Politique

  • Le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS en 2018

    Lien permanent

    La Commission de contrôle des dépenses électorales vient de publier le montant dépensé par les partis politiques reconnus, pour les élections communales, provinciales et CPAS du 14 octobre dernier.

    Chacun des quatre grands partis était limité à 372.000 € de dépenses. Résultat : tous les partis sont restés sous le maximum autorisé.

    Le plus dépensier a été le cdH avec 302.186,65 € dépensés. Le MR arrive deuxième avec 271.152,22 € dépensés. Le PS arrive 3e avec des dépenses pour 222.763,32 €. Ecolo arrive loin derrière avec 148.569,92 € dépensés pour sa campagne d’octobre.

    Le PTB était, lui, limité à 75.000 €, car il présentait moins de 50 listes dans les différentes communes. Le parti de gauche est resté bien en dessous avec 49.853,46 € réellement dépensés.

    La Commission de contrôle a constaté que ni le président du tribunal de première instance ni aucun électeur ou candidat n’ont formulé de remarques au sujet de ces montants déclarés par les partis.

    Tous les partis tenus de déposer cette déclaration de dépenses (et l’origine des fonds) ont respecté cette obligation dans le délai légal prescrit. La commission n’a pas constaté d’infraction.

    Depuis l’affaire agusta

    On notera que chaque liste et chaque candidat sont aussi limités dans leurs dépenses électorales. Les maxima varient selon le nombre d’électeurs inscrits.

    Un candidat sur Mons par exemple est limité à 4.484,35 € (74.474 € pour une liste), un candidat sur Anderlues n’a droit qu’à 1.250 € (10.391 € pour la liste). Un candidat aux communales à Liège pouvait dépenser jusqu’à 5.982,46 € (98.402,96 € pour une liste).

    D’où vient l’argent des partis ? De leur patrimoine et aussi des dotations qu’ils perçoivent de l’État. Les dotations ont été instaurées après l’affaire Agusta.

    Un candidat reçoit de l’argent de son parti mais doit aussi y aller de sa poche.

    F. DE H.

    Source 

  • «Vivre Nandrin» boycottera le Conseil communal aujourd'hui 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le Conseil communal doit être convoqué par le Collège au moins 7 jours francs avant le jour fixé (ce qui implique que le jour de réception de la convocation et le jour fixé pour la réunion ne sont pas comptés).

    Le groupe d’opposition Vivre Nandrin, formé notamment par deux anciens échevins de la majorité, affirme avoir reçu la convocation hors délai.

    « La majorité d’entre nous, y compris le chef de groupe, l’a réceptionnée le 8 avril alors que le Conseil a lieu le 15.

    Ce n’est pas correct, d’autant qu’on est en période de vacances et que le bourgmestre avait annoncé au Conseil de mars qu’il ne devrait pas y avoir de nouvelle séance avant le 7 mai.

    Certains mandataires ont donc décidé de s’absenter. Si le législateur a laissé 7 jours francs, c’est pour laisser le temps aux conseillers de préparer les points à l’ordre du jour, d’autant que Vivre Nandrin réunit l’ensemble du groupe, pas que les conseillers.

    C’est trop court.

    La majorité n’a même pas pris la peine de téléphoner aux chefs de groupe », fustige Daniel Pollain.

    « Cela rend quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires », ajoute-t-il.

    Le groupe d’opposition réclame donc qu’une nouvelle date de Conseil soit fixée, sous peine de boycotter la séance et de prévenir l’autorité de tutelle.

    « Les points examinés sont susceptibles d’être caducs puisque la convocation est irrégulière », estime-t-il.

    Le chef de groupe aurait aimé discuter de la nouvelle mouture du Règlement d’ordre intérieur du conseil communal qui figure à l’ordre du jour.

    Celle-ci prévoit la suppression du règlement des commissions, « or ce sont des lieux de réflexion et de travail commun », ainsi que la disparition des questions posées par les conseillers communaux au sein du procès-verbal du Conseil, ce que l’opposition estime être un manque de transparence à l’égard du citoyen.

    « Une tempête dans un verre d’eau »

    Les deux autres groupes d’opposition, Tous Ensemble et PNc, seront quant à eux bien présents lundi, ils affirment avoir reçu la convocation par coursier vendredi 5 avril, donc dans les temps. Quant au bourgmestre, il qualifie la sortie de VN de « tempête dans un verre d’eau ».

    « Nous avons dû prévoir un Conseil en urgence car deux points importants se sont ajoutés en dernière minute. En tant qu’ancien échevin, M. Pollain devrait savoir qu’une fois le Conseil convoqué, le Collège n’a plus la main, c’est le Conseil lui-même qui peut fixer une nouvelle date... »

    Pour le ROI, le bourgmestre rétorque qu’aucune commission n’a jamais été mise sur pied à Nandrin et le Conseil est un espace de débat suffisant, et que la non retranscription des questions d’actualité facilite le travail du directeur général.

     

    Par ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Les conseillers de Vivre Nandrin annoncent qu'ils ne siégeront pas au Conseil Communal de lundi 15 avril 2019

    Lien permanent

    Le conseiller communal et chef du groupe Vivre Nandrin, Daniel Pollain fait savoir les raisons qu ils n assisteront pas au conseil communal dans un courrier aux élus, également au blog de Nandrin.

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    Mesdames, Messieurs les membres du Collège Communal,

    Mesdames, Messieurs les Conseillers communaux,

    Monsieur le Directeur général,

     

     

    Vu l’article L1122-13. §1er du Code de la démocratie locale et de la décentralisation ;

    Vu l’article 18 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal ;

     

    L’objectif du législateur, en imposant que la convocation du conseil communal soit réalisée au moins 7 jours francs avant le jour fixé pour la réunion, est à l’évidence de permettre aux conseillers de préparer le conseil communal de manière sérieuse.  Or en l’espèce, la convocation au conseil communal du lundi 15 avril 2019 a été réceptionnée par la majorité de notre groupe (en ce compris le chef de groupe) le lundi 8 avril, et donc sans respecter les prescrits susvisés.  Ce manquement, rendant la convocation irrégulière, est d’autant plus important qu’il opère en période de vacances et qu’il avait été annoncé par le bourgmestre lors du conseil de mars, qu’il ne devrait pas y avoir de conseil communal avant le 7 mai. De cette manière, les mandataires pouvaient le cas échéant décider de s’absenter pendant cette période de vacances de Pâques. 

     

    Notre groupe est en difficulté pour préparer le Conseil communal et regrette qu’un dialogue n’ai pas été suscité par le Collège. Ne relève-t-il pas d’une bonne gouvernance et simplement de la courtoisie, en pareille situation d’échanger avec les chefs de groupe ?  En effet, l’essence même de la bonne gouvernance, « réside dans une dépossession d’un plein pouvoir de décision des mains des personnes chargées de «diriger», pour intégrer leurs décisions dans un processus de négociation et d’association de l’ensemble des acteurs concernés, qu’ils soient acteurs de leur mise en œuvre, qu’ils en soient les destinataires ou qu’ils contribuent à leur financement ».

     

    Vivre Nandrin invite le Collège Communal à convoquer un nouveau Conseil Communal dans les formes et règles en vigueur et dans le cas contraire, le groupe Vivre Nandrin ne sera pas en mesure de participer au Conseil Communal du lundi 15 avril prochain.

     

    Par ailleurs, l’ordre du jour contient des points d’une importance fondamentale comme le règlement d’ordre intérieur du conseil communal, document soumis à tutelle générale d’annulation par ailleurs.

     

    Si un report du conseil n’est pas opéré dans les formes, notre groupe ne manquera pas d’avertir la tutelle sur ce premier manquement, et ce, d’autant plus qu’une brève analyse nous a permis de déceler dans ce document, la volonté de la majorité de travailler sans collaboration avec les autres conseillers, c’est-à-dire en se passant du point de vue de l’ensemble des représentants des citoyens, alors que, faut-il le rappeler notre groupe représente une large partie de la population nandrinoise.

     

    A titre d’exemple, nous évoquerons la suppression radicale du règlement des commissions dont il est question à l'article L1122-34, par. 1er, alinéa 1er, du Code de la démocratie locale et de la décentralisation.  Or ces commissions peuvent être des lieux de riches réflexions grâce à un point de vue élargi et dont le fruit résultant d’un travail commun se rapprocherait à fortiori mieux de l’intérêt général et donc du citoyen.

     

    Un autre exemple, le règlement d’ordre intérieur (qui est élaboré sur la base du modèle offert par l’UVCW) supprime par rapport à ce document exemplatif le fait que le procès-verbal du conseil contienne les questions posées (et leur transcription) par les conseillers communaux, supprimant par-là la possibilité pour chaque conseiller communal, (de la majorité ou de l’opposition) de voir ses interpellations reprises au cœur du procès-verbal, alors que nous vivons un prégnant désaveu de la population à l’égard des politiques, et qu’il devrait en découler que nous, élus, devons davantage travailler en transparence et ensemble pour le bien des citoyens.

     

    Ensuite, le Directeur général invoque « un problème technique » pour justifier le retard dans l’envoi de la convocation par voie électronique.  Vivre Nandrin constate que ce n’est pas la première fois que cet incident se produit.  Afin que pareille situation ne se reproduise plus, nous invitons le Collège communal à rechercher les causes de ces incidents et à proposer éventuellement des solutions alternatives.

     

    A titre complémentaire, Vivre Nandrin remarque que suite à cette irrégularité, il est quasiment impossible à un groupe d’opposition d’introduire un ou plusieurs points complémentaires, conformément à l’article 12 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal de Nandrin ; ce point ou ces points ayant dû être transmis au Bourgmestre "cinq jours francs" avant la date du conseil.

     

    Et pour finir, à l’examen des pièces attachées à l’ordre du jour, le groupe Vivre Nandrin s’étonne de n’avoir reçu le courrier l’invitant à présenter un candidat à l’assemblée générale de Meuse Condroz Hesbaye asbl que ce jeudi 11 avril (courrier daté du 4 avril et cachet de la poste daté du 5 avril).  En outre, nous avons observé que dans les pièces attachées à l’ordre du jour de ce dit Conseil, l’acte de candidature du groupe Bourgmestre+ est signé à la date du lundi 8 avril 2019 alors que la version papier de la convocation de ce conseil communal distribuée à certains conseillers a été reçue le vendredi 5 avril, donc antérieurement à la date de la signature.  Cela relève sans doute d’une erreur matérielle, mais elle suscite néanmoins questionnement.

     

    Cordialement,

     

    Daniel POLLAIN

    Conseiller communal

    Chef du groupe Vivre Nandrin

    1. convoc cc 20190415.pdf

  • Voici tous les candidats des élections 2019 à Huy-Waremme

    Lien permanent

     Tous nos articles sur les élections 2019 dans la région de Huy-Waremme

    Election du parlement wallon (Circonscription de Huy-Waremme)

    ECOLO

    Effectifs

    1 DEMEUSE Rodrigue

    2 BLAVIER Géraldine

    3 VIATOUR Luc

    4 DENYS Isabelle

    Suppléants

    1 BERTRAND Cécile

    2 VOLONT Johan

    3 FANIEL Julie

    4 JAVAUX Jean-Michel

    CDH

    Effectifs

    1 WATHELET Damien

    2 KUNSCH-LARDINOIT Françoise

    3 LISEIN Xavier

    4 BOVY-SIMON Séverine

    Suppléants

    1 CARTILIER Benoit

    2 PAULY-FABRY Marie

    3 WANTEN Jean-François

    4 BINET Marie-Claire

    MR

    Effectifs

    1 CASSART-MAILLEUX Caroline

    2 DOUETTE Manu

    3 SIPLET Morgane

    4 DUBOIS Raphaël

    Suppléants

    1 ROLAND Thomas

    2 KLÉE Nathalie

    3 MORDANT Philippe

    4 LARUELLE-VAN KERREBROECK Caroline

    PARTI POPULAIRE

    Effectifs

    1 BAJOUX Adrien

    2 SCANDEREBERG Mélanie

    3 BARBIAUX Arthur

    4 LEROUX Véronique

    Suppléants

    1 PAYGNARD Claude

    2 BACCICHET Aurélie

    3 HAQUET Dorian

    4 LETROYE Véronique

    DéFI

    Effectifs

    1 VIDAL Grégory

    2 RENARD Myriam

    3 THOMAS Patrick

    4 FOSSION Sarah

    Suppléants

    1 LAURENT Daniel

    2 DIDION Valérie

    3 RORIVE Christophe

    4 MALHERBE Mirianne

    PTB

    Effectifs

    1 TONDEUR Maxime

    2 NOBEN Patricia

    3 DENONVILLE Marc

    4 MENDELS FLANDRE Céline

    Suppléants

    1 GASPARD Sophie

    2 PIRON Gregory

    3 PAQUOT Jessica

    4 GARCIA OTERO Ruben

    LISTES DESTEXHE

    Effectifs

    1 MAERCKAERT Jonathan

    2 VANDENHEEDE Anne

    3 MALEMPRÉE Stéphane

    4 DANG Tuong-Vi

    Suppléants

    1 DEBENS Yve

    2 MENCHIOR Céline

    3 PLAINEVAUX Kevin

    4 JANSKI Diana

    PS

    Effectifs

    1 COLLIGNON Christophe

    2 KIPROSKI Stéphanie

    3 BURTON Vincent

    4 DI NOTTE Virginie

    Suppléants

    1 LOMBA Eric

    2 GUISSE Christelle

    3 LÉONARD Frédéric

    4 LENAERTS Christine

    WALLONIE INSOUMISE

    Effectifs

    1 CROIBIEN Bélinda

    Suppléants

    1 BAUS Patrick

    2 SEGERS Jeanne

    3 HICTER Michel

    4 HAYS Marie-Catherine

    Collectif Citoyen

    Effectifs

    1 AGNELLO Blaise

    2 PIRON Jeannick

    3 JAMSIN Pascal

    4 LUYMOEYEN Annie

    Suppléants

    1 LOBET Emmanuel

    2 LOYENS Clara

    3 LHOEST Luc

    4 HAVELANGE Isabelle

    Mouvement Citoyens Libres

    Effectifs

    1 MASAROTTI Pascal

    2 MELIN Virginie

    3 KOLOVOS Maximilien

    4 JACQUART Vanessa

    Suppléants

    1 DAMOISEAU Tom

    2 BOENS Florence

    3 JACOBS Olivier

    4 HENSGENS Dominique

     

    Election de la Chambre (Circonscription de Liège)

    ECOLO

    Effectifs

    1 SCHLITZ Sarah

    2 COGOLATI Samuel

    3 CHANSON Julie

    4 GEMENNE Rémi

    5 DEMIRCI Funda

    6 MAGNERY Marco

    7 d'ANTUONO Margot

    8 HAMDAOUI Khalid

    9 DE BOCK Stefanie

    10 WARLING Xavier

    11 DEPAS Gisèle

    12 VENDY Etienne

    13 VANDEUREN Marie

    14 DUFRANNE Samuel

    15 SAAL Caroline

    Suppléants

    1 PARENT Nicolas

    2 FRENAY Murielle

    3 KLÜTGENS Michael

    4 GAILLARD Sandrina

    5 CONTENT Matthieu

    6 NEUENSCHWANDER Isabelle

    7 ENGLEBERT Eric

    8 GENTEN Arthur

    9 GERKENS Muriel

    CDH

    Effectifs

    1 MATZ Vanessa

    2 BASTIN Jean-Paul

    3 TABBONE Gianni

    4 OZER Cécile

    5 GROSCH-HENNES Madeleine

    6 MANAD Jâmal

    7 JACQMIN Marie

    8 RION Olivier

    9 BALTACI Céline

    10 GRÉGOIRE Raphaël

    11 TEHEUX Rose

    12 PIRON Jacques

    13 PIRARD Vincianne

    14 ANCION Thierry

    15 DEJON Francis

    Suppléants

    1 JACOB Loïc

    2 SERVAES Christine

    3 BONG Teresa

    4 MATHUES Luc

    5 FORTEMPS Anne-Marie

    6 DIRICK-CALMANT Pascale

    7 SAMRAY André

    8 BASTIN Marie

    9 DRÈZE Benoit

    MR

    Effectifs

    1 BACQUELAINE Daniel

    2 JADIN Kattrin

    3 GOFFIN Philippe

    4 FIRKET Cécile

    5 REYNDERS Nicolas

    6 GUYOT-STEVENS Charlotte

    7 WOOLF Julien

    8 TREVISAN Mélissa

    9 DUBOIS Philippe

    10 SAFIA Karima

    11 BLAISE André

    12 DUBOIS Marion

    13 MARAITE Louis

    14 de LAMINNE de BEX Françoise

    15 FIRQUET Katty

    Suppléants

    1 BIHET Mathieu

    2 DOCK Magali

    3 GRIGNARD Michel

    4 DODRIMONT Anna

    5 PONTHIER Joseph

    6 LALOUX-RUELLE Annick

    7 MEURENS Jean-Claude

    8 IKER Laura

    9 FORET Gilles

    PARTI POPULAIRE

    Effectifs

    1 CARCACI Aldo

    2 SNYDERS Sabine

    3 SAIL Michel

    4 COPPENS Pascal

    5 GULLO Concetta

    6 MOMBEEK Mike

    7 DUBRU Marielle

    8 DECABOOTER Jean-Luc

    9 BIRYUKOVA-RYJKO Natalya

    10 MARCHI Daniel

    11 JOIE Michelle

    12 KLOPP Josiane

    13 SALERNO Assunta

    14 SIMONIS Pierre-Jean

    15 REYNDERS Serge

    Suppléants

    1 CHANTRAINE Jérôme

    2 WILMOTS Vanessa

    3 ZEIMES Bernard

    4 LIAGRE Christel

    5 SCHOUMAKER Joseph

    6 BRIVITELLO Anne-Marie

    7 MARECHAL Yves

    8 GODTBIL Sandy

    9 MOREAU Charles

    VLAAMS BELANG

    Effectifs

    1 VAN NIEUWENHUYSEN Luk

    Suppléants

    1 HAMERS Theodore

    2 BUYL Jeannine

    3 VAN NOTEN Gerard

    4 LANCKMANS Hilda

    5 PEETROONS Pierre

    6 VEREYDEN Yvette

    DéFI

    Effectifs

    1 DUQUESNE Renaud

    2 LECLERCQ Julie

    3 PAHAUT Jean-Marc

    4 BAUWIN Valérie

    5 DETHIER Christophe

    6 PIROTTON Corine

    7 MEYERS Aubry

    8 RONCHETTI Sophie

    9 FAVERO Alexandre

    10 MOCKELS Anne

    11 PITON Yohan

    12 HENRIOULLE Claire

    13 NDUWAYEZU Kenny

    14 MARCELLI Dominique

    15 HENEN Michael

    Suppléants

    1 DISTER Diane

    2 MOERMANS Laurent

    3 DUPONT Aurélie

    4 ETIENNE Stacy

    5 CORMAN Sylvie

    6 SOTREZ Philippe

    7 LOUIS Marie-Ange

    8 VANHÉE Dimitri

    9 SOULLIAERT Joëlle

    PTB

    Effectifs

    1 HEDEBOUW Raoul

    2 MOSCUFO Nadia

    3 COLEBUNDERS Gaby

    4 LACOMBLE Catherine

    5 RASSAA Rafik

    6 COSTI Laura

    7 GOMEZ GARCIA Antonio

    8 COTRENA COTRENA Andrea

    9 NIYONZIMA Fidèle

    10 LOTTIN Norine

    11 JORIS Luc

    12 DE BOIS Isabelle

    13 ÉTIENNE Pierre dit Pavé

    14 DI RUTIGLIANO Giovanni

    15 TUNA Léa

    Suppléants

    1 ROBERT Damien

    2 SCHEEN Marie-Christine

    3 HANNOTTE Julien

    4 MERCENIER Anne

    5 DELREZ Marc

    6 JOLIS Marie-Ange

    7 GÉRÔME Geoffrey

    8 PATTI Maria

    9 HEUCHAMPS Valérie

    LISTES DESTEXHE

    Effectifs

    1 DI MARIA Stéphane

    2 MAUCOURANT Loraine

    3 NEYRINCK Georges

    4 MASANGI Sophie

    5 HORNE Guillaume

    6 GERMAY Caroline

    7 KAMPS Edouard

    8 FRAITURE Catherine

    9 ROUSSEAU Patrice

    10 O'CONNOR Christel

    11 JUEN Arnaud

    12 CHAQUEUE Monique

    13 MOMONT Sylviane

    14 LONCIN Pascale

    15 LAMBERT Philippe

    Suppléants

    1 PETERMANN Simon

    2 LOUON Laetitia

    3 VILLE Benjamin

    4 MUZZILLO Vanessa

    5 VANHOYWEGHEN Julien

    6 REMY Elise

    7 MWALABA Damien

    8 YIGITOGLU Ümmü-Gülsüm

    9 THEUNIS Rudy

    PS

    Effectifs

    1 DAERDEN Frédéric

    2 FERNANDEZ FERNANDEZ Julie

    3 LACROIX Christophe

    4 CRAPANZANO Laura

    5 HAPPART Grégory

    6 COLOMBINI Deborah

    7 PHILIPPIN Grégory

    8 FAGNANT Carine

    9 MOINY Samuel

    10 OMARI MWAYUMA Marie-Jeanne

    11 EL MEKEDDEM Ali

    12 RENSON Carine

    13 OSSEMANN Alfred

    14 CELIK Duygu

    15 GOBLET Marc

    Suppléants

    1 BEN ACHOUR Malik

    2 THÉMONT Sophie

    3 RIGOT Hervé

    4 BONAVENTURE Chanelle

    5 BOLLAND Marc

    6 KAYE Aurélie

    7 YAHYAOUI Yahya

    8 GILMAN Delphine

    9 MEGIDO BERNARDO Monique

    DIERANIMAL

    Effectifs

    1 DERZELLE Fabrice

    2 MARÉCHAL Valérie

    3 DE BRUYN Laurence

    Suppléants

    1 WARZÉE Vincent

    2 GROLMAN Vanessa

    3 PONCIN Christian

    4 PHILIPPART Marine

    5 LAUKES Alex

    6 CHEVALIER Claudine

    LA DROITE

    Effectifs

    1 LETOCART Sébastien

    2 DELHEZ Nadine

    3 MANDIAU Alain

    4 DERIVE Dominique

    5 ENGELEN Quentin

    6 DEGEEST Evelyne

    7 SERAFINI Jordan

    8 BURTON Roxanne

    9 KROONEN Kenton

    10 CYPERS Manon

    11 ALVAREZ ALVAREZ Cédric

    12 DENGIS Josiane

    13 LOSLEVER Renaud

    14 COLLARD BOVY Marine

    15 COENEN Benjamin

    Suppléants

    1 ALVAREZ ALVAREZ Sylvie

    2 HOSLET Jean-Pierre

    3 MERCIER Marianne

    4 LETOCART René

    5 FASSIN Anaïs

    6 PYR Joey

    7 LOWARD Cassandra

    8 DARDENNE Allan

    9 FLENER Mégane

    LES BELGES D'ABORD

    Effectifs

    1 LEMMENS Juan

    2 COOMANS Véronique

    3 MARTEAU Pascal

    4 AIMÉ Patricia

    Suppléants

    1 DELCOUCQ Xavier

    2 DETRAUX Joëlle

    3 WAUTERS Jean-Paul

    4 GEHENOT Lise

    5 GEHENOT Thierry

    6 KEYDENERS Céline

    NATION

    Effectifs

    1 DUMALIN Sarah

    2 VARLET Jean-Claude

    Suppléants

    1 DUPONT Corinne

    2 JAMOTTE Steve

    3 COUNE Corinne

    4 CHOLEWA Christian

    5 GILS Micheline

    6 LECARME David

    WALLONIE INSOUMISE

    Effectifs

    1 BRONCKART Guy

    2 BIESMANS Juliette

    3 DEMEUSE Serge

    Suppléants

    1 PAUWELS Dirk

    2 CLOES Nadine

    3 GRÉGOIRE José

    4 LIBIOUL Claire

    5 FRANCHIOLY Jean-Luc

    6 SANTKIN Annick

    COLLECTIF CITOYEN

    Effectifs

    1 CARLENS Olivier

    2 STAS Elodie

    3 KRAJA Ditjon

    4 BURETTE Nicole

    5 GONET Florian

    6 PÉTRÉ Nathalie

    7 MERCIER Philippe

    8 MASILLON Anaïs

    Suppléants

    1 CLOES Alexis

    2 MAESEN Murielle

    3 DELVAUX Pierre-Yves

    4 CARLENS Marie

    5 HICQUET Jimmy

    6 MARCHAND Jessie

     

    Election du Parlement européen (Circonscription électorale wallonne)

    ECOLO

    Effectifs

    1 LAMBERTS Philippe

    2 BRICMONT Saskia

    3 DE SCHUTTER Olivier

    4 HAMZA Malika

    5 LAMBERT Arthur

    6 BOLLENDORFF Esther

    7 GAUDRON Romain

    8 LEPCZYNSKI Stéphanie

    Suppléants

    1 DEWANDRE Nicole

    2 PERRIN Dominique

    3 TORRES Cécilia

    4 DE BRABANDERE Luc

    5 HUYTEBROECK Evelyne

    6 DUPRIEZ Patrick

    CDH

    Effectifs

    1 LUTGEN Benoît

    2 AUBERT-VERHELLE Brigitte

    3 LAARISSI Mounir

    4 KALUBI Andréa

    5 SÉNÉPART Isabelle

    6 MENCACCINI Franco

    7 BOSLY-VANHALEWYN Ghislaine

    8 BLANPAIN François-Xavier

    Suppléants

    1 DU MONCEAU Cédric

    2 MOUCHERON Savine

    3 ERLER Pierre

    4 SCHUMACHER Juliette

    5 LANGENDRIES Raymond

    6 SIMONET Marie-Dominique

    MR

    Effectifs

    1 CHASTEL Olivier

    2 RIES Frederique

    3 BARNIER Nicolas

    4 GONAY Christine

    5 COLLARD Denis

    6 HIDALGO Laura

    7 DEGEY Maxime

    8 DEBORSU Charlotte

    Suppléants

    1 GLATIGNY Valérie

    2 DISTER Christophe

    3 FLAHAUX Jean-Jacques

    4 DESILLE Géraldine

    5 JADOT Jean-Claude

    6 BERTIEAUX Françoise

    PARTI POPULAIRE

    Effectifs

    1 DEHAENE - MODRIKAMEN Yasmine

    2 AGOSTINI Claude

    3 GIUELE Catena

    4 COLE Francis

    5 ZALENSKA Joanna

    6 ALBERT Edmond

    7 BOMBAERTS Anne-Marie

    8 MADDALONI Ciro

    Suppléants

    1 VANDEPONSEELE Carlos

    2 MILLAN DE SILVA Virginia

    3 CANTINEAU Yves

    4 MALILLOS CARRERA Maria

    5 CHAO FERNANDES Modesto

    6 COLLETTE Jeannine

    DéFI

    Effectifs

    1 CASSART Benoît

    2 PERSOONS Caroline

    3 JAVAUX Jean-Claude

    4 LEDERMAN-BUCQUET Véronique

    5 CARTUYVELS Paul

    6 PETI Yaëlle

    7 NIKOLOVA Margarita

    8 MAINGAIN Olivier

    Suppléants

    1 AMEDEO Michele

    2 ESTEVES de SOUSA Marie

    3 T'SAS Christophe

    4 MASSON Florence

    5 CUCURACHI Enio

    6 PAYFA Martine

    PTB

    Effectifs

    1 BOTENGA Marc

    2 LECRON Sophie

    3 BOISDEQUIN Michel

    4 JACQUET Farah

    5 MICHAUX MAIMONE Danaé

    6 SALHI Mehdi

    7 MESSAOUDI Yasmina

    8 PESTIEAU David

    Suppléants

    1 VERBAUWHEDE Michaël

    2 TERRANOVA Rosa

    3 CAVYN Jean-Philippe

    4 MUÑOZ GOMEZ Elisa

    5 FORGET Monique

    6 CASILLAS Y GOMEZ Luis

    PS

    Effectifs

    1 MAGNETTE Paul

    2 ARENA Maria

    3 BOUSETTA Hassan

    4 MAXENCE Coline

    5 ZRIHEN Olga

    6 GJANAJ Amet

    7 MATHIEU Christelle

    8 BRICQ Jérémy

    Suppléants

    1 TARABELLA Marc

    2 ANCIAUX Laurence

    3 HARDY Pierre

    4 LUONGO Cassandra

    5 NIYONZIMA Haridi

    6 CETIN Nermin

    ► Tous nos articles sur les élections 2019 dans la région de Huy-Waremme

     

  • Un Nandrinois sur les listes du «Collectif Citoyen» aux élections du 26 mai 2019

    Lien permanent

    Lors des scrutins électoraux du 26 mai prochain, vous pourrez voter pour une nouvelle liste, en Wallonie et à Bruxelles, tant pour les élections régionales que pour les élections fédérales, la liste «Collectif citoyen».

    «C’est le premier mouvement politique de ce type dans le paysage belge. Aucun mouvement n’a débuté comme le nôtre qui rassemble une centaine de candidates et candidats en Wallonie avant de déposer des listes pour les élections régionales et fédérales. Pari tenu. Nous sommes présents partout en Wallonie et à Bruxelles», indique Olivier Carlens, 29 ans, de Lamine (Remicourt), porte-parole du «Collectif citoyen» et tête de liste à Liège pour le fédéral.

    «Ce collectif est né d’une synergie des listes citoyennes locales. La préparation a débuté en novembre et notre assemblée générale constitutive s’est tenue le 20 janvier. Nous avons obtenu plus de signatures qu’il n’en fallait pour chaque niveau de pouvoir et nous avons plus de 70 élus locaux mais aucun parlementaire. Nous ne sommes qu’au début de la participation citoyenne. Et il y a déjà des échanges entre mouvements citoyens de plusieurs pays européens. Nous sommes à un tournant politique et on est écœuré de voir l’attitude des partis traditionnels à l’égard des mouvements citoyens. Nous voulons une meilleure gouvernance avec deux mandats maximum», précise le sexagénaire sprimontois Michel Beaufays, un des fondateurs du mouvement, qui a décidé de ne pas se présenter sur les listes.

    citoyens de tous horizons

    «Le «Collectif citoyen» a pour particularité d’être composé de femmes et d’hommes de tous les horizons (ouvriers, employés, indépendants, médecins, enseignants, retraités, demandeurs d’emploi, ...) en prise avec la réalité et fondamentalement désireux de transformer profondément la méthode ainsi que le projet politique», ajoute Olivier Carlens qui dévoilera le programme plus tard.

    «Il n’y a pas de figure politique en tête de liste, c’est l’une des volontés de notre collectif. Nous voulons mettre en avant des candidats qui ne sont pas des professionnels de la politique et à long terme, nous voulons déprofessionnaliser les politiciens. Nous avons des candidats qui vont se présenter pour la première fois à un scrutin» .

    Blaise Agnello (conseiller communal CIM à Anthisnes) sera tête de liste à la Région pour l’arrondissement de Huy-Waremme: « La particularité de notre arrondissement est que sur les 31 communes, il y en a 12 où il y a des listes citoyennes. L’expertise des conseillers communaux doit être au service des citoyens. On en a marre du système politique actuel. Il faut un vrai discours avec des mesures concrètes. On veut agir avec notre cœur ». Annie Luymoeyen, ex-bourgmestre de Clavier, sera quatrième effective. 

    L’objectif de ce collectif est d’obtenir un élu. « On espère obtenir 5% des voix pour ensuite décrocher une dotation publique », conclut Olivier Carlens.

    MARC GÉRARDY

    Olivier Carlens de Lamine, tête de liste fédérale

     

    A la Région : 1. Blaise Agnello (Anthisnes),

    2. Jeannick Piron (Villers-le-Bouillet),

    3. Pascal Jamsin (Ombret, conseiller communal AmayPlus),

    4. Annie Luymoeyen (Clavier).

    1er suppléant: Manu Lobet (Ouffet),

    2. Clara Loyens (Huy),

    3. Luc Lhoest (Pousset),

    4. Isabelle Havelange (Vyle-Tharoul).

    A la Chambre: 1. Olivier Carlens (Lamine),

    2. Elodie Stas (Lavoir),

    3. Dijon Kraja (Huy),

    4. Nicole Burette (Burdinne),

    5. Florian Gonet (Grâce-Hollogne),

    6. Nathalie Petre (Marchin),

    7. Philippe Mercier (Nandrin),

    8. Anaïs Masillon (Amay).

    Article de MARC GÉRARDY

    Source

    cc blog.JPG

  • Les candidats de Huy-Waremme sur la liste Destexhe

    Lien permanent

    Établir une liste complète de candidats aux élections à partir de rien, en à peine 25 jours, c’est la gageure qu’a réussie Alain Destexhe. Il faut dire qu’il est Liégeois d’origine. « Je suis né à Rocourt il y a 60 ans, j’ai été à l’école à la Vieille Montagne, puis à Liège 1, avant la médecine à l’Uliège. Et mes mère, frère et sœur y vivent toujours. »

    Ça aide évidemment.

    À la Chambre, la première place a été confiée à un Verviétois, Stéphane Di Maria (44 ans), chef d’entreprise et ancien président des jeunes MR de Verviers. Pour lui, « il faut d’abord défendre et aider les classes moyennes, car ce sont elles qui créent la richesse d’un pays. »

    Il sera suivi de Loraine Maucourant (34 ans) de Saive, une indépendante dans le secteur Horeca.

    À la Région, dans l’arrondissement de Liège, la première place a été confiée à André-Pierre Puget (51 ans), actuel député wallon indépendant, depuis qu’il a quitté le Parti Populaire. Pour lui aussi, « c’est en s’appuyant sur les classes moyennes, sur les indépendants et les PME qu’on arrivera à redresser la région liégeoise. Avec eux, on peut créer de la richesse plutôt qu’entretenir la pauvreté comme c’est le cas depuis toujours avec le PS. »

    Dans l’arrondissement de Verviers, on trouve Jean-Pierre Larose à la première place. « Verviers était une ville riche et est aujourd’hui c’est une zone sinistrée, lance-t-il. Il faut relancer son commerce et y gérer beaucoup mieux tous les problèmes sociaux et d’intégration. »

    Dans l’arrondissement de Huy-Waremme, c’est aussi un ancien président des jeunes MR qui est la tête de liste. « Je ne me retrouvais plus trop en tant qu’indépendant dans le programme du MR. Je trouve qu’il a vraiment raté ce virage », explique Jonathan Marckaert (35 ans, de Geer).

    On aurait également dû retrouver un autre Liégeois bien connu sur cette liste : le chanteur Alec Mansion, un ancien voisin d’Alain Destexhe à Cointe. Mais ce dernier a subi des pressions « sournoises » pour se retirer.

    La liste Destexhe se situe au centre-droit, « vu que le MR se trouve désormais à gauche » (sic),. Elle est composée à 80 % de citoyens qui ne se sont jamais retrouvés sur une liste électorale. Avec l’ambition d’élire au moins un député fédéral et un régional ici à Liège.

    LUC GOCHEL

    Les candidats à la Région

     

    Dont J. Maerckaert, ex-président des Jeunes MR Hesbaye. - C.F.

    Les candidats effectifs:

    1. Jonathan Maerckaert

    2. Anne Vandenheede

    3. Stéphane Malemprée

    4. Aurélie Dang Vu

    Les candidats suppléants:

    1. Yve Debens

    2. Céline Menchior

    3. Kevin Plainevaux

    4. Diana Janski.

    Les candidats à la Chambre

     

     

    Les candidats effectifs:

    1. Stéphane Di Maria

    2. Loraine Marcourant

    3. Georges Neyrinck

    4. Sophie Masangi

    5. Guillaume Horne

    6. Caroline Germay

    7. Edouard Kamp

    8. Catherine Fraiture

    9. Patrice Rousseau

    10. Christel O’Connor

    11. Arnaud Juen

    12. Monique Chaqueue

    13. Sylviane Momont

    14. Pascale Loncin

    15. Philippe Lambert

    Les candidats suppléants:

    1. Simon Petermann

    2. Laeticia Louon

    3. Benjamin Ville

    4. Vanessa Muzzillo

    5. Julien Vanhoywegen

    6. Elise Remy

    7. Damien M’Walaba

    8. Ummü Gülsüm Yigitoglu

    9. Rudy Theunis

     

     Article par LUC GOCHEL
     

    B9719148005Z.1_20190404182216_000+GR5DAUT8G.1-0.jpg

     
  • Place aux jeunes et au renouveau Ecolo veut ramener trois députés à Huy-Waremme

    Lien permanent

    Ecolo Huy-Waremme a présenté sa liste pour les élections régionales à Ochain avec son slogan: la Wallonie au coeur du changement.

    « Une liste équilibrée avec des jeunes aux manettes, un duo de tête de moins de 35 ans. Et parmi les huit candidats, il y a sept nouvelles têtes devant Jean-Michel Javaux, dernier suppléant, bourgmestre d’Amay et premier député régional Ecolo élu de l’arrondissement en 1999 à 31 ans. Avec un ancrage local fort », précise Rodrigue Demeuse, tête de liste, 26 ans, avocat, qui, s’il est élu, sera le plus jeune député régional Ecolo.

    Première priorité : une transition énergétique créatrice d’emplois. « Nous proposons l’isolation de 100% des logements qui permettrait de créer des milliers d’emplois locaux avec aussi une diminution de la TVA de 21 à 6% sur tous les investissements économiseurs d’énergie ; plus de 50 % d’énergie renouvelable en 2030 et la création d’une diversité de logements publics via un soutien aux agences immobilières sociales », détaille Jean-Michel Javaux.

    Deuxième priorité: une agriculture durable et locale au service d’une alimentation saine et de qualité. « Généralisons les repas locaux et bios dans les cantines et hôpitaux comme l’asbl Devenirs (Marchin). Et une TVA à 0% pour tout produit non transformé, certifié bio », annonce Luc Viatour, président du CPAS de Héron.

    Troisième priorité : des soins de santé accessibles à tous. « Favorisons le maintien des aînés à domicile et le développement de maisons médicales vu la pénurie de médecins », indique Johan Volont.

    Quatrième priorité: une mobilité efficace et sûre. « Investissons 7 milliards dans les transports en commun », dit Géraldine Blavier.

    Cinquième priorité: un enseignement innovant. « Ocquier est le siège de l’Alter-Ecole » en secondaire, au rythme des élèves », précise Julie Faniel.

    L’objectif d’Ecolo Huy-Waremme est de ramener trois députés, deux à la Région et un au fédéral sur les trois députés espérés.

     

    PAR MARC GÉRARDY

     

    Source

    ecolo.JPG

  • Le parti le plus fort dans chaque commune de Huy-Waremme

    Lien permanent

    L’apparentement, permet notamment, même si l’élu n’est pas officiellement affilié à un parti, de siéger dans les intercommunales. Il permet aussi de connaître la véritable filiation des élus. Car lors de la campagne des communales, où les listes citoyennes avaient particulièrement le vent en poupe, il était parfois difficile de le savoir. Ainsi à Waremme, la liste Walter revendiquait sa neutralité, mais lors de la déclaration d’apparentement, Lionel Henrion s’est affilié à Ecolo, tandis que Thierry Bataille a opté pour le cdH.

    Nous avons obtenu les différentes déclarations d’apparentement des élus des 31 communes de l’arrondissement. Avec 148 conseillers, le MR est devant le PS. Une situation qui n’étonne pas Luc Gustin, le président de la fédération des Bleus : « Depuis 2012, nous sommes en progression sur l’arrondissement. Le MR est présent dans une vingtaine de majorités et nous avons 16 bourgmestres. Nous espérons maintenir ce bon score lors des prochaines élections. » 

    Si nous n’avons pas réussi à obtenir de réaction de Marc Foccroulle, le président du PS de Huy-Waremme, Benoît Cartiller qui préside le cdH régional est de son côté très satisfait de sa troisième position avec 56 élus : « Le scrutin de 2012 n’était pas facile avec plusieurs départs à Huy (George) et Wanze (Bataille), mais nous restons la 3e force de la région. Nous progressons même à Braives, Hannut ou Clavier. »

    Le challenge du cdH

    Particularité cependant, en octobre dernier, le cdH ne s’est présenté dans aucune commune sous son sigle propre. Il s’agissait en grande majorité de liste « citoyenne ». « C’était une volonté de notre président » commente Benoît Cartiller. Conséquence, les électeurs ne savaient peut-être pas qu’ils votaient pour des élus cdH… « C’est vrai, admet le président, et c’est notre challenge pour les élections à venir. Il faut que les électeurs fassent le lien entre les mandataires qui les ont convaincus et la marque cdH. » Chez Ecolo par contre, la majorité des candidats affichaient clairement leur couleur.

    Et Rodrigue Demeuse, le co-président, est très heureux de la représentation des Verts sur Huy-Waremme (52) en croissance par rapport à 2012 (42). « 52 représentants, c’est historique pour nous ! D’autant qu’on ne présentait pas de listes dans toutes les communes de l’arrondissement. »

    B9719123655Z.1_20190402221340_000+GN4DAFHH2.1-0.jpg

    Les chiffres

    499

    Les élus de Huy-Waremme

    148

    Les élus apparentés au MR

    131

    Les élus apparentés au PS

    56

    Les élus apparentés au cdH

    52

    Les élus apparentés à Ecolo

    100

    Les élus non-apparentés.

    À Verlaine, aucun des élus n’est apparenté!

     

    La commune de Verlaine cumule décidément les particularités. Tous les élus figurent sur la même liste (ICV), il n’y a pas d’opposition et… aucun des 15 élus n’est affilié à un parti. « Ce n’est pas nouveau, sourit le bourgmestre Hubert Jonet, cela fait 24 ans que je suis bourgmestre et sur une liste IC nous ne nous sommes jamais apparentés. Je ne cherche pas à savoir de quelle couleur sont mes colistiers, même si nous avons tous nos convictions. C’est une question de respect vis-à-vis des autres candidats. Nous faisons de la politique pour les citoyens et pour le bien de la commune. » Même s’il ne s’est jamais apparenté, Hubert Jonet n’a jamais caché sa sympathie pour le MR « Le parti tente parfois de me convaincre de m’apparenter, mais ils connaissent aussi ma position. Je suis un bourgmestre qui ne fait pas de politique. Je m’entends bien avec tout le monde. » L’absence d’apparentement empêche cependant les élus verlainois d’être représentés dans les intercommunales… « Ah ça, je ne le regrette pas, rigole Hubert Jonet. Quand on voit ce qui s’y passe… »

    Modave: 6 élus apparentés... à une liste citoyenne!

    Particularité à Modave, sur les 8 élus de la majorité, 6 ont choisi d’afficher leur appartenance à... la liste citoyenne OSE sur laquelle ils ont été élus. C’est rare. A Huy-Waremme, excepté à Anthisnes où un élu a fait de même, ils sont les seuls. En général, les élus qui ne se revendiquent d’aucun parti cochent la case « non apparenté ». « Nous ne voulions pas paraître comme un électron libre mais au contraire être identifiés comme faisant partie d’un groupe citoyen », justifie le 1er échevin Bruno Dal Molin qui espère faire tâche d’huile.

    Chez OSE, seuls Eric Thomas (MR) et Jeanne Defays (cdH) sont apparentés à un parti.

    Article par M-CL.G.

    Source 

     
     
     
  • Conférence débat le 4 avril sur Une démocratie participative dans nos communes : Utopie ou réalité ?

    Lien permanent

    Conférence débat le 4 avril sur Une démocratie participative dans nos communes : Utopie ou réalité ?

    53379793_516194755572166_690540740157112320_n.jpg

  • les listes DéFI pour les élections régionales H-W ont été dévoilées

    Lien permanent

    Conseiller communal de la ville de Huy depuis 2012 et membre du parti depuis 2 ans, Grégory Vidal prône une politique de la vérité et de l’honnêteté : « Le but est de promouvoir une éthique irréprochable, à l’opposé des frasques des autres partis politiques. J’ai envie de croire que la bonne politique existe, avec des vraies valeurs. Nous n’avons pas les mêmes moyens mais on y croit ». La tête de liste est secondée par Myriam Renard, le deuxième conseiller communal DéFI à Huy Patrick Thomas, et de Sarah Fossion.

    Côté suppléants, Daniel Laurent, Valérie Didion, Christophe Rorive et Mirianne Malherbe soutiendront la liste. Excepté le premier cité, les candidats proviennent tous de Huy.

    Objectif : 1 siège en région liégeoise

    Dans la continuité des élections communales, les candidats continuent leur travail de sape dans la population hutoise : « Une partie des citoyens ne nous connaît pas encore. C’est donc l’occasion de développer le maillage se faire encore plus connaître ». Pour se faire, les membres du parti ont fait le choix d’aller à la rencontre de la population. Pour rappel, DéFI n’a pas encore d’élu au Parlement wallon.

    La ville de Huy est un lieu symbolique pour le parti : « Notre première section locale en Wallonie, c’était Huy en 2009. 10 ans plus tard, nous en avons parcouru du chemin », s’est félicité Jonathan Martin, président wallon de DéFI et présent aujourd’hui dans la Cité mosane. Aux dernières élections, le parti a notamment vu ses 75 premiers élus aux dernières élections communales en Wallonie, avec 8 échevins. Pour ces élections, Grégory Vidal ambitionne 1 siège de député en région liégeoise, peu importe la circonscription. Il mise sur une cohésion et la volonté de travailler ensemble, dans l’intérêt des citoyens. Au fédéral, le parti mise sur 2 sièges. Renaud Dusquene sera à la tête d’une liste, avec 5 candidats de la région Huy-Waremme.

    Les priorités de la campagne de DéFI sont : la justice, la sécurité, la mobilité, l’environnement, le patrimoine. Autre point primordial pour DéFI : la transparence politique : « J’appelle les deux autres têtes de liste du PS et Ecolo. Je ne comprendrais pas qu’il refuse de mettre cela en avant. Pour l’environnement, nous pourrions avancer la disparition du plastique usage unique, au niveau des organisations d’événements. Nous pourrions faire de Huy, une ville responsable et envoyer un message général à la Wallonie », soutient la tête de liste.

    Par MAXIME GILLES

     

    Source 

  • Présentation ce samedi de la liste complète du cdH de l’arrondissement de Huy-Waremme

    Lien permanent

    « Damien Wathelet, tête de liste, est toujours de bonne humeur, bienveillant et enthousiaste avec un côté extrêmement positif. J’ai fait campagne avec lui sur la même liste en 2014. Merci aussi à Benoît Cartilier, président d’arrondissement et humaniste authentique. J’ai choisi comme directeur de campagne le Hannutois Christian Radermeker et une partie de ma famille vit à Antheit. C’est dire si je suis attachée à cet arrondissement de Huy-Waremme », indique Vanessa Matz.

    Une présentation de liste en présence aussi de Marie-Dominique Simonet qui a dévoilé qu’elle serait dernière suppléante sur la liste pour les élections européennes. « J’ai accepté la demande de Maxime Prévot, président du parti. Pour moi, faire de la politique, cela sert à tout, même si je figure à la dernière place », a-t-elle insisté.

    Le cdH de Huy-Waremme espère un 1er député régional

    Une liste régionale emmenée, comme annoncé, par Damien Wathelet, 1er échevin à Clavier, la surprise du chapeau de Maxime Prévot. « L’objectif est de consolider les résultats obtenus il y a cinq ans et d’enfin décrocher un poste de député régional de notre arrondissement », annonce Damien Wathelet.

    Françoise Kunsch-Lardinnois, échevine à Huy, sera deuxième sur la liste. « Il faut partir de la base et des aspirations des citoyens », a-t-elle rappelé.

    Xavier Lisein, 1er échevin à Braives, sera troisième sur la liste. « Je suis inquiet face au populisme et aux extrêmes. La vérité est au centre », assure-t-il.

    Séverine Bovy-Simony, institutrice primaire, de Wanze, sera quatrième sur la liste et mettra en avant l’enseignement.

    Les suppléants

    Le premier suppléant, comme déjà annoncé, est Benoît Cartilier, conseiller communal à Hannut, qui se félicite de cette liste « équilibrée » et qui a rappelé que le bien-être animal n’était pas un gadget électoral avant d’aller visiter « Animal sans toi…t », voisin de la salle où a eu lieu la présentation de la liste.

    Marie Pauly-Fabry, de Tinlot, deuxième suppléante, découvre la politique en tant que citoyenne. « Je mettrai en avant l’agriculture et l’enseignement, notamment l’amélioration des activités de sensibilisation des élèves du secondaire à leur futur métier ».

    Jean-François Wanten, échevin et président du CPAS à Saint-Georges, sera troisième suppléant. « L’accessibilité au logement pour tous et surtout pour les familles nombreuses sera une de mes priorités », indique-t-il.

    Marie-Claire Binet, enseignante pensionnée de Faimes, « Madame Certitude », qui a récolté plus de 2000 voix aux dernières élections provinciales, sera quatrième suppléante. « Je me félicite de la future construction d’un centre médical à Faimes », a-t-elle annoncé.

    « Il y avait la volonté d’avoir des personnes issues des Collèges et conseils communaux, d’avoir un maillage de notre territoire pour représenter tous les citoyens de l’arrondissement. C’est une équipe enthousiaste, portée par l’envie de rapprocher la politique du citoyen », se félicite Damien Wathelet.

    Au fédéral

    Vanessa Matz en a profité pour présenter Loïc Jacob, échevin à Hamoir qui sera, comme annoncé, premier suppléant sur la liste fédérale du cdH puis a dévoilé le nom de deux autres candidats sur cette même liste fédérale : Francis Dejon, qui a entamé un quatrième mandat de bourgmestre à Saint-Georges (« Je mettrai mon expérience au service de la liste et surtout après les élections du 26 mai ») et la Tihangeoise Pascale Calmant qui a été six ans conseillère du CPAS à Huy.

    « L’arrondissement de Huy-Waremme est un territoire de vie avec l’alimentation (le blanc-bleu-belge), l’eau (nappes fréatiques) et l’énergie (centrale de Tihange, biométhanisation, …). Nous allons développer ces trois axes forts par exemple en installant des pompes de carburant CNG (gaz) et en verdurisant le gaz naturel par la biométhanisation », indique encore Damien Wathelet.

    Les enjeux du cdH Huy-Waremme

    -La mobilité : l’arrondissement est composé de communes rurales. « La voiture est donc un moyen de locomotion important mais nous pouvons diminuer son utilisation grâce aux lignes directes du TEC comme la future ligne Liège-Marche, grâce au refinancement de la SNCB pour avoir au moins un train par heure et par sens, grâce à un covoiturage structuré avec des bornes et des applications pour indiquer où se trouvent les personnes qui cherchent un covoiturage et pour permettre de financer les conducteurs qui le pratiquent et enfin grâce à une plate-forme de mobilité. On veut aussi subsidier les chemins doux pour les liaisons entre les villages et les lieux de services. »

    -Le logement : obliger les communes à disposer de 10% de logements sociaux, est-ce rationnel ? « Il faut une mixité des logements et nous en discuterons au sein de la Conférence des élus. »

    -Le vieillissement de la population : « Nous souhaitons instaurer une assurance autonomie pour permettre aux personnes de rester chez elles car aller en maison de repos coûte 1700 euros par mois. Une somme de 36 euros par an serait demandée à toutes les personnes de plus de 26 ans. Il faut une accessibilité pour tous aux soins de santé. On doit aider les médecins généralistes à s’installer dans les communes rurales car ils ont aussi un rôle social. Il faut aussi une accessibilité aux services tels la justice avec un palais de justice de Huy qui est sous-utilisé. »

    -La santé : « qui est un droit. Il faut créer des maisons médicales pour avoir une somme de spécialistes au même endroit et il faut une équité pour tous pour l’intervention des services d’urgence. »

    Article 

    PAR MARC GERARDY

     ELECTIONS 2019 

     

    Source

  • En cas de crise, le bourgmestre doit communiquer dans l’heure

    Lien permanent

    Attentat, incendie, inondation, tempête, tremblement de terre… Lors des catastrophes, les autorités sont chargées de protéger, aider et informer la population. Le bourgmestre se trouve en première ligne. Que doit-il faire ? Le bourgmestre, qui a obtenu son poste de l’électeur sans passer le moindre « permis », n’est pas censé le savoir. Mais heureusement, il existe des formations pour lui apprendre le métier. Cette année, le centre de crise va les recevoir par province (via les gouverneurs) pour les sensibiliser à avoir une bonne communication en cas de crise. La formation des bourgmestres flamands a déjà débuté, celle des Wallons débutera la semaine prochaine, dans le Brabant wallon. « Il s’agit d’une demi-journée de sensibilisation, où l’on insiste sur l’importance d’avoir une bonne communication en cas de crise », explique Benoît Ramaeker, porte-parole du centre de crise. « Communiquer, c’est gérer ! Cette demi-journée peut être complétée d’une formation plus spécifique par la suite ».

    peur de mal faire

    À chaque catastrophe, le centre de crise tire les leçons de ce qui a bien fonctionné et de ce qui a foiré, et affine ses conseils. Lors des attentats du 22 mars par exemple, le système be-alert ne fonctionnait pas encore, on l’a lancé depuis lors. « Concernant la communication, on a surtout remarqué que l’on avait mis l’accent sur le secours aux blessés et sur la mise en sécurité de la population, au détriment peut-être de l’information aux proches. Un call-center avait été ouvert, mais plus tardivement, si bien que de nombreuses personnes, inquiètes de ne pas avoir de nouvelles de leur proche, cherchaient, sans trouver l’information. Nous avons appris, des attentats du 22 mars, que l’on devait lancer ce call-center beaucoup plus vite ».

    D’autres catastrophes ont montré que des bourgmestres de petites localités avaient parfois peur de communiquer. « Ils ont tellement envie de bien faire et ont tellement peur de mal faire, qu’ils traînent à s’adresser à la population », observe Benoît Ramaeker. « Or, il est recommandé de communiquer le plus vite. Car de nos jours, tout va très très vite. Les médias et les journalistes devancent tout le monde sans parler des médias sociaux ».

    Lors des catastrophes, le bourgmestre tient un grand rôle. Il symbolise la force de l’autorité (organisation des secours, etc.) et symbolise aussi la « communauté » de ses habitants avec qui il doit manifester de l’empathie (approche humaine). Lors d’une crise, il doit passer au-delà des clivages politiques et doit collaborer avec tous les conseillers communaux, y compris ceux de l’opposition.

    Après les attentats du 22 mars, on se souvient de cette conférence de presse donnée conjointement par le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) et le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA). Deux hommes aux antipodes, « unis », pour annoncer l’interdiction de la marche après-attentat.

    Article de FRANÇOISE DE HALLEUX

    Source 

  • Ils risquent de perdre leur mandat

    Lien permanent

    Chaque année, c’est le même scénario. Bien qu’étant obligatoire, la transmission par l’ensemble des mandataires locaux au sud du pays (communes, CPAS, provinces) de leurs différents mandats à l’administration wallonne n’est pas une réalité pour chacun. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le constat est particulièrement vrai cette année.

    Ainsi, le gouvernement wallon s’est penché sur celles et ceux qui n’ont pas communiqué leur déclaration 2018, qui porte donc sur les mandats locaux occupés durant l’année 2017. La liste est importante, puisque qu’on parle ici de pas moins de 220 personnes concernées !

    Il faut dire que l’année dernière était en effet un peu particulière à deux égards. Tout d’abord parce que le décret « gouvernance » a été considérablement renforcé dans la foulée du scandale Publifin. Ainsi, auparavant, seuls ceux qui sont toujours élus à l’heure actuelle pouvaient être sanctionnés. Désormais, ce n’est plus le cas, puisque la seule chose que l’on regarde, c’est le mandat occupé durant l’année contrôlée, en l’occurrence 2017, pour une déclaration de mandats à rendre en 2018. Ensuite, et cela découle du premier point : tous ceux qui occupaient un mandat au cours de l’année contrôlée peuvent, eux aussi, être sanctionnés, même s’ils ne sont plus élus actuellement.

    Et les sanctions en question peuvent être importantes, puisque l’on parle ici d’une déchéance du mandat politique, mais également une inéligibilité durant six ans !

    Concernant la liste arrêtée par le Gouvernement wallon ce jeudi matin à proprement parler, celle-ci est importante. Elle compte 220 noms. Dans le détail, cela concerne 28 élus actuels qui ne sont pas en ordre ; un élu actuel en affaires courantes, à Neufchâteau (où il n’y a pas de majorité formelle car une instruction judiciaire est en cours, NDLR), pas en ordre et, enfin, 191 personnes qui n’occupent à l’heure actuelle plus de fonction politique car elles n’ont pas été réélues le 14 octobre dernier ou simplement parce qu’elles ne se sont pas représentées.

    La liste désormais figée, tous les individus concernés vont recevoir un ultime rappel à l’ordre. Et pour les derniers réfractaires, une sanction sera alors prononcée.

    GASPARD GROSJEAN

    Source 

    Lire la suite

  • Renouvellement:appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M) de Nandrin

    Lien permanent

     Appel aux candidatures pour Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M)de Nandrin du 21/03/2019 au 20/05/2019 inclus.

    Le Collège communal annonce le renouvellement intégral de la commission consultative communale d’aménagement du territoire et de mobilité en exécution des articles D.I.7 à D.I.10 du Code du Développement Territorial et en fait l'annonce sur son site internet http://www.nandrin.be/

    Appel candidature CCATM clic ici.pdf

    Formulaire de candidature CCATM.docx

     

    Dans le souci d'une plus large participation de la population à la gestion de son cadre de vie, le Code du Développement Territorial prévoit la possibilité pour les autorités communales de créer une Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et Mobilité " (C.C.A.T.M). Cette commission permet aux habitants d’être associés aux décisions de la commune en matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire. Elle rend des avis sur les dossiers que lui soumettent le conseil et le Collège communal. Elle peut également donner des avis d'initiatives sur les sujets qu'elle estime pertinents.

    L'avis de la CCATM est obligatoire dans une série de cas et de procédures prévues par le CODT

    L' avis de la CCATM est notamment obligatoire pour les dossiers suivants :

    1. L'élaboration ou la révision des Schémas de développement pluricommunal (SDP), de développement communal  (SDC) et d’orientation local (SOL)
    2. La révision du Plan de secteur
    3. L'élaboration ou la révision du guide régional (GRU) et du guide communal d’urbanisme (GCU)
    4. L'élaboration des rapports et études des incidences sur l’environnement
    5. L'élaboration des outils d'aménagement opérationnels (Périmètres de remembrement urbain, Sites à réaménager et sites de réhabilitation paysagère et environnementale, Rénovation urbaine
    6. La liste des arbres et haies remarquables

    La consultation de la CCATM est  facultative pour les dossiers suivants :

    1. le collège, le Fonctionnaire délégué et l'autorité de recours peut, s'il estime nécessaire, demander l'avis de la CCATM sur tous les dossiers de Permis et Certificat d’urbanisme n°2
    2. les permis uniques peuvent également faire l'objet d'un avis de la CCATM sur demande conjointe du fonctionnaire délégué et du fonctionnaire technique
    3. Tout dossier que le collège ou le conseil communal estiment pertinents ou toutes questions relatives au développement territorial, tant urbain que rural, à l’aménagement du territoire et à l’urbanisme.

    La CCTAM peut également rendre des avis d’initiative sur tout sujet qu’elle estime pertinent en matière d’aménagement du territoire, urbanisme et mobilité.

    Le Code de l’Environnement prévoit  également que la CCATM puisse rendre des avis d'initiative sur des permis d'environnement

    La Commission est composée de membres délégués par le conseil communal qui constituent le quart communal et  des membres de la société civile dont la candidature a été retenue en fonction de plusieurs critères (géographiques, âge, intérêts et sexe). 

    Les missions, la procédure de sélection et le mode de fonctionnement de la CCATM sont explicitées dans le vademecum

    http://lampspw.wallonie.be/dgo4/tinymvc/apps/amenagement/views/documents/directions/dal/ccatm/CCATM%20-%20Vademecum%20renouvellement%202018_vers%20def.pdf

     

    Source 

     

  • le MR de Huy-Waremme a présenté ses candidats pour le scrutin régional et fédéral du 26 mai 2019

    Lien permanent

    Ouffet était la dernière étape des réformateurs en tournée ce samedi dans les différents arrondissements de la province de Liège où ils présentaient leurs candidats en lice pour les prochaines élections régionale et fédérale du 26 mai prochain.

    En introduction, Daniel Bacquelaine, le ministre sortant des pensions, a évoqué les grands défis de la prochaine législature : le climat, le vieillissement de la population, le socio-économique, a-t-il énuméré avant de présenter chacun des 15 candidats effectifs et 9 suppléants de la liste fédérale qu’il emmènera.

    Pour notre arrondissement de Huy-Waremme, on retrouve le bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, député fédéral sortant (3e place), le Burdinnois Nicolas Reynders (5e place). Le fils du ministre Didier Reynders se présente pour la première fois au scrutin fédéral. En 2018, il était candidat à la Province. Il occupe une place de combat puisque les Bleus espèrent conserver les 5 sièges qu’ils avaient obtenus en 2014. Le bourgmestre de Clavier Philippe Dubois arrive en 9e place. Il est suivi par Karima Safia. Originaire de Verviers, la présidente de « Insoumise et dévoilée » est établie aujourd’hui à Saint-Georges.

    Surprise : alors qu’on l’attendait à la Région où elle avait été élue en 2014, la Hutoise Magali Dock, la présidente du conseil communal de Huy, se présente cette fois sur la liste fédérale, à la place de 2e suppléante. Elle est suivie en 6e position par la Waremmienne Annick Laloux-Ruelle. L’épouse du conseiller communal Frédéric Ruelle (Pour Waremme) confesse avoir pris goût à la politique depuis sa campagne aux provinciales de 2018.

    Liste régionale

    La présentation de la liste régionale est revenue à Caroline Cassart. On le sait, la bourgmestre d’Ouffet qui signe son retour à la Région occupera la case de tête. Le bourgmestre de Hannut, Manu Douette, figure en 2e position. Il est suivi par Morgane Siplet, conseillère communale à Wanze (3e), Raphaël Dubois, conseiller communal à Waremme (4e). 

    En 2014, les Réformateurs avaient obtenus deux élus, un résultat qu’ils espèrent renouveler. Or, Manu Douette a déjà clairement annoncé que sa priorité était Hannut. En cas d’élection, c’est donc le 1er suppléant Thomas Roland, ex conseiller communal de Villers-le-Bouillet(2012-2018) qui monterait à Namur. La place de 2e suppléant est occupée par Nathalie Klee, conseillère communale à Anthisnes.

    Article par 

    M-CL.G.

     ELECTIONS 2019 

     

    Source 

    mr h-w.jpg

  • Liste complète Ecolo Huy-Waremme

    Lien permanent

    Militante féministe, pacifiste et environnementaliste, Cécile Bertrand est connue pour ses caricatures de presse dans Le Vif/L’Express, Imagine et La Libre Belgique. Elle est également auteur et illustratrice d’une vingtaine de livres pour enfants. Retraitée depuis 2018, elle continue à dessiner pour différents supports.

    Mais Cécile Bertrand est aussi connue pour son engagement dans de multiples causes, notamment dans Cartooning for Peace, réseau international de dessinateurs de presse, créé par Plantu et Kofi Annan en 2006 avec pour objectif de défendre avec humour le respect des cultures et des libertés. Cécile participe notamment, à travers cette plate-forme revenue au premier plan suite à l’attentat de Charlie Hebdo, à des expositions et des interventions dans les écoles et les prisons, pour un mieux vivre ensemble. Depuis peu, elle a même créé une académie dans le but d’aider les jeunes auteurs de cartoons politiques à décoller.

     

     

    Quant à son engagement écologiste, dès les années 1970, elle participait aux Amis de la Terre, pour qui elle a illustré « La feuille de chou » et d’autres publications. Néanmoins, étant journaliste et voulant garder son indépendance, elle ne s’est jamais affiliée à un parti. Maintenant libérée de cette exigence, elle a accepté de s’engager sur la liste Ecolo. 

    « Après avoir observé la société pendant des années dans mon travail de caricaturiste de presse, je ressens aujourd’hui l’envie de contribuer à la rendre plus juste et plus verte», s’exclame Cécile Bertrand. « En choisissant comme première suppléante une citoyenne n’ayant jamais fait de politique, c’est un signal fort que nous envoyons », lance Rodrigue Demeuse, qui mènera la liste à la Région. « Nous voulons dépoussiérer la politique et placer les revendications des citoyens au cœur de nos préoccupations. »

    « Je veux notamment défendre un meilleur statut pour les artistes, soutenir la jeunesse, ou encore sécuriser la place des cyclistes et engager enfin une réelle alternative en matière de mobilité en zones rurales », conclut l’Anthisnoise.

    La liste complète

    Les candidats effectifs sont : 1. Rodrigue Demeuse, 2. Géraldine Blavier, 3. Luc Viatour, 4. Isabelle Denys. Les candidats suppléants se composent de : 1. Cécile Bertrand, 2. Johan Volont, 3. Julie Faniel, 4. Jean-Michel Javaux.

     

    Élections régionales: une caricaturiste première suppléante Ecolo

  • Les noms des 10 «Publifinards» jugés jeudi passé

    Lien permanent

    Jeudi 14 mars 2019 le procès Publifin était devant le tribunal correctionnel de Liège. Dix prévenus, issus des quatre grands partis traditionnels, sont accusés de détournements de biens publics et de prises d’intérêt. Ils avaient tous refusé de payer la transaction réclamée par le parquet général pour éteindre l’action publique. Voici leurs noms et leurs qualités.

    Lorsqu’on examine la liste des prévenus, rendue publique à l’audience du tribunal correctionnel de Liège, on réalise rapidement que ce sont essentiellement des membres du conseil d’administration de Publifin, l’intercommunale liégeoise, qui sont poursuivis devant le tribunal correctionnel. Ce sont eux qui ont mis en place le système des comités de secteurs et qui ont fixé les rémunérations abusives pour des réunions auxquelles certains et certaines ne participaient même pas. Ce sont encore eux qui avaient également les transactions pénales les plus importantes à payer. Et ce sont enfin eux qui ont décidé de ne pas payer la transaction pénale.

     

    Lire aussi Dix «Publifinards» renvoyés devant le tribunal correctionnel  

    Georges Pire (MR). Il était l’homme fort du MR hutois. Il était ancien député provincial et était considéré comme l’un des piliers de la Province au sein du scandale Publifin-Nethys. 

    André Denis (MR). L’actuel député provincial liégeois et ancien bourgmestre de Malmedy, André Denis est toujours administrateur de l’intercommunale du circuit de Spa-Francorchamps. 

    Jean-Marie Gillon (Ecolo) 

    Marie-Noëlle Mottard (MR), avocate et ex-conseillère communale à Waremme. 

    Raphaël Amieva (cdH), proche d’Anne Delvaux et ancien élu à Crisnée. 

    Robert Botterman (PS), ancien président du CPAS de Verviers. 

    Pol Guillaume (EC), bourgmestre de Braives, ancien homme fort de l’intercommunale Publifin et toujours présent, aujourd’hui, chez Resa où il assume la vice-présidence.

    Pierre Stassart, échevin de l’Enseignement PS à la Ville de Liège, il était présent à tous les étages de l’intercommunale Publifin. 

    Catherine Maas (Ecolo/Seraing). 

    Serge Manzato (PS) est bourgmestre d’Engis. Il est le seul des prévenus qui ne faisait pas partie du conseil d’administration de Publifin. Il siégeait au sein d’un comité de secteur.

     

    B9717550630Z.1_20181109185418_000+GCQCD45QA.1-0.jpg

  • Changement chez les réformateurs de Huy-Waremme en vue des élections de mai prochain

    Lien permanent

    Le Hannutois Manu Douette 2e sur la liste MR à la Région

    A la mi-février, Manu Douette confirmait sa présence sur la liste fédérale du MR emmenée par Daniel Bacquelaine. Le bourgmestre hannutois devait y occuper la 5e position. Un mois plus tard, revirement de situation chez les Bleus. Douette ne sera finalement pas candidat à la Chambre. Le Hesbignon figurera sur la liste régionale en 2e position, derrière Caroline Cassart. La raison ? Il remplace Martin Jamar qui était pressenti pour occuper cette place mais a préféré renoncer (lire les détails ci-contre).

    « Avec Caroline, nous allons former un binôme fort pour Huy-Waremme », lance Manu Douette avec enthousiasme. « Un bon duo condruzien-hesbignon comme cela avait déjà été le cas par le passé avec Hervé Jamar. Je suis heureux de rejoindre cette liste qui sera forte, avec des gens de terrains (NDLR : elle sera dévoilée ce samedi dans la nouvelle salle des fêtes d’Ouffet). « Le MR est le premier parti de l’arrondissement avec 18 bourgmestres sur 31 communes et j’ai signé le meilleur score, tous partis confondus, aux communales. Mais le plus important, c’est l’équipe et les projets qu’on défend pour l’arrondissement. C’est un vrai travail de groupe avec une cheffe de file qui a une solide expérience de parlementaire. Une battante qui peut soulever des montagnes. »

    « Décrocher 2 sièges »

    11e sur la liste fédérale en 2014 (7.184 voix), Manu Douette se présente pour la première fois au scrutin régional. « Je suis un municipaliste et j’apprécie les matières régionales. En tant que bourgmestre, j’ai aussi envie de pouvoir faire passer mes idées à un autre niveau de pouvoir. »

    L’objectif pour le MR de Huy-Waremme, c’est de décrocher 2 sièges à la Région. « Je vais me battre pour y arriver. Et j’espère obtenir un taux de pénétration suffisant pour pouvoir siéger au parlement wallon et rester bourgmestre. Si ce n’est pas le cas, je renoncerai à mon mandat de député car je veux rester bourgmestre de Hannut (NDLR : ce sera alors le 1er suppléant qui siégera). Je souhaite être transparent à ce niveau-là. » Actuellement députée fédérale, Caroline Cassart devrait, pour sa part, être élue à la Région et combiner son mandat avec celui de bourgmestre d’Ouffet. « Nous avons un vrai projet spécifique à Huy-Waremme que nous allons défendre avec nos valeurs libérales et en étant proactifs », annonce fièrement la Condruzienne que l’on sent plus motivée que jamais.

     

    Martin Jamar: «C’est prématuré, chaque chose en son temps»

     

     

    Elu échevin dès son premier scrutin communal à Hannut en octobre dernier, Martin Jamar (28) s’est déjà vu offrir la deuxième place sur la liste MR à la Région.

    Après une mûre réflexion, il a préféré décliner et tient à expliquer son choix. « Je suis échevin depuis 4 mois. C’est mon premier mandat et c’est un grand défi. Je m’implique énormément et je suis en plein apprentissage. Je veux me laisser le temps de grandir et je veux vraiment me focaliser sur Hannut. Me présenter à un autre niveau de pouvoir, c’est prématuré. Chaque chose en son temps », confie le jeune élu avec beaucoup de maturité.

    Martin Jamar s’investit aussi énormément dans son emploi de commercial chez Bridgestone où il est également en pleine évolution. « Je viens d’obtenir une promotion. J’ai travaillé pour y arriver et j’ai aussi envie de m’investir dans ces nouvelles responsabilités. Pour ces différentes raisons, j’estime qu’il est plus raisonnable de ne pas me présenter au scrutin régional cette fois-ci. Je veux être totalement transparent par rapport à mon choix. Et puis, Manu (Douette) a beaucoup plus d’expérience pour défendre cette deuxième place. Avec Caroline, il forme un duo de qualité. Je vais évidemment les soutenir. »

    article de CH.C.

    Article complet clic ici 

  • Delphine Gilman, Nandrinoise qui se lance en politique, est 8e suppléante

    Lien permanent

    Lors de la conférence de presse, début mars, seules les places respectives de Christophe Lacroix et Hervé Rigot avaient été dévoilées : le bourgmestre de Wanze et sénateur obtient la convoitée troisième place effective, tandis que l’échevin waremmien figure à la troisième suppléance.

    Les trois autres candidats de notre arrondissement avaient également été annoncés, mais leur position sur la liste n’était pas encore déterminée. C’est désormais chose faite. Samuel Moiny, jeune conseiller communal à Amay, occupe la 9e place effective. Carine Renson, conseillère communale à Hannut, hérite quant à elle de la 12e place effective. Enfin, Delphine Gilman, Nandrinoise qui se lance en politique, est 8e suppléante.

    « La composition de la liste fédérale liégeoise avec les différents arrondissements est très proche de celle de 2014, si ce n’est que nous avons obtenu la troisième place effective, au lieu de la cinquième. Huy-Waremme est bien représentée sur cette liste fédérale et notre belle équipe est également équilibrée puisqu’à la fois le Condroz, la région hutoise, Waremme et Hannut ont un représentant. Il y a aussi un mélange entre anciens et nouveaux candidats », se réjouit Marc Foccroulle, président de la Fédération PS de Huy-Waremme.

     

    Delphine Gilman (Nandrin) est annoncé par le PS qui a dévoilé les candidats de l’arrondissement sur la liste provinciale

    Elections à la Chambre: les 5 candidats PS connaissent leur place

  • « L’urbanisation de la N63 route du Condroz est un fiasco »

    Lien permanent

    N 63 , route du condroz ,nandrin ,commerce ,urbanisme ,ccatmAndré Jaminon, citoyen et ardent défenseur du patrimoine local, est outré par cette destruction.

    Il s’insurge contre «l’indifférence fataliste et sans attache au caractère patrimonial condruzien ». « La typologie et l’architecture du patrimoine local étaient judicieusement implantées dans les paysages ruraux de notre beau pays condruzien, elles évoquaient l’âme du pays. La typologie du Condroz est en effet bien différente des terroirs de Hesbaye, du Tournaisis, de la Famenne, de l’Ardenne et de tant d’autres ! », s’exclame-t-il.

    Le Nandrinois plaide pour que «le souci de confort et les nouveaux besoins » soient conjugués avec la tradition locale « pour sauver ce qui peut encore l’être, et pour que la Belle du Condroz ne ressemble pas encore davantage aux banlieues sans caractère. »

    Selon lui, « l’urbanisation de la route du Condroz est un fiasco.

    La pulvérisation de la gare n’est qu’un pas de plus de cette banalisation et de la mainmise des promoteurs saccageurs », et de conclure en reprochant l’absence, au niveau communal, d’une gestion du territoire « préventif » avec un schéma de structure sur tout le territoire nandrinois.

    Précisons que la gare de Saint-Séverin n’était pas un bâtiment classé.

    « Elle est jolie sur les anciennes photos mais entre-temps, cela a bien changé. Je vous assure, il n’y avait plus rien à garder, si on avait pu, on l’aurait fait », assure pour sa part Jean-Christophe Lion.

    Article de A.G.

    Source 

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    1 gare.jpg

     
     
     
  • L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Lien permanent

    2 gare.jpg

    L ancienne gare de Saint-Séverin Nandrin route du Condroz à rendu l'âme .

    Depuis fin de cette semaine, en ce début du mois de mars 2019, les utilisateurs de la route du Condroz N 63 entre Liège et Marche auront peut-être remarqué le balai des grues .
    Non pas les grues oiseaux, mais les grues machines .
    L'ancienne gare des trams, repris dans de nombreux ouvrages sur le vicinal, qui trônait depuis des générations , à laisser la place au futur.
    Elle était debout depuis bien plus longtemps que l'ancienne Maison communale, ou autre habitation sur le territoire de Nandrin .
    Comme l'a dit certaines personnes au moment de la destruction du la maison communale , il faut vivre avec le futur ,et pas dans le passé !!!


    Les photos gardées précieusement par certain, les livres, dont celui de PPNa sur le vicinal ,et le Musée Christan Blavier permettront aux jeunes Nandrinois du futur de connaitre son histoire .
    Et l'architecture du passé .


    Et il en sera ainsi certainement dans les générations futures .
    Ou même nos nouvelles constructions Eco passive seront démodée et le renouveau s'installera .


    N'empêche que dans la mémoire de votre Blogueuse , cette gare à toute son histoire .


    Mes grands-parents revenant de Liège, un 6 mars il y a très longtemps (il faisait froid ), ma grand-mère enceinte en fin de grossesse, n'ira pas beaucoup plus loin que la gare de Saint-Séverin pour donner naissance à ma maman .


    Nous avons tous des histoires dans nos villages, un endroit ,un moment , un instant qui marque nos vies .

     

    Article de JP 

    ©Photos Archives 

    Et ©Nandrin Blog JP 

    1 gare.jpg

  • Delphine Gilman (Nandrin) est annoncé par le PS qui a dévoilé les candidats de l’arrondissement sur la liste provinciale

    Lien permanent

    Comme en 2014, l’arrondissement Huy-Waremme obtient cinq candidats sur la liste fédérale socialiste pour la circonscription de Liège, qui compte 15 candidats effectifs et 9 suppléants. Une représentativité et surtout une belle troisième place qui devraient permettre au moins à l’un d’entre eux d’accéder au Parlement, si tel est le souhait des électeurs.

     

    Le mieux placé est Christophe Lacroix (52), bourgmestre de Wanze et ministre wallon du budget pendant 3 ans et demi (avant le coup du cdH). Il occupe l’enviable troisième place effective, le deuxième homme de la liste derrière Frédéric Daerden qui emmène la liste PS de la province de Liège au scrutin fédéral du 26 mai. Il y a cinq ans, le premier candidat de Huy-Waremme (déjà Christophe Lacroix) n’était « qu’à » la cinquième place effective. « En 2014, à la Chambre, il avait fait un superbe score, 15.628 voix, mais n’avait pas été élu. Le destin a voulu qu’il devienne sénateur coopté puis ministre, avant d’être sorti en juin 2017. Aux dernières communales, il a fait un excellent score personnel à Wanze, 2.667 suffrages, il a non seulement reconduit la majorité mais a aussi la majorité absolue », rappelle Marc Foccroulle, président de la Fédération PS de Huy-Waremme.

     

     

    Alors que les socialistes liégeois avaient décroché cinq sièges au Parlement fédéral il y a cinq ans, ils espèrent conserver cinq députés. « Les sondages prédisent quatre, en avoir cinq serait une belle victoire. L’objectif doit être six, pas impossible. L’important est de creuser l’écart avec le MR », note Frédéric Daerden. A la troisième place, Christophe Lacroix a donc toutes ses chances de devenir député fédéral. Il a annoncé vouloir rester bourgmestre si tel était le cas, en cumulant les deux fonctions mais en reversant son salaire de bourgmestre (le PS a adopté une règle de décumul financier NDLR). Le Wanzois prétend-il à un poste de ministre ? « On n’est jamais à l’abri d’une surprise, comme en 2014, mais je ne suis pas candidat ministre dans l’état actuel des choses », répond-il.

    Autre candidat masculin à connaître sa place sur la liste : Hervé Rigot (45), actuel échevin des travaux à Waremme, sera troisième suppléant. Il représente l’arrondissement de Waremme. « Il y a un an et demi, loin de moi était l’idée de revenir en politique, j’ai aujourd’hui retrouvé le bonheur de m’investir à Waremme et pour la gauche. J’avais aidé Michel Daerden lors de sa campagne en 2004, je veux à présent épauler Christophe Lacroix pour qu’il soit notre premier élu à Huy-Waremme, c’est un modèle pour moi », commente-t-il.

    Les trois autres candidatures sont acquises (votées à l’unanimité) mais leur place sur la liste n’a pas encore été déterminée.

    Il s’agit de Carine Renson, Hannutoise de 50 ans, échevine des affaires sociales sortante, désormais chef de groupe PS dans l’opposition à Hannut. « C’est une habituée des élections, elle était encore candidate aux dernières communales et provinciales », introduit Marc Foccroulle. « Je ne suis pas essouflée pour autant« , sourit-elle.

     

     

    Vient également Samuel Moiny, conseiller communal de 23 ans à Amay, militant socialiste depuis sept ans, et secrétaire politique des Jeunes Socialistes au niveau national de 2015 à 2017. « Je constate beaucoup de défience des jeunes envers la politique et la gauche, il y a une resurgence de pensées conservatrices ou d’appel à des solutions simplistes qui m’inquiète », souligne-t-il.

    Enfin, une nouvelle recrue, en la personne de Delphine Gilman (40), Nandrinoise jusqu’à présent non investie en politique. Elle a été attachée parlementaire du groupe au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avant de devenir responsable de la communication interne au CHU de Liège. « Habituée à l’ombre, j’avais envie de donner une autre forme à mon engagement. »

     

     

    La liste

    Voici les candidats dont la place a été désignée :

    >Christophe Lacroix 3e effectif (Wanze)

    >Hervé Rigot 3e suppléant (Waremme)

    Les places ne sont pas encore fixées pour les autres candidats :

    >Carine Renson (Hannut)

    >Samuel Moiny (Amay)

    >Delphine Gilman (Nandrin)

    Le programme

    Côté programme, celui-ci doit encore être finalisé mais quelques grands axes se dégagent : réduire le temps de travail (à salaire égal), souple et négociée secteur par secteur, instaurer un impôt sur les grandes fortunes, taxer les géants du web GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) et les grandes entreprises qui favorisent les actionnaires à la création d’emplois, améliorer le pouvoir d’achat, passer le salaire minimum à 14 euros/heure et diminuer la TVA sur l’électricité de 21 à 6 %. Le PS mise sur l’écosocialisme (avec pour piliers le climat et le pouvoir d’achat) pour convaincre les électeurs.

      

    Les Rouges ne mâchent pas leurs mots concernant le bilan et l’attitude des ministres du gouvernement MR-NVA. « Ils ont fait payer leurs cadeaux aux entreprises et actionnaires, sur le dos des travailleurs et allocataires sociaux, ils ont détricoté des pans de la protection sociale et mis à mal la concertation sociale. Ce n’est pas pour rien que les partenaires sociaux ont abouti à un pré-accord alors que le gouvernement est en affaires courantes, avant cela, la majorité était tellement du côté du patronat que c’était deux contre un ! », tacle Frédéric Daerden.

    Les problématiques de Huy-Waremme

    Pourquoi est-ce imporant d’avoir des représentants de Huy-Waremme au fédéral ? « Il y a trois matières, par exemple, qui nous concernent de près, répond Christophe Lacroix. D’abord, le désinvestissement de la SNCB à la gare de Statte, une desserte pour toute la rive gauche et qui évite d’engorger le centre de Huy. Les cadences de trains diminuent et la gare a même fermé. A Waremme aussi, il y a une menace sur la fréquence des trains vers Bruxelles. Ensuite, la justice, la justice de paix, les services publics. Le service financier a fermé à Hannut. Et certaines affaires judiciaires seront désormais plaidées à... Verviers. Enfin, la pénurie de médecins généralistes frappe notre arrondissement semi-rural. La limitation des quotas INAMI favorise clairement la Flandre ».

    Marc Tarabella espère rester à l’Europe

    Le 26 mai, les électeurs voteront aussi pour le scrutin européen. Alors qu’il occupait la deuxième place effective derrière Marie Arena en 2014, Marc Tarabella (56) souhaite cette fois occuper la première suppléance. En effet, Paul Magnette, tête de liste, a annoncé qu’il privilégierait le mayorat de Charleroi, ce qui propulserait d’office l’Anthisnois au Parlement européen. « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », philosophe-t-il. Le bourgmestre d’Anthisnes et déjà député européen entame ainsi sa seizième campagne électorale (6 communales et 10 supracommunales).

    À l’Europe, les socialistes donnent trois priorités : l’harmonisation fiscale entre les pays membres pour supprimer les iniquités, l’inclusion sociale (« trop de disparités existent, il faudrait une même sécurité sociale pour tous les citoyens ») et une relance économique « intelligente » liée au développement durable.

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

     

  • « La fausse bonne idée de sentiers.be »

    Lien permanent

    Le groupe VN a aussi regretté l’absence de point concernant la gestion du personnel, le peu d’attention accordée au village de St-Séverin, l’absence de référence aux enjeux climatiques (par exemple POLLEC ou PEB). «Certains points de POLLEC sont de la couille en boîte (sic), a réagi le mayeur. 75 % de nos émissions de CO2 à Nandrin sont dus au trafic automobile… », a-t-il lancé, tout en précisant que la commune poursuivait son engagement POLLEC, même si cela n’est pas écrit noir sur blanc.

    Charlotte Tilman s’est également interrogée sur la pertinence d’un nouveau guide local d’urbanisme et sur la « fausse bonne idée », selon elle, de concrétiser l’étude sentiers.be. « Rouvrir des sentiers en sachant qu’ils ne serviront pas aux déplacements quotidiens n’est pas opportun. La priorité devrait être de réhabiliter des sentiers qui permettent de rejoindre des points stratégiques de la commune, comme le parking multimodal. » Sébastien Herbiet, échevin Ecolo, estime au contraire qu’il y a une demande de citoyens pour les sentiers, y compris pour les loisirs et qu’il y a du pain sur la planche pour les rendre accessibles.

    Article par AG 

    Source 

  • Le Grand Feu a fait débat au conseil communal de Nandrin

    Lien permanent

    Daniel Pollain est revenu sur le Grand Feu, en citant les propos du bourgmestre qui annonçait que le comité culturel et HDB Production en avaient repris l’organisation.

    «Le comité culturel n’ayant pas encore été reconstitué (les représentants de la commune n’ont pas encore été renouvelés après les élections), et le conseil d’administration étant démissionnaire à l’exception d’un membre, il est impossible que le comité culturel ait pris cette décision », a-t-il avancé.

    « Il reste un membre.

    Il a pu très bien pu décider tout seul », a répondu le bourgmestre, provoquant un tollé dans les rangs VN : « C’est ça, tout le monde vous croit. Et le quorum de présence ? »

     « La commune va-t-elle subventionner l’événement ?

    Qui va gérer les éventuels déficits ou bénéfices, le comité culturel ou HDB Production ? », a encore demandé Daniel Pollain.

    « Rien n’est inscrit au budget, on reviendra vers vous le cas échéant. Je ne vois pas en quoi ça nous concerne pour le reste. »

    «Parce que c’est une asbl communale», a rétorqué l’ex-échevin.

    Côté pratique, les soirées se termineront à 2h vendredi et 1h30 samedi.

    La rue du Péry sera en sens unique descendant avec un gardiennage rue Sur-le-Bois à partir de 18h pour éviter les contresens.

    Article de AG 

    Source 

  • Déclaration de politique communale Nandrin

    Lien permanent

    Ce mardi soir, la majorité (liste du bourgmestre et Ecolo) a soumis au vote du conseil sa déclaration de politique communale.

    Elle comprend sept thématiques et la majorité annonce qu’elle est capable de concrétiser tous les points lors de cette mandature.

    Pour les trois groupes d’opposition, cette déclaration est incomplète, incohérente et comporte beaucoup d’inconnues.

    La déclaration de politique communale a engendré un vif débat, mardi soir, au conseil communal. Elle comprend sept thématiques : enseignement et jeunesse ; administration générale et finances ; environnement, nature et agriculture ; culture et sports ; action sociale ; mobilité, urbanisme et travaux ; commerces et PME.

    On y retrouve la construction d’une nouvelle aile pour l’école de Villers, une rénovation partielle de l’école de St-Séverin, l’acquisition du bâtiment de la Poste pour la police locale, une modernisation des moyens de communication, la réalisation d’une étude de faisabilité et de rentabilité de la construction d’un hall omnisports, un soutien aux projets de résidence-service, la concrétisation du rapido-bus Marche-Liège, la restauration des rues de Villers et Saint-Donat, la sécurisation des rues des Quatre-Bras et de la Chapelle notamment mais aussi l’engagement d’un éco-conseiller et création d’un service communal d’environnement notamment, une demande des Verts.

    Pour rappel, la déclaration de politique communale, désormais obligatoire en début de mandat, reprend les grandes lignes de la politique que la majorité compte mener pendant six ans.

    « Nous sommes en train de mettre sur pied le Programme Stratégique Transversal qui beaucoup plus complet et détaillé, notamment en terme de budget », a précisé le mayeur.

    C’est cette absence de volet budgétaire qui a fait tiquer Vivre Nandrin et Pour Nandrin Citoyenne. « Il est bien indiqué dans le Code que la déclaration doit comporter au moins un volet budgétaire », ont-ils relevé. « Je n’en ai pas vu dans les autres communes », a répondu le bourgmestre.

    L’ex-échevin Daniel Pollain (VN) a reproché une incohérence dans la mesure où certains points repris dans la Déclaration sont déjà en cours ou acquis : «Comme le rond-point du Monastère, qui en plus, n’est pas du ressort de la commune mais de la Région, ou les logements publics au Péry ou à la Gendarmerie ! ».

    « Je passe des journées de réunion avec la DGO1, s’il n’y a pas une volonté communale de faire avancer ces dossiers, ils ne vont pas se concrétiser par l’opération du Saint-Esprit », a rétorqué Michel Lemmens.

    Marc Evrard (PNc) a décrit un catalogue de bonnes intentions, proche de la propagande. «Il s’agit d’une simple retranscription de tracts électoraux, vous n’avez opéré aucun choix, ce qui laisse croire aux citoyens que tout est réalisable dans les six ans ». « Si, nous avons fait des choix », a assuré l’échevine Gaëtane de Smidt. « Et ce que nous avons indiqué, c’est ce que nous pensons pouvoir réaliser effectivement. »

    Le mayeur a abondé dans son sens, tout en précisant que certaines décisions ne dépendaient pas de la commune et que certains projets étaient liés à l’octroi d’une subvention.

    Eric Cop (TE) a déclaré qu’il y avait trop d’inconnues, notamment concernant l’engagement d’instituteurs ou de création d’une crèche communale. Le bourgmestre a indiqué qu’une crèche communale représentait un trop gros investissement pour le peu de places ouvertes.

    La Déclaration a été approuvée par 9 voix pour, 7 abstentions et un non (de Marc Evrard).

    Article de ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Nandrin, délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel

    Lien permanent

    Délégation. Un autre point concernait la délégation au Collège communal en matière d’engagement et de licenciement du personnel contractuel. De la sorte, le Conseil remet son « pouvoir » au Collège, ce qui n’a pas été du goût de l’opposition PNc et VN.

    «L’engagement d’accord, mais pour le licenciement, ça devrait passer au conseil communal.

    On n’est pas à quatre ou cinq semaines près », a commenté Marc Evrard.

    « Si, justement. C’est pour le bon déroulement de la procédure dans des délais cohérents », ont répondu Michel Lemmens et le directeur général.

    Pour Christophe Ovidio (VN), donner plus de pouvoir au Collège va à l’encontre de la demande des citoyens pour une plus grande transparence.

    Le point a récolté 9 voix pour, 7 abstentions et 1 non.

    Article de AG 

    Source 

  • Fusion des communes

    Lien permanent

    Fusion des communes: le bourgmestre de Hamoir est «partant»

    Le gouvernement wallon vient d’adopter en première lecture le projet de fusion des communes porté par la ministre des Pouvoirs locaux (voir p.16). Concrètement, Valérie De Bue (MR) promet aux communes volontaires un incitant financier : la reprise de la dette communale par la Région wallonne, avec des plafonds de maximum 500 € par habitant et maximum 20 millions d’euros par entité fusionnée. La mesure pourrait aider les 69 communes wallonnes de moins de 5.000 habitants. À l’image de Hamoir (3.900 habitants) et de Ferrières (4.900 habitants).

    Cette idée n’est en fait pas nouvelle puisque déjà mise sur la table des deux communes condrusiennes en... 2009 ! À l’époque, le déjà bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf, et Joseph Bonfond, alors échevin à Ferrières, avaient émis la volonté de fusionner les deux entités voisines en vue des élections communales de 2012. Le nouveau nom avait même été trouvé : « Fermoir ». Ils en avaient parlé à l’administration de Paul Furlan (Union des Villes et Communes) mais le projet est resté lettre morte. « Nous étions des précurseurs », sourit Patrick Lecerf (MR). « La fusion n’a pas pu se faire car le cadre ne le permettait pas... Nous étions trop en avance. »

    De nombreux points communs

    Les deux communes voisines partagent des similitudes : des frontières, un parc à conteneurs, un habitat équivalent, des zones de secours et de police, un Plan piscine à Saint-Roch porté en binôme... Une fusion permettrait d’aller plus loin et de réaliser des économies d’échelle. « Il y a beaucoup de synergies à mettre en place: au service travaux, il y a du matériel coûteux qui pourrait être acheté à deux et utilisé pour deux, afin de mieux rentabiliser l’investissement. Une union permettrait également d’engager du personnel qualifié qu’on se partagerait: informaticien, employé qualifié au service urbanisme ou chargé des dossiers des étrangers », cite notamment Patrick Lecerf qui se dit toujours « partant »pour une fusion avec Ferrières, voire même avec une troisième commune, comme Ouffet : « Ce serait encore plus efficace à trois avec une population de 12 à 15.000 habitantsÀ nous trois, on aurait tout : un enseignement complet multi réseaux, des forêts, du commerce, du tourisme, de l’agriculture, un réseau de mobilité etc. On additionnerait nos points forts. »

    À Ferrières, Frédéric Léonard (PS) se dit ouvert à la discussion : «  Je me rappelle en 2009, la proposition m’avait amusé. Fusionner aujourd’hui, pourquoi pas, on peut en discuter. On sait que les communes de petites tailles vont avoir de plus en plus de difficultés. Rationaliser les investissements serait un plus », commente-t-il. La reprise d’une partie de la dette ferrusienne (2,8 millions) serait également avantageux.

    « Reste à faire passer cette idée auprès de la population et de certains élus (leur nombre diminuant de facto NDLR). Il n’y aurait forcément plus qu’un bourgmestre, ça ne me dérangerait pas de ne plus l’être, ma carrière est derrière moi », souligne Patrick Lecerf qui trouve important que les plus petits villages restent représentés au conseil communal.

    « C’est un beau projet en théorie. Mais il faut mesurer l’économie d’échelle et veiller à assurer un service de proximité. Si cette fusion engendre une petite perte de confort mais dégage des moyens importants pour rendre de meilleurs services aux citoyens, alors j’y crois. »

    Ouffet: «Pas favorable, du moins pour l’instant»

    Du côté d’Ouffet, la bourgmestre Caroline Cassart (MR) se montre prudente. « Dans un premier temps, je ne suis pas très favorable à une fusion d’Ouffet avec une ou plusieurs autres communes. Je suis attachée à mon entité, comme les Ouffetois. Par contre, je suis pour les projets transcommunaux pour les gros investissements comme on le fait déjà aujourd’hui: hall omnisports, GAL Pays des Condruses... », glisse-t-elle. « D’autant que la dette à Ouffet n’est pas élevée (440.000 euros), donc l’incitant ne m’intéresse pas vraiment. »

    Elle se dit toutefois « pas complètement fermée. Je pense que c’est une réflexion à avoir sur le long terme, 10 ans imaginons. »

    PAR ANNICK GOVAERS

    Source 

  • Prestations de serments Conseil Communal lundi 3 décembre 2018 à Nandrin en photos et vidéos

    Lien permanent

    47417118_2155699547827777_6631087367929200640_n.gif

    COLLEGE

    Michel Lemmens (bourgmestre, B+) : police, pompiers, état civil, fabriques d’église, budget, finances, personnel, commerce et PME ;

    Béatrice Lecerf-Zucca (B+) : enseignement, logement, 3e âge et jumelages. >Henri Dehareng (B+) : travaux, patrimoine, cimetières, sport et tourisme ; >Murielle Brandt (B+) : CPAS, affaires sociales, PCS, emploi. >Gaëtane De Smidt (Ecolo) : accueil extra-scolaire, ATL, jeunesse, culture, bibliothèque, communication, participation, énergie et supracommunalité (GAL) ; >Sébastien Herbiet (Ecolo) : urbanisme, aménagement du territoire, mobilité, environnement, agriculture, bien-être animal, PCDN, eaux usées et déchets.

    CONSEIL Bourgmestre + : 1. Michel Lemmens 2. Béatrice Lecerf-Zucca 3. Murielle Brandt 4. Claire Graulich 5. Isabelle Lejeune 6. Henri Dehareng 7. Tristan Fagnoul 

    Ecolo : 8. Gaëtane de Smidt-Demoitié 9. Sébastien Herbiet

    Vivre Nandrin : 10. Daniel Pollain 11. Benoît Ramelot 12. Charlotte Tilman 13. Christophe Ovidio 14. Malory Planchar

    Tous Ensemble : 15. Eric Cop 16. Alain Henry

    Pour Nandrin citoyenne : 17. Marc Evrard.

     

    Les photos clic ici 

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/prestation-de-serment-conseil-communal-lundi-3-decembre-2018/

     

     

    Album photos 

     

     

  • Les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres vont être installés dans les 262 communes de Wallonie

    Lien permanent

    C’est ce lundi soir que les nouveaux conseillers communaux, échevins et bourgmestres, issus des urnes du 14 octobre dernier, vont être installés dans les 262 communes de Wallonie. Pour ne rien rater de l’événement, rendez-vous sur les supports digitaux de Sudpresse (lameuse.be, laprovince.be, lacapitale.be, lanouvellegazette.be…), pour assister, en direct, aux prestations de serment des élus dans les plus grosses communes. Ne manquez pas non plus le cahier de 12 pages, dans votre édition du 4 décembre, où vous retrouverez l’album photos des nouveaux élus avec, pour chaque échevin et bourgmestre, leurs attributions précises. Un numéro à conserver car les équipes qui se mettront en place sont parties pour 6 ans de mandat !

    Source 

  • Et chez les autres ? Des cadeaux pour les conseillers sortants

    Lien permanent

    En fin de séance, le bourgmestre Jean-Michel Javaux, au nom de l’administration communale, a remercié les conseillers sortants qui ne feront plus partie du Conseil dès le 3 décembre prochain.

    « Il n’est pas facile d’obtenir des congés politiques et vous avez prouvé votre engagement et montré une présence importante pour la plupart d’entre vous pendant six ans.

    Vous avez tous travaillé, toutes sensibilités confondues, pour le bien-être des Amaytois et nous vous en remercions », a-t-il déclaré devant l’assemblée.

    Dix élus sont sur le départ : Isabelle Eraste, Willy Franckson « qui aurait vraiment aimé être présent », David De Marco, Marc Plomteux, Jean-Luc Lhomme « dont les interventions vont nous manquer » (PS), Denise Renaux, Nathalie Bruyninckx, Virginie Houssa, Christel Tonnon et Daniel Delvaux (Ecolo).

    Ils ont reçu un cadeau composé de quatre des cinq bières amaytoises, un livre sur les rues d’Amay, ainsi qu’un chèque à valoir dans les commerces de l’entité.

    Marc Delizée, chef de groupe PS, a aussi remercié ses colistiers, tout comme les conseillers de la majorité, pour la qualité des débats et le respect mutuel.

    Il a aussi dit merci au personnel communal pour sa disponibilité et son accueil. 

    Article de A.G

     

    Source 

     

    amay ccc.JPG

    Un premier véhicule communal CNG

    Nous avions déjà évoqué le projet de la station Dats d’installer une pompe au gaz naturel (CNG) à Amay. Les élus ont décidé d’anticiper et d’acheter un premier véhicule communal équipé CNG, pour le chef de bureau technique. « L’Opel Corsa, vieille de 14 ans, connaît de nombreuses pannes. Il est urgent de la remplacer », a évoqué Janine Davignon. Coût : 17.000 euros. « Et si le permis d’exploitation de Dats est refusé ? Car alors il faudrait aller jusque Seraing pour faire le plein... », a questionné Marc Delizée (PS). « Nous pourrions dans ce cas installer un compresseur sur une canalisation de gaz de ville, pour 2.000 ou 3.000 euros. Le seul inconvénient est qu’il faut une nuit pour recharger un véhicule », a répondu l’échevine. -

    A.G.