Éco Responsable

  • Onze communes wallonnes appliquent désormais des restrictions de l’usage de l’eau

    Lien permanent

    Les communes appliquant des restrictions de l’usage de l’eau sont Gouvy, Habay, Manhay, Stoumont, Theux, Tellin, Tenneville, Trois-Ponts, Libin, Bouillon et Rochefort.

    Les prévisions météorologiques annoncent un temps sec et des températures supérieures à 25°C les prochains jours, ce qui va aggraver la situation actuelle de sécheresse.

    La cellule sécheresse rappelle dans ce contexte l’importance «d’un usage raisonné de l’eau de distribution, pour préserver les ressources et garantir un approvisionnement normal au cœur de l’été, notamment suite à la hausse du tourisme et de l’activité horeca en Wallonie».

    Les volumes d’eau dans les barrages-réservoirs restent cependant dans la norme et la situation est sous contrôle dans tous les sites, rassure-t-on.

    Débit des cours d’eau faible

    Les autorités wallonnes constatent par ailleurs que les débits des cours d’eau navigables sont bas, similaires à ceux de 2019.

    Les cours d’eau non navigables subissent pour leur part des baisses importantes et rapides des débits. La mesure d’interdiction de l’exploitation des centrales hydro-électriques, à l’exception de celles exploitées sur les grands barrages, reste dès lors d’application.

    La circulation des kayaks est désormais interdite sur la majorité des tronçons.

    Le dernier tronçon praticable, sur la Lesse, entre Gendron et Anseremme, devrait atteindre le seuil limite ce vendredi 31 juillet, ce qui entraînerait sa fermeture.

    La prochaine réunion de la cellule sécheresse est prévue le jeudi 13 août.

     

    Source

  • Tu connais Le GRACQ ? Toutes les infos !!!

    Lien permanent

    Le GRACQ agit pour rendre les déplacements à vélo plus sûrs, plus agréables et plus faciles pour tous à Bruxelles et en Wallonie.

    Le GRACQ  Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens  représente les usagers cyclistes en Belgique francophone et défend leurs intérêts.

    Le GRACQ est une association d'éducation permanente, sans appartenance politique et sans but lucratif. C'est aussi et surtout une association citoyenne, composée à 99% de bénévoles. 

    Toutes les infos clic ici 

    https://www.gracq.org/rejoignez-nous

     Qu'est-ce qu'une association d'éducation permanente ?
     Consulter les statuts de l'association
     Accéder à la page "contact" 
     Consulter la composition du CA
     Rejoindre le CA

     

     

    Sur Facebook GRACQ

    GRACQ Wallonie

  • Formation "Récolte et conservation des légumes du potager"

    Lien permanent

    Quand est-il idéal de collecter ses légumes pour mieux les conserver?

    Frigo ou cave?

    Combien de temps puis-je les garder?


    La lacto fermentation, quesako?

    Vous vous posez ces questions? Vous voulez en savoir plus?

    Alors, participez à notre formation gratuite.

    Parce qu'avoir un potager et conserver ses légumes dans des supports réutilisables, c'est aussi une démarche Zéro déchet. 

    Infos et inscription :

    Quoi? Formation en ligne, gratuite et dédiée à la récolte et la conservation de vos légumes

    Quand?
    Mercredi 5/08 de 13h à 16h -> Inscription OBLIGATOIRE ici : https://bit.ly/2W15hep

    Dimanche 30/08 de 9h30 à 12h30 -> Inscription OBLIGATOIRE : https://bit.ly/3gLtbTn
    -> Si vous n'avez pas complété le formulaire, votre inscription ne sera pas valide

    Organisées où?
    En ligne! Sur internet et sur le programme de vidéo conférence RAINBOW qu'il est obligatoire d'installer pour assister à la formation.

     Après votre inscription, un email vous sera envoyé par le formateur avec un lien et un tutoriel d'explication.

    Avec quel spécialiste?
    Stéphane Mostenne, technicien en permacutlure à la Province de Liège, Service Agriculture. Formation assurée dans le cadre du projet INTERREG VA Noé-Noa

    Infos complémentaires? dl@intradel.be

     

    Chaussée Verte 25/3
    4460
    04 240 74 21

    Jardin Ressources

    Formation "Récolte et conservation des légumes du potager"

  • Combien de fois, au supermarché, avons-nous opté pour la commodité plutôt que pour la durabilité ?

    Lien permanent

    La commodité ?

    Mais si, vous savez, ces produits faciles et bon marché.

    Souvent emballés individuellement.

    Déjà tout prêts. Dans un bel emballage plastique.

    Généralement, à usage unique.

    Mais tellement rapides et pratiques.

    Ces produits jetables existent parce que la facilité est incroyablement tentante.

    Ajoutez à cela le fait que ces articles à usage unique sont fabriqués et emballés avec des matériaux synthétiques bon marché pour vous offrir une option économique à court terme.

    Jackpot !

    Ou pas ?

    Faire un choix

    Combien de fois, au supermarché, avons-nous opté pour la commodité plutôt que pour la durabilité ?

    Combien de fois avons-nous choisi un article simplement parce qu’il était moins cher?

    Nous passons tous par là.

    Mais le fait que vous lisiez cet article me dit que si vous ne prenez pas déjà des décisions d’achats durables, vous envisagez à tout le moins d’être plus attentif et peut-être même de tester le zéro déchet, et ça, c’est top !

    Le faible coût et l’accessibilité de ces produits cracra n’équivalent pas à leur qualité.

    Pour déterminer le vrai coût (et l’avantage financier ou non d’un achat), on ne peut se baser uniquement sur le prix d’achat initial.

    Une fois que vous vous concentrez sur la rentabilité à long terme du produit lui-même, vous constaterez qu’en utilisant des produits respectueux de l’environnement, les produits « green » peuvent également vous aider à économiser à long terme!

    C’est là que se trouvent les vraies économies.

    J’en reviens à l’exemple du shampoing solide pour ne citer que celui-là.

    Un choix d’achat durable est non seulement gratifiant mais aussi rentable !

    « Mais c’est plus cher ! » (à l’achat, peut-être…)

    Premièrement ce n’est pas toujours le cas, selon le produit choisi et/ou l’endroit où vous vivez et où vous achetez…

    Cela dit, lorsque vous effectuez un achat dans un magasin, le montant que vous payez couvre également des frais liés à sa production et à la livraison physique du produit.

    Par exemple, la plupart des articles de soins personnels conventionnels sont fabriqués à partir de matériaux synthétiques non biodégradables et conçus pour un usage unique (ou limité) avant d’être jetés, ce qui les rend relativement peu coûteux à fabriquer et à moindre coût, tandis que les produits respectueux de l’environnement sont généralement bien conçus avec des composants biodégradables ou compostables.

    Les autres raisons pour lesquelles les articles durables peuvent coûter un peu plus cher que les articles non verts sont variées: Le travail équitable et les pratiques éthiques coûtent plus cher (surtout quand c’est produit localement), les certifications tierces réputées ne sont pas bon marché, un salaire équitable pour les ouvriers est un surcoût plus élevé….

    Proportionnellement, produire en masse (aux dépens de la planète) revient bien moins cher aux grosses sociétés avides. Lorsque vous prenez une décision d’achat, il est important de ne pas confondre être pingre avec être éco(lo)nome !

    Et l’écolonomie dans tout ça ?

    Comme illustré ci-dessus, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les éco-articles peuvent avoir un coût initial plus élevé que leurs homologues conventionnels.

    Cependant, le coût initial d’un article est très différent de sa rentabilité globale.

    Bien que vous puissiez payer un peu moins à la caisse pour les produits conventionnels / jetables, vous finirez inévitablement par payer beaucoup plus lorsque vous devrez les remplacer encore et encore à l’avenir.

    D’un autre côté, si vous choisissez de dépenser un peu plus initialement pour des articles bien construits et durables, conçus pour être réutilisés encore et encore, vous constaterez rapidement que vos économies s’additionnent à long terme car vous n’aurez pas à les remplacer aussi souvent.

    Il n’est guère logique de payer un peu moins pour un produit jetable que vous savez que vous devrez continuer à remplacer plusieurs fois au cours de l’année, au lieu de payer ces quelques euros de plus pour un article qui vous durera des années, sinon pour toujours!

    C’est l’exemple d’un rasoir de sécurité : 50€ en moyenne bien qu’on en trouve de haute gamme à bien plus cher. En comparant avec des jetables : environs 10€ pour une marque connue, 6 rasoirs.

    A raison de 5 rasages (en étant optimistes hum hum – merci aux hommes ayant donné leur avis sur ma page Facebook pour ce mini sondage  ) avant de remplacer et d’un rasage quotidien, cela revient donc à 33 centimes le rasage, donc à plus de 120€ par an… CQFD

    Une autre raison de choisir la durabilité est que chaque achat augmente la demande pour ces produits verts. Avec une demande plus élevée, davantage d’entreprises seront encouragées à y répondre, réduisant progressivement ses coûts à mesure qu’elles modifient leur production pour répondre à ce besoin croissant d’articles zéro déchet.

    Un cercle vertueux donc.

    Source info 

    Fées Maison - Ecolonomise ta vie

  • Challenge: «Plastic Free July» !!! tu connais ?

    Lien permanent

    Depuis son lancement en 2011 en Australie, le « Plastic Free July » (littéralement Juillet sans plastique) a grandi.

    L’idée ?

    Abandonner des plastiques à usage unique, durant juillet.

    C’est une solution idéale quand, débutant, on est perdu devant toutes les possibilités de réduire notre impact.

    Juillet est souvent moins dans le rush (plus école pour les enfants, moins de trafic sur la route du boulot, même – oh bonheur- nos congés.)

    C’est pour beaucoup le début d’une conversion vers le « zéro déchet ».

    La loi nous impose déjà certains changements et abandons, les autres vont progressivement nous sembler de plus en plus aisés à installer.

    C’est parti !


    1. Bouteilles Je prêche pour ma chapelle mais tellement important ! Petit rappel : Pour fabriquer une bouteille d’un litre d’eau en PET, il faut 100ml de pétrole, 80grammes de charbon, 42 litres de gaz et 2 litres d’eau durant l’entièreté du processus de fabrication et distribution. Moins de la moitié des bouteilles plastiques sont recyclées : elles sont décyclées et ne pourront plus l’être après. Bref une gourde durable, avec un matériau sain et résistant : pratique et écolonomique !


    2. Café Les gobelets jetables pour notre café à emporter ne sont pas uniquement en carton, mais également doublés de film plastique, les rendant difficilement recyclables. Emmener votre propre café maison. Impossible de zapper la caféine quotidienne made in Starb*ck ? De plus en plus de coffee shops proposent ou acceptent des alternatives : tasse de porcelaine, venir avec son thermos ou son mug à remplir… Ouf !


    3. Thé Saviez-vous que la plupart des sachets de thé sont fabriqués en plastique, pouvant relâcher des tonnes de micro-particules de plastique dans votre tasse ? Charmant. L’idéal alors, est d’acheter son thé en vrac, dans de jolies enseignes spécialisées qui vous feront voyager via vos sens.


    4. Les pailles (le mal incarné) On n’est toujours pas remis de la photo de cette pauvre torture avec une paille fichée dans les narines. Donc soit on s’en passe totalement, soit on utilise une version réutilisable. J’ai testé le verre et le bambou, mais je préfère l’inox. Choix personnel.


    5. Brosses à dent Aucun recyclage ni upcycling à l’horizon. La brosse à dent est éternelle. Pas dans son usage bien sûr, mais dans sa durée de vie. Depuis quelques temps, les alternatives ont fleuri : brosses en bambou ou essence de bois plus local, compostables ; les brosses à tète interchangeables, batônnets de siwak…


    6. Fil dentaire Quitte à être dans l’hygiène buccale, allons aborder le thème du fil. A dérouler dans une boite plastique ou sur des bâtonnets ultra pratiques. Le fil lui-même est fait de plastique. Si on ne peut s’en passer, on choisit une version écolo : en soie ou en dérivé de maïs pour une alternative végane. Oui, ça existe !


    7. Cotons tige Autre photo choc énormément partagée : l’hippocampe se promenant avec un coton tige. Légalement, ils vont disparaitre. Il restera leur version avec bâtonnet de carton ou de bois. C’est mieux, mais pas top. Pourquoi ? A cause de l’ouate sur leurs têtes ! L’alternative ? des cure-oreilles métalliques, des oriculis en bois ou en bioplastiques, … Il existe même une version douce et souple pour les retouches d’eye-liner qui a bavé ! Lavable, sain et durable !


    8. Savon Les alternatives que l’on trouve le plus facilement pour limiter son usage de plastique sont ultra nombreuses à la salle de bain. Un pain de savon (artisanal, SAF, … Il en existe pour tous les gouts) sont un milliard de fois meilleurs à tous niveaux : du fait de leur composition, pour l’environnement et notre peau, leur (non) emballage, biodégradable, … Si vous avez le plaisir de rencontrer un vrai savonnier, demandez-lui les valeurs qui motivent sa passion. Il y a souvent une dimension humaine et écologique derrière, de jolies histoires à découvrir.


    9. Détergents Il n’y a pas que nos magnifiques corps que l’on doit nettoyer, il y a aussi notre chez-nous. Avec du savon de Marseille, du savon noir et du simple vinaigre ménager on peut déjà faire des merveilles !


    10. Lingettes de nettoyage C’était ma plus grande consommation avant. Une poussière ? Une lingette ! Une tache ? Une lingette ! Maintenant je récupère les vieux t-shirts ou chaussettes troués, draps de lit déchirés ou juste trop usés et démodés. Cela ne prend pas plus de place à la lessive. Aucun produit chimique (de l’eau ou du vinaigre. Basta). Et de l’upcycling. La boucle est bouclée. Des alternatives, il y en a encore des centaines, sans que cela n’impacte notre petit confort. En revanche, et c’est mon crédo, cela a une influence positive sur notre planète, notre santé et notre portefeuille !


    Et vous, prêt(e)s à vous lancer dans le challenge du Plastic Free July ?

    N’hésitez pas à partager votre cheminement sur la page FB de Fées Maison 

    Source

     

    Fées Maison - Ecolonomise ta vie

     

     

  • L’art de la construction en pierre sèche inscrite au patrimoine immatériel culturel de l’Unesco

    Lien permanent

    Bâtir en pierres sèches nécessite un savoir-faire et des techniques anciennes transmises de génération en génération qui consiste à empiler les pierres les unes sur les autres, selon un placement particulier sans utiliser aucun autre matériau.

    Présentes surtout dans les zones rurales sans être toutefois absentes des zones urbaines, les constructions en pierre sèche ont contribué dans le monde entier à façonner des paysages multiples et variés favorisant l’émergence de différents types d’habitats, d’agriculture et d’élevage.

    Source

    La construction en pierre sèche - vers une reconnaissance possible comme patrimoine oral immatériel

     

    Récolte de témoignages
    Demande de reconnaissance à la Fédération Wallonie-Bruxelles avant de rejoindre l’inscription à l’UNESCO

     

    En 2018, grâce à la mobilisation de plusieurs pays (France, Croatie, Italie, Espagne, Chypre, Grèce et Suisse), l’UNESCO a inscrit l’art de construire en pierre sèche sur sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Pour que la Belgique rejoigne cette liste prestigieuse, la technique de la construction en pierre sèche doit d’abord obtenir une reconnaissance régionale et nationale. En effet, le savoir et savoir-faire des murailleurs doivent d’abord être reconnus comme « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles ».

    C’est pourquoi les Parcs naturels des Deux-Ourthes et Haute-Sûre Forêt d’Anlier, le Centre des Métiers du Patrimoine « La Paix-Dieu » (AWaP) et l’asbl Qualité-village-Wallonie s’associent, dans le cadre du projet européen Interreg Va « Pierre sèche en Grande Région » pour constituer un dossier de candidature.

    Ensemble, ils lancent donc un appel à témoignages à travers tout le pays: connaissez-vous quelqu’un qui a construit ou construit encore ces murs ? Les construisez-vous vous-même ?

    Possédez-vous des cartes postales ou photographies anciennes où ces murs sont visibles ?

    Des membres de votre famille vous ont-ils raconté en avoir construit ? Ce sont quelques questions dont les réponses pourraient bien être utiles afin de constituer le dossier de candidature national et international.

    L’enquête en ligne est disponible sur les sites et les pages Facebook de Qualité Village Wallonie (qvw.be), du Parc naturel des deux Ourthes (www.pndo.be), du Parc naturel Haute Sûre Forêt d’Anlier (www.parcnaturel.be), du Centre des Métiers du Patrimoine “La Paix-Dieu” et permettra de soutenir la candidature nationale et internationale.

    L’enquête sera également disponible en allemand et en néerlandais.

    Source

  • Formation "Récolte et conservation des légumes du potager"

    Lien permanent

    Quand est-il idéal de collecter ses légumes pour mieux les conserver?

    Frigo ou cave?

    Combien de temps puis-je les garder?


    La lacto fermentation, quesako?

    Vous vous posez ces questions? Vous voulez en savoir plus?

    Alors, participez à notre formation gratuite.

    Parce qu'avoir un potager et conserver ses légumes dans des supports réutilisables, c'est aussi une démarche Zéro déchet. 

    Infos et inscription :

    Quoi? Formation en ligne, gratuite et dédiée à la récolte et la conservation de vos légumes

    Quand?
    Mercredi 5/08 de 13h à 16h -> Inscription OBLIGATOIRE ici : https://bit.ly/2W15hep

    Dimanche 30/08 de 9h30 à 12h30 -> Inscription OBLIGATOIRE : https://bit.ly/3gLtbTn
    -> Si vous n'avez pas complété le formulaire, votre inscription ne sera pas valide

    Organisées où?
    En ligne! Sur internet et sur le programme de vidéo conférence RAINBOW qu'il est obligatoire d'installer pour assister à la formation.

     Après votre inscription, un email vous sera envoyé par le formateur avec un lien et un tutoriel d'explication.

    Avec quel spécialiste?
    Stéphane Mostenne, technicien en permacutlure à la Province de Liège, Service Agriculture. Formation assurée dans le cadre du projet INTERREG VA Noé-Noa

    Infos complémentaires? dl@intradel.be

     

    Chaussée Verte 25/3
    4460
    04 240 74 21

    Jardin Ressources

    Formation "Récolte et conservation des légumes du potager"

  • Mais où puis-je recycler ou faire réutiliser mes vieux électros et vieilles ampoules ?

    Lien permanent

    "Mais où puis-je recycler ou faire réutiliser mes vieux électros et vieilles
    ampoules ?!” Très simple : un peu partout en Belgique !

    Recupel

    02 204 76 00

  • Le potager collectif à Nandrin, bientôt une réalité à Fraineux

    Lien permanent

    En ce 2 juillet, début des vacances scolaires, quatre délégués des associations locales (dont la b-a-s-e) se sont donné rendez-vous rue Tige des Saules, entre Nandrin et Fraineux, pour faire sortir de terre le futur potager collectif

    Article complet clic ici 

    Si cela vous intéresse, vous êtes les bienvenus. Contactez-nous via notre site b-a-s-e.com !

    Toutes les infos clic ici 

  • Vous voulez faire vos masques en tissu vous-même pour limiter vos déchets?

    Lien permanent

    Vous voulez faire vos masques en tissu vous-même pour limiter vos déchets?


    Vous trouverez un modèle validé par le gouvernement ici  : 

    https://faitesvotremasquebuccal.be/


    Attention de bien respecter les conditions d'utilisation !


    Il vous est toujours possible de télécharger et/ou commander l'affiche pour sensibiliser vos voisins et votre entourage : https://bit.ly/2BcodQl

     

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

     

  • Malgré le contexte du zéro phyto, et trois mois de confinement sauf pour la végétation, les cimetières de Nandrin maîtrisent la situation

    Lien permanent

    Après des mois de confinement, votre Blogueuse comme beaucoup d'entre vous, est allée se recueillir sur ses défunts en se dernier week-end de juin à Nandrin .

    Et à la grande surprise, malgré le contexte confinement et zéro phyto, les cimetières de Nandrin et ses entités, non pas eu à souffrir comme dans bien d'autres communes du Huy-Waremme d'un sentiment d'abandon .

    106017999_292748401872646_6230731477581663204_n.jpg

    Bien au contraire !!! n'oublions pas que le personnel communal a souvent en cette période Covid- 19  été affecté à de multiples autres taches, distribution de maques , entretien parfois à effectif réduit , gestions de résidents imprévu dans la commune etc .

    Petit rappel : Il n'est pas interdit  d'entretenir vos parcelles, qui elles aussi ont eux à subir le confinement avec un abandon forcé en cette période exceptionnelle.

    Cette crise du Codid-19 aura eu le mérite de démontrer qu'a Nandrin, ni les élus de tout bords, ni le personnel ne se tarisse de propos sur les réseaux sociaux, mais sont efficace dans l'action .

    "Si tu veux connaître quelqu'un n'écoute pas ce qu'il dit, mais regarde ce qu'il fait."

    Dalaï Lama

    Félicitations aux hommes, qui font office d'un métier qui existe depuis des générations, les Fossoyeurs !!!

    Arrêtons le Blabla voici quelques photos de nos cimetières Saint-Séverin , Nandrin Villers-le-Temple samedi et dimanche 27 et 28 juin 2020 .

    Album photos clic ici 

  • Reprise de la Formation gratuite "Découverte nature et patrimoine"

    Lien permanent

    De Janvier à juin 2021, reprise de la Formation gratuite "Découverte nature et patrimoine" à Comblain-au-Pont.
    Séance d'info le 10/11/2020 à 19h à la Maison des Découvertes

     

    formation ipes.jpg

    formation rivière 2.jpg

    Source 

    Contrat de Rivière Ourthe

     

     

  • Plantation d'une haie d'aubépines près de Saint Donat entre Yernée et Saint-Séverin et plantation d’une haie de charmes à Villers-le-Temple Nandrin

    Lien permanent
    Ecolo Nandrin,  l'a annoncé !!!

    Petits travaux d'embellissement dans la commune, portés par notre échevin de l'environnement Sébastien Herbiet: plantation d'une haie d'aubépines près de Saint Donat et plantation d’une haie de charmes afin d’embellir l’entrée du cimetière à Villers-le-Temple.

    Ecolo Nandrin

    "image prétexte" info pour les coupeurs de cheveux en quatre 

     Autrement dit : une photo prétexte, puisée dans une des banques d'images du Blog 

  • Saviez-vous qu'une commune sur deux constate une augmentation de la présence de masques, gants et mouchoirs en papier au sol depuis le début de la crise sanitaire.

    Lien permanent

    Saviez-vous qu'une commune sur deux constate une augmentation de la présence de masques, gants et mouchoirs en papier au sol depuis le début de la crise sanitaire.

    Principalement à la sortie des magasins, près des poubelles publiques et aux arrêts de transport en commun.


    Vous vous demandez comment arrêter ça ?


    Téléchargez et/ou commandez vite l'affiche pour sensibiliser vos voisins et votre entourage :

    ici https://bit.ly/2B3Lmns

    Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

    poub.jpg

  • L’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin, en province de Liège.

    Lien permanent

    Mieux encore, l’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin, en province de Liège.

    Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique : "En Wallonie, le pic de diversité d'espèces d'abeilles sauvages c'est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment. Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées. »

    Et d’ajouter « Ce week-end, à Nandrin, j'ai eu la surprise de constater une fauche de bord de route intelligente ! 

    Les massifs en fleurs sont en grande partie évités !

    Une action très simple à réaliser (c'est exactement comme éviter un poteau de signalisation) et autrement plus efficace que tous les hôtels à insectes que l'on pourrait installer."

    Natagora invite donc tous les jardiniers amateurs et professionnels qui entretiennent jardins, parcs public, zoning industriels et commerciaux ainsi que les ouvriers ou agriculteurs qui gèrent nos bords de route à copier-coller ce petit geste.

    En agissant de la sorte, la société fera un grand bond en avant pour la préservation des insectes et de tout ce qui en découle !

    Source

    https://www.natagora.be

    VOIR TOUTES LES NEWS

     

  • Les produits disponibles à la Micro-Ferme des Fossettes !!!

    Lien permanent
    Micro-ferme des Fossettes Vous informe 

    Nos produits encore disponibles à la Micro-Ferme des Fossettes !!!

    Radis rouge - 2,50 € la botte de 25 (RIS- 1,25 €)
    Cerfeuil - 1,50 le bouquet (RIS - 0,75€)
    Ciboulette - 1,50 le bouquet (RIS - 0,75€)
    Roquette 1,50 le bouquet (RIS - 0,75€)
    Laitue blonde 1,50 (RIS - 0,75€)
    Cerises Napoléon 5€/kg (RIS - 2,50 €)
    Sauge panachée 1,50 le bouquet (RIS - 0,75€)

    Oeufs : plus de vente avant le mercredi 24/06

    Cueillette directe sur place ou sur commande par sms ou appel au 0499/241337, en message privé ou par mail à naturabovy@mail.be

    (Vente au profit des activités de l'ASBL)

    Micro-ferme des Fossettes ASBL
    Centre d'apprentissage et d'exploitation en agriculture naturelle
    N°d'entreprise : 0747.683.621
    Tige des Fossettes, Fraineux - Nandrin
    Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h
    dimanche de 10h à 12h00

    Micro-ferme des Fossettes
    Tige des Fossettes 
    Yernée-Fraineux, Liege, Belgium
     
     
    0499 24 13 37
  • Organiser des activités pédagogiques, pour petits et grands, afin de découvrir les richesses de notre environnement B.A.S.E

    Lien permanent

    Objectifs :

    La solidarité n’existe plus quand les gens se replient égoïstement sur eux-mêmes.

    Qui se soucie du sort de tous ceux qui n’ont pas de quoi se nourrir, de quoi se loger, de quoi se protéger ?

    Il est grand temps de mettre en lumière les petits gestes de ceux qui travaillent dans l’ombre pour aider les autres.

    Notre autonomie a montré ses limites durant la pandémie du coronavirus : l’importation de masques en provenance de Chine en est l’illustration.

    Nous devons fabriquer et consommer « local » afin de dépendre le moins possible des pays lointains pour des produits vitaux.

    La biodiversité est hélas la première victime de la mondialisation et de la pression de l’homme sur son environnement. La préserver est notre devoir à tous.

    Montrer la voie à suivre aux plus jeunes est indispensable.

    C’est même une question de survie, pour nous, pour eux et pour leurs descendants.

    L’éducation à l’environnement concerne un large public que nous voulons sensibiliser à travers toutes nos actions.

    La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit (Oscar Wilde).

    Toutes les infos clic ici https://www.b-a-s-e.com/

     

  • Bientôt deux tiers des vélos achetés seront électriques

    Lien permanent

    Le vélo électrique a la cote. L’an dernier, sur les 470.000 vélos vendus, 51 % étaient des vélos électriques.

    « Des échos que nous avons cette année, nous allons largement dépasser cette proportion », indique Filip Rylant, porte-parole de Traxio, la fédération du secteur automobile et des secteurs connexes.

    « D’ici peu, nous serons à 60 voire 70 % des parts de marché pour les vélos électriques. »


    La crise sanitaire, et l’engouement qui en a découlé pour le vélo de manière générale, aura peut-être contribué un peu à cette évolution mais elle n’en est certainement pas la principale explication.

    « C’est une tendance que l’on observait déjà avant la crise et que l’on peut attribuer à l’évolution de la technologie, mais aussi au prix », indique le porte-parole.

    « Par contre, la crise a peut-être incité les gens à remplacer leurs vélos plus rapidement. Ce qui pourrait conduire d’abord à une hausse temporaire puis à une stabilisation. »


    Des stocks épuisés


    La part de marché des vélos électriques sera donc plus importante en 2020 mais le volume total des ventes de vélos (électriques ou non), lui, ne devrait pas beaucoup évoluer par rapport à 2019.

    Et pour cause : les ventes des vélos sont directement liées au stock disponible dans les magasins.

    « Les vélocistes n’ont pas pu vendre leurs vélos pendant le confinement », détaille Filip Rylant.

    « Avec la réouverture, on a observé une ruée vers les magasins et on constate aujourd’hui un épuisement des stocks. »


    Malgré la demande toujours présente, les stocks ne pourront se renflouer.

    « Il y a des problèmes de ravitaillement », confirme-t-il. « L’industrie belge et européenne pourrait, dans une certaine mesure, introduire de nouveaux stocks chez les vélocistes à partir du mois de septembre. Par contre, on ne pourra pas compter sur la production asiatique avant l’année prochaine. »


    Les habitudes changent !


    Si la demande se poursuit dans les prochains mois, les vélocistes devraient commander des stocks plus importants pour l’année prochaine.

    Si elle s’essouffle par contre, ils ne devraient pas commander davantage. Si la demande se poursuit, cela signifiera que l’engouement observé pour le vélo pendant le confinement relève plus d’un changement structurel que ponctuel.

    Du côté de Traxio, on y croit. « La période post-coronavirus ne sera pas la même.

    Il y a davantage de personnes qui vont avoir recours au vélo pour se rendre au travail plutôt qu’aux transports en commun.

    Il y a aussi tout l’aspect loisir. Cet été, je m’attends à ce que les gens prennent plutôt la voiture que l’avion pour voyager, en emportant leurs vélos. »

    Avec le confinement, de nombreux Belges se sont aussi mis au sport par l’intermédiaire du vélo. La preuve : les stocks des vélos de course et des VTT de base, pour ceux qui commencent, sont quasiment épuisés !


    Par contre, Traxio précise que les vélos électriques sont davantage prisés en Flandre, « dans le triangle Gand, Anvers, Bruxelles ».

    « Les infrastructures routières y sont plus favorables », justifie-t-il. En Wallonie, il ne suffira donc pas que les gens veuillent aller au boulot à vélo pour sauter le pas.

    Il faudrait aussi que les infrastructures routières y soient adaptées !


    Article et rédaction Sabrina Berhin

    Source

  • Jusqu’à 400€ de prime pour s’acheter un vélo électrique ou pliable!

    Lien permanent

    Même si la gestion de la crise sanitaire était prioritaire, les ministres wallons ont pu avancer sur des dossiers de fond. Mobilité, chantiers, énergie, transports en commun… Philippe Henry fait le point dans ses matières.


    On n’a jamais autant marché ou fait du vélo. Des projets en la matière ?

     

    Avec la situation actuelle, c’est le bon moment pour obtenir un changement d’habitudes et de mentalité en faveur de la marche et du vélo. On se rend compte que la voiture occupe une partie considérable de l’espace public. Le but est de rééquilibrer la répartition de l’espace. La Région wallonne apporte son aide aux communes qui souhaitent adapter temporairement leurs voiries. L’aide est soit technique avec des propositions d’aménagements, soit financière pour par exemple un marquage au sol.

     

    Ces aménagements sont annoncés comme temporaires.


    Ils devraient durer jusqu’en octobre, mais l’idéal est que ces aménagements deviennent structurels. Le provisoire devient du définitif avec des travaux supplémentaires, ou on modifie les adaptations en tenant compte de l’usage observé. Récemment j’ai participé au lancement d’une taskforce avec la ville de Liège. D’autres villes ont des ambitions en la matière, Verviers, Namur, Charleroi ou encore Louvain-la-Neuve.


    Tout le monde ne peut pas se rendre à pied à son travail.


    Au-delà des infrastructures, il faut un soutien individuel aux personnes. Je vais proposer la semaine prochaine au gouvernement wallon l’octroi d’une prime à l’achat d’un vélo électrique. Elle concernera les personnes qui veulent se rendre au travail avec un vélo électrique ou pliable.


    Une prime de combien ?


    Entre 200 et 400 € selon le modèle. Les montants exacts seront déterminés par le gouvernement. Il faudra une attestation de l’employeur ou quelque chose dans le genre pour pouvoir l’obtenir.
    Y compris les speed-pedelec qui peuvent rouler jusqu’à 45 km/h ?


    Non. Mais il n’est pas exclu qu’on élargisse à d’autres catégories par la suite.


    Et les trottinettes électriques ?


    Ces engins ne constituent pas une mauvaise solution, mais ils sont plus récents. Il existe différents niveaux de qualité. On se concentre d’abord sur le vélo électrique. Grâce à lui, le relief ou les distances ne sont plus discriminants. Les gens peuvent l’utiliser même s’ils n’ont pas la condition physique ou sont habillés pour le bureau.


    C’est pour quand ?

    La prime devrait être mise en œuvre pour l’été. On a prévu aussi une prime pour les communes et les employeurs afin qu’ils puissent s’équiper de parkings pour vélos, de boxes sécurisés ou de points de recharge. Il y a aura aussi une prime pour effectuer les réparations de son vélo.


    Et les routes pour les voitures ? Le secteur des entrepreneurs de voirie se plaint régulièrement que les travaux sont au ralenti depuis 2019.

    Les contrats s’étaient accumulés à la fin de la législature précédente. Il a fallu régler la situation avec un engagement budgétaire supplémentaire de plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Par ailleurs, un rapport a relevé des soucis dans un grand nombre de tunnels. L’enveloppe initiale de 30 millions est passée à près de 100 millions. Maintenant, les travaux vont à nouveau être adjugés. Nous avons fixé une première liste cette semaine. Les adjudications devraient être lancées d’ici la fin juin.


    Des exemples de chantier ?

    Dans le Hainaut, nous aurons l’aménagement d’un carrefour giratoire à l’échangeur de Saint-Ghislan sur l’autoroute Bruxelles-Paris. Dans le Brabant wallon, le revêtement de la N243 Wavre Chaumont Gistoux sera réhabilité ainsi que les pistes cyclables. Le revêtement sera refait également sur la N89 à La Roche. Dans la province de Liège, il y aura la sécurisation du carrefour de Geer sur la N615 et la réfection de l’E42 entre Battice et Ensival. Dans le Namurois, on s’occupera de la traversée de Gesves (N942). Ces travaux doivent encore être validés par le gouvernement wallon. À l’automne, nous aurons d’une deuxième vague d’adjudications.

    Article et rédaction Par Yannick Hallet

    Source

  • Je teste l’électrique ! un bilan très positif !

    Lien permanent

    En mai 2017, la Région lançait son projet « Je teste l’électrique ! », dans le but de permettre à un maximum de citoyens d’expérimenter l’usage du vélo à assistance électrique (VAE).

    Le programme, qui était prévu pour une durée de trois ans, s’est donc officiellement achevé le 30 avril.


    La dernière période de test aura malheureusement été perturbée par l’épidémie de Covid-19, puisque les prêts ont dû être suspendus dès la mi-mars par mesure prophylactique.

    Pour rappel, ce projet est le fruit d’une très belle collaboration entre la Région wallonne et environ quatre-vingts vélocistes répartis sur l’ensemble du territoire, lesquels ont parfaitement joué le jeu en mettant à disposition de chaque testeur, pendant quinze jours, un vélo à assistance électrique.


    Des chiffres, des chiffres !


    Le bilan global ne prend pas en compte la douzième et dernière période, trop perturbée.

    Au cours des 11 périodes précédentes – de mai 2017 à octobre 2019 –, 7609 personnes ont pu tester un vélo à assistance électrique.

    Le nombre de participants a quelque peu fluctué en fonction des saisons, avec un nombre de testeurs plus important au printemps et en été, et une progression générale à la hausse a été observée au cours du temps.

    46 % des testeurs ont accepté de répondre à un questionnaire d’évaluation, ce qui nous garantit une marge d’erreur très faible. Au niveau du profil des participants : on compte un peu plus d’hommes que de femmes (53% contre 47%), mais le rapport s’est inversé lors des deux dernières périodes de prêt.

    Il s’agit majoritairement d’un public de plus de 50 ans (56%) et très majoritairement d’un public de plus de 40 ans (80%). 45% des participants ont utilisé le vélo 2 à 3 fois par semaine, et un peu moins de 30% 4 à 5 fois par semaine : ce qui répond aux objectifs fixés pour ce projet.

    81% des répondants ont utilisé le vélo pour des besoins privés (achats, loisirs, sport ou activités en famille) et 35% pour des déplacements « domicile-travail », ce qui était l’objectif principal de ce projet. Seuls 27% des testeurs ont exprimé des obstacles à l’utilisation du vélo, lesquels sont, par ordre d’importance : la météo (45%), la difficulté de combiner le vélo avec l’organisation familiale et professionnelle (38%), le sentiment d’insécurité relatif aux infrastructures et au trafic motorisé (17%), ainsi que le manque de forme physique (14%).


    Un retour très positif, donc !

    94% des utilisateurs se disent satisfaits voire très satisfaits, aussi bien du service rendu par les vélocistes que du projet « Je teste l’électrique ! » dans son ensemble.

    Suite à l’expérience, 18% des participants ont acheté un VAE et 41% ont la ferme intention d’en acquérir un.

    Plusieurs sources de satisfaction liées à l’utilisation du VAE sont évoquées, mais celles qui reviennent le plus sont : le plaisir (retrouvé) de rouler à vélo, de faire de l’exercice quelle que soit sa condition physique ; le confort, la facilité, la flexibilité, la rapidité, l’efficacité de ce mode de déplacement ; enfin, l’impact positif sur l’environnement et la mobilité.


    Et après ?

    Le Ministre de la Mobilité, satisfait des résultats de ce projet, a marqué sa volonté de relancer prochainement l’expérience avec un gros plus : vous pourriez non seulement tester des vélos électriques « classiques », mais également des vélos de type « cargo » ou « allongé », et peut-être mêmes des speed-pedelecs !
    Contact : wallonie.cyclable@spw.wallonie.be

     

    Toutes les infos clic ici 

    Source

    http://mobilite.wallonie.be/home.html

  • Désormais vous recevez 4 euros pour planter 1 mètre de haie vive

    Lien permanent

    L’annonce avait fait sourire lors de l’installation du gouvernement wallon en septembre dernier : 4.000 kilomètres de haies ou un million d’arbres seront plantés sur le territoire en 5 ans.

    Et pourtant, l’objectif qui se cache derrière n’a, lui, rien d’anecdotique, puisqu’il vise à « sauver notre biodiversité », soulignait alors la ministre de l’Environnement, Céline Tellier.


    Une première étape vient d’être franchie par le gouvernement wallon.

    Ce vendredi, Céline Tellier a annoncé que le budget annuel destiné aux plantations passera de 350.000 euros à 1 million d’euros pour la saison prochaine, qui s’étale de novembre 2020 à mars 2021. D’ici 2024, ce budget devrait être doublé pour atteindre les 2 millions d’euros.


    Une bonne nouvelle pour les haies… mais aussi pour le portefeuille des citoyens ! Car, oui, citoyens et agriculteurs wallons peuvent demander une subvention pour la plantation d’une haie vive, d’un verger ou encore pour l’entretien des arbres têtards.

    Et l’augmentation du budget annoncée va permettre, non seulement de financer davantage de demandes, mais aussi d’augmenter le montant des subventions accordées.


    Céline Tellier donne déjà quelques exemples : d’une subvention de 12 euros par arbre d’une variété reconnue ou certifiée pour la plantation d’un verger, on passera à 20 euros. Pour les haies, on passera de 3 euros à 4 euros par mètre.

    Pour l’entretien des arbres têtards, on devrait passer de 15 euros à 20 euros par arbre.


    Démarches simplifiées


    Avec des subventions augmentées, la ministre peut espérer que davantage de monde contribue à l’effort de plantation. Une simplification des démarches est également prévue, grâce à un formulaire électronique et la possibilité d’introduire sa demande un mois avant la plantation, au lieu de trois mois actuellement. Les délais de liquidation seront également réduits.


    La ministre annonce déjà d’autres mesures à venir : « Ce nouvel arrêté est un des outils importants pour atteindre l’objectif des 4.000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres.

    Et il y en aura d’autres : nous avons lancé le travail de la Taskforce Haies dont les groupes de travail thématiques doivent remettre leurs recommandations et projets pour le mois de septembre 2020. Un plan d’action coordonné, reprenant des leviers multiples, sera rédigé sur cette base. Un site internet pour comptabiliser les haies plantées est également en cours de création. »

     

    Article Sabrina Berhin

    Source

  • En vente directe au champ à partir de ce samedi à la Micro-ferme des Fossettes de Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    En vente directe au champ à partir de ce samedi :
    radis, laitue coupée, épinard, ciboulette (quelques bouquets), Ansérine blanche (plante sauvage comestible)
    Horaire d'ouverture, vente directe et visite découverte :
    du mardi au samedi


    de 10h à 19h, le dimanche de 10h à 12h


    - Tige des Fossettes, 4550 Fraineux


    Vente à l'accueil ou cueillette directe au champ


    Merci de prévoir votre contenant


    A propose de l'ansérine :


    très bon ‘légume’ sauvage à la saveur proche de l’épinard, dont il est d’ailleurs l’ancêtre.


    Consommées crues en salade, mais surtout préférées en légume cuit, tel l’épinard : tarte salée, lasagne, potée, potage, cuit à la vapeur, …


    Mise en garde pour certains consommateurs...


    tout comme l’épinard, elle contient de l’acide oxalique.


    De manière générale, il ne faut donc pas en abuser.


    Sa consommation est déconseillée notamment aux personnes qui présentent des problèmes au niveau des reins (calculs rénaux), du foie et des articulations (arthrite, …).


    Plus d'informations : Gaëtan Bovy,


    0499/241337 - naturabovy@mail.be


    Au plaisir de vous rencontrer aux Fossettes !
    Micro-ferme des Fossettes ASBL


    N°d'entreprise : 0747.683.621

     

    Micro-ferme des Fossettes

  • Le calendrier des fruits et légumes de saison par Nature & Progrès Belgique

    Lien permanent

    Nature & Progrès Belgique

    Vous étiez nombreux à l’attendre… Ça y est, nous avons réédité notre CALENDRIER DES FRUITS ET LEGUMES DE SAISON ! 
    Tant pour notre Santé que celle de la Terre, il est essentiel de consommer #BIO, #local et de #saison. N’achetez donc plus de fruits et légumes sans avoir consulté notre Calendrier au préalable ! Vous découvrirez également l’étonnante diversité des produits que proposent Les producteurs BIO de Nature & Progrès Belgique.
    Comment vous procurer le calendrier ? 
     Téléchargez-le : bit.ly/2BaDxg1
    Commandez-le au format papier : bit.ly/3gvR4Pr
    Ce calendrier vous est offert par Nature & Progrès. N’hésitez pas à soutenir nos actions en réalisant un don : www.natpro.be/faire-un-don 

     

  • La fauche sélective et adaptée appliquée à Nandrin !!! pas encore le cas partout , des dizaines de nids ont été détruits en région Liègoise hier .

    Lien permanent

    Des centaines d’oiseaux tués par une faucheuse en région liégeoise !!!

    Les amoureux des oiseaux sont consternés ! Ce mardi, les herbes hautes qui se trouvaient aux abords du Trilogiport, à Oupeye, ont été fauchées sur 6 m de large ! Avec elles, ce sont des dizaines de nids qui ont été détruits et un nombre incalculable d’oiseaux qui ont été tués.

    Article Complet clic ici 

    L’ouvrier agissait pour le compte… du SPW, le Service Public de Wallonie.

    La réaction de Nicolas Delhaye, du Département Nature et Forêt de Liège

     

    Adoptons le fauchage sélectif l’appel de Natagora, déjà appliquée à Nandrin

    Après la remise en route des tondeuses qui ont déjà brisé le calme du confinement depuis un moment, c’est au tour du bord des routes de passer chez le coiffeur et il faut bien dire que la mode est essentiellement à la boule à zéro! Chacun ses goûts bien entendu mais ce qui est certain c’est que les abeilles sauvages détestent ça.

    Pour Natagora, la pratique exerce clairement une pression de taille (sans jeux de mots) sur l’écologie de ces espèces et des pollinisateurs en général.

    POUR LES ABEILLES SAUVAGES

    Contrairement aux abeilles domestiques qui ont un rayon d’action qui peut s’étendre jusqu’à 3 km, les abeilles sauvages sont des espèces de circuit court. La plupart d’entre elles sont solitaires: une seule femelle par nid collecte donc les réserves alimentaires pour sa progéniture.


    Elle ne peut pas se permettre des allers-retours longue distance.

    C’est pourquoi les abeilles sauvages nichent souvent très près des ressources florales qu’elles ont repérées comme étant adéquates: la(les) bonne(s) espèce(s) de fleurs selon qu’elles sont spécialisées ou non et surtout en quantité adéquate. Beaucoup d’espèces creusent leurs nids dans le sol à proximité immédiate des fleurs.

    Et c’est là que se joue chaque année une tragédie en ce moment précis: nous leur supprimons brutalement ces fleurs si importantes sur lesquelles elles ont parié pour donner naissance à une descendance.

    A NANDRIN

    Depuis 1995, année européenne de la Conservation de la Nature, de nombreuses communes wallonnes s’engagent à mettre en place le fauchage tardif.

    Cette technique de gestion des abords routiers réduit les dégâts en imposant une unique coupe annuelle après le 1er août ou le 1er septembre.

    Mais pour Natagora, la pratique n’est pas suffisante.

    L’association de la protection de la nature suggère aux communes la fauche sélective et adaptée comme elle est aujourd’hui déjà appliquée à Nandrin,en province de Liège.

    Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique: «En Wallonie, le pic de diversité d’espèces d’abeilles sauvages c’est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment.

    Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées.»

    Source

     

     

  • Reprise des activités de la Ressourcerie du Pays de Liège

    Lien permanent

    La Ressourcerie du Pays de Liège annonce

    Notre Call center a repris ce lundi 4 mai, nous nous excusons de l’attente que cela engendre  
    Nos collègues font leur possible pour vous répondre et pouvoir organiser au mieux les collectes de vos encombrants 
    Merci pour votre intérêt pour notre société#recup #secondemain#economiesociale

    Vous pouvez également envoyer un mail à info@ressourcerieliege.be avec vos coordonnées, nous vous recontacterons dans les meilleurs délais afin de fixer un rendez vous

    Soyez assurés que nous faisons notre Maximum pour vous offrir le meilleur service dans les conditions les plus sûres

    La Ressourcerie du Pays de Liège

     

     

     

  • Des sentiers propres pour l'été ? Un blogueur lutte contre les déchets !!!

    Lien permanent

    Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

     

    SENTIERS PROPRES 
    En cette période de confinement, nombreuses sont les personnes à se balader dans leur région. La nature fait en effet un bien fou et redécouvrir les alentours est passionnant... Malheureusement j'ai dernièrement constaté de nombreux déchets sur les sentiers...  Ça me révolte et j'en ai marre de me sentir impuissant ! 
    J'ai donc décidé d'agir avec les moyens que j'ai tout simplement en relançant une campagne de sensibilisation et d'action (la première avait eu lieu en 2017 : https://www.trekkingetvoyage.com/mobilisation-sentiers-pro…/) afin de nettoyer nos sentiers pour l'été 
    Mais tout seul, je n'y arriverai pas, J'AI BESOIN DE TOI !
    Je t'invite donc à prévoir un sac poubelle et une paire de gants la prochaine fois que tu iras te balader. Si malheureusement tu tombes sur des déchets, ramasse ce que tu peux et fais une petite photo que tu m'enverras.
     Attention : il reste important de respecter les mesures de confinement en vigueur (pas de rassemblement, distanciation) et de prendre soin de bien se protéger (gants, masques) avant de ramasser quoi que ce soit ! Note aussi que cette campagne n'incite pas à sortir de chez soi mais plutôt d'anticiper un ramassage en cas de déchet pendant une balade près de chez soi ! En tout cas pendant la période de confinement.
     Certaines administrations communales distribuent des sacs poubelles gratuitement et acceptent même de récupérer les sacs remplis de déchets ramassés en balade (sinon une poubelle publique si elle n'est pas déjà remplie) ! 
     Je m'engage de mon côté à :
    - faire pareil lorsque je me balade près de chez moi,
    - t'envoyer un petit cadeau via mes partenaires (surprise) pour te remercier (sur le territoire belge),
    - tenir une carte des déchets ramassés pour avoir une idée du boulot effectué.
    ENSEMBLE je suis persuadé que nous pouvons rendre à la nature son plus bel appareil grâce à cette action simple et concrète Je compte sur toi pour PARTAGER le message et surtout, jouer le jeu !
     N'OUBLIE PAS D'ENVOYER TA PHOTO ici ou sur maxime@trekkingetvoyage.com
    Et si tu représentes un organisme touristique, une marque, une agence ou une société belge sensible à la nature et qui a envie de faire partie du projet en offrant quelques goodies, n'hésite pas à me contacter !

    Info de Trekking et Voyage • Inspiration rando, voyage & outdoor

    Un blogueur hutois lutte contre les déchets !!!

    Article et rédaction dans le Journal La Meuse de Huy Waremme par Ro.Ma.

     

    Avec le confinement, le nombre de promeneurs sur nos sentiers a augmenté. Ce qui entraîne à certains endroits une accumulation de déchets !


    Le blogueur hutois Maxime Alexandre, spécialisé dans les vidéos de randonnée, est inquiet face à l’état actuel de nos forêts. Il a publié une vidéo pour sensibiliser les promeneurs et propose une campagne « sentiers propres » : il appelle les marcheurs à se munir d’un sac et de gants pour ramasser les déchets trouvés lors des promenades.

    « J’ai décidé de me servir de la puissance des réseaux sociaux pour tenter une petite action citoyenne, un appel à la mobilisation », explique le Hutois qui compte plus de 30.000 « j’aime » sur sa page Facebook « Trekking et Voyage. Inspiration rando, voyage & outdoor ».

    « Si tout le monde ramasse des déchets, on pourra vraiment rendre les sentiers plus propres pour l’été », espère le randonneur.


    Des cadeaux et une carte


    Maxime Alexandre demande qu’on lui envoie les photos des déchets trouvés à l’adresse maxime@trekkingetvoyage.com.

    Il réalisera ensuite une carte afin de montrer le travail accompli.

    « Depuis ce dimanche, j’ai déjà reçu quelques photos.

    J’espère que la mayonnaise va prendre ».

    De plus, le blogueur, qui travaille avec des sponsors, va également contacter différents organismes touristiques pour obtenir des cadeaux (des « goodies ») à offrir aux participants, comme des cartes postales, des plans, etc.
    Le randonneur rappelle l’importance des mesures de confinement en vigueur.

    Il préconise l’usage de gants et de masques. « Cette campagne n’incite pas à sortir de chez soi, mais plutôt à anticiper un ramassage de déchets pendant une balade près de chez soi », assure le Hutois.


    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

     

     

  • Le Chat Lait à Nandrin vend 3 fois plus de produits laitiers, pains et œufs

    Lien permanent

    Le Chat Lait, à Nandrin, constate une forte augmentation des ventes.

    «Les demandes de tous nos produits ont triplé, que ce soient les produits laitiers, le pain ou les œufs», assure la propriétaire, Delphine HennauxVan den Bergh.

    «Nous avons de nouveaux clients tant dans notre magasin, qu’à notre distributeur ou par commande via la coopérative «Point Ferme».

    Pour répondre à cet accroissement soudain, Delphine Hennaux-Van den Bergh a dû s’adapter.

    «J’ai deux enfants donc je travaille un jour de moins par semaine pendant le confinement afin de m’en occuper.

    Heureusement, je peux compter sur ma belle-mère pour les garder car je dois produire plus de tous mes produits», explique la Nandrinoise.

    Delphine constate également l’arrivée de nouveaux clients.

    «Certains précisent qu’avant ils n’avaient pas le temps de venir au magasin le samedi matin, notamment à cause des activités extrascolaires des enfants», souligne-t-elle.

    La Nandrinoise envisage d’adapter l’horaire de son magasin après le confinement pour permettre la venue de davantage de clients.

    Pour cela, faut-il encore que l’engouement des citoyens perdure.

    «Vont-ils retourner vers l’industriel ou continuer à se procurer leurs produits chez les petits producteurs maintenant qu’ils y ont goûté?», s’interroge Delphine.

    «Seul l’avenir nous le dira.»

    Rédaction de l'article F.S.

    Source

    à noter Contact: 0494 88 16 94 ou «Le Chat Lait» sur Facebook Adresse: Rue du Halleux no58 à Nandrin

    Page Facebook 

    Le Chat Lait

     

    DSC_0732.JPG

  • Vente de légumes et Oeufs à la Micro-ferme des Fossettes Yernée-Fraineux Nandrin

    Lien permanent

    VENTE DES LEGUMES ET OEUFS
    En raison de la situation actuelle, nous avons pris la décision pour cette année de vendre nos légumes et oeufs sur commande à enlever sur place.

    Pour commander, rien de plus simple ! Pour la vente du mercredi, nous vous demanderons de bien vouloir réserver avant le mardi 20h. Pour la vente du samedi, réservation le vendredi avant 20h.
    Nous vous donnerons alors un rendez-vous pour votre retrait du lendemain. (Merci de prévoir votre contenant pour les légumes; caissette, panier, sac réutilisable....)
    ATTENTION : la vente des oeufs reprendra à partir du mercredi 22 avril. Les premiers légumes (radis, laitues) seront disponibles dans environ 3 semaines.

    En ce qui concerne les légumes, nous rappelons que vous serez tenu informé sur la page des disponibilités 1 semaine à l'avance.
    A vous aussi de partager ensuite l'info à vos amis, connaissances, famille...

    Comment commander ? 3 solutions :
    par téléphone (sms ou appel) au 0499/24 13 37
    via la page facebook en message privé
    ou par mail : naturabovy@mail.be

    Micro-ferme des Fossettes

     

    Tige des Fossettes
    Yernée-Fraineux,

    Liege, Belgium

    Gaétan Bovy, s’est lancé dans son projet de micro-ferme à Fraineux-Nandrin et de permaculture.

     

    0499/241337

     

  • Vente "Flash" au Champs Organisé par ZAMI Le jardin des Templiers le 15 avril 2020

    Lien permanent

     

    Vente "Flash" au Champs

    Pour nos chers voisin de Villers-le-Temple, vente exceptionnelle d'une partie de nos produit NATUREL sur le champs.

    - Épinard
    - Cerfeuil
    - PDT
    - Carotte
    - Panais
    - Oignon
    - Échalote
    - Ail
    - Betterave
    - Oeuf frais Bio
    - Fruit
    - ...

    Pas de commande possible, premier arrivé, premier servi !

    Bien évidement, règle de distanciation et de prévention à respecter par chacun.

    Payement possible par liquide ou par versement.


    Tige des Rochettes, 4550 Nandrin, Belgique

    046/5159862

    Vente "Flash" au Champs

    Public