Eolien

  • Encore un projet éolien à Clavier et à Ouffet

    Lien permanent

    L’enquête publique débute ce vendredi pour les cinq éoliennes à Clavier et Ouffet

    Les projets éoliens, on commence à bien les connaître du côté d’Ouffet de Clavier.

    « Les premières éoliennes ont vu le jour à Modave et les suivantes viennent de sortir de terre à Tinlot. Ouffet et Clavier devraient suivre prochainement même si ce n’est plus la panacée », précise Jean-Marc Moes, fondateur du Collectif « Ouffet Hurlevent » et qui suit ces dossiers depuis déjà 12 ans.

    « C’est le quatrième projet éolien et le troisième sur ce site avec Electro Wind et déjà Elicio en 2014 pour six éoliennes. A l’époque, le projet avait été refusé par le fonctionnaire-délégué de la Région wallonne et par le Ministre qui avait refusé le recours d’Elicio. Il y avait eu, si je me souviens bien, 963 réclamations », poursuit Jean-Marc Moes.

    Le dernier projet de la société de production d’énergie Elicio (Nethys) prévoit un projet de cinq éoliennes (une à Clavier et quatre à Ouffet) d’une puissance totale de 10 à 17,5 Mw/an. Ces éoliennes de 150 m de haut (pales comprises) avec une puissance de deux à trois MW chacune seront érigées en ligne dans les champs entre les villages de Warzée, Pair et Ouffet. Une éolienne pourra être citoyenne.

    Une réunion d’information a eu lieu le 18 mars et a déjà suscité de nombreuses oppositions suite à l’impact paysager sur le Condroz et sur la valeur immobilière des habitations tout en remettant aussi en cause l’efficacité des éoliennes comme l’a fait l’émission « Investigations » diffusée le 18 novembre dernier sur la RTBF. On y apprend notamment qu’il faut de nombreux métaux rares pour construire les éoliennes et que les pales qui ne fonctionnent plus sont laissées au pied des éoliennes car elles ne sont pas recyclables !

    « La demande de permis et les documents ont été déposés le 26 octobre dernier à la commune. L’enquâte publique débute ce vendredi 27 novembre jusqu’au 4 janvier 2021, sauf du 24 décembre au 1er janvier. La demande comporte 50 pages puis l’étude d’incidence comporte 400 pages et il y a encore 400 pages d’annexes. C’est vrai que l’on peut télécharger tout le dossier mais c’est une brique de 1000 pages qu’il faut examiner  ! », s’inquiète Jean-Marc Moes.

    « Une enquête publique ne devrait pas être lancée en pleine crise du coronavirus. C’est anti-démocratique car on ne sait se réunir en grand nombre pour discuter et échanger, on doit prendre rendez-vous à la commune dans des délais très courts. Bref, on ne peut pas jouer notre rôle de contre-poids », regrette Annie Luymoeyen, conseillère communale de Clavier et qui appartient au Collectif contre la multiplication des parcs éoliens. Une multiplication déjà dénoncée par les bourgmestres de Clavier et d’Ouffet, Philippe Dubois et Caroline Cassart.

    Pour ce projet de cinq éoliennes, le dossier peut-être consulté à la commune de Clavier chaque jour ouvrable pendant les heures de service du lundi au jeudi de 9h à midi et le vendredi de 15h à 18h. Il faut prendre rendez-vous au 086/34.94.32. Les habitants des communes d’Ouffet, d’Anthisnes, de Tinlot, de Hamoir et de Durbuy sont aussi invités à transmettre leurs remarques sur ce projet éolien.

     

    Article de  Par Marc Gérardy

     

    Article Complet  Sudinfo Clic ici 

  • AVIS D’ENQUÊTE PUBLIQUE Sur le Condroz pour des éoliennes

    Lien permanent

    eolienne condroz.jpg

    Clic sur l'image 

    Les Bourgmestres portent à la connaissance de la population qu’une enquête publique est ouverte,
    relative à la demande susmentionnée.
    Conformément à l’article D.29-13, §1er, la durée de l’enquête publique est de 30 jours s’agissant
    d’un projet de catégorie B.
    Il comporte les installations suivantes :
    • I001 à I004 : éoliennes d’une puissance unitaire de 3.000 kW
    • I005 à I008 : transformateurs d’une puissance unitaire de 3.500 kVA

     

    Le dossier de demande de permis comprenant l’étude d’incidences sur l’environnement peut être consulté
    gratuitement à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête publique, aux lieux des
    séances de clôtures repris ci-dessus et aux heures suivantes :


    Pour Ouffet : Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête,
    chaque jour ouvrable pendant les heures de service, c’est à dire de 09 heures à 12 heures et le mercredi de 13h
    à 16h uniquement sur rendez-vous.


    Pour Clavier : Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête,
    chaque jour ouvrable pendant les heures de service, c’est à dire du lundi au jeudi de 09 heures à 12 heures et le
    vendredi de 15h à 18h uniquement sur rendez-vous.


    Pour Durbuy : Le dossier peut être consulté à l’Hôtel de Ville, bureau « accueil », à partir de la date d’ouverture
    jusqu’à la date de clôture de l’enquête, du lundi au samedi inclus, de 09 à 12 heures. Vu la crise sanitaire, la prise
    de rendez-vous préalable est obligatoire, au moins deux jours ouvrables à l’avance, au 086/219811 (accueil). Une
    seule personne à la fois peut consulter le dossier. Masque obligatoire.


    Pour Anthisnes : Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de
    l’enquête, chaque jour ouvrable pendant les heures de service, c’est à dire du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00
    et le mardi de 15h00 à 19h00, uniquement sur rendez-vous.


    Pour Tinlot : Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête,
    chaque jour ouvrable pendant les heures de service, uniquement sur rendez-vous (en ce compris jusqu’à 20h un
    jour par semaine). La commune est fermée le mercredi.


    Pour Hamoir: Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête,
    chaque jour ouvrable pendant les heures de service, c’est à dire du lundi au vendredi de 09 heures à 12 heures
    et le mercredi de 13h à 20h uniquement sur rendez-vous.


    Lorsque la consultation a lieu un jour ouvrable après 16h00 ou le samedi matin, la personne souhaitant consulter
    le dossier doit prendre rendez-vous au plus tard vingt-quatre heures à l’avance auprès des personnes renseignées ci-dessous.


    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès des administrations communales dans le
    délai susmentionné, pendant toute la durée de l’enquête. A peine de nullité, les envois par courriers ou télécopie
    sont datés et signés ; ceux par courrier électronique sont clairement identifiés et datés. Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par le conseiller en environnement ou, à défaut, par l’agent
    communal délégué à cet effet.


    Tout intéressé peut obtenir des explications techniques sur le projet auprès :
    - du demandeur : Elicio, John Cordierlaan, 9 à 8400 OSTENDE (Mme Marie DESCAMPS – 04/254.46.41) ;
    - de l’auteur de l’étude d’incidences : CSD Ingénieurs Conseils s.a. – Namur Office Park, Avenue des Des
    -
    sus-de-Lives, 2 – 5101 NAMUR
    (Mr. Jean BEAUJEAN – 081/43.40.76) ;


    - du conseiller en environnement / de l’agent communal délégué à cet effet : Ouffet, Renaud IMHAUSER –
    086/84.93.15, Clavier, Mme LASSINE – 086/34.94.32, Durbuy, Mme THOMAS 086/ 219820 , Anthisnes, Jacques
    DOHOGNE - 04/383.99.82, Tinlot, Mme Borremans 085/83.09.12 ; Hamoir, Mélanie JASPART - 086/21.99.30
    - du Fonctionnaire technique : Service Public de Wallonie, Département des Permis et Autorisations – Direction
    de Liège – Montagne Sainte-Walburge 2, 4000 Liège - 04 224 57 57


    - du Fonctionnaire délégué : Service Public de Wallonie, Territoire, Logement, Patrimoine, Energie (T.L.P.E. –
    D.A.T.U.) - Direction de Liège - Montagne Sainte-Walburge 2, 4000 Liège - Tél. 04 224 54 35
    Le Fonctionnaire technique et le Fonctionnaire délégué sont conjointement compétents pour prendre la décision
    sur l’objet de l’enquête.

    Administration communale d’Anthisnes,Cour d’Omalius 1 à 4160 Anthisnes
    Le 4/01/2021 à 11h30
    Administration communale d’Anthisnes,Cour d’Omalius 1 à 4160 Anthisnes


    27/11/2020
    Suspension des délais
    entre le 24/12 et le 01/01/2021
    Le 04/01/2021
    à 11h30


    Administration communale d’Ouffet,Rue du Village 3 à 4590 Ouffet
    Le 4/01/2021 à 11h30
    Administration communale d’Ouffet,Rue du Village 3 à 4590 Ouffet
    27/11/2020
    Suspension des délais
    entre le 24/12 et le 01/01/2021
    Le 04/01/2021
    à 11h30
    Administration communale de Clavier Rue Forville, 1 4560 Clavier
    Le 04/01/2021 à 11h30
    Administration communale de Clavier
    Rue Forville, 1 4560 Clavier
    27/11/2020
    Suspension des délais
    entre le 24/12 et le 01/01/2021
    Le 04/01/2021
    à 11h00
    Lieu : Hôtel de Ville, Basse Cour 13
    à 6940 Barvaux
    Date : 04/01/2021 à 11heures.
    Collège communal, Basse Cour 13
    à 6940 BARVAUX
    Ou michele.thomas@durbuy.be
    27/11/2020
    Suspension des délais
    entre le 24/12 et le 01/01/2021
    Le 04/01/2021
    à 11h30
    Administration communale de Tinlot,
    Rue du Centre 19 à 4557 Tinlot
    Le 04/01/2021 à 11h30
    Administration communale de Tinlot,Rue du Centre 19 à 4557 Tinlot

    Article dans le journal La Meuse du 21 novembre2020 

  • Ça y est ! Les 5 éoliennes situées de part et d’autre de la N63 seront bientôt prêtes et produiront

    Lien permanent

     

     

    Le parc éolien  le long de la N 63 route du Condroz Liège Marche est presque terminé: il a mis 15 ans à se concrétiser

    Ç a y est ! Les 5 éoliennes  situées de part et d’autre de la N63, seront bientôt prêtes et produiront l’équivalent de la consommation d’électricité de 11.500 familles.

    Un projet qui a mis 15 ans à se concrétiser.

    Source d’enthousiasme pour les uns, générateur de craintes pour les autres, c’est en tout cas un événement attendu qui se déroule en ce moment. Le montage des 5 éoliennes situées de part et d’autre de la nationale 63 est sur le point de s’achever.

    Cet important projet (4 millions d’euros par éolienne) est le résultat d’une étroite collaboration entre Engie et Luminus, les deux principaux producteurs d’électricité sur le marché belge, qui organisaient une visite du chantier ce lundi.

    « Dans la lutte contre le changement climatique, nous sommes tous des alliés », tenait d’ailleurs à souligner Christophe Heijmans, chef de projet Luminus.

    « Se mettre ensemble pour développer un projet, c’est une belle image des enjeux du changement climatique ».

    Le collège communal a fait le déplacement pour l’occasion.

    La bourgmestre Christine Guyot en a profité pour rappeler que cette production d’énergie verte s’inscrit dans le respect de la Convention des Maires, à laquelle la commune a adhéré sous le mandat précédent.

     

    Un projet vieux de 15 ans

    Initié il y a plus de 15 ans, ce parc éolien a pourtant peiné à voir le jour, faisant face à plusieurs recours administratifs des riverains.

    Cette contestation a légèrement freiné les ambitions initiales des deux maîtres d’ouvrage, qui rêvaient initialement d’un parc de 8 éoliennes, mais n’a pas envoyé le projet au tapis.

    « On a finalement obtenu le permis en septembre 2018.

    Ensuite, il a fallu faire toutes les études pour préparer la construction du parc, comme les essais géotechniques et la préparation des cahiers des charges pour les différents sous-traitants », se remémore Loïc Biot, responsable du projet chez Engie.

    Opérationnelles le 16 novembre

    Le montage des 5 éoliennes sera terminé d’ici la fin de semaine.

    Elles devront ensuite subir une série de tests durant environ un mois, et seront opérationnelles vers le 16 novembre.

    Ce parc éolien produira l’équivalent de la consommation de près de 11.500 familles – soit plus de dix fois la consommation des Tinlotois – et permettra d’éviter annuellement l’émission de CO2 équivalent aux émissions annuelles de 6.500 voitures diesel.

    La construction de ces éoliennes s’accompagne également de mesures environnementales. « On a recréé un endroit de quiétude, de nourrissage et de logis pour la faune sur 10 hectares », souligne Christophe Heijmans (Luminus).

    Enfin, la commune a négocié une compensation financière avec Engie et Luminus sous la forme d’un Fonds Social Énergie.

    Elle pourra recevoir annuellement 17.000€ par pied éolien, indexé jusqu’à la fin du mécanisme des certificats verts, moment où elle recevra la somme fixée. L’argent permettra de financer des projets sociaux et/ou liés à l’énergie .

     

    Extrait d'article Par P.Tar

    Source Sudinfo et Engie 

    Cap sur le chantier éolien 

    Plus que quelques jours avant la fin du chantier

  • Quand les mats et pales des éoliennes bloquent la route du Condroz N 63 au rond-point des vaches de Nandrin

    Lien permanent

    Initié en 2010, le projet de parc de 5 éoliennes le long de la N63 entre Tinlot et Terwagne est arrivé à son étape finale.

    Même si la nouvelle ne ravit pas tout le monde, les premiers mats et pales sont arrivées dans la nuit du 28 au 29 septembre 2020 tard dans la nuit, tôt le matin plus ou moins 7 h 00 .

    Attention soyez prévoyants N63 route du Condroz Marche-en-Famenne  Clic ici > Liège vidéo de la situation du blocage

    Provoquent des bouchons sur la N 63 route du Condroz aux heures de pointe

    Le montage des éoliennes devrait s’achever le 24 octobre 2020

    Les 5 premières éoliennes commenceront à être montées le 28 septembre, suite aux livraisons.

    L’opération devrait s’achever le 24 octobre et le chantier sera définitivement clôturé le 20 novembre.

     

    Source Sudinfo

     

    12.jpg

    1.jpg

    2.jpg

    4.jpg

    5.jpg

    8.jpg

    7.jpg

    11.jpg

     

  • Des milliers d’éoliennes au Groenland pour alimenter l’Europe !!!

    Lien permanent

    C’est le projet fou de trois chercheurs de l’Université de Liège qui lancent une expédition sur le terrain.

    Trois chercheurs de l’Université de Liège ont repéré sur la pointe sud du Groenland des vents en continu de 100 km/h de moyenne.

    «Si on y installait des milliers d’éoliennes, affirment ils, on pourrait assurer de l’énergie verte pour l’Europe entière.»

    On se croirait revenu au temps des chercheurs d’or. Trois scientifiques liégeois ont préparé une expédition qui part ce mardi de Saint-Malo et qui a pour destination la pointe sud du Groenland.

    Son but ?

    Y installer trois stations météo automatiques afin de vérifier sur le terrain si leur modèle mathématique est
    bien réel.


    Et quel est-il justement ?

    «Au sud du Groenland existe un phénomène météo particulier, explique Damien Ernst, professeur et spécialiste en électricité à l’ULiège.

    Il y a en permanence la conjonction de deux vents importants : - un vent synoptique associé souvent à un anticyclone centré sur l’Islande - et un vent catabatique qui descend des glaciers du Groenland et qui profite de l’inversion de température pour foncer vers la mer.


    Ils ont d’ailleurs surnommé leur opération «projet Katabata», du nom du fameux vent.


    Ensemble, ils forment des vents de 60 à 80 km/h de moyenne, avec des pointes pouvant aller jusqu’à 250 km/h. Un endroit idéal donc pour y installer des éoliennes par milliers !»


    Et disposer d’un vent en continu est justement le principal obstacle à la rentabilité rencontré par les éoliennes placées en Europe.

    Elles fonctionnent à peine un quart du temps en Wallonie et la moitié du temps dans l’océan.


    VÉRIFIER SUR PLACE
    S’il se permet d’affirmer cela,  c’est grâce à son collègue Xavier Fettweis, un spécialiste du climat de l’ULiège, qui a réussi à modéliser mathématiquement le phénomène.

    Mais avant d’aller plus avant, il faut bien sûr aller vérifier sur place.


    C’est pourquoi un troisième chercheur doctorant liégeois, Michaël Fonder, embarque ce week-end à bord d’un voilier à Saint-Malo pour aller placer ces trois stations météo.

    «Il y en aura une dans la vallée glaciaire, une autre au bord de l’océan et la dernière sur une île au large, reprend Damien Ernst.

    Elles analyseront les vents jusqu’à dix mètres de hauteur. Ces données météos sont essentielles pour crédibiliser
    notre modèle mathématique.»


    Le Groenland appartenant au Danemark, aucun scientifique danois n’avait jusqu’à présent pensé à faire la même chose ?


    «Curieusement non.

    Mais il s’agit aussi d’un endroit où les conditions climatiques sont exécrables.

    Il n’y a quasi aucun habitant.

    Aucune route et aucun sentier n’y mènent.

    C’est pourquoi nous devons absolument nous y rendre en bateau.»


    Une fois les trois stations météo installées, elles enverront leurs relevés en continu à l’université de Liège, mais aussi à des chercheurs de Copenhague.

    Le Danemark doit absolument être partie prenante de l’opération vu qu’il est propriétaire du terrain.


    CE SERAIT BINGO


    Et si au bout d’une année de relevés, les résultats s’avèrent concluants ?


    «Alors là, c’est bingo, reprend Damien Ernst. Cela signifierait qu’il y a une réelle opportunité à investir massivement dans un parc éolien à cet endroit.

    Imaginez des milliers, voire des dizaines de milliers d’éoliennes qui produiraient en continu de l’électricité verte et
    à bas prix pour toute l’Europe.


    Ce serait magnifique !» Il y a donc un véritable enjeu industriel derrière, mais qui se chiffrerait bien sûr à coups de
    milliards. «J’ai déjà évalué le ticket d’entrée à 10 milliards pour la première phase, reprend le chercheur.

    Mais l’enjeu en vaut la peine et de grands groupes seraient intéressés.

    Pour donner un seul exemple, le groupe français Total fait 110 milliards de chiffre d’affaires par an.»


    Trop beau pour être vrai ?


    L’histoire est remplie de scientifiques un peu fous qui ont révolutionné la société. -


    Article et rédaction par LUC GOCHEL

    « Sans la science, on n’arrivera jamais à gagner la guerre du climat »

    Entre les partisans de l’écologie pure et dure et les climatosceptiques, Damien Ernst propose depuis plusieurs années
    une troisième voie basée sur les progrès scientifiques.

    Son credo est que, sans la science, on n’arrivera jamais à gagner la guerre du climat.


    «Je n’ai bien sûr rien contre les gens qui acceptent de se priver de tout pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, explique-til.

    Mais ce ne sera jamais suffi sant.»


    Et il prend à témoin la situation inédite que notre planète vient de vivre.

    «Durant deux mois, l’économie mondiale a été quasiment à l’arrêt. Les usines, les avions, les voitures… Tout tournait au ralenti.

    Et savez-vous de combien les gaz à effet de serre ont diminué durant cette période ?

    A peine 25 à 30%. Comment voulez-vous atteindre l’objectif de 80% pour stabiliser le réchauffement climatique. En se privant encore trois fois plus ?

    Est-ce encore acceptable ?»


    C’est pourquoi il croit dur comme fer en son projet de «global grid», un réseau mondial d’électricité verte
    qui serait produite à partir d’éoliennes comme celles du Groenland et de capteurs solaires comme ceux du
    Mexique.

    Le tout interconnecté pour couvrir la planète entière, la partie en sommeil compensant la partie éveillée.
    Un rêve aussi ? -
    Article et rédaction par LUC GOCHEL

    Source

    Photo prétexte 

  • Cortège du carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin le 14 février 2020 dans les rues de Nandrin

    Lien permanent

    Ce vendredi 14 février aura lieu la première édition de notre cortège de carnaval de l'école Saint-Martin Nandrin.
    En effet, tous les enfants de l’école vêtus de leurs plus beaux costumes défileront dans les rues de notre village. 
    Le cortège démarrera devant l’école, rue de la Rolée 4, à 14h00 et se dirigera vers la place Ovide Musin. Les enfants seront accompagnés d’une fanfare et auront l’autorisation de lancer des confettis. Les petits des classes d’accueil et 1ère maternelle suivront le cortège à bord de l’Equibus (calèche couverte) avec leurs enseignantes.
    Notre circuit passera devant l’église et la boucherie pour ensuite rejoindre l’école en remontant par le parking communal. Les rues empruntées seront fermées pendant la durée du cortège et la police assurera notre sécurité.
     
    C’est avec grand plaisir, que nous vous convions, ainsi que vos amis, à venir assister à notre défilé et/ou à marcher avec nous en musique et faire de cette journée une réussite. 
    Au plaisir de passer un merveilleux moment avec vous et nos petits "carnavaliers" !

  • L’éolien wallon aussi puissant qu’un réacteur nucléaire!

    Lien permanent

    Le parc éolien wallon a franchi l’année dernière le cap du gigawatt de puissance installée, rapporte Le Soir, lundi, sur base de chiffres de l’Apere, l’ASBL de promotion des énergies renouvelables.

    Il y a désormais 440 éoliennes au sud du pays, dont 45 qui ont commencé à tourner en 2019.


    Edora, la fédération des entreprises du secteur qui a réclamé les chiffres, croit en l’attractivité de la Wallonie pour l’industrie éolienne et souhaiterait renforcer encore le rythme de croissance.

    « Cent nouveaux mégawatts par an, c’était la cadence minimum d’installation souhaitée par le précédent gouvernement », rappelle Fawaz Al Bitar, directeur général d’Edora. Un rythme nécessaire pour atteindre respectivement en 2020 et 2030 une production de 2.437 et 4.134 GWh/an, telle que fixée dans la « Pax eolienica », un ensemble de mesures votées en 2018 pour favoriser l’éolien en Wallonie.

    « Pour 2020, l’objectif est atteignable, mais pour 2030, ça va dépendre des mesures qui seront prises par le nouveau gouvernement », précise le directeur d’Edora.


    Les projets en cours en sont à différents stades d’avancement.

    Outre ceux au stade de l’étude d’incidence, un nombre conséquent font l’objet de recours au Conseil d’Etat, ce qui inquiète le secteur.

    Par Belga

     

       Source

     

  • Actuellement, la commune de Clavier ne possède pas d’éoliennes

    Lien permanent

    La société Vortex veut installer un mât de mesure sur la commune de Clavier. Il servira à mesurer le « potentiel venteux ». Une enquête publique vient d’être ouverte.
    Actuellement, la commune de Clavier ne possède pas encore d’éoliennes. Mais la situation pourrait bien changer prochainement. À l’heure actuelle, trois projets éoliens sont envisagés. Mais ce genre de dossier prend du temps… et l’installation de ces moulins d’acier en terre claviéroise est encore incertaine.
    Selon nos informations, la société Vortex aimerait installer huit éoliennes. Mais avant de développer un parc éolien, il faut analyser le terrain. La société aimerait donc installer un « mât en tubulaire haubané d’une hauteur maximale de 70 mètres ». Cet instrument permettrait ainsi d’étudier le « potentiel venteux » du terrain.
    Étudier le potentiel venteux
    Le mât sera situé entre les lieux-dits « Faveroulle » et « Au Ravin des Morts ». Le terrain se situe en zone agricole. Une dérogation est donc nécessaire. « Ce terrain est au centre de la commune. C’est une plaine très dégagée », indique Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier.
    L’étude servira également à mesurer l’impact possible des éoliennes sur la faune, comme les chauves-souris. Pour l’instant, impossible de savoir combien de temps le mât va rester sur le territoire de Clavier.
    Enquête publique
    Une enquête publique a été ouverte. Elle sera clôturée le 5 février 2020. Le dossier peut être consulté au service urbanisme de Clavier (rue Forville 1, à Clavier).
    Pour rappel, des réunions d’information ont déjà eu lieu à Clavier l’année passée. Presque 200 personnes étaient présentes lors des trois séances.
    Tout en restant prudent, le bourgmestre de Clavier ne semble pas contre ce mât de mesure. Toutefois, il le rappelle : cet éventuel permis ne signifie pas que tous les projets éoliens sur la commune seront autorisés ! « On ne sait pas si les projets aboutiront. Mais il faut en tout cas se donner les moyens d’analyser la situation », conclut le bourgmestre.
    Par Ro.Ma.

    Source
    Pour rappel, La Meuse a publié récemment un dossier sur la situation éolienne de l’arrondissement de Huy-Waremme (voir La Meuse du 13 janvier 2020).

  • Près de 60 éoliennes à Huy-Waremme, Nandrin 0

    Lien permanent

    Les éoliennes se multiplient à un rythme effréné. Pour y voir plus clair, voici le nombre d’éoliennes par commune à Huy-Waremme. Certaines localités en ont beaucoup. D’autres n’en ont aucune. Bilan et perspectives.


    Les éoliennes poussent comme des champignons selon certains… Ou comme des mauvaises herbes selon d’autres ! Mais il est parfois difficile d’avoir une idée objective du nombre d’éoliennes dans notre arrondissement. Nous avons donc décidé de faire le point pour connaître le nombre exact d’éoliennes par commune à Huy-Waremme.


    Selon nos calculs et les chiffres donnés par les bourgmestres et leurs administrations, il y a actuellement 58 éoliennes dressées dans notre arrondissement. Un chiffre qui n’est pas insignifiant. Il y aurait en effet plus de 300 éoliennes en Wallonie. Les mâts de Huy-Waremme représentent donc une belle part du total wallon.


    Selon nos calculs sur base des documents du SPW, les éoliennes de notre arrondissement représenteraient une puissance nette développable de 183,7595 MW. « Cela correspond à une consommation d’environ 100.000 ménages », explique Damien Ernst, spécialiste de l’énergie et professeur à l’ULiège. Mais face aux 3.000 MW de la centrale nucléaire de Tihange, les performances de nos moulins semblent bien faibles…


    Communes sans éoliennes


    Toutefois, derrière ce total se trouve une réalité véritablement fragmentée. Les éoliennes sont en effet réparties de manière inégale sur notre territoire. Ainsi, de nombreuses communes ne possèdent aucune éolienne. C’est notamment le cas d’Oreye, de Braives, de Burdinne, de Remicourt, de Fexhe-le-Haut-Clocher, de Faimes de St-Georges…


    La proximité avec l’aéroport de Bierset ou une zone militaire empêche beaucoup de communes d’installer des mâts. « Avec le survol des avions et le couloir militaire, nous ne pouvons pas avoir d’éoliennes et on le regrette amèrement », explique ainsi le bourgmestre de Saint-Georges, Francis Dejon.


    Parfois, il s’agit surtout d’une question de localisation. Ainsi, il n’y a aucune éolienne à Marchin. « Il n’y a pas non plus de lieu réellement identifié comme intéressant sur les cartes des vents », précise Éric Lomba, bourgmestre de Marchin.


    D’autres communes abritent cependant de véritables « parcs éoliens ». 17 éoliennes sont situées sur le territoire de Villers-le-Bouillet. Sur la commune de Hannut, on retrouve 11 mâts. Sur Berloz, on peut en compter 6.


    Projets complexes


    De nombreux projets sont encore en cours dans notre région. Mais il est extrêmement difficile de faire une cartographie détaillée des projets éoliens. Les procédures sont en effet très longues et semées de multiples recours qui peuvent faire capoter tout le projet…


    On peut donc voir des projets du côté de Tinlot, de Wanze, de Wasseiges… Chaque commune a ainsi sa stratégie et ses propres perspectives. Par exemple, Thomas Courtois, bourgmestre de Wasseiges, aborde les différents projets sous l’angle de la raison : « Je n’ai pas dit qu’on veut absolument en avoir. Mais je préfère qu’elles soient chez moi plutôt que juste à la frontière ».


    Certaines communes sont également critiques face à ces projets. Le bourgmestre de Burdinne, Frédéric Bertrand, voudrait notamment un véritable plan global : « On n’est pas du tout contre l’éolien, mais il faut une réflexion globale sur l’installation des éoliennes ».


    Par Romain Masquelier

     

    Source

     

    eolienne.JPG

  • Des citoyens s’opposent à la destruction du paysage du Condroz

    Lien permanent

    Jeudi dernier, la société allemande Vortex Energy a présenté son projet éolien pour la commune de Clavier, à la salle « Le repair », rue de Pair 22. Un projet qui pourrait déboucher sur l’implantation de 8 éoliennes le long de la N63, entre Les Avins et Bois-Borsu. Le quatrième proposé sur la commune de Clavier.

    Lors de cette réunion, les citoyens de Clavier avaient été conviés à s’exprimer et poser leurs questions. Sur le coup de 19h, environ 200 curieux ont répondu à l’appel et ont rempli la salle. Des curieux qui ont fait part de leurs craintes auprès des responsables de Vortex Energy : « On a appris des choses étonnantes, comme le fait que certaines maisons pourraient se trouver à moins de 800 mètres des éoliennes. Cela ne nous plaît évidemment pas, ni aux citoyens qui n’étaient pas réellement informés auparavant », explique Annie Luymoeyen, membre du collectif « Sauvegarde du patrimoine condrusien ».

    Le collectif s’oppose à la destruction du paysage du Condroz, reconnu partout ailleurs : « Je suis venu dans la région pour la tranquillité et pouvoir contempler ce merveilleux décor et cela détériorerait cette image, comme c’est déjà le cas à Modave. Au-delà de cet aspect visuel, nous avons d’autres interrogations concernant l’économie d’énergie. Les éoliennes ne fonctionnent pas la majeure partie du temps et il faut donc compenser avec d’autres sources d’énergie ». La dernière grosse inquiétude du collectif concerne la société Vortex Energy, fraîchement débarquée dans le paysage éolien et donc sans expérience probante.

    Un quatrième projetprésenté en octobre

    De son côté, Philippe Dubois, bourgmestre de Clavier, rappelle qu’un seul projet pourra être accepté et que la commune n’est en rien responsable de cette situation : « Nous sommes sollicités par les différentes sociétés désireuses d’implanter des éoliennes dans notre commune. Nous les écoutons et effectuons une prise d’information, mais cela devient compliqué à gérer. Cela ne doit pas être à la commune de décider si tel promoteur est plus compétent. La Région wallonne devrait prendre ses responsabilités et déterminer que, pour une zone précise, un seul projet peut être présenté ».

    Pour rappel, ce projet est le 6e voyant le jour dans la région du Condroz et le 4e à Clavier. Ce qui pourrait porter le nombre de mâts à 31. Une réunion de la société Aspiravi est d’ailleurs prévue le 9 octobre prochain à la salle « La grange » dans le village Les Avins. Elle y présentera son projet de 11 éoliennes prévues sur des zones déjà convoitées dans les autres projets en cours.

    MAXIME GILLES

     

    Source

    1condroz.JPG

  • Aujourd'hui jeudi 19 septembre 2019 réunion d'info pour un projet éolien à Clavier

    Lien permanent

    Un projet de construction d'un parc de 8 éoliennes est en cours sur le territoire de la commune voisine de CLAVIER. les habitants des communes voisines sont invités à participer à une réunion d'information le jeudi 19 septembre à 19h, à la salle "Le repair" (rue de Pair, 22 à CLAVIER)

     

     

     
     
     
  • La société Vortex Energy souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 à Clavier, Un collectif de citoyens s’élève contre la destruction du paysage condrusien

    Lien permanent

    Un collectif de citoyens s’élève contre la « destruction du paysage condrusien »

    Ce jeudi à 19h, la société allemande Vortex Energy présentera son projet éolien pour la commune de Clavier, à la salle « Le repair », rue de Pair 22. La société souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 entre Les Avins et Bois-Borsu.

    Ce projet est le 6e voyant le jour dans la région du Condroz, ce qui pourrait porter le nombre de mâts à 31. Une situation refusée par le collectif « Sauvegarde du patrimoine condrusien » qui appelle les citoyens à poser leurs questions jeudi : « les citoyens n’ont pas été réellement informés par la société, si ce n’est au travers d’affiches peu explicatives. Nous voulons tenter de comprendre le projet et voir leur proposition », Annie Luymoeyen, membre du collectif.

    Le collectif a néanmoins une position ferme et ne veut pas que le paysage soit détruit : « Il y a déjà une dizaine d’éoliennes en activité ou sur le point de le devenir, à Modave et Tinlot, n’est-ce pas suffisant ? Le Condroz est l’une des seules régions encore intactes au niveau de son paysage. On ne tarit pas d’éloges sur la beauté des différentes communes et ces projets détérioreraient non seulement cette image, mais apporteraient des nuisances sonores, visuelles et écologiques ».

    « À la Côte, c’est bien »

    Étant convaincu de la nécessité d’évoluer vers les énergies vertes, le collectif pointe également les soucis liés au fonctionnement des éoliennes : « Elles ne fonctionnent pas la majeure partie du temps. Lorsqu’il y a trop de vent, cela ne tourne pas et la même chose se produit quand le vent ne souffle pas assez. Il faut donc utiliser du gaz ou d’autres sources d’énergie. Ce n’est donc pas très écologique ». Les membres du groupe ne sont cependant pas contre l’installation d’éoliennes… ailleurs : « À la Côte, c’est une très bonne chose par exemple. Cela ne dérange pas les habitants et cela amorce le retour de la faune et la flore aquatique. » À Clavier, le projet de Vortex Energy sera suivi par un quatrième dossier en octobre, avec le lancement d’une étude d’incidence pour 11 éoliennes de la société Aspiravi, prévues sur deux des zones déjà convoitées dans les projets en cours. Le bourgmestre Philippe Dubois, exaspéré, a précisé qu’un seul projet pourrait être accepté par la commune de Clavier : « Nous sommes favorables au développement durable et aux projets éoliens, mais la Région wallonne devrait prendre ses responsabilités et déterminer que, pour une zone précise, un seul projet peut être présenté… Cela ferait gagner du temps et de l’énergie aux communes ». De son côté, le collectif estime que le projet de Tinlot, en cours de construction depuis une semaine, porte déjà un grave préjudice au paysage.

    Par MAXIME GILLES

    Source 

     

    Le 19 septembre 2019 réunion d'info pour un projet éolien à Clavier clic ici

    eolien19.JPG

  • Le 19 septembre 2019 réunion d'info pour un projet éolien à Clavier

    Lien permanent

    Un projet de construction d'un parc de 8 éoliennes est en cours sur le territoire de la commune voisine de CLAVIER. les habitants des communes voisines sont invités à participer à une réunion d'information le jeudi 19 septembre à 19h, à la salle "Le repair" (rue de Pair, 22 à CLAVIER)

     

     

     
     
     
  • Nouveau projet d’éoliennes à Clavier

    Lien permanent

    Jusqu’à présent, aucune éolienne n’a encore poussé sur le territoire de la commune de Clavier. Cela devrait changer. En quelques semaines, pas moins de quatre projets ont été déposés. Si l’ensemble des projets éoliens était concrétisé, (ce qui ne sera pas le cas NDLR), c’est au total une vingtaine de mâts qui se dresserait sur le territoire de la commune.

    Une avalanche de projets qui irrite le bourgmestre, Philippe Dubois (MR) « Cela en devient presque ridicule, lance-t-il. Les lieux où l’on peut installer des éoliennes sont de moins en moins nombreux. Certaines zones sont interdites pour cause d’habitat trop proche, de couloirs migratoires, de restrictions d’ordre aérien ou militaire… Du coup, les sites où l’on peut encore installer des éoliennes sont pris d’assaut. J’ai du respect pour les opérateurs, Vortex Energy, qui présente le projet de huit éoliennes le long de la N63, est une société très sérieuse. Les autres le sont aussi… Mais présenter quatre projets différents cela n’a pas de sens. Nous ne pourrons en accepter qu’un au grand maximum. Analyser tous ces dossiers est fastidieux pour les communes. Nous sommes favorables au développement durable et aux projets éoliens, mais la Région Wallonne devrait prendre ses responsabilités et déterminer que, pour une zone précise, un seul projet peut être présenté… Cela ferait gagner du temps et de l’énergie aux communes… »

    « Essentiellement visibles depuis la Grand-route »

    En attendant une éventuelle nouvelle législation, la situation est celle-là et les Claviérois sont donc invités à analyser quatre projets éoliens. Après ceux présentés sur un site à cheval avec la commune d’Ouffet, ainsi qu’au sud de la commune de Clavier, en juin dernier, c’est donc le projet de Vortex Energy qui est soumis à leur sagacité.

    Ce parc, qui comporterait huit éoliennes de 4 MGW, serait implanté le long de la N63, entre Les Avins et Bois-Borsu « Il serait essentiellement visible depuis la Grand’Route, mais également depuis le village » commente le bourgmestre, qui ne souhaite pas, à ce stade, donner son avis sur le projet.

    Une réunion d’information préalable est organisée le 19 septembre, à 19 heures, à la salle « Le Repair » rue de Paire 22 à Clavier.

    Source 

  • Une éolienne qui appartient aux citoyens

    Lien permanent

    En juin 2018, le parc éolien à Modave a été inauguré. Un lieu idéal pour ces 5 nouvelles éoliennes. « Elles ne sont pas à proximité des habitations. Dès le départ, Electrabel a voulu mesurer l’impact humain et environnemental et faire au mieux pour tout le monde », explique Loic Biot, chef du projet chez Electrabel. Une des 5 éoliennes est exploitée par les citoyens. « Nous avons eu un soutien communal très fort de la part de Modave. Les citoyens ont investi pour l’éolienne », continue Loic Biot. Pour ce projet quasi unique en Belgique, la commune a mis en place sa propre coopérative : l’éole Modave. Cette éolienne citoyenne produit chaque année de l’électricité pour l’équivalent de 2000 à 3000 ménages et cela durant 20 ans.

    Par A.DU

    Source 

  • C’est une installation unique en Europe, à base d’ultra-sons, qui a été installée sur un mât d'une éolienne

    Lien permanent

    La construction des parcs éoliens n’est pas toujours sans effet sur les populations d’espèces animales, comme les chauves-souris, qui utilisent le vol comme moyen de locomotion. Il semble qu’elles soient les premières victimes des éoliennes. Cette espèce animale protégée entre souvent en collision avec les pales ou décède à cause de la dépression près du rotor.

    La société Engie Electrabel souhaite optimiser la protection des chauves-souris. « Le site éolien de Modave, inauguré en 2018, se situe à proximité des bois et des prairies. Il y a donc davantage de probabilité que les éoliennes attirent les chauves-souris », explique Stéphane Bronckers, responsable de la recherche éolienne chez Engie Electrabel. Les éoliennes, en raison de la chaleur qu’elles dégagent, sont en effet des lieux favorables aux insectes, ce qui en fait un territoire intéressant pour les chauves-souris. « La nacelle qui se trouve à 93 mètres tout en haut de l’éolienne est un véritable territoire de chasse pour les mammifères volants », montre Stéphane Bronckers.

    5 haut-parleurs et des caméras thermiques

    Pour diminuer le taux de mortalité des chauves-souris, un système de protection des chauves-souris par ultra-sons, importé par une entreprise américaine, a été installé par Engie Electrabel sur une éolienne. Une première européenne ! 5 haut-parleurs à ultra-sons ont été placés sur la nacelle. Ensemble, ils créent un bouclier sonore dans la zone de danger autour des pales de l’éolienne et repousse les chauves-souris. « Il ne s’agit pas d’un dispositif nocif pour les chauves-souris. Il permet de créer une gêne pour l’espèce protégée et la contraint d’aller chasser plus loin », indique Loic Biot, chef du projet chez Engie Electrobal.

    Le système d’effarouchement sera doublé de caméras infrarouges. Elles détecteront la présence de mammifères volants et permettront une mise à l’arrêt automatique de l’éolienne. Les deux dispositifs seront combinés en alternance durant quatre mois. « Nous sommes actuellement en phase test jusque fin octobre. A l’issue de ce projet initié début 2019, nous analyserons les résultats afin de quantifier le nombre de chauves-souris », poursuit Loic Biot. Une installation qui n’aura aucun impact sur les riverains de Modave. « Les ultra-sons seront uniquement localisés au niveau de la partie tournante de l’éolienne », précise Loic Biot. Un micro sera également installé prochainement et permettra de comptabiliser et identifier les espèces présentes. Dans cette région, c’est principalement la Pipistrelle, une espèce très présente en Europe.

    « On perd 3 % d’énergie avec le bridage actuel »

    Implanté en 2018, le parc éolien de Modave au lieu-dit « Les trinitaires » perd chaque année, 3% d’énergie verte. La cause ? Le système de bridage actuel visant à protéger les chauves-souris n’est pas adapté, selon Engie. « Les 5 éoliennes à Modave s’arrêtent pendant certaines périodes de l’année, à certaines heures et dans certaines conditions de vent et de température. Même s’il s’agit de conditions probables pour que les chauves-souris soient en vol, il arrive qu’à certains moments, elles ne soient pas présentes durant ces périodes. Et dans tous les cas, les éoliennes se stoppent et on perd de l’énergie », souligne Stéphane Bronckers. Ces arrêts préventifs devraient à l’avenir être totalement remplacés par le nouveau dispositif en double alternance. « A long terme, l’objectif est de diminuer ou de rendre moins sévère le système de bridage. Notre objectif est double : protéger les chauves-souris et maximaliser l’énergie verte », conclut Stéphane Bronckers.

    Le coût total de ces nouvelles installations s’élève à 42.000 euros. Ce système, en test jusqu’en octobre prochain, pourrait bien en inspirer d’autres et s’appliquer à d’autres éoliennes du pays, voire d’Europe.

    Par AMÉLIE DUBOIS

     

    Source 

  • La commune de Nandrin prête à investir dans l’éolien

    Lien permanent

    Eoliennes.

    La commune de Nandrin a annoncé sa volonté de prendre des participations dans des projets de production d’énergies renouvelables, comme une éolienne citoyenne.

    Marc Evrard a interpellé la majorité à ce sujet,rappelant que le Collège a décidé d’ester en justice contre le permis
    éolien octroyé par la Région wallonne à Clermont-sous-Huy. Nandrin et Engis ont effectivement décidé d’aller en recours au Conseil d’Etat contre cette décision.

    « Nous attaquons sur la forme un permis mal torché, pour nous faire respecter puisque nos remarques ont
    été balayées par l’administration du ministre et parce que des riverains n’ont pas été pris en compte
    dans l’étude d’incidences.

    Cela dit, le permis est octroyé et notre recours n’est pas suspensif.

    Nous ne sommes pas opposés aux éoliennes et si celles-ci voient bel et bien le jour, rien ne s’oppose à ce
    que nous prenions une participation.

    Doit-on rester passif ou s’inscrire dans la logique ? », a répondu
    Michel Lemmens. 

     

    Source 

  • Un bilan de 11.673 canettes récoltées au 25 juin à Nandrin

    Lien permanent

    Canettes.

     

    La machine automatique, installée au service voirie rue Thier des Raves, qui collecte les canettes abandonnées dans la nature et rapportées par les citoyens, affiche un bilan de 11.673 canettes récoltées au 25 juin.

    « Il y a 50 inscrits dont 33 plus actifs.

    Il y a eu une augmentation de 1.000 canettes ces derniers jours.

    Une école participe notamment », s’est réjoui Sébastien Herbiet

    Source 

  • Nandrin au conseil d’État contre les éoliennes de Clermont

    Lien permanent

    C’est une histoire qui remonte en 2012... A l’époque, les promoteurs éoliens, NPG Energy et Lampiris, avaient déposé chacun un projet de parc éolien à quelques kilomètres d’intervalle à cheval entre Engis, Neupré et Nandrin. En 2016, les deux sociétés envisageaient finalement de proposer un projet commun de neuf mâts. Engis et Anthisnes y étaient favorables, au contraire de Nandrin et Neupré. Ce parc de neuf éoliennes avait, de toute façon, été rejeté par le ministre Carlo Di Antonio.

    Finalement, en juin 2018, c’est NPG Energy, en collaboration avec BeWatt, qui avait introduit une demande de permis unique pour la construction d’éoliennes et leur exploitation, ainsi que la pose de câbles électriques souterrains, l’aménagement de chemins d’accès et d’aires de montage, et d’une cabine de tête. Et ce, à Engis. Il s’agit bien ici du projet remodelé, dont l’origine remonte à 2012. NPG Energy avait donc suivi le conseil de la Région wallonne en prévoyant un projet de cinq éoliennes à Clermont-sous-Huy (Engis).

    Refus en bloc

    Le permis pour le projet remodelé a été accepté par le ministre Carlo Di Antonio. Une décision qui énerve les communes concernées. D’après elles, ce deuxième projet ne respecte pas les conditions fixées légalement dans le permis d’urbanisme. Par conséquent, Neupré, Nandrin et Engis ont pris la décision d’introduire un recours au conseil d’État. « Quand on va au conseil d’État, le recours est bien jugé sur la forme, et non sur le fond. Ici, le dossier ne tient pas compte d’un certain nombre d’éléments, comme la présence de bâtiments et la route du Condroz à proximité des éoliennes. Par ailleurs, la Région wallonne n’a pas pris en compte l’avis défavorable de la CCATM (commission consultative d’aménagement du territoire et de mobilité), du Collège et de la DGO1 (direction des routes de Liège en charge de la route du Condroz) », explique Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin.

    Concernant la route du Condroz, le projet de NPG Energy ne prendrait pas en compte le risque de chute de glace sur les voitures en hiver. « Tous les avis sont négatifs mais le ministre a décidé d’accorder le permis. C’est pour cela que nous allons en recours », ajoute Michel Lemmens. De son côté, Serge Manzato, bourgmestre d’Engis, a décidé de s’appuyer sur l’avis des avocats de la commune de Nandrin, et de s’associer à cette démarche. « Nous avons décidé d’aller en recours avec Nandrin, et non pas Neupré, car leurs arguments se basent sur la forme. Ce que nous regrettons, c’est qu’entre les deux permis, rien n’a été revu. Or, il faut que tous les éléments du dossier soient respectés sinon c’est illégal », précise Serge Manzato. Le bourgmestre d’Engis confie, cependant, qu’il est conscient qu’une fois que la région a rendu son avis, il est difficile d’aller contre. Suite au prochain épisode...

    PAR E.F.

    Source 

  • La commune de Nandrin va peut-être ester en justice dans le dossier de cinq éoliennes en bordure de la N63 route du Condroz

    Lien permanent

     


    Le conseil communal a voté le 6 mai 2019, un point complémentaire en raison de l'échéance rapprochée du 19 mai 2019, si le cas échéant elle devait ester en justice, dans le cadre du dossier des éoliennes le long de la route N 63 du Condroz .

    La commune va mandater son avocat afin d'analyser le dossier avant la date du 19 mai 2019, fin des 60 jours pour introduire un recours .

    Voici l'article pour Neupré :

     

    La salle du conseil communal de Neupré était pleine à craquer ce jeudi soir. Un point fort controversé était au programme: le projet des cinq éoliennes sur les hauteurs d’Engis. La commune a annoncé qu’elle allait introduire un recours au Conseil d’État pour tenter de casser le permis accordé par le ministre Carlo Di Antonio. Dans les rangs de l’opposition, ça a grondé.

    Pour rappel, l’endroit où il est prévu d’implanter ces éoliennes est situé à la frontière entre la commune d’Engis et celle de Neupré. Le SPW avait rendu un avis négatif quant à ce projet mal vu par les communes de Nandrin, Neupré et Engis. Ces dernières craignaient, entre autres, des nuisances sonores, visuelles et un risque de bris de glace sur la route du Condroz. La société NPG Energy Lampiris avait alors déposé un recours contre ce refus et le ministre Carlo Di Antonio avait finalement octroyé un permis sous conditions le 18 mars 2019.

    Seulement voilà, les communes avaient, à leur tour, 60 jours pour introduire un recours au Conseil d’état contre la décision du ministre. Et c’est chose faite à Neupré. Le recours a été voté ce jeudi par la majorité qui met en évidence une étude d’incidence lacunaire ainsi qu’un problème de méthodologie: «L’acte juridique qui nous a été rendu par un cabinet d’avocats pointe plusieurs irrégularités», explique le collège qui n’est pas sur la même longueur d’onde que le ministre mais qui précise qu’il n’est en aucun cas contre l’éolien. «Il ne faut pas dénaturer des paysages de campagne comme les nôtres, on ne dit pas ‘oui’ à ce projet là car il y a un impact clair, par exemple, sur la faune. Nous avons une autre optique environnementale.»

    L’opposition a formulé diverses remarques, comme un manque de transparence dans le dossier ou le coût d’une telle procédure.

    LAURENT CAVENATI

    Source 

  • Le ministre octroie finalement le permis pour le parc éolien à Clermont-sous Huy

    Lien permanent

    Vent d'ENFAN ASBL pour une participation citoyenne dans le projet éolien d'Engis

    l'annonce sur son site internet .

    NPG Energy avait déposé un recours contre le refus du SPW de voir un parc éolien à Clermont-sous Huy.

     

    Lire  l'info au complet clic ici 

     

    Il y a la possibilité aux Communes ou aux particuliers d’introduire un recours auprès du Conseil d’état.

    Ils ont 60 jours pour le faire.

    Le texte intégral de l’arrêté est consultable à l’administration communale d’Engis http://www.engis.be/

     

  • Un projet de cinq éoliennes chez nos voisins

    Lien permanent

    AVIS RÉUNION D’INFORMATION

    PRÉALABLE À L’INTRODUCTION

    D’UNE DEMANDE DE PERMIS UNIQUE

    La société ELICIO S.A., John Cordierlaan 9, 8400 Ostende, informe la population qu’elle prévoit d’introduire une demande de permis unique relative à :

    L’IMPLANTATION D’UN PARC ÉOLIEN DE 5 ÉOLIENNES

    D’UNE PUISSANCE TOTALE DE 12.5 À 17.5 MW

    sur le territoire des communes de OUFFET et de CLAVIER entre les villages de Warzée, de Pair et d’Ouffet.

    Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, cette demande de permis fera l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement et d’une réunion d’information du public, à laquelle chacun est invité à assister.

    La réunion d’information du public aura lieu le : LUNDI 18 MARS 2019 À 19H00 A LA SALLE COMMUNALE DE OUFFET SALLE AUX OIES Rue aux Oies n°2, 4590 Ouffet Cette réunion d’information a pour objectifs :

    1. de permettre au demandeur de présenter son projet ;

    2. de permettre au public de s'informer et d'émettre ses observations et suggestions concernant le projet ;

    3. de mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l'étude d'incidences ;

    4. de présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afi n qu'il en soit tenu compte lors de la réalisation de l'étude d'incidences. Toute personne peut, dans un délai de 15 jours à dater du jour de la tenue de la réunion d'information, soit le 2 avril 2019, émettre son avis sur les quatre points susmentionnés, en les adressant par écrit au collège communal de Ouffet (Rue du Village 3 – 4590 Ouffet), en y indiquant ses nom et adresse.

    Elle en adresse une copie à ELICIO (Marie Descamps, John Cordierlaan 9 – B 8400 Ostende). Toute information sur ce projet peut être obtenue auprès de Madame Marie Descamps, John Cordierlaan 9, 8400 Ostende au 04/254 46 41 ou marie.descamps@elicio.be

     

    Comme le prévoit le Code de l’Environnement, cette demande de permis fera l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement et d’une réunion d’information du public à laquelle les habitants des communes de Clavier et d’Ouffet sont invités à participer. Cette réunion d’information préalable aura donc lieu le lundi 18 mars à 19h à la salle communale d’Ouffet. Elle a pour objectif de permettre à Élicio de présenter son projet mais permettra aussi au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions concernant celui-ci. Elle mettra également en évidence des points qui pourraient être abordés dans l’étude d’incidences et présentera des alternatives pouvant être envisagées par Élicio lors de la réalisation de cette étude.

    Pas le premier projet

    Ce n’est pas la première fois qu’un tel dossier est introduit auprès des communes d’Ouffet et de Clavier. « Les précédentes demandes de permis n’ont pas donné de suites favorables. Ici, le dossier a été déposé et la procédure est en cours. Nous attendons un dossier complet avec toutes les informations nécessaires à l’avancement du projet avant de nous prononcer », indique Caroline Cassart, bourgmestre d’Ouffet.

    Mauvais signal

    S’il n’y a pas encore d’accord entre les communes concernées et la société de production d’énergie, ne pas donner suite au projet lancerait un « mauvais signal », notamment aux 4500 jeunes qui ont défilé ce jeudi à Huy, explique le mayeur de Clavier, Philippe Dubois. Néanmoins, il précise que « même si je soutiens fermement les différents mouvements pour le climat et que la commune est là pour donner l’impulsion et le financement à ce type de projet, les citoyens doivent, eux aussi, faire des efforts de leur côté ». En effet, l’implantation d’un parc éolien pourrait poser problème à beaucoup de Claviérois et Ouffetois. « Comme c’est généralement le cas dans ce genre de dossier, beaucoup de citoyens seront extrêmement réticents à l’installation d’éoliennes près de chez eux ». Rien n’est donc certain dans l’implantation d’un parc éolien sur ces communes. Les citoyens pourront toutefois émettre leur avis lors de la réunion d’information.

     

     Article de PAR PAULINE GOVAERT
     
     
  • Nandrinois l'energies vertes: l’éolien et le solaire repartent à la hausse

    Lien permanent

    L’année 2017 a marqué le renouveau pour le secteur éolien, avec une croissance de plus de 10 %, phénomène qui n’avait plus été observé depuis 2015. La première raison à cela a été le nombre de recours au Conseil d’État. Après le premier semestre 2018, la Wallonie atteint donc une puissance installée de 872 Mégawatts (MW) et produit plus de 1.700 gigawatts heure (GWh) par an. Cela représente la consommation de 507.000 ménages, selon l’APERe.

    La croissance pourrait continuer car de nombreux projets éoliens sont en cours. Qu’ils soient en étude, pour un total de 1145 MW, en phase de demande de permis (135 MW) ou en recours (442 MW, dont 33 en construction malgré la procédure), des éoliennes continueront à voir le jour. Il est à noter que dans ces projets, certains convoitent le même site, donc seul le meilleur sera retenu. À côté de cela, certains projets ont déjà été autorisés pour un équivalent de 81 MW.

    Actuellement, les plus grands parcs éoliens wallons se trouvent à Cerfontaine, Mettet ou Estinnes avec chacun 11 éoliennes en activité. Dans le futur, certains projets dépasseront ces parcs en nombre d’éoliennes, comme celui de Villers 4, en province de Liège, qui prévoit un parc de 13.

    Le photovoltaïque reprend

    Dans son rapport de 2017, l’APERe pointe également la reprise du photovoltaïque. En Belgique, le secteur est surtout tiré par les petites installations, qui représentaient en 2017 environ 84 % de la production d’énergie solaire. En Wallonie, l’année 2017 a vu l’installation de pas moins de 8.550 petits dispositifs solaires.

    Une reprise par rapport aux années précédente, oui, mais bien plus lente qu’en Flandre, où le nombre de nouvelles petites installations est bien plus important, avec 42.500 nouveaux dispositifs, pour un total de 187 MWc.

    Au total, la surface en Belgique recouverte par les panneaux photovoltaïques représente l’équivalent de 4.000 terrains de football, soit 29 km² et produit 3.877 MWc. L’APERe a fait le compte des installations et dresse le portrait du parc belge. Sur les 468.000 installations dans notre pays, 98 % sont résidentielles et produisent 63 % de la puissance totale. En Wallonie, la moyenne est plus élevée car 83 % de sa production est due aux petites installations.

    La production totale belge est répartie entre les trois régions : 73 % pour la Flandre, 25 % pour la Wallonie et seulement 2 % à Bruxelles.

    On constate donc une fois de plus que même si les installations reprennent, la Wallonie reste loin derrière ses voisins du nord, autant en termes de production que d’installations.

    Article de G.FL.

    Article complet clic ici 

  • ENQUETE PUBLIQUE: construire et exploiter un parc de 5 éoliennes N 63

    Lien permanent

    ENQUETE PUBLIQUE

    Etablissements contenant des installations ou activités classées en vertu du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement.

    Concerne la demande de NPG ENERGY, Tongersesteenweg 99 à 3770 Riemst, en vue d’obtenir le permis unique de classe 1 concernant :

    construire et exploiter un parc de 5 éoliennes avec pose de câbles, aménagements de chemins d’accès, d’aires de montage et construction d’une cabine de tête à Clermont-sous-Huy, Ehein ( N63), cadastré 3 ème division section D parcelle 85 D, 3 ème division section D parcelle 85 E, 3 ème division section D parcelle 87 A, 3 ème division section D parcelle 96 A, 3 ème division section D parcelle 99 B, 3 ème division section D parcelle 99 C, 3 ème division section D parcelle 100 D, 3 ème division section D parcelle 110, 3 ème division section D parcelle 115 C, 3 ème division section D parcelle 115 D, 3 ème division section D parcelle 116 B, 3 ème division section D parcelle 117 E, 3 ème division section D parcelle 117 F.

    Les habitants peuvent consulter le dossier à leur commune respective : ENGIS : Administration communale d’ENGIS, Service Cadre de vie, auprès de la conseillère en environnement, rue Reine Astrid 13 à 4480 Engis (04 259 89 11).

    ANTHISNES : Administration communale d’Anthisnes, rue de l’Hôtel de Ville, 1 à 4160 Anthisnes (04 383.67.17).

    à partir du 16/08/2018 La Fonctionnaire technique et la Fonctionnaire déléguée du Service public de Wallonie peuvent être contactées à l’adresse suivante : Service public de Wallonie, rue Montagne Sainte-Walburge, 2 à 4000 Liège; 04/224 54 11.

    Date d’affichage de la demande 06/08/2018

    Date d’ouverture de l’enquête 16/08/2018 

    Date et heure de clôture de l’enquête le 17/09/2018 à 11h00 

    Les observations écrites peuvent être adressées à :  Administration communale Collège communal Rue Reine Astrid 13 4480 Engis/ Collège communal Rue de l’Hôtel de Ville, 1 à 4160 Anthisnes

    Les Bourgmestres, porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est ouverte, relative à la demande susmentionnée et qu’une étude d’incidence est requise pour ce dossier Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête chaque jour ouvrable pendant les heures de service et sur rendez-vous en dehors de ces heures (ENGIS : tél. : 04 259 89 11 – ANTHISNES : tél : 04/383.67.17).

    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’Administration communale dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.

  • ENQUETE PUBLIQUE: construire et exploiter un parc de 5 éoliennes N 63

    Lien permanent

    ENQUETE PUBLIQUE

    Etablissements contenant des installations ou activités classées en vertu du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d’environnement.

    Concerne la demande de NPG ENERGY, Tongersesteenweg 99 à 3770 Riemst, en vue d’obtenir le permis unique de classe 1 concernant :

    construire et exploiter un parc de 5 éoliennes avec pose de câbles, aménagements de chemins d’accès, d’aires de montage et construction d’une cabine de tête à Clermont-sous-Huy, Ehein ( N63), cadastré 3 ème division section D parcelle 85 D, 3 ème division section D parcelle 85 E, 3 ème division section D parcelle 87 A, 3 ème division section D parcelle 96 A, 3 ème division section D parcelle 99 B, 3 ème division section D parcelle 99 C, 3 ème division section D parcelle 100 D, 3 ème division section D parcelle 110, 3 ème division section D parcelle 115 C, 3 ème division section D parcelle 115 D, 3 ème division section D parcelle 116 B, 3 ème division section D parcelle 117 E, 3 ème division section D parcelle 117 F.

    Les habitants peuvent consulter le dossier à leur commune respective : ENGIS : Administration communale d’ENGIS, Service Cadre de vie, auprès de la conseillère en environnement, rue Reine Astrid 13 à 4480 Engis (04 259 89 11).

    ANTHISNES : Administration communale d’Anthisnes, rue de l’Hôtel de Ville, 1 à 4160 Anthisnes (04 383.67.17).

    à partir du 16/08/2018 La Fonctionnaire technique et la Fonctionnaire déléguée du Service public de Wallonie peuvent être contactées à l’adresse suivante : Service public de Wallonie, rue Montagne Sainte-Walburge, 2 à 4000 Liège; 04/224 54 11.

    Date d’affichage de la demande Date d’ouverture de l’enquête Date et heure de clôture de l’enquête Les observations écrites peuvent être adressées à : 06/08/2018 16/08/2018 Administration communale le 17/09/2018 à 11h00 Collège communal Rue Reine Astrid 13 4480 Engis/ Collège communal Rue de l’Hôtel de Ville, 1 à 4160 Anthisnes

    Les Bourgmestres, porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est ouverte, relative à la demande susmentionnée et qu’une étude d’incidence est requise pour ce dossier Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête chaque jour ouvrable pendant les heures de service et sur rendez-vous en dehors de ces heures (ENGIS : tél. : 04 259 89 11 – ANTHISNES : tél : 04/383.67.17).

    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’Administration communale dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.

  • Ils ont dit NON aux éoliennes d'Engis

    Lien permanent

    Neupré dit «non» aux éoliennes à Engis clic ici

    Mathieu Bihet, l’échevin de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme explique à ce sujet : «  La distance minimale imposée entre la Route du Condroz et une des éoliennes n’est pas respectée.

    Cette distance (hauteur du mât + longueur d’une pâle) permet d’éviter la projection de morceaux de glace en cas de givre ou les risques de projection de bris de pâles voire pire, de chute d’éléments d’une éolienne. De plus, l’impact sur la santé de la population des alentours, la faune et la flore semble ne pas avoir fait l’objet d’une analyse approfondie et circonstanciée.  »

    Dès lors, l’intéressé confirme la décision du collège MR-PS de Neupré.«  Pour ces raisons, il nous paraissait inconcevable de soutenir ce projet dès l’instant où l’impact sur le cadre de vie des Neupréens n’a pas fait partie de la réflexion et que la sécurité n’est pas garantie  », commente le principal intéressé.

    Ceci étant, le projet n’est pas pour autant abandonné.

    Des enquêtes publiques sont encore en cours sur les communes d’Engis et d’Anthisnes. Une fois celles-ci clôturées, c’est le fonctionnaire délégué de la Région wallonne qui devra trancher.

    PAR GASPARD GROSJEAN

     Article complet clic ici 

  • Information par le Collectif Alter éolien de Saint-Séverin

    Lien permanent

    Par l’application du principe de précaution, je m’oppose au projet éolien d’Engis car il menace :

    *   La santé des familles et enfants d’écoles riveraines (bruit, ombrage, infrasons, projection de glace) ;

    *  Nos magnifiques paysages ;

    *  Notre avifaune protégée par la loi pour sa rareté ;

    *  Nos valeurs agricoles, immobilières et touristiques ;

    De plus,  les provisions pour le démantèlement futur des éoliennes sont insuffisantes et non indexées ;

    Les fondations en béton de l’ordre de 450 m³ par éolienne ne seront jamais enlevées ;

    Pas de garantie empêchant l’extension future du parc éolien à Engis ;

    Pas de création d’emploi en local ;

    Les gagnants de ce projet sont les promoteurs, les propriétaires des terrains (agriculteurs) et la commune d’Engis au travers de la taxe communale prochaine sur les éoliennes ;

    Le type d’éoliennes à ce stade n’est pas encore choisi,  et, par conséquent, en toute logique, une partie de l’étude d’incidence ne sera plus valable et devra être refaite !!!

     

    Aux Neupréens et Nandrinois, on veut imposer des éoliennes géantes (150 mètres de hauteur totale) à l’entrée de nos communes et en plus, nous devrons les payer au travers des certificats verts.

    En effet, avec des certificats à 65€ du Mwh garantis pendant 15 ans, les éoliennes seront remboursées après 6 à 7 ans seulement, et on paie une 2ème fois dans le cadre de l’augmentation de nos factures d’électricité.

    Enfin, on paiera une 3ème fois, car pour compenser les aléas du vent, il faut enclencher des centrales au gaz qui elles-mêmes doivent être subventionnées par manque de rentabilité (voir TGV = Turbine Gaz Vapeur du Val Saint - Lambert à Seraing par exemple).

     

    Chers Voisins,

    Chers Concitoyens,

     

    Voici un aperçu de différents points autour desquels vous pouvez broder un courrier de contestation à rendre à vos administrations communales le 13 juillet 11 heures au plus tard. 

    Nous sommes bien conscients que lire une étude d’incidences pour un permis de classe 1 n’est pas un roman policier ou une belle histoire d’amour !

     

            A vous de jouer ! ! !

     

            Plus il y aura de courriers, plus nous serons FORTS ! ! ! ! ! ! ! ! !

     

              Bien à vous,

     

              Le Collectif d’Ehein.

              Le Collectif Alter éolien de Saint-Séverin                         

  • Ils ont visité l’éolienne citoyenne avant la mise en service en juillet prochain

    Lien permanent

    Avant la mise en service en juillet prochain, des centaines de citoyens ont pu visiter le cœur de l’éolienne citoyenne, accompagnés des ingénieurs d’Engie. Un chapiteau avait également été aménagé avec différents stands en lien avec l’environnement et les énergies renouvelables ainsi qu’une exposition des œuvres réalisées dans le cadre du concours d’art plastique de l’école des Beaux Arts de Huy.

    Organisé trois heures durant, l’événement a très rapidement eu son succès. « C’était important pour nous que les riverains puissent venir visiter l’éolienne. Quand je vois le nombre de personnes présentes aujourd’hui, je suis heureux. Cela prouve que les citoyens sont investis dans les énergies de demain », se réjouit Éric Thomas, premier échevin de la commune de Modave et président du Conseil d'Administration de la coopérative Éole Modave.

    Pour cette éolienne, la commune a investi 350.000 euros et 80 habitants ont eux aussi investi 300.000 euros. Il reste encore 60.000 euros à souscrire par des particuliers. Une démarche qui plaît beaucoup à Rudy et Anna, deux habitants de Strée. « Je voulais attendre de voir le projet mais à présent j’espère pouvoir encore acheter des parts. Il faut penser à demain et à choisir entre ça et une centrale nucléaire, le choix est vite fait ».

     

    Ludique et éducatif

    Lors de la visite, finalement pas de lunettes de réalité virtuelle (problème technique) mais les visiteurs ont pu entrer, par petits groupes, dans l’éolienne au premier niveau via un escalier. Les parents ont autant été impressionnés que les enfants. C’est le cas de Laurence et Frédéric, habitants de Villers-le-Temple, venus accompagnés de leurs enfants, Coralie (7) et Aurélien (4). « Nous sommes venus car nous les voyons de chez nous. Nous étions intrigués de découvrir l’intérieur d’une éolienne. Les enfants regrettent juste de ne pas avoir pu monter en haut de l’éolienne mais ça reste très impressionnant », souligne la mère de famille.

    Angela, une habitante de Modave, s’est également réjouie de l’investissement des ingénieurs d’Engie. «Ils ont les mots pour expliquer clairement les choses comme les spécificités des éoliennes mais aussi répondre à nos questions et inquiétudes». Chaque citoyen présent avait la possibilité de se restaurer gratuitement au bar et aux food-trucks présents sur le site.

    Angela, une habitante de Modave, s’est également réjouie de l’investissement des ingénieurs d’Engie. «Ils ont les mots pour expliquer clairement les choses comme les spécificités des éoliennes mais aussi répondre à nos questions et inquiétudes». Chaque citoyen présent avait la possibilité de se restaurer gratuitement au bar et aux food-trucks présents sur le site.

    Inauguration de l'éolienne citoyenne d'Eole Modave 22 et 23 juin 2018

    PAR LAURA MARCHESE

     L'ACTU DE HUY WAREMME

    Source 

  • Un parc de cinq éoliennes, dont une citoyenne, à Clermont

    Lien permanent

    Une enquête publique est en cours concernant le projet d’implantation de cinq éoliennes à Engis, entre la route du Condroz et le château-ferme de Halledet.

    Il s’insère entre les villages d’Ehein, Saint-Séverin, Houx et Sainte-Barbe, en zone agricole.

    NPG Energy a introduit une demande de permis unique pour la construction et l’exploitation de 5 éoliennes, ainsi que la pose de câbles électriques souterrains, l’aménagement de chemins d’accès et d’aires de montage, et d’une cabine de tête, à Engis.

    Il s’agit en fait du projet remodelé déposé séparément en 2012 par NPG Energy et Lampiris.

    Les autorités communales d’Engis et d’Anthisnes étaient alors favorables aux deux projets.

    En revanche, Neupré et Nandrin avaient remis un avis défavorable. 

    Le parc éolien de neuf mâts avait été finalement refusé et le ministre Di Antonio avait été dans le même sens en rejetant le recours introduit par les deux sociétés.

    NPG et désormais BeWatt ont cette fois décidé de développer un projet éolien commun. Le nombre de mâts descend à cinq, uniquement sur le territoire engissois.

    Autre nouveauté, l’ASBL Vent d’Enfan (acronyme de Nandrin, Flémalle, Anthisnes et Neupré) a conclu un accord avec le promoteur pour une participation citoyenne à hauteur de 20%, l’équivalent d’une éolienne sur les cinq.

    Les éoliennes ont une hauteur maximale de 150 mètres en bout de pale. La production du parc est estimée à minimum 26.106 MWh/ an, soit la consommation de 7.056 ménages.

    NPG Energy prévoit d’équiper les éoliennes d’un système de bridage acoustique, d’un module d’arrêt « ombrage » et d’un module d’arrêt pour les chauves-souris.

    La date de début des travaux est estimée au 1er janvier 2019 et la mise en service des éoliennes au 1er juin 2019.

    L’enquête publique se termine le 13 juillet à 11 heures.

    Elle est également menée dans les communes de Neupré, Nandrin, Flémalle et Anthisnes.

    C’est le Collège d’Engis décidera d’octroyer ou non le permis sollicité.

    Vent d’Enfan organise trois permanences d’info : le 26 juin de 18h à 21h à l’école des Houx à Clermont-sous-Huy, le 2 juillet de 18h à 21h à la salle des fêtes de StSéverin, et le 5 juillet de 18h à 21h à la salle des mariages de Neuvilleen-Condroz. 

    ANNICK GOVAERS

    Source 

     

  • Inauguration de l'éolienne citoyenne d'Eole Modave 22 et 23 juin 2018

    Lien permanent

    eol1.JPGLe vendredi 22 juin, entre 17h et 20h,
    Engie et Eole Modave vous invitent à une visite
    technique exceptionnelle en présence des
    ingénieurs d’Engie et d’Eole Modave
    Une éolienne sera ouverte, celle d’Eole Modave, pour vous permettre d’en découvrir l’intérieur et le
    fonctionnement. Il vous sera possible de voyager dedans avec l’aide de lunettes à réalité augmentée.
    Pour l’occasion, une boisson et un en-cas (food-truck) seront offerts à ceux qui se rendent sur le site.

    Pour l’occasion, nous vous invitons à stimuler les modes de transport doux ou le covoiturage.
    Covoiturage
    Rendez-vous au hall
    des travaux de Modave,
    rue des Aubépines, 1A
    Une navette vous amènera sur place
    Modes doux
    Rendez-vous directement au pied de
    l’éolienne n°4 d’Eole Modave
    un fléchage sera disposé pour vous guider
    un parking vélo sera aménagé

    Une organisation
    du Conseil d’Administration d’Eole Modave
    de Wind4Wallonia
    et d’Engie Electrabel

    17-20h
    Visite technique et
    pédagogique d’une
    éolienne du parc par
    les ingénieurs d’Engie
    et d’Eole Modave et
    récit du projet de
    construction du parc
    éolien de Modave

    eol2.JPG

     

     

    eol3.JPGSamedi 23 juin, entre 10h et 18h,
    c’est la journée festive organisée par Eole Modave scrl,
    la coopérative qui exploitera l’éolienne citoyenne.
    Toute la journée : bar à boissons locales et savoureuses, contes pour petits et grands,
    animations pour les enfants (girouettes/cerfs-volants) par Vents d’Houyet Académie,
    présentations des résultats du concours des oeuvres d’art, démonstration de véhicules
    électriques, stand de présentation d’Eole Modave, stand de présentation de MEGA
    (le fournisseur qui vous permet d’acheter en circuit court l’électricité de l’éolienne d’Eole
    Modave), démonstration d’isolants écologiques et d’enduits naturels et Graines d’Artisan
    par Devenirs, stand du Groupe d’Actions Locales Pays des Condruses avec son programme
    Énergie, son Point Vert et ses vélos électriques, présence du guichet de l’énergie de
    Huy, concours de dessin pour les enfants, présence d’installateur de panneaux solaires,
    d’une animation de la Province de Liège aux métiers techniques, etc...
    PROGRAMME
    11h Départ d’une balade familiale dans la campagne
    et du jogging de 5 km à allure libre
    12-14h Barbecue en continu
    14h Diffusion du match « Belgique - Tunisie »
    sur écran géant au pied de l’éolienne
    16h30 Animation musicale assurée par le groupe
    « Guesswatt »
    18h Fin de la journée
    Une organisation
    du Conseil d’administration d’Eole Modave

     

    Plan d’accès au chapiteau pour l’inauguration de l’éolienne citoyenne d’Eole Modave
    Le chapiteau sera placé au point GPS : 50.492720, 5.271850
    L’entrée se fait via le chemin des trinitaires, à prendre depuis la N66 entre Huy et Tinlot.
    4,2km depuis Huy ou 8,9 km depuis le carrefour de Tinlot.

    Une fois arrivé à l’embranchement de la N66 et du chemin des Trinitaires, ce sera fléché. Il suffit de continuer tout droit en direction de l’éolienne. Le chapiteau sera placé au pied de l’éolienne sur une surface plane et damée ayant servi à l’entreposage des différentes parties des éoliennes et à la grue de montage