Foot à Nandrin

  • Recrutement de joueurs REST Templiers Nandrin 2019-2020

    Lien permanent

    1b.jpg

  • LES PROJETS DE SÉRIES PROVICIALE 2A POUR TEMPLIERS-NANDRIN, PROVINCIALE 3A POUR TEMPLIERS -NANDRIN B

    Lien permanent

    Les projets de séries

    PROVICIALE 2A POUR TEMPLIERS-NANDRIN

    Amay
    Clavinoise
    Faimes
    Ferrières
    Momalle
    Hannut
    Jehay
    Seraing Athlétique
    Union Flémalloise
    Verlaine B
    Waremme B
    Xhoris
    Braives
    Templiers-Nandrin
    Vyla-Tharoul
    Beaufays

    PROVINCIALE 3A POUR TEMPLIERS -NANDRIN B 

    Couthuin
    Crisnée
    Fizoise B
    Fraiture Sport
    Haneffe
    Templiers-Nandrin B
    Huccorgne
    Huy B
    Ouffer-Warzee
    Racour
    Wanze/Bas-Oha B
    Warnant
    Burdinne
    Limont
    Oreye
    Wasseiges 

     

    source 

  • Templiers-Nandrin n’a pas joué à son niveau

    Lien permanent

    Oupeye 4

    Templiers-Nandrin 1

    Les buts :7e Montalbano (1-0), 44e Thiry (2-0), 51e Henrard (3-0), 65e Montalbano (4-0), 80e De Blaere (4-1).

    Visé :De Nicolo, Niedziolka (71e Kepenne), Pinsart, Philippe, Cakir, Ayar (69e Fassotte), Bovy, Vanhaverbeke, Thiry, Henrard, Montalbano (74e Lavet).

    Templiers-Nandrin :Hanosset, Degbomont, Morsat (63e Goffin), Hoven, Velter, Mare, Depouhon, Damsin, De Blaere, Di Pasquale (67e Guizzetti), Grégoire.

    Arbitre :M. Collard.

    L’entame de match était à l’avantage des Condruziens, qui se montraient menaçants via les flancs. Mais à la 7e minute, Montalbano ouvrait le score contre le cours jeu et donnait un premier coup sur la tête des Templiers. Les débats s’équilibraient, avant qu’Oupeye ne fasse le break juste avant la pause, après un numéro technique du même Montalbano, qui servait parfaitement Thiry. Quelques minutes après le repos, Henrard, bien esseulé sur la droite, tuait déjà tout espoir pour les Nandrinois. Malgré un sursaut d’orgueil, c’est donc Montalbano qui portait le marquoir à 4-0, un score que peu de monde aurait imaginé avant cette « rencontre des champions ». La réduction de De Blaere n’était qu’anecdotique. Templiers pouvait être déçu de ce revers, après avoir survolé son championnat en enchaînant les scores fleuves. Cette défaite par trois buts d’écart est une première pour terminer la saison. « Nous n’avons pas joué notre jeu, en faisant trop de longues courses et en usant des longs ballons », lâchait Fabrice Piters. « Oupeye a bien joué le coup en contre. C’est décevant de voir que certains n’étaient pas à leur niveau habituel. Félicitation à notre adversaire qui était plus motivé. C’est une bonne leçon pour la saison prochaine en P2A, où nous devrons aller à la guerre. »

     

    MAXIME HENDRICK

    Source 

  • Aujourd'hui dimanche Templiers-Nandrin a l’occasion de signer non pas un doublé mais un triplé

    Lien permanent

    Mais attention car l’autre finaliste, Oupeye, ne sera pas un oiseau pour le chat puisqu’il a décroché… 83 points en P3B. Difficile donc de rêver finale plus relevée. « On mérite notre place car on a éliminé deux équipes qui montent en P2 (Heusy et Rocherath), en plus d’Elsaute et Aubel, qui n’étaient pas des cadeaux », explique Fabrice Piters. « Contre Oupeye, on devrait assister à un match équilibré entre deux équipes qui jouent au foot. Notre avantage, c’est peut-être de jouer sur le synthétique car nous avons plus de joueurs techniques. Eux, ils peuvent compter sur un peu plus de puissance et sur deux bons attaquants. C’est un bloc solide, qui ne nous laissera pas des boulevards. De notre côté, on sait qu’on peut toujours marquer des buts. Je m’attends donc à ce que cela se joue sur des détails, comme, par exemple, la chaleur. Certains aiment, d’autres pas. Cela se joue beaucoup dans la tête. »

    Templiers-Nandrin jouera sans pression. « Ce n’est pas une finale de coupe d’Europe », relativise le T1. « On doit prendre du plaisir, s’amuser et ne rien regretter. On tentera d’imposer notre jeu comme on le fait chaque fois, sauf à Rocherath où on a subi. On a pas mal d’expérience dans l’équipe mais il y en a en face également. C’est aussi pour moi l’occasion de retrouver Jean-Marc Bourdouxhe, avec qui j’ai joué en juniors au Standard début des années 80. Au bord du terrain, il sera plus chaud que moi (rires). »

    L.M.

    Source 

  • Templiers-Nandrin B en P3 !

    Lien permanent

    Du côté de Nandrin, la victoire ne fut pas une sinécure puisque le score de 2-1 en faveur de Templiers a mis longtemps à se dessiner. En première période, le 0-0 traduisait bien l’équilibre existant entre les deux formations. Mais après la pause, la rencontre s’est animée et Templiers-Nandrin a du batailler ferme pour s’imposer puisque ce sont les Spadois qui avaient ouvert la marque (68e, Mathieu).

    Heureusement, Jean Sauvage a claqué un doublé salvateur (70e et 79e sur pénalty).

    « C’est fait ! », souriait Laurent Pahaut, le coach. Après l’échec d’il y a deux ans et le titre « pour rien » de l’an dernier, c’est en effet la bonne. « Vu notre saison, je pense que c’est mérité. A 2-1, on a su parfaitement gérer notre fin de match. Spa n’a plus que balancer des ballons sans se créer d’occasions. Je pense aussi qu’ils ont un peu craqué physiquement. »

    Wasseiges rejoint Templiers

    A Horion, Wasseiges a également vécu un match animé puisque l’équipe a été menée à deux reprises avant de finalement s’imposer 3-4. « Un match digne d’un tour final », souriait Vincent Gemine, le coach. « Pour être honnête, on est tombé face à une belle équipe d’Horion qui nous a mis en difficulté. »

    Il aura notamment fallu un grand Guillaume Courtois, auteur d’un triplé (26e sur pénalty, 39e et 78e) pour renverser la vapeur. Alors que le score était de 2-2 à la pause, Wasseiges a su faire le break au bon moment en seconde période. « Une victoire au caractère », analyse Gemine.

    Voilà donc Wasseiges en P3 !

    « En début de saison, l’objectif était de se qualifier pour le tour final.

    Une fois qu’on y est, on s’est pris au jeu et on a joué sans aucune pression, à part peut-être un peu aujourd’hui. »

     
     
  • N° 7 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.
    Le 7ème « Souvenir »  (et dernier) est une interview de Dany Poncelet rapportée par HD.

    dp.jpg

     

    Depuis 28 ans, Dany Poncelet vit en rouge et noir.
    Confidences d’un dirigeant passionné et enthousiaste.

    Plus de 28 ans de carrière aux commandes d’un club de football, ce ne sont pas les souvenirs qui manquent.

    Non, des bons et des moins bons ! J'ai vu défiler des dizaines de joueurs, j'ai connu trois déménagements, j'ai accumulé un nombre incalculable d'anecdotes. Templiers, c'est pour moi une formidable aventure !

    Au registre des bons moments, je me souviens très bien de la génération des Vanesse, Guiot, Gerday, Orban et compagnie. On avait éliminé l’Union Hutoise en coupe de Province.

    Mon meilleur souvenir, du moins le plus marquant, c'est malgré tout notre parcours brillant en coupe de Belgique la saison passée. Pour un dirigeant d'un club comme le nôtre, c'est fabuleux !

    J'ai vécu aux côtés de l’équipe un morceau d'histoire qui risque de figurer dans les annales du R.C.S. Templiers. En 28 ans en tant que comitard, j'ai aussi connu des mauvais jours. Des amis, des supporters, des joueurs qui nous ont quitté trop tôt. Nous aurons une pensée pour eux en cette année d'anniversaire.

    Gérer un club de football, même au niveau provincial, ça n’est pas simple.

    La gestion quotidienne d'un club demande un investissement important. Il faut entretenir les installations, assurer la gestion financière, courir après l'argent, suivre de près les équipes de jeunes et apporter un soutien fidèle à l’équipe 1ère. Les saisons de football sont de plus en plus longues, il y a très peu de temps pour souffler ; pour penser à autre chose qu'au championnat lui-même.

    Sans une solide et dynamique équipe de bénévoles, c'est impossible de faire vivre un club.

    Depuis peu, la commune de Nandrin a fait l'acquisition des installations, est-ce que cela va changer quelque chose pour le club ?

    Cette solution permet au R.C.S. Templiers d'envisager sereinement l'avenir. Nous sommes soulagés !

    À l'avenir, nous allons être débarrassés de l'entretien des installations, c’est une bonne chose. L'ASBL R.C.S. Templiers va devenir locataire de l'administration communale ; nous allons verser un loyer annuel. Sur le plan sportif, il est encore trop tôt pour savoir de quoi notre avenir sera fait. Mais je pense et je ne suis pas le seul que nous sommes dans le bon.

    Peut-on dire qu'il existe un « esprit Templiers » ?

    Je crois, car même si le club a toujours fait venir un nombre important de transferts, ceux-ci étaient accompagnés par quelques joueurs fidèles au club. À chaque époque, il Y a eu une génération de jeunes qui ont grandi ensemble, c'est une des forces du R.C.S. Templiers : cette harmonie entre un groupe bien installé et des renforts extérieurs.

    Du point de vue sportif, je remarque que peu de joueurs demandent pour aller tenter leur chance ailleurs. J'en déduis qu‘on n’est pas si mal à Templiers !

    Comment voyez-vous l'avenir du club ?

    Ça dépend un peu des résultats de cette fin de championnat. Mais je crois que ça ne devrait pas changer grand-chose. On dispose d'une équipe performante, d'un comité dynamique, d'un groupe de bénévoles efficaces, je suis confiant.

    Je vois qu'il y a une relève de jeunes enthousiastes, c'est encourageant. J'espère qu'on pourra aligner une équipe dans chaque catégorie : ce serait une très bonne chose. J'espère aussi que sur le plan financier, on aura encore quelques coups de pouces généreux. Mais dans l’ensemble, je suis confiant…

     

    C’est ici que s’arrête cette série de 7 épisodes pleins de souvenirs des 75 premières années du RCS Templiers.
    Dans une prochaine série nous retracerons les années 1997 jusqu’à l’anniversaire du Centenaire en 2021 !

     

    Si vous nous avez suivis durant ces 7 semaines nous vous en remercions et vous en savez un peu plus sur l’histoire de Templiers qui jouera la saison 2019-2020 en 2ème provinciale avec de l’ambition.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • N° 6 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

    Le 6ème « Souvenir » est une carte de visite de RCS Templiers, en 1996, décrite par HD (Hugues Dorzée - je suppose).

     

    « Templiers aujourd'hui (1996) c’est :

     

    Un comité dynamique composé de Dany Poncelet, Gilbert Haccart, José Meunier, Jacques Daubenton, Roméo Del Bel Belluse, Aimé Paquay, Pierrot Opitom, Joseph Renson et Jean-Marie Werny.

     

    Trois terrains (deux pour les matches et un d'entraînement), deux buvettes et quatre vestiaires. Depuis peu, ces installations appartiennent à l'administration communale de Nandrin.

     

    Une équipe compétente et enthousiaste de fidèles bénévoles : Denise, Maria, Paul, Francine, Emile, Jean-Claude, Claudy, Paul, Michèle, Valérie, et les autres. Pour entretenir et marquer les terrains, servir au bar, organiser les soupers, tenir les entrées, laver les vestiaires. Sans eux, le club ne pourrait pas fonctionner.

    Cet anniversaire est aussi le leur.

     

    Une série de généreux sponsors de l'entité et d’ailleurs.
    Autant de soutiens précieux...

     

    Plusieurs équipes de jeunes : les diablotins (20) entraînés par Frédéric Collard et Christian Philippot ; les préminimes (30) - Lionel Giot et Ric Tourneur, Frédo Verdone et Valérie Garreyn ; les minimes (18) - Jean-Pierre Hody et Joseph Renson ; quelques cadets répartis dans plusieurs clubs ; les scolaires (15) - Patrick Beaufort ; les juniors (15) - Bernard Mossoux et Aimé Paquay.

    Une équipe réserve entraînée par Francis Buron et encadrée par Paul Gareyns.

    Une équipe première, dirigée par Francis Buron, accompagné de Jean-Marie Werny : Michaël Mélon, Vincent Mathelot, Raphaël Defgnée, Daniel Blanco, Hugues Dorzée, Vincent Vanstiepelen, Bernard Mossoux, Xavier Moreau, Eric Rolans, Paul Eloy, Sylvio Ferro, Marc Pétiraux, Dimitri Pilowski, Olivier Salé, Stéphane Colette, Luc Leroux, Romuald Eloy, Jean-Paul Fraiture et Fabian Savy. »

     

    fb.jpg

    Francis Buron

    Entraîneur Equipe 1ère Champion 1984-85
    et plusieurs titres dans les équipes d’âges Minimes / Juniors.

     

    Le prochain et dernier « Souvenir » sera une interview de Dany Poncelet, réalisée par HD.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • Les terrains synthétiques du foot de Nandrin vont être analysés

    Lien permanent

    Suite à quelques problèmes administratifs (envoi tardif des convocations par mail suite à un souci informatique), le bourgmestre Michel Lemmens a pris la décision ce lundi de reporter au prochain conseil l’ensemble des points nécessitant un vote afin d’éviter toute faute ou manquement.

    Toutefois, lors de l’ouverture de l’ordre du jour, le bourgmestre a fait savoir que la commune avait obtenu le feu vert de la ministre en charge des infrastructures sportives, Valérie De Bue, pour l’analyse du terrain synthétique du club de foot de Templiers-Nandrin afin de s’assurer de la conformité du matériau.

    5.000 euros

    Depuis la diffusion du reportage consacré aux terrains synthétiques de « Questions à la Une », qui laisse planer un doute sur la dangerosité de ces terrains, de nombreuses communes avaient réagi, dont celle de Nandrin. « Nous avons eu l’accord de la ministre et nous avons dès lors déjà désigné un laboratoire qui prendra en charge l’analyse du terrain », souligne le bourgmestre.

    Ce contrôle a un coût de 5.000 euros et a obtenu une subvention de 1.000 euros par la Région.

    En cas de résultats non conformes aux seuils plus stricts désormais imposés, la Région wallonne subventionnera les travaux nécessaires à la mise en conformité, quel que soit le matériau de remplissage choisi. « Si nous sommes en deçà des normes, il n’y a pas lieu de remplacer les billes.

    J’espère évidemment que nos billes ne sont pas dangereuses mais d’un côté, nos terrains ont près de sept ans et ils ont une durée de vie de dix ans, reconnaître leur toxicité nous permettrait de les changer à moindre coût. Et si la toxicité est avérée, nous interdirons l’accès des terrains jusqu’à leur remplacement », continue Michel Lemmens. 

    Lors de l’introduction de l’ordre du jour, le bourgmestre a également fait savoir que le Rapido Bus devrait être opérationnel d’ici la fin du mois.

    Par ailleurs, le conseiller de l’opposition (PNC) a souhaité savoir si le buste d’Ovide Musin, retiré de son emplacement suite aux travaux de la nouvelle administration, allait retrouver une nouvelle affectation.

    Ce à quoi le Collège a précisé que le buste, d’une tonne et demie pour 1m75, allait très prochainement être replacé dans le hall d’entrée de l’administration communale.

    PAR LA.MA

     

    Source 

     

     

  • N° 5 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré du journal « Carrefour Été 1995 » en page 9.

    Le 5ème « Souvenir » est un reportage lors de la montée du Club en 2ème et écrit par l’équipe qui réalisait le bulletin communal « Carrefour » à l’époque.

    RCS TEMPLIERS : Enfin la 2ème Provinciale pour la saison prochaine !

    A l’aube de son 75ème anniversaire (1921-1996), le Royal Cercle Sportif Templiers est champion de la 3ème Provinciale C.

    Voici plusieurs saisons que l’équipe 1ère échoue sur le fil.

    Enfin ! Après un parcours exemplaire en Coupe de Belgique, vainqueur notamment de l’Union Hutoise, mais éliminé avec honneur par un club de la région anversoise, Cappelen (division III nationale), les Templiers n’ont cessé de dominer le championnat 1994-95 de leur série.

    A 3 journées de la fin, c'était la consécration. Le 16 avril 1995, sur le terrain d’Ouffet, dans la joie que l’on devine (Voir la photo), les hommes de l’entraîneur Francis Buron, offraient au comité et aux fidèles supporters, le titre tant convoité.

    Au nom du RCS Templiers, Monsieur Dany Poncelet, secrétaire, nous écrit :

    MIEUX CONNAITRE NOTRE CLUB.

    Le Cercle Sportif Templiers aura 75 ans au cours de la saison 1995-96.

    Notre club évoluera après de nombreuses années de pénitence, en 2ème Provinciale A. Pendant la saison qui vient de s’achever, nos joueurs nous ont laissé beaucoup de promesses pour l’avenir.

    Un nombre considérable d’affiliés est venu rejoindre les rangs du RCS Templiers. Cela débouche sur la possibilité de créer des équipes dans toutes les catégories d’âge (parfois deux).

    Ainsi, notre club entame une seconde jeunesse et, pour cela, nous encadrons nos jeunes par des garçons plein de dévouement et de connaissances footballistiques, le tout teinté de notions pédagogiques.

    Inscriptions et renseignements : Monsieur Dany Poncelet …

    t95a.jpg

    t 95 b.jpg

     

     

    La saison 1994-95 est une belle année pour Templiers ; des jeunes aussi sont CHAMPIONS

    Les diablotins de Templiers, catégorie réservée aux enfants de 6 à 8 ans, évoluaient cette saison, dans la série 13 et en furent l'équipe la plus régulière. Ils enregistrèrent une seule défaite lors de la première journée de championnat à Marchin. Par la suite, deux matches nuls contre Les Avins et Modave, et quinze victoires les récompensèrent de leurs efforts. L'une des plus belles de ces victoires fut sans aucun doute, celle arrachée 1-0 lors du match retour contre Marchin, au cours d'une rencontre haute en intensité.

    Au-delà de cette belle régularité, les responsables de l'équipe sont fiers de leurs petits gars pour la mentalité exemplaire qu'ils ont témoignée tout au long de la saison. Celle-ci leur a permis de progresser tant au niveau individuel que collectif, pour nous permettre d'assister à d'agréables rencontres ponctuées d'actions de jeu de belle facture, dignes d'un match de grands.

    Aujourd'hui, les plus « chevronnés » sont parés pour effectuer le grand saut vers la catégorie des préminimes, tandis que les autres pourront épauler efficacement les petits nouveaux qui vont les rejoindre à l'aube du prochain championnat.

    A tous, nous souhaitons une bonne continuation dans la discipline qu'ils ont choisie et que, pour la plupart, ils vénèrent. Par amour pour ce sport, qu’ils conservent à la fois le respect de l'adversaire, le goût de l'effort qui leur permettra de progresser encore, et cet esprit de camaraderie qui fut la véritable empreinte de leur remarquable saison !

     

    t95c.jpg

    Au RCS Templiers, avec une équipe de Diablotins victorieuse de sa série et une équipe de Préminimes championne, la relève semble bel et bien assurée à long terme …

    Félicitations à tous !

     

    L’équipe des Diablotins Champions lors de la saison 1994-95

     

    « CARREFOUR » présente à tous ceux qui ont œuvré pour ces succès, ses sincères félicitations et leurs souhaite une fructueuse saison 95-96.

     

    Le prochain « Souvenir » reprendra « la carte de visite RCS Templiers en 1996 écrite par Hugues Dorzée.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • N° 4 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

    Le 4ème « Souvenir » est une série de souvenirs et anecdotes rapportée par Hugues Dorzée lui-même.

     

    « La génération « Marchal »

    Comme la plupart des gamins du village, mes parents m'avaient inscrit au R.C.S. Templiers. Je me souviens encore de ce terrain pentu, rempli de bosses, dans la campagne de Villers ; de mon premier match sous la pluie et dans la gadoue ; des douches tièdes ; de ce dégagement mémorable de Victor, le keeper de première, qui avait abouti immédiatement dans le but adverse ; de Patrick Dussart, le capitaine des « grands » et de son fameux coup de tête. Peu de temps après, le club a déménagé. Il est venu s'installer dans le village voisin, le mien, Yernée-Fraineux.

    Mes premières années rue du Péry sont associées à un nom, celui d'un homme passionné et généreux, Henri Marchal. « Monsieur Marchal » comme on l'appelait ! Entraîneur, confident, grand-papy, ami, conseiller sportif ; il était tout pour nous. Je le vois encore, avec son inséparable casquette, ses chaussures à crampons et son grand manteau beige. Je l’entends encore, d'ici, nous transmettre tout son savoir, avec une patience immense et une tendresse infime.

     

    Premiers chants de victoire

    Après quoi, il y a eu les « années minimes », dont un titre de champion sous la houlette de Francis Dupont. Que de souvenirs ! Les déplacements dans son Alfa Sprint, les fous rires entre copains, les délicieuses glaces de la Terrasse du Soleil, les encouragements de Roméo, les coups de klaxon de Georges, notre plus fidèle supporter, notre ami à tous, etc... Puis, on est monté en cadets, scolaires et finalement juniors. Toujours avec les mêmes copains. Une fameuse bande. Inséparables, on était. Tous du village, ou presque. Le mercredi et le dimanche, on se retrouvait.

    Le foot, c'était un peu notre deuxième famille. Ensemble, on a grandi. Ensemble, on a traversé un morceau de l'histoire du club. Fidèles et passionnés. Plusieurs années de joies et de bons moments partagés, parmi lesquels, deux titres de champions. Un premier, en 1987, aux côtés de Michel Motter. Un second, l’année suivante, avec Francis Buron. Ah, ce fameux match gagné de justesse à Seraing Athlétique !

    Quelle troisième mi-temps !

    Nos premiers chants de victoire ; la douche arrosée au champagne, sous le regard amusé des parents ; la cuite mémorable de Xavier et celle de Yves quelques semaines plus tard.

     

    Puis, vint le temps de nos premiers pas en équipe première. Encadrés par Gauthier Nakasila, Eddy et Yves Hendrix, Carlos Martinez et les autres. Timidement, un à un, nous nous sommes imposés. Depuis, plusieurs saisons se sont écoulées. Des bonnes et des moins bonnes, comme partout ailleurs. Avec de bons et de moins bons souvenirs. Le plus marquant étant, sans aucun doute, le titre en troisième de 1995. Une mémorable campagne ponctuée par un superbe tour en coupe de Belgique.

    Les organisateurs de la fête de Villers s’en souviennent encore aujourd'hui.

     

    Templiers fête ses 75 ans. (C’était en 1996)

    Le R.C.S. Templiers fête cette année son 75ème anniversaire. Événement est de taille.

    Avec lui, nous fêterons quinze ans de notre histoire. À cette occasion, nous ouvrirons, nous aussi, notre carnet de souvenirs. Celui d'une bande de petits garçons devenus grands... »

    Hugues DORZEE

    t n4.png

    L’équipe championne en 3ème Provinciale de la saison 1994-1995

     

    Le prochain « Souvenir » sera un reportage de la belle saison 1994-95 tiré du journal Communal « Carrefour ».

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • N° 3 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

    Le 3ème « Souvenir » est un entretien avec Victor Beaujean, ancien gardien de Templiers, fils de Victor, une autre gloire du club rouge et noir, rapportée par HD (Hugues Dorzée - je suppose).

     

    « Mes premiers souvenirs remontent au début des années 70.
    Le terrain se trouvait à cette époque dans le Parc Billon, en face de chez Rorive, à Villers.

     

    Je suis de la génération de T. Coulée, P. Delvaux, P. Michotte, Ch. Beaujean..

     

    Il n'y avait pas d'équipe de jeunes. On a tellement insisté auprès de nos parents, qu'ils ont décidé d'en créer une. On a joué ensemble jusqu'en juniors. On n'avait pas d'entraîneur, on se débrouillait pour faire l’équipe. Mais avant tout, on formait une super bande de copains.

     

    Quelques-uns ont fait leur entrée en première, aux côtés de Pol Meunier, Monsieur Templiers. Pour nous, il incarnait la sagesse et l'expérience, c'était le patron de l'équipe.

     

    Petit à petit, le club a grandi. Nous sommes venus rue des Six Bonniers. Templiers a investi, on a construit une buvette et des vestiaires. Ce n’était pas le grand luxe, mais c'était suffisant. On a passé quelques belles années. L'effectif était d'un bon niveau et le club avait une bonne réputation.

    Les gens du village venaient nous voir régulièrement. Mais il y avait une vieille querelle entre Fraineux et Villers, il a fallu un certain temps pour qu'elle disparaisse. Parfois, il Y a encore quelques relents de cette rivalité.

     

    En 75 ans, Templiers a connu des hauts et des bas. Il y a eu quelques ratés, mais globalement, je pense que le club a bien évolué. Il suffit de regarder autour de soi. Dans la région, le football ne se porte pas trop bien. On ne peut pas dire qu'il y ait véritablement un esprit TEMPLIERS, mais chaque génération formait un ensemble cohérent, capable de faire bonne figure.

     

      bj1.jpg

     

    bj2.jpg

    Victor Beaujean : on formait une fameuse bande de copains !

     

    Le prochain « Souvenir » reprendra des souvenirs et des anecdotes racontées par Hugues Dorzée lui-même.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • N° 2 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

    Le 2ème « Souvenir » est une interview de René Paques et de Joseph Radelet rapportée par HD (Hugues Dorzée - je suppose).

     

    « En 1946, pour la première fois de son histoire, Templiers accédait en première provinciale. Conversation avec René Paques et Joseph Radelet, deux figures marquantes de cette époque glorieuse.

     

    En 1941, Templiers jouait sur un terrain situé dans le pré de chez Godbille, près des remparts de la Commanderie. On portait des magnifiques chandails rouges et noirs tricotés par les femmes du village. Jules Châtelain, Châtelain comme on l’appelait, s'occupait de récupérer les maillots, il n'était pas question de les reprendre chez soi.

    C'était lui qui faisait tout dans le club. Il n'y avait pas d'équipe de jeunes, on commençait à 15 ans, soit en première soit en réserve.

    C'était l'époque des Piron, Poisseroux, Coulée, Schmidt, Radelet, Caprasse, Ziane, l'équipe glorieuse qui a gagné le championnat 45-46 en 2ème régionale. On est monté en première régionale. Nous étions toujours 11 joueurs, pas un de plus, il fallait composer avec. À l'époque, on ne pouvait pas faire de remplacements.

     

    Il n'était pas question d'argent. Parfois les supporters faisaient une cagnotte pour un match important. Le prix d'entrée était fixé à 20 Frs. A l’époque, le p'ti blanc coûtait 5 Frs.

     

    Dans la région, il y avait plusieurs clubs, Nandrin, Tinlot, Saint-Séverin et Fraineux, notre rival à tous. Pour le derby, il y avait parfois 500, 600 personnes. Entre eux et nous, c'était la guerre froide.

     

    Quand nous sommes montés en première provinciale, le club a déménagé rue des Six-Bonniers. Le samedi, on enlevait les vaches et on nettoyait le terrain pour le dimanche !

     

    C'était la belle époque ! On pratiquait un football très offensif. On jouait la tactique du « W-M » :
    3 derrière, 2 sur les ailes et 5 attaquants. On marquait un nombre important de goals par saison.

    Après les matches, c'était toujours la fiesta. I| y avait des supporters dans tous les cafés, ils nous offraient à boire jusqu'au bout de la nuit.

     

    Les entraînements ?

    Il n'y en avait pas. Parfois on courait un peu pour garder la forme. Mais le dimanche, on se défonçait. C'était souvent engagé et parfois très musclé !

     

    Tout le monde voulait venir à Templiers, c'était le club en vogue du moment.

    Et puis l'ambiance était réputée aux quatre coins du Condroz. »

    2.jpgPol Meunier : Monsieur Templiers !

    Capitaine des Rouge et Noir pendant plus de 20 ans.

     

     

    Le prochain « Souvenir » sera une interview de Victor Beaujean, toujours par HD.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • Recrutement de joueurs à R.E.S Templiers Nandrin

    Lien permanent

    52999948_383128272508474_6139465744573792256_n.jpg

    Pour infos clic sur l'image 

  • Trois jours après le titre, le président Francis Dupont dévoile les ambitions des Templiers

    Lien permanent

    Président, comment avez-vous vécu ce titre ? 

    Je vous avoue que la veille, j’étais un peu stressé. Nous avions tout préparé pour fêter ce titre, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Il y avait aussi un risque de remise. J’ai vécu ce match avec des supporters et mon épouse. Cela n’a pas été si facile que cela, Fraiture a manqué d’égaliser, mais nous avons émergé. La fête a été belle, nous étions tellement dans l’euphorie que nous n’avons pas pensé à manger. J’ai d’ailleurs eu un peu mal aux cheveux lundi matin (rires). Mais bon, ce n’est pas tous les jours qu’on gagne un titre. Surtout que nous pouvons en gagner un 2e avec la P4 (NDLR : 2e à un point d’Aywaille B) et qu’il reste encore la Coupe de la province.

    Dès le départ, Templiers a assumé son statut de favori. Vous n’avez jamais douté du titre ?

    Non, car on a décollé dès le départ en prenant beaucoup d’avance. Il y a bientôt un an, Fabrice Piters nous a proposé de relancer une équipe avec des joueurs qu’il connaît. On lui a fait confiance et il a tapé dans le mille. Il connaît parfaitement son noyau et il l’a bien géré. Il y a juste eu deux couacs (NDLR : défaites à Haneffe et contre Huccorgne) qui étaient dus à un petit relâchement.

    Vous êtes président depuis l’été dernier, vous ne pouviez pas rêver mieux pour votre première saison sous cette fonction.

    C’est clair qu’une telle saison ne se reproduira peut-être plus jamais pour moi (rires). Ce sacre est une belle récompense pour le travail de tout le comité. J’y suis revenu en avril 2018 et le CQ, Paul Henrotay, m’a demandé si je voulais être président. Je suis dans ce club depuis 40 ans, j’y ai été joueur, entraîneur des jeunes et même arbitre ! Je connais Templiers-Nandrin sur le bout des doigts et c’est naturellement que j’ai accepté ce rôle.

    Y a-t-il des changements prévus dans le comité ?

    Thierry Coulée, qui fait partie du comité depuis deux mois, deviendra dès le mois d’août coordinateur des jeunes. C’est une tâche assez ardue, avec nos 300 jeunes. Nous aimerions intégrer deux nouveaux jeunes à la P2, la saison prochaine, afin qu’ils prennent de la bouteille. Thierry deviendra peut-être aussi directeur technique, mais c’est encore à décider lors d’une prochaine assemblée générale.

    La majorité du noyau actuel semble partant pour rester et vous avez déjà attiré Mike Janin (Tilleur). Quelles seront vos ambitions en P2 ?

    On table sur le top 5 pour commencer, on ne va pas dire qu’on veut jouer le titre. Je n’aime pas fanfaronner ni mettre une pression inutile sur les joueurs. C’est vrai qu’avec Mike Janin, les ambitions sont automatiquement à la hausse. C’est un gars du cru, il habite Nandrin et son fils joue chez nos jeunes. Dans l’ensemble, tout le monde veut rester à Templiers, nous donnons la priorité à nos joueurs puis nous ajouterons l’un ou l’autre renfort. Mais nous ne ferons pas de folies financières, nous voulons avant tout stabiliser le club en P2. Si nous devons un jour monter en P1, ce sera avec un club sain. C’est dans un coin de notre tête.

     

    Article de MAXIME HENDRICK

    Source 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/res-templiers-nandrin-est-champion-2019/

  • Templiers-Nandrin, premier champion de la province en P3A !

    Lien permanent

    Une victoire suffisait ce week-end pour s’assurer une montée en P2, un an seulement après l’avoir quittée. Lors du derby face à Fraiture, les Templiers n’ont pourtant pas tout le temps eu la vie facile. « Nous avons mené 2-0 après 20 minutes, puis notre adversaire a réduit le score d’un tir lointain après la pause », explique le coach, Fabrice Piters. « Nous ne savions alors pas si nous devions attaquer ou bien rester tranquille et gérer le résultat. On s’est un peu fait peur. Fraiture a failli faire 2-2, mais nous avons aussi raté des occasions. Fraiture a joué le coup jusqu’au bout, chapeau à lui. Le principal pour nous était la victoire et donc le titre. » 

    Une fête bien arrosée

    Dès le coup de sifflet final, une belle fête s’est mise en place pour célébrer ce sacre. « Cela fait deux heures que nous faisons la fête dans le vestiaire, nous allons seulement monter à la buvette », rigole Fabrice Piters. « Je suis content pour mes joueurs qui sont une vraie bande de copains. Malgré leurs qualités supérieures à la série, ils ont été sérieux et appliqués tout au long de la saison. Nous remportons ce titre avec la manière et nous allons faire la fête avec les supporters. Fabrice Pavone (NDLR : le coach de Fraiure) et certaines personnes de leur comité se joignent à notre fête. Personnellement, il s’agit de mon 2e titre après celui gagné il y a 11 ans avec… Fraiture. » 

    Templiers-Nandrin pourrait bien fêter deux sacres cette saison, puisque la P4 est actuellement 2e à un point d’Aywaille. « Elle est revenue pour faire la fête avec nous. Ce serait magnifique pour le club d’être champion deux fois la même saison. De notre côté, ce titre n’est pas l’apothéose de notre saison car nous sommes toujours en lice en Coupe de la Province. Après avoir remporté la Coupe du Condroz et maintenant le titre, nous visons le triplé ! C’est notre gros objectif de fin de saison », termine l’entraîneur, qui peut se targuer d’être le 1er champion de la province.

    Article de MAXIME HENDRICK

     

    Source 

  • RES Templiers-Nandrin est Champion de la 3ème Provinciale A et monte en 2ème.

    Lien permanent

    En arrivant au terrain du Péry, sous un gros nuage noir, je m’étonne de ne pas voir le parking bondé, malgré l’enjeu du match et les annonces faites pour attirer du monde.

    Durant l’échauffement, le vilain nuage noir a blanchi tout le terrain de grêlons bien froids.

    Les derniers tests de la sono sont faits, un repas était proposé, en avant match, aux fidèles du Club, preuve que du côté de la buvette et des supporters, qu’il ne fait aucun doute que le titre sera au bout des 90 minutes de ce derby condrusien contre Fraiture Sport…

    54256870_2917746741585676_7911116247817781248_n.jpgL’arbitre sort des vestiaires, suivi des joueurs des 2 équipes pour se rentre au centre du terrain et se placer face aux supporters. Les joueurs de Templiers sont accompagnés de jeunes du Club (U7 à U10) qui affichaient un large sourire.

    Dans les parents des jeunes, on entend, « Sur le terrain, y a longtemps que pour un match de première il y ait autant de joueurs, formés dans l’école des jeunes de Templiers. »

    54257702_2917746864918997_825117896790245376_n.jpg

    Les enfants partis, c’est certainement le moment le plus émouvant. Voir le trio s’avancer pour donner le coup d’envoi, Sandrine Markadieu (du Café des Sports de Villers-le-temple) qui offrait le ballon du match, Louis Delrée, cheville ouvrière du club durant de nombreuses années et surtout, Jules Marquet  qui a joué de très nombreuses années pour défendre les couleurs des rouge et noir. C’est d’ailleurs, Jules Marquet qui met le ballon en jeu !

    Templiers choisi de laisser le ballon aux adversaires pour pouvoir commencer le match avec le vent dans le dos. Choix judicieux, puisque Templiers prend rapidement des commandes du match et ouvre le score. Ensuite s’en suivent de nombreuses occasions qui auraient déjà pu plier le match. Mais il faut attendre un pénalty pour faire trembler les filets de Fraiture une 2ème fois. Templiers continue à pousser et les occasions s’enchaînent, mais sans finition !

    À la rentrée au vestiaire, Fabrice Piters (T1) et Philippe Di Stéphano (T2) n’ont pas l’air rassurés, la seconde mi-temps se jouera face au vent.

    C’est rapidement que Fraiture, ayant modifié son occupation du terrain, presse haut et ce pressing leur réussi. Templiers est déstabilisé et perd son jeu. Il faut dire que Fraiture a beaucoup misé sur son physique et multiplie les fautes.

    Le calme de Templiers prendra du temps à se réinstaller dans le groupe et c’est en toute fin de match que 2 nouveaux buts locaux (85’ et 87’) viennent ponctuer ce match sur le score de 4-1.

    Cette nouvelle victoire offre donc à Templiers le titre de Champion en P3A.

    Après les traditionnelles poignées de mains entre les joueurs, place aux chants de victoire et les bouteilles de champagne peuvent être ouvertes. C’est avec un T-shirt arborant fièrement « CHAMPION P3 2018-2019 » que les joueurs continuent ou commencent la fête.

    De cette réjouissance, Fabrice Piters, copieuse arrosé de champagne peut être fier !

    Vous retrouverez en photos, ci-après, l’ambiance de ce moment qui sera à retenir pour la chronique des 25 dernières années lors du Centenaire du matricule 00392.

     

    Le Blog félicite Templiers pour sa superbe saison dans toutes les catégories (Séniors et jeunes).

     

    Article de l’équipe du Blog.

     

     

    Les photos Clic ici 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/res-templiers-nandrin-est-champion-2019/

    53864679_2917746628252354_8488102897391763456_n.jpg

  • N° 1 : Un morceau de l’histoire du ROYAL CERCLE SPORTIF TEMPLIERS (Football).

    Lien permanent

    Non, ce titre n’est pas une erreur, à ces débuts, le club au Matricule 00392 s’appelait bien le « RCS Templiers » pour devenir, par la suite, « La Royale Entente Sportive Templiers-Nandrin ou RESTN ».

    Cet article est tiré de la brochure éditée pour le 75ème anniversaire du Club en 1996.

    Le 1er « Souvenir » est une interview d’Edmond Clajot rapportée par HD (Hugues Dorzée - je suppose).

     

    « Même battus, nous rentrions en chantant !

    La gloire des valeureux Templiers, Edmond Clajot s’en souvient très bien. Il évoque pour nous les débuts du club rouge et noir. L’époque des Delfosse, Houlemont, Gillet et d’autres joyeux drilles.

     

    Officiellement, la naissance du club remonte à 1921, mais il paraît qu’il existait bien avant ça.

    Effectivement, il y avait un club d’amis qui organisait régulièrement des matches sur le terrain de la Tour au Bois, dans la campagne de Clémodeau, à Villers-le-temple. Ils se retrouvaient pour taper le ballon sur un terrain rempli de bosses ! Il y avait des tournois inter régions très animés.

     

    Une fois créé, le club a déménagé derrière la Commanderie.

    En effet, nous allions jouer sur un terrain situé dans la campagne, à l’arrière de la propriété. Il n’y avait pas de vestiaire, on se déshabillait dans le café du village tenu par Châtelain, l’homme à tout faire du Club, un sacré personnage ! On traversait le village, fiers comme des paons, vêtus de notre équipement rouge et noir, pour aller disputer les matches. En hivers, on devait préparer un petit feu de bois avant la rencontre. Plus d’une fois, il refoulait, il y avait tellement de fumée qu’on allait se rhabiller dehors.

     

    Vous avez joué pendant 19 ans, de 1932 à 1948. Quels souvenirs conservez-vous de cette époque ?

    C’était l’époque des Radelet, Houlemeont, Gillet, Nivarlet, on formait une fameuse bande. Je me souviens de déplacements mémorables à bord de la camionnette du boulanger où dans le camion de Lomba, on payait 5 Frs pour le voyage. Gagnant ou battus, on revenait en chantant ! C’était la fête tous les dimanches. Les 20 Frs d’argent de poche étaient rapidement consommés !

     

    Et puis, il y avait ce fameux derby Templiers-Union Condrusienne…

    On en parlait un mois à l’avance. Entre eux et nous, c’était la guerre froide. On ne pensait qu’à une chose, battre le rival de Fraineux. On a vécu quelques beaux matches particulièrement engagés. Et puis, quand Templiers gagnait, on sortait le drapeau. Tout Villers était en fête.

    Le drapeau du club, aux couleurs des croisés, c’est Albert Defays qui nous l’avait offert. On était fiers d’appartenir à Templiers, c’était un club qui avait une excellente réputation dans la région. »

    L’équipe qui évolua en 1948

    1.jpg

    Le prochain « Souvenir » sera une interview de René Pâques et de Joseph Radelet, toujours par HD.

     

    Article de l’équipe du Blog.

  • Templiers-Nandrin P3A : 1er champion de la province?

    Lien permanent

    Grandissime favori au titre avec son équipe de « galactiques », Templiers Nandrin a pour l’instant très bien assumé son statut. Jugez plutôt : 126 buts inscrits, 23 encaissés, 22 victoires pour seulement deux défaites et 15 points d’avance sur le 2e, Huccorgne. « Nous sommes une grosse armada de bons copains », résume le capitaine, Maxime Maré. « Nous nous connaissions déjà presque tous, donc les automatismes étaient déjà là. En plus, chaque poste est doublé. »

    Seules deux équipes ont pour l’instant fait mordre la poussière aux Nandrinois, à savoir Haneffe (2-1) et plus récemment Huccorgne (1-2), leur dauphin. Que s’est-il donc passé ces deux jours-là ? « Face à Haneffe, nous n’arrivions pas à jouer au football. On a eu un manque total de concentration et on s’est réveillés un peu tard. Par contre, face à Huccorgne c’était un match incroyable. Je pense qu’ils s’étaient préparés comme des malades toute la semaine pour nous battre (rires) et ils y sont parvenus. Leur coach-capitaine de 40 ans (NDLR : Éric Heine) a tout donné. Ils ont réussi à bloquer nos individualités et ils nous pressaient haut, c’était le match le plus compliqué de la saison. »

    Dimanche, Templiers pourra fêter son titre à domicile s’il bat Fraiture, une des rares équipes qui lui avait mené la vie dure au 1er tour. « Nous étions menés 2-0 avant de finalement gagner 2-4. C’était un match bizarre, j’avais d’ailleurs marqué dans mon camp », se souvient le défenseur central passé par Liège, Visé et Seraing. « Dimanche, il ne faudra pas trop penser au titre. D’ailleurs, je n’arrive pas à me projeter dans l’éventuelle fête d’après-match. Ce sera un derby où il y aura pas mal de monde. J’espère que le temps va s’améliorer et qu’il n’y aura pas de remise. Si on respecte tout, on doit être champion ce dimanche. Il n’y a pas besoin de mettre une raclée, une victoire 1-0 me suffirait. »

    En P2, les troupes de Fabrice Piters joueront à nouveau les premiers rôles. La future arrivée de Mike Janin (Tilleur) démontre qu’ils ne veulent pas y faire de la figuration, comme ce fut le cas la saison dernière. « L’année dernière, j’ai quitté Marloie (P1 luxembourgeoise) pour remonter le plus vite possible. Je ne connais pas bien cette série, je sais juste que Jehay et Braives sont de grosses équipes. Mais avec nos qualités, nous devrons au moins viser le top 5 et une tranche… voire plus par après. On m’a dit que le niveau n’était pas très élevé, donc tout sera possible, même être champion. De mon côté, je vais sur 37 ans et je ne veux pas changer chaque année de club. Il y a de grandes chances que je prolonge, terminer ma carrière ici serait super, je joue avec une bande de copains. »

    MAXIME HENDRICK

    Champagne et t-shirts sont prêts

    Ces dernières semaines, la question n’était pas de savoir si Templiers Nandrin allait en champion, mais plutôt quand il le serait. La défaite d’il y a trois semaines, contre Huccorgne, a juste permis d’un peu retarder l’échéance. Et finalement, la remise, dimanche dernier, du match Huccorgne – Haneffe (tandis que Templiers s’est imposé à Huy B), permet au solide leader de pouvoir fêter son sacre dès ce dimanche. Si le temps le permet bien sûr. « Nous ne sommes pas à l’abri d’une remise générale, même si sur notre synthétique nous pourrions jouer », souffle le président, Francis Dupont, qui a déjà tout prévu ou presque. « Les t-shirts du titre sont imprimés depuis la semaine dernière, ils sont dans mon coffre. Quant au champagne, il est dans le coffre du coach depuis le week-end dernier. Nous n’avons plus qu’à le sabrer (rires). Même si nous ne voulons pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… »

    Avant la rencontre face à Fraiture, un repas au club (avec une cinquantaine d’invités) est prévu ainsi qu’un disc-jockey qui assurera l’ambiance avant et bien sûr après la rencontre, en cas de titre. « Deux équipes de jeunes (U6 et U7) du club monteront sur le terrain avec les joueurs », termine le président.

    Piters retrouvera Fraiture

    Une rencontre qui sera spéciale pour l’entraîneur, Fabrice Piters, qui a été joueur puis coach à Fraiture (1996 à 2008) et qui y réside. « Je connais tous les gens du comité, je suis sûr que si nous sommes champions ils boiront un verre avec nous. J’avais été champion avec Fraiture en P3, en 2008. Je connais très bien Fabrice Pavone (NDLR : le coach de Fraiture) depuis que j’ai 18 ans. On va se chambrer et il restera aussi à la fête. Je sens mes joueurs très motivés et quand ils sont ainsi, ils sont inarrêtables. »

    Article par M.H.

    Source 

  • Aujourd'hui 17 mars 2019 RES Templiers-Nandrin (RESTN) devrait être sacré champion en P3A

    Lien permanent

    Bien qu’il n’est pas bon de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, l’équipe de Fabrice PITERS (Entraineur) devrait, en toute logique, être sacrée championne en P3A.

    À 6 journées de la fin du championnat, la P3 du RESTN compte 15 points d’avance sur son poursuivant alors qu’il n’en reste que 18 à distribuer. Il manque donc une victoire qui devrait tomber ce dimanche, à domicile et à 15h00’, contre R. FRAITURE SP qui navigue à la 13ème place du classement (sur 16 équipes inscrites dans la série A).

    Ce match est doublement important, un, pour fêter le tire et deux, parce que ce match est considéré comme un derby condruzien. Pour rappel, le résultat du match, le 16/09/2018, à Fraiture, RESTN l’avait emporté par 2-4.

     

    Avec des statistiques exceptionnelles sur les 24 matches déjà joués, RESTN compte 22 victoires et seulement 2 défaites. Plus impressionnant encore sont les 126 buts marqués pour 23 reçus (meilleure attaque et meilleure défense de la série).

     

    Pour porter chance et apporter son soutien, la sympathique tenancière du « Café des Sports » (Villers-le-Temple), Sandrine MARKADIEU, offrira le ballon pour le match et aura le plaisir de donner le coup d’envoi.

     

    Sandrine MARKADIEU et le Club font appel à tous les amateurs de foot, ce dimanche 17 mars 2019 à 15h00’, pour supporter les Templiers dans leur quête du grâle !

     

    Toute l’équipe du Blog croise les doigts pour voir les Templiers décrocher cette victoire et ce titre !

     

    Article de l’équipe du Blog 

  • RES Templiers-Nandrin (RESTN) devrait être sacré champion en P3A, ce dimanche 17 mars 2019 !

    Lien permanent

    Bien qu’il n’est pas bon de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, l’équipe de Fabrice PITERS (Entraineur) devrait, en toute logique, être sacrée championne en P3A.

    À 6 journées de la fin du championnat, la P3 du RESTN compte 15 points d’avance sur son poursuivant alors qu’il n’en reste que 18 à distribuer. Il manque donc une victoire qui devrait tomber ce dimanche, à domicile et à 15h00’, contre R. FRAITURE SP qui navigue à la 13ème place du classement (sur 16 équipes inscrites dans la série A).

    Ce match est doublement important, un, pour fêter le tire et deux, parce que ce match est considéré comme un derby condruzien. Pour rappel, le résultat du match, le 16/09/2018, à Fraiture, RESTN l’avait emporté par 2-4.

     

    Avec des statistiques exceptionnelles sur les 24 matches déjà joués, RESTN compte 22 victoires et seulement 2 défaites. Plus impressionnant encore sont les 126 buts marqués pour 23 reçus (meilleure attaque et meilleure défense de la série).

     

    Pour porter chance et apporter son soutien, la sympathique tenancière du « Café des Sports » (Villers-le-Temple), Sandrine MARKADIEU, offrira le ballon pour le match et aura le plaisir de donner le coup d’envoi.

     

    Sandrine MARKADIEU et le Club font appel à tous les amateurs de foot, ce dimanche 17 mars 2019 à 15h00’, pour supporter les Templiers dans leur quête du grâle !

     

    Toute l’équipe du Blog croise les doigts pour voir les Templiers décrocher cette victoire et ce titre !

     

    Article de l’équipe du Blog 

  • Mike Janin a signé aux Templiers-Nandrin, en P3A

    Lien permanent

    Et, cerise sur le gâteau, ce sera à deux pas de la maison… « J’ai rencontré plusieurs fois les dirigeants des Templiers-Nandrin et j’ai été charmé par leur projet. Ils sont ambitieux, ils veulent du beau jeu et je vais pouvoir réduire mon temps de trajet par deux voire trois. Avec ma famille et mes obligations au quotidien, c’est exactement ce dont j’avais besoin. Certes, je descends en provinciales mais je le vois comme un nouveau challenge et je me réjouis. Mon corps et mon esprit ont faim de foot… »

    Article de L.B.

    Source 

  • Foot provincial - Vers une seconde remise générale ce week-end

    Lien permanent

    Pour Marc Collard-Bovy, le président du Comité Provincial liégeois, les chances que nos footeux foulent les terrains ce week-end sont minces. « Je dirais même qu’il y a 95 % de chances qu’on ne joue pas. Il y a énormément de neige dans les Fagnes et sur le plateau de Herve. La situation est similaire en Hesbaye. Or, on annonce encore de la neige ces jeudi et vendredi. Et, ensuite, on devrait avoir de la pluie. On s’oriente donc vers une deuxième remise générale », confie Marc Collard-Bovy, qui précise que la décision définitive devrait tomber demain dans la journée de jeudi. « Il était prévu qu’on se réunisse en fin de journée et que la décision tombe aux alentours de 18 h. Mais il n’est pas impossible que nous avancions notre décision à midi en fonction des futures précipitations. Ça ne sert à rien de faire attendre les clubs si on constate qu’il n’y a aucune chance de pouvoir jouer.  »

    Déjà au repos forcé la semaine dernière suite aux chutes de neige, les footeux de la Province devraient de nouveau rester au chaud ce week-end. Une sage décision qui permettra aux différents clubs de préserver leurs terrains et aux joueurs de ne pas prendre de risque sur les routes inutilement. On attend désormais la confirmation de cette décision dans le courant de la journée de ce jeudi.

     Article de O.J.

    Source 

  • Football provincial: remise générale en province de Liège

    Lien permanent

    Vu les conditions climatiques de ces derniers jours, cette décision du CP n’a rien d’étonnant. Même si un redoux est annoncé pour ce week-end, les instances dirigeantes n’ont pas voulu prendre de risques.

    Cette journée de championnat est remise au 17 mars prochain.

    source 

  • Templiers Nandrin file vers la P2, Huccorgne peut préparer le tour final

    Lien permanent

    Les Templiers n’ont pas failli à leur réputation depuis septembre. L’équipe de Fabrice Piters a déjà dépassé la barre des 100 buts inscrits (102) et n’a perdu des plumes qu’à Haneffe, début décembre, en s’inclinant 2-1. Dans la foulée, le leader peinait à s’imposer face à Vyle Tharoul. « La trêve est arrivée au bon moment », souffle Fabrice Piters. « Si l’on gagne nos cinq prochains matches, on peut déjà être champion si Huccorgne perd quelques points. Sinon, ça pourrait être face à cette équipe fin février. Nous voulons le titre, intégrer quelques U17 à l’équipe et faire un beau parcours en Coupe de la Province. »

    Son dauphin, Huccorgne, a logiquement eu du mal à suivre son rythme effréné. Accrochés dimanche à Huy B en match d’alignement, les Canaris comptent treize points de retard sur le leadership, mais sept d’avance sur la 3e place. Sauf catastrophe (ou miracle), Huccorgne restera à cette position jusqu’à la fin de la saison et pourra préparer un tour final qui lui a rarement souri ces dernières années.

    2Sept équipes en six points luttent pour l’accession au tour final

    Vu que Templiers a raflé les deux premières tranches et devrait faire de même avec la 3e, la 5e place donnera aussi accès au tour final. Entre la 3e et la 9e position, on retrouve, dans l’ordre, Vyle Tharoul, Haneffe, Couthuin, Ouffet, Crisnée, Racour et Warnant B, en six points. Autant de formations qui se sont prises au jeu du top 5.

    Bonne surprise du début de saison, Haneffe est 4e malgré sa défaite (3-2), dimanche, à Ouffet, dans le 2e match d’alignement de P3A.

    « Cette défaite est de ma faute, j’ai laissé 4 semaines de repos à mes joueurs », assume le coach Patrick Bonomi. « Ce qui fera la différence, c’est la régularité et la préparation. Janvier et février sont importants. Nous avions 14 nouveaux joueurs, mais la sauce a bien pris car c’est une bande de potes. Il nous manque juste un buteur. »

    Vainqueur d’Haneffe, Ouffet était quant à lui attendu dans ce top 5, bien qu’on le retrouve pour le moment à la 6e place. « Cette victoire est très importante pour ne pas être largué. J’ai vu de l’envie accompagnée à du football », indique Pascal Wotron. « Les deux prochains matches seront compliqués, nous allons sur le synthétique de Huy B puis on affronte Vyle Tharoul. On sera fixé dans 15 jours. Ce qui me réjouit, c’est qu’on a déjà affronté deux fois les trois premiers. »

    3Geer B, quasi condamné, va poursuivre avec Thibault Mahiels

    Dans le bas de classement, Geer B a effectué une 1re partie de saison catastrophique, avec trois petits points au compteur. Le coach Patrick Berode en a fait les frais juste avant la trêve. Le comité geerois a désigné Thibault Mahiels (23 ans) comme joueur-entraîneur pour terminer la saison.

    « Amaury Docquier (NDLR : qui entraînait l’équipe la saison dernière) l’aidera mais ne devrait pas être son T2. Thibault connaît bien le club, il entraîne les jeunes et suit des cours d’entraîneur », raconte le président, Jacques Breels. « Le maintien ? On peut toujours rêver d’un miracle, mais nos joueurs doivent penser à vivre autrement. Techniquement ils sont au point, mais physiquement il y a un gros retard. On va tout doucement préparer une équipe de P4. »

    Article de MAXIME HENDRICK

    Photo JP Wyns 

    Source 

  • les terrains synthétiques font toujours débat

    Lien permanent

    L’auteur du reportage diffusé à « Questions à la Une » affirmait que, contrairement à ce que la ministre Valérie De Bue disait, les rapports d’analyse sur lesquels elle se basait pour en déduire que les terrains étaient bons pour le service « sont loin d’être encourageants ». « On sait que le terrain de Frasnes-lez-Anvaing ne répond pas aux nouvelles normes fixées par la ministre », lance Manu Morimont. « On y retrouve trop de zinc, un des métaux lourds qui peut polluer l’environnement. Il y a aussi deux autres métaux lourds, le nickel et le chrome, en grande quantité. C’est le cas également dans les communes d’Andenne et de Chapelle-lez-Herlaimont ». À Andenne, poursuit le journaliste, le taux du chrome est 8 fois celui autorisé pour un terrain… industriel. Il rappelle que le chrome et le nickel sont placés dans le premier groupe des produits cancérogènes par le Centre international de recherche sur le cancer.

    Du côté des personnes attaquées, on ne cache pas une certaine irritation. Ainsi, la ministre attaquée a tenu à réagir dans nos colonnes. « Je n’ai pas attendu la RTBF et ses reportages à charge pour agir. La santé des enfants et de l’ensemble des utilisateurs des terrains synthétiques est bien évidemment au cœur de mes préoccupations. Moi aussi j’ai des enfants, moi aussi j’ai des connaissances qui jouent sur de telles surfaces. Et ce n’est pas en surfant sur une vague de peur que nous ferons avancer la situation ».

    Valérie De Bue rappelle que jamais autant de mesures n’ont été prises en Wallonie. « Cadre normatif plus strict, guide d’utilisation, contrôles… Et ces mesures, je les ai prises dès mon arrivée au gouvernement. Aujourd’hui, il faut admettre que le débat n’est pas clos. Il faut continuer à analyser la situation. Et c’est ce que nous faisons. Mon administration est en contact avec la DGO3 (environnement). Elle participera également pour la première fois au Belgian REACH Committee le 10 décembre prochain. Des contacts existent également avec le cabinet Di Antonio. Tout est mis en œuvre pour réduire au maximum tout risque éventuel ».

    Le son de cloche est le même au SPW. « Nous sommes très concernés par la santé de nos enfants. Nous essayons d’uniformiser les processus d’analyse faites par la quarantaine de laboratoires pour que cela soit un processus unique », répond Laurence Zanchetta, la porte-parole du SPW. « Prenez le nickel et le chrome. Ils sont nocifs certes mais à condition que la personne reste par terre sur le terrain pendant 12 heures d’affilée. Sinon, ces métaux ne rentrent pas dans le sang comme cela ». Pour le zinc, on va peut-être aussi trop loin. « On prend les billes en caoutchouc. On les met 24h dans l’eau puis on analyse. On voit des concentrations trop élevées mais cela ne correspond pas à la manière dont ces billes se comportent sur les terrains. Elles ne flottent pas. L’eau est drainée ».

    Une étude

    Du côté du ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, on confirme qu’une grande étude sur une éventuelle pollution des sols et des rivières par le ruissellement des eaux usées va être lancée. Les résultats sont attendus pour fin février.

    PIERRE NIZET

    Source article complet 

  • Templiers-Nandrin (P3A) écrase la concurrence depuis le début de saison

    Lien permanent

    Grand artisan de l’état de forme titanesque des Templiers cette saison et meilleur buteur du club avec 19 réalisations, Sébastien Grégoire n’est pas étonné de la domination de Nandrin. « On est beaucoup à avoir évolué à un niveau supérieur dans notre carrière. Je ne dirais pas que c’est plus simple dans cette division, mais ça aide. On prend beaucoup de plaisir sur le terrain et ça se ressent dans nos résultats. »

    Si le buteur, passé par le Standard de Liège dans sa jeunesse, réalise une très bonne saison, cela n’a pas été le cas la saison dernière où il n’a trouvé le chemin des filets qu’à six reprises en 1re provinciale Luxembourgeoise avec Marloie. « C’était une des seules saisons où je me suis ennuyé », annonce Sébastien. « Il n’y avait pas grand-chose qui tournait et il y avait également des problèmes avec la direction. Le contexte n’a pas aidé. »

    Malgré ce petit coup d’arrêt dans sa carrière la saison passée, Sébastien Grégoire a franchi la barre des 250 buts en compétition officielle dimanche dernier lors du 14-0 infligé à Couthuin. Une statistique qui surprend l’attaquant tout en lui donnant le sourire. « 250 buts ? J’avoue ne pas les avoir comptés, je ne le savais même pas. Un tel chiffre, c’est avant tout une fierté. J’ai toujours joué pour marquer des buts, et ce depuis tout petit, ça a toujours été mon objectif. Du coup, c’est une statistique qui fait vraiment plaisir. »

    Dominateurs de leur série avec un impressionnant bilan de 15 victoires en autant de rencontres, les joueurs de Nandrin n’ont pas vraiment de soucis à se faire quant à leurs chances de décrocher le titre en fin de saison et se donnent désormais d’autres objectifs. « Le but c’est de continuer à se faire plaisir », déclare l’attaquant.« Se faire plaisir et essayer de rester invaincus ce serait pas mal. C’est réalisable selon moi. Ensuite en P2 on verra ce qu’on pourra faire, il y a la possibilité de jouer le haut de tableau dès notre arrivée dans cette série supérieure, on avisera à ce moment-là, ce sera déjà une très belle performance d’arriver dans cette division. »

     

    Laurent Grauls

     

    Article complet 

  • Les billes de nos terrains synthétiques analysées !!! Nandrin la réponse !!!

    Lien permanent

    Depuis la diffusion du reportage consacré aux terrains synthétiques de « Questions à la Une », qui laisse planer un doute sur la dangerosité de ces terrains, de nombreuses communes réagissent.

    Wanze. En début de semaine, le bourgmestre de Wanze, Christophe Lacroix a posé un geste fort. Sans attendre les résultats d’analyse des billes en caoutchouc, il a décidé de débloquer un budget (au minimum 250.000 €) pour aspirer ces billes provenant de pneus recyclés et de les remplacer par du liège, un matériau naturel. «  Pas question de mettre en danger la santé des utilisateurs de nos terrains synthétiques  », a-t-il indiqué.

    Waremme. La Ville de Waremme qui dispose de deux terrains synthétiques (un grand et un petit) au stade Leburton, réagit à son tour mais de manière moins radicale. «  J’ai pris contact avec Christophe Lacroix et nous avons introduit une demande d’analyse des billes en caoutchouc de nos terrains », confirme Jacques Chabot. «  Cela va être effectué rapidement et les résultats ne devraient pas tarder. En fonction de ceux-ci, nous agirons si c’est nécessaire. La santé de joueurs du Stade Waremmien qui utilisent nos terrains, est primordiale, même si cela a un coût. On savait déjà qu’il faudrait changer le tapis du terrain principal dans quelques années car il a un problème de confection. À ce moment-là, on réfléchira aussi à mettre un matériau naturel pour ces billes. Pour l’heure, on va attendre les résultats de ces analyses pour savoir si nos billes actuelles sont nocives. Si c’est le cas, je le répète, nous agirons.  »

    Huy. Le bourgmestre de Huy se préoccupe aussi de l’éventuel impact des terrains synthétiques sur la santé. Trois terrains synthétiques sont implantés sur l’entité hutoise : deux sont destinés au foot (au stade Legrand et à Solières) et le troisième est dévoulu à la pratique du hockey.

    «  J’ai demandé à l’administration d’instruire le dossier, commente Christophe Collignon. Il existe des terrains de différentes générations. Il faut déterminer si tous sont concernés par le problème. J’ai également contacté d’autres communes pour savoir comment elles comptaient agir. S’il y a effectivement un risque, nous agirons mais je pense qu’il serait opportun que la Région wallonne intervienne car de nombreuses communes sont concernées.  »

    Ce sera bien le cas. La ministre en charge des infrastructures sportives, Valérie De Bue, vient d’envoyer un courrier (et un mail vu la grève de la poste) aux communes, recommandant de réaliser une analyse de leur(s) terrain(s) synthétique(s), afin de s’assurer de la conformité du matériau. Ce contrôle est subventionné à 50 % (plafond : 1.000 €). En cas de résultats non conformes aux seuils plus stricts désormais imposés (les concentrations en HAP sont abaissées à 20 mg/kg et pour les métaux lourds, la norme jouets est d’application), la Région wallonne s’engage à subventionner les travaux nécessaires à la mise en conformité, quel que soit le matériau de remplissage choisi.

    Nandrin. «  Nous avons bien reçu le courriel de la ministre, car la lettre n’est pas encore arrivée. Nous nous sommes inscrits pour réaliser l’analyse de nos deux terrains (un conforme et un 3/4). Si nous sommes en deça des normes, il n’y a pas lieu de remplacer les billes. Si nous sommes au-dessus des normes, nous pourrons bénéficier de subsides pour changer les billes. J’espère évidemment que nos billes ne sont pas dangereuses mais d’un côté, cela nous permettrait de financer les travaux presque gratuitement. En sachant que nos terrains ont six ans et qu’ils ont une durée de de vie de dix ans  », glisse Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    Verlaine. Le club de Verlaine dispose d’un terrain synthétique quasiment neuf puisqu’il date de 2016 (plus une petite annexe). «  Nous avons déjà fait analyser de manière non officielle les billes du terrain et elles sont en-dessous de la norme, ce qui est déjà rassurant. Nous allons faire faire un nouveau contrôle agréé, comme le préconise la ministre. S’il faut changer de matériau, on changera  », assure Patrick Danze, président du club de foot de Verlaine.

     

    Source