Finances

  • En cas d’interruption non planifiée de la fourniture d’électricité pendant plus de 6 heures, les Wallons ont le droit de réclamer une indemnité de 100 euros par période de 6 heures.

    Lien permanent

    Plus de 844.000 euros d’indemnités

    En cas d’interruption non planifiée de la fourniture d’électricité pendant plus de 6 heures, les Wallons ont le droit de réclamer une indemnité de 100 euros par période de 6 heures.

    C’est ainsi qu’en 2019, 874 demandes ont été introduites et 601 ont été acceptées pour un montant total de 70.072,25 euros, peut-on lire dans le rapport annuel du service régional de médiation pour l’énergie (SRME).

    De même, une indemnisation est également possible pour tout dommage direct, corporel ou matériel subi du fait de l’interruption non planifiée, de la non-conformité ou de l’irrégularité de la fourniture d’électricité.

    L’an dernier, 550 dossiers ont été acceptés par les gestionnaires de réseau de distribution pour un montant total de 762.706,52 euros.

    Ces indemnisations sont les deux principales indemnisations possibles mais il en existe d’autres.

    Si on comptabilise l’ensemble, les gestionnaires de réseau d’électricité ont dû verser 844.657,60 euros à leurs consommateurs en 2019 tandis que le montant versé par les gestionnaires de réseau de distribution de gaz s’élève à 21.214,49 euros.

    Pas tous au courant

    Ces indemnités, les consommateurs y ont droit. Mais il n’est pas rare qu’ils n’y aient dès lors pas recours. Le SRME s’est penché sur la problématique plus globale du non-recours aux droits.

    Plusieurs causes ont alors pu être identifiées. Il se peut que le consommateur ne soit pas au courant de ce droit ou qu’on ne le lui propose pas. En découle alors une non-demande. Il est également possible que la complexité des critères et démarches conduise à un non-accès aux droits.

     

    L’isolement, l’analphabétisme, la fracture numérique, la lourdeur administrative, la qualité de la communication, la disponibilité des services administratifs, l’attitude des agents… sont autant d’éléments qui peuvent aussi jouer un rôle sur le recours à ses droits.

    C’est pourquoi le SRME souhaite « s’engager plus activement dans la lutte contre le phénomène de non-recours de leurs droits par les personnes les plus fragilisées ».

    Cela passera notamment par une refonte du site internet de la Commission wallonne pour l’Énergie (CWaPE) qui accordera une plus grande visibilité au SRME.

    Il devrait également être davantage présent sur le terrain, par exemple lors d’événements rassemblant les acteurs de terrain.

    À partir du 1er janvier 2021, les coordonnées du SRME se retrouveront sur toutes les factures. Une présence renforcée qui devrait aussi conduire à une hausse des plaintes reçues par le SRME.

    « En 2019, il a reçu un total de 823 plaintes, dont 337 ont fait l’objet d’une interpellation d’un fournisseur et/ou d’un gestionnaire de réseau », rappelle la CWaPE dans son rapport annuel.

    Article et rédaction par SA.B.

    Source

     

  • Le paiement en espèce est mis à mal par l’épidémie et les retraits d’argent ont diminué de moitié

    Lien permanent

    Le nombre de transactions sans contact a doublé depuis la crise sanitaire

     

     

    C’est bien connu, les billets et les pièces sont des nids à microbes. Sans grande surprise, des écriteaux demandant de privilégier la carte et le paiement sans-contact ont fleuri un peu partout au moment du confinement. Et les Belges ont rapidement adopté ce mode de paiement a constaté la Banque Nationale de Belgique (BNB).

    Plus hygiénique et rapide

    Febelfin nous confirme que les consommateurs continuent à utiliser leur carte de banque plutôt que la monnaie. L’évolution est impressionnante. « En février, le paiement sans contact ne représentait que 14 % des transactions électroniques. Fin juin, cela a doublé pour atteindre les 31 % ! », s’exclame Éric Spapens, directeur affaires publiques et porte-parole de Worldline après analyse des chiffres clients pour sa société. Mais de manière générale, tout le monde fait le même constat. « Les gens paient de moins en moins en cash. Désormais cela représente 6 % des transactions (contre 20 % avant) tandis que 20 % des paiements sont faits sans contact », remarque Roel Dekelver, porte-parole de Delhaize.

    Les raisons sont multiples mais les acteurs du secteur en isolent trois principales. Tout d’abord, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les paiements sans-contact sont la façon la plus hygiénique pour effectuer ses achats et ils ont été largement adoptés, tant par les consommateurs que par les commerçants durant le confinement.

     

    Ensuite, depuis mi-avril, le montant maximum autorisé pour un paiement électronique sans-contact et sans devoir introduire de code pin a été élevé jusqu’à 50 €. « Cela représente maintenant presque un cinquième des transactions électroniques », ajoute Éric Spapens.

    Enfin, le paiement électronique sans contact est facile et rapide. Plus besoin d’introduire sa carte et de taper son code. En une demi seconde, le paiement est effectué en passant juste la carte devant le terminal.

    En moyenne, ce glissement vers le sans contact est moins cher (entre 0,11 et 0,23 €) que le coût de la transaction en espèce qui revient à 0,29 € par paiement.

    Essor du paiement mobile

    Des applications pour smartphone permettent aussi de payer sans contact en scannant un QR code. Ce moyen connaît également une forte croissance. « Le mois dernier, 2.000 commerçants ont établi un contrat avec nous », se réjouit Lotta de Meulenaere, directrice communication & Marketing de Bancontact Payconiq qui précise qu’il n’y a pas de frais d’activation et que cela coûte que 0,06 € par transaction pour le vendeur.

    Si dans le secteur on est convaincu que ces moyens de paiement vont continuer à progresser, l’argent liquide n’a pas encore dit sont dernier mot. « On n’estime pas que c’est la fin du cash. Tous les types de paiement restent valables mais c’est clair que le cornonavirus a accéléré l’évolution vers les paiements digitaux », conclut Roel Dekelver.

    Article et rédaction par Par Zhen-Zhen Zveny

    Source

  • 4 commerçants sur 10 attendent impatiemment les soldes d’été !!!

    Lien permanent

    Les commerces en crise

    Selon un sondage mené par l’UCM, 8 commerces sur 10 attendent le retour des clients.

    Alors que les soldes ne commenceront que le 1er août cette année, plus de 4 commerçants sur 10 vont pratiquer des
    ventes couplées.

    La situation des commerces n’est pas des meilleures en cette période de postconfinement.

    Si les commerçants avaient demandé à reporter les soldes au 1er août et qu’ils ont obtenu une réponse favorable, beaucoup d’entre eux s’interrogent sur l’avenir de leurs magasins.

    « La situation dans les commerces reste inquiétante car 8 commerçants sur 10 estiment que la fréquentation est toujours plus faible qu’avant le Covid-19 », commente l’UCM, auteure d’une étude à ce sujet.


    VENTES COUPLÉES


    Les clients semblent donc peu rassurés même si plus de 80 % des commerçants ont adopté des mesures particulières liées à l’épidémie.

    Neuf indépendants sur 10 ont mis du gel à disposition de la clientèle.
    Dans ce mois qui précède les soldes, les commerçants vont profiter de formules telles que les ventes couplées :
    ces ventes, à différence de celles qui ont lieu pendant les soldes, ne permettent pas de vendre à perte, mais
    pourraient aider les commerçants.

    Selon le sondage de l’UCM, ce sont plus de 4 commerçants sur 10 qui vont y avoir recours.

    « Les ventes couplées s’effectuent pendant la période d’attente, c’est-à-dire le mois qui précède les soldes.

    Elles vont permettre aux commerçants de faire de la trésorerie, alors que ces derniers mois ils ont dû commander de nouveaux produits et de nouvelles collections », détaille Isabelle Morgante, porte-parole de l’UCM.


    Une mesure importante, puisque selon le sondage, 4 indépendants sur 10 estiment avoir besoin d’environ 10.000
    euros de trésorerie pour se remettre de la crise.


    VENTE EN LIGNE


    « Qui plus est, ces ventes couplées vont aussi permettre de faire de la place dans les magasins et préparer les soldes d’août », poursuit la porte-parole.

    À presque 30 jours des soldes, un autre constat s’impose : si le commerce évolue et s’il se passe de plus en plus en ligne, bon nombre de magasins ont basculé sur le web pendant le confinement.

    « Cela a permis à de certains de sortir la tête de l’eau », détaille Isabelle Morgante.


    Si l’on ne sait pas encore ce que la période des soldes et pré-soldes apportera aux commerçants, l’UCM affirme rester attentive à ce que le droit passerelle soit prolongé même après le mois d’août. 


    Article et rédaction par L.R.

    Source

  • Les instances hutoises ont marqué leur volonté d’aider financièrement les forains, en difficulté à la suite de la crise.

    Lien permanent

    Exonération et aide directe pour les forains

    Ce lundi soir à Huy, sans surprise, la question de la foire et des forains était au cœur des débats du conseil communal (même si le tumultueux dossier du survol de la centrale de Tihange a également fait l’objet de vifs échanges au Centre Nobel).

    On peut dire (avec beaucoup d’euphémisme) que l’épidémie du coronavirus a quelque peu perturbé l’organisation des festivités annuelles hutoises… Le collège s’est montré clair sur la question : les festivités du 15 août seront maintenues si la législation le permet.

    « On est favorable à l’organisation de la foire du 15 août.

    Mais on aimerait obtenir des précisions, et on est en attente d’un arrêté ministériel.

    On réagira en fonction des arrêtés », explique le bourgmestre hutois Christophe Collignon (PS).

    Deux mesures de soutien

    Pour aider les forains en difficulté, les autorités hutoises ont décidé d’exonérer à hauteur de 50% le droit de place des forains pour la foire d’août.

    Une mesure votée à l’unanimité, et qui représente 24.000 € pour les finances communales.

    Mais pourtant, du côté de Défi et d’Ecolo, on aurait voulu aller au-delà des 50%. La majorité a rappelé que Huy fait déjà plus que certaines communes à ce sujet, et que cette mesure représente déjà une aide considérable.

    Les autorités ont également exprimé leur volonté de faire un geste supplémentaire pour les forains hutois.
    « Le collège est en train de réfléchir à une aide directe pour les forains habitant sur le territoire de la Ville.
    Mais on n’a pas encore fixé le montant. Il y a 13 familles de forains sur le territoire de la ville », a indiqué Jacques Mouton (MR), échevin hutois des Marchés et de la Foire.

    Pas de foire de Statte de deux mois

    Écolo-Huy a déposé une proposition sur la table du conseil : étendre la foire de Statte du 1er septembre au 1er novembre, en cas d’annulation des festivités du 15 août. Une proposition recalée par la majorité, car, selon le mayeur, il ne sert à rien de « tirer des plans sur la comète ».

    « Les mesures actuelles me laissent penser qu’on pourra organiser la foire du 15 août. De plus, la « foire à 1€ » occasionne quand même des nuisances. Une foire de 2 mois ?

    Pour les riverains, ce ne sera pas possible », explique Jacques Mouton.

    En résumé, malgré la volonté de la majorité et de l’opposition de maintenir les festivités, il reste encore beaucoup d’interrogations pour cet été de déconfinement.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Pour obtenir le pass gratuit de douze voyages !!!

    Lien permanent

    Voyager gratuitement

    Pas de train avant 9 heures du matin en semaine

    Ceux qui, à l’annonce du superkern, espéraient voyager gratuitement en train dès le début de l’été vont devoir patienter et respecter des conditions plutôt strictes. Pour obtenir le pass gratuit de douze voyages, ils devront attendre jusqu’au début du mois d’août avant de pouvoir déposer leur demande via un formulaire en ligne. Les premiers voyages ne seront possibles que deux semaines après l’ouverture des demandes, soit pas avant le 17 août, un lundi. Faites donc une croix sur le long week-end du 15 août si vous comptiez faire une virée à la mer ou dans les Ardennes. Ce ne sera pas non plus possible pour les deux derniers week-ends des vacances. Le pass ne sera utilisable que durant la semaine, jusqu’en septembre. En semaine, on ne pourra pas monter dans un train avant 9 h du matin afin de ne pas surcharger l’heure de pointe matinale.

    pas au guichet

    Le pass est utilisable sur une période d’un semestre à raison de deux trajets par mois.

    « L’étalement de l’utilisation du pass sur 6 mois est appelé à garantir un meilleur étalement des flux de voyageurs », précise la SNCB sur son site internet.

    On pourra le demander jusqu’au 30 septembre inclus via le formulaire en ligne. Il ne sera pas possible d’effectuer la démarche auprès d’un guichet en gare.

    « Une éventuelle assistance téléphonique peut être demandée pour l’utilisation du formulaire en ligne », précise également la SNCB.

    Le passe sera nominatif. Toutes les personnes résidant en Belgique et âgées de plus de 12 ans pourront bénéficier de titre de transport.

    Rappelons qu’en dessous de cet âge, un enfant peut voyager gratuitement et sans billet s’il accompagne un parent en 1ere et 2e classe.

     

    Cette mesure de gratuité liée à la crise sanitaire du coronavirus ne concerne que la SNCB. Contacté par nos soins, le TEC indique ne pas envisager pas une telle opération.

    Par contre, il lève, à partir de ce 1er juillet, la limitation du nombre de passagers à bord des véhicules.

    Toutes les places assises et « debout » pourront être occupées. Par contre, il faudra continuer à porter le masque ou une alternative couvrant le nez et la bouche.

    Article et rédaction par Y.H.

    Source

  • Tu vas en vacances ? attention les pièges du roaming !!!

    Lien permanent

    Vacances : ne tombez pas dans les pièges du roaming !

    La Suisse, Monaco ou encore Andorre sont des paradis fiscaux.

    Mais aussi des paradis pour nos opérateurs télécom.

    Surtout quand votre smartphone se connecte sur le réseau de l’un de ces pays.

    Pourquoi ?

    Parce que votre opérateur en profitera parfois pour se « sucrer » un maximum en frais d’itinérance.

    En 2019, le service de médiation pour les télécommunications a ainsi reçu 65 plaintes concernant des problèmes de facturation de l’Internet mobile dans l’Espace économique européen.

    À cela, il faut ajouter 131 plaintes concernant des problèmes de facturation pour l’utilisation de la 4G en dehors de l’espace économique européen.

    Rappel des règles

    Depuis le 15 juin 2017, les frais d’itinérance ont été supprimés en Europe.

    Cela implique qu’il est désormais possible de téléphoner, d’envoyer des SMS et de surfer comme dans le pays d’origine où est souscrit l’abonnement. Le problème ?

    Ces règles ne s’appliquent, en théorie, que dans les pays de l’espace économique européen.

    Et de nombreux territoires, que vous traversez parfois furtivement en voiture, ne sont donc pas compris. En Suisse et à Andorre, l’abonné Proximus qui ne dispose pas d’un forfait spécifique paiera 14,52 € par mb téléchargé.

    Ça fait très cher la vidéo Youtube regardée par votre fils à l’arrière du véhicule !

     

    « Un bon conseil, c’est de toujours vérifier les modalités de son abonnement avant de partir en vacances », nous précise Luc Tuerlinckx, médiateur des télécoms.

    « Il faut bien s’assurer que les communications que vous allez émettre sont prises en compte dans votre formule d’abonnement. »

    Les différents pièges

    Le premier piège, classique, concerne l’internet « illimité ».

    Certains abonnements n’offrent pas, par exemple, cette notion d’illimité sur un territoire étranger. En cas de dépassement du volume prévu dans les conditions générales, des frais supplémentaires sont facturés.

    Le deuxième piège, le plus pernicieux, concerne des vacanciers qui se trouvent dans une zone frontalière.

    Si le téléphone mobile se connecte au réseau d’un fournisseur situé en dehors de l’espace économique européen, sans que l’utilisateur ne le remarque, l’utilisation du GSM sera particulièrement onéreuse.

    Pourtant la personne se trouve encore physiquement sur le territoire européen.

    Des touristes ont vécu ce genre de blague à Corfou ou en Normandie, face aux Îles Anglo-Normandes.

    Le dernier piège concerne les territoires européens situés en dehors de l’espace économique. Suisse, Andore, Monaco, le Vatican, l’Albanie… Attention : parfois l’opérateur inclus certains de ces territoires dans son offre.

    Mais le plus souvent, il faut payer très cher l’utilisation de la 4G.

    « Quand on reçoit une plainte pour un problème de ce type, nous tentons d’abord de vérifier qu’il n’y a pas eu un défaut d’information de la part de l’opérateur », précise Luc Tuerlinckx.

    « Parfois, des clients reçoivent des factures astronomiques de plusieurs milliers d’euros. On peut alors légitimement se demander pourquoi l’opérateur n’a pas pris la peine de couper les services. »

    Fixer une limite maximale

    Du côté du service de médiation, on regrette que la possibilité de limiter sa consommation ne soit que rarement prévue dans les formules d’abonnement.

    « Pour les cartes de crédit, il existe une limite qui sert à la fois à protéger les banques, mais aussi les consommateurs. Notre idée, c’est qu’un tel mécanisme soit mis en place pour les télécoms, où les possibilités de dépense sont actuellement illimitées », nous explique Luc Tuerlinckx, le médiateur des télécoms.

    « Suite à notre recommandation, une proposition de loi a été déposée par les députés cdH Vanessa Matz et Maxime Prévot.

    La commission Économie de la Chambre va se pencher sur le sujet et nous aurons l’occasion d’y expliquer notre position à la fin juin. »

    Pour l’autre problème, qui concerne les connexions indésirables sur un réseau GSM situé en dehors de l’espace économique européen, le service de médiation préconise que les opérateurs belges demandent explicitement l’autorisation des clients en itinérance avant de les connecter à des réseaux étrangers onéreux.

    Article et rédaction par GUILLAUME BARKHUYSEN

    Source

  • Si votre compteur est bloqué et que vous n'êtes plus approvisionné en énergie, la seule possibilité pour rétablir votre alimentation

    Lien permanent
    Resa 

    Vous informe 

     

    AVIS AUX UTILISATEURS DE COMPTEURS À BUDGET 

    Dans le cadre des mesures liées au COVID et en raison des opérations encodées dans votre compteur pour assurer la suspension de la fonction prépaiement entre le 18 mars et ce 30 juin 2020, certains compteurs à budget se sont coupés automatiquement ce mardi 30 juin 2020 à 9h faute d’avoir répondu aux nombreuses sollicitations afin de procéder aux démarches de remise en route avant le 30 juin.

     Si votre compteur est bloqué et que vous n'êtes plus approvisionné en énergie, la seule possibilité pour rétablir votre alimentation est un passage en nos locaux rue Louvrex 95 à 4000 Liège (ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 12h45 à 16h) afin de procéder à la reprogrammation de votre carte.

    Lors de votre visite, vous devez vous munir de votre carte de rechargement (si vous venez sans, un duplicata vous sera facturé 19 €) ainsi que d’un masque dont le port est obligatoire en nos locaux.

    Cette absence d’énergie n’étant pas considérée comme une panne, il est inutile de contacter notre service technique.

     

    compteur.png

     

  • Protection juridique ou garde d’enfant rapportent... fiscalement !!!

    Lien permanent

    Avec le confinement, davantage de personnes se sont tournées vers la formule électronique. « À la date de ce vendredi, nous avons enregistré 849.339 déclarations déposées par des particuliers et 130.629 par des mandataires.

    Ces chiffres étaient respectivement de 828.423 et 109.685 l’année dernière au même moment », compare Florence Angelici, porte-parole SPF Finances.

    Si vous êtes en ordre avec votre devoir fiscal, il est peut-être temps de réfléchir à quelques dépenses qui donneront lieu, l’année prochaine, à des réductions d’impôts.

    « Grâce à une loi du ministre de la Justice, l’assurance protection juridique est désormais fiscalement déductible pour le consommateur si elle répond à un certain nombre de conditions relatives aux matières couvertes, aux plafonds et aux seuils de couverture », explique Laurence Gijs d’AG Insurance.

    Concrètement, la prime d’assurance protection juridique permet une réduction d’impôts jusqu’à 124 €.

    Si vous avez fait preuve de générosité pendant la crise sanitaire du Covid-19 en donnant des masques, du matériel ou des ordinateurs par exemple, vous pourrez bénéficier une déduction en 2021. Cette disposition vient d’être publiée au Moniteur belge.

    Titres-services : intéressant !

    Conservez donc bien toutes les preuves de vos dons.

    « Leur traitement fiscal ne sera pas le même selon que vous soyez salarié ou indépendant.

    Mais c’est toujours bon à savoir », précise la porte-parole d’AG.

    Au-delà de ces deux nouvelles dispositions, des dépenses demeurent intéressantes sur le plan fiscal. Laurence Gijs en a pointé trois, accessibles à tous.

    En Wallonie, un titre-service pour une aide-ménagère coûte 9 € dont vous serez remboursés de 0,9 € (pour les 150 premiers titres).

    En Région de Bruxelles-Capitale, un titre-service de 9 € revient au final à 7,65 € après réduction d’impôt (pour les 163 premiers titres).

    Une réduction très courante et largement sollicitée est l’épargne-pension via une assurance ou un fonds. « L’avantage fiscal est de 30 % sur les versements effectués cette année, pour autant que ces versements ne dépassent pas 990 €.

    Si vous versez entre 990 et 1.270 € la réduction d’impôts sera de 25 %. On peut donc économiser jusqu’à 317,5 € », souligne notre interlocutrice.

    Troisième dépense : déduire les frais de garde est un vrai jeu d’enfant !

    N’oubliez pas de demander l’attestation en fin de stage ou de camp : une partie des frais peut être récupérée via la déclaration fiscale de l’année prochaine.

    Vous pouvez déclarer 11,20 € par jour, par enfant (jusqu’à 12 ans), et vous bénéficierez d’une réduction d’impôts de 45 % sur le montant total.

    Article et rédaction YANNICK HALLET

    Source

  • Le Locaprêt sans doute prolongé jusqu’au 31 décembre 2020

    Lien permanent

    Début mai, le gouvernement wallon a chargé la Société wallonne du Crédit social de lancer un prêt à taux zéro pour les locataires en difficulté.

    La mesure vise à aider les locataires impactés par la crise du coronavirus et veut les aider à couvrir jusqu’à 6 mois de loyer. Alors que la date limite pour introduire la demande est fixée au 30 juin, le ministre wallon du Logement Pierre-Yves Dermagne a proposé ce jeudi une prolongation de la mesure jusqu’au 31 décembre. Pour être éligible, aucune perte de revenu minimale n’est fixée.

    Certains critères sont toutefois à respecter : démontrer la perte de revenus par des documents probants, être domicilié en Wallonie, être en ordre de paiement de loyers jusqu’en février, mais aussi avoir le bail locatif enregistré à son nom et disposer de revenus imposables qui ne dépassent pas les 53.900 euros. Le demandeur doit aussi avoir une épargne inférieure à 25.000 euros et ne pas être propriétaire.

    En début de semaine, 125 ménages avaient rentré un formulaire d’inscription selon la Société wallonne du Crédit social (SWCS).

    De ces inscriptions, une vingtaine ont été écartées car non éligibles et 27 locataires ont introduit un dossier complet. Sur ces 27 demandes, 23 ont été acceptées, trois sont en cours de traitement et une a été refusée.

    Un bilan positif

    Si la SWCS s’attend à recevoir encore 80 demandes, le bilan est globalement positif pour Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de Lutte contre la Pauvreté : « Sachant que la mesure a été adoptée assez tard, 127 demandes, c’est déjà beaucoup.

    Nous avons fait des efforts de communication pour informer les publics concernés ».

    Pour la secrétaire générale, cette mesure est déjà utile, mais elle espère que certains critères, comme le fait d’être en ordre de paiement, seront assouplis.

    « Ainsi, la mesure bénéficiera à plus de personnes », déclare-t-elle.

    Et surtout, Christine Mahy plaidait pour un prolongement de cette aide, « d’autant plus que d’autres mesures, tant au niveau régional que fédéral ont déjà été prolongées ».

    Si le projet du ministre du Logement passe, les locataires auront jusqu’à la fin de l’année pour introduire leur demande.

    Article et rédaction Lavinia Rotili

    source

  • Des primes d’installation pour des nouveaux commerces à Neupré

    Lien permanent

    Jusqu’à 50.000 € de primes d’installation pour des nouveaux commerces à Neupré

    Mathieu Bihet, échevin du Développement économique explique : « Très concrètement, un budget de 50.000€ est consacré pour cette action sur l’année 2020. Cette action sera pérennisée pour l’avenir. Tous les types de commerces ne seront pas favorisés. Nous souhaitons favoriser les commerces de proximité ou qui diversifie l’offre commerciale de la Commune. Par exemple, bien qu’on n’ait jamais eu la demande, une boite d’intérim ne pourra obtenir une prime. A l’inverse, l’Horeca ou les petits commerces alimentaires pourront bénéficier d’un soutien communal. Nous souhaitons également encourager le développement des comptoirs de vente directe à la ferme.»

    Par cette aide financière, les autorités espèrent aussi que le développement commercial le long de l'axe de la N63 ne se fera plus au détriment des villages et hameaux. Bon nombre d’entreprises, de cabinets ou d’indépendants s’y installent pour bénéficier de plus de visibilité. Et puis, le parking y est souvent aisé. Or, le schéma de développement commercial de Neupré identifie les centres des villages de Neuville, Rotheux et Plainevaux comme des points de commerces de proximité à développer. D’où aussi cet incitant financier. «Un enseignement de la crise est que chacun veut consommer plus local, plus près de chez lui et avec des produits de qualité», explique le collège.

    L'aide à l'aménagement ne sera accordée qu'une seule fois au demandeur pour un même commerce, qu'il s'agisse d'une personne physique ou morale. Pour être éligible, la taille du commerce ou de l'établissement horeca devra faire maximum 200m². Il pourra s’agir de commerces alimentaires, de librairies, de merceries, de commerces de vêtements, etc. Il devra par ailleurs se situer dans les périmètres des centres de villages identifiés sur le plan d'affectation du schéma de structure communal ou directement sur le site de production, comme par exemple une exploitation agricole dans un des hameaux ou villages de Neupré. Pas question donc pour ceux qui s’implantent le long de la N63 d’obtenir la prime. Enfin, le demandeur doit s'engager à maintenir son activité pendant deux ans minimum dans la surface commerciale pour laquelle il perçoit l'aide.

     

    60% des investissements

    Les projets qui auront été sélectionnés par le collège pourront bénéficier d'une prime couvrant jusqu'à 60% du montant total des investissements admis HTVA avec un maximum de 5.000 € nets par prime.

    Pour être recevable, la demande de prime à l'installation devra être introduite par le commerçant demandeur dans les trois mois après l'ouverture de son commerce. La demande doit être adressée à l’Agence de Développement Local de Neupré, rue des deux Eglises n°16, 4120 NEUPRE adl@neupre.be.

    Rappelons aussi que les autorités neupréennes ont accepté de ne pas percevoir certaines taxes durant le confinement, comme celle sur les enseignes, «ce qui représente un effort de près de 40.000€ consenti au bénéfice des commerces de Neupré», pointe l’échevin.

    Le règlement entrera en vigueur au 1er septembre 2020.

    Source

  • Compteur à budget : gare à la coupure période de suspension s’achève le 30 juin 2020

    Lien permanent

    Concrètement, les compteurs à budget, gaz et électricité, qui concernent près de 100.000 ménages wallons, ont été suspendus car les points de recharges des cartes prépayées n’étaient plus forcément accessibles.

    Cette période de suspension s’achève le 30 juin. Les utilisateurs ont été prévenus de cette échéance par leur gestionnaire de réseau de distribution via des courriers, des SMS, les médias sociaux voire dans certains cas des visites à domicile. Les CPAS ont également informé leur public.

    Des démarches doivent être effectuées, sous peine de coupure automatique du compteur après la date butoir.

    Selon un décompte effectué par le cabinet Henry auprès de cinq GRD, entre 50 et 60 % des consommateurs se sont mis en ordre. Près de 40.000 ménages wallons risquent la coupure.

    « Et pour redémarrer le compteur, il faudra une intervention manuelle au domicile d’un représentant du GRD. Si des milliers de ménages sont touchés, cela risque de prendre du temps », prévient le cabinet du ministre wallon de l’Énergie.

    Double activation

    Concrètement, la carte prépayée doit être au préalable introduite quelques secondes dans le compteur. Ensuite, il faut se rendre au point de recharge habituel pour réactiver le compte.

    Une facture de régularisation de la consommation pendant le confinement sera envoyée ultérieurement.

     

    « Je suis particulièrement attentif aux problèmes de précarité énergétique », souligne Philippe Henry.

    En parallèle de la suspension des compteurs, la Wallonie a octroyé une prime de 100 € pour l’électrique et de 75 € pour le gaz aux titulaires d’un compteur à budget.

    Pour que cette prime soit activée, il faudra introduire une seconde fois sa carte prépayée après la réactivation du compteur à la borne de recharge. La somme sera alors créditée sur la carte.

    Elle ne pourra pas donc servir à s’acquitter de la régularisation de la facture qui pourrait être plus élevée que d’habitude car tout le monde était à la maison en permanence pendant la crise sanitaire.

    Article et rédaction Yannick Hallet

    Source

  • Le leasing de vélos a triplé avec la crise sanitaire

    Lien permanent

    Après trois mois de télétravail, de nombreux employés ne voient pas d’un bon œil les transports en commun pour
    retourner au bureau. La société de leasing Arval a constaté que le nombre de vélos de société loués ces derniers mois a triplé par rapport à 2019.

    La moitié sont des électriques (53 %) et 1 sur 3est un speed pedelec.


    « De plus en plus d’entreprises donnent la possibilité de choisir des speed pedelecs comme moyen de transport pour se rendre au travail.

    Cela permet de parcourir des distances plus longues et plus rapidement mais cela n’est pas sans risque.


    Si un employé choisit ce type de vélo, nous lui recommandons de suivre une formation.


    Faire du vélo à 45 kilomètres à l’heure n’est pas toujours si facile », indique Simon Coppenolle de Bike Lease chez Arval.


    Il faut compter entre 85 et 95 euros htva/mois pour un Ebike de qualité tous services inclus (financement, assistance, entretien, assurance) et entre 125 et 140 € pour un speed pedelec.


    Autre tendance, les employeurs s’intéressent de plus en plus à l’autopartage.

    Avec le  covoiturage, les employés se rendent au travail par les transports publics ou à vélo.

    Ils peuvent y prendre une voiture de location pour se rendre chez un client, par exemple.

    Ainsi, les entreprises retirent les voitures de la circulation pendant les heures de pointe. « Partager des voitures avec des collègues est aussi rendu « coronaproof ».


    Les voitures peuvent être réservées et ouvertes via une application pour éviter d’avoir à remettre les clés en main propre.  


    Un kit de décontamination est également fourni afin que l’employé puisse décontaminer la voiture pour son collègue après utilisation », explique Simon Coppenolle.


    FLEXIBILITÉ
    Enfin, ces derniers mois, les entreprises ont également examiné de plus près les possibilités de leasing de voitures de société pour de courtes périodes.


    « Nous constatons maintenant que les entreprises préfèrent s’engager pour une période plus courte », explique notre interlocuteur.

    « La location d’une voiture de société pour 1 à 12 mois est donc de plus en plus courante.

    C’est ainsi que nous nous adaptons à la façon dont les entreprises embauchent de nouvelles personnes.

    Grâce à cette méthode flexible, nous donnons également aux entreprises la possibilité de démarrer plus rapidement et de ne demander des voitures que lorsqu’elles sont vraiment nécessaires », conclut Simon Coppenolle. 


    Article et rédaction par Y.H

    Source

  • N'oubliez pas de déclarer votre remorque ou de la révoquer

    Lien permanent

    Les remorques sont classées en 2 groupes selon leur masse maximale autorisée (MMA). Cette information se trouve sur la plaquette d’identification de la remorque.

    si MMA ≤ 750 kg : vous devez déclarer votre remorque en remplissant un formulaire de déclaration. (Art 2 §2 4° de l’Arrêté Royal du 20/07/2001 relatif à l’immatriculation des véhicules).

    Ce formulaire est disponible en version dynamique ou pdf sur le site www.wallonie.be ainsi qu’à nos différents guichets. Il peut également vous être envoyé par email ou courrier sur demande.

    Le formulaire complété et signé doit être adressé :

    La remorque ne doit pas être inscrite à la DIV. Une réplique de la plaque d’immatriculation du véhicule tractant doit toutefois être apposée à l’arrière de la remorque (Art 30 de l’AR 20/07/2001).

    si 751 kg ≤ MMA ≤ 3.500 kg : la remorque intègre la catégorie des véhicules automatisés. Elle doit donc faire l’objet d’une immatriculation propre auprès de la DIV qui transmettra les informations au SPW Fiscalité. Vous recevrez alors une invitation à payer la taxe de circulation (Art 21 du CTA).

    Le montant de la taxe de circulation est consultable sur le site www.wallonie.be – rubrique « Fiscalité » - grilles des tarifs/taxe de circulation camions et remorques (Art 9 F. et 11 du CTA).

    Attention : lors de l’encodage par nos services, le numéro de plaque de votre véhicule n’est pas associé à votre remorque. De ce fait,  il vous est loisible de l’utiliser avec divers véhicules tant que la réplique de la plaque d’immatriculation du véhicule tractant est apposée sur la remorque et que le signe distinctif fiscal (SDF) prouvant le paiement de la taxe est à bord du véhicule.

     

    Remorques
    • MMA ≤ 500 kg         39,07€ (35,52 + 3,55)
    • 500 kg < MMA ≤ 3500 kg        81,18€ (73,80 + 7,38)

    Déclaration d’une petite remorque clic ici  (maximum 750 kg)

    Source

     

    remorque.jpg

  • Aide téléphonique insuffisante, des rendez-vous possibles pour remplir sa déclaration fiscale

    Lien permanent

    Le mois de juin est le mois des déclarations fiscales.

    Des déclarations qui se sont peut-être révélées plus compliquées à remplir cette année.

    Crise oblige, le SPF Finances avait décidé de remplacer l’aide en présentiel par une aide uniquement téléphonique. Le service proposé s’est malheureusement révélé insuffisant pour certains citoyens.


    Le SPF Finances étend donc son aide au remplissage.
    « Nous mettons en place, en étroite collaboration avec les communes et CPAS qui en exprimeront le besoin, une aide exceptionnelle durant les mois d’été pour les contribuables qui ne sont pas en mesure de faire remplir eux-mêmes leur déclaration par téléphone », indique le SPF Finances.


    Aux mois d’août et de septembre, un courrier sera envoyé aux contribuables qui répondent à des critères spécifiques pour leur fixer un rendez-vous afin qu’un agent remplisse leur déclaration.

    Il s’agit des citoyens ayant fait compléter leur déclaration en 2019 par un agent, ceux qui n’ont pas reçu de proposition de déclaration simplifiée, qui rencontrent des difficultés ou qui n’ont pas pu solliciter l’aide  habituellement organisée dans les communes et les CPAS.


    Rappelons que la date limite pour la déclaration papier est le 30 juin. Via MyMinfin, vous avez jusqu’au 16 juillet.

    Source

  • RAPPEL de mesures importantes en cas de difficultés financières COVID-19

    Lien permanent

    3 mesures importantes ont été prises par les autorités wallonnes pour vous aider si vous ne vous en sortez pas financièrement à cause de la crise sanitaire.

    ATTENTION LES DÉLAIS de ces mesures SONT TRÈS COURTS !!!!

     

    1. Compteurs à budget

    Pour les personnes qui ont un Compteur à budget (pour l’énergie et/ou pour le gaz) et qui ont activé la "période de non-coupure" pendant le COVID : vous devez faire 2 passages dans le Compteur à budget et la borne pour éviter une coupure automatique le 30 juin, et pour avoir ensuite l’aide financière.

     
    Comment faire ? 

    Pour éviter la coupure à partir du 30 juin: 

    • Passez votre carte dans votre Compteur à budget 
    • Allez à la borne AVANT le 30 juin pour éviter une coupure automatique après cette date
    • Repassez votre carte dans le Compteur à budget

    Pour recevoir les 100 € (énergie) et/ou 75€ (gaz) d'aide, un deuxième passage est nécessaire : 

    • Repassez encore une fois votre carte dans le Compteur à budget 
    • Repassez à la borne. 
    • Repassez encore une fois sa carte dans le Compteur à budget 

    Si vous voulez plus d’informations, vous pouvez aller voir sur le site de Energie Info Wallonie.

     

    2. Le Locaprêt

    Le gouvernement Wallon propose un prêt sans intérêt auprès de la SWCS pour payer 6 mois de loyer, remboursable pendant 36 mois.

     
    Pour qui ? 
    • Les locataires en résidence principale
    • Les colocataires
    • Les locataires de logements publics, si vous n’avez pas de réduction de votre loyer prévue comme pour le logement social (slsp)
    • Les kots d’étudiant 
     
    Quelles conditions du Locaprêt ? 
    • Si vous avez subi une perte de revenu à cause du Covid19,
    • si vous n’êtes pas propriétaire,
    • si vous avez bien votre résidence en Wallonie,
    • si vous n’avez pas de retard de loyer en février 2020. 

    Vos revenus ne doivent pas être au-dessus de 53.900€/an + 5.000€/enfant et vous ne devez pas avoir plus de 25.000€ de côté.

    Si votre bail n’est pas enregistré, ne vous tracassez pas, aller quand même demander.
    !!!!!  La demande doit être introduite au plus tard le 30 juin !!!!
    Et de toute façon, n’hésitez pas à contacter la SWCS pour demander des informations. Ne passez pas à côté de cette aide si vous en avez besoin. 

     
    Où m’adresser ? 

    Tout savoir sur le « Locaprêt » : www.swcs.be/locapret

    Pour consultez le site de la SWCS, c'est ici
    Permanences téléphoniques : 078/15.80.08 de 09h à 12h et de 13h à 16h
    Par mail à l’adresse : contact@swcs.be

     

    3. Les aides des CPAS

    Le Gouvernement fédéral a augmenté l’enveloppe financière des CPAS pour aider les personnes en difficulté à cause de la période Covid19.

    Vous pouvez demander au CPAS de vous aider à payer certaines de vos factures et de vos charges grâce à ce fond COVID-19.

    Qui a droit à ces aides à demander au CPAS ? 

    Si vous avez des difficultés financières et que la crise du Coronavirus a aggravé votre situation, vous pouvez avoir droit à ces aides du CPAS. Par exemple, vous êtes travailleur à temps partiel, indépendant, étudiant,  porteur d’un handicap, chômeur.euse.s, etc.

    Vous n’êtes PAS obligé d’avoir un dossier déjà ouvert au CPAS pour aller vers lui une première fois pour faire une demande.  

     
    Que pouvez-vous demander au  CPAS?

    Par exemples : 

    • Le paiement d’un loyer, de  vos charges, de factures du gaz, d’électricité, d’eau, pour recharger votre compteur à budget,….
    • L’achat d’un ordinateur ou tablette informatique, le paiement des abonnements de téléphone, GSM et d’internet,…
    • Le paiement pour un suivi auprès d’un  psychologue, d’un  psychiatre, ...
    • L’achat de médicaments, le paiement de factures d’hôpitaux, de frais d'ambulance, l’achat de masques, de gel,…..
    • Le paiement de toutes factures impayées car vos revenus ont diminué : frais de voitures, frais funéraires, frais de procédures et huissier, ...
    • Pour des stages, plaines de vacances, sport, culture, etc… pour les enfants et les jeunes…
    • Pour tout autre frais: transports, achat d’une assurance, achat de vêtements, achat de lunettes, les prestations d’aide à domicile,…
     
    Pour quelle période ? 

    Ces aides peuvent être demandées à n’importe quel moment jusqu’au 31 décembre 2020.

     
    Comment faire cette demande ? 

    Vous pouvez vous adresser au CPAS de la commune où vous habitez.

    Voici la liste de tous les CPAS wallons avec leurs coordonnées : Coordonnées des CPAS wallons.

     

    Toutes les infos clic ici 

    Source

    http://luttepauvrete.wallonie.be

  • Le prix baisse ? Une appli liégeoise vous alerte

    Lien permanent

    Alors que la période des soldes, bien que décalée chez nous, approche, un Liégeois vient de développer une application qui fera le bonheur des adeptes d’achats en ligne. Mosc, c’est son nom, permet en effet non seulement de comparer automatiquement les prix d’un même produit, mais aussi d’être averti immédiatement en cas de promotion.

    « Tout est parti d’un constat personnel, avoue Mathieu Guffens. Il m’est déjà arrivé à plusieurs reprises de ne pas retrouver tous les paniers ouverts dans différents e-shops.

    Et également de rater des promotions parce que je n’étais pas au courant de leur existence. »

    Chef de projet dans l’IT après avoir travaillé dans l’e-commerce, le Liégeois a imaginé une application qui résoudrait les problèmes qu’il lui était arrivé de rencontrer.

     

    Il s’est adjoint les services d’un développeur pour travailler, depuis janvier, sur cette solution entièrement gratuite et disponible depuis maintenant quelques jours sur Androïd.

    « C’est une appli qui informe en direct d’une baisse des prix, précise-t-il.

    L’utilisateur a plusieurs possibilités pour mettre des articles dans son panier unique.

    Le moyen le plus direct, c’est via l’appli : on choisit l’article parmi les quelque 500 e-shops disponibles actuellement, et on clique sur l’icône Mosc dès qu’il y a un article qui nous intéresse.

    On peut également le faire via l’appli du vendeur : on choisit son article, puis on le partage, toujours avec Mosc. »

    Tous les articles choisis par l’utilisateur se retrouvent alors dans un seul panier, sur l’application.

    Qui peut également se charger de rechercher des produits identiques sur d’autres sites de vente que celui sélectionné.

    « Une fois l’article ajouté dans le panier, il est en effet possible de demander à l’appli de rechercher des produits similaires, continue M. Guffens.

    Il y a donc moyen d’aller chercher les meilleurs prix, ou d’autres prestataires, peut-être plus intéressants en matière de service après-vente. »

    Pour l’instant, Mosc se concentre essentiellement sur les marchés belge et français, soit quelque 500 sites de vente en ligne.

    « Mais l’idée, si ça marche ici, c’est de s’étendre vers d’autres marchés et de couvrir d’autres e-shops dans différents pays », termine Mathieu Guffens.

    En deux semaines à peine, et alors qu’elle n’est pas encore disponible sur l’Appstore, l’application liégeoise a déjà été téléchargée plus d’un millier de fois.

    Un bon début, alors que les promotions liées au déconfinement et les soldes d’août risquent de doper l’activité commerciale.

    L’application est gratuite et malgré tout sans publicité

    Mosc est une application totalement gratuite.

    Au téléchargement, mais aussi à l’usage.

    Inondée par la publicité alors ?

    Même pas.

    Comment sont alors rémunérés ses concepteurs ?

    « Non, il n’y a pas de publicités, confirme Mathieu Guffens.

    Mais, si un acheteur finalise une transaction, je perçois une commission sur la vente. »

    Ce qui ne change rien évidemment au prix d’achat, sans quoi l’intérêt de l’application liégeoise serait évidemment nettement moindre.

    « L’acheteur va payer exactement le même prix, ça ne change strictement rien pour lui, termine le Liégeois.

    C’est le vendeur qui va payer cette commission.

    Parce qu’en quelque sorte, en hébergeant son e-shop sur mon application, c’est comme si je lui faisais de la publicité. »

    Article et rédaction par Geoffrey Wolff

    Source

  • L’annonce a fait grand bruit dans les couloirs de chez ArcelorMittal à Marchin.

    Lien permanent

    ArcelorMittal va supprimer plus de 30 emplois sur le site de Marchin

    Un conseil d’entreprise s’est déroulé ce jeudi matin chez ArcelorMittal à Marchin. Au terme de ce conseil, la direction a annoncé que 32 emplois allaient être supprimés sur le site marchinois pour un total de 50.

    Une nouvelle très mal accueillie par les travailleurs. « On nous a annoncé cette restructuration alors que la situation actuelle est déjà très difficile. Il parle de la restructuration pour le 1er janvier 2021. Trente personnes excédentaires devront être replacées vers d’autres sites liégeois », indique David Camerini, président de la délégation syndicale CSC ArcelorMittal Liège.

    Les travailleurs abattus

    L’activité sur le site marchinois sera évidemment réduite. Cette décision a provoqué l’indignation de nombreux travailleurs.

    « Plus de trente emplois passent à la trappe. Même si la direction s’est engagée à les reclasser, c’est quand même une douche froide. C’est difficile à digérer ! Les travailleurs sont abattus par cette nouvelle. On va passer de 15 pauses semaine à 6 », continue le président syndical.

    La semaine prochaine, une nouvelle réunion de négociation devrait avoir lieu.

    « La direction va devoir signer ses engagements ; pas uniquement pour les personnes qui sont en CDI mais également pour les contrats temporaires. Nous allons négocier car il faut accompagner chaque travailleur à un poste structurel et pérenne, c’est ce qui fera aussi l’objet de la négociation. Même si ce ne sont pas des licenciements, c’est une restructuration et il y en a déjà eu plusieurs. La plus importante date de 2004 où toutes les lignes d’ArcelorMittal à Marchin ont quasi toutes été fermées ainsi. Si on en est là aujourd’hui, hormis la crise, c’est parce qu’on n’a jamais rien fait pour défendre le site marchinois. Il va falloir trouver des solutions », s’indigne David Camerini qui rappelle que le site marchinois ne date pas d’hier mais de 1896.

     

    Article et rédaction

    Par Amélie Dubois

    Source

  • Compteurs à budget Il vous reste 10 jours pour réaliser l’opération et éviter la coupure

    Lien permanent
    Resa

    L'annonce 

    Compteurs à budget – Il vous reste 10 jours pour réaliser l’opération et éviter la coupure

    Voici les étapes à réaliser impérativement pour éviter la coupure automatique de votre compteur le 30 juin !
    Quel que soit votre solde disponible (même si vous aviez un solde positif avant le confinement) !

    1) Nous vous invitons à passer sans tarder votre carte une première fois dans votre compteur
    2) Passez-la ensuite dans une borne de rechargement sans effectuer de rechargement
    3) Et puis à nouveau dans votre compteur.

    Cette opération maintiendra le gel de votre solde mais vous évitera une coupure d’alimentation automatique !

     Attention, si vous ne réalisez pas cette opération, votre compteur sera automatiquement coupé le 30 juin en matinée même s’il affiche un solde positif 

    Des questions? Vous trouverez vos réponses ici 
    http://www.resa.be/cab/

  • Pas 10, mais bien 12 trajets en train gratuits !!!

    Lien permanent

    Bonne nouvelle pour les citoyens: ils n’auront pas droit à dix, mais bien à 12 trajets en train gratuits

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    https://www.belgiantrain.be

    Le gouvernement fédéral et la SNCB se sont accordés vendredi sur les modalités du Railpass, à savoir plusieurs voyages gratuits à utiliser à la suite de la crise du coronavirus. Les modalités pratiques ont été validées en kern. Le produit, qui ne s’appellera par « Tournée nationale » comme le laissaient entendre certaines sources, prendra la forme d’un pass nominatif et sur demande, annoncent la SNCB et le cabinet du ministre de la Mobilité François Bellot (MR) dans un communiqué commun.

    Le Pass sera mis à disposition de tout résident en Belgique de plus de 12 ans qui en fait la demande, les moins de 12 ans voyageant déjà gratuitement.

    Ce pass gratuit comprendra 12 trajets et sera utilisable sur une période de 6 mois, au rythme de 2 trajets par mois (à partir de 9h en semaine et pas pendant les week-ends du mois d’août). L’étalement de l’utilisation du pass sur 6 mois est appelé à garantir un meilleur étalement des flux de voyageurs.

    Les personnes intéressées pourront uniquement en faire la demande via un formulaire en ligne (avec assistance téléphonique éventuelle), et non pas au guichet en gare. Le pass sera ensuite envoyé par courrier. Les demandes seront possibles jusqu’au 30 septembre 2020.

    « Toutes les mesures seront prises, tant du côté SNCB que du côté gouvernemental, pour que le formulaire de demande en ligne soit opérationnel d’ici début août. Cette période est nécessaire pour le développement de la plateforme digitale et de la chaîne logistique, pour lesquelles des marchés publics seront lancés », expliquent la SNCB et le cabinet Bellot.

    Les premiers voyages seront possibles 15 jours après l’ouverture des demandes, c’est-à-dire à partir du 17 août.

    L’action sera supportée par une campagne de communication.

    Le « superkern », qui se compose des partis du gouvernement fédéral et des partis qui l’appuient durant la crise sanitaire, avait décidé début juin d’octroyer à chaque Belge un pass comprenant 10 trajets en train gratuit. Les responsables de la compagnie ferroviaire avaient dans un premier temps accueilli froidement une telle proposition craignant notamment un afflux de voyageurs dans les trains et les gares.

    Le conseil d’administration de la SNCB a ensuite chargé son comité de direction de déterminer, en étroite concertation avec le ministre de la Mobilité, les modalités et le calendrier de la mise en œuvre du pass, tout en respectant les exigences sanitaires et opérationnelles.

    Une concertation a eu lieu mardi et s’est déroulée de façon « constructive ».

    Vendredi, un accord est finalement intervenu entre la SNCB et le gouvernement sur un pass de 12 voyages, au lieu de 10.

    Ecolo, qui avait proposé cette mesure lors du « superkern », salue cet accord. « L’opération concrétise cette belle et verte idée et nous nous en réjouissons », explique dans un communiqué le chef de groupe à la Chambre, Georges Gilkinet.

    « Nous sommes ravis qu’une solution créative ait été trouvée qui respecte les règles sanitaires, les travailleurs et soutient les citoyens », ajoute la députée fédérale Sarah Schlitz.

    La proposition sera maintenant soumise au Conseil d’administration de la SNCB

     

    Source

  • Bonne nouvelle : l’arrivée de « l’invitation à payer » dans votre boîte aux lettres sera légèrement retardée

    Lien permanent

    Le précompte immobilier arrivera un peu plus tard !

    Si vous avez actuellement le nez dans votre déclaration d’impôts, vous avez probablement oublié que suivra, dans quelques semaines, l’arrivée du précompte immobilier.

    Cet impôt, parfois très élevé, qui touche tous les propriétaires de bâtiments.

    Si c’est la Wallonie qui reprendra en 2021 la gestion de cette taxe, c’est encore le SPF Finances qui s’occupe son enrôlement. Bonne nouvelle : l’arrivée de « l’invitation à payer » dans votre boîte aux lettres sera légèrement retardée.

    « L’envoi des avertissements-extrait de rôle 2020 s’étalera sur les mois d’août et septembre de cette année et ce sur demande de la Région Wallonne », nous explique Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances.

    « Habituellement, l’envoi des avertissements-extrait de rôle débutait fin juillet. »

     

    En matière d’impôt sur les personnes physiques, notons que 700.844 personnes ont déjà complété leur déclaration sur Tax-on-web.

    Pour rappel, il vous reste jusqu’au 30 juin pour rentrer une déclaration papier et jusqu’au 16 juillet en ligne.

    Article et rédaction Par Guillaume Barkhuysen

    Source

  • La prime des électriques élargie aux simples vélos

    Lien permanent

    Les Wallons pourront également prétendre à un coup de pouce financier de la Région s’ils acquièrent – toujours pour se rendre au travail – un simple vélo sans assistance électrique, un vélo cargo ou un vélo d’occasion.

    Les modalités doivent encore être précisées pour ce dernier cas de figure.

    Il est probable qu’il faille passer par un revendeur d’occasions, plutôt qu’un site web spécialisé dans la seconde main.

    Avec cet élargissement, le montant de la prime oscillera dès lors entre 100 et 400 euros.

    Le ministre Henry compte déposer son projet de primes sur la table du gouvernement wallon la semaine prochaine pour en discuter et l’affiner.

    Pour la rentrée

    « Avec le confinement et le déconfinement, les gens ont découvert les modes de déplacements actifs, la marche et le vélo. Maintenant, il faut faire en sorte que cela devienne une habitude structurelle », explique Philippe Henry.

    L’objectif est de faire avancer le dossier cet été pour une entrée en vigueur au plus tard à la rentrée. « Il ne faut pas bloquer le secteur du vélo en reportant trop la décision de la prime.

    Si son instauration prend plus de temps, il n’est pas exclu d’avoir un mécanisme de rétroaction pour les gens qui n’auraient pas attendu », précise le cabinet du ministre contacté par nos soins.

    Article et rédaction par Y.H.

    Source

  • En Wallonie, les personnes touchées par le chômage temporaire peuvent obtenir cette ristourne sur l’eau

    Lien permanent

    Plus de 77.000 Wallons ont demandé une ristourne sur leur facture d’eau!

    Le gouvernement wallon a annoncé en avril dernier qu’il mettait la main à la poche pour soutenir le pouvoir d’achat. Concrètement, en matière de distribution d’eau courante, les coupures devenaient désormais interdites et une réduction forfaitaire de 40 euros était accordée à tous les travailleurs concernés par le chômage temporaire.

    Un « geste » de 40 euros dont peuvent théoriquement bénéficier des dizaines de milliers de ménages dont un membre a dû avoir recours au fameux chômage temporaire pour circonstance exceptionnelle. Pour rappel, la ministre de l’économie, Nathalie Muylle, avait estimé au début de la crise que le chômage temporaire pourrait toucher un million de personnes sur l’ensemble de la Belgique. Et selon Statbel, en avril 2020, environ 588.000 personnes occupées en moyenne ont été absentes pour cause de chômage temporaire pendant toute la semaine de référence analysée. Par ailleurs, 390.000 personnes ayant un emploi n’ont pas travaillé pour une autre raison et ont déclaré spécifiquement que cette raison était liée au Covid-19.

    77.000 demandes

    Du côté de la SWDE, le distributeur qui couvre 200 communes, soit 2,4 millions de personnes, on a dénombré 65.855 demandes.

     
     

    Parmi les 64.444 demandes déjà traitées, 72,8 % ont été acceptées mais pas encore payées, 23,1 % ont été refusées et 4,1 % des demandes ont déjà fait l’objet d’un octroi de la prime. Au total, c’est 1.873.560 € qui ont été déjà ristournés.

    À la Cile, le distributeur d’eau qui couvre la moitié de la province de Liège, dont la Cité ardente, on a reçu à ce jour 11.887 demandes, dont 3.860 sont déjà traitées.

    Notons que cette réduction n’est pas la seule mesure prise par le secteur pour aider les personnes en difficulté.

    « Quand la crise a débuté, nous avons immédiatement arrêté les procédures en recouvrement », nous explique Colette Bawin, responsable communication à la Cile. « Nous avons également suspendu les placements de limiteurs de débit chez les personnes en défaut de paiement. Et nous avons enlevé les limiteurs installés. »

    Les distributeurs ont également mis en place des délais allongés pour le paiement des factures et accordent avec davantage de souplesse des mesures comme des reports d’échéances.

    Mode d’emploi

    Vous êtes concerné par le chômage temporaire en raison du coronavirus et vous souhaitez obtenir ces 40 € de ristourne ? Rien de plus simple ! Il suffit de remplir le formulaire disponible sur le site web du distributeur qui couvre votre commune (Cile, SWDE, InBW…). Vous devrez y inscrire différentes données, dont votre numéro de client. Et vous devez y joindre l’attestation nominative qui vous a été envoyée par votre organisme payeur (syndicat ou Capac). Quand le distributeur aura vérifié que vous respectez bien les conditions requises, les 40 € seront déduits de votre prochaine facture.

    Article et rédaction Par Guillaume Barkhuysen

    Source

    Intercommunale de Distribution d'Eau Nandrin IDEN clic ici  annonce 40 euros de réduction sur votre facture d’eau

     

  • Report des délais pour les assujettis à la TVA vacances d’été 2020.

    Lien permanent

    Report des délais pour les assujettis à la TVA – vacances d’été 2020.
    Sur proposition du ministre des Finances, le SPF Finances accordera des facilités aux assujettis à la TVA lors des vacances d’été 2020.

    Il s’agit d’un assouplissement des délais pour le dépôt de leurs déclarations et pour le dépôt de leurs relevés intracommunautaires.


    Ces facilités ne s’appliquent pas au dépôt des déclarations visées par le régime du « Mini One Stop Shop » (MOSS) ni à leur paiement. Les dispositions légales européennes ne le permettent pas.
    Pour plus d'info: https://finances.belgium.be/…/report-des-delais-pour-les-as…

    Report de paiement de la cotisation 2020 à charge des sociétés


    La loi du 29 mai 2020 modifiant le chapitre II du titre III de la loi du 30 décembre 1992 portant des dispositions sociales et diverses, relatif à l'instauration d'une cotisation annuelle à charge des sociétés, destinée au statut social des travailleurs indépendants afin de reporter en 2020 la date de paiement de ladite cotisation au 31 octobre, a été publiée dans le MB du 8 juin 2020.


    Ladite loi prévoit un report de paiement de la cotisation 2020 à charge des sociétés au 31 octobre 2020 mais les montants ne changent pas : 347,50 EUR ou 868 EUR en fonction du total des bilans des sociétés.


    En revanche, l’arrêté royal du 25 mars 2020 - modifiant l'arrêté royal du 15 mars 1993 pris en exécution du chapitre II du titre III de la loi du 30 décembre 1992 portant des dispositions sociales et diverses, relatif à l'instauration d'une cotisation annuelle à charge des sociétés, destinée au statut social des travailleurs indépendants – relève le seuil du total du bilan de 700.247,09 EUR à 702.954,47 EUR.

    Concrètement, cela signifie qu’un plus grand nombre de sociétés pourront payer le montant le plus bas, soit 347,50 euros (c-à-d toutes les sociétés dont le total du bilan ne dépasse pas 702 954,47 euros).


    Diminution temporaire du taux de TVA dans le secteur de l’HORECA


    Le Moniteur belge du 12 juin publie un arrêté royal du 8 juin 2020 modifiant l'arrêté royal n° 20, du 20 juillet 1970, fixant les taux de la taxe sur la valeur ajoutée et déterminant la répartition des biens et des services selon ces taux en ce qui concerne les mesures visant à soutenir le secteur de l'horeca.


     Le taux réduit de TVA de 6 % s'appliquera temporairement aux services de restaurant et de catering à partir du 8 juin 2020 jusqu’au 31 décembre 2020,


    À l'exclusion des livraisons de bières ayant un titre alcoométrique volumique acquis excédant 0,5 % vol. et d'autres boissons ayant un titre alcoométrique volumique acquis excédant 1,2 % vol.


    Bien que le terme « services de restaurant » puisse suggérer le contraire, cette expression couvre également la fourniture de boissons sans repas (dans la mesure où elle soit accompagnée d'un nombre suffisant de services accessoires pertinents) dans tous les points de vente possibles de boissons (cafés, tavernes, etc.).


    Cette mesure s'appliquera à tous les établissements permanents ou temporaires fournissant des services de restaurant ou de catering.


    Plus d’info: https://finances.belgium.be/…/diminution-temporaire-taux-tv…
    http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article.pl…


    Assimilation de nouvelles périodes d’absence en v

    ue de la prolongation du congé de maternité
    Des modifications ont été apportées au congé de maternité par la loi modifiant les périodes survenues durant le repos prénatal et pouvant être prises en compte pour la prolongation du repos postnatal. Cette loi a été votée par les parlementaires à la Chambre des représentants le 4 juin 2020 et sa publication au Moniteur belge est en cours.
    L’entrée en vigueur de la loi est rétroactive au 1er mars 2020. Les modifications apportées par la loi peuvent donc avoir un impact sur les congés de maternité déjà en cours.


    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/assimilation-de-nouvelles-peri…

    Congé parental corona – FAQ
    L’ONEM a actualisé son FAQ le 8 juin 2020.
    Plus d’info: https://www.onem.be/…/IC…/FAQ-Corona/FAQ_CPC_FR_20200608.pdf
    Mesures de prévention et conséquences sur le plan du droit du travail
    Le SPF ETCS a actualisé son aperçu des mesures le 8 juin 2020.
    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/update-coronavirus-mesures-de-…

    Questions et réponses coronavirus
    Le SPF ETCS a actualisé son FAQ le 5 juin 2020.
    Plus d’info:
    https://emploi.belgique.be/fr/themes/coronavirus


    Chômage temporaire: feuille d’info pour les employés


    La feuille d’info pour les employés a été actualisée le 9 juin 2020.


    Plus d’info:https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t2
    Chômage temporaire: feuille d’info pour les employeurs
    La feuille d’info pour les employeurs a été actualisée le 9 juin 2020.
    Plus d’info:https://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/e1-0


    FAQ – Chômage Temporaire


    L’ONEM a actualisé son FAQ le 11 juin 2020.


    Plus d’info:https://www.onem.be/…/chomage/FAQ/Faq_Corona_FR_20200611.pdf

    Activités économiques autorisées


    Le Conseil National de Sécurité du 3 juin 2020 a décidé le passage en phase 3 du plan de déconfinement à partir du 8 juin. La phase 3 marque un changement d’approche radical.

    Désormais, la liberté est la règle et les interdictions constituent l’exception.


    Les activités qui restent interdites le sont car elles impliquent soit des contacts trop rapprochés entre les individus, soit des rassemblements de masse.


    Plus d’info: https://economie.fgov.be/…/coronavirus/coronavirus-activites
    Conseils pour la réouverture des établissements horeca
    Pour accompagner la réouverture des établissements du secteur horeca, le SPF Economie a préparé un guide de conseils et des supports de communication afin d’aider les restaurateurs/cafetiers à reprendre leurs activités dans des conditions sûres.
    Plus d’info : https://economie.fgov.be/…/act…/coronavirus-conseils-pour-la
    Conseils pour la réouverture des commerces de détail
    Pour accompagner la réouverture des commerces de détail, le SPF Economie a préparé un guide de conseils et des supports de communication afin d’aider les indépendants et les commerçants à reprendre leurs activités dans des conditions sûres.
    Plus d’info :https://economie.fgov.be/…/a…/coronavirus-conseils-pour-la-0

    Vidéos de sensibilisation : Au travail en toute sécurité
    Il est toujours aussi important de respecter les mesures de prévention au travail. Afin d'expliquer ces mesures et donner des conseils, le SPF Emploi a réalisé 6 vidéos.
    Plus d’info : https://emploi.belgique.be/…/videos-de-sensibilisation-au-t…

    Annulation d’événements


    Afin de limiter l'impact sur le secteur des événements et de sauvegarder les intérêts des détenteurs de billet, la ministre de l’Économie a décidé de prendre des mesures.

    L’arrêté ministériel du 19 mars 2020, modifié par les arrêtés ministériels du 7 juin 2020 et du 8 juin 2020, suspend le remboursement obligatoire des billets pendant six mois et permet l'émission d'un bon d'échange égal au montant payé.


    Plus d’info : https://economie.fgov.be/…/coronavir…/coronavirus-annulation


    Impact économique du coronavirus


    Pour cette analyse d'impact économique, le SPF Economie suit de près, sur la base des statistiques officielles, les développements économiques résultant du coronavirus et met fréquemment à jour cette analyse.
    L'analyse a été achevée le 10 juin 2020.


    Plus d'info :https://economie.fgov.be/…/entreprises/coronavirus/impact-e…

    Source

    https://finances.belgium.be/fr/

  • Pass touristique offert aux résidents belges info !!!

    Lien permanent

    Pass touristique offert aux résidents belges.


    Les modalités concrètes de cette décision prise par le gouvernement doivent encore être concertées avec ce dernier.

    Plus d’information sera communiquée sur notre site web dès que possible.

     

    Toutes les infos seront ici 

  • Environ 200 personnes, des indépendants, réalisaient une action symbolique pour délivrer un message fort concernant leur situation.

    Lien permanent

    200 indépendants couchés sur le terrain de foot de Solières

     

     

     

     

    (David Rossomme - Event See)

    Samedi, sur le coup de 11h, environ 200 indépendants se sont rassemblés sur le terrain de foot de Solières, chemin de Perwez, pour se faire entendre. Ces travailleurs proviennent des « secteurs oubliés » : patrons de discothèques, brasseurs, le monde de l'événementiel, forains, maraichers ou encore ASBL sportives. Des personnes venant d'un peu partout (Huy, Liège, Namur, Charleroi, Bruxelles, etc.) pour délivrer un message fort : « Nous sommes indépendants et dans la m**** ». L’occasion de s’unir et de sensibiliser le monde politique à leur situation.

    Dans le respect de la distanciation sociale, les participants, soutenus notamment par l’échevin des affaires économiques de la ville de Huy Éric Dosogne, se sont tout d’abord couchés sur le ventre, pour représenter un cimetière, avant de se relever et sauter en criant « Get Up » ! Un cri du cœur et de motivation.

    Des indépendants qui veulent se relever

    À la base de cette action symbolique, plusieurs indépendants de divers horizons, dont Marc Ronveaux, gérant de deux établissements, dont la boîte de nuit « Le Moulin de Solières », à Huy, une discothèque capable d’accueillir jusqu’à 600 personnes. Il déplore un manque de considération : « Les mesures que l’on devrait respecter rendent la situation intenable (port du masque, distanciation). Nous avons des charges fixes et rouvrir ne serait pas rentable. Pour nous relever, il faudrait mettre la TVA à 6 % pendant un an, au lieu de 21%, et recevoir la même aide financière qu’en Flandre, qui est de 160 euros par jour de fermeture ». Des problèmes qui se ressentent dans d’autres domaines.

    11 mesures envoyées aux ministres

    Vincent Maillien, fondateur du groupe indépendant sur Facebook qui rassemble plus de 38.000 membres et dans le groupe de réflexion, a exprimé son soutien aux personnes en difficulté. Pour essayer de faire évoluer les choses, un front commun représenté par les indépendants du groupe réflexion a proposé toute une série de mesures, 11 en tout, qui pourraient aider les personnes à s’en sortir (voir ci-dessous).

    Des propositions économiques, fiscales, administratives et organisationnelles pour attirer l'attention des ministres : « Le but est d’éviter la faillite pour de nombreuses personnes. Nous défendons l’intérêt des indépendants, mais pas seulement. Nous souhaitons que tout le monde se sente concerné par cette lutte. Nous sommes tous dans le même bateau. Si ce versant de l’économie flanche, cela aura des répercussions sur le reste du tissu économique et social. L’union fait la force », souligne Vincent Maillien.

    Une situation d’urgence

    Le club de foot de Solières offrait donc pour l’occasion ses installations. Son directeur général, David Camerini, était présent pour représenter les ASBL sportives : « Il n’y a plus de rentrées financières depuis plus de 3 mois et aucun événement ne sera organisé prochainement. Les mesures actuelles sont stériles et j’espère que des solutions viables seront prises prochainement ».

    Les 200 indépendants souhaitent que leur message soit entendu par les ministres et les présidents de partis et que ces derniers prennent conscience de l’urgence de la situation.

    Les 11 propositions

    1. TVA à 6% sur les alcools afin de pouvoir relancer les activités ;

    2. Avenant à la loi sur le « droit passerelle » alloué durant la crise afin qu’il ne soit pas taxé et éligible à tous les indépendants ;

    3. Exonération de la taxe sur les sociétés ;

    4. Retour aux heures normales d’ouverture et d’accès au bar ;

    5. Allongement du report des crédits d’investissements ;

    6. Prime supplémentaire adaptée à la période de fermeture (« Ceux qui ouvriront en septembre auront connu 6 mois de fermeture ») ;

    7. Une aide de 160 euros / jour comme en Flandre ;

    8. Mise à jour des informations, décisions gouvernementales et régionales en temps réel ;

    9. Sensibiliser la Sabam, la Rémunération Equitable, l’AFSCA,... sur le fait de créditer leurs factures au prorata des fermetures ;

    10. Revoir et adapter le système forfaitaire de taxation des fûts de bières ;

    11. Ne réclamer la TVA due qu’après paiement de la facture par le client.

    Article et rédaction Par Maxime Gilles

    Source

    (David Rossomme - Event See)

  • Des mesures de soutien Un accord est intervenu vendredi, au sein du « super-kern »

    Lien permanent

    Un nouveau système de tax shelter Covid-19 temporaire jusqu’à la fin de l’année ouvert à l’ensemble des PME impactées par la crise.


     Une déduction majorée (25 %) pour les investissements entre le 12 mars et le 31/12/2020.


     L’augmentation de 50 à 100 % de la déductibilité des frais liés à l’organisation d’événements et de catering jusqu’au 31 décembre.


     Suspension de l’acompte de TVA de décembre pour favoriser les liquidités des sociétés.


     Une augmentation de 10 à 20 % de la part du revenu net pouvant bénéficier de la réduction d’impôts au titre de libéralité.

    La réduction d’impôts pour les dons effectués en 2020 à des  institutions agréées passera de 45 à 60 %.


    Création d’un chômage Corona adapté, transition entre le chômage temporaire Corona et le chômage économique classique. L’entreprise devra démontrer une baisse de 10 % de son chiffre d’affaires.

    Le travailleur continuera à percevoir 70 % de sa dernière rémunération plafonnée.


    > La possibilité pour les entreprises en restructuration ou difficulté de procéder à une réduction des heures de travail dans l’attente d’une reprise et afin d’éviter des licenciements.


     Amélioration de l’accessibilité du congé parental Corona. Jusqu’au 30 septembre avec une allocation revalorisée à 150 % pour les familles monoparentales ou avec un enfant handicapé.


     Facilitation du remboursement des frais en  télétravail : maximum de 127 €/mois (meilleure articulation vie privée/vie professionnelle)

    Article par DIDIER SWYSEN

    Source

     

  • Une enveloppe de 100 millions pour les CPAS !!! Un accord est intervenu vendredi, vers 22h, au sein du « super-kern »

    Lien permanent

    Elle sera dédiée aux personnes en difficulté afin d’étendre le bénéfice des mesures sociales à un public plus large. Cela pourra concerner les loyers, la facture énergétique, celle des soins de santé... », se réjouissait le ministre de
    l’Intégration sociale, Denis Ducarme (MR).


    Dès la semaine prochaine, les partis devraient intensifier les rencontres en vue de vraies négociations sur le plan de relance et l’accord de gouvernement.

    Le temps de la crispation doit faire place au temps des avancées... Et au vu de l'incident avec la N-VA, ce n’est pas gagné. 

    Article de DIDIER SWYSEN

    Source

  • Jusqu’à 400€ de prime pour s’acheter un vélo électrique ou pliable!

    Lien permanent

    Même si la gestion de la crise sanitaire était prioritaire, les ministres wallons ont pu avancer sur des dossiers de fond. Mobilité, chantiers, énergie, transports en commun… Philippe Henry fait le point dans ses matières.


    On n’a jamais autant marché ou fait du vélo. Des projets en la matière ?

     

    Avec la situation actuelle, c’est le bon moment pour obtenir un changement d’habitudes et de mentalité en faveur de la marche et du vélo. On se rend compte que la voiture occupe une partie considérable de l’espace public. Le but est de rééquilibrer la répartition de l’espace. La Région wallonne apporte son aide aux communes qui souhaitent adapter temporairement leurs voiries. L’aide est soit technique avec des propositions d’aménagements, soit financière pour par exemple un marquage au sol.

     

    Ces aménagements sont annoncés comme temporaires.


    Ils devraient durer jusqu’en octobre, mais l’idéal est que ces aménagements deviennent structurels. Le provisoire devient du définitif avec des travaux supplémentaires, ou on modifie les adaptations en tenant compte de l’usage observé. Récemment j’ai participé au lancement d’une taskforce avec la ville de Liège. D’autres villes ont des ambitions en la matière, Verviers, Namur, Charleroi ou encore Louvain-la-Neuve.


    Tout le monde ne peut pas se rendre à pied à son travail.


    Au-delà des infrastructures, il faut un soutien individuel aux personnes. Je vais proposer la semaine prochaine au gouvernement wallon l’octroi d’une prime à l’achat d’un vélo électrique. Elle concernera les personnes qui veulent se rendre au travail avec un vélo électrique ou pliable.


    Une prime de combien ?


    Entre 200 et 400 € selon le modèle. Les montants exacts seront déterminés par le gouvernement. Il faudra une attestation de l’employeur ou quelque chose dans le genre pour pouvoir l’obtenir.
    Y compris les speed-pedelec qui peuvent rouler jusqu’à 45 km/h ?


    Non. Mais il n’est pas exclu qu’on élargisse à d’autres catégories par la suite.


    Et les trottinettes électriques ?


    Ces engins ne constituent pas une mauvaise solution, mais ils sont plus récents. Il existe différents niveaux de qualité. On se concentre d’abord sur le vélo électrique. Grâce à lui, le relief ou les distances ne sont plus discriminants. Les gens peuvent l’utiliser même s’ils n’ont pas la condition physique ou sont habillés pour le bureau.


    C’est pour quand ?

    La prime devrait être mise en œuvre pour l’été. On a prévu aussi une prime pour les communes et les employeurs afin qu’ils puissent s’équiper de parkings pour vélos, de boxes sécurisés ou de points de recharge. Il y a aura aussi une prime pour effectuer les réparations de son vélo.


    Et les routes pour les voitures ? Le secteur des entrepreneurs de voirie se plaint régulièrement que les travaux sont au ralenti depuis 2019.

    Les contrats s’étaient accumulés à la fin de la législature précédente. Il a fallu régler la situation avec un engagement budgétaire supplémentaire de plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Par ailleurs, un rapport a relevé des soucis dans un grand nombre de tunnels. L’enveloppe initiale de 30 millions est passée à près de 100 millions. Maintenant, les travaux vont à nouveau être adjugés. Nous avons fixé une première liste cette semaine. Les adjudications devraient être lancées d’ici la fin juin.


    Des exemples de chantier ?

    Dans le Hainaut, nous aurons l’aménagement d’un carrefour giratoire à l’échangeur de Saint-Ghislan sur l’autoroute Bruxelles-Paris. Dans le Brabant wallon, le revêtement de la N243 Wavre Chaumont Gistoux sera réhabilité ainsi que les pistes cyclables. Le revêtement sera refait également sur la N89 à La Roche. Dans la province de Liège, il y aura la sécurisation du carrefour de Geer sur la N615 et la réfection de l’E42 entre Battice et Ensival. Dans le Namurois, on s’occupera de la traversée de Gesves (N942). Ces travaux doivent encore être validés par le gouvernement wallon. À l’automne, nous aurons d’une deuxième vague d’adjudications.

    Article et rédaction Par Yannick Hallet

    Source

  • Avis aux utilisateurs de compteurs à budget le Gouvernement wallon octroie une aide de 100€ pour l'électricité et de 75€ pour le gaz

    Lien permanent

    AVIS AUX UTILISATEURS DE COMPTEURS À BUDGET 
    Le Gouvernement wallon octroie une aide de 100€ pour l'électricité et de 75€ pour le gaz aux détenteurs de compteurs à budget dans le cadre de la crise sanitaire.
    Pour bénéficier de cette aide, vous devrez effectuer deux passages dans un point de rechargement et réaliser l’opération suivante :
    1. Introduisez votre carte dans votre compteur
    2. Rendez-vous ensuite dans un point de rechargement et introduisez votre carte dans le terminal sans effectuer de paiement
    3. Introduisez à nouveau votre carte dans votre compteur
     Le premier passage en point de recharge vous permettra de réactiver votre compteur et d’éviter la coupure automatique. 

    Cette action doit être réalisée AVANT le 30/06, sinon celui-ci se coupera automatiquement le 30 juin.
     Le deuxième passage vous permettra de bénéficier de l'aide de 100€ (électricité) et 75€ (gaz). Vous pouvez réaliser cette seconde opération jusqu'au 30 octobre 2020.

    Resa

    resa 12 j .png

  • Chiffres record pour les grandes surfaces

    Lien permanent

    Au cours de la semaine précédant la Pentecôte, le chiffre d’affaires des supermarchés belges a augmenté de 21,2% sur base annuelle. Les ventes ont même été meilleures qu’à Pâques (+ 18%).

    C’est ce qui ressort des nouveaux chiffres du bureau d’études Nielsen.

    Tout n’est pas à mettre sur le dos du coronavirus: les périodes de longs week-ends ou le beau temps, ont aidé.

    «Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est que malgré les similitudes relatives avec les semaines précédentes comme le soleil, les températures élevées, les vacances, les ventes des produits de grande consommation continuent de grimper et dépassent désormais le niveau de la semaine de Pâques.

    C’est très important.», explique Johan Vrancken, directeur général de Nielsen Benelux Connect. Les ventes d’alcool ont augmenté de 48%, tandis que beaucoup d’autres catégories enregistrent également une croissance à deux chiffres.

    Le secteur des glaces et des snacks se porte bien également… tout comme les cosmétiques ou encore les produits pour animaux.


    ET LE BIO…

    Une autre catégorie qui progresse fortement et là, le lien est directement fait avec le confinement et les nouvelles habitudes des Belges: le bio.

    Selon une étude menée par le VLAM, l’Office flamand d’Agro-Marketing, les produits bio affichent désormais une part de marché moyenne de 3%, mais celle-ci varie énormément selon les produits.

    C’est dans les substituts de viande (20%), les œufs (9%) et les légumes (6%) que la part de marché du bio est la plus élevée.

    Les viandes arrivent en bas de classement avec une part de marché inférieure à 1% pour les produits bio. Le nombre de références est également en augmentation constante: on a recensé 14.000 produits bio différents l’an dernier, explique RetailDetail.

    Les produits bio se vendent en premier lieu dans les grands supermarchés, avec une part de marché de 39%.

    La supérette, troisième canal de distribution d’aliments bio après les magasins spécialisés, gagne à nouveau du terrain en 2020: manifestement, les Belges ont redécouvert leur quartier durant le confinement.

    Article et rédaction M.SP.

    Source