment que les jeunes pourront trouver « basket à leur pied » grâce à l’Académie ! 

     Les inscriptions pour l’Académie, qui commencera le 30 septembre 2019, sont d’ores et déjà ouvertes.