Politique

  • Neupré veut son tout premier parc public

    Lien permanent

    yes.jpgLa commune de Neupré vient de dévoiler son plan environnement pour la législature en cours. Un plan qui est décrit comme ambitieux par l’actuel échevin Mathieu Bihet. De nombreux projets sont sur la table. Et parmi ceux-ci, un parc public : le premier du genre à Neupré.

    Préservation de la biodiversité, préservation des cours d’eau, politique zéro déchet, propreté, aménagements en faveur de la mobilité douce… le plan environnement de l’échevin Mathieu Bihet compte une flopée de projets qui devraient voir le jour au cours de cette législature. Certaines de ces mesures sont déjà en place, comme la lutte contre la Renouée du Japon via l’introduction de moutons.

    Pour l’année à venir, l’accent sera mis sur le verdissement de la commune. Et se traduira notamment par la création du premier parc public à Neupré, un projet que Mathieu Bihet souhaite voir aboutir en priorité même s’il avoue que cela ne sera pas le plus facile : « Il s’agit d’aménager une zone de rencontre valorisant un espace vert central au sein d’un quartier et regroupant des activités intergénérationnelles, durables et propices à la détente », explique l’échevin. Sont notamment prévus un potager urbain, un pré fleuri, deux hôtels à insectes, du mobilier urbain ou encore une mare pédagogique. Le budget total sera de 15.000 €. Ce parc ne devrait pas voir le jour avant 2021.

    Des arbres et des haies vont également être plantés afin de renforcer le maillage vert de la commune. Cela permettra aussi de lutter contre l’érosion des sols.

    Propreté et zéro déchet
    La lutte contre les dépôts clandestins va se poursuivre via des actions de sensibilisation mais aussi de la répression. On se souvient d’ailleurs que des caméras de sécurité ont été installées aux points sensibles cette année. Elles ont permis de prendre au moins un individu sur le fait.

    « La gestion et la réduction des déchets représentent un point d’attention particulier », poursuit l’échevin qui estime que le passage aux containers à puce se déroule bien : « On a organisé sept réunions d’information ciblées, les gens sont repartis apaisés ». Et de rappeler que la commune reste dans une optique d’accompagnement : « On souhaite accompagner les citoyens dans une démarche de réduction des déchets, en les informant sur le tri et en les sensibilisant à la démarche (presque) Zéro Déchet via des conférences et des ateliers. »

    Au niveau mobilité, on rappellera que la création d’une piste cyclable pour relier Neupré à la ville de Seraing est en cours. Pour terminer, notons cette volonté d’augmenter la performance énergétique de ses bâtiments et d’évoluer vers une consommation d’énergie verte d’origine renouvelable.

    PAR LAURENT CAVENAT

     

    Source

     

  • Le ministre des affaires étrangères et de la Défense est de Huy-Waremme

    Lien permanent

    Le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin devient ministre des affaires étrangères et de la Défense. Il reprend une partie des compétences de Didier Reynders qui part à l’Europe comme commissaire européen à la Justice. Quel impact pour sa commune?
     
    La veille encore, vous démentiez avoir été approché pour succéder à Didier Reynders. Alors finalement, vous étiez déjà informé ou pas?
     
    «C’est vrai que mon nom a été cité à plusieurs reprises, mais je vous assure que je n’ai eu aucun contact ces derniers jours avec qui que ce soit. C’est une vraie surprise. Les premiers contacts, je les ai eus ce samedi matin quand le président m’a appelé sur le coup de  8h30 pour me dire qu’ils en avaient parlé entre eux et que j’étais celui qui était le mieux indiqué pour reprendre les fonctions de Didier».
    Votre réaction quand vous l’avez appris?
     
    Je me suis senti honoré même si je suis conscient que dans un gouvernement en affaires courantes, ma mission sera limitée.
     
    Que répondez-vous à ceux qui soutiennent que c’est une récompense de Georges-Louis Bouchez, votre nouveau président, pour le soutien que vous lui avez apporté ?
     
    Je m’inscris totalement en faux. Voilà 20 ans que je milite, ce n’est pas du favoritisme mais une reconnaissance. Je tiens aussi à préciser que je n’ai pas appelé à voter pour Georges-louis Bouchez au second tour. Nuance, j’ai dit que je voterais pour lui, c’est différent. De toute façon, parler de cadeau n’a pas de sens non plus car qu’on le veuille ou non Georges-Louis Bouchez a déjà gagné au 1er tour. Quant à ceux qui soutiennent que ma candidature n’avait d’autres buts que de torpiller celle de Christine Defraigne, je rappelle que, des deux, j’ai été le premier à la déposer. Christine l’a fait deux jours après moi.
    Comment s’est déroulé le passage de témoin entre Didier Reynders et vous, samedi, au cabinet des Affaires étrangères ?
    Bien. Nous avons discuté des dossiers à venir et qui était à l’agenda. Je sais par exemple que j’ai plusieurs voyages prévus. En Afrique pour une rencontre avec les forces belges à l’étranger, à Bratislava en Slovaquie. Plus près de chez nous, à Bastogne pour les commémorations des 75 ans de la bataille des Ardennes.
     

    Vous héritez de deux gros portefeuilles avec peu d’expérience sur la scène internationale. Etes-vous à l’aise dans ce nouveau costume?
    J’ai des équipes bien rodées autour de moi, la plupart des personnes qui travaillait au cabinet son toujours là. La cellule politique va suivre Didier Reynders à l’Europe mais la cellule opérationnelle reste sur place.
    A Crisnée, vous restez bourgmestre en titre. Mais quelle sera encore votre implication dans la commune?
    Je ne siégerai plus au Collège mais j’assisterai aux conseils communaux, j’espère le plus souvent possible. Je vois que pour d’autres bourgmestres dans le même cas, c’est réalisable. L’idée est aussi d’avoir une réunion une fois par semaine pour pouvoir assurer le suivi des dossiers avec les échevins. Demain matin (ce lundi), je vois le personnel communal pour les informer de la répartition des compétences (lire ci-contre).
    Et le jogging dans tout ça ?

    Je continuerai à courir au moins une fois par semaine et comme chaque jeudi, après les séances au Parlement je posterai ma balade musicale sur ma page FB. Ce sont les deux choses qui ne changeront pas.

    «Contente que notre arrondissent ait un ministre»
     
    Yakhlef El Mohtari, 2e échevin à Crisnée

    « C’est une fierté pour nous que l’on ait reconnu en Philippe un homme d’état. Cette reconnaissance, il la doit à son travail et à son intelligence mais sa plus grande qualité, c’est sa générosité. Philippe est aussi quelqu’un qui aime bien faire les choses. Il dit toujours « quand je ne connais pas, je ne m’avance pas ». Je crois qu’aujourd’hui, il est arrivé à la fin du cycle d’apprentissage. »
     
    Jean-François Brillon, président du CPAS de Crisnée

    « Il doit cette place à son travail et à sa persévérance. En 20 ans, il a transformé la commune. S’il applique les mêmes recettes et fournit le même travail au fédéral, je pense qu’il pourra arriver au même résultat. Sa désignation est une bonne chose pour l’arrondissement mais je sais qu’il sera le ministre de tout le monde. Philippe n’a jamais fait de différence. »
     
    Myriam Tombeur, 3e échevine à Crisnée

    « C’est l’aboutissement d’un travail qu’il effectue depuis 2000. C’est une fierté pour lui, mais pour nous aussi. Je suis très ému. Il est parti de rien en politique et son investissement au quotidien a finalement payé. Il reste et restera pour nous un référent et je sais qu’on pourra toujours le consulter.
    De toute façon il ne saurait pas abandonner sa commune. »
     
    Caroline Cassart, députée-bourgmestre d’Ouffet

     Je suis très fière et très contente que notre arrondissement ait à nouveau un ministre. La désignation de Philippe est méritée. Elle est la traduction du travail remarquable qu’il a entrepris depuis des années. Vendredi matin, je l’ai d’ailleurs appelé pour lui dire « et si demain, tu es ministre, tu me répondras encore au téléphone ? « . Il a ri. Et bien voilà, il l’est. »
     
     PAR MARIE-CLAIRE GILLET
     

  • Marchin place 2.000 euros dans cette coopérative

    Lien permanent

    Première commune à prendre une part dans la banque NewB

    Marchin détient une part dans NewB. La commune soutient la coopérative qui porte un projet de nouvelle banque éthique et solidaire. Le bourgmestre Eric Lomba explique les raisons de ce placement communal de 2.000 euros.

    La commune de Marchin a souscrit des parts à hauteur de 2.000 euros dans la nouvelle banque éthique et durable, NewB. Ce nouvel acteur en devenir du secteur bancaire poursuit une levée de fonds depuis plusieurs semaines.

    Le conseil communal marchinois soutient cette coopérative par le biais d’une prise de participations actée mercredi soir par le conseil communal.
    « C’est un placement à haute valeur symbolique », estime d’emblée Eric Lomba, le bourgmestre de Marchin. Ce dernier évoque les raisons de cet engagement : « Il ne s’agit pas du premier soutien marchinois à une coopérative. La commune se montre sensible à la création d’une nouvelle banque, qui plus est éthique et durable. »

    Le bourgmestre insiste sur la dimension symbolique : « Notre participation de 2.000 euros reste symbolique par rapport à l’objectif de 30 millions d’euros, mais Marchin entend contribuer. Cette part ne représente qu’une goutte d’eau, mais les petits ruisseaux forment les grandes rivières. Ce soutien à une banque différente nous semble naturel. Dans un secteur où la spéculation pose problème, la commune défend les valeurs d’éthique et de durabilité que porte NewB.
     
    Ce projet dynamique et solidaire mérite notre soutien, car il faut d’autres ambitions que la spéculation », exprime Eric Lomba.

    Un citoyen qui prend une part obtient un compte. Quel bénéfice tire la commune de cet investissement ? « C’est une prise de capital, pas une dépense. Si la banque ne se crée pas, c’est-à-dire que la coopérative ne reçoit pas son agrément bancaire, la commune récupère sa mise. Si une faillite se présente, la commune perd le montant de sa part. Si la banque fructifie, bien que la course aux bénéfices ne constitue pas l’objectif de NewB, la valeur de la part augmente. La revente d’une part demeure une autre possibilité », analyse Eric Lomba.

    NewB s’ajoute aux autres marques de soutien marchinoises dans l’économie sociale, à l’image du Point Ferme avec le GAL ou de l’éolienne de Modave.
     
    Trois catégories de parts

    Réuni mercredi, le conseil communal a confirmé à l’unanimité la décision de l’exécutif. « Le vote du conseil rend la décision plus ferme et solide », explique le bourgmestre qui, à titre personnel, détient aussi des parts. Car les citoyens disposent de la possibilité de souscrire une part à 20 euros.

    Des institutions, dont la Région wallonne, soutiennent ce projet. Le CNCD-11.11.11, Oxfam, Caritas, des syndicats, les universités de Bruxelles et de Louvain, Greenpeace, Financité, la Ligue des familles, Médecins du Monde, Inter-environnement, les Scouts et le Patro, les Grignoux, le CRISP ou encore le Centre d’Action Laïque constituent autant d’acteurs divers soutenant le projet. En prenant une part de catégorie A, réservée aux institutions, la commune de Marchin rejoint une longue liste de coopérateurs sociétaux.
    Par JUMA
     

     

  • Les sept «Publifinards» ont tous réclamé des acquittements

    Lien permanent

    Les avocats des sept « Publifinards » actuellement jugés devant le tribunal correctionnel de Liège pour des préventions de détournements de biens publics et de prises d’intérêt ont plaidé, jeudi matin, devant le tribunal.
    Ils réfutent les préventions visées et certains évoquent un racket judiciaire organisé.

    L’avocat général Catrice avait insisté, dans son réquisitoire, sur le fait qu’il souhaitait un rappel à la loi pour les administrateurs de Publifin et pas des peines de prison. L’avocat général avait ainsi réclamé des amendes entre 7.200 et 12.000€ en adéquation avec sa ligne d’accusation.
     
    Plus spectaculaire, l’avocat général avait réclamé des confiscations par équivalent pour un montant de 1.700.000 €.
    Hier  jeudi, c’était au tour des avocats des sept membres du conseil d’administration de Publifin d’exposer la version de leur client. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’ils sont tous d’accord pour réclamer des acquittements purs et simples dans le dossier Publifin. Beaucoup ont même refusé de solliciter la suspension du prononcé à titre subsidiaire tellement c’est l’acquittement qu’ils visent.
     
    Le dossier avait éclaté en décembre 2016. Il mettait en exergue que plusieurs mandataires politiques percevaient des jetons de présence pour des réunions auxquelles certains ne participaient même pas. 39 membres des comités de secteur et du conseil d’administration de Publifin faisaient l’objet d’une procédure judiciaire à l’initiative du parquet général.

    32 transactions pénales

    32 avaient signé une transaction pénale avec le parquet général afin d’échapper à un procès.
    Sept avaient décidé de ne pas payer. Georges Pire (MR), André Denis (MR), Pol Guillaume (EC), Robert Botterman (PS), Pierre Stassart (PS) et les deux Ecolo, Catherine Maas et Jean-Marie Gillon avaient donc délibérément choisi de se défendre devant le tribunal correctionnel.
     
    Me Franchimont, avocat de Pire et Guillaume, évoquait un racket judiciaire organisé en parlant des transactions pénales. « Ceux que nous avons accompagnés et qui ont transigé n’ont pas l’impression que justice a été rendue. »

    Me Bourtembourg, l’avocat d’André Denis, s’arrêtait sur les préventions visées par l’avocat général. « Le peuple veut des responsables pour le scandale Publifin. Ceux qui ont perçu de l’argent dans les comités de secteurs ont sauté sur la transaction pénale. Ceux qui n’étaient pas membres des comités de secteurs, eux, n’ont rien touché. Ils ne voulaient pas payer la transaction alors on les a traînés devant le tribunal pour leur faire porter le poids de la honte du scandale Publifin. Il est absurde de penser que mon client, serait le coauteur d’une infraction de prise d’intérêts et que sans son aide l’infraction n’aurait pas pu être commise. La notion d’avantage personnel est absente. Depuis très longtemps, je vois que les députés fixent, eux-mêmes, le montant de l’indemnité parlementaire et de leurs indemnités de sortie, il faut alors ouvrir une information judiciaire contre chaque député. »
     
    Les autres avocats ont suivi Me Bourtembourg dans son raisonnement, y compris sur la prévention de détournement où le pénaliste bruxellois a longuement insisté sur l’absence d’intention frauduleuse dans le chef de son client comme des autres Publifinards.
     
    Le jugement est attendu le 19 décembre.
     
    Les derniers mots des prévenus

    Les sept prévenus ont tous pris la parole une dernière fois à la fin de l’audience. Un dernier petit mot soigneusement préparé.
     
    « Si mon client est acquitté, comme nous le souhaitons », précisait le conseil de Robert Botterman, « le dossier Publifin laissera une tache désagréable sur son parcours professionnel. »
    Pol Guillaume, lui, prenait la parole pour convaincre les juges qu’ils méritaient l’acquittement. « Cela fait trois années que moi et mes proches, nous faisons l’objet de sarcasmes et de suspicions. Cet acquittement nous permettra de reprendre une vie normale. »
     
    Idem pour Georges Pire qui mettait en exergue le lynchage médiatique subi. « Cela fait trois ans que je m’impose le silence sur ce dossier. J’ai 45 années de carrière dans le domaine public derrière moi et c’est la première fois que je me retrouve devant le tribunal correctionnel. Ce n’est pas simple à vivre.
     
    Par ARNAUD BISSCHOP
     

  • Le pont de la Forge bientôt reconstruit à Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Il devra être totalement démoli

    En février dernier, la voûte du pont de la Forge à Villers-leTemple avait été abîmée par des ouvriers de l’IDEN.

    Suite aux dégâts, le pont menaçait de s’effondrer et la circulation avait été fermée durant de nombreux mois. Il avait, entre temps, été rouvert uniquement pour les voitures.

    Après
    la consultation d’un bureau d’études, le pont devra être totalement reconstruit pour un montant de 83.902 euros sans compter l’étude de marché.

    «Le pont sera démoli et reconstruit au printemps 2020. Une partie du pont sera toujours empruntable jusqu’aux travaux pour les voitures mais pas pour les camions», explique l’échevin des travaux, Henri Dehareng.

    L’IDEN, l’intercommunale des eaux de Nandrin interviendra pour un montant maximum de 15.000 euros.

    La décision a été prise à l’unanimité lors du conseil communal.

    Par A.D.

    Source

     

    La circulation y est impossible, il faudra détruire le pont et le refaire

     

    le pont de la Forge à Villers-le-Temple devra être totalement remplacé.

  • Liège en justice contre Nethys?

    Lien permanent

    Liège en justice contre Nethys?
    La Ville temporise
     
    Le dossier Enodia/Nethys s’invite évidemment au menu des différents conseils communaux en province de Liège.
     
    Le sujet promet d’ailleurs d’être longuement débattu ce lundi soir en Cité ardente.
     
    Vendredi dernier, c’est le collège qui a pu compter sur une information complète de la part d’une de ses membres. L’échevine Julie Fernandez Fernandez est en effet devenue récemment présidente de l’intercommunale Enodia, ex-Publifin, dont dépend Nethys.
     
    Si les échevins liégeois PS-MR et le bourgmestre Willy Demeyer ont affirmé « avec force leur désapprobation quant aux sommes versées à une partie de l’ancien management » et se sont indignés des procédures de versement de celles-ci, ils ont aussi tenu à rappeler leur « préoccupation pour la défense des intérêts économiques de la région liégeoise et pour la défense de l’emploi local. » Les autorités communales locales ne veulent donc négliger aucune option et sont prêtes à entreprendre « toute démarche et action, en ce compris judiciaire », qu’elles jugeront « utile pour que toute somme qui aurait été perçue illégalement par les anciens membres du management de Nethys soit restituée à l’entité qui l’a versée, et ce par toute voie légale : action judiciaire, constitution de partie civile… »

    En l’état, aucune décision n’a toutefois été prise quant à une éventuelle action en justice de la part de la ville. Rappelons que plusieurs communes ont d’ores et déjà annoncé qu’elles allaient se constituer parties civiles dans ce dossier.
    « À l’heure actuelle, différents avis juridiques sont attendus pour le 28 novembre, date à laquelle se réunira le conseil d’administration d’Enodia.
     
    Celui-ci a déjà annoncé son intention d’agir et de prendre la décision la plus adéquate d’un point de vue juridique », rappelle le collège PS-MR en Cité ardente.
     
    Et d’estimer, dès lors, « qu’une décision du conseil communal, qui se réunit ce lundi 25 novembre, est prématurée ». Le collège liégeois annonce ainsi qu’il proposera aux groupes politiques de se rallier à cette proposition.
     
    Par GG

  • Thomas Fyon élu nouveau président du cdH de Huy-Waremme

    Lien permanent

     

    Thomas Fyon, un Hannutois de 34 ans, est le nouveau président du cdH de Huy-Waremme. Il a été élu vendredi soir avec 97 % des voix.

    Il était le seul candidat en lice à ce poste et succède à Benoît Cartilier.

    Licencié de l’ULB en sciences politiques, père de deux enfants de 2 et 5 ans, Thomas Fyon travaille pour le cdH au sein de l’équipe pilotée par le philosophe Laurent de Briey qui réfléchit au futur du parti. Même s’il est peu connu au sen de l’arrondissement (candidat aux dernières élections communales à Hannut, il n’a pas été élu), il espère insuffler un nouveau souffle au parti au sein de l’arrondissement.

    Vous avez été élu président de l’arrondissement avec 97 % des voix, mais quel était le taux de participation ?

    Au cdH, la particularité est que les gens se déplacent pour voter (l’élection se déroulait à Huy), il n’est pas possible de le faire par procuration. Je ne dispose cependant pas des chiffres relatifs à la participation.

    Vous étiez le seul candidat en lice, est-ce démocratique de ne proposer qu’un seul choix aux militants ?

    Tout le monde avait la possibilité d’être candidat au départ… Notre équipe est dans la continuité. Certains visages ont été renouvelés, mais nous avons l’habitude de travailler ensemble. L’élection est donc une suite logique.

    Qui compose votre équipe ?

    Les deux vice-présidents sont Françoise Kunsch (Huy) et Raphaël lefèvre (Lincent). Le secrétaire politique est Damien Wathelet (Clavier), le trésorier Philippe Dreye (Huy) et la secrétaire Séverine Bovy (Wanze). Au total, le bureau élargi compte une quinzaine de personnes.

    Vous avez un objectif chiffré à atteindre pour le cdH pour l’arrondissement ?

    Je n’ai pas de chiffre à atteindre, mon objectif est d’inscrire notre arrondissement dans le principe de refondation du cdH et de relancer les sections locales. Nous voulons trouver le moyen de faire vivre le cdH au niveau communal. Notre volonté est également de s’ouvrir au reste de la société car nous sommes conscients du fossé qui se creuse entre les politiques et la société.

    Georges-Louis Bouchez a évoqué la possibilité d’un rapprochement entre le MR et le cdH, cela vous semble une bonne idée ?

    Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour.

    Pourtant, au niveau communal, le cdH forme de nombreuses listes de cartel avec le MR notamment…

    Nous travaillons souvent en cartel mais chaque parti garde sa spécificité.

    Quelle va être votre première action en tant que président du cdH de Huy-Waremme ?

    Un tour de toutes les sections locales de l’arrondissement.

     

    PAR AURÉLIE BOUCHAT

     

    Source

  • Le Conseil des Enfants a fêté ses 30 ans au centre culturel de Huy

    Lien permanent

    Mercredi, plus d’une centaine d’enfants ont investi le Centre culturel de Huy pour célébrer les 30 ans du Conseil communal des Enfants. Un double anniversaire, puisque les Nations Unies signaient la Convention des Droits de l’Enfant le 20 novembre 1989.


    « Pour l’instant, je fais mon atelier de Kim goût. Ensuite, j’irai explorer le centre culturel. » Tout comme Océane, des dizaines d’enfants parcouraient les couloirs du Centre culturel à la recherche de loisirs et ateliers en tout genre ce mercredi. Afin de célébrer le 30e anniversaire de la création du Conseil des Enfants de Huy, une après-midi festive était organisée, mêlant activités sérieuses et ludiques. Au programme : jeux, mini-théâtre, photographie ou encore initiation à la radio. Lorsqu’on demande aux jeunes conseillers, rassemblés derrière leur jeu de reconnaissance gustative, s’ils considèrent qu’il est important de marquer le coup, ils répondent un grand « oui » à l’unisson. « Ça fait 30 ans que le CCE existe, et ça fait 30 ans qu’on a signé la Convention des Droits de l’Enfant, explique Lili, membre du conseil. Notre atelier représente le droit à l’alimentation. » À quelques mètres d’elle, au milieu du bâtiment, une reproduction géante de la déclaration est exposée.

     

    30 ans d’expression pour les enfants
    « 30 ans d’expression pour les enfants, c’est un anniversaire important, explique Angélique Kohl, animatrice du Conseil des Enfants. Certains d’entre eux ont aujourd’hui 40 ans. Le Conseil a permis de les préparer à s’exprimer, en créant parfois des vocations. L’actuel échevin de la Jeunesse, Adrien Housiaux (PS) est passé par le Conseil des Enfants, tout comme les conseillers communaux Samuel Cogolati (ECOLO) et Julien André (PS). » Logiquement, ce sont les enfants et non les adultes qui étaient au commande de l’événement et qui ont choisi les différentes activités proposées lors de l’après-midi. « On a souvent le droit de diriger des activités, affirme fièrement Zoé. On nous fait confiance, on doit donner notre avis. On a même prêté serment devant le bourgmestre. »
    Le climat, une thématique importante
    Lorsqu’on demande à de jeunes conseillers les thématiques qui leur tiennent à cœur, le climat vient sur la table. « On fait du recyclage, on ajoute des poubelles dans la ville et on ramasse des déchets dans les bois, explique Lili. C’est important pour notre planète, les ours polaires n’ont plus assez de place à cause de la fonte de glace. »
    Mais il y a aussi des problématiques plus locales. « On nous demande souvent de régler le problème des toilettes sales dans les écoles, ou de réparer les pleines de jeux, » explique Léonie.
    Il y a deux ans, le Conseil a revu son système de candidature afin d’inclure tout le monde. Avant, les enfants étaient élus par leurs pairs, dans les écoles. Mais les plus timides n’osaient pas se lancer. L’inscription au Conseil se fait maintenant par mail, et chaque enfant né en 2009 a été contacté. L’appel s’achèvera le 10 décembre.

    Par P.T.

    |Source

     

  • Ecolo H-W distribue des arbustes à fruits 23 et 24 novembre 2019

    Lien permanent

     

     

     

     

    Ces samedi 23 et dimanche 24 novembre, la régionale Ecolo Huy-Waremme participe à la traditionnelle « action petits fruitiers » des écologistes, dans le cadre de la semaine de l’arbre.

    À Huy-Waremme, Ecolo sera présent sur 18 communes pour réaliser une distribution de petits fruitiers, au travers du porte-à-porte et de stands fixes. L’action, menée par les mandataires locaux ainsi que les militants, aura lieu à Braives, Marchin, Amay, Anthisnes, Berloz, Crisnée, Donceel, Engis, Faimes, Héron, Huy, Modave, Remicourt, Saint-Georges-sur-Meuse, Nandrin, Villers-le-Bouillet, Wanze et Waremme.

    Comme dans de nombreuses communes wallonnes et bruxelloises, des pieds de vigne et autres arbustes à petits fruits seront offerts aux citoyens. Le but ? Encourager la population à consommer local et à privilégier les circuits courts, pour des produits de qualité et une valorisation du travail des producteurs locaux. « Cette action est également l'occasion pour les militants et mandataires écologistes de rencontrer les citoyens et de discuter avec eux des enjeux de leurs communes et de politique en général », explique Rodrigue Demeuse, député régional.
    Au total, plus de 20 000 arbustes seront distribués à la population des communes participantes. Pour Géraldine Blavier, coprésidente régionale d’Ecolo, « cette action part d’un constat simple : de nombreux aliments arrivent dans nos assiettes après avoir parcouru des milliers de kilomètres. Ce système mondialisé, qui vise le profit avant tout, rend difficile le contrôle de toutes les étapes de la chaîne ».

    Par P.T.

     

     

    Source

  • Ils ont refusé de payer la transaction proposée par le parquet général dans le dossier Publifin

    Lien permanent

    Georges Pire, André Denis, Jean-Marie-Gillon, Robert Botterman, Pol Guillaume, Pierre Stassart et Catherine Maas sont les sept Publifinards qui ont refusé de payer la transaction proposée par le parquet général. Ils sont dès ce jeudi, devant le tribunal correctionnel.

    Ce jeudi , devant le tribunal correctionnel, la première de trois audiences réservées à l’examen du dossier Publifin et des comités de secteur mis en place pour lesquels les membres touchaient de juteux jetons de présence pour des réunions auxquelles certains et certaines n’assistaient même pas.
    Sont cités : Georges Pire, l’ex-homme fort du MR hutois, ancien député provincial et considéré comme l’un des piliers de la Province au sein du scandale Publifin-Nethys ; André Denis (MR), l’ancien bourgmestre de Malmedy et administrateur de l’intercommunale du circuit de Spa-Francorchamps ; Jean-Marie Gillon (Ecolo/Basse-Meuse) ; Robert Botterman (PS), l’ancien président du CPAS de Verviers ; Pol Guillaume (EC), bourgmestre de Braives, ancien homme fort de Publifin et toujours présent, aujourd’hui, chez Resa où il assume la vice-présidence ; Pierre Stassart, échevin de l’Enseignement PS à la Ville de Liège, présent à tous les étages de Publifin et Catherine Maas (Ecolo/Seraing).

    Trois accords sur le tard

    Le dossier avait éclaté, en décembre 2016.
     
    Il mettait en exergue que plusieurs mandataires politiques issus des quatre partis traditionnels percevaient des jetons de présence pour des réunions auxquelles certains ne participaient même pas.
     
    39 membres des comités de secteur et du conseil d’administration faisaient l’objet d’une procédure judiciaire orchestrée par le parquet général.

    Dans les transactions pénales proposées aux 39 Publifinards, le ministère public avait effectué un distinguo entre les « simples » membres des différents comités de secteur et celles et ceux qui les avaient instaurés.
     
    Les montants pour les premiers étaient bien moins élevés que pour les seconds. Une manière, pour le ministère public, représenté par le parquet général, d’établir une hiérarchie entre les prévenus.

    Au début de l’année 2019, 29 membres des comités de secteur avaient payé la transaction proposée par le parquet général afin d’éviter un procès en correctionnelle. Ils éteignaient, du même coup, l’action publique ouverte à leur encontre.
    Une procédure qui a l’avantage de ne laisser aucune trace sur le casier judiciaire.

    En mars dernier, lors de l’établissement du calendrier des audiences, dix « Publifinards » garnissaient les bancs des prévenus. Ils étaient poursuivis pour des préventions de détournements de biens publics et des prises d’intérêt.

    Le vent a tourné
     

    Mais ce jeudi, lors du véritable début du procès, ils ne seront plus que sept puisque Serge Manzato, le bouillant bourgmestre socialiste d’Engis, Marie-Noëlle Mottard (MR), avocate et ex-conseillère communale à Waremme, et Raphaël Amieva (cdH), proche d’Anne Delvaux et ancien élu à Crisnée, ont récemment accepté une transaction à quelques semaines du début des hostilités.
     
    Certains, comme Manzato, avaient juré qu’ils iraient jusqu’au bout, qu’ils ne transigeraient pas et qu’ils iraient se défendre devant un juge. Le vent a donc tourné en Hesbaye et dans la vallée de la Meuse.

    Ces sept-là sont ceux qui ont mis en place le système des comités de secteur et les rémunérations abusives. Ils sont suspectés d’être les chevilles ouvrières du scandale Publifin.
     
    Près de 200.000€ perçus lors de 32 transactions payées

    Pour prétendre à une transaction pénale et ainsi éteindre l’action publique à son encontre en s’allégeant de quelques milliers d’euros, il faut d’abord avoir indemnisé la partie préjudiciée, dans ce cas-ci Publifin, pour les montants indûment perçus.

    Ensuite, l’avocat du prévenu prend langue avec le ministère public qui fait état du montant réclamé. Des négociations s’engagent alors sans pour autant brader. « On ne fait pas de rabais de 50 % », avait glissé Christian De Valkeneer, le procureur général de Liège.

    Le Parquet général avait envoyé des transactions pénales à 39 membres des ex-comités de secteur et du conseil d’administration de l’intercommunale Publifin. 29 transactions ont été payées.

    Au total, lorsque les trois dernières personnes, Manzato, Mottard et Amieva, auront payé, les transactions auront rapporté un peu moins de 200.000€.

    Les sept personnes qui ont choisi de ne pas donner suite sont citées, ce jeudi, devant le tribunal. Les préventions retenues sont la prise d’intérêt et le détournement commis par une personne exerçant une fonction publique.
    La première des deux préventions constitue un crime et, si le juge l’estime établie, les prévenus s’exposent à des peines de prison pouvant aller de 5 à 10 ans et/ou d’une amende allant de 4.000 à 800.000€.

    La seconde prévention, la prise d’intérêt, est, quant à elle, un délit punissable d’une peine de réclusion pouvant aller jusqu’à 5 ans et/ou d’une amende comprise entre 800 et 400.000€.

    Par Arnaud Bisschop
     

  • Le conseil des enfants de Huy va fêter ses 30 ans

    Lien permanent

    Il y a 30 ans de cela, plusieurs signatures étaient apposées sur un texte qui prévoyait des droits pour les enfants. La même année, la ville de Huy a décidé de créer un conseil des enfants, l’un des premiers en Belgique ! C’est donc un double anniversaire qui sera fêté le 20 novembre prochain, et pour l’occasion, les petits plats ont été mis dans les grands.
    C’est une date très symbolique qui approche à grands pas, puisque le 20 novembre prochain, ce sera le trentième anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant signée par les Nations Unies. Pour l’occasion, le conseil des enfants a décidé de mettre en place une journée qui leur sera entièrement dédiée.
    « L’Espace Kids » qui se tiendra au centre culturel de Huy, rassemblera foule d’activité à partager en famille : « Il y aura plusieurs activités sous forme d’ateliers, des arbres à vœux, des bricolages divers, du théâtre, de la radio, des ateliers du goût, des chasses aux trésors, etc. », énumère Océane, 10 ans, et membre du conseil depuis 1 an.
    L’événement est gratuit, ludique et familial.
    « Ce n’est pas parce qu’on a 10 ans, qu’on n’a rien à dire », répète Patrick Kinet, co-animateur du conseil des enfants. Depuis sa création, ce sont plus de 400 enfants qui ont donné leur avis, pour enrichir et nourrir les projets.
    C’est l’occasion de revenir sur quelques idées issues de ce conseil et qui ont abouti concrètement.
    BeWaPP et passeurs de mémoire
    Le climat est une thématique qui anime le conseil depuis de nombreuses années. Et particulièrement pour le moment. Tri des déchets, économie d’énergie, ou encore ramassage des immondices sont des thèmes récurrents pour lesquels des actions concrètes de sensibilisation ont été menées.
    Ces dernières années, une action de nettoyage de la ville avait été entreprise et particulièrement à l’entrée de la vallée de la Solière : « C’est incroyable la quantité de déchets qui a été récoltée en quelques heures », explique Patrick. Suite à cela, le jeune Ethan se souvient qu’une plaque commémorative avait été apposée à cet endroit.
    Plus récemment, les enfants ont entrepris un travail de mémoire. Ils vont interroger des personnes ayant connu la guerre de 40 et qui ont un lien avec Huy. Le but est de garder en mémoire ces événements passés émanant des « derniers témoins vivants de la guerre ». Ils vont réaliser des capsules vidéos qui seront diffusées dans les écoles. Ce projet est toujours en cours.
    Réservez donc le 20 novembre pour fêter cet anniversaire entre 13h30 et 16h30.
    Et si votre enfant est né en 2009, peut-être sera-il intéressé de rejoindre le conseil ? Une bonne raison de s’y rendre !


    Par Alem

     

    Source

  • Les communes de Ferrières, Hamoir, Comblain-au-Pont, Anthisnes et Ouffet veulent s’associer dans une Intercommunale pour gérer la piscine

    Lien permanent

    Piscine de St-Roch: le compte à rebours lancé

    Les communes de Ferrières, Hamoir, Comblain-au-Pont, Anthisnes et Ouffet veulent s’associer dans une Intercommunale pour gérer la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières, la dernière dans le Condroz.

    Tout doit être terminé pour fin mai 2020. Le compte à rebours est lancé.


    Le manque de piscines est de plus en plus criant.

    C’est une des raisons qui explique que seulement 9 à 16 % des élèves dans le secondaire ont droit à un cours de natation. Ces chiffres ont été révélés par une enquête officielle de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Des chiffres qui ont incité la députée Caroline Cassart, vice-présidente du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à interpeller la Ministre de l’Enseignement obligatoire, Caroline Désir, sur cette problématique tout en lui présentant le projet de cinq communes d’utiliser la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières
    « Je me réjouis de cette initiative transcommunale dans le Condroz », indique Caroline Cassart.


    Mais on est encore loin du compte, malheureusement.

    Car le manque de piscine est vécu cruellement aussi en Ourthe-Amblève où l’avant-dernière piscine en fonction, celle du Relaxhoris à Ferrières après celle d’Aywaille qui affiche complet , fermera ses portes définitivement à la fin de ce mois de novembre.

    Une piscine où se rendent de nombreux élèves et clubs sportifs, y compris dans la salle de gymnastique du Relax. Le complexe Relaxhoris a été vendu.

    Il faut donc trouver des solutions.


    Depuis plusieurs années déjà, les bourgmestres de cinq communes (Ferrières, Hamoir, Ouffet, Anthisnes et Comblain-au-Pont) planchent sur ce sujet.

    Pourquoi ne pas réhabiliter la piscine du Collège Saint-Roch Ferrières pour les élèves, les sportifs et les habitants de ces cinq communes  ?

    C’est le pari un peu fou que se sont lancés ces bourgmestres et Patrick Lecerf, bourgmestre de Hamoir, nous précise où en est ce projet : « nous le finalisons au niveau technique pour pouvoir ficeler le budget et approuver le cahier des charges avant adjudication des travaux.

    Mais nous avons une deadline qui a été fixée à la fin du mois de mai 2020, autant dire demain  ! ».


    « Nous espérions un délai supplémentaire mais le Ministre wallon des Infrastructures sportives Jean-Luc Crucke se montre inflexible. Ce n’est pas raisonnable.

    Le gouvernement wallon pourrait être plus compréhensif et devrait jouer un rôle de soutien plutôt qu’un rôle de gendarme  !

    D’autant que les cinq communes se mobilisent pour répondre à une obligation de la Fédération Wallonie-Bruxelles d’apprendre à nager aux enfants.

    On se substitue à un autre niveau de pouvoir.

    Nous allons faire le maximum mais c’est un dossier colossal pour de petites communes », dénonce Patrick Lecerf.


    Une Intercommunale


    « Nous avons constitué une structure juridique qui va piloter le projet : une Intercommunale. Les conseils communaux des cinq communes ont approuvé à l’unanimité ce projet et la création de l’Intercommunale.

    En décembre prochain, les cinq conseils communaux devront approuver les statuts de l’Intercommunale qui comptera les cinq communes et deux asbl de l’école et qui a été baptisée « Piscine de Bernardfagne & Co ».

    Bernardfagne, car c’était le saint-patron de Saint-Roch Ferrières et Co pour les cinq communes », annonce Patrick Lecerf.


    En ce qui concerne le financement, en plus de la part communale, le plan piscine de la Région wallonne n’apportera que 30 % de subsides ( »contre 85 % pour des projets portés par plusieurs communes, autres que(une piscine », rappelle Patrick Lecerf).

    Une demande a été formulée auprès de l’asbl Liège-Europe Métropole qui donnera sa réponse d’ici la fin de ce mois. « Sans son aide, le projet ne pourra pas voir le jour », prévient le bourgmestre de Hamoir.


    « L’hiver sera chaud. Il faudra mettre les bouchées doubles. On prône partout la supracommunalité mais on ne fait rien pour l’encourager.

    Il y a beaucoup de volonté en Ourthe-Amblève et nous restons positifs », clôture Patrick Lecerf.

    Par

    Par Marc Gérardy

    Source

  • Olivier Vervoort conseiller communal à Modave

    Lien permanent

    Olivier Vervoort conseiller communal pendant 3 mois à Modave
     
    Le prochain conseil communal de Modave se tiendra ce mercredi, à partir de 19h15.
    À l’ordre du jour, le remplacement de la conseillère OSE Aurélie Belli-Dor, en repos d’accouchement pour 3 mois.
    Déjà maman, la conseillère de la majorité OSE a donné naissance mardi passé à une seconde petite fille qu’elle a prénommée Alix.
    L’enfant et la maman se portent bien, nous a assuré le bourgmestre Eric Thomas.
    Pendant les 3 mois de repos d’accouchement Aurélie Belli-Dor sera remplacée par Olivier Vervoort, 48 ans, de Vierset-Barse, qui était 1er suppléant dans l’ordre de préséance.
    Il cumulera ses fonctions de conseiller communal avec celles de conseiller du CPAS jusqu’au 2 février prochain.

    Comptable de profession, Olivier Vervoort est très actif dans la commune.
    C’est lui qui vient d’ouvrir la nouvelle unité scoute à Modave dont il est le responsable.
    Cet adepte du jogging, papa de 3 enfants (2 garçons et une fille) est également à la tête du club de badminton de l’entité.

    Il prêtera serment en début de séance ce mercredi soir, lors du conseil communal qui se tient comme d’habitude dans la salle du conseil, place Georges Hubin, 1, à Vierset-Barse.
     
    Par M-Cl.G.
     
     

  • Un an après les élections, rencontre avec les nouveaux bourgmestres de l’arrondissement, aujourd'hui Modave

    Lien permanent

    Un an après les élections d’octobre 2018, rencontre avec les nouveaux bourgmestres de l’arrondissement. Comment assument-ils leurs nouvelles fonctions ? Ce qui a changé dans leur vie. Le second numéro de notre série est consacré à Eric Thomas, bourgmestre (OSE) de Modave.
    Eric Thomas, comment avez-vous vécu cette première année de mayorat ?
    Dans mon organisation politique et professionnelle, le 1er trimestre a été le plus difficile et le plus chargé. C’était très lourd, j’avais de longues journées de travail. Sinon, au niveau de la fonction, il n’y a pas eu de grandes difficultés. Pendant 6 ans (de 2012 à 2018, NDLR), j’ai été premier échevin, j’ai donc beaucoup travaillé aux côtés de la bourgmestre Jeanne Defays, par conséquent, je savais ce qui m’attendait.
    Si vous deviez comparer la fonction de 1er échevin à celle de bourgmestre : du pareil au même ?
    Non, pas du tout on est beaucoup plus interpellé en tant que bourgmestre. Au moindre conflit de voisinage, nous sommes consultés. Ceci dit, je n’ai pas à me plaindre. Modave reste une commune rurale très calme, où il n’y a pas beaucoup de problèmes. Je craignais d‘être dérangé nuit et jour, ce n’est pas le cas. Bien sûr, il y a plein de petites choses que j’ai dû apprendre dans cette nouvelle fonction. J’ai dû notamment traiter un problème de chiens maltraités. Ce n’est pas un cas qui nous est soumis tous les jours et en plus la loi venait de changer. Mais finalement, je m’attendais à plus de sollicitations et à plus de réunions. J’arrive à très bien gérer mon agenda maintenant.
    D’un point de vue pratique, ce que la fonction de bourgmestre a changé dans votre vie ?
    Vous devez savoir que j’ai eu mon premier GSM en devenant échevin, mais il restait toujours en bas. Le jour où je suis devenu bourgmestre, je l’ai pris avec moi dans ma chambre à coucher. Je dois être joignable 24 heures sur 24. Imaginez, un incendie, il faut reloger la famille, c’est le bourgmestre qui doit intervenir.
    Comment parvenez-vous à concilier vos nouvelles fonctions politiques avec votre emploi d’expert-comptable chez Renory et Liège contenair terminal ?
    Je suis quelqu’un de très organisé, très structuré. Dès mon élection, j’ai réduit mon temps de travail. Les mardi et jeudi, je suis à la commune. Il m’arrive parfois d’avoir des mails ou des communications téléphoniques de la Commune au travail. Parfois je dois aussi permuter les jours. Mais en général, cela se passe bien. J’ai la chance d’avoir un patron qui me soutient et qui accepte ma réduction du temps de travail, et la comprend. Je peux m’adapter pour autant que le travail au bureau soit réalisé.
    La plupart des bourgmestres sont aujourd’hui présents sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas votre cas. Pourquoi cette réticence ?
    Pendant la campagne électorale, tout le monde me disait il faut être sur les réseaux sociaux, j’ai prouvé que je pouvais être élu bourgmestre sans l’être. Cela ne me perturbe pas. Pour moi, c’est une manière de ne pas lire le fiel et les conneries qu’on peut parfois y déverser. J’entends en collège qu’on évoque ce qu’on dit sur Facebook, franchement, cela ne me donne pas envie d’y être.
    Envisagez-vous une carrière politique à un autre échelon ?
    Jamais. À 58 ans, c’est un peu tard pour viser un niveau plus haut. Puis j’ai toujours dit, le niveau communal, c’est celui qui m’attire le plus. Parce qu’il touche ses voisins et que la décision se voit directement sur le terrain.
    Entre Jeanne Defays (bourgmestre sortante, ndlr) et vous, comment s’est déroulé le passage de flambeau ?
    Vous lui demanderez mais personnellement très bien. Je garde d’excellents contacts avec elle et l’ambiance au sein du collège est très bonne.
    Jeanne Defays: «Moins stressée pour le Rallye du Condroz»
    Au lendemain du scrutin, Jeanne Defays élue avec 601 voix (3e score de la liste) contre 647 voix pour Eric Thomas, a dû céder son écharpe maïorale à ce dernier. Elle a hérité de la présidence de la CPAS « un poste qui me convient très bien, c’est un peu mon truc.  », assure-t-elle. « J’ai également conservé l’échevinat des aînés et de la santé, il y a du travail à faire. En général, mes journées sont bien remplies et il est rare que je n’ai pas quelque chose. »
    Moins cependant que lorsqu’elle était bourgmestre : « Effectivement, j’ai pu récupérer un peu de temps pour ma famille, je passe des nuits plus paisibles et dans la mesure où mon remplacement est plus facile à gérer, je peux partir plus souvent en vacances. Mais surtout, j’ai beaucoup moins de soucis, et moins de rouspétances. En tant que présidente du CPAS, j’ai encore beaucoup de contacts mais ce n’est plus la même chose. Puis surtout, la fonction est moins stressante. Par exemple, pour le Rallye du Condroz qui a eu lieu ce week-end, je suis moins stressé que d’habitude car en cas d’accident ou de problème, en tant que bourgmestre, nous sommes en première ligne. ».

    POM: ils sont 4 à découvrir une fonction
    Dans l’opposition, le parti POM totalise 4 nouveaux conseillers.
    Ils nous livrent leurs impressions après cette première année de mandat.
    Valérie Degrijse  : « Je suis encore en phase d’apprentissage, mais j’apprends énormément. Cela prend beaucoup de temps, plus que ce que je m’attendais. »
    Amal Sajid-Mathelot  : « On ne s’imagine pas ce que représente une commune, il y a beaucoup d’investissements, il faut être là pour tout le monde, c’est une grande découverte. En tant qu’infirmière indépendante, c’est autre chose mais l’écoute, très importante pour moi, est toujours là.
    Florent Mignolet : « Une surprise ? Pas vraiment. Je ne marchais pas dans l’inconnu, j’avais déjà participé a des conseils en tant que spectateur, je savais comment ça fonctionnait. Ce qui change, ce sont les réunions préparatoires du conseil, il faut trouver le temps de s’organiser, de préparer les dossiers mais c’est un travail qui prend assez de temps mais qui est assez chouette. »
    Gaëtan Di Bartolomeo  : « Je suis encore au stade de la découverte et de la phase apprentissage mais c’est très passionnant. Au niveau de mon organisation du temps, cela se passe plutôt bien. Je suis quelqu’un de très engagé, qui a pas mal d’activités, notamment au sein d’une asbl sportive, donc la gestion du temps je connais. ».
     
    Par M-Cl.G.

  • Du wifi gratuit dans les lieux publics de Nandrin

    Lien permanent

    Cinq communes de l’arrondissement Huy-Waremme ont été sélectionnées pour le projet « Wifi4Eu » de l’Union Européenne : Engis, Amay, Crisnée, Nandrin et Saint-Georges. Les visiteurs de ces différentes communes pourront bénéficier du Wifi dans les espaces publiques définis.


    Des points wifi gratuits vont être installés dans 5 communes de l’arrondissement Huy-Waremme grâce à un financement de l’Union Européenne. Engis, Amay, Crisnée, Nandrin et Saint-Georges ont été sélectionnées par ce projet. Jean-Michel Javaux vient en effet d’apprendre que la commune d’Amay avait été retenue parmi les 1780 communes européennes. « En février dernier, nous avons rentré l’appel à projet. Nous aimerions placer du wifi gratuit sur la Grand-Place d’Amay. De nombreuses activités sont organisées à cet endroit. A la gare d’Amay, nous aimerions également l’installer. Et si il y a encore une possibilité, pourquoi pas l’installer aussi à la gare d’Ampsin car il y a pas mal de voyageurs qui prennent le train », nous explique Jean-Michel Javaux, le bourgmestre d’Amay.
    Pas moins de 13.000 communes de toute l’Europe avaient soumis leur candidature. Les habitants et visiteurs de l’entité pourront se connecter gratuitement sur internet depuis des lieux bien définis. A Saint-Georges, Francis Dejon, le bourgmestre les a déjà choisis. « Le wifi sera installé sur la place Douffet à Stockay. C’est un endroit que l’on veut un endroit de rencontres », nous explique-t-il.


    A Crisnée, le wifi sera installé aux abords de la nouvelle maison communale et « si le financement le permet, nous équiperons également l’espace culturel à Kemexhe », indique Philippe Goffin.
    Cette initiative promeut la connectivité wifi gratuite pour les citoyens européens dans les lieux publics tels que les parcs, les places, les bibliothèques. Grâce à ce projet, les communes sélectionnées peuvent bénéficierd'un subside de 15.000 euros.


    Par A.D.

    Source

  • Les citoyens d'Engis auront accès à une plateforme en ligne visant à faciliter la communication

    Lien permanent


    Dès vendredi, les Engissois auront accès à une plateforme de participation citoyenne en ligne. Le but ? Faciliter la communication entre les citoyens et leur administration communale en leur offrant la possibilité de soumettre des idées de projets en un clic.

    Dès le premier novembre, les habitants d’Engis auront accès à une plateforme citoyenne en ligne qui leur permettra de partager leurs idées de projets pour la commune.

    Développée conjointement avec la société Citizenlab, cette initiative vise avant tout à développer un lieu d’échange entre les Engissois et leur administration communale. « On ne veut ni créer une foire aux questions, ni un réseau social déguisé, rassure le bourgmestre, Serge Manzato. Le but est de susciter un dialogue constant entre le citoyen et les élus communaux. Je ne vois pas ce qu’il y a de plus démocratique que ce processus. »

    Une enveloppe fictive

    Cette application vient répondre à la volonté, émise dans la déclaration de politique communale, de créer des budgets participatifs. Concrètement, la plateforme propose à chaque membre inscrit de distribuer une enveloppe fictive de 20 000 euros entre quatre projets de 5000 euros chacun. Ces projets se veulent « à taille de quartier », comme l’explique le bourgmestre.

    Dans un premier temps, aucun projet n’est présenté par la commune afin de donner carte blanche au citoyen, qui suggère ses propres idées. Dans un deuxième temps, les idées seront analysées par un conseil citoyen formé spécialement pour l’occasion. Pour être retenus, les projets devront rentrer dans les compétences communales et être d’intérêt général. En dernier lieu, les votes seront lancés via l’application pour choisir, parmi les projets retenus, ceux qui seront financés.

    Mars 2020

    Même si la fin du processus décisionnel est fixée au mois de mars 2020, avec un classement définitif des projets, l’outil reste un moyen de communication disponible toute l’année (collecte d’idées, discussions, sondages etc.). Certains des projets du classement, même s’ils n’ont pas atteint les quatre premières places, seront malgré tout susceptibles d’être budgétisés par l’administration communale si leur intérêt est confirmé. La finalité de Citizenlab est de stimuler la participation citoyenne sur le long terme. C’est l’échevin de la Participation citoyenne, Johan Ancia, qui a eu l’idée de cette collaboration. « J’ai une connaissance qui a travaillé sur le programme Réinventons Liège, créé en collaboration avec Citizenlab. Il y a un an, on s’est réunis avec eux pour discuter du projet. On voulait vraiment que ça soit en ligne, quelque chose d’intuitif. »
     
    Plusieurs citoyens ont déjà une idée des projets qu’ils vont soumettre à l’application : rajouter des modules dans les pleines de jeux, installer des barbecues partagés ou encore développer une mare environnementale. C’est la première fois que la commune d’Engis propose des budgets participatifs. Le service sera accessible dès vendredi à l’adresse www.citoyen.engis.be.

    Par  Pierre Targnion
     

  • Eric Hautphenne élu président de la Fédération PS de Huy-Waremme

    Lien permanent
    Le nouveau président de la Fédération PS de Huy-Waremme est connu. Il s’agit d’Eric Hautphenne, le bourgmestre de Héron. Il a été élu avec 68,8 % des voix. Le vice-président de la Fédération est le Marchinois Eric Lomba. Eric Hautphenne se présentait face à Marc Foccroulle qui présidait la Fédération depuis 2017.
    « C’est une grande satisfaction. Quand je vois le score, mais aussi le nombre de votants, deux affiliés sur trois ont voté, c’est une belle satisfaction démocratique ». Quelques minutes après son élection, Eric Hautphenne était heureux. Comme il l’avait déjà promis lors de la campagne il a annoncé qu’il comptait travailler dans un esprit rassembleur : « Dès demain, nous nous mettrons au travail avec tous. »
    Eric Hautphenne a été élu avec 68,8 % des voix. A la vice-présidence, le Marchinois Eric Lomba a recueilli 51,7 % et la trésorie, Jean François Ronveaux (seul candidat) 86,2 %. Au total 66 % des affiliés au PS de Huy-Waremme, soit près de deux affiliés sur trois, ont voté.
    La campagne visant à élire le nouveau président de la fédération de Huy-Waremme s’est déroulée dans un climat assez tendu : les députés de l’arrondissement étaient divisés quant au choix des candidats. Et l’affichage de leur préférence a irrité certains militants.
    Les militants avaient le choix entre deux candidats : le Braivois Marc Foccroulle, 54 ans, président de la Fédération PS de Huy-Waremme depuis 2017 et Eric Hautphenne, 57 ans, bourgmestre de Héron.
     
    Marc Foccroulle avait pris les rênes de la Fédération suite à la démission de Serge Manzato, éclaboussé par le sacndale Publifin. A l’époque seul candidat en lice après avoir occupé le poste de vice-président à trois reprises, Marc Foccroulle avait récolté 57,15 % des voix des militants de l’arrondissement. Le présentait se présentait en ticket, aux côtés de Thomas Bols et Stéphanie Kiproski qui briguent les vice-présidences.
    Eric Hautphenne, 57 ans, est mandataire communal à Héron depuis 2000. Echevin pendant 4 ans (de 2000 à 2004), il a été élu bourgmestre en 2005, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.
    Sur le plan privé et professionnel, ce père de deux grands enfants est directeur à l’agence wallonne à l’exportation. Le Héronnais se présentait aux côtés du Marchinois, Eric Lomba, qui briguait la vice-présidence.
    Christophe Lacroix contre Marc Tarabella
    Les deux candidatures ont divisé les militants. D’un côté, les députés fédéraux Christophe Lacroix et Hervé Rigot, ainsi que le député provincial Robert Meureau, ont affiché leur soutien à Marc Foccroulle. De l’autre, le député européen Marc Tarabella s’est positionné, dans une vidéo, en faveur d’Eric Hautphenne. Des prises de positions qui n’ont pas plu à Julien André, président des Jeunes Socialistes de Huy-Waremme : « Ce n’est pas correct de la part des députés d’afficher leur choix alors que les militants n’ont pas encore pu prendre connaissance des projets proposés par les candidats » nous confiait-il le 16 octobre dernier.
     

    Par A.BT

     
  • Les membres du MR votent dès aujourd'hui lundi pour leur futur président

    Lien permanent

     

    Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel : le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

    Le 12 novembre, les bulletins de vote par correspondance des militants auront été dépouillés et, en principe, le nom du nouveau président sera connu… à moins qu’un deuxième tour ne doive être organisé, une hypothèse qui n’est pas écartée.

    En vertu des statuts du parti, un candidat doit en effet recueillir 50 % des voix plus une pour être élu dès le premier tour. La multiplication des candidatures risque toutefois d’entraîner une dispersion des suffrages et la nécessité d’organiser un second tour.

    Le Montois, Georges-Louis Bouchez, semble pour l’instant le mieux positionné pour l’emporter. Ces dernières semaines, ce bouillonnant trentenaire a bénéficié de plusieurs soutiens de poids. Jean-Luc Crucke, Daniel Bacquelaine, Sophie Wilmès, Jacqueline Galant ou encore David Clarinval se sont publiquement ralliés à sa cause.

    Ces ralliements n’effraient cependant pas Denis Ducarme. « Moi, je ne m’adresse pas aux barons », a martelé l’actuel ministre fédéral de l’Agriculture, tout en assurant faire confiance aux militants.

    Christine Defraigne se positionne sur la même ligne. « C’est une insulte aux militants. Ils sont capables de se faire leur opinion par eux-mêmes. Ce martèlement n’est pas sain. On le ressent tous », déclarait-elle samedi dans une interview à l’Echo.

    Par Belga 

     

     

    Source

  • HUY-WAREMME ÉLECTIONS FÉDÉRATION DU PS LE 18 & 19 OCTOBRE 2019

    Lien permanent

    Foccroulle ou Hautphenne: les députés ont choisi

    Ces vendredi et samedi 18 et 19 octobre ont lieu, en même temps que l’élection du président national du parti, les élections au sein de la Fédération Huy-Waremme du PS.

    Nous l’annoncions au début du mois d’octobre, ils sont deux candidats à briguer cette présidence: le président sortant, Marc Foccroulle (Braives), et le bourgmestre de Héron, Eric Hautphenne.

    Lors des élections de 2017, le Braivois était l’unique candidat à la succession de Serge Manzato. Il avait occupé le poste de vice-président à trois reprises. Il avait récolté 57,15% des voix des militants de l’arrondissement.

    Pour ces élections qui ont lieu ces vendredi et samedi, il se présente en ticket, aux côtés de Thomas Bols et Stéphanie Kiproski qui briguent les vice-présidences. Au niveau du programme que le trio défend, il est composé de trois axes majeurs:

    1. défendre les valeurs du Parti socialiste (solidarité, égalité et justice sociale);

    2. fédérer l’énergie des 150 élus et des 3.500 affiliés;

    3. soutenir et faire émerger les nouvelles générations.

    Pour ce faire, le trio annonce vouloir renforcer les synergies mises en place tant avec les Ainés et les Jeunes qu’entre les 150 élus socialistes de Huy-Waremme; ils continueront également à soutenir l’action commune avec la FGTB et Solidaris.

    Enfin, une modernisation de la communication, en particulier la communication digitale et le renforcement de la présence sur les réseaux sociaux, sera mise en œuvre au plus vite afin que nos valeurs puissent être diffusées et que des sympathisants puissent devenir des adhérents.

    De son côté, Eric Hautphenne avait déjà confié son ambition: redynamiser les assemblées et remettre le débat au centre de nos actions. «Ce que je constate, c’est qu’il y a de moins en moins de gens motivés à nos assemblées, il faut inverser la tendance et ramener les militants autour de la table.»

    Ce week-end, les députés socialistes Robert Meureau (Province), Christophe Lacroix et Hervé Rigot (Fédéral) ont annoncé leur choix. Ils ont apporté leur soutien au ticket Foccroulle-Bols-Kiproski. Reste à savoir s’ils seront suivis par les militants.

    Par CH.C.

    Source

  • C’est ce lundi à minuit que se clôturait le dépôt des candidatures pour le renouvellement de l’équipe dirigeante de la Fédération du cdH de Huy-Waremme

    Lien permanent

    Thomas Fyon candidat à présidence du cdH

    Un Hannutois pour succéder à un autre Hannutois? Les militants trancheront le 22 novembre

    C’est ce lundi à minuit que se clôturait le dépôt des candidatures pour le renouvellement de l’équipe dirigeante de la Fédération du cdH de Huy-Waremme. Hier en fin de journée, une seule équipe était en lice. Elle est emmenée par le Hannutois Thomas Fyon

    A moins d’un rebondissement de dernière minute, le successeur de Benoît Cartilier, le président sortant de la Fédération du cdH de Huy-Waremme, ne devrait pas faire l’objet de beaucoup de suspens. Hier, lundi, à quelques heures de la clôture des candidatures, une seule équipe avait déposé sa candidature. Elle est emmenée par le Hannutois Thomas Fyon qui se présente au poste de président. Ce jeune trentenaire, licencié de l’ULB en sciences politiques, père de deux enfants de 2 et 5 ans, incarne le renouveau au sein du cdH où il travaille depuis 2012. Depuis les élections régionales et la débâcle des Humanistes, il a rejoint l’équipe pilotée par le philosophe Laurent de Briey qui réfléchit au futur du parti. Ce vaste chantier a déjà débuté. «Il a démarré par une phase d’écoute interne qui nous amène à faire le tour des Provinces et des arrondissements. Il se poursuivra par une phase d’écoute externe qui devrait être lancée à partir de janvier», révèle le Hannutois. Sur le plan local, depuis 2016, il préside la section locale de Hannut.


    FORCE ET FAIBLESSE DU HANNUTOIS

    Sa faiblesse? Il n’est pas très connu dans l’arrondissement.

    «C’est par le travail qu’il se fera connaître au fil du temps car se faire accepter par les militants, je n’ai aucun doute là-dessus.

    Il a déjà commencé sa tournée dans l’arrondissement et on peut déjà voir son rôle fédérateur. Il a beaucoup d’enthousiasme. Pour le cdH de Huy-Waremme, il est l’homme de la situation», assure avec optimiste
    Damien Wathelet (42 ans) , candidat également pour faire partie de l’équipe.

    Le 1er échevin de Clavier se représente au poste de secrétaire politique, une place qu’il occupait déjà sous le règne de Benoît Cartilier. «Je me sens mieux dans un rôle de transition et de relais.

    En tant que 1er échevin et mon engagement dans différentes structures comme le contrat rivière Meuse Aval je n’ai pas assez de temps pour porter une équipe.», justifie ce père de deux filles de 9 et 13 ans, employé au SPW Energie où il travaille sur la promotion des énergies renouvelables.

    L’équipe complétée par deux vice-présidents, le Lincentois Raphaël Lefèvre et la Hutoise Françoise Kunsch sera proposée au suffrage des militants le 22 novembre prochain.

    L’assemblée générale se tiendra à Huy.

    Par MARIE-CLAIRE GILLET

    Raphaël Lefèvre (Lincent) et Françoise Kunsch (Huy)

    Raphaël Lefèvre, 39 ans, de Lincent.

    Ce jeune papa d’une fille de 4 ans est professeur de cuisine dans l’enseignement spécialisé; il est également guide nature. Au niveau politique, il est membre du cdH depuis 20 ans.

    Il a entamé sa carrière à Hannut avant de déménager à Lincent en 2012.

    Il a été élu conseiller communal en 2018. Il connaît bien Thomas Fyon avec qui il travaillé lors de la dernière campagne électorale. «Raison pour laquelle nous souhaitions repartir ensemble», souligne-t-il.

    Son ambition?

    «Poursuivre le travail de Benoît Cartilier, être un relais pour les mandataires et donner une ouverture à la société civile.» 

    Françoise Kunsch-Lardinoit, 65 ans,de Huy, «je suis l’aînée de l’équipe», comme elle se décrit elle-même avec le sourire.

    «la plus âgée et la plus expérimentée», complète-t-elle pour introduire son parcours politique.

    Depuis 2001, la Hutoise siège au conseil communal de sa ville.

    En 2010, lors du renversement de la majorité d’Anne-Marie-Lizin, elle est entrée dans le collège où elle a été réélue aux élections de 2018

    .M-CL.G.

     Par MARIE-CLAIRE GILLET

     

    Source

  • LES COMMUNES INVESTI DE MOINS EN MOINS ?

    Lien permanent

    Les investissements ont la vie dure dans les communes ! Pour cette année, les dépenses en termes d’investissements sont en baisse de 9,5 % d’après l’étude du SPW Intérieur sur la situation budgétaire des communes wallonnes à l’initial 2019. Année d’élections oblige, les investissements avaient effectivement été plus importants en 2018. Mais là aussi, pas autant qu’espérés. La tendance est donc à la baisse…

    En 2019, 1,56 milliard d’euros d’investissements ont été budgétés. Soit 439 euros en moyenne par habitant. C’est dans le Luxembourg que le montant investi par habitant est le plus important : 725,5 euros. Viennent ensuite le Hainaut (505,5 euros), les provinces de Namur (432,4 euros) et de Liège (329,2 euros) et enfin le Brabant wallon 305,4 euros.

    Les voiries sont incontestablement les grandes gagnantes des investissements avec 132,2 € budgétés par habitant à l’échelle régionale, soit près d’un tiers de leurs investissements. Il s’agit là d’une tendance historique. Et pour cause : les pouvoirs locaux sont gestionnaires de plus de 85 % des voiries et des espaces publics qui y sont attachés, selon l’Union des villes et communes wallonnes. Malgré tout, les montants sont eux aussi revus à la baisse puisqu’on atteignait les 140 € en 2017 et 164,4 € en 2018.

    Le sport, la culture et les loisirs sont le deuxième volet dans lequel les communes investissent le plus, avec une moyenne de 81,8 euros par habitant. Pour l’enseignement et le logement, comptez 41 euros en moyenne chacun. Quant à l’environnement, la moyenne n’est que de 9 euros par habitant.

    Globalement, les communes investissent de moins en moins. De plus, rien ne nous dit que les montants annoncés seront effectivement mobilisés : « Il faut savoir que le taux de réalisation pour les investissements, soit le rapport entre les montants budgétés et les dépenses enregistrées aux comptes, est habituellement assez faible », précise-t-on au SPW. Rappelons également qu’il s’agit bien d’investissements : les travaux récurrents, considérés comme « ordinaires », n’entrent ici pas en compte.

    Les grands écarts

    Cette baisse des investissements témoigne des difficultés financières des communes. Pour investir, vouloir ne suffit pas. Encore faut-il en avoir les moyens. C’est pourquoi le précédent gouvernement wallon avait décidé d’accorder un peu plus de souplesse aux communes en leur permettant d’emprunter davantage pour investir. Le Fonds régional des investissements communaux a également été renfloué. « Cela témoigne d’une prise de conscience de l’importance d’investir », souligne Katlyn Van Overmeire, conseillère en finances publiques locales à l’UVCW. « Mais les effets ne se font pas encore sentir. Il faudra voir ce qu’il en est dans quelques années. »

    Précisons enfin que les réalités varient fortement d’une commune à l’autre. Liège n’a, par exemple, rien prévu comme investissements ni pour ses voiries, ni pour le sport et la culture, l’enseignement, le logement ou l’environnement. Par contre, Seraing a prévu 442 euros par habitant pour le logement et Seneffe vise des investissements à hauteur de 350 € pour l’enseignement. Le SPW rappelle toutefois qu’il peut y avoir de gros investissements consentis une année et puis plus rien pour les suivantes.

    Par Sa.B.

     

    Source

  • Le Conseil d’État a décidé de suspendre le choix des assurances de la commune de Nandrin

    Lien permanent

    L'information nous vient de l'Echo, un article en ligne du 8 octobre 2019 à 21h 21 .

    Il est annoncé qu' au nom du principe d’égalité, le Conseil d’État a suspendu l’attribution des assurances de la commune à Ethias.

     L'attribution des contrats de la commune de Nandrin à une compagnie qui est Ethias plutôt qu’à l'autre qui est  P&V Assurances , cela a été suspendue par une procédure d’extrême urgence,  un arrêt rendu au mois de septembre 2019.

    Selon les explications de l'Echo 

    P&V a déposé un recours en extrême urgence devant le Conseil d’État pour le  Motif que le principe d’égalité aurait  été violé, par la raison que la commune aurait invité  seulement Ethias à remettre une offre améliorée, et pas P&V. .

     

    Article complet explications et détails sur l'Echo Clic ici 

     

     

  • Les candidats PS à la présidence et viceprésidence de la fédération Huy-Waremme !!!

    Lien permanent

    Deux candidats à la présidence du PS de Huy-Waremme

    Les candidatures ont été validées ce mercredi par le bureau principal du PS. À la présidence, deux candidats : Marc Foccroulle, président sortant, et Eric Hautphenne, bourgmestre de Héron.

    En 2017, le Braivois Marc Foccroule, 54 ans, avait succédé à Serge Manzato démissionnaire suite au scandale Publifin. Il était le seul candidat en lice après avoir occupé le poste de vice-président à trois reprises.

    Il avait récolté 57,15 %des voix des militants de l’arrondissement.

    Eric Hautphenne, 57 ans, est mandataire communal à Héron depuis 2000. Echevin pendant 4 ans (de 2000 à 2004), il a été élu bourgmestre en 2005, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.

    Sur le plan privé et professionnel, ce père de deux grands enfants est directeur à l’agence wallonne à l’exportation.

    Avant de déposer sa candidature, il confesse avoir discuté « avec beaucoup d’amis ». Son ambition : redynamiser les assemblées et remettre le débat au centre de nos actions. « Ce que je constate, c’est qu’il y a de moins en moins de gens motivés à nos assemblées, il faut inverser la tendance et ramener les militants autour de la table », avance-t-il.

    L’arrivée de Paul Magnette à la présidence du parti n’est pas non plus étrangère à son envie de s’impliquer davantage dans la fédération : « Ces derniers temps, il y avait une très forte concentration du pouvoir. On ne nous écoutait plus beaucoup au niveau des fédérations. Paul Magnette apporte une autre manière de faire fonctionner nos structures internes », conclut-il.

    Il tient enfin à préciser quece n’est pas une candidature contre Marc Foccroulle  : « avoir plusieurs candidats est plus sain pour la démocratie ».

    Au poste de secrétaire, il n’y a qu’un seul candidat : Jean-François Ronveaux, directeur général de l’hôpital de Huy, le CHRH, qui occupait déjà le poste

    Reste maintenant aux affiliés à choisir leur candidat. Les élections sont prévues les 18 et 19 octobre, et le dépouillement 5 jours plus tard. Le bureau principal qui supervise cette élection interne l’a prévu le 24 octobre.

    La Waremmienne Kiproski élue quoi qu’il arrive

    En ce qui concerne la vice-présidence, 4 candidats postulent pour deux places. Parité oblige, la socialiste waremmienne Stéphanie Kiproski, seule femme à se présenter, est assurer de figurer dans la future équipe. Elle succédera donc à l’Amaytoise Mélanie Goddevrind (32 ans) élue avec 32,8 % des voix et qui ne se représente plus.

    Thomas Bols, 35 ans, vice-président sortant. Echevin à Wanze, il est également chef de cabinet du député provincial Robert Meureau.

    En 2017, il avait été élu avec 33 % des votes.

    Christophe Ben Moussa, 48 ans, conseiller communal à Berloz, il est employé à la Province de Liège, au service des bâtiments. Pendant 13 ans (de 2006 à 2018), il a été président de l’USC de Berloz. Son ambition: « rester dans la même lignée que celle tracée par Marc Foccroullequi s’est investit dans un travail de fond et de rassemblement. Il a fait beaucoup pour les petites communes. »

    Stéphanie Kiproski, 41 ans, échevine à Waremme depuis 2008. Sur le plan professionnel, la Waremmienne, maman d’une fille, est attachée au Centre Régional d’Aide aux Communes. Son ambition : « Notre Fédération doit faire preuve d’ambitions politiques, de modernisme et doit compter sur l’échiquier politique de la Province », indique-t-elle.

    Eric Lomba, bourgmestre de Marchin depuis 2001 et échevin depuis 1995. « Je suis sans doute un des mandataires les plus anciens », glisse-t-il, sans fausse pudeur. Ce qui lui vaut dit-il, « une solide expérience », excepté à la fédération où c’est la première fois qu’il pose sa candidature.

    L’homme fort de Marchin met en avant ses nombreuses impliccations qui dépassent largement le seul cadre de sa commune : il est président du Gal Pays des Condruzes, membre de la Conférence des élus de Huy-Waremme, conseiller provincial depuis 2012. « Je croix que je peux apporter un autre regard et que mon expérience peut être utile. »

    Des chances d’être élu? « En tout cas, quand je suis candidat aux élections je fais des scores, à ce qui paraît... »

    Par M-Cl.G. Source

  • Des amendes communales pour remplacer la justice ?

    Lien permanent

    Les communes font toujours plus le travail de la justice

    Les sanctions administratives communales (SAC), inventées par le législateur en 1999, permettent de sanctionner de plus en plus d’infractions sans passer par la case justice. Cela a commencé en 2006 par les petites incivilités (crottes de chien, uriner en rue…) Puis en 2008, on a ajouté les infractions liées à l’environnement (feu au fond du jardin…). En 2013, toutes les infractions liées au stationnement (sauf le défaut de paiement aux horodateurs) ont été ajoutées. Puis sont arrivées les « infractions mixtes » où l’on trouve des choses graves tout de même comme les vols simples, les injures, les coups et blessures sans incapacité…

    Certaines communes commencent à trouver le panier bien lourd. C’est le cas de cinq municipalités boraines (Boussu, Colfontaine, Frameries, Saint-Ghislain, Quaregnon) qui hésitent à adhérer au protocole d’accord avec le parquet de Mons qui, vu ses maigres moyens, dit ne plus pouvoir traiter que 8.000 dossiers par an (sur les 60.000 qui lui arrivent en correctionnel).

    Au parquet de Namur, toutes les communes de la province ont adhéré au protocole proposé par le procureur du Roi Vincent Macq. La dernière commune y a adhéré en 2018. « J’aurais préféré qu’on me donne les moyens, mais je ne les ai pas », explique le procureur Macq. « Ce protocole est plus qu’un excellent plan B : ça garantit une réponse là où il n’y en a plus depuis un petit temps. Cela met fin à un sentiment d’impunité et d’insécurité pour les gens qui sont victimes de ces faits. » Et toutes les infractions sont reprises dans le protocole.

    Du côté de l’Union des Villes et des Communes, on voit ça sous un autre angle. « Ce n’est pas le rôle des communes de faire le travail de la justice », réagit Ambre Vassart, conseillère. « Dès lors, si une commune n’a pas les capacités humaines et matérielles de remplir cette nouvelle mission, elle peut ne pas le faire et il ne faut pas la blâmer ! »

    Namurois : 700.000 € d’amendes

    Le bureau d’amende administrative de la province de Namur, qui gère les SAC pour les 37 communes namuroises (toutes les communes sauf Namur qui a son propre agent sanctionnateur), nous a livré ses statistiques 2018. Tout d’abord, le nombre de dossiers est en hausse constante au fil des ans : 7.360 en 2018 (6.897 en 2017). Les 7.360 dossiers ont débouché sur 6.885 sanctions (amendes et/ou médiations et/ou prestations citoyennes). La différence (445 dossiers) s’explique par le fait qu’on ne parvient pas à identifier l’auteur, qu’un décès est intervenu, etc.

    Les infractions routières liées au stationnement et arrêts représentent plus de la moitié des p.-v. (58 à 116 € d’amendes) : 4.033 p.-v. Les infractions mixtes, punissables d’une amende maximale de 350 €, arrivent en 2e position avec 1.294 p.-v. en 2018 dont 462 pour des faits graves (vols, injures, coups et blessures…) et 832 pour des faits plus légers (dégradations, tapages nocturnes, tags…). Arrivent ensuite les infractions environnementales (606 p.-v.) pour lesquelles on risque des amendes allant jusqu’à 100.000 € ! En 2018, les SAC ont rapporté 700.000 € à répartir dans les caisses des 37 communes namuroises. Pas de quoi payer le travail des agents constatateurs et sanctionnateurs et le personnel administratif.

    Par L.J. ET F. DE H.

     

    Source 

  • COMPENSATIONS FINANCIÈRES D’ELECTRABEL

    Lien permanent

    880.000 € pour 17 communes et 18 millions versés à Huy

    Les jours de la centrale nucléaire de Tihange sont comptés. Si tout se déroule comme prévu, le site doit être fermé en 2025. Cela n’empêche pas les communes avoisinantes de continuer à toucher des rentes confortables en provenance de la centrale nucléaire. La convention liant 17 communes situées dans un rayon de 10 km autour de la centrale vient ainsi d’être réévaluée. Elle augmente de 3,44 % et passe à 880.000 euros. Les montants sont répartis selon différents critères, dont le nombre d’habitants, et doivent notamment soutenir des projets d’intérêt général.

    Ce montant en augmentation est bien faible par rapport à ce que touche la ville de Huy. La cité du Pontia bénéficie d’une convention particulière qui vient, elle aussi d’être réévaluée. L’ancienne convention prévoyait un versement de 2,9 millions d’euros. Il vient de passer à 3 millions. Nouveauté : il sera indexé.

    Parallèlement à cette convention à 3 millions, la Ville de Huy touche diverse taxes imposées à la centrale édifiée sur son territoire. Chaque année, le précompte immobilier et la force motrice lui rapportent près de 15 millions. Logique donc que l’après-nucléaire inquiète le député-bourgmestre Christophe Collignon.

    « Le démantèlement est plus qu’un enjeu financier pour Huy. C’est un enjeu important pour toute une sous-région » affirme-t-il. Depuis quelques années, Huy a commencé à constituer son bas de laine pour faire face à l’après-nucléaire, mais les réserves actuelles ne suffiront pas. Un comité de pilotage, réunissant notamment des représentants de la Ville, de la SPI et de l’ULiège a été mis en place pour accompagner la sortie du nucléaire.

    Par A.BT

     

    Source

  • La polémique avait fait rage en 2018 : les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé ?

    Lien permanent

    Terrains synthétiques: moratoire prolongé

    La polémique avait fait rage en 2018 : les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux pour la santé ? Ou plutôt, les petites billes de caoutchouc (des pneus recyclés) qui servent à amortir les chocs et à tenir les brins « d’herbe » sont-elles nocives ? Pour les utilisateurs des terrains, en particulier les plus jeunes, et pour l’environnement.

    La Wallonie compte largement plus de 150 terrains synthétiques et il s’en crée de nouveaux des dizaines chaque année en Belgique.

    À l’heure actuelle, on ne sait toujours pas si ces billes sont dangereuses pour la santé. Une étude commandée par la ministre des Infrastructures sportives précédente, Valérie De Bue, se voulait rassurante.

    Mais les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux. Jean-Luc Crucke, qui avait décidé de prendre aux frais de sa commune le nettoyage du terrain synthétique de Frasnes, est un adepte du principe de précaution. « Je vais prolonger le moratoire sur les billes en caoutchouc », nous dévoile-t-il.

    « Autrement dit, les subsides seront toujours refusés pour ce type de terrain avec ces granules aussi appelées SBR. » Le but est aussi de favoriser les alternatives à ces billes de caoutchouc : le coco ou, mieux, le liège. Le coco aurait tendance à s’envoler avec le vent…

    Étude environnementale

    À côté de la santé des utilisateurs, il y a donc aussi l’environnement. « On n’a pas encore d’idée sur l’impact environnemental exact », reprend M. Crucke.

    « Par exemple sur les terres et sur l’eau. Des analyses avaient été annoncées par Carlo Di Antonio (ministre sortant de l’Environnement, NDR).

    L’étude n’a pas été faite ou, en tout cas, je ne l’ai pas. Céline Tellier (Écolo, nouvelle ministre de l’Environnement) va demander une étude d’impact à l’Institut scientifique de service public. »

    En attendant, les subsides seront donc uniquement octroyés aux terrains recourant au coco et au liège, ce dernier présentant un autre avantage : « C’est un produit wallon », conclut le ministre Crucke.

    Par B.J.

     

    Source

  • L’engagement des communes wallonnes pour des achats durables & responsables

    Lien permanent

    Engager des demandeurs d’emploi ou des personnes en situation de handicap, limiter le réchauffement climatique, réduire la pollution et les déchets ou encore lutter contre le dumping social, ce sont quelques-uns des
    engagements pris par 58 communes wallonnes qui ont fait le pari d’une politique d’achats responsables sur les plans économique, social, éthique et environnemental. Signataires d’une charte, elles concrétiseront ces objectifs
    à travers un plan d’actions. Infos sur www.walloniedemain.be

    Sur proposition du Gouvernement Wallon, 58 communes ont signé, le16 mai, la charte pour des achats durables te responsables au sein des pouvoirs locaux.

    Plus qu’une simple ratification, il s’agit de rédiger et de mettre en œuvre un plan d’actions.

    Celui-ci sera adapté à chaque commune, aux spécificités de son territoire et aux démarches qu’elle a déjà initiées dans le passé.

    Le Service Public de Wallonie mettra à disposition des communes signataires une série d’outils, des formations aux achats durables et responsables, mais aussi un canevas de plan d’actions. Celui-ci fera, ensuite, l’objet d’une approbation au Conseil Communal, engageant les autorités locales à développer des démarches d’achats plus responsables sur les plans économique, social, éthique et environnemental.

    Votre commune fait-elle partie des signataires ? Découvrez la liste complète ici.

     

    Source info https://www.walloniedemain.be/?s=+ACHATS+DURABLES

    https://www.wallonie.be/fr/vivre-la-wallonie

  • Ma commune en transition

    Lien permanent

    Le concept de « Villes en transition » a vu le jour en Grande-Bretagne, àl’initiative de Rob Hopkins.

    Il part du principe que chaque entité, chaque acteur de la société, a un rôle à jouer en ce qui concerne la transition.

    Le changement des habitudes ne doit pas exclusivement venir des gestes individuels quotidien ou des instances politiques.

    La préservation de notre planète exige une action collective et concertée.
    Le Ministre wallon de la Transition Ecologique lance un appel à toutes les communes soucieuses de leur environnement, celles qui veulent agir sur leur territoire sur base de projets concrets et spécifiques.


    « Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge » - W. Churchill.


    La Wallonie se propose d’être la partenaire des communes wallonnes qui souhaitent soutenir et initier des projets en faveur de la transition écologique compte tenu des spécificités de leur territoire.


    En effet, les pouvoirs communaux et associations locales sont, sans aucun doute, les plus à même de définir leurs besoins et les attentes de la population en ce qui concerne le changement des modes de production et
    de consommation.

    Source

    https://www.walloniedemain.be/articles/ma-commune-en-transition/

  • Verdissement des places publiques

    Lien permanent

    Le Ministre wallon de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire Carlo Di
    Antonio avait lancé un appel à projet pour encourager la végétalisation de l’espace public, en favorisant l’agriculture urbaine.


    Cet appel aux communes visait à encourager une nouvelle dynamique destinée à mobiliser les citoyens autour des places aménagées, en les rendant plus naturelles et conviviales.


    la reconquête des espaces publics de Wallonie avec des espèces locales, mellifères, des arbres fruitiers et des plantes comestibles, peu présents actuellement sur ces espaces,voire le développement de l’agriculture urbaine ;l’amélioration du cadre de vie des citoyens ;le renforcement de la cohésion sociale, en encourageant les citoyens à se retrouver autour de ces plantations et de leurs gestions, aux rythmes des saisons et des récoltes.


    Les plantations visées étaient essentiellement des arbres fruitiers et plantes comestibles ;des espèces mellifères qui attirent les insectes pollinisateurs (abeilles et papillons) ;des espèces indigènes qui nécessitent peu d’intervention humaine.


    Avec ce projet, le Ministre de l’Environnement souhaitait inscrire la Wallonie dans cette démarche novatrice qui fleurit un peu partout en Europe et dans le monde.

    À la suite de l’appel à projets « Verdissement des places publiques », 32 communes ont bénéficié d’un subside régional et d’un accompagnement pour reverdir un espace public.


    Potagers collectifs,plantation de verger, installation de bacs potagers, semailles pour une prairie fleurie mellifère... De Gesves à Flémalle, en passant par Bernissart, ces projets variés rendront de l'intérêt à de nombreuses zones oubliées ou bétonnées.

    Retrouvez la liste des communes et des projets sur www.wallonie.be

     

    Source 

    https://www.uvcw.be/impressions/toPdf.cfm?urlToPdf=/articles/0,0,0,0,7155.htm

    N°45 https://www.wallonie.be/fr/vivre-la-wallonie

  • Un accroissement net de 12.000 nouveaux logements publics d’ici 2024

    Lien permanent

    Avec 40.000 ménages en attente,les besoins en logements sociaux sont grands.

    Un schéma de développement régional réalisé au niveau wallon identifie les zones de construction les plus pertinentes,au regard des demandes, de l’emploi,des services.

    Un accroissement net  de 12.000 nouveaux logements publics d’ici 2024 : c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement wallon.

    Mais où créer ces nouveaux logements ? Le centre d’études en habitat durable (CEHD) a mis sur pied un schéma de développement régional du logement public qui identifie les communes où il serait pertinent de créer du logement public d’ici 2030, en tenant compte des pôles d’emploi et des services.

    Selon le centre, le parc de chaque commune devrait être égal à 1,5 fois la demande pour couvrir celle-ci.
    Résultat ? 92 communes ont été identifiées comme pertinentes pour accueillir de nouveaux logements sociaux. Avec un total de 8.961 logements.
    « Ces 92 communes sont principalement concentrées en Brabant wallon et le long de la dorsale wallonne, soit la zone la plus urbanisée de la Wallonie.

    Divers pôles structurants en font aussi partie : Dinant, Marche-en-Famenne,
    Libramont-Chevigny, Bastogne, Arlon… », peut-on lire.
    D’après le Schéma de développement régional, c’est à Liège qu’il en faudrait le plus : 747 pour être exact. Viennent ensuite les communes d’Ans (541 logements), Namur(442) ou encore Nivelles(379).

    Mais on est ici confronté à un problème : l’offre foncière y est rare. C’est pourquoi, s’il n’est pas possible de construire suffisamment de logements, « l’acquisition de logements sur le marché privé ou la restructuration du
    parc » sont envisagées par le CEHD.

    On pourrait par exemple imaginer de diviser des grands logements
    pour les transformer en plusieurs, plus petits. Braine-l’Alleud complète le top 5 avec 354 constructions identifiées. Il s’agit là d’une commune qui connaît une forte croissance démographique.


    0 À CHARLEROI ET SPA


    Petite surprise parmi les résultats :à Charleroi, Mouscron, Quiévrain, Boussu et Spa, le nombre de logements
    à créer est de… 0. « Cette situation résulte du fait que ces communes possèdent déjà à
    l’heure actuelle un nombre de logements équivalent à 1,5 fois le nombre de candidatures. Remplissant déjà l’objectif de couverture, elles ne doivent pas créer de nouveaux », indique-t-on.


    Bien évidemment, ce n’est pas parce qu’on identifie 92 communes que les 161 restantes n’ont pas de besoins. Elles ne sont simplement pas reprises ici car « leur situation en matière d’accès à ’emploi et aux services ainsi
    qu’en matière de mobilité est moins bonne que celles des autres communes ».

    Le CEHD propose toutefois d’y accroître le nombre de logements en passant par des agences immobilières sociales .
    La déclaration de politique régionale 2019-2024 ne mise pas tout non plus sur la construction de
    nouveaux logements. Sur les 12.000, elle cible 3.000 nouveaux, 6.000 pris en gestion par les agences immobilières sociales et 3.000 rénovations de logements actuellement inoccupés.


    Le schéma ici présenté est une piste. Ce sera bien évidemment au monde politique de s’en saisir.
    L’étude avait été commandée par le précédent gouvernement wallon qui souhaitait notamment tenir compte de la mobilité, de l’accès au service et à l’emploi. Le nouveau ministre du Logement, Pierre-Yves Dermagne, devra se
    saisir de la question. La déclaration de politique régional indique en tout cas qu’un schéma de développement
    régional du logement devra être adopté afin d’identifier les zones d’implantations prioritaires.

    Par S.B.

    Source 

    Une ou deux chambres suffisent

    Le centre d’études ne s’est pas contenté d’identifier le nombre de logements. Il s’est aussi penché sur le nombre de chambres nécessaires par habitation… Verdict : ce sont les petits logements (une à deux chambres) qui ont le plus de succès. Ils représentent plus de 90 % des biens qu’il serait pertinent de construire. Et pour cause : 8 candidats sur 10, en attente d’un logement public, demandent une petite habitation. Or celles-ci ne représentent même pas la moitié du parc disponible.

    Les demandes varient bien évidemment d’une région à l’autre. Les grandes villes sont surtout demandeuses d’un appartement ou d’une maison avec une seule chambre. À l’inverse, du côté de Verviers et Dison, les quatre chambres et plus ont davantage de succès.

    Notons également que ce succès des biens comprenant moins de deux chambres n’est pas typique des logements publics. De manière générale, la taille des habitations diminue en Belgique. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance. Pointons d’abord le vieillissement de la population qui voit grandir le nombre de ménages composés d’une ou de deux personnes. Le phénomène de la décohabitation joue aussi son rôle : les ménages monoparentaux sont eux aussi demandeurs de logements plus petits.

    Outre ces 92 communes, le schéma de développement régional n’oublie pas le reste de la Wallonie.

    Si « leur situation en matière d’accès à l’emploi et aux services ainsi qu’en matière de mobilité est moins bonne que celles des autres communes », il n’en reste pas moins que les besoins sont là. « C’est pourquoi nous proposons de recourir ici aux AIS (Agences immobilières sociales, NDLR). »

    Le principe est simple : les biens appartiennent à des privés mais sont gérés par les AIS qui les mettent en location – à un prix abordable – à destination des ménages précarisés ou à revenus modestes.

    Tout le monde s’y retrouve : les locataires trouvent un toit tandis que les propriétaires « bénéficient de plusieurs avantages dont la garantie de paiement du loyer, le suivi de l’entretien du bien par le locataire et la remise en état du bien en cas de dégradation, l’exonération ou la réduction du précompte immobilier et enfin, des aides à la réhabilitation et à la mise en conformité du logement », rappelle le CEHD.

    Une autre option, déjà évoquée ci-contre, consiste en la subdivision des grands logements en plus petits.

    Avec ces deux manières de faire, il serait possible de gonfler encore le parc de logements publics. Cela représenterait, selon le CEHD, entre 1.672 et 3.144 logements supplémentaires dans les 161 communes wallonnes restantes.

    Ce recours à des agences immobilières sociales, le nouveau gouvernement wallon entend l’utiliser. Dans la déclaration de politique régionale, le gouvernement wallon annonce vouloir, via son ministre du Logement Pierre-Yves Dermagne, « augmenter le nombre de logements ou bâtiments transformés en logements (bureaux, espaces inoccupés, etc.) pris en gestion par les agences immobilières sociales et en aide locative par le Fonds du logement wallon afin d’atteindre 11.000 logements d’ici 2025 ».

    Par S.B.

    Source 

     

    Logements sociaux à créer par commune*

    * Nombre de logements publics qu’il serait pertinent de construire d’ici 2030

    logement meuse.JPG