Écoles

  • Superbe message de l'Ecole Saint-Joseph Vyle-Tharoul en vidéo

    Lien permanent
     
     
     
    Ecole Saint-Joseph Vyle-Tharoul  

    Une superbe vidéo a été posté par Ecole Saint-Joseph Vyle-Tharoul , un beau message ,en cette période parfois difficile de confinement .

    Vidéo clic ici 

     

  • Des activités en ligne organisé par la bibliothèque publique de Huy

    Lien permanent

    Durant cette période de confinement, la bibliothèque publique de Huy organise des activités pour tous. N’hésitez pas à aller consulter le site internet ou la page Facebook.


    Comme la plupart des bâtiments publics de Huy, la bibliothèque publique est fermée à la population jusqu’à la fin de la période de confinement. Aucun prêt ni aucun retour de livres n’est autorisé. Les prêts des livres qui devaient être retournés à la bibliothèque pendant le confinement ne feront évidemment pas l’objet d’amendes de retard. Infos sur le site internet www.bibliohuy.be ainsi que sur la page Facebook de la bibliotghèque.


    « En attendant, plusieurs initiatives ont été mises sur pied », précise Eric Albert, Bibliothécaire dirigeant-adjoint :
    - création d’une page facebook « Covid 19 : Le Journal Positif ».

    Page de lien et de partage destinée à adoucir quelque peu l’épreuve du confinement, elle propose des bons plans, des astuces, des conseils de livres, séries télé, films, sites, jeux, mais aussi des vidéos positives.

    La bibliothèque de Huy a fait appel aux bibliothèques publiques situées sur son territoire de compétence, à savoir Anthisnes, Engis, Marchin-Modave et le Réseau Burdinale-Mehaigne (Wanze, Burdine, Héron, Braives) pour qu’elles participent à l’alimentation de cette page.

    Si d'autres services, associations de l’arrondissement de Huy sont intéressés, prière de contacter par mail (bibliohuy.albert@gmail.com)

    - blind Text : forte de ses succès en 2018 et 2019, la bibliothèque publique de Huy propose aux internautes de se mesurer aux questionnaires de ses Blind TeXt (quizz littéraires). Il suffit de s’inscrire par mail (bibliohuy.albert@gmail.com) pour recevoir le lien de connexion vers le site adéquat.

    La première session est prévue le mardi 7 avril à 10h.


    - formations multimédia en ligne pour seniors : En cette période de confinement, l'Espace Public Numérique (bibliothèque) de la ville de Huy ne vous oublie pas! Depuis le jeudi 26 mars dernier à 9h30, une animation/formation interactive est proposée par Lino Aquilina directement sur votre ordinateur, à distance, où vous pourrez interagir (dans la limite du possible selon le nombre de personnes présentes) de chez vous.

    Cette animation est bien sûr gratuite! Animation destinée au club Cyberdédés et seniors. Après inscription (epnhuy@gmail.com), un mail vous communiquera le lien pour accéder à la formation et un formulaire où vous pourrez partager vos souhaits d'animations proposées.


    - prêts de livres numériques : le programme Lirtuel, qui permet le téléchargement gratuit de livres numériques a simplifié ses procédures afin de permettre à tout un chacun de pouvoir utiliser son catalogue.

    Plus d’infos sur www.lirtuel.be.

    Rédaction de l'article Par Marc Gérardy

    Source

  • Des études universitaires, les parents se posent de nombreuses questions !!!

    Lien permanent

    Ce mini-site, pensé pour répondre à toutes les questions que se posent les parents des (futurs) étudiants, vous sera particulièrement utile cette année suite à l'annulation du SIEP et de Journée Portes Ouvertes.

    Les études à HEC Liège, l'encadrement des étudiants, les opportunités à l'international, les débouchés, le coût des études,..

    Lorsqu’un enfant décide d’entreprendre des études universitaires, les parents se posent légitimement de nombreuses questions :

    Mon enfant est-il prêt ?

    Va-t-il s’adapter à un mode d’enseignement différent de ce qu’il a connu jusqu’à présent ?

    Comment sa vie va-t-elle s’organiser harmonieusement entre études et vie associative et festive ?

    Quelles sont les attentes de l’Université à son égard ?

    etc. D’autres aspects très pratiques sont aussi au centre des préoccupations des parents : Combien va coûter une année académique ?

    Comment s’inscrit-on ?

    Mon enfant a-t-il droit à une bourse d’études ? Quel sera l’horaire-type d’une journée ? etc

    C’est pour répondre à quelques-unes de ces questions que HEC Liège, l’Ecole de gestion de l’Université de Liège, a créé ce « Kit parents », à votre usage spécifique.

     

    Toutes les infos Pour HEC 

    https://www.hec-info-parents.com/home

     

  • Entraîne-toi aujourd'hui pour réussir demain ton CEB !

    Lien permanent

    Comme chaque année, le CEB approche, et il arrive toujours plus vite qu'on ne l'imagine.

    Mais cette année est particulière car tu fais partie de celles et ceux qui doivent le présenter pour ouvrir la voie vers l'école secondaire. Tu te demandes si tu es prêt(e) ?

    Tu te demandes comment tu peux t'entraîner ?

    CEB Malin, en partenariat avec Claroline Connect et Forma-Libre, t'offre la chance de t'entraîner sur les véritables épreuves du CEB des années passées.


    Alors qu'est-ce que tu attends ?

    Tu n'es plus qu'à quelques clics de réussir ton CEB.
    .

     

    Clic ici 

    https://www.cebmalin.be

     

  • Des garderies aussi pendant les vacances !!!

    Lien permanent

    Les écoles ne sont pas fermées puisque l’on y organise des garderies pour les enfants du personnel soignant ou des secteurs de la sécurité, tous métiers essentiels dans la gestion de la crise.

    Ou pour les enfants qui devraient, sinon, être gardés par les grands-parents.
    Mais que se passera-t-il pendant les vacances de Pâques ?

    Ces parents-là devront-ils soudain se débrouiller ?

    « C’est à juste titre que ces parents resteront demandeurs de solutions de garde pour leurs enfants. Nous nous préparons pour leur proposer des pistes, en concertation avec les différents niveaux de pouvoirs.

    Mais c’est le Conseil national de sécurité qui décidera. À nous ensuite de mettre ça en œuvre », répond le cabinet de la ministre Désir.
    Rédaction par D.SW.

    Source

  • Inscriptions en 1re secondaire ?

    Lien permanent

    Malgré la crise sanitaire, la procédure d’inscription pour la première secondaire suit son cours et n’est en rien impactée, selon les informations que nous avons pu glaner hier après-midi auprès du cabinet de la ministre de l’Éducation.

    La Commission interréseaux des Inscription (la CIRI) fonctionne donc normalement et reviendra vers les parents durant les vacances de Pâques, comme prévu.


    À la mi-avril, la CIRI procédera donc à l’attribution des places que les établissements n’ont pas pu attribuer eux-mêmes et informera les parents de la situation de leur enfant, ce qui leur permettra de savoir s’il se trouve en ordre utile ou en liste d’attente.


    Courrier avant la fin avril


    Les parents concernés devraient donc recevoir, vers la mi-avril, un courrier de l’établissement secondaire les informant de la situation d’inscription de leur enfant.

    S’ils ne le reçoivent pas, ils sont invités à contacter directement l’école.


    Rappelons que plus aucune demande d’inscription ne peut se faire avant le 27 avril.

    À partir de cette date, les inscriptions se feront selon le principe « premier arrivé, premier servi ».

    Rédaction par

    Par D.SW.

     

    Source

  • Des nouvelles des saumons, c’est parti pour un très très long voyage, ils ont rejoint le ruisseau de la Vaux à Nandrin

    Lien permanent

    Le grand départ !


    Et voilà, c’est parti pour un très très long voyage !


    Élevés en classe dans un aquarium, les petits alevins ont rejoint le ruisseau de la Vaux, près du pont de Cwena, ce lundi 23 mars.


    Vu les circonstances, ils ont été libérés en toute discrétion par Pierre Pirotte, responsable du projet.

    Selon ses dires, le taux de survie est exceptionnel. Les élèves de 6e année de l’école St-Martin ont donc réussi leur pari.


    Les jeunes saumons vont rester quelques années dans nos ruisseaux avant de rejoindre la Mer du Nord puis le Groenland dans l’Atlantique Nord. Certains d’entre eux (environ 8%) reviendront à leur point de départ après avoir parcouru près de 10 000 km.


    Mais, pour que le projet réussisse pleinement, il faudra impérativement que tous les Nandrinois respectent scrupuleusement les règles en matière de rejet des eaux usées… Car, comme tous les poissons et invertébrés qui vivent dans les ruisseaux, ils ont besoin d’une eau propre !


    Opération saumons en classe, SMN, P6, année scolaire 2019-2020

    Merci à Paul Eloy pour le suivi et l'information 

    1SMN saumons Reau de la Vaux (23 mars 2020) (2).jpg

    1SMN saumons Reau de la Vaux (23 mars 2020) (3).jpg

  • Trois semaines sans école, c’est gérable, pense la ministre Désir

    Lien permanent

    La fin d’année scolaire peut encore être sauvée

     

    Les examens de fin d’année sont-ils en danger ?

    Va-t-il falloir les aménager ?

    La ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS) réunit, dès  mardi, les acteurs de l’enseignement pour en discuter. Trois semaines sans cours, c’est ennuyeux, mais la ministre a tenu à nuancer et à rassurer : cela reste gérable sur le plan pédagogique. Il ne faudrait évidemment pas que la suspension des cours continue après les vacances de Pâques…


    Cette longue interruption programmée des cours préoccupe les acteurs de l’enseignement qui s’inquiètent pour la continuité des enseignements des élèves et s’interrogent sur la pertinence d’organiser les épreuves certificatives externes en juin, dont le CEB (certificat d’études de base).


    Fin d’année perturbée ?


    Pour discuter de toutes ces questions, les représentants des pouvoirs organisateurs de l’enseignement et des syndicats des enseignants doivent rencontrer ce mardi la ministre Désir.

    Il y sera notamment question du suivi des élèves à distance au moyen des outils numériques. « On balisera les conditions de l’apprentissage à domicile », explique la ministre. « Aucune nouvelle matière ne peut être enseignée. »


    Pour le reste, on ne sait évidemment pas de quoi l’avenir sera fait. La suspension des cours pourra-t-elle être levée après les vacances de Pâques ? Cela aura une importance non négligeable sur la fin de l’année.

    Comme la ministre nous l’avait déjà dit : « Trois semaines de suspension c’est encore gérable sur le plan pédagogique ».


    Le premier pari est en tout cas gagné pour Caroline Désir. Au premier jour de la suspension des classes, afin de freiner la propagation du Covid-19, les parents ont massivement renoncé à envoyer leurs enfants dans les garderies organisées par les écoles.


    Selon les chiffres collectés auprès des différents réseaux d’enseignement, le taux de présence dans le fondamental (maternel et primaire) était en moyenne sous les 10 % à peine. Dans le secondaire, ce chiffre était encore plus bas, ce qui a poussé très vite la ministre de l’Éducation Caroline Désir (PS) à qualifier cette faible présence de « réussite ». Osait-elle seulement en rêver ?


    Bruxelles-ville : 0 %


    Quelques chiffres. Tournai : 72 enfants sur 2.200 (3 %) dans l’enseignement fondamental. Charleroi : 132 sur 11.617 (1 %). Liège : entre 0 et 5,5 % des élèves inscrits. Bruxelles-Ville : 0 % dans le secondaire et 1 % pour le primaire et secondaire. Etc.


    Dans les écoles communales et provinciales de Wallonie et à Bruxelles, le taux de présence était quasi partout inférieur à 10 %, selon un sondage mené par le Conseil de l’enseignement des communes et des provinces (CECP) auprès du millier d’écoles affiliées. Enfin, dans les écoles fondamentales catholiques, seuls 2,16 % des enfants étaient présents lundi, et à peine 0,1 % dans le secondaire, selon des chiffres collectés par le Secrétariat de l’enseignement catholique.

    Rédaction de l'article par Didier Swysen

     

    Source

     

    Lire la suite

  • La ministre se penchera sur la question du CEB aujourd'hui mardi 17 mars 2020

    Lien permanent

    À partir de ce mardi, la ministre francophone de l’Enseignement, Caroline Désir, rencontrera les fédérations des pouvoirs organisateurs.

    Objectif: se pencher sur la question pédagogique et notamment celle des épreuves externes certificatives et des évaluations dans l’enseignement spécialisé.

    Avec la suspension des cours, les examens devront peut-être en effet être adaptés.

    Trois semaines, ça peut paraître peu et beaucoup à la fois.

    Mais la question se posera d’autant plus si la suspension des cours venait à être prolongée au-delà des vacances de printemps.

    Du côté des directeurs d’école, on s’interroge notamment sur les certificats d’études de base qui sont déjà prêts. Mais, selon la ministre, il sera encore possible de s’adapter le cas échéant.

    Source

  • Une plateforme à la disposition des élèves en quarantaine ses modules de cours interactifs de niveaux primaire et secondaire.

    Lien permanent

    L’Enseignement à Distance/E-learning de la Fédération Wallonie-Bruxelles met à disposition des élèves en quarantaine ses modules de cours interactifs de niveaux primaire et secondaire. Au travers d’activités et d’exercices, de supports audio et vidéo, d’échanges dans des forums, de corrections de devoirs et de nombreux conseils donnés par des enseignants, les élèves temporairement écartés pourront continuer à évoluer dans leur programme scolaire.

    http://www.enseignement.be/

    Les infos clic ici 

  • 50% des enfants de 30 mois présentent des troubles du langage

    Lien permanent

    Compétence lecture: des cours dès la maternelle

    Cinq ans après l’étude qui démontrait que 15% des jeunes quittent l’école sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture, les tests PISA 2019 soulignent que cette compétence est encore en léger recul en Belgique. Pour pallier les difficultés des jeunes élèves dans cette matière, des ateliers seront mis en place dès la rentrée prochaine, dans le maternel

    Les élèves francophones belges ne lisent pas assez bien. Les enquêtes internationales PISA et PIRLS le montrent depuis plus de 10 ans.

    Les résultats établissent que les petits Wallons et Bruxellois ont des lacunes en lecture et sont bien en dessous de la moyenne OCDE dans cette compétence.

    En effet, d’après une étude relayée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, seulement 25% des élèves de 4e primaire auraient une bonne maîtrise de la lecture.

    Pis, 15% des jeunes quitteraient l’école secondaire sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture.

    Mais une enquête de l’ONE démontre que les troubles de la maîtrise de la langue apparaissent déjà chez les tout-petits. En 2015, 50% des enfants âgés de 30 mois présentaient déjà un retard ou des troubles du langage. Voilà pourquoi il était nécessaire de mettre en place des solutions dès le plus jeune âge.

    En effet, un référentiel pour les maternelles est en cours de finalisation à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’agit du nouveau programme, réalisé dans le cadre du Pacte d’excellence, qui sera d’application à la rentrée 2020.

    «La lecture est une préoccupation de tous les référentiels, une attention particulière est portée aux élèves pour qui une maîtrise insuffisante du français est un obstacle majeur aux apprentissages».


    DES «COURS» EN MATERNELLE

    «Dès la maternelle, des activités d’éveil de la ‘conscience phonologique’ seront organisées, ce qui permettra aux enfants d’être sur un pied d’égalité en 1re primaire pour entrer dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture».

    La conscience phonologique est le fait d’être capable de jouer consciemment avec les composantes sonores d’un mot,sans prise en compte du sens. Les activités consistent à repérer, segmenter, fusionner des sons, à l’oral uniquement: «C’est le prérequis essentiel pour entrer dans la lecture (et l’écriture)».

    Concrètement, les petits devront pouvoir établir des relations sonores entre des mots entendus en énonçant des mots contenant une même syllabe par exemple, ou encore distinguer les sons constitutifs du langage.

    Ils devront aussi pouvoir rythmer un mot, un groupe de mots ou une phrase courte en scindant les syllabes orales en frappant des mains pour marquer chaque syllabe. Il n’y aura toutefois pas de volume horaire indicatif pour ce type d’activité en maternelle. Aux réseaux d’élaborer les programmes «en restant bien dans une logique d’enseignement maternel, pas une pré-primaire».

     

    Rédaction de l'article par PAULINE GOVAERT

    Source 

     

  • Est-ce que je peux m'occuper de petits enfants ?

    Lien permanent

    Les personnes de plus de 65 ans, les diabétiques, les personnes souffrant de maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales ou les personnes immonudéprimées, sont particulièrement vulnérables au coronavirus. C'est pourquoi il est important qu'ils restent bien protégés.
    Quelques lignes directrices pour la prise en charge des petits-enfants

    SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement

     

     

  • Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus !!!

    Lien permanent

    Nous sommes tous égaux devant le COVID19 , riche ou pauvre , instruis ou pas , grand ou petit , élu ou pas, croyant ou pas .

    Bilan dimanche matin 197 personnes de plus 886 cas au total 


    Donc, respectons le confinement "Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus»"

     

    Vendredi soir, les bars et cafés ont dû fermer leurs portes.
    Coronavirus oblige.


    De nombreux établissements en ont donc profité pour inviter leurs clients à venir boire un coup une dernière fois avant leur fermeture jusqu’au trois avril.


    Le SPF Santé Publique s’est exprimé sur le sujet et désapprouve évidemment.

    Le SPF Santé Publique a communiqué sur les Lockdown parties qui ont eu lieu ce vendredi soir suite à l’annonce du Conseil national de sécurité de la fermeture des restaurants, cafés et bars.
    Le service public fédéral désapprouve évidemment et regrette que les efforts des uns et des autres soient réduits à néant : « Les Lockdown Parties et autres rassemblements réduisent nos efforts à néant et sont regrettables. Le pays et la grande majorité de ses citoyens font un considérable effort pour protéger les personnes vulnérables. Que chacun prenne ses responsabilités. »,
    indique le SPF Santé Publique sur Twitter.
    «Nous faisons des efforts énormes pour protéger les gens les plus faibles et les aînés. Chacun doit prendre aujourd’hui ses responsabilités afin de limiter la propagation du virus», a-t-elle ajouté.
    Le Centre national s’est également exprimé sur le sujet « Nous avons une chance de lutter contre ce virus et c’est maintenant #ensemblecontrecorona «, a tweeté le Centre de crise.

    De Block appelle à ne pas organiser de soirées lockdown: «Ces rassemblements réduisent nos efforts à néant et sont regrettables»

     

    Nouveau décès lié au coronavirus en Belgique: une personne a perdu la vie à Liège

    Coronavirus: un médecin généraliste de Charleroi, le premier à être contaminé, sous respirateur

    Un jeune homme de 18 ans d’Arlon, contaminé par le coronavirus et placé en quarantaine, témoigne: «Je me sens bien, même si je suis encore faible»

    830 nouveaux cas de Coronavirus en France qui passe en phase 3: cafés, restaurants et commerces non-essentiels fermeront leurs portes dès minuit

     

     

     

  • Qui peut vous aider à garder vos enfants à domicile et à quel prix ?

    Lien permanent

    A côté des amis et de la famille (rappelons que la garde par les grands-parents est déconseillée pour éviter tout risque de transmission aux personnes à risque), des gardiennes d’enfants professionnelles existent, mais à des tarifs qui ne seront pas à portée de la majorité des familles qui seraient contraintes d’y recourir tous les jours de la semaine.

    Pareil pour les baby-sitters (7€/heure à la Ligue des Familles), même si la Ligue envisage de suggérer à ses baby-sitters de proposer un tarif de 50 euros par jour.

    Reste la solution du bénévolat : les groupes whatsapp de parents dans les écoles fonctionnent à plein régime pour tenter de trouver des solutions d’entraide.

    Les mouvements de jeunesse pourraient aussi se mobiliser dès la semaine prochaine (à suivre).

    Rédaction de l'article par Par Muriel Sparmont et Didier Swysen

    Source

  • Le CEB et le CESS 2020 seront-ils organisés normalement ?

    Lien permanent

    « C’est déjà un travail titanesque d’organiser le début de la semaine prochaine.

    Nous n’avons donc pas encore examiné tout ce qui est lié au pédagogique, mais trois semaines de suspension des cours, c’est encore gérable sur ce plan.

    Nous nous pencherons sur ces questions à partir de mardi prochain », explique la ministre de l’Education, Caroline Désir.

    « On ne sait évidemment pas si ces mesures pourront-elles être levées après les vacances de Pâques».

    Source 

    Rédaction de l'article Par Muriel Sparmont et Didier Swysen

  • Puis-je amener mon enfant à l’école lundi 16 mars 2020 ?

    Lien permanent

    La Première ministre a été claire : cette mesure est faite avant tout pour les parents actifs dans les soins de santé ou les services de sécurité, ainsi que pour ceux qui n’ont pas d’autre choix que de faire garder leurs enfants par les grands-parents, ce qu’il faut éviter à tout prix.

    Dans les écoles catholiques, si les parents veulent les faire garder à l’école, ils devront en faire la demande à l’école.

    On fera évidemment preuve de souplesse.

    Même si elle ne travaille pas dans un hôpital, une maman ou un papa qui élèverait son enfant seul(e) ne va pas se voir refuser la garderie.

    Si je l’amène à l’école, qui va s’en occuper ?
    L’équipe éducative, c’est-à-dire les enseignants comme les éducateurs. L’école doit assurer un encadrement effectif et confortable tous les jours. T

    ous les enseignants ne devront pas venir chaque jour, même s’ils restent à sa disposition durant les trois semaines.

    Les autorités tablent sur la solidarité au sein des équipes.

    Rédaction de l'article par Par Muriel Sparmont et Didier Swysen 

    Source

  • Les écoles fermées jusqu’aux vacances de Pâques !!!

    Lien permanent

    Fermer les écoles ou pas ?

    C’est le sujet qui a été le plus âprement discuté au Conseil national de sécurité de ce jeudi soir…

    Il se disait que francophones et néerlandophones n’étaient pas vraiment d’accord sur cette fermeture.

    Au sud du pays, on y était plutôt favorable, nettement moins au nord.

    Une version que le président du MR, Georges-Louis Bouchez, nuançait parlant de « sensibilités différentes ».


    Finalement, il a été décidé de suspendre les cours, dans tout le pays, de lundi prochain au vendredi 3 avril inclus, début des vacances de Pâques.

    Cela dit, les écoles devront quand même accueillir les enfants, en tout cas certains d’entre eux.

    Lesquels précisément ?

    Ceux dont les parents travaillent dans les soins de santé (hôpitaux…), dans les services de sécurité… Et aussi les enfants dont il n’y a pas d’autre possibilité de garde que les personnes âgées (grands-parents, etc.)


    Forte pression


    Les experts sont partagés : indispensable pour certains, la mesure est dangereuse pour d’autres, car cela amènerait de nombreux grands-parents à devoir s’occuper des enfants en journée, quand les parents travaillent (tout le monde n’est pas en capacité de télétravailler).

    La pression était forte : jeudi après-midi, l’Association belge des syndicats médicaux (Absym) demandait cette fermeture « à court terme » en raison de la pandémie.

    Et ne parlons pas de la pression internationale, chaque jour la liste s’allonge : il y a l’Italie où près de six millions de jeunes n’ont pas cours actuellement.


    En France, le président Macron a décidé, hier, de fermer toutes les écoles dès lundi, car les enfants propageraient le plus rapidement le virus, même s’ils n’ont pas de symptômes.

    Et l’Espagne lui a emboîté le pas jeudi soir !… Dans les coulisses, il se chuchotait que ça devenait dès lors difficile pour les francophones de plaider contre cette fermeture.


    Des décisions de fermeture qui ont aussi été prises au Danemark, en Irlande, en Ukraine, en Tchéquie, en Slovaquie, en Turquie, dans certaines régions de Pologne, à Hong Kong, en Iran… La liste n’est, bien sûr, pas exhaustive.


    à double tranchant ?


    Cela fait plusieurs jours que des ministres répètent que cette solution ferait finalement plus de mal que de bien.

    Dans l’interview que Maggie De Block (Open VLD) nous a donnée et que nous publierons samedi, la ministre de la Santé le rappelait : « C’est plus efficace de laisser les enfants dans les écoles.

    Les fermer ne sert à rien », dit la ministre fédérale.

    « Qui va garder les enfants sinon ? Les grands-parents si les parents travaillent.

    Les experts nous le répètent : ce qui est dangereux, c’est le mix des âges.

    Mais, bien sûr, on interdit les fêtes dans les écoles, les journées portes ouvertes et on encourage les mesures d’hygiène, c’est essentiel. »


    La décision a donc basculé, et elle l’avait dit aussi : la décision d’un jour ne sera pas forcément celle du lendemain, mais cet avis a été pris en considération dans l’organisation des garderies.


    Bien avant le Conseil de sécurité, certaines écoles avaient déjà décidé de fermer leurs portes.

    C’est par exemple le cas des écoles européennes, qui rassemblent environ 10.000 élèves dans notre pays.

    À partir de lundi 16 mars, et jusqu’au dimanche 29, les cours sont suspendus dans les quatre écoles européennes de Bruxelles.


    De leur côté, les universités francophones ont décidé de passer à un mode d’enseignement à distance : « Les modalités exactes seront déterminées dans chaque institution », précisent les recteurs ».


    Rédaction de l'article par Didier Swysen

    Source

  • Tous les voyages scolaires, tant en Belgique qu’à l’étranger, sont désormais interdits pour les écoles bruxelloises et wallonnes

    Lien permanent

    La Wallonie et Bruxelles interdisent tous les voyages scolaires à l’étranger et en Belgique

    La mesure, liée à la propagation du coronavirus, a été prise ce mercredi en début d’après-midi.

    Tous les voyages scolaires, tant en Belgique qu’à l’étranger, sont désormais interdits pour les écoles bruxelloises et wallonnes.

    La décision a été prise ce mercredi midi et annoncé par le Gouverneur du Brabant wallon mais, selon nos informations, toutes les provinces sont concernées.

     

    Il s’agit des sorties scolaires d’au moins une nuitée.

    Les excursions restent, elles, autorisées.

    La mesure est en vigueur jusqu’au 31 mars, inclus !

    Source

  • ‎Conférence sur le harcèlement scolaire le 13 mars 2020

    Lien permanent

    Dans le cadre du cycle de conférences en matière d'enseignement, une conférence sur le harcèlement scolaire est organisée le vendredi 13 mars à 19h au Centre culturel d'Amay.

    Animée par l'association Théracommuni, cette conférence a pour objectif de sensibiliser les élèves et parents d'élève à ce fléau qui grandit dans les écoles, source de souffrance pour nos enfants et contre lequel il faut apporter des solutions efficaces.

    Vendredi 13 mars 2020 à 19h
    Centre culturel d'Amay (salle 2), rue Entre Deux Tours, 3
    Entrée gratuite
    Inscription obligatoire : 085/830 825 - enseignement@amay.be

     

    Commune d'Amay

    Conférence sur le harcèlement scolaire

     

  • Soirée Blind Test le 21 mars 2020 une organisation Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Lien permanent

    Envie de passer une agréable soirée musicale le 21 mars ?

    Nous avons ce qu'il vous faut !

    Un délicieux trio de pâtes et un dessert pour bien entamer la soirée. Ensuite un blind test en équipe de 6.

    Et pour finir, un concert des Parental Control découverts lors de la dernière fancy-fair ! Nul doute qu'ils mettront le  !
    Adulte : 14 euros – enfant : 6 euros


    à verser sur le compte du comité scolaire IBAN BE90 0689 0073 2832
    En communication : nombre d'adultes et d'enfants et le nom de votre équipe.

    À vos réservations

     

     

    Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Soirée blind test

  • Le passage en 1ère primaire conditionné à un test linguistique?

    Lien permanent

    Le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts, souhaite conditionner le passage en première primaire à la réussite d’un test de connaissance du néerlandais, rapportent jeudi les journaux du groupe Mediahuis.


    À partir du 1er septembre, l’âge de l’obligation scolaire passe de six ans à cinq ans. Le ministre avait déjà fait savoir il y a quelques mois qu’il voulait profiter de l’occasion pour instaurer ce test à la fin de la troisième maternelle. Les enfants qui maîtriseraient insuffisamment le néerlandais recevraient des cours de langue, voire devraient passer une année en immersion linguistique.

    M. Weyts fait un pas de plus, en n’autorisant pas un enfant de monter en première primaire si son niveau de néerlandais n’est pas satisfaisant.


    Selon lui, les enfants disposeraient alors des « chances maximales » pour entamer les primaires.


    Les réseaux d’enseignement rejettent le projet car il signifierait le redoublement de la 3e maternelle de certains élèves. « Des jeunes enfants ne sont pas aidés s’ils passent une année de plus dans la salle d’attente », fait-on remarquer dans le réseau organisé par la Communauté flamande.

    Source 

  • Les élèves de l’école communale de Saint-Séverin Nandrin customisent le nouveau bibliobus

    Lien permanent

    Jeudi, les élèves de cinquième et sixième années de primaire de l’école communale de Saint-Séverin ont fait le déplacement jusque Liège pour l’inauguration du nouveau bibliobus de la Province.

    Ils sont directement impliqués puisque ce sont leurs dessins et idées qui ont inspiré l’illustrateur Ludo Borecki.


    29 élèves de l’école communale de Saint-Séverin, à Nandrin, ont découvert le résultat de leur participation à la décoration du nouveau bibliobus de la Province de Liège.

    En effet, avait lieu ce jeudi, sur la place Saint-Etienne à Liège, l’inauguration de la bibliothèque itinérante en présence du dessinateur liégeois Ludo Borecki dont les illustrations ornent le nouveau véhicule.


    Les élèves nandrinois ont été conviés à cette cérémonie car ils sont impliqués dans le projet depuis le départ. « Le car, à l’origine, était tout blanc.

    La bibliothécaire du bus Anne-Marie Praillet a choisi notre école pour l’agrémenter de dessins. Nos élèves de 5e et 6e primaire ont donné des idées et ont réalisé des dessins qu’ils ont remis au dessinateur Ludo Borecki qui s’en est directement inspiré pour ses propres illustrations qui ont été collées sur le bibliobus », explique Yves Mottet, instituteur en charge de la classe de cinquième année.

    Ludo Borecki a décliné les personnages de sa BD « La vie compliquée de Léa Olivier » sur toute les faces du car, en incorporant divers détails de décor ou de vêtements soumis par les élèves.

    Les enfants étaient tout en joie et fiers de retrouver les traces de leurs dessins sur le car.

    « Il y a le motif "fraise" sur le t-shirt de Léa. Les couvertures des trois livres illustrés sur le car sont inspirées des dessins des enfants », épingle Laurence Déom, institutrice de la classe de 5e année.

    « Le projet phare de l’école est d’amener le goût de la lecture, c’est donc un très chouette projet pour eux et pour nous », souligne encore l’instituteur. Ils ont pu repartir avec une bande dessinée dédicacée, en guise de remerciement.
    Pour rappel, le bibliobus est un service provincial de bibliothèque mobile qui se rend dans pas moins de 53 communes, notamment dans les écoles.

    A Saint-Séverin, il y fait halte tous les 15 jours et les élèves de toutes les classes y ont accès. Le nouveau véhicule inauguré ce jeudi est le cinquième bibliobus provincial.


    Signalons qu’une quinzaine d’élèves de 5e et 6e années de l’école communale d’Ampsin avaient également été conviés à cette inauguration, l’établissement étant un fidèle client du bibliobus depuis plus de trente ans.

    Rédaction de l'article par AG 

    Source 

    biblio1.JPG

  • Les classes de neige de Villers-le-Temple Nandrin en Italie sont annulées

    Lien permanent

    Alors que beaucoup d’écoles hésitent encore à envoyer ou non leurs élèves en classes de neige en Italie, la commune de Nandrin a décidé d’annuler le voyage des 31 enfants de Villers-le-Temple prévu à Chiesa dans deux semaines. Le bourgmestre se base sur une décision du conseil des ministres italiens et sur la circulaire de la ministre de l’Education.


    Jeudi soir était programmée une réunion des parents des élèves de cinquième et sixième années de l’école communale de Villers-le-Temple, avec les autorités communales.

    Le sujet du jour : le maintien ou non des classes de neige, organisées comme chaque année à Chiesa in Valmalenco, en Lombardie, à la frontière entre l’Italie et la Suisse.

    « Nous voulions connaître le ressenti des parents concernant ce voyage.

    Le résultat est mitigé : la moitié n’était pas trop consciente du risque encouru, d’autres opposaient un non catégorique et les autres attendaient de voir », rapporte le bourgmestre, Michel Lemmens.


    Finalement, ce sont les récentes décisions ministérielles, aussi bien en Italie qu’en Belgique, qui ont guidé la décision finale.

    « Nous avons pris connaissance, ce jeudi, d’un arrêté ministériel du conseil des ministres en Italie interdisant les rassemblements des élèves et les jumelages sur le territoire italien.

    Mais aussi de la recommandation du SPF Affaires étrangères déconseillant les voyages scolaires en Italie. Ce n’est pas clairement interdit d’y aller mais de toute façon, nous ne pourrions pas entrer sur le territoire italien », analyse le mayeur.

    Nous avons pu consulter le document du conseil des ministres italien qui stipule effectivement la suspension des voyages d’instruction, des échanges, des visites guidées et des sorties didactiques.

    De même, les manifestations sportives et les compétitions de toutes sortes, organisées dans les lieux publics et privés, sont également suspendues. Des mesures fortes qui rendent difficilement vivable un voyage scolaire à vocation sportive…


    « De plus, les hôpitaux italiens étant noyés par la problématique du coronavirus, si un enfant venait à se blesser, il devrait être envoyé à 500 km de là pour se faire soigner ! », craint le mayeur nandrinois.


    Michel Lemmens avait des inquiétudes quant au remboursement du voyage « mais logiquement, ce sera au tour-opérateur Alpina Tours d’annuler, pas à la commune, ce qui garantirait un remboursement. »
    Une autre destination ?
    A Nandrin, les deux implantations scolaires communales partent à tour de rôle à Chiesa, une année les 5e et 6e de Saint-Séverin, l’année suivante les 5e et 6e de Villers-le-Temple.
    Les 31 élèves de Villers-le-Temple, issus des classes de 5e et 6e années, se voient donc cette fois privés de classe de neige. Mais peut-être pas de voyage.

    « La situation française n’est pas meilleure qu’en Italie. L’Allemagne est aussi fort touchée.

    La Suisse interdit tout rassemblement de plus de 50 personnes. La solution bis serait de les envoyer pas loin, en Belgique, aux Pays-Bas ou une zone limitrophe où le rapatriement éventuel serait facile.

    Ou alors on annule purement et simplement.

    Mais les parents souhaitent qu’un voyage soit maintenu, d’autant que la classe de sixième avait déjà été privée de classe de ville à Molenbeek il y a quatre ans, suite aux attentats... »


    Les parents et les autorités communales se reverront la semaine prochaine et la suivante pour prendre une décision.

    Rédaction de l'article par Par  AG 

    Source 

  • les Affaires étrangères déconseillent les voyages scolaires vers l’Italie, ils sont aussi déconseillés vers quatre zones en France

    Lien permanent

    Cette fois, ça y est: les Affaires étrangères déconseillent les voyages scolaires vers l’Italie et certains coins de France, à ce stade: l’Oise, la Haute-Savoie, le Morbihan et le Haut-Rhin.

    La ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS), qui a toujours dit qu’elle se référait aux conseils du SPF Santé publique et des Affaires étrangères, a envoyé illico une nouvelle circulaire aux écoles.

    «À partir de ce jour (6 mars) et jusqu’à nouvel ordre, les Affaires étrangères recommandent aux écoles de reporter les voyages vers l’Italie», écrit la ministre. «Nous vous invitons à respecter leurs consignes».

    Pour l’Italie, le SPF indique que «suite à la décision des autorités italiennes de déconseiller les voyages scolaires dans le pays, il est recommandé aux écoles belges de reporter jusqu’à nouvel ordre les voyages prévus vers l’Italie. Le même message est formulé pour certaines zones françaises. Je vous invite à tenir compte de cette recommandation.

    Si des départs sont programmés vers ces régions, je vous déconseille donc de les maintenir,
    jusqu’à nouvel ordre.»


    SOULAGEMENT

    C’est un soulagement pour les écoles qui, jusqu’à présent, pouvaient annuler un voyage, mais s’exposaient à un non-remboursement des assurances en raison de l’absence de recommandation des Affaires étrangères.

    On s’étonnera juste du renvoi à la décision des autorités italiennes… Qui remonte à une semaine! Rien de neuf au sujet des fermetures éventuelles d’écoles où des contaminations ont été signalées.


    Mme Désir suivra les recommandations du SPF Santé publique, qui est sous la tutelle de la ministre Maggie De Block (Open VLD).

    «Cette mesure ne pourrait être prise qu’en phase 3, phase qui n’est pas atteinte», nous a-t-on répondu jeudi au cabinet de la ministre fédérale de la Santé.

    Vu que les contaminations sont gérées en Wallonie par l’AViQ, placé sous la tutelle de la ministre Morreale (PS), on imagine que toute fermeture serait concertée entre ces trois ministres.

    Rédaction de l'article DIDIER SWYSEN

    Source 

     

  • ‎Conférence sur le harcèlement scolaire le 13 mars 2020

    Lien permanent

    Dans le cadre du cycle de conférences en matière d'enseignement, une conférence sur le harcèlement scolaire est organisée le vendredi 13 mars à 19h au Centre culturel d'Amay.

    Animée par l'association Théracommuni, cette conférence a pour objectif de sensibiliser les élèves et parents d'élève à ce fléau qui grandit dans les écoles, source de souffrance pour nos enfants et contre lequel il faut apporter des solutions efficaces.

    Vendredi 13 mars 2020 à 19h
    Centre culturel d'Amay (salle 2), rue Entre Deux Tours, 3
    Entrée gratuite
    Inscription obligatoire : 085/830 825 - enseignement@amay.be

     

    Commune d'Amay

    Conférence sur le harcèlement scolaire

     

  • La 25ème édition du jogging de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020

    Lien permanent

    Jogging annuel de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020.
    Bloquez la date ! Cette année nous fêterons la 25ème édition du jogging. Pour cela, en plus des traditionnels parcours, nous vous proposons un parcours run & bike .

    Jogging 2020 de l'école St Martin de Nandrin

  • Salon SIEP Liège 2020 - Etudes Formations Métiers du 12 au 14 mars 2020

    Lien permanent

     

    Vous vous posez des questions sur votre orientation scolaire ?
    Vous désirez poursuivre des études ? Vous voulez travailler ?
    Vous avez envie de bouger ? D’apprendre une autre langue ?

    Le salon SIEP organisé aux Halles des Foires de Liège, c’est l’événement à ne pas manquer pour découvrir toute l’information sur l’enseignement secondaire, supérieur, la formation et l’emploi.


    Halles des Foires de Liège (Coronmeuse)
    Jeudi 12 mars et vendredi 13 mars de 13h à 18h
    samedi 14 mars de 10h à 18h

    Plus d'informations :

    http://salons.siep.be/visiteurs/liege/decouvrir-le-salon

     

    SIEP Liège

    Salon SIEP Liège 2020 - Etudes Formations Métiers

  • La 25ème édition du jogging de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020

    Lien permanent

    Jogging annuel de l'école Saint Martin de Nandrin aura lieu le samedi 14 mars 2020.
    Bloquez la date ! Cette année nous fêterons la 25ème édition du jogging. Pour cela, en plus des traditionnels parcours, nous vous proposons un parcours run & bike .

    Jogging 2020 de l'école St Martin de Nandrin

  • Plusieurs écoles liégeoises annulent leurs classes de neige en Italie du Nord

    Lien permanent

    La crainte du coronavirus, mais aussi et surtout d’une éventuelle mise en quarantaine si un cas suspect survenait sur place, pousse plusieurs écoles liégeoises à annuler les classes de neige prévues pour leurs élèves après les vacances de carnaval.

    La mise en garde émise mercredi par le bourgmestre de Liège, « déconseillant vivement les classes de neige en Italie du Nord », ont décidé plusieurs écoles communales liégeoises à annuler leur voyage en Lombardie. Celle de Chênée notamment.

     

    Article Complet et infos clic ici 

     

    Les discussions ont été longues entre parents et direction.

     

    Par Luc Gochel