Les commerces

  • Nouveau dans la région Garage SR Pneus à Villers le Temple

    Lien permanent

     

    Garage SR Pneus

    Rue Joseph Pierco n°7 
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium
     
    Highlights info row image
    0471 26 39 60

     

    Sr Pneus
    Montage / démontage / équilibrage de pneus sur jantes en tôle ou alu.
    Vente de pneus.
    Diamètre maxi 22".

     

     

  • Des bouquets entièrement confectionnés avec des fleurs locales sans pesticides et cueillies à la main

    Lien permanent

    Des bouquets champêtres et uniques composés de fleurs locales, cueillies à la main dans les champs belges… Voici le projet inédit d’une jeune liégeoise, Élodie Gernay.

    Après des études de communication, Élodie entame une carrière d’e-marketting. Mais les trop nombreuses heures enfermée entre quatre murs commencent à la peser. « Quelque chose me manquait, je n’ai pas retrouvé la créativité que je cherchais », explique-t-elle avant d’ajouter : « Je ne me voyais pas faire ça toute ma vie ».

    Il y a six mois, Élodie se découvre une nouvelle passion. « J’ai testé une journée, un métier au Forem en suivant une fleuriste », se souvient-elle. « J’ai tout de suite adoré. Le contact avec la nature, nettoyer les fleurs, la créativité, la composition d’un bouquet… ».


    En juillet dernier, alors que l’entreprise qui l’employait cesse ses activités, la Liégeoise en profite pour se lancer à temps plein comme fleuriste.

    Fleuriste oui, mais pas n’importe comment. « J’ai entamé une formation en cours du soir mais je me suis rendu compte du marché des fleurs, et je n’ai pas adhéré », affirme Élodie. « Les pesticides, l’importation, la production massive… L’envers du décor ne me plaisait pas ».

    Pour autant, la jeune femme ne se décourage pas. « Lors d’un voyage aux États-Unis, j’ai découvert le mouvement du ‘slow flower’ qui consiste à travailler avec des fleurs locales et de saison », raconte-t-elle. De là, est née l’idée de « Ginger Flower », un fleuriste éco-responsable.

    À travers ce concept , la Liégeoise souhaite montrer qu’on peut profiter de ce que notre pays a à offrir.

    Chaque semaine, elle se rend donc dans le Brabant Wallon et cueille plusieurs centaines, entre 600 et 700, de fleurs à la main. Elle confectionne ensuite ses bouquets selon les envies des clients.

    Écologique et zéro déchet

    Mais être fleuriste éco-responsable comporte quelques obstacles. « Je ne peux faire qu’un nombre limité de bouquets, environ 30 par semaine », précise la jeune femme. En effet, sa cueillette ne s’organise que sur deux champs de producteurs de la taille d’un terrain de foot et demi chacun. Un troisième champ lui permet, lorsque nécessaire, de terminer une commande incomplète.

    Ses compositions se dessinent au fil des saisons et dépendent aussi de la météo. « Je veux respecter le cycle de la nature et travailler avec des fleurs de saison, sans pesticide. Donc oui, il y a une part d’imprévisible qui intervient dans mes créations ». Fin octobre, les bouquets de fleurs séchées remplaceront les fleurs fraîches.

    Jamais un bouquet ne se ressemble, ni une fleur d’ailleurs. Parfois, l’une ou l’autre fleur est un peu tordue et toutes n’ont pas une allure parfaite. Mais c’est notamment ce côté naturel qui donne de la vie à ses compositions. « Mon souhait, c’est aussi de donner envie aux gens de se faire plaisir en fleurissant leur maison », rêvasse la fleuriste.

    Et pour ne gaspiller aucune fleur, tous les bouquets Ginger Flower doivent être commandés à l’avance. « Cela me permet de ne cueillir que le nombre exact », continue Élodie.

    Ils sont ensuite emballés dans du papier craft et distribués dans sept points relais autour de Liège. Comptez entre 25 et 50 euros pour un bouquet.

    Plus d’infos : www.gingerflower.be

    Source

    Bouquets de fleurs bio, locales et de saison

    Je vais cueillir vos fleurs dans les champs des producteurs belges partenaires le jeudi, je confectionne vos bouquets, vous en profitez chaque vendredi  .

    Quantité limitée à 30 bouquets maximum par semaine à Liège.

     

     

  • le Terminus à Nandrin devient le «320»

    Lien permanent

    L’histoire débute il y a quelques mois lorsqu’Emmy et Vincent Santoro se promènent à Nandrin et s’arrêtent devant le Terminus, l’ancienne brasserie à remettre. Tombé amoureux de l’endroit et du bâtiment, le couple décide de le reprendre.

    « C’est vraiment du hasard. On habite pas du tout à Nandrin et quand on a vu l’établissement, on a directement flashé et on voulait le relancer », nous explique Vincent Santoro qui a déjà travaillé dans l’horeca auparavant. « Cela fait des années que l’on est dans l’horeca avec mon épouse. C’est un projet génial, il ne faut juste pas compter ses heures », ajoute-t-il.

    Dans cet espace de 400 m², ces nouveaux gérants proposent une petite restauration mais également un bar à cocktails et des tapas. « Il y a la possibilité d’accueillir 72 couverts. En cuisine, tout est fait maison dans ce que nous servons. Cela peut aller des boulets jusque l’américain minute. Nous avons réaménagé la salle à l’étage avec des fauteuils, plutôt cosy si on veut juste boire un verre tranquillement. Des banquets peuvent également être organisés. L’objectif est vraiment d’utiliser tout l’espace », souligne Vincent Santoro qui souhaite organiser minimum une fois par mois, une soirée à thème. « Il y a énormément de jeunes à Nandrin et très peu d’endroits pour sortir. En organisant ces soirées, on espère évidemment les attirer. Cela se fera par thème. Le 26 octobre prochain, on organise une soirée Halloween. Celui qui aura le plus beau déguisement recevra un cadeau », continue le gérant de l’établissement.

    320, un numéro original

    Appelé depuis des années le « Terminus », le couple Santoro a décidé de rebaptiser la brasserie. « On a choisi de l’appeler le 320 en toute simplicité et modernité. C’est le numéro de notre maison. On essaie de rendre l’établissement chaleureux et accueillant », rigole les deux gérants qui ouvrent de 10 heures à 22 heures tous les jours sauf le lundi.

     

    Par Amélie Dubois

    Source

  • ‎Après-midi dégustation le 10 novembre 2019 Le Chat Lait à Nandrin

    Lien permanent

    Au programme, dégustation de :

    - yaourt ferme et à boire
    - riz au lait et crèmes dessert
    - maquée, fromage frais et petit frais
    - lait cru

    Venez aussi goûter notre nouveau fromage à pâte pressée !

    Il y aura également quelques surprises à découvrir !!

     

    •  
      Dimanche 10 novembre 2019 à 13:30
       
    •  
      Rue du Halleux, Nandrin

     

     

    Le Chat Lait

    Après-midi dégustation

  • Les ventes de vélos électriques no1 en 2018: une premièreen Belgique!

    Lien permanent

    Le vélo a de plus en plus la cote auprès des usagers. C’est du moins ce qui ressort du baromètre de la mobilité publié par Vias qui a sondé 3.000 personnes sur leurs habitudes de déplacement durant l’été dernier. En septembre, près de 10,5 millions de vélos avaient déjà été comptabilisés par des compteurs de vélos situés le long des pistes cyclables, selon Vias

    . Ces dernières années, le vélo électrique est l’option qui semble remporter le plus de succès. Les chiffres de l’industrie belge du cycle publiés par Agoria confirment cette tendance.

     

    L’an dernier, 485.400 vélos ont été vendus en Belgique. «Le chiffre d’affaires total a augmenté de 11% par rapport à celui de l’année précédente», confirme l’organisation belge d’employeurs.

    Et cette année, pour la première fois, le nombre de vélos électriques vendus a dépassé le nombre de vélos traditionnels! «Le segment de marché des vélos électriques croît chaque année», confirme Agoria.

    En 2018, quelque 250.000 vélos électriques ont été achetés en Belgique, contre 220.000 l’année précédente. Beau succès également pour les speed pedelecs, ces vélos dotés d’un moteur pouvant aller jusqu’à 45 km/h. Fin 2018, on recensait 16.000 immatriculations, dont 8.750 nouvelles enregistrées en cours d’année.

    Le succès se poursuit très certainement en 2019. D’après la Febiac, le constructeur suisse Stromer a, au cours des neuf premiers mois, déjà enregistré deux fois plus de nouvelles immatriculations que l’an dernier, soit 3.329.

    Le fabricant de vélos, Riese and Müller, est quant à lui passé de 1.551
    nouvelles immatriculations en 2018 à plus de 2.400 entre janvier et septembre de cette année.


    SÉDUIRE AUSSI LES JEUNES

    D’après le baromètre de l’institut Vias, les vélos électriques séduisent particulièrement les personnes de plus de 55 ans. «Non seulement le vélo électrique est davantage utilisé par les seniors mais ces derniers parcourent en moyenne 21 km quotidiennement avec ce mode de transport, contre seulement 17 km pour un adulte moyen», précise le porte-parole Benoit Godart.

    Toutefois, les jeunes ne sont pas oubliés par les constructeurs. Agoria a notamment relevé, parmi les tendances de l’industrie belge du cycle, la volonté de cibler un public plus jeune qu’auparavant.

    Bonne nouvelle enfin pour le portefeuille: le prix de vente des vélos produits en Belgique a diminué en 2018, «alors qu’il augmentait jusque-là d’année en année», indique Agoria.

    Par SA.B.

     

    Source 

  • Fairebel et Fairtrade s’associent pour produire un lait chocolaté équitable

    Lien permanent

    La marque Fairebel, qui promeut un lait 100 % belge, et le label Fairtrade, qui assure un prix juste aux producteurs de l’hémisphère sud, ont décidé de s’associer pour produire un lait chocolaté à base de cacao certifié équitable. Une association « qui prouve qu’on peut faire du commerce autrement », soulignent les deux partenaires, alors que les secteurs laitiers et du cacao connaissent d’importantes difficultés. Concrètement, Fairebel s’engage à payer plus pour le cacao afin d’assurer le prix minimum garanti aux producteurs du Sud par le label Fairtrade. À partir du mois de novembre, le prix d’achat du lait au goût de chocolat de la marque Fairebel sera augmenté de 2 cents. Pour chaque produit vendu, un cent sera reversé à la prime Fairtrade dont bénéficient les coopératives certifiées équitables, tandis que l’autre servira au financement d’un projet de développement en Côte d’Ivoire.

     

    Source

     

  • Aujourd'hui mercredi 9 octobre 2019 JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019

    Lien permanent

    JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019 le mercredi 9 octobre dès 14h!

    Au programme: animations, présence du Loup, démonstrations, etc

    Vous repartirez avec un sac rempli de surprises et bien entendu notre toute nouveau catalogue des jeux et jouets!!

    ils vous attendent nombreux!

     

    Affiche Fete Du Catalogue NANDRIN clic ici .pdf

    04/3611160

    0478/911639

  • Un travailleur indépendant de plus de 65 ans sur dix serait toujours en activité.

    Lien permanent

    De plus en plus d’indépendants de plus de 65 ans

    Une augmentation de 20 % en moins de 5 ans. Évolution logique au vu du rallongement de l’âge de la retraite ou tendance inquiétante ?

    Selon les chiffres de l’Inasti, l’Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants, plus de 111.000 indépendants de plus de 65 ans ont toujours une occupation professionnelle, soit une augmentation de 22,1 % depuis 2015.

    Des cas très différents : passion et difficulté à lâcher son bébé ou à trouver un repreneur ; et peur de la paupérisation accompagnant une pension insuffisante

    « Certains le font par passion. Ils ont consacré énormément de temps à leur affaire et ont du mal à lâcher leur bébé », explique le Syndicat neutre pour indépendants (SNI), qui s’est procuré les chiffres. « Mais pour nombre d’entre eux c’est une nécessité, parce que la recherche d’un repreneur est difficile ou parce que leur pension ne leur permet pas de survivre financièrement. »

    Le SNI appelle le prochain gouvernement fédéral à harmoniser les statuts des indépendants, employés et fonctionnaires.

    Source

  • JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019

    Lien permanent

    JouéClub Nandrin vous invite à fêter la sortie du catalogue de fin d’année 2019 le mercredi 9 octobre dès 14h!

    Au programme: animations, présence du Loup, démonstrations, etc

    Vous repartirez avec un sac rempli de surprises et bien entendu notre toute nouveau catalogue des jeux et jouets!!

    ils vous attendent nombreux!

     

    Affiche Fete Du Catalogue NANDRIN clic ici .pdf

    04/3611160

    0478/911639

  • Portes ouvertes d'automne aujourd'hui à la petite Bergerie de Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Portes ouvertes d'automne à La Petite Bergerie le samedi 05 octobre 2019

    La petite bergerie
    Rue Manesse 2
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium
    0494 76 26 03

     

     

     

     

  • Vivre Contemporain Nandrin‎ fêtera bientôt 19 ans

    Lien permanent

     

    Vivre Contemporain fête ses 19 ans
    du 12 octobre au 24 novembre !
    Nombreuses promotions et articles déstockés sur les plus grandes marques de mobilier contemporain.
    Allez flâner dans plus de 2000 m2 et découvrez des ambiances chaleureuses qui s’adaptent à tous les goûts.

     

    Vivre Contemporain Nandrin

    Fêtons les 19 ans de Vivre Contemporain

  • Ouverture demain 4 octobre 2019 de la Brasserie le 320 anciennement le Terminus‎ à Nandrin

    Lien permanent

     

     

    320.jpg

    Le Terminus

    route du Condroz 320, 4550 Nandrin

     

     

    Brasserie le 320 anciennement le terminus

    Ouverture clic ici

     

     

  • Un commerçant a reçu une amende pour avoir voulu créer une carte de fidélité à un client!

    Lien permanent

    Un commerçant a reçu une amende de 10.000 euros pour avoir voulu créer une carte de fidélité avec la carte d’identité électronique d’un client!

    La chambre contentieuse de l’Autorité de protection des données (APD) a infligé une amende administrative de 10.000 euros à un commerçant qui voulait utiliser une carte d’identité électronique (eID) pour créer une carte de fidélité, indique jeudi l’APD dans un communiqué. Outre l’amende, l’APD a ordonné au commerçant de se conformer aux exigences du RGPD

    «L’utilisation de cartes d’identité électronique comme cartes de fidélité est une pratique courante. Cependant, le RGPD (Règlement général sur la protection des données) ne permet pas d’accéder à de nombreuses données à caractère personnel si celles-ci ne sont pas strictement nécessaires pour l’offre d’un service et sans une base légale valable. La chambre contentieuse considère qu’il s’agit d’une infraction grave et impose de ce fait une amende s’élevant à 10.000 euros», précise Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse.

    L’APD a reçu une plainte concernant l’utilisation par un commerçant de la carte d’identité électronique (eID) dans le cadre de la création d’une carte de fidélité. Le plaignant ne voulant pas présenter sa carte d’identité, la carte de fidélité lui a été refusée alors qu’il a proposé de transmettre par écrit au commerçant les données le concernant pour pouvoir bénéficier d’une carte de fidélité.

    La chambre contentieuse de l’APD a jugé cette pratique non conforme au RGPD car elle ne respecte pas le principe de minimisation des données et qu’il n’y a pas de consentement valable.

    «Cette décision constitue une nouvelle balise importante du chemin vers une meilleure protection de la vie privée de nos citoyens», prévient David Stevens, président de l’APD.

    Par Belga 

    Source

  • La Petite Boutique de Nandrin fête son 5 ème anniversaire et une multitude d'activité le 4 et 5 octobre 2019

    Lien permanent

     

    La Petite Boutique de Nandrin

    4 deux.jpg

     

  • Une idée cadeau ? une carte-cadeau et un kit baby chez Aldi

    Lien permanent

    Pas d’idées pour l’anniversaire de votre maman et vous, vous êtes plutôt quelqu’un de pratique ?

    Le discounter propose depuis cette semaine des bons cadeaux pour vos achats dans ses magasins.

    « La famille est au cœur de nos préoccupations », nous dit d’emblée le porte-parole Dieter Snoeck, pour Aldi.

    Ainsi, le discounter lance deux nouvelles actions : une carte-cadeau et un kit baby gratuit pour les jeunes parents.

    La gift-card est disponible dans les 450 Aldi du pays : « Le principe est simple, on pense en fait qu’un bon cadeau pour de l’alimentation ou pour un article dans nos rayons action peut faire plaisir », explique le porte-parole. Vous pouvez ainsi acquérir des bons de 10, 20 ou 50 euros.

    « La carte se trouve dans les rayons, vous passez à la caisse et là, la caissière vous donne le bon d’achat selon le montant choisi ». À côté de la gift-card, vous pouvez, et ça aussi c’est nouveau, dorénavant achetez une série de cartes prépayées de gaming pour tous les goûts.

    Vous trouverez aussi des cartes Netflix, Proximus…

    Gratuit pour bébé

    Depuis la rentrée encore, Aldi félicite les heureux nouveaux parents.

    Pour aussi faire la promotion de son rayon bébé, « parce que notre rayon prend de plus en plus d’ampleur.

    Parce qu’aussi, nous pouvons dire qu’il y a moyen de trouver des articles pour bébé à prix plus réduits mais de très bonne qualité », dit encore Dieter Snoeck.

    Si vous êtes jeunes parents (et que votre bébé a moins d’un an), vous pouvez ainsi surfer sur le site d’Aldi, vous bénéficierez alors d’un bon à déposer à la caisse (avec la preuve de la date de naissance de votre bébé).

    En échange, vous recevez le sac réutilisable Aldi avec à l’intérieur, de l’eau pour bébé, des lingettes nettoyantes, des biscuits bio et un bon à valoir sur des langes.

    Cette action est aussi valable dans tous les magasins et n’a pas de date de fin.

    Car si ça motive les parents à retourner chez le discounter, l’action est évidemment réussie…

    Par MURIEL SPARMONT

     

    Source 

  • Portes ouvertes d'automne à la petite Bergerie de Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Portes ouvertes d'automne à La Petite Bergerie le samedi 05 octobre 2019

    La petite bergerie
    Rue Manesse 2
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium
    0494 76 26 03

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Cela ne concerne pas tous les magasins Delhaize

    Lien permanent

    À nouveau des rayons vides !

    Depuis quelques semaines, les clients de certains supermarchés Delhaize ne trouvent pas tous leurs produits préférés en rayon.

    Notamment certaines boissons, du chocolat ou encore du café.

    Renseignements pris auprès de la chaîne, il apparaît qu’il y a effectivement des problèmes en ce moment.

    « Cela ne concerne pas tous les magasins », explique Roel Dekelver, le porte-parole.

    Souci logistique

    « Nous avons eu des soucis avec nos activités logistiques, plusieurs problèmes au même moment et c’était tout à fait inattendu. Cela a eu bien entendu un impact sur la distribution de certains produits.

    Mais cela tend à se normaliser et notre logistique est à présent sous contrôle. Tout devrait rentrer dans l’ordre dans les jours à venir. » Le porte-parole tient à souligner que Delhaize présente ses plus plates excuses pour ces désagréments.

    Quand on parle de logistique, il semblerait que le système de robots qui doit permettre de gérer plus facilement les commandes des différents supermarchés présente des failles. Ce qui ne nous a pas été confirmé au niveau de la direction mais qui nous a été rapporté par l’employée d’un Delhaize.

    Côté syndical, on souligne que ces problèmes d’approvisionnement des supermarchés Delhaize sont récurrents.

    Et c’est vrai que déjà en 2017, Delhaize avait vécu cette situation.

    La direction avait alors justifié ses rayons vides par l’accumulation de différents contretemps : informatique défectueuse, problème de trafic routier et… transformation et amélioration de la chaîne logistique.

    Par M.P.

    Source 

  • Des produits condruziens en vente

    Lien permanent

    C’est dans la rue piétonne Saint-Remy, au centre de Liège, voisine de la place Saint-Paul que s’est installée l’épicerie de quartier baptisée « Pied à terre ».

    Depuis le 22 août dernier, Isabelle Polet propose une belle variété de pains bios à la levure ou au levain, livrés tous les jours sauf le mercredi par « Les Copains d’Ocquier » ; des légumes cultivés pleine terre dans le « Jardin d’Antan » à Hody ; des variétés de viande en provenance d’une ferme mise à l’honneur chaque semaine (bœuf limousin bio, porc, agneau, black Angus, ...) ; du poulet bio, du canard, des jus, bières, miels, confitures et des produits laitiers de la Ferme Demoitié de Ouffet « que je vends en exclusivité dans mon épicerie », indique Isabelle Polet (yaourts, maquées, crèmes, fromages au lait de vache ou de chèvre ou de brebis).

    « Le maître mot du magasin est le circuit court. Tous les produits sont d’origine belge, locaux, éthiques et de saison, issus de l’agriculture biologique, raisonnée et de l’agroforesterie. L’objectif est de valoriser l’économie circulaire et le développement durable », insiste Isabelle Polet.

    « Pied à terre », une belle reconversion

    Elle a baptisé son épicerie de quartier « Pied à terre » « car cela fait référence à la terre et cela, j’y tiens beaucoup. Car je suis un pied à terre pour le Point Ferme avec qui je travaille en collaboration ; car nous sommes dans une rue piétonne, rue Saint-Remy et enfin en référence au pied de champignon », précise Isabelle Polet.

    Auparavant, à cet endroit, se trouvait une agence immobilière. Place désormais à des produits frais, locaux et belges. « Ce projet d’épicerie de quartier me tient très à cœur pour sa démarche éthique, sociale et environnementale », explique Isabelle Polet qui a été architecte durant 20 ans avant de devenir épicière !

    « Il y a quelques temps face à l’urgence climatique, les transitions écologiques, économiques et sociales me sont apparues comme une évidence. La graine était plantée et a commencé à germer en moi. La volonté de se désencombrer, d’appliquer la décroissance et le minimalisme au quotidien m’ont poussée à imaginer l’idée d’un revirement total de carrière. J’ai d’abord testé le maraîchage, la vente sur les marchés ou sur site, la vente à la ferme pour me rendre compte des difficultés, des contraintes et du savoir-faire de chaque activité. Je me suis ensuite concentrée sur « comment moi, avec mes compétences », je pouvais participer au développement d’une filière durable de manière constructive», explique encore l’épicière liégeoise.

    Un dépôt des paniers

    «J’ai eu ensuite l’occasion de rencontrer «Point Ferme», une coopérative à finalités sociales, située à Nandrin et dont la philosophie correspondait à mes valeurs. Une quarantaine de producteurs proposent uniquement leurs produits en ligne et livrent dans des points de dépôt de la région liégeoise. Je leur ai proposé ce pied à terre à Liège rue Saint-Remy, dans un magasin physique, où je vends tous les produits de « Point Ferme ». Mon épicerie est aussi un point de dépôt pour les paniers « Point Ferme » achetés en ligne qui peuvent être récupérés chez moi le vendredi. Je suis ouverte aussi à tous les producteurs belges intéressés et désireux d’adhérer à cette démarche. Ils peuvent me contacter au 04/362.27.78 (à partir du 10 septembre) ou par mail à l’adresse suivante : info@piedàterre.be ou sur ma page Facebook Pied à terre_Epicerie », tient-elle à préciser.

    MARC GÉRARDY

    Source

  • Acheter en vrac, c’est à la mode

    Lien permanent

    Deux fois plus de magasins de vrac qu’en 2017

    Acheter en vrac, c’est à la mode. Dans les épiceries et autres magasins « zéro déchets », c’est vous-mêmes qui amenez les contenants. Plus d’emballages donc, mais vos propres bocaux ou sacs (en tissu bien sûr !).

    En deux ans, le nombre d’enseignes proposant des produits en vrac a explosé en Wallonie et à Bruxelles. De quelque 100 magasins en 2017, on approche aujourd’hui des 200 points de vente. La Belgique ne s’est pourtant lancée dans l’aventure qu’en 2014, bien plus tard que la France qui s’adonnait déjà à la pratique à la fin des années 90.

    « Aujourd’hui, nous avons listé 191 magasins de vente en vrac sur notre site Internet », explique Renaud De Bruyn, expert « déchets » chez Ecoconso. « Nous recevons encore des demandes d’ajouts mais celles-ci se font progressivement moins nombreuses. » La mode du vrac aurait-elle atteint sa vitesse de croisière ? « On dirait effectivement que ça se stabilise. Nous avons noté quelques fermetures de magasins, mais rien de significatif par rapport aux ouvertures. »

    Sur les 191 magasins répertoriés, 53 ont élu domicile en Région bruxelloise contre 138 en Wallonie. Certaines enseignes sont uniques tandis que d’autres se développent progressivement. Parmi elles, nous retrouvons notamment « Färm », « Sequoia » ou encore « Bi’OK ».

    Parfois moins cher

    Les avantages du vrac sont connus : pas de déchet, pas de gaspillage alimentaire… Le tout dans un contexte environnemental qui lui est largement favorable. Mais le vrac est-il vraiment accessible pour tout le monde ? « De l’extérieur c’est vrai qu’on entend souvent que le vrac coûte plus cher que les produits des supermarchés traditionnels », concède Renaud De Bruyn qui a donc réalisé une petite étude de marché. « J’ai comparé 27 produits différents (lentilles, riz, pâtes, mueslis…) dans cinq magasins de vrac et trois magasins proposant des produits préemballés. » Résultat ? « Le vrac était 14 % moins cher. » Mais comme il le précise, les produits comparés étaient tous des produits bio.

    Test-Achats a elle aussi réalisé une étude sur les courses en mode « zéro déchet » en mars 2019. « Sur 23 produits bio comparés, vous payerez en moyenne 34 % plus cher que chez Delhaize et 47 % plus cher que chez Colruyt. » Conclusion : difficile de généraliser. En fonction de ce que vous achetez, le vrac sera tantôt plus cher, tantôt moins cher. « Sans compter que si vous achetez uniquement la portion souhaitée, l’addition devrait normalement baisser », précise Test-Achats.

    S.B.

    Source 

     

  • Le Nandrinois Patrice Debatty déménage de Tilff Oscar Wines s’installe dans le zoning , infos et événement

    Lien permanent

    Depuis 20 ans, la société « Oscar Wines » importe et vend des vins en exclusivité.

    « Nous étions installés depuis cinq ans dans un petit dépôt à Tilff et nous exploitions aussi le restaurant « Oscar » à Méry que nous avons remis à nos enfants qui l’ont rebaptisé naturellement « L’Héritage ». Cette fois, nous franchissons un cap en nous installant dans le zoning de Tinlot rue du Zoning », précise Patrice Debatty, le patron d’ » Oscar Wines ».

    Un déménagement qui s’imposait. « Tout d’abord, pour des raisons de facilité car nous habitons Nandrin. Ensuite, pour des raisons de facilités d’accès. Je travaille dans les provinces de Liège et du Luxembourg et dans une partie de la Province de Namur. Le zoning de Tinlot occupe donc pour moi une position centrale et se situe sur un axe très fréquenté. Enfin, il s’agissait de pouvoir recevoir le public dans des conditions optimales », détaille Patrice Debatty.

    « Oscar Wines » sera opérationnel à partir du 28 septembre prochain dans le zoning de Tinlot. « Nous disposons d’un terrain de 2000 m² avec un bâtiment existant depuis dix ans avec une isolation tip top pour les vins. Nous disposerons aussi d’un espace de stockage de 250 m², avec une mezzanine, pour 50.000 bouteilles. Nous créons également une cave pour grands crus qui sera climatisée. Il y aura encore un salon de dégustations privées qui pourra accueillir une quarantaine de personnes avec buffet. Un salon prévu pour les particuliers et pour les professionnels, voire aussi pour les entreprises (fêtes, événements…) », précise encore Patrice Debatty.

    On engage

    Et jusqu’à présent, Patrice Debatty est seul dans cette belle aventure, avec son épouse qui l’aide quand elle peut. « Je m’occupe des commandes chez les fournisseurs, des accises, des livraisons dans le milieu Horeca qui est mon principal client, des transports par avions, des conseils personnalisés… Je sers chaque année 100.000 bouteilles par an dans l’Horeca et chez les particuliers. Je recherche donc un ou deux collaborateurs pour m’assister dans la vente notamment pour faire face à l’évolution croissante de notre développement », ajoute le patron nandrinois.

    « Oscar Wines » propose plus de 500 références de vins et collabore avec 100 propriétés vinicoles à travers le monde. « Je travaille avec la France, l’Espagne, l’Italie mais aussi l’Afrique du Sud, le Chili, l’Australie… et je propose également des vins particuliers en provenance du Liban, d’Israël et de Bulgarie par exemple. Je suis aussi spécialisé dans les vins « Coups de cœur » au prix inférieur à cinq euros la bouteille, ce qu’apprécient hautement les restaurateurs. 80 % de notre catalogue est à moins de cinq euros la bouteille », explique Patrice Debatty.

    « Je souhaiterais aussi développer le service aux particuliers. Chaque année, on fait les « Primeurs » à Bordeaux. C’est-à-dire que les particuliers peuvent acheter du vin quand il est toujours en fût. Ils versent un acompte et ils reçoivent leurs vins deux ans plus tard », indique le sommelier nandrinois.

    Fête d’inauguration

    Le samedi 28 septembre prochain dès 16h, ce sera l’inauguration du bâtiment de Tinlot. Au programme, drink de bienvenue, buffet, dégustations de vin et d’huiles d’olive, millénaires (Olis Cuquello Espagne) et dégustation des cafés de l’Artisan du café, présence de viticulteurs et dégustation de leurs vins, présence de Jean-Michel Jaeger, ancien meilleur sommelier de Belgique et consultant pour de nombreux Domaines, musique live, Dj DMXL aux platines, exposition d’artistes sur bois naturel… Ouvert à toutes et à tous.

    PAR MARC GERARDY

     Source clic ici 

     

    OSCAR WINES

    Inauguration Oscar-Wines Tinlot

     

    Venez découvrir nos toutes nouvelles installations ce samedi 28 septembre de 16H à ...
    Drink de bienvenue, buffet, dégustations de vin et d'huile d'olive, présence de viticulteurs, musique live, DJ set, artistes sur bois naturel,... Bienvenue à toutes et tous et pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas, c'est l'occasion de se rencontrer autour d'un verre ! On vous attend nombreuses et nombreux pour faire de cet événement une méga fête !!!

    • du 28 sept. 16:00 au 29 sept. 02:00
       
    •  
      RUE DU ZONING 6 4557 TINLOT
  • Promotions sur les peintures chez Pivot-Badoux à Nandrin

    Lien permanent

    -21 % sur l’assortiment Levis et -33 % sur les peintures murales Ambiance, jusqu’au 31 août.

    Contact: 085/51.12.09

    Source 

  • Pas de Pain ? Pas de panique !!! route du Condroz Nandrin

    Lien permanent

    Pas de Pain ? Pas de panique !!! route du Condroz N 63 Nandrin , parking du Okay 

    Distributeur de pains !!! 

    Payement par carte bancaire .

    69423238_223641761910722_6639673540129849344_n (1).jpg

    68776957_383945722293458_3146034033599709184_n.jpg

    68892290_3193578933987452_1591722855651868672_n.jpg

     

  • Des pistes pour rebooster le marché du mercredi

    Lien permanent

    Les commerçants ambulants sont moins nombreux sur le marché hebdomadaire du mercredi matin à Huy.

    Même en dehors des périodes de vacances, poissonniers, maraîchers ou horticulteurs se font plus rares.

    « Nous avons constaté une baisse d’environ 10 % du nombre d’ambulants, précise l’échevin des foires et marché Jacques Mouton.

    « Plusieurs commerçants ont atteint l’âge de la retraite et n’ont pas trouvé de successeur pour leur commerce. Il est vrai que c’est un métier difficile. Il faut se lever tôt tous les jours.

    Travailler, même lorsqu’il pleut ou qu’il fait froid. Monter, démonter… C’est très physique. »

    Au-delà de la difficulté du métier, la fréquentation du marché est globalement en baisse.

    « Avant, tous les habitants de la Hesbaye et du Condroz venaient faire leurs courses à Huy le mercredi, mais à présent, les mœurs ont changé. C’est une autre génération.

    La plupart des femmes travaillent et ne savent pas venir faire leur marché le mercredi matin. Les habitués prennent de l’âge et ne sont plus forcément très mobiles… »

    Le marché continue néanmoins d’avoir ses adeptes et contribue à animer la ville. À l’approche de la rentrée, Jacques Mouton voudrait donc le rebooster un peu :

    « Avec le Collège, je planche sur une série d’aménagements du règlement qui permettraient d’inciter de nouveaux ambulants à venir à Huy. Une diminution du prix d’occupation du sol pourrait être envisagée, mais rien n’est encore décidé. »

    Certaines mesures ont déjà été prises : pour rassembler les ambulants et dégager des places de parking, tous les marchands ont ainsi été rassemblés dans le bas de l’avenue des Ardennes.

    L’échevin des foires et marché réfléchit aussi à la manière de restructurer le marché de l’avenue Delchambre :

    « J’ai énormément de demandes pour des vendeurs de textile à bas prix, par contre, nous avons peu d’autres échoppes, comme des marchands de chaussures. Il faudrait avoir un meilleur équilibre. »

    A.BT

    Source

  • Le secteur du commerce ambulant se réinvente pour attirer une clientèle plus jeune, les marchés nocturnes et bio de plus en plus populaires

    Lien permanent

    À l’heure où les commerçants ambulants doivent se faire à nouveaux modes de consommation, de nouvelles tendances se dégagent. Il s’agit des marchés bios et des marchés nocturnes.

    Si, pour l’instant, la plateforme « Les Marchés de Belgique » ne dispose pas de chiffres précis, elle perçoit que, tant les villes que les associations de commerçants, sont en demande de marchés nocturnes.

    « Les marchés nocturnes donnent la possibilité de combiner plusieurs activités, notamment des activités ludiques et des animations dans un quartier », affirme Franco Cianciavecchia, fondateur de la plateforme. Ce succès est clairement lié au calme dont le consommateur peut profiter au soir, loin de ses tracas de boulot et de la vie quotidienne. Ceci explique certainement le succès du marché nocturne de Solre-sur-Sambre, qui a connu un véritable succès au mois de juin.

    Un succès

    Du côté du Comité des fêtes local, on se réjouit du succès de ce premier marché nocturne. « Il y avait énormément de monde. Il est difficile de donner une estimation mais nous sommes sans doute aux alentours des 5.000 passages sur la soirée » explique l’un des membres. « Certains artisans ont même écoulé tout leur stock pendant la soirée ».

    Un succès confirmé également par les commerçants présents sur le site, comme Cindy Dropsy, qui tient un magasin de produits locaux et bio, « Le petit rustique », et qui était sur le marché pour exposer ses produits. « Je reste persuadée du fait que, pendant les marchés nocturnes, les gens ont le temps de se balader, de profiter. Il s’agit d’un moment convivial. On prend du temps pour soi et pour faire ses achats comme on ne le ferait pas en journée », explique celle qui s’est lancée dans le secteur il y a sept mois.

    Des publics différents

    En effet, pendant la semaine, les marchés rassemblent un public différent, fait majoritairement de gens plus âgés et de très peu de jeunes. « Les marchés qui se déroulent pendant la semaine vivent principalement grâce aux anciens clients », affirme Franco Cianciavecchia. Ce sont plutôt les marchés du week-end qui réussissent à attirer les jeunes et toutes les tranches d’âge en général. Pour continuer à attirer du monde, le secteur change. La prochaine étape, pour le secteur, sera de s’adapter à la communication sur le web.

    Le bio est en croissance en Wallonie: +15%

    Parmi les nouvelles tendances, on retrouve aussi le bio, qui se développe de plus en plus. À l’heure où, en Wallonie, une ferme sur sept est bio, de nombreux marchés d’un jour ou du week-end sont axés sur les produits du terroir ou issus de l’agriculture bio.

    Comme le relève Franco Cianciavecchia, de la plate-forme « Les Marchés de Belgique », les régions qui proposent le plus de marchés bio sont le Brabant wallon et la région bruxelloise. Ce type de marché est cependant une denrée rare dans le Hainaut où non seulement les produits bio ne sont pas très nombreux mais aussi où les commerçants vivent quelques difficultés.

    Du côté d’Arlon, sur le marché bio qui se tient chaque vendredi à l’Espace Milan, on retrouve Jean-François Depienne, agriculteur bio connu pour son investissement personnel dans ce marché. Les produits de son exploitation agricole, « Bio-Lorraine », sont vendus à la fois sur le marché et dans les épiceries bio. Pour l’agriculteur, il s’agit d’une manière de gagner sa vie. En effet, il est difficile de s’en sortir uniquement avec un stand sur un marché.

    En général, le bio connaît une belle croissance, même si sa place, en termes de parts de marché, reste modeste. En effet, si la consommation en produits bio a augmenté de 15 %, elle reste tout de même assez faible : le bio ne représente que 4,2 % du total wallon et la clientèle est encore occasionnelle et peu régulière.

    PAR L.R.

     Source

  • Le magasin Point Ferme est officiellement en activité depuis hier mercredi 7 août

    Lien permanent

    Le magasin Point Ferme a ouvert ce mercredi 7 août à Nandrin ! Initié par une quarantaine de producteurs locaux, la coopérative propose une gamme de produits du terroir. En septembre, la coopérative a installée son hall relais à Nandrin, rue Tige des Saules.

    Ce premier magasin s’intègre au hall relais et ne nécessitera plus de commander sur internet. Le hall de Nandrin constitue toujours le point de départ des livraisons vers une centaine de points relais, répartis dans la Province de Liège.

    A deux pas de la Route du Condroz, il est donc maintenant possible de consommer local. Légumes, fruits, viandes, produits laitiers, farine, ... .Des aliments qui proviennent du circuit-court

    Le magasin est ouvert du mercredi au vendredi de 10h à 18h. Toutes les infos : www.pointferme.be.

    Par EF

    Source

  • Le magasin Point Ferme ouvre à Nandrin le 7 août 2019

    Lien permanent

    Le magasin Point Ferme ouvre en août à Nandrin

    Autour du producteur local, c’est tout un écosystème qui s’est façonné. Un magasin, dans le Hall relais agricole ouvrira ses portes au mois d’août prochain, à deux pas de la Route du Condroz. « Les clients pourront y retrouver des fruits et légumes, des produits laitiers, de la viande et une épicerie. Tout ce que l’on trouve a été produit dans la région », se réjouit Marjorie Corman, déléguée à la gestion journalière de Point Ferme. Une nouvelle qui devrait ravir les amateurs de circuit court, qui ne seront plus obligés de passer commande via internet. « Il y a une demande de plus en plus importante. Les gens pourront désormais choisir leurs produits et les toucher », poursuit Marjorie Corman.

    La coopérative à finalité sociale composée d’une quarantaine d’agriculteurs du Condroz a implanté son point relais, rue Tige des Saules à Nandrin en septembre dernier. « Les gens passent commandent en ligne. Ils viennent ensuite chercher leur panier », continue Marjorie Corman. Le Hall relais de Nandrin constitue le point de départ des livraisons vers une centaine de points relais, répartis dans la Province de Liège. Ce premier magasin du Point Ferme proposera de nombreuses variétés de produits locaux, des essentiels du quotidien. Les clients sont attendus le mercredi, jeudi et vendredi de 10 heures à 18 h.

    PAR AMÉLIE DUBOIS

    Source 

  • Fin août, il ouvre sur la route du Condroz N 63 à Nandrin

    Lien permanent

    Depuis longtemps, la gérance du Connolly’s bar a pour projet d’ouvrir un second établissement sur Nandrin, à l’ancienne boulangerie Michaux.

    Après de longs travaux, nécessitant la construction d’une extension, le Connolly’s Bar devrait renaître de ses cendres fin août, sur la route du Condroz à Nandrin.

    « Les travaux ont pris du temps mais avec la fermeture de l’établissement de Saint-Georges, nous redoublons d’efforts pour terminer les travaux d’aménagement dans les temps », assure Laurent Émond.

    Avec la terrasse et le jardin situés à l’arrière, il espère conserver sa clientèle mais aussi la diversifier.

    « On restera dans la lignée du Connolly’s d’origine qui a forgé notre réputation. Toutefois, le cadre sera plus agréable et l’ambiance plus moderne et cosy ».

    Pour l’occasion, Laurent Émond aimerait également développer la restauration de l’établissement afin de proposer des mets de brasserie haut de gamme.

    Pour en savoir davantage, il faudra attendre l’ouverture de l’établissement.

    Par LA.MA.

    Source 

  • Thé glacé de chez Teatower à déguster au Point Chaud de Nandrin pour la saison d'été

    Lien permanent

    A déguster au Point Chaud de Nandrin pour la saison d'été : 

    Thé glacé de chez Teatower .

    Nous proposons Café frappé et Latté frappé.

    Nous travaillons avec plaisir avec  Teatower,cette entreprise Belge pour consommer local.

    Dès que possible, nous proposerons également les thés chauds Teatower.

    Point-chaud Nandrin

    route du Condroz 123 A (11,39 km)
    4550 Nandrin


    085 84 29 09

  • Dans les nouveautés La Petite Boutique de Nandrin annonce ....

    Lien permanent

    Sur la page Facebook La Petite Boutique de Nandrin

     

    Une nouvelle créatrice fait son entrée à La Petite Boutique de Nandrin: Anne-Caroline Villers de Respirer le Bonheur 
    C'est un grand plaisir que de promouvoir le bien-être avec des produits naturels de qualité.
    Anne-Caroline crée ses synergies d'huiles essentielles avec  et passion.

    A découvrir sans tarder !!!

     

     

     

  • Des scellés au car-wash de Nandrin

    Lien permanent

    Suite à un contrôle de routine mené par l’auditorat du travail ce vendredi à Nandrin, le car-wash « Bagran » de la route du Condroz (dans le petit zoning où se trouve notamment l’Apéro Café) est fermé. Des scellés ont été posés par la police, à la demande du magistrat de service, en attendant une régularisation de la situation.

    Quatre travailleurs d’origine afghane n’avaient en effet pas de statut, ils travaillaient donc « en noir » pour le compte d’un employeur qui devra rendre des comptes à l’auditorat du travail. L’employeur n’a toutefois pas été privé de liberté. La légalité de la présence sur le territoire belge de ce travailleurs est par ailleurs en cours d’examen.