circulation routière

  • Fin

    Lien permanent

    Merci 2020.jpg

    0 commentaire Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, Destination Voyage sur le Blog Villageois, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Enquête publique, Eolien, Euro 2020, Evolution à Nandrin, Fermeture, Festivals de musique, Finances, Foot, GAL, HEMECO, Hôpitaux, Humour sur le Blog, Idées sorties, IDEN Nandrin, Incendie, Incivilités, Intradel, Jeux ou Concours, Jogging à Nandrin, Jumelage, Ki Cé Cé Où, Kicécékoi, l'art et la culture, La poste à Nandrin, La Rubrique de L'électeur, La rubrique des photos insolites, La rubrique du lecteur, Le Poste Médical de Garde, Le recyparc, Le top 3 des articles les plus vus de la semaine, Le week-end sur Nandrin, les animaux à Nandrin, Les Balades, Les cérémonies patriotiques, Les chemins de la mémoire sur le Blog, Les Chorales sur le Condroz, les comités ou collectifs sur Nandrin, Les commerces, Les communales 2018 chez nos voisins, Les divers, Les fêtes ...., Les grèves, Les intercommunales, Les journées de ......, Les Marches à Nandrin, les milieux d'accueil enfants à Nandrin, Les noces d'or, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, Les rendez-vous de la semaine, Les rendez-vous du week-end, les restaurants, Les stages, Les toutes boîtes sur Nandrin, les trucs et astuces, Les trucs et astuces Jardin, Les utiles, Location, Location de salle, logement, Logements sociaux, Loris Demarteau, lotto, Manifestation patriotique, Marché, Médecins, Médecins de garde, Météo, N63 à Nandrin, Nandrin dans l'histoire, Nandrin et le Black Out, Nandrin la mobilité, Nature, Neige à Nandrin, Nouveau sur le Condroz, Nucléaire, Nuisances, Offre d'emploi, On nous demande de vous informer de, Organisations festives, Organisations festives Nature, Paroisses catholiques, Patrimoine, Patrimoine immobilier, PCS de Condroz, Perdu, Pharmacies, Police, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, PPNa, Projet éolien, RESA, Rétrospective sur le Blog de Nandrin, Rubrique culinaire, Rubrique Lecture, Rubrique Mode, Santé, Social, Sondage, Spectacles à Nandrin, Sportifs Nandrinois, Stage enfant, Télé Service du Condroz, Test d’alerte Seveso, Travaux, TSC, Unité pastorale du Condroz, Urbanisme, Vandale, Villages-Solidaires.be, Vu à la TV, Zone Police Imprimer
  • Zone 30, blocs et chicanes : Nandrin teste un dispositif pour limiter la vitesse

    Lien permanent

    La mobilité s’adapte dans plusieurs rues de Nandrin afin de favoriser la place des usagers cyclo-piétons dans l’espace public. Cette semaine, plusieurs aménagements temporaires ont été finalisés dans le village de Fraineux, où les rues du Péry, sur le Bois, des Péréens et Tige des Saules sont devenues une zone 30.

    « Cette opération intervient dans le cadre de l’appel à projet Communes pilotes Wallonie Cyclable du cabinet Henry », explique le bourgmestre Michel Lemmens. « Nous avons mis des aménagements temporaires avec des blocs de béton et des marquages. La rue allant vers le terrain de football a été mise en double cul-de-sac ».

    En raison de cette transformation de la rue du Péry en impasse, le seul moyen d’accéder aux infrastructures du foot en voiture est désormais de passer par la rue de Dinant.

    Un test qui durera au moins 3 mois

    « Cela suscite quelques réactions de personnes dérangées de devoir marcher ou contourner l’endroit », regrette le bourgmestre. « Mais c’est une phase de test. L’opération ne sera pas nécessairement pérennisée. On a reçu un subside de 10.000€ et le test durera au moins 3 mois, puis le dispositif sera réévalué ».

    Le mayeur l’admet, il n’est lui-même pas très enthousiaste par rapport aux aménagements à Fraineux car les voiries ne lui semblent pas adaptées, trop étroites. « On a mis la barre haute, c’est le principe du projet pilote. On en tirera les conclusions qui s’imposent. Les blocs au sol peuvent être retirés sans problème ».

     

    131893619_195715732201807_2044831752247720405_n.jpg


    Un dispositif avec des blocs en béton. - JP

     

    L’été dernier, des gens du voyage sont venus s’installer avec 17 caravanes sur les terrains du club de foot, après en avoir forcé l’entrée. Ces derniers avaient justement accédé au foot par la rue du Péry. Mais Michel Lemmens l’assure, il n’y a pas de projet caché derrière cette impasse. « C’est totalement hors de propos. Des blocs étaient déjà installés pour les empêcher d’accéder au terrain. Cette opération-ci n’a rien à voir ».

     

    131906395_413775119770117_5079152486535332040_n.jpg

    Par ailleurs, notons que les éléments modérateurs de vitesse de la rue Quatre Bras, qui monte vers Villers-le-Temple, ont été remis en place. « Le Collège précédent avait installé des gros blocs en plastique rouge et blanc. Les éléments ont été enlevés car des personnes s’amusaient à les percer pour faire sortir l’eau. On a donc racheté une série de blocs en béton et du marquage pour faire en sorte que ces aménagements temporaires deviennent définitifs ».

    Par P.Tar.

    Article complet Sudinfo Clic ici 

     

    Toutes les photos clic ici 

  • Nouvelles zones 30 km/h et casses vitesses à Nandrin

    Lien permanent

    La commune de Nandrin a exaucé  le vœux de nombreux riverains et citoyens à Nandrin par l'installation de zones 30 km/ h et des casses vitesses 

    Les voici installés dans les différentes rues des villages 

     
    Sécurité et aménagements de voiries

    Sic " 

    Cette semaine, des aménagements temporaires de voirie vont être finalisés :
     Les rues du Péry, sur le Bois, des péréens et Tige des Saules deviennent une zone 30. Des aménagements (rétrécissements ponctuels) Tige des Saules seront implantés pour rappeler aux automobilistes que la vitesse est limitée à 30km/h.
    La rue du Péry devient une impasse. Le seul accès, en voiture, aux terrains de football se fera par la rue de Dinant.
    Les éléments modérateurs de vitesse (chicanes avec priorité de passage) de la rue des Quatre Bras sont remis en place.
    Ces mesures sont temporaires et feront l’objet d’une évaluation en 2021 afin de déterminer si ces aménagements seront pérennisés.
     

    131926051_814916755721881_259496523931291842_n (1).jpg

    131893894_799412440645314_91977838418681023_n.jpg

    131890078_455318445459409_8272590550413847360_n.jpg

  • La liaison Tihange-Strée a fait l’objet de discussions au Parlement wallon.

    Lien permanent

    Pour la énième fois de cette législature, la liaison Tihange-Strée-Condroz  a fait l’objet de discussions au Parlement wallon. La députée Caroline Cassart (MR) n’a pas caché son irritation en interpellant le ministre de la Mobilité Philippe Henry (Écolo) sur les budgets prévus pour les tronçons réalisés et déjà endommagés, ainsi que sur l’avancement des procédures d’expropriations nécessaires.
     
    « Je comprends votre impatience pour ce dossier qui vous tient à cœur et ne cesse de connaître des déboires », a répondu le ministre, qui appelle à ne pas « confondre vitesse et précipitation ».
     
    Mais concrètement, peu de choses semblent avoir véritablement évolué : un « nouveau rappel » a été envoyé au Comité d’acquisition, la demande d’un nouveau permis suit son cours… et encore aucune date définitive n’a été mentionnée lors de la Commission Mobilité de l’hémicycle régional.
     
    Une réponse qui n’a pas vraiment satisfait l’Ouffetoise, qui estime que le Condroz s’est montré « très patient depuis de nombreuses années » et que le ministre pourrait accélérer les procédures d’acquisition, notamment par une mise en demeure à la place d’un simple « rappel ».
    « Je vais un jour vous inviter à vous rendre compte sur le terrain de l’importance de ce dossier et de sa lenteur », a-t-elle lancé au ministre.
     
    Un accès pour les tracteurs
    De son côté, le député hutois Rodrigue Demeuse (Écolo) a également demandé des comptes à l’exécutif régional par rapport à ce dossier et notamment l’interpellation de la commune de Modave.
     
    Dans la réponse du ministre, on apprend que la phase 3 devrait intégrer un nouvel accès pour les tracteurs, une demande des agriculteurs locaux.
     
    « Je suis par ailleurs en contact permanent avec mon administration pour étudier toutes les pistes qui permettront de faire aboutir au plus vite ce dossier et j’espère que nous pourrons avancer de façon décisive dans les prochains mois », assure Philippe Henry.
     
    Article de  par RO MA 
     

  • Note importante à lire : l'aventure des blogs Sudinfo se termine le 1er janvier 2021

    Lien permanent

    L'année 2020 aura été une année noire pour beaucoup de personnes .

    Annus horribilis utilisée par la Reine Élisabeth II pour qualifier l'année 1992, dans un discours prononcé le 24 novembre 1992.


    J'ai eu la chance pendant 10 ans d'être à la tête d'un blog Villageois de Sudinfo bénévolement  ! 


    Je remercie l'enseigne Sudinfo  de la confiance qu'ils m'ont accordée pendant les 10 dernières années, ainsi que le soutien et la reconnaissance .


    Aujourd'hui nous avons reçu l'information Sudinfo :

    sic" Nous avons dû prendre la décision d'arrêter les blogs pour diverses raisons"

    Plusieurs solutions nous sont proposées 

    Je fais mon possible pour faire le meilleur choix 

     

    La page Facebook La Meuse "Blog villageois " .  Elle va normalement rester et devenir Blog Villageois 

    Ainsi Chaîne infos du Condroz Blog Villageois

    Ou  les 15 prochains jours je vais essayer de rapatrier les 550 albums photos 

    Le Blog en chiffres :


    1 523 742  Nouveaux utilisateurs


    3 954 359 Pages vues   3 389 838 Vues uniques


    2 847 586 Sessions

    202 pays 

    312 langages différentes 


    18870 Articles 550 albums photos 


    2798 commentaires

    Plus ou moins 3650 news letters 

    J'ai vécu une belle aventure, je ne regrette rien, j'ai aidé au mieux que j'en avais la possibilité.

     Mon père me disait quand j'étais toute jeune, quand tu fais quelque chose, fais le bien, Depuis cette époque, j'ai toujours essayé de m'appliquer dans chaque chose que j'entreprends, je n'y arrive peut-être pas toujours, mais je fais de mon mieux .

    Avec le Blog Sudinfo Nandrin la boucle est bouclée.

    10 ans de rendez-vous sur le blog, pages Facebook, réseaux sociaux et dans vos boîtes mails via les News letters.

    Donc pour ceux qui veulent récupérer des photos ou articles profiter des 15 prochains jours.

    Je vous souhaiterais mes vœux, jusqu'à la dernière minutes, le 31 décembre 2020, j'essayerais de soutenir les indépendants locaux par des articles, qui resterons visibles jusqu'ai 1 février 2021.

    Je remercie les personnes anonymes, ou pas, de l'aide pendant les 10 ans : Emilie, Anaïs, Loris, Jean-Claude, Joseph 1, Joseph2 +, Marc, Guy, Myriam, Julien, Christophe, Claude, Eric, Jean-Pol , Brigitte etc etc ....  beaucoup trop nombreux j'en oublie certainement beaucoup .

    Puis Nos journalistes , Annick, Christophe, Amélie, Sonia, Eric , Pierre, Romain, Michel, Pierre2, Didier, Alison, Aurélie, Marie-Claire, Joël, Laura Fiona ,Etc ....... de nouveau pareil j'en oublie beaucoup désolée. 

    11 commentaires Catégories : 02 808 96 54 Covid-Solidarity, 0800 14 689 Coronavirus, 0800 30 030 #Arrête, 1 Le Drive-in Dépistage Covid-19, 1 page Soutenons nos indépendants, 112, 1718, 1722, À donner, À la découverte de nouveautés, A vendre, À vous la parole, AA de Nandrin, Accident à Nandrin, Accident de la route, Accueil temps libre de Nandrin, Action Laïque, Activités seniors, Actu des communes voisines, Actualités Enfants, Actualités jeunesse, Actualités sportives, Administratif, Agenda, Agriculteurs, Agriculture et produits, Al-Anon Nandrin, Alcooliques Anonymes de Nandrin, Alerte info, Alimentaire, Animaux, Annulations suite du covid-19, Appel, Arnaques, Artistes, ASBL, Associations, Attention, Avis décès de la région, Avis de disparition, Baby-sitters ,crèches, Balades, Battues, Be alert.be, Bénévolat, Bénévolat à Nandrin, Bibliothèque Nandrin, Bpost, Brocante, BUS, Cambriolage, Centrale Nucléaire, Centre Culturel, Changement d'heure, Chasse, battue, CHR Huy, Cimetière, Ciné Club à Nandrin, Cinéma, circulation routière, Citations du Blog de Nandrin, Climat, comité d’action laïque du CONDROZ, Concert, Concours, Condroz, Conférence, Conseil Communal, Conseil Communal Par la Blogueuse, Convocation du conseil communal, Coupe du monde 2018 à Nandrin, Coupe du monde En Russie 2018, CPAS, Dans l'histoire, Dans le journal Huy-Waremme, Dans les communes voisines, Décès, Déconfinement, Dégâts, Des Condrusiens vu à la TV, Des infos sur les routes, Des mots devenus des mots de tous les jours, DNF, Don de sang, Dossier Justice, Éco Responsable, Écoles, Idées sorties, La Rubrique de L'électeur, Les élections en politique, Les nouvelles mesures, Les petites histoires du Blog, On nous demande de vous informer de, Politique, Politique à Nandrin, Population, Portrait, Santé, Social, Zone Police Imprimer
  • Attention: Augmentation des excès de vitesse malgré le confinement!

    Lien permanent

    Augmentation des excès de vitesse malgré le confinement!

    La police fédérale a publié, comme chaque année, les statistiques pour chaque zone de police concernant les infractions routières. Nous nous sommes attardés sur les excès de vitesse (radars mobiles et fixes), pour les années 2019 et 2020. Si certains pensaient que les forces de l’ordre avaient diminué les contrôles routiers, il n’en est rien. Un constat est d’ailleurs interpellant. Pour trois zones de police sur les cinq que compte l’arrondissement de Huy-Waremme, les excès de vitesse ont augmenté pendant le confinement. Pour les deux autres, on constate de légères diminutions…

    A la zone de police Hesbaye, on compte un total de 6.989 excès de vitesse pour le premier semestre de 2020, contre 5.060 sur la même période en 2019. Une augmentation qui surprend alors que le confinement limitait les déplacements à l’essentiel. Mais ce n’est pas la seule zone.

    « Les déplacements étaient limités mais pas interdits lors du premier confinement. On a très vite constaté qu’il était très facile de contourner l’interdiction de circuler. Dans le cadre de la première vague, les gens ont continué à circuler pour des déplacements considérés comme non-essentiels ou pour le travail. Nous avons renforcé les contrôles et les opérations avec le radar. L’accent a été mis sur les excès de vitesse. Et il faut aussi prendre en compte que, de nombreuses personnes ont respecté les règles du confinement, notamment en matière de télétravail. Il y avait donc moins de monde sur la route de manière générale et par conséquent, certains avaient tendance à rouler plus vite », indique André Jamers, le chef de zone en Hesbaye.

    Deux zones en diminution

    Même constat à la zone de police Hesbaye-ouest où l’on constate une légère augmentation. On compte 4.000 infractions en 2019 et 4.321 en 2020. A la police de Huy, on compte 871 excès de vitesse et 1.219 faits en 2020.

    Ces augmentations ne sont cependant pas constatées dans toutes les zones de l’arrondissement. Pour la zone Meuse-Hesbaye, il y a eu une baisse des contrôles en matière de vitesse principalement lors du premier confinement. On est passé de 6.243 faits à 4.470. « Les radars ont peu tourné durant cette période. Nous avons également été impactés par le Covid via des maladies au niveau du personnel », indique Marianne Hermant, criminologue de la zone.

    Le coronavirus n’a épargné personne, pas même les forces de l’ordre. Les policiers du Condroz ont eux-aussi été touchés par ce satané virus. Et cela peut d’ailleurs expliquer la baisse des excès de vitesse pour la zone. « Nous avons une baisse du nombre de p-v au mois d’avril et de mai, dû au confinement mais nous avons eu des cas Covid qui commençaient à la police. Nous avions un personnel restreint.

    Pendant le confinement, il y a eu peu de contrôles », conclut Yves Lizée, commissaire dans le Condroz.

     

    Article de Par A.D.

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

     

    pv.jpg

  • Les permis de conduire provisoires sont prolongés jusqu’au 30 septembre 2021

    Lien permanent

    Depuis le mois de mars et le début de la pandémie en Belgique, les démarches liées à l’obtention d’un permis de conduire ont été sérieusement affectées, en particulier à cause de l’expiration des délais des documents et attestations.

    « En concertation avec mes collègues ministres régionaux de la Mobilité, j’ai décidé de prolonger la validité des permis de conduire provisoires pour alléger autant que possible les conséquences négatives de la crise sanitaire que nous traversons tous. Même s’il faudra du temps pour que tout revienne à la normale, j’espère que ce geste soulagera celles et ceux qui apprennent à conduire », a expliqué M. Gilkinet.

    L’arrêté sera soumis dans les prochains jours à la signature royale afin qu’il soit publié au Moniteur belge avant la fin de l’année.

    Le texte allonge les délais relatifs aux permis de conduire provisoires (M3, M12, M18, M36), au délai de validité de l’examen pratique et théorique, aux attestations médicales et au délai pour retirer un permis de conduire à la commune.

     

     

    Par Sudinfo avec Belga

     

    Article complet clic ici 

  • À partir de ce mercredi 9 décembre 2020 à 12 h, un changement du sens de la circulation dans le bâti de Plainevaux.

    Lien permanent

    La commune souhaite tester, à partir de ce mercredi 9 décembre MIDI, un changement du sens de la circulation dans le bâti de Plainevaux.
     
    Le but recherché est d’assurer tant la quiétude du quartier, que la sécurité des modes doux  , et plus particulièrement celle des enfants à l’école.
    En effet, le matin et à l’heure de la sortie des classes, le bâti est engorgé par des stationnements inappropriés  , une vitesse excessive et un flux de véhicules trop important. En outre, les mesures sanitaires en vigueur qui imposent des zones de récréation et des sorties différentes par cycle compliquent la situation.
     
    Concrètement, il s’agit de mettre en place un sens de circulation sous la forme d’un GIRATOIRE.
     
    La rue du centre sera dès lors mise en sens unique vers le bâtiment communautaire entre l'école maternelle et l'école primaire. Le sens de la descente sera donc autorisé. Un sens unique est également prévu pour remonter vers la rue de l'Eglise en venant de l'école primaire.
     
    Une signalisation adéquate permettra de bien comprendre la solution proposée.
     
    La police sera présente sur place demain.
    Le stationnement sera autorisé uniquement tout le long du côté intérieur à ce giratoire.
     
    L’idée est de tester cette formule pendant 6 mois.
     
    Vos avis et remarques après avoir testé les aménagements quelques temps sont les bienvenues à travaux@neupre.be.
    Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.
     

  • Visite dans les entrailles du chantier d’agrandissement de l’écluse d’Ampsin-Neuville en vidéo

    Lien permanent

     

     

     

    Le projet d’agrandissement de l’écluse d’Ampsin-Neuville va bon train, nous avons pu nous en rendre compte ce jeudi, pour une première visite de chantier. Bottes aux pieds et casque sur la tête, nous avons pu pénétrer dans les entrailles de ce chantier d’envergure.

    A.G.

    Lancés en août 2018, les travaux sont plus qu’avancés en ce qui concerne le sas de la nouvelle « petite » écluse, celle de 12,5 mètres de large qui, une fois opérationnelle au premier semestre de l’année prochaine, permettra le passage des bateaux le temps des travaux à la « grande » écluse, de 25 mètres, qui devraient s’achever, eux, en 2023. Pour rappel, le site comptait deux écluses, une petite de 55 x 7,5 mètres et une moyenne de 136 x 16 mètres. Elles vont passer à respectivement à 225 x 12,5 mètres et à 225 x 25 mètres. « Vous voyez la péniche qui passe là maintenant ? Hé bien, pour le moment, il ne peut y en avoir qu’une de ce gabarit à la fois. Quand la grande écluse sera terminée, on pourra en mettre quatre », exemplifie le conducteur des travaux, pour le SPW. La capacité sera précisément de 9000 tonnes.

    A.G.

    Moins d’attente

    Cet agrandissement permettra donc le passage de plus gros bateaux mais aussi diminuera le temps d’attente pour les bateliers. « Actuellement, il faut compter 45 minutes en moyenne... ».

    Pour en arriver à ce stade de travaux de la première phase, il a fallu détruire l’ancienne petite écluse, construire de nouveaux murs, ce qui n’était pas sans difficulté. « Il fallait assurer une stabilité et une étanchéité entre le mur de l’écluse et la Meuse », rapporte Héloïse Winandy, porte-parole de la SOFICO, la Société wallonne de Financement Complémentaire des infrastructures, maître d’ouvrage de ce chantier. Une mise à sec a d’ailleurs été nécessaire pour ce faire.

     

    Héloïse Winandy.
    Héloïse Winandy. - A.G.

     

    Le terrassement de la future rivière artificielle, rive gauche, a par ailleurs été entamé. Et nous avons pu entrapercevoir l’échelle à poissons - la plus grande de Wallonie- qui laissera la faune aquatique franchir le barrage.

    Une soixantaine d’ouvriers sur place

    Une soixantaine de travailleurs sont dépêchés sur le chantier, de la société qui a remporté le marché Duchêne-Franki mais aussi de sous-traitants. Ils sont ferrailleurs, coffreurs, bétonneurs, électriciens... De l’arrondissement, de la Belgique ou de l’étranger. Les plus éloignés logent dans la région.

    Le conducteur de travaux nous montre ensuite les berges en cours de construction, quand on regarde en direction d’Amay/Liège. « Les blocs de béton au loin, ce sont les nouveaux murs de quai. Car pour l’instant, le virage pour entrer et sortir de l’écluse est trop fort pour les bateliers », indique-t-il.

    A.G.

     

    L’écluse d’Ampsin-Neuville est le dernier chaînon manquant de la liaison fluviale, après l’agrandissement des écluses d’Ivoz-Ramet et de Lanaye. Le budget dégagé est de 138 millions d’euros HTVA, dont 88 millions financés par la SOFICO via un prêt à la Banque européenne d’investissement, et 50 millions d’euros subsidiés par la Commission européenne.

    A.G.

    La nationale sera par ailleurs enjambée par une passerelle cyclopiétonne entre Amay et Huy.

    D’ici la fin de la première phase des travaux, la circulation sur la N90 telle qu’organisée actuellement ne devrait pas changer, nous informe-t-on.

    Sofico

    Article de par Annick Govaers 

    Article complet avec toutes les photos et toutes les vidéos clic ici 

  • Attention soyez prudents, la vitesse ramenée à 70 km/heure sur la N90

    Lien permanent

    Au delà de l’écluse en tant que telle, rappelons que la Nationale 90 va faire l’objet d’une sécurisation globale avec, notamment, un rond-point (déjà monté) en amont d’Ombret, une circulation limitée à 70 km/h sur chaque bande dans les deux sens, une berme centrale et une Grand-Route réservée aux usagers doux.
     
    La Nationale sera par ailleurs enjambée par une passerelle cyclo-piétonne entre Amay et Huy. D’ici la fin de la première phase des travaux, la circulation sur la N90 telle qu’organisée actuellement ne devrait pas changer, nous informe-t-on.
     
    Article de AG
     

  • C’est l’une des recommandations des États généraux de la sécurité routière,d'Intensifier les zones 20 et 30 en Wallonie

    Lien permanent

    L’objectif est fixé et clair : un maximum de 100 tués par an sur les routes wallonnes à l’horizon 2030, contre 311 en 2019. Il faudra faire des efforts pour y arriver. Les États généraux wallons viennent d’émettre une série de recommandations. 
     
    « C’est l’équilibre entre la prévention et les contrôles, tout en regardant comment faire évoluer les mentalités », résume la ministre wallonne, Valérie De Bue, en clôture des États généraux de la sécurité routière de ce 1 er décembre. Six groupes de travail, constitués d’experts, ont émis une série de recommandations.
     
     
    L’un des thèmes abordés était la conduite en agglomération. Ils préconisent « d’intensifier la mise en zone 30 ou 20 de quartiers ou de larges zones dans les villes et communes de Wallonie ».
     
    L’idée ne risque pas de faire bondir de joie tous les Wallons. Afin de préparer les États généraux, une consultation citoyenne a permis à près de 10.000 Wallons de donner leur avis sur une série de propositions. La multiplication des zones 30 n’obtient que 34 % d’adhésion alors que 78 % des sondés sont favorables à un test de drogue après un accident.
     
     
    « Le terme « multiplication » a dû faire peur à beaucoup. Par le passé, nous avions déjà posé plusieurs fois la question avec des taux d’adhésion plus élevés, mais sans jamais dépasser les 50 %.
     
    Ce sera clairement un défi d’augmenter l’adhésion », reconnaît Yvan Casteels, président du groupe de travail « Sécurité en agglomération ».
     
    Il plaide pour une multiplication réaliste de telles zones. Les gestionnaires de voiries doivent être en mesure d’identifier d’une part les zones où la vitesse peut être abaissée et d’autre part les axes du réseau principal où la vitesse doit rester plus élevée afin de permettre une mobilité plus efficace. Dès lors, il faut hiérarchiser le réseau avant d’instaurer une zone à vitesse réduite.
     
    « Quand on parle de vitesse, le Belge pense p.-v. Ce n’est pas un radar qui devra faire respecter la vitesse, mais l’aménagement des infrastructures. Il doit être cohérent avec la vitesse fixée », souligne Yvan Casteels.
     
    Un deuxième paquet de recommandations vise à sécuriser les déplacements des piétons et des cyclistes. L’une des pistes est de renforcer l’offre de stationnement pour les vélos et les engins de déplacement sur la chaussée afin de ne pas entraver la circulation des piétons sur les trottoirs.
     
    Les engins de micromobilité ne pourraient d’ailleurs plus emprunter un trottoir.
     
    Petites routes de campagne
     
    Une autre solution sera de promouvoir les « chaussées à voie centrale banalisée », une expérience pilote menée en Wallonie. Cela concerne les petites routes de campagne étroites et donc pas très accueillantes pour les piétons et les cyclistes en raison des vitesses pratiquées.
     
    La partie centrale réservée au trafic motorisé est encadrée par deux bandes dédiées aux modes doux. Comme la largeur de la voie centrale ne permet pas le croisement de deux véhicules, ceux-ci peuvent déborder sans mettre en danger les autres usagers. Dans la pratique, on observe une baisse de la vitesse.
     
    Le principe séduit le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, invité aux États généraux.
    Son soutien est nécessaire car le code de la route, sa compétence, doit être modifié en ce sens.
     
     
    Article de YANNICK HALLET
     

  • Soyez prévoyants dès demain lundi 30 novembre 2020

    Lien permanent

    TRAVAUX ROTHEUX- la rue Rimière sera barrée au niveau de son croisement avec la rue Butay et ce dans le cadre de la pose d'égouttage et de réfection du carrefour, du lundi 30 novembre jusqu'au 18 décembre , sous réserve de conditions climatiques favorables.
     
    Aux riverains venant de Nandrin, nous conseillons d'accéder directement à la RN 63 via la rue du Sabot pour éviter tout engorgement
     
    Pour les riverains du Butay le parcage temporaire (créé rue Rimière) sera supprimé pour permettre l'accessibilité à un camion grue et la construction d'une maison. La rue Butay est accessible par la rue des Moges et le bas du Butay, il est tout à fait possible de se parquer de manière longitudinale rue des Chevreuils ainsi que rue Rimière qui sera fermée à la circulation.
    Nous vous remercions pour votre compréhension.
     
     
     
     

  • Le bourgmestre de Modave Eric Thomas vient d’adresser un courrier au Ministre Henry dans le cadre de la liaison Tihange- Condroz

    Lien permanent

    La commune de Modave est particulièrement concernée par le tronçon 3 de la liaison Tihange-Condroz.

     

    Celui-ci doit relier les Gottes à Strée au carrefour Saint-Vitu, en passant à travers les campagnes qui bordent notamment les rues des Aubépines, Elmer et Bois Rosine.

    « Les parcelles des fermiers traversées par cette liaison sont véritablement coupées en deux, rappelle Eric Thomas dans le courrier qu’il vient d’adresser au Ministre Henry (Ecolo), en charge des travaux publics.

    Treize avis d’expropriation ont été envoyés et plusieurs réunions ont déjà été organisées entre l’Administration wallonne et les habitants et agriculteurs de Strée, un village qui sera particulièrement impacté « si rien ne change », affirme le bourgmestre de Modave.

    Elargir le pertuis pour le charroi agricole

    « De petite taille (3 mètres de haut sur 3 de large) le pertuis (tunnel) au ruisseau du Fond du Paradis prévoit uniquement le passage du ruisseau et de la petite faune, mais pas celui des véhicules agricoles actuels, ce qui les obligera à utiliser la voie latérale pour remonter jusqu’à la rue Elmer et traverser le cœur de Strée ».

     
     

    Pour le bourgmestre, cela va entraîner un trafic considérable, avec tous les risques et désagréments que cela comporte : « dangerosité pour les riverains, piétons et cyclistes nombreux, mais aussi des dégradations, et cela aux frais de la Commune de Modave ».

    Il rappelle aussi que le détour qui sera ainsi imposé est estimé à environ 15 minutes, « ce qui va engendrer un coût supplémentaire, ainsi qu’une surconsommation de carburant pour ce lourd charroi, et donc une diminution de la marge de ces agriculteurs, sans parler de la pollution, du bruit et des vibrations pour le voisinage.

    La Région a proposé une alternative, à savoir que la commune prenne en charge l’aménagement sur 710 mètres d’une section du chemin nº 5 qui permettrait de relier la RN 641. Coût estimé : 120.000 € . « Je ne peux accepter que nos habitants endossent le coût supplémentaire de cette solution qui fut d’ailleurs largement rejetée par nos agriculteurs, parce qu’elle ne réduisait pas les détours imposés aux charrois. », s’insurge Eric Thomas qui demande dès lors que la modification du pertuis soit réétudiée avant que la demande de permis pour la phase 3 soit réintroduite. Pour permettre le passage du charroi agricole, il devrait être élargi à 4 mètres de haut sur 4 de large.

    Bassin d’orage

    Le bourgmestre de Modave demande également à la Région de prévoir un bassin d’orage à hauteur de la rue Elmer, au-dessus du quartier d’Outrelouxhe.

     

    « Depuis 2012, date du premier permis, la situation s’est détériorée, et les nombreux orages subis depuis lors, ont montré toute l’importance de reconsidérer votre étude et de prévoir un bassin d’orage à cet endroit », insiste-t-il.

    Le précédent permis prévoyait un bassin d’orage à hauteur du ruisseau du Fond du Paradis.

    Enfin, le premier citoyen de Modave rappelle également au ministre Henry la promesse faite par son prédécesseur : à savoir de ne pas ouvrir la liaison à la fin de la phase 2 « qui engendrerait un trafic considérable dans la traversée de notre village de Strée, lequel comporte un magasin Proxi Delhaize, une école primaire et un club de football. ».

     

    Article de Par M-Cl.G.

     

    Article Complet Sudinfo clic ici 

  • Soyez prudents !!! La campagne Bob démarre ce vendredi 11 décembre !!!

    Lien permanent

    Traditionnellement, la campagne Bob d’hiver débute à la fin du mois de novembre.
     
    Cette année, elle démarre le vendredi 11 décembre, veille d’un week-end.
     
    « Elle a été raccourcie car il y aura moins de monde sur les routes à l’occasion des fêtes de fin d’année. Les traditionnelles fêtes patronales, comme la St-Eloi, n’auront pas lieu tout comme les marchés de Noël », explique Benoît Godart.
     
    Comme beaucoup d’événements sont annulés, l’Institut Vias ne sera pas présent dans les rues pour rappeler de ne pas boire.
     
    « Mais nous serons très actifs sur les réseaux sociaux. Cela dit, si la prévention sera moindre que d’habitude, cela ne signifie pas pour autant qu’il y aura moins de contrôles alcool. Ils s’effectueront de manière normale.
     
    Contrairement à ce que certains ont dit, il ne faut pas quinze minutes pour désinfecter un éthylotest entre deux personnes. Les policiers s’adaptent.
     
    Dans le Borinage, il est ainsi demandé au conducteur testé de reprendre l’embout dans lequel il a soufflé et de repartir avec », précise le porte-parole de Vias.
     
    L’effet du confinement
     
    Pour lui, les contrôles demeurent plus que jamais une nécessité, comme le prouve encore l’opération de la police fédérale du Luxembourg en collaboration avec les zones locales organisée ce samedi de 16 h à minuit.
     
     
    Sur les 375 véhicules arrêtés et contrôlés, les forces de l’ordre ont dressé 35 p.-v. pour conduite sous influence d’alcool ou de stupéfiants, non-assurance, etc.
     
    Dix permis de conduire ont été retirés pour une durée d’un à quinze jours. Cela confirme la tendance observée dans le Borinage où il n’est pas rare de contrôler des automobilistes au-delà de la limite légale.
     
     
    « En période de confinement, des gens ont tendance à boire davantage chez eux et puis ils prennent le volant », analyse Benoît Godart.
     
    Article de Y.H.
     

  • Soyez prévoyants La traversée de Comblain fermée

    Lien permanent

    La nationale 654, qui traverse Comblain-au-Pont, va être complètement fermée à la circulation du 23 au 27 novembre.
     
    Depuis septembre, toute la traversée de Comblain-au-Pont est en chantier. L’AIDE pose tout d’abord un nouveau collecteur et effectuera ensuite le raccordement à l’égout, pour rejoindre à l’avenir la future station d’épuration. En même temps, la Cile va remplacer une ancienne conduite principale.
     
     
    Des travaux en sous-sol donc, mais qui seront complétés par d’autres.
     
    La sécurité et la convivialité vont en effet être peaufinés sur l’ensemble de la traversée de Comblain avec la mise en place de dévoiements destinés à réduire la vitesse des automobilistes.
     
     
    Or, ce chantier vient d’entrer dans une phase qui nécessite maintenant une interruption complète de la circulation. La RN654 sera donc fermée à hauteur de la rue de la Gendarmerie, du lundi 23 au vendredi 27 novembre.
     
     
    Des déviations seront mises en place au pont de Chanxhe, au croisement de la RN633 et RN655 (au niveau du pont), au pont de Comblain-la-Tour et au carrefour de la RN654 et de la RN66 à Hamoir.
     
     
    L’accès à la rue de Moulin via le quai du Vignoble sera inaccessible.
     
    La rue de la Gendarmerie est quant à elle fermée du 16 novembre au 14 décembre.
     
     
    Article de GW 
     
     

  • Les permis provisoires seront prolongés

    Lien permanent

    LES CENTRES D’EXAMEN FERMÉS AU MOINS JUSQU’AU 14 DÉCEMBRE

    Le ministre fédéral Gilkinet veut étendre leur validité au moins jusqu’au 30 septembre 2021 

    N’ayant pas la certitude qu’ils pourront ouvrir le 14 décembre, les centres d’examens ont annulé des rendez-vous fixés de longue date pour passer son théorique ou son pratique pendant les fêtes. Les apprentis conducteurs s’inquiètent de l’expiration prochaine de leur permis provisoire.  

     

    « Pour ne pas créer de frustration au cas où nous ne pourrions pas rouvrir après le 13 décembre, nous avons préféré annuler tous les rendez-vous déjà pris pour passer le théorique ou le pratique au-delà de cette date. Pour l’instant, il n’est pas possible de procéder à une quelconque réservation », explique Virginia Li Puma, porte-parole d’AutoSécurité, l’un des deux réseaux de centres d’examens en Wallonie.
     
    « On ne sait pas »
     
    « À ce stade, nous ignorons toujours si nous pourrons reprendre d’un coup toutes nos activités ou si la reprise sera progressive », ajoute Damien Warier, directeur adjoint d’AIBV, l’autre réseau qui a, lui aussi, annulé les réservations après le 13 décembre.
     
    Pour rappel, les centres d’examens sont fermés depuis le 2 novembre, soit depuis le premier jour des vacances de Toussaint, une période très prisée des étudiants.
     
    Il va falloir les recaser ainsi que tous les candidats des semaines suivantes, alors que la période des fêtes de fin d’année est déjà très demandée en temps normal.
     
    Comme en mai dernier avec le premier déconfinement, on risque l’engorgement. À l’époque, le fédéral avait prolongé la validité des permis provisoires jusqu’au 31 décembre 2020…
     
    « Je vais prolonger la validité des permis provisoires au moins jusqu’au 30 septembre 2021 », indique le nouveau ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.
     
    « Un projet d’arrêté royal est actuellement soumis pour avis aux Régions.
     
    Ces démarches se font en effet en parfaite concertation avec mes collègues ministres de la Mobilité pour répondre ensemble à cette situation exceptionnelle.
     
    Je veillerai à la publication de cette décision dans le courant mois de décembre afin de ne laisser personne sur le bord de la route. Les apprenties et apprentis conducteurs peuvent déjà être rassurés ! ».
     
    AutoSécurité réfléchit à une solution pour les candidats annulés pendant le second confinement.
     
    L’idée est qu’ils ne soient pas noyés dans la masse lorsque les réservations reprendront.
     
    « Un examen pratique dure au minimum 40 minutes.
     
    Le nombre d’examinateurs est limité.
     
    On ne va donc pas pouvoir tout absorber d’un coup », prévient Virginia Li Puma.
     
    « Au printemps, on avait augmenté un peu la productivité en supprimant des jours de congé. Mais nous sommes à 100 % de nos effectifs », indique Damien Warier d’AIBV.
     
    Plus facile pour le théorique
     
    « Pour ce qui est de l’examen théorique, nous allons proposer davantage de sessions. Certains centres ne les organisaient que quelques jours par semaine avant le Covid.
     
    Nous avions déjà utilisé cette méthode lors du déconfinement », précise Virginia Li Puma d’AutoSécurité.
     
    Du côté des auto-écoles, la situation est tendue.
     
    « Les gens se montrent agressifs lorsqu’on leur dit que nous ne pouvons pas fixer de nouvelles dates.
     
    Ce n’est vraiment pas facile de tout réorganiser. Il faudra probablement un mois et demi pour que tout rentre dans l’ordre », explique David Barattucci de la Fédération des auto-écoles agréées.
     
    Il espère que le scénario du printemps ne se reproduira pas.
     
    La première semaine de reprise, seulement 15 % des instructeurs avaient répondu présent.
     
    Les autres redoutaient une contamination. Les effectifs n’avaient été au complet qu’à la quatrième semaine.
     
    « Il faut savoir que nos plannings sont déjà remplis pour la seconde moitié de décembre, mais aussi janvier et février.
     
    On va devoir s’arranger pour recaser tous ceux qui ont été reportés, mais aussi ceux qui étaient prêts à passer leur examen début novembre et qui maintenant souhaitent reprendre deux heures pour vérifier que tout est à nouveau OK », indique David Barattucci.
     
    Pour la fédération des auto-écoles, la solution serait de relancer une partie des activités sans attendre le 14 décembre, à savoir les cours théoriques du permis B, moyennant la distanciation sociale, et les cours moto.
     
    « Cela faciliterait la reprise par la suite », juge le représentant du secteur.
     
    Article de par YANNICK HALLET 
     
  • Déclarez votre remorque en ligne !!!

    Lien permanent

    Vous êtes propriétaire d’une remorque ?

    Quelles sont vos obligations envers l’administration fiscale ?

    Les propriétaires de petites remorques sont dans l’obligation de déclarer ou de révoquer celles-ci auprès du Service public de Wallonie.

    Les remorques sont classées en 2 catégories en fonction de la « Masse maximale autorisée » (MMA), à savoir :

    Cat. 1 : une MMA de maximum 750kg

    Cat. 2 : une MMA comprise entre 751 et 3.500kg

    En fonction de la catégorie, nous vous invitons à consulter l’explicatif disponible

    sur https://www.wallonie.be/fr/vivre-en-wallonie/impots-taxes-et-fiscalite afin de savoir quelles sont les démarches à effectuer.

    Depuis le mois de mai, un nouveau formulaire est disponible via le site internet de la Wallonie

  • L’arrondissement de Huy-Waremme enregistre un taux de 1,25 véhicule privé par ménage.

    Lien permanent

    Huy waremme.jpg

    Huy-Waremme encore accro à la voiture 

    La Ville de Huy compte 1 véhicule privé par ménage… alors que l’entité de Tinlot en compte 1,62 

    L’arrondissement de Huy-Waremme enregistre un taux de 1,25 véhicule privé par ménage. Un chiffre au-dessus de la moyenne nationale et de celle de l’arrondissement de Liège. Détails dans toutes les communes.  

     

    À la lecture des données de Statbel, le constat est clair : les habitants de Huy-Waremme aiment leur voiture. Au total, l’arrondissement compte 103.997 véhicules privés.
     
    Avec un taux moyen de 1,25 voiture par ménage, l’arrondissement surpasse la moyenne nationale (1,18). La différence est d’autant plus grande lorsqu’on effectue une comparaison avec l’arrondissement voisin (Liège), qui obtient une moyenne nettement inférieure de 1,01.
     
    De grandes disparités sont cependant à constater entre les communes de Huy-Waremme. Ainsi, la Ville de Huy est la localité qui, proportionnellement à sa taille, compte le moins de voitures (10.177 véhicules privés pour 10.178 ménages, c’est-à-dire un taux de 1). De l’autre côté du classement, on retrouve Tinlot, l’entité la plus motorisée avec un ratio de 1,62 voiture par ménage.
     
    Moins dans les villes
     
    Ce sont principalement les centres urbanisés de l’arrondissement, à plus forte densité de population, qui obtiennent les « meilleurs résultats », avec un taux de voiture par ménage plus bas que la moyenne de l’arrondissement : Huy (1), Waremme (1,07), Amay (1,17).
     
    Une situation qui ne surprend pas le bourgmestre faisant fonction hutois.
     
    « Huy est un nœud au niveau des transports, avec deux gares.
     
    Certaines personnes plus précarisées viennent d’ailleurs dans les centres, car tout est à disposition à pied et la voiture n’est plus indispensable.
     
    Tout comme des personnes âgées qui veulent se passer de leur auto », commente Éric Dosogne (PS).
     
     
    Cela dit, les chiffres des villes de l’arrondissement restent nettement supérieurs à ceux des agglomérations liégeoises : Liège-ville compte en effet 0,78 voiture par ménage et Seraing 0,94. Notons également que les communes de Hamoir (1,14), Engis (1,17) et Saint-Georges-sur-Meuse (1,24) enregistrent également des chiffres plus bas que la moyenne de l’arrondissement.
    Les campagnes isolées
    En revanche, les « communes rurales » hesbignonnes et condruziennes comptent plus de voitures par habitant que les centres : 1,46 véhicule par ménage à Verlaine, 1,53 à Modave et 1,62 à Tinlot.
     
     
    « Ça ne m’étonne pas », nous confie la bourgmestre tinlotoise Christine Guyot (MR).
     
    « Au niveau des transports, on est moins bien équipés que les centres, malgré les efforts du TEC ces derniers temps.
     
    Mais le contexte socio-économique joue aussi.
    Tinlot est une commune plus aisée, et les ménages peuvent davantage se permettre d’acquérir un deuxième véhicule ».
     
     
    Article de et par ROMAIN MASQUELIER
     

    voiturehw.jpg

    Lire la suite

  • Radars feux rouges de la N 63 flashent mais ne verbalisent pas

    Lien permanent

    Ils étaient plein de promesses et de bon sens…

    Au début de l’année 2018, on évoquait la possibilité d’installer des radars feux rouges au cœur de deux carrefours particulièrement accidentogènes en région liégeoise : celui de Plainevaux, à Neupré N 63 , et celui des Français, à Ans.

    Le but de la manœuvre était limpide : faire diminuer la courbe des accidents – souvent graves – en verbalisant les conducteurs qui roulaient trop vite et/ou qui brûlaient le feu tricolore.

    En septembre 2018, les boîtiers ont effectivement été installés, quelques mètres avant les feux de signalisation, pour pouvoir immortaliser les comportements dangereux. Les autorités étaient ravies.

    Il ne manquait alors plus grand-chose pour lancer le fonctionnement effectif des appareils.

    Et ainsi commencer à verbaliser.

    Mais la machine, de prime abord si bien huilée, s’est enrayée… Et depuis, c’est un peu flou…

    À Neupré, comme à Ans, les appareils flashent, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Pas au sens premier du terme, puisqu’il s’agit en réalité d’un appareil laser, mais les véhicules en défaut sont effectivement enregistrés, et les immatriculations sont envoyées au centre Perex de Daussoulx.

    C’est là que les dossiers doivent être traités et que les courriers devraient être envoyés aux contrevenants.

    « Effectivement, les appareils flashent et enregistrent les photos des gens », nous confirme le service presse de la police fédérale, qui est en charge de l’envoi des PV. « Mais il n’y a aucun PV qui part chez les conducteurs. Nous sommes pour l’instant dans le processus administra

    tif. Il n’y a pas de timing envisagé pour le moment. »

    Un « processus administratif »

    Depuis deux ans, donc, aucun conducteur n’a été verbalisé par ces appareils qui ont coûté à l’installation, et qui coûtent encore à l’entretien.

    Mais quel est donc ce « processus administratif » dont la police fédérale nous parle ?

    Pour flasher, un radar doit être étalonné. L’étalonnage consiste à vérifier les prises de mesure de l’appareil et son bon fonctionnement technique.

    Par ailleurs, un protocole d’accord doit également être signé entre les différents partenaires (SPW, autorités communales, police, parquet).

    Car on le sait, du côté du parquet, on demande une verbalisation qualitative et plus quantitative.

    Ça, c’est la théorie.

    Dans la pratique, pour savoir où ça bloque, c’est plus compliqué…

    Certaines sources évoquent un problème d’homologation, mais le SPW nous affirme que les deux appareils (Ans et Neupré) sont bel et bien homologués, « mais qu’ils doivent repartir à l’homologation », nous explique François Franquinet, porte-parole au SPW.

    Quid des protocoles d’accord entre partenaires ?

    Il y en aurait un à Neupré mais pas encore à Ans.

    Un déblocage ?

    Quoi qu’il en soit, aucun conducteur n’a jamais été verbalisé alors que les appareils ont été installés en septembre 2018. Une situation qui pourrait, prochainement, être débloquée.

    C’est en tout cas que qu’espèrent de nombreuses parties prenantes.

    Article de Allison Mazzoccato

     

    Source Sudinfo 

  • La province de Liège prête pour l’hiver

    Lien permanent

    Cette centrale d’achat est mise en place pour la dixième année consécutive.

    Cette année, les communes de Waimes, en province de Liège, et de Vielsalm, en province de Luxembourg, l’ont rejointe. On dénombre à ce jour 78 partenaires.

    « Ce système permet aux villes et communes de réaliser des économies substantielles.

    Les commandes se font vers le mois de juin, dans des conditions d’achat plus favorables qu’en hiver lorsque les prix sont à la hausse », précise-t-on à la Province de Liège.

    Celle-ci, en outre, prend en charge la totalité des frais liés au stockage ainsi que ceux propres aux opérations de manutention et de logistique.

    Le stock disponible s’élève à un peu plus de 34.000 tonnes, dont 30.942 tonnes pour les communes de la province de Liège et 3.155 tonnes pour les 12 communes partenaires de la province de Luxembourg.

    La logistique est assurée au travers d’une plateforme informatique accessible aux services communaux.

    Ceux-ci peuvent passer commande 24h/24 et 7j/7, jusqu’au 31 mars, afin de retirer leur sel stocké à Amay.

     

    Cet outil permet de connaître l’état de leur stock et de fixer un rendez-vous pour l’enlèvement selon les besoins.

     

    Cette centrale d’achat a été initiée à la suite des rudes hivers de 2009 et 2010 au cours desquels la demande en sel de déneigement a explosé. Les villes et communes avaient, à l’époque, été confrontées à des difficultés d’approvisionnement et à une forte hausse des prix.

     

    Article Complet Clic ici Sudinfo 

  • Rappel affichage en place parking du CHU de Liège

    Lien permanent

     

    Affichage en place.

    Les visiteurs et patients sont invités à se rendre au parking de délestage au Country -Hall.

    Les PMR peuvent prendre le parking principal. Une navette les y attend pour les emmèner à l’entrée de l’hôpital. Merci à la manutention pour leur efficacité.

     

     

     

    Travaux au CHU de Liège: pendant 28 mois, vous devrez vous garer… au Country-Hall!

    Si vous aviez l’habitude de vous garer au parking payant juste devant le CHU, et bien il faudra changer vos habitudes, pour deux ans et demi. Le chantier de transformation de ce parking nº1 pour les patients et les visiteurs va en effet être surmonté de deux niveaux, passant de 732 à 1105 places. Tandis que le parking pour PMR voisin (Personnes à Mobilité Réduite) aura cinq niveaux et passera de 64 à… 494 places.

    Du coup, durant tous ces travaux, seuls le personnel et les PMR pourront encore s’y garer. TOUS les autres patients et visiteurs du CHU devront, dès le lundi 2 novembre, aller se garer sur le parking du Country-Hall, à deux kilomètres à vol d’oiseau.

    Toutes les dix minutes

    Sa capacité a été accrue à 850 places et la navette CHUttle, qui relie le parking et l’hôpital en à peine six minutes, a vu sa plage horaire augmenter : elle s’étendra désormais de 6h40 à 20h30. De même, sa fréquence sera aussi plus rapide : un départ toutes les dix minutes. Il est à noter que le parking et la navette serrons entièrement gratuits.

    Quant au parking bientôt en travaux devant le CHU, « il sera divisé en deux zones, reprend Anne-Catherine Geurts, la responsable du dossier au CHU. Près de l’entrée, il y aura un espace exclusivement réservé au PMR qui seront ensuite conduits au CHU par une navette adaptée. Et une autre zone réservée au personnel.

    Un contrôle d’accès strict sera exercé et toute personne qui n’a rien à y faire devra payer 25€ par jour pour en sortir. »

    À noter que ce parking sera tout de même ouvert à tous gratuitement durant les week-ends et les jours fériés vu qu’il y a beaucoup moins d’affluence.

    Par ailleurs, un troisième parking exclusivement réservé au personnel va être construit sur l’actuel parking arrière de l’hôpital. Sur cinq étages, il fera passer sa capacité actuelle de 240 à… 1110 places.

    +261 % d’offres de parking

    Au total, l’ensemble du site du CHU comptera alors, au printemps 2024, 2709 places, soit une augmentation de 261 %.

    Cela fait trente ans que le site est complètement engorgé de voitures en stationnement, 30 ans que ses responsables réclament des liaisons rapides en transport en commun. Même si on peut regretter ce « tout à la voiture », il fallait donc agir.

     

    Article Par Luc Gochel

     

    Source Sudinfo 

     

    chu 3 nov 2 .jpg

  • Le parquet de Liège limite l’utilisation des radars

    Lien permanent

    Afin d’harmoniser plus efficacement la politique criminelle en matière de roulage, Philippe Dulieu, le procureur du Roi de Liège, a décidé de regrouper tous les magistrats et juristes du parquet de police à Huy .

    « L’objectif est d’avoir une seule équipe pour pratiquer une politique criminelle plus uniforme sur l’arrondissement même si nous avions déjà des directives communes aux trois divisions », précise le procureur du Roi de Liège.

    « L’équipe est composée de trois magistrats. Elle est épaulée par cinq juristes qui peuvent siéger aux audiences. Les 18 zones de l’arrondissement ainsi que la police des autoroutes transmettent, désormais, tous leur p-v à la division de Huy. »

     

    Des approches différentes

     

    On le sait, Philippe Dulieu n’est pas un aficionado des radars qui flashent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et qui vomissent des milliers de p-v que les canalisations du parquet de Liège ne peuvent assimiler.

    Du coup, ça déborde.

    Le premier magistrat du parquet de Liège l’a déjà répété, il souhaite des p-v qualitatifs plutôt que quantitatifs. Pour ce faire, son office privilégie une approche différenciée en fonction du caractère plus ou moins accidentogène mais aussi des heures et des endroits.

    « Cette politique, menée depuis 2015, a permis d’augmenter les taux de poursuite de manière importante », souligne Philippe Dulieu.

    La finalité visée est d’éviter un tsunami de p-v D’une part, les radars, véritables machines de guerre, sont capables d’envoyer des p-v en flux continu. D’autre part, à l’autre bout de la chaîne, le traitement des p-v au sein des parquets – en sous-effectif – est très peu automatisé contrairement à la verbalisation automatisée. Et les constats, eux, sont le plus souvent sous-traités par les zones de police auprès du Centre régional de traitement de Daussoulx.

    Une signature si…

    Pour installer un radar sur l’arrondissement judiciaire de Liège (Liège, Verviers et Huy), le procureur du Roi doit marquer son accord et ratifier un protocole. Sans cet accord, le radar peut être installé à titre préventif mais il ne pourra légalement pas flasher.

    « Nous devons nous mettre en ordre de bataille par rapport à la politique ambitieuse qui est développée en région wallonne où l’on a annoncé une multiplication massive des radars (tronçon, de feu rouge…) qui nous promettent des flux de p-v très importants. Nous ne signerons des accords de fonctionnement de nouveaux radars qu’à la condition d’y ajouter une clause qui précise que le parquet assurera la maîtrise de la production de la machine. En clair, le parquet décidera des modalités de fonctionnement du radar. De nombreux radars installés sur notre arrondissement fonctionnent selon des jours et des créneaux horaires déterminés et les tolérances varient également. »

    Le parquet n’a pas l’intention d’entamer un bras de fer avec les zones de police et la région wallonne. « Dire que, de toute façon, nous avons le dernier mot est une position intenable sur le long terme », tempère Philippe Dulieu. « Le parquet est d’accord sur le fait qu’il y a matière à installer un radar en raison, par exemple, d’une zone accidentogène. Nous voulons juste avoir la main sur les normes de fonctionnement des radars en regard de notre capacité d’absorption. »

    Le parquet insiste auprès des zones de police, de la WPR et de la région wallonne pour être consulté concernant le processus d’implantation de nouveaux radars.

    Article de par Arnaud Bisschop

     

    Source Sudinfo 

  • Les services roulages des divisions du parquet de Liège, Verviers et Huy sont tous réunis dans le palais de justice de Huy.

    Lien permanent

    Le roulage à Huy, la famille à Liège 

     

    Les services roulages des divisions du parquet de Liège, Verviers et Huy sont, depuis mardi dernier, tous réunis dans le palais de justice de Huy.
     
    Le parquet de Liège a donc déserté ses bureaux vétustes de la rue Saint-Gilles 88 à Liège où il était installé depuis des lustres.
     
    Les audiences du tribunal de police, elles, sont maintenues dans les différentes divisions, sur base des compétences territoriales.
     
    Pour Liège, les audiences du tribunal de police sont donc maintenues dans les salles des bâtiments de la rue Saint-Gilles.
     
    Si les magistrats et les juristes du parquet de police de Liège ont pris la direction de Huy et de son palais de justice avec vue sur Meuse, ils ont probablement croisé, sur la E42, leurs collègues de la division Famille de Huy qui, eux, rejoignaient la division Famille de Liège.
     
    Il y a environ quatre semaines, le magistrat du cabinet « vert » de Huy qui traite les infractions environnementales a rejoint la section Ecofin de la division de Liège.
     
    Un choix que le patron du parquet de Liège qualifie de plus rationnel.

    Article de ARNAUD BISSCHOP

     

    Source Sudinfo

     

  • La validité des permis de conduire provisoires prolongés jusqu’au 31 décembre 2020.

    Lien permanent

    Auto-écoles et centres d’examen vont fermer

    Les cours et les examens de conduite fermeront à Bruxelles et en Wallonie.
     
    Ils ne sont pas considérés comme des activités essentielles dans l’arrêté ministériel fédéral relatif aux nouvelles mesures sanitaires.
    La date de fin de cette mesure n’est pas encore connue.
     
    Les centres de contrôle technique, eux, peuvent rester ouverts sur rendez-vous.
     
    « La fermeture temporaire des deux centres bruxellois d’examen de conduite signifie que tous les examens prévus doivent être reportés.
     
    Les centres d’examen prendront contact avec les candidats inscrits », indique Bruxelles Mobilité.
     
    « Il avait déjà été décidé de prolonger la validité des permis de conduire provisoires jusqu’au 31 décembre 2020. Les trois Régions et l’État fédéral se concertent actuellement en vue d’une nouvelle extension.
     
    Bruxelles Mobilité, qui gère la compétence de formation à la conduite, étudie également la possibilité d’autoriser des cours théoriques en ligne », précise l’organisme bruxellois.
     
     
    La Wallonie, elle, a indiqué « être alignée avec les autres Régions ».
    « Nous travaillons sur une adaptation des protocoles avec le secteur et la réouverture dépendra évidemment de l’évolution de la crise sanitaire », précise dimanche soir le cabinet de la ministre wallonne en charge de la Sécurité routière, Valérie De Bue.
     

  • Attention dès ce lundi 2 novembre, tous les visiteurs du CHU du Sart Tilman vont devoir se garer sur le parking du Country Hall

    Lien permanent

    Travaux au CHU de Liège: pendant 28 mois, vous devrez vous garer… au Country-Hall!

    Si vous aviez l’habitude de vous garer au parking payant juste devant le CHU, et bien il faudra changer vos habitudes, pour deux ans et demi. Le chantier de transformation de ce parking nº1 pour les patients et les visiteurs va en effet être surmonté de deux niveaux, passant de 732 à 1105 places. Tandis que le parking pour PMR voisin (Personnes à Mobilité Réduite) aura cinq niveaux et passera de 64 à… 494 places.

    Du coup, durant tous ces travaux, seuls le personnel et les PMR pourront encore s’y garer. TOUS les autres patients et visiteurs du CHU devront, dès le lundi 2 novembre, aller se garer sur le parking du Country-Hall, à deux kilomètres à vol d’oiseau.

    Toutes les dix minutes

    Sa capacité a été accrue à 850 places et la navette CHUttle, qui relie le parking et l’hôpital en à peine six minutes, a vu sa plage horaire augmenter : elle s’étendra désormais de 6h40 à 20h30. De même, sa fréquence sera aussi plus rapide : un départ toutes les dix minutes. Il est à noter que le parking et la navette serrons entièrement gratuits.

    Quant au parking bientôt en travaux devant le CHU, « il sera divisé en deux zones, reprend Anne-Catherine Geurts, la responsable du dossier au CHU. Près de l’entrée, il y aura un espace exclusivement réservé au PMR qui seront ensuite conduits au CHU par une navette adaptée. Et une autre zone réservée au personnel.

    Un contrôle d’accès strict sera exercé et toute personne qui n’a rien à y faire devra payer 25€ par jour pour en sortir. »

    À noter que ce parking sera tout de même ouvert à tous gratuitement durant les week-ends et les jours fériés vu qu’il y a beaucoup moins d’affluence.

    Par ailleurs, un troisième parking exclusivement réservé au personnel va être construit sur l’actuel parking arrière de l’hôpital. Sur cinq étages, il fera passer sa capacité actuelle de 240 à… 1110 places.

    +261 % d’offres de parking

    Au total, l’ensemble du site du CHU comptera alors, au printemps 2024, 2709 places, soit une augmentation de 261 %.

    Cela fait trente ans que le site est complètement engorgé de voitures en stationnement, 30 ans que ses responsables réclament des liaisons rapides en transport en commun. Même si on peut regretter ce « tout à la voiture », il fallait donc agir.

     

    Article Par Luc Gochel

     

    Source Sudinfo 

     

  • La députée Caroline Cassart a demandé des budgets pour rénover les tronçons existants et déjà dégradés de la liaison Tihange- Condroz

    Lien permanent

    Liaison Tihange-Condroz: pas de budget pour rénover les parties déjà dégradées

    L’interminable saga de la liaison Tihange-Strée-Tinlot s’est à nouveau invitée à l’ordre du jour du Parlement régional… encore une fois sous l’impulsion de la députée-bourgmestre d’Ouffet Caroline Cassart (MR), qui a fait de ce dossier une affaire personnelle.

    Pour rappel, ce dossier, initié en 1981 et encore loin d’être bouclé, se divise en différentes « phases » (à savoir des tronçons routiers).

    Les travaux des « phases 1 et 2 » ont déjà été réalisés… mais la députée s’est rendue sur place et a constaté que ces premiers tronçons « se dégradent fortement ».

    L’élue a alors interpellé le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henri (Écolo), concernant le budget prévu pour la réfection de ces tronçons déjà existants.

    Réfection pas « nécessaire »

    Selon le ministre, les tronçons déjà réalisés ne posent pas réellement problème : « Actuellement, seuls les véhicules de chantier circulent sur du béton et, à part un peu d'herbe qui pousse, aucune dégradation du revêtement n'est signalée par les services de la Direction des routes de Liège. Dès lors, a priori, il n’y a de réfection nécessaire ni budget qui soit prévu à cet égard ».

     

    Des propos qui n’ont pas plu à l’Ouffetoise !

    « Monsieur le Ministre, je pense que je vais, un jour, vous inviter à venir visiter cette liaison qui, à mon avis, ne vous est pas complétement connue. Je comprends, ce n’est pas votre région…

    Si vous vous baladez sur cette liaison, vous vous rendez rapidement compte qu’elle se dégrade, qu’il y a un problème de sécurité pour les futurs automobilistes, parce que vous avez des éboulements sur le long de la route, et qu’il serait, bien évidemment, grand temps de trouver des solutions par rapport à ce problème », a répliqué Caroline Cassart.

    Article de par Par Ro.Ma.

     

    Source Sudinfo 

  • C’est le moment de faire monter les pneus hiver

    Lien permanent

    Le passage à l’heure d’hiver est le moment idéal pour changer les pneus été en pneus hiver. TRAXIO et Federtyre conseillent de ne pas tarder à prendre rendez-vous et de ne pas attendre les premières gelées ou chutes de neige : les pneus été perdent de leur efficacité dès que la température est inférieure à 7ºC.
     
    Combiné à une conduite adaptée, faire monter à temps des pneus hiver est donc synonyme d’un gain significatif en termes de sécurité routière.
     
     
    « En Belgique, les pneus hiver ne sont pas obligatoires mais conseillés car ils sont composés d’un mélange de gomme spécifique qui assure une bonne adhérence sur revêtement froid et ils présentent un profil adapté et sont dotés de lamelles supplémentaires parfait lorsque les conditions sont hivernales », explique Filip Rylant, porte-parole de TRAXIO.
     

  • Chaque année à l'approche de l'hiver, le GRACQ mène une action "éclairage"

    Lien permanent

    ACTION ÉCLAIRAGE 
     
    Chaque année à l'approche de l'hiver, le GRACQ

    mène une action "éclairage" afin de sensibiliser les cyclistes sur l'importance d'être visible, d'autant plus en cette période où les jours raccourcirent.
     
    Cette année, en collaboration avec l'Agence wallonne pour la Sécurité routière - AWSR et l'asbl Tous à Pied, cette sensibilisation touchait à la fois les personnes se déplaçant À PIED et celles se déplaçant À VÉLO. 
     
    Lors de cette action, Lou, Judith, Michelle, Vanessa et Gabriel ont ainsi distribué devant la gare des Guillemins :
     
     de délicieux chocolats aux personnes équipées 
     
     un kit de lampes aux personnes non équipées 
     
    On ne répétera jamais assez l'importance d'être visible à vélo !
     
    Et si vous souhaitez vous rafraîchir la mémoire quant au matériel obligatoire, c'est par ici :
     
     
    BONNE ROUTE !
     

  • Cette année, la Région wallonne a financé l’installation de 69 radars sur son territoire, voici la localisation

    Lien permanent

    Voici la localisation des 154 radars qui seront installés en 2020

    Au 31 décembre 2018, la Wallonie comptait 215 radars. D’ici la fin de l’année, il y en aura 67 de plus, selon le décompte fourni par la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue (MR). Mouscron, Thuin, Celles, Bastogne, Wavre, La Louvière, Namur, Dinant ou encore Neupré : ces engins ont fleuri un peu partout (retrouvez leur localisation exacte sur nos sites web) au cours des derniers mois.

    Le rythme d’implantation sera nettement plus soutenu en 2020. «Selon les conditions météorologiques et les contraintes liées aux travaux, on devrait installer une dizaine de radars chaque mois», indique la ministre Valérie De Bue.

     

     

    En tout, 154 sites seront équipés en 2020.

    Le Hainaut se taille la part du lion avec 68 nouveaux radars, suivi par la province de Namur (30), le Luxembourg (28), Liège (28) et le Brabant wallon (10). Les grandes agglomérations, comme La Louvière, Mons, Namur ou Liège, seront fournies. Mais le gros du contingent sera attribué aux petites localités, y compris très rurales. Il s’agit ici des travaux déjà programmés dans le temps. Au moins un site devrait se rajouter à la liste établie. Des études sont en cours pour contrôler la RN25 avec un second radar tronçon. Un premier dans le sens Nivelles-Genappe est en cours d’installation et flashera d’ici la nuit de la Saint-Sylvestre. Le prochain prendra ses quartiers dans le sens Trois Burettes-Beaurieu.

    Article de Par Yannick Hallet

     

    Source 

    Lire la suite

  • Afin d’augmenter la visibilité des usagers dits « faibles » la commune d’Anthisnes distribue gratuitement des bracelets fluorescents

    Lien permanent

    Ce vendredi 23 octobre, la commune d’Anthisnes lance une opération de sensibilisation préventive en lien avec la sécurité des usagers dits « faibles » sur la route. À l’approche de l’hiver, les autorités locales ont décidé d’organiser une distribution de bracelets fluorescents affichant le logo de la commune et le message : « Je reste visible dans le noir ».

     

    Une première phase de distribution est prévue ce vendredi aux arrêts de bus de la commune. Ensuite, les bracelets seront disponibles (gratuitement) au Château de l’Avouerie, dans les écoles de l’entité et à la pharmacie d’Anthisnes.

     

    « Il n’y a pas de lien avec des accidents récents, mais la volonté politique de mener régulièrement des actions visant à promouvoir la sécurité des usagers faibles », indique l’échevin de l’enseignement Toni Pelosato. « On fait régulièrement des infos sécurité routière dans les écoles. Il y en a une d’ores et déjà programmée au printemps avec la zone de police, sur la place communale ».

     

    Augmenter le visibilité matin et soir

    C’est la première fois que la commune d’Anthisnes organise une distribution de bracelets fluorescents. Leur utilité ? Augmenter la visibilité des usagers lorsque la nuit tombe, ou au petit matin.

     

    « Nous avions déjà été attentifs à cette question de la visibilité dans le cadre de l’opération « Je cours pour la forme ». Ici, on a une démarche vers les élèves et étudiants qui prennent le bus aux différents arrêts de la commune, mais aussi envers tous ceux qui vont travailler en transport en commun ».

     

    Pour plus d’informations : 04 383 60 75

    Article  Par P.Tar.

     

    Source Sudinfo