Bénévolat

  • À 10 ans, Luna Nandrinoise lutte courageusement contre le syndrome de Noonan

    Lien permanent

    Envoyez vos messages à la petite Luna à Nandrin pour qu’elle oublie sa maladie

    Fin 2019, on vous emmenait à la rencontre de Luna, une fillette nandrinoise de 9 ans atteinte du syndrome de Noonan.

    Cette maladie rare d’origine génétique, apparentée à une forme de nanisme, l’empêche de se développer comme les autres enfants. La petite souffre d’anomalies cardiaques, de difficultés à s’exprimer et d’un léger retard mental.

    Une mini-ferme lui était offerte en 2019

    Les nombreuses opérations et les passages fréquents à l’hôpital font du quotidien de Luna une épreuve stressante. « Elle vit ça depuis qu’elle est née, donc c’est naturel pour elle. Elle est toujours souriante », remarque fièrement Muriel, sa maman.

    Au début de l’été 2019, Luna se rend à l’ASBL « Générosité pour les Sans Voix », à Flémalle, en vue d’adopter un chaton. Une fois sur place, elle jette son dévolu sur un chaton roux auquel il manque une patte.

    Touché par ce geste, le président de l’association Logan Putzeyse propose de réaliser le rêve de la fillette : avoir une mini-ferme dans son jardin.

    « On lui a fait la surprise d’amener des animaux chez elle.

     

    Elle a reçu un couple de canards, deux lapins, deux poules et un coq », se remémore Logan.

    « Elle a un petit cabanon où elle prépare la nourriture pour ses animaux. Ils sont vraiment bien ».

    En attente d’un Holter pour son cœur

    Un an plus tard, à l’approche des fêtes de fin d’année, le président de l’ASBL veut à nouveau marquer son soutien et son amitié envers la petite Nandrinoise de 10 ans en lançant une action de solidarité.

    « L’année passée, la rencontre avec Luna était un très beau moment, qui m’avait fortement touché.

    Malgré sa maladie, c’est une fille souriante et une battante. Elle vit actuellement des moments compliqués avec ses soucis cardiaques. On avait envie de mettre quelque chose en place pour elle ».

     

    Effectivement, le Covid-19 ne facilite en rien le quotidien de Luna.

    À cause de sa cardiopathie pulmonaire, elle ne doit surtout pas attraper le virus.

    « Certains rendez-vous médicaux sont reportés. Mais elle garde un suivi cardiologique strict », précise sa maman. « Lors de sa dernière visite, le docteur a dit qu’elle devrait porter un Holter, mais on ne peut pas lui donner tout de suite car ils les gardent pour les patients Covid.

    On la surveille constamment ».

    Dans cette période un peu sombre, l’appel à solidarité lancé par Logan Putzeyse vise à offrir de jolies fêtes de fin d’année à Luna en lui envoyant une carte, un petit mot, un dessin ou un cadeau. « Je pense que l’action de solidarité aura du succès. Quand sa maman va lui lire les messages, elle aura des étoiles dans les yeux », espère Logan.

    « Ça nous touche et ça nous fait plaisir pour elle », explique Muriel, la maman.

    « Vu que les animaux font son bonheur, rien qu’une petite carte avec des animaux dessus, c’est un cadeau énorme. C’est moi qui intercepterai le courrier ».

    Si vous souhaitez vous aussi faire plaisir à Luna, vous pouvez envoyer une carte ou un petit cadeau (bien désinfecté) à l’adresse suivante : Rue de la Vaux, 7, 4550 Nandrin.

     

    Article par P.Tar.

    Article Complet Sudinfo Clic ici 

     

    APPEL A LA SOLIDARITE
    Bonjour à toutes et tous,
    Aujourd'hui, l'équipe et les bénévoles logistiques, interventionnistes & Co de Générosité Pour Les Sans Voix ASBL décident de se mobiliser pour Luna.
    Les fêtes de fin d'année ont en effet un goût amer. Mais cette année, c'est encore plus le cas. En effet, nous sommes toutes et tous ralentis et victimes d'une crise sanitaire sans précédents liée à la pandémie du COVID-19. 
    Dès lors, l'an passé, nous avions fait la chouette et magique rencontre de Luna. Luna, cette petite fille toute jeune, pleine de vie, atteinte d'un handicap sévère : LE SYNDROME DE NOONAN.
    Tiens, c'est quoi le Syndrome de Noonan ? (Explications: https://www.sante-sur-le-net.com/.../syndrome-de-noonan/)
    Résumé: "Le syndrome de Noonan est un syndrome d'origine génétique qui se manifeste par un aspect particulier des traits du visage, des malformations du cœur et une petite taille. Il existe parfois un déficit intellectuel et un retard d'acquisition du langage."
    Malgré cela, pour avoir rencontré Luna, nous pouvons vous dire qu'elle a une intelligence, un dynamisme et un envie de se battre terribles. Luna passe presque son quotidien dans les hôpitaux. Sa maman nous disait il y a quelques jours sur une publication de notre Président Logan Putzeyse: "Merci mon parrain des animaux, tu me manques et Jerry aussi, oh ça va, tu sais, maman veille à me protéger un max et oui je peux pas avoir le COVID avec ma cardiopathie pulmonaire, mais je reste aussi souriante, remuante, et toujours ma bonne humeur. Les docteurs me laissent assez tranquille pour le moment, en attente de réopérer mon petit cœur, mes yeux, mon oreille gauche car maintenant presque complètement sourde de ce côté, et ma rate. Là, apparemment, je commence à faire des crises d'épilepsie, et les muscles de mon petit cœur s'épaississent, d'où je dois porter un Holter, mais je suis en attente car avec le COVID, les hôpitaux ne donne plus d'Holter, ils en ont trop besoin donc à part attendre ce qui est un peu stressant pour maman, je n'y aurai droit plus rapidement que si je devais à nouveau rentrer en urgence à l'hôpital. Mon chat Émilie va très bien, elle me console quand je suis triste bisous".
    Dès lors, dans le but d'offrir des fêtes de fin d'année exceptionnelles à notre petite Luna, nous vous demandons de PARTAGER un maximum cette publication et surtout de lui envoyer une petite carte, un petit mot, un dessin, un cadeau à l'adresse et coordonnées suivantes: LUNA BOUGARD, RUE DE LA VAUX, n°7 à 4550 Nandrin, Belgique.
    Vous pouvez déposer aussi des dons à notre bureau, Rue du Maréchal Joffre n°1 à 4400 Flémalle. Nous nous chargerons de lui acheminer ces derniers avec toutes les précautions sanitaires nécessaires. 
    PARTAGEZ, DEPASSONS LES FRONTIERES, FAISONS LE MAXIMUM POUR OFFRIR UN SOURIRE ET UN ZESTE DE JOIE DE VIVRE A LUNA, NOTRE COEUR SOURIANT ET BATTANT! 
    MERCI,
    L'équipe de Générosité Pour Les Sans Voix ASBL

     

  • Rouler 5.000 km à vélo et franchir 100 côtes entre le 11 novembre et le 23 décembre, le défi que se sont lancé les cyclos de Marchin

    Lien permanent

    5.000 km et 100 côtes à vélo pour aider les enfants: le défi des cyclos marchinois

     

    Viva for Life - Accueil

    Viva for Life - Les cyclos de Marchin et leurs amis roulent pour Viva for Life clic ici !

    « En tant que jeune parent, les difficultés auxquelles peuvent être confrontés les enfants me touchent. Subir la pauvreté tout petit, alors qu’on n’a rien demandé, c’est très difficile à vivre » introduit Geoffrey Ligot, trésorier du club de cyclos Vélo Marchin.

    Depuis plusieurs années, il est solidaire « Viva for life », l’opération mise sur pied par la RTBF, qui vient en aide aux enfants victimes de pauvreté.

    Cette année, il avait envie de faire davantage qu’un don personnel, notamment parce que, pandémie oblige le « Viva for life » 2020 se déroule dans des conditions très particulières.

    La crise sanitaire amplifie les besoins

    Pour des raisons sanitaires « le cube » dans lequel s’enferment les animateurs ne pourra pas s’installer en ville (les animateurs seront en studio NDRL).

    Et les événements qui rassemblent beaucoup de monde, tels que des soupers, sont aussi évidemment proscrits. Pourtant, la crise sanitaire amplifie les besoins au sein des associations. Les personnes précarisées se retrouvent dans une difficulté accrue.

     

    « Viva for life » a donc incité le public à faire preuve d’imagination et à proposer des défis respectant les mesures sanitaires.

    Et Geoffrey Ligot a décidé de se lancer : « J’ai d’abord réfléchi à un défi personnel et puis je me suis dit que mobiliser le club serait positif. J’ai donc lancé l’idée de parcourir 5.000 km à vélo et de franchir 100 côtes.

    Les membres du club ont embrayé et ont même été rejoints par certains de leurs amis.

    Nous avons donc décidé d’ouvrir le défi à tout le monde, il suffit de s’inscrire et d’encoder ses kilomètres sur notre page Facebook. » Une vingtaine de participants sont inscrits.

    « Chacun roule à son niveau »

    Chacun roule à son niveau : « Certains effectuent une sortie de 100 km avec 9 côtes, d’autres roulent 50 km.

    Ce qui compte ce n’est pas la performance, c’est la participation. » En raison de la situation sanitaire, aucune sortie collective n’est organisée. Les participants roulent seul, ou par groupe de trois maximum.

    « En cette période de l’année, avec le froid qui s’installe, on hésite parfois à sortir à vélo. Ce défi nous donne de la motivation : je pense que les cyclos de Marchin n’ont jamais autant roulé à cette période de l’année » sourit le trésorier.

    Depuis le 11 novembre, 3.407 km ont déjà été parcourus, 90 côtes franchies et 1.410 euros récoltés !

    Un départ tonitruant qui donne le sourire au trésorier : « C’est très chouette de voir un tel engouement ! Si on dépasse ce qui était prévu, tant mieux, ce sera tout bénéfice pour les enfants » s’enthousiasme Geoffrey.

     

    Article de A BT 

     

    Article complet Sudinfo Clic ici 

  • Confiné mais pas isolé : « Papote fenêtre » dans le Condroz !!! Dans cette pandémie qui n’en finit pas : Besoin d’aide ? A qui s’adresser ?

    Lien permanent

    Vous connaissez dans votre quartier des personnes isolées ou qui ont moins de contacts avec leur famille ?


    Vous n’osez pas y aller de peur de la contamination ?


    Et puis, avec ce masque, ce n’est pas agréable de se parler…


    Pourquoi pas une « papote fenêtre » ?


    Vous sonnez à la porte d’entrée, puis passez à la fenêtre sur le côté.


    En respectant la distanciation, en enlevant le masque, en ouvrant légèrement la fenêtre … vous pourrez vous parler presque !!!comme avant !!!

     

    Dans cette pandémie qui n’en finit pas : Besoin d’aide ? A qui s’adresser ?


    Avec qui partager un moment de « papote », un contact humain ?


    CPAS (dans chaque commune)


    Fournit en priorité une aide matérielle et/ou financière, ainsi qu’une assistance pour remplir des dossiers administratifs.


    En cette période « COVID-19 », certains CPAS ont aussi développé des services spécifiques auprès des aînés et isolés : livraison de courses à domicile, repas chauds à prix modéré, transport pour rendez-vous médical, prêt de tablettes (ordinateur), …


    ASSISTANTE de VIE (Anthisnes & Tinlot)


    En lien avec le CPAS, s’occupe des personnes de plus de 65 ans afin de les rencontrer, les écouter, les aider à analyser leurs besoins et être le relais de leurs demandes.


    Contact : via CPAS (A partir de février 2021, l’Ass. Vie de Tinlot aura numéro direct)
    GAL www.galcondruses.be/bien-vieillir-au-pays-des-condruses/


    Organisme créé par les communes avec l’aide de la Région Wallonne.


    Dans son projet « Bien vieillir au pays des condruses » a (notamment) développé des programmes tels que : Assistante de vie , le taxi social, une Plate-forme d’entraide citoyenne (« Villages solidaires ») pour mettre en contact des bénévoles avec des personnes ayant besoin d’un petit bricolage à domicile, …
    Contact : 085 / 27 46 12 chantal.courard@galcondruses.be

     


    (Le GAL travaille en collaboration avec le plan de cohésion sociale – PCS)


    TELE-SERVICE DU CONDROZ


    Aide pour les déplacements (et déménagements), accueil (à Ouffet) et écoute
    Contact : 086 / 36 67 18 (matin) patriciahotte@hotmail.com


    UNITE PASTORALE DU CONDROZ


    Distribution de vivres 1 ou 2 fois par mois (vous devez faire la demande initiale auprès de votre CPAS). Possibilité parfois de recevoir aussi des vêtements et couvertures.
    Contacts :
    Anthisnes : (Unité pastorale du Condroz) Josette PARIS 0479 / 41 91 93


    Clavier : (Croix Rouge) Ghislaine SACRE 0495 / 77 17 52


    Nandrin/Tinlot : (St Vincent de Paul) Lucy DUMONT 085 / 51 10 35


    Ouffet : (Unité pastorale du Condroz) Pascal ENGLEBERT 0474 / 95 91 36 (après 16 hr)


    ST-Séverin : (St Vincent de Paul) André PETERS 085 / 51 19 77


    POUR TOUT TYPE DE QUESTION :
    L’AVIQ (service officiel Wallonie) a créé un site www.luttepauvrete.wallonie.be ainsi qu’un numéro simplifié 1778 (appel gratuit).


    SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE : Télé-accueil : 107
    « Ecoute et soutien » (diocèse de Liège) : 0486 / 13 60 61


    « Toutes ces aides sont fournies dans la plus grande discrétion. »

    Cathocondroz – Site des paroisses catholiques d'Anthisnes, Clavier, Nandrin, Ouffet et Tinlot

  • Nandrin boîtes à Vivre !!! à vos agendas !!!!

    Lien permanent

    La page Facebook de Nandrin  l'annonce

     

    Boîtes à "vivre".
     Dans cette période de cadeaux, aidez les personnes de notre commune qui en ont besoin! Comment? En leur offrant une boîte à chaussure de vivres non périssables, de produits d'entretien et d'hygiène en la déposant à l'espace-jeunes.

    Place Botty, 1 à Nandrin
     Mercredi 16/12 de 14h à 18h
     Vendredi 18/12 de 17h à 20h30
     Samedi 19/12 de 14h à 18h.

    Une initiative du CPAS de Nandrin en collaboration avec l'administration communale, l'ATL et l'espace-jeunes de Nandrin.

     0476 75 27 09

     

  • St -Nicolas : les associations ont besoin de vous

    Lien permanent
    Pas simple de joindre le grand Saint ces temps-ci.
     
    Les magasins de jouets ont dû fermer leurs portes et fonctionnent « à la commande ».
     
    Et des magasins comme Dreamland préviennent : il faudra au moins 15 jours pour recevoir son cadeau.
     
    À côté des distributeurs, chaque année, des associations, dans tout le pays, récoltent des jouets pour distribuer aux familles plus défavorisées. Et elles l’annoncent clairement, c’est beaucoup plus compliqué cette année.
     
    Moins de dons
     
    Ainsi, on parle de 10 % de demandes en plus (parce que les gens sont en chômage technique) mais aussi de dons en moins. L’association liégeoise « Assistance à l’enfance », fonctionne depuis 1984 et, parmi ses missions de lutte contre la pauvreté, elle organise aussi la Saint-Nicolas des enfants. Elle récolte les joujoux.
     
    Ceux en bon état évidemment. Ceux qui sont dans un état impeccable (boîte comprise) sont donnés.
     
    Ceux « un peu abîmés » (si Barbie n’a plus sa boîte) sont revendus à pris très démocratique.
     
    Au magasin de l’association. Mais actuellement, la faute au Covid, il est fermé.
     
    « Nous nous organisons, via des mails, via des contacts téléphoniques pour pouvoir faire nos colis, proposer nos jouets, nous les déposons sous le porche », explique la coordinatrice Myriam Graillet qui, malgré son enthousiasme, parle d’année particulière.
     
    Mais l’équipe se démène et fait appel aux dons.
     
    « Nous travaillons toute l’année pour la récolte des jouets. Par des particuliers, certes, mais aussi via des collaborations... qui n’ont pas ou peu été possibles cette année. »
     
    L’association dépose en effet des malles pour récolter des jeux, via des écoles primaires, des brocantes aux jouets (où les brocanteurs font dons de certains invendus), de grandes entreprises, etc.
     
    « Mais les brocantes ont été annulées et il y a beaucoup de télétravail donc moins de points de récolte », poursuit la coordinatrice.
     
    L’association liégeoise cherche ainsi des jeux pour les garçons entre 4 à 10 ans.
     
    « Nous restons optimistes. Il y a tant d’années que nous faisons des heureux et nous comptons encore en faire cette année » sourit la dynamique Myriam Graillet.
     
    Parce qu’évidemment, saint Nicolas n’oublie jamais aucun enfant !
     
    Article de  MURIEL SPARMONT
     
     

    assist.jpg

  • Rester solidaire pendant la crise !!!

    Lien permanent

    La tendresse, c’est l’amour qui se fait proche et se concrétise.
    C’est un mouvement qui part du coeur et qui arrive aux yeux, aux oreilles, aux mains.
    La tendresse est le chemin à suivre par les femmes
    et les hommes les plus forts et les plus courageux.

    Au-delà de toute apparence, chaque être est infiniment sacré
    et mérite notre affection et notre dévouement.
    C’est pourquoi, si je réussis à aider une seule personne à vivre mieux,
    cela justifie déjà le don de la vie.
    Extraits de l’encyclique Fratelli Tutti du pape François

     

    http://www.cathocondroz.be/

  • Les « déconfinés » de l’aide alimentaire dans le Condroz

    Lien permanent

    J’avais faim et tu m’as donné à manger… »


    Les « déconfinés » de l’aide alimentaire


    Dans notre Unité pastorale, les conférences de Saint Vincent de Paul de Nandrin/Tinlot et Saint-Séverin, des bénévoles d’Ouffet et d’Anthisnes de même que la Croix Rouge de Clavier continuent à fournir de l’aide alimentaire à des personnes dans le besoin.

     


    Compte tenu des pertes d’emploi et de revenus qui pendant longtemps encore vont frapper les personnes déjà fragilisées, l’U.P. vous invite à être attentifs à ces familles qui, malgré l’aide bienvenue des CPAS, rencontrent de grandes difficultés pour nouer les deux bouts.

     

    Si vous souhaitez aider discrètement des personnes de nos villages, voici la liste des bénévoles auxquels vous pouvez proposer votre aide sous quelque forme que ce soit :


    Conférence de Nandrin/Tinlot : Lucy DUMONT-JACOBY Tél. : 085 51 10 35


    Conférence de Saint Séverin : André PETERS Tél. : 085 51 19 77


    OUFFET : Pascal ENGLEBERT Tél. : 0474 95 91 36 (après 16h)


    ANTHISNES : Josette PARIS Tél. : 0479 41 91 93


    CLAVIER : Ghislaine SACRE Tél. : 0495 77 17 52

     

    http://www.cathocondroz.be/

  • Une initiative solidaire a été lancée par deux jeunes parents de Hamoir

    Lien permanent

    Insolite : une donnerie dans un ancien pigeonnier  

    Cette initiative solidaire a été lancée par deux jeunes parents

    Olivier et Valérianne Aubry ont créé leur donnerie il y a 3 mois à Comblain-la-Tour.
     
    Après des débuts dans leur garage, les deux jeunes parents viennent de recevoir le soutien de la commune, qui leur met à disposition l’ancien pigeonnier proche du cimetière. 
     
    La donnerie est un concept qui a le vent en poupe. Des initiatives citoyennes de ce type fleurissent à Huy-Waremme, à l’instar de la petite chapelle transformée en donnerie à Donceel, près du château de Limont.
     
    Cette fois, c’est à Hamoir qu’une donnerie voit le jour, dans un lieu tout aussi insolite : un ancien pigeonnier.
     
     
    Ce sont deux jeunes parents de Comblain-la-Tour, Olivier Aubry (27 ans) et son épouse Valérianne (26 ans), qui sont derrière cette initiative solidaire.
     
    « On est passé devant une donnerie à Barvaux et on s’est arrêté par curiosité.
     
    On a aimé le concept et on a commencé à le faire il y a 3 mois sous une tonnelle dans notre cour », se remémore Olivier.
     
    Aidé par la commune
     
    Très vite, leur petit chapiteau de fortune cède sous la pression de la pluie, et la donnerie doit déménager dans le garage du couple. « On y est resté un petit temps, mais c’était petit.
     
    Un jour, Edouard Marchand (conseiller communal PdH) est passé nous voir par curiosité, et il a voulu nous aider afin de faire les démarches pour être appuyés par la commune ».
     
     
    Il y a un mois, la donnerie a pu déménager dans un nouvel espace, bien plus pratique et spacieux : l’ancien pigeonnier situé juste à côté du numéro 6 de la rue du Cimetière à Comblain-la-Tour.
     
    « C’est beaucoup plus grand. On a beaucoup de vêtements de toutes les tailles, de la vaisselle, énormément de jouets pour enfants, des livres et aussi des petits électros », détaille Valérianne.
     
    Tisser du lien social
     
    Le concept est simple. Un, c’est ouvert à tous.
     
    Deux, tous les objets sont gratuits.
     
    Si la personne voit quoi que ce soit dont elle a besoin à la donnerie, elle peut venir se servir, dans la limite du raisonnable.
     
    « Ça peut être une personne démunie suite à un sinistre, qui a besoin de vêtements, mais ça peut aussi être quelqu’un qui cherche un livre qui n’est plus dans le commerce », détaille Olivier.
     
    « Beaucoup de gens déposent des articles qu’ils n’utilisent plus, ce qui permet de leur donner une deuxième vie plutôt que de les jeter ».
     
    Au delà des objets, la donnerie est un lieu de rencontre et de solidarité, où l’échange social prime.
     
    « Nous avons étés jeunes parents, on a 5 enfants de 2 à 11 ans, donc on sait que c’est difficile.
     
    On voulait lancer ce projet pour essayer de faire plaisir à tout le monde », explique Valérianne.
     
    La donnerie ouvre du mercredi au dimanche de 14h à 17h30 pour ceux qui viennent chercher des objets. Les dépôts se font sur rendez-vous.

     1011

  • J’étais seul(e)… Vous m’avez écouté

    Lien permanent

    Besoin de parler?

    Depuis ce 3 novembre, le diocèse de Liège a mis en place un numéro de téléphone pour soutenir et écouter ceux qui en ont besoin.


    Les moments de silence, les cris de détresse, le doute, le sentiment de solitude en particulier lors qu’on est en quarantaine…

    Une nouvelle ligne téléphonique vient de s’ouvrir pour accueillir tous ces questionnements et proposer une oreille attentive en échange.

    A l’autre bout du fil, des aumôniers hommes et femmes se relaient chaque jour de 10h à 20h pour soutenir moralement et spirituellement les personnes en détresse.


    Cette initiative est née du vicariat « Evangile et Vie » et du vicariat de la santé du diocèse de Liège.

    Les deux services diocésains se sont retroussé les manches pour mobiliser une équipe de répondants, des prêtres et des laïcs habitués à exercer l’écoute.

    Ces aumôniers reflètent une diversité de situations, certains sont habitués à côtoyer les migrants, d’autres travaillent auprès des prisonniers, d’autres encore auprès des malades…


    Le numéro est: le 0486 13 60 61 (coût d’un appel normal)

    http://www.cathocondroz.be/

  • Vous souhaitez faire un geste de solidarité ? L' asbl Assistance à l'Enfance récolte des boites de Noël pour les sans-abris

    Lien permanent
    Vous souhaitez faire un geste de solidarité ?
     
    L' asbl Assistance à l'Enfance récolte des boites de Noël pour les sans-abris.
     
    Remplissez une boite à chaussures de taille moyenne (à ne pas emballer) d'une eau de toilette, d'un déo, d'un gel douche et d'un petit mot (+éventuellement petite trousse et papier cadeau à part).
     
    Adresse : 34, rue Surlet - 4020 Liège (Outremeuse) -
     
    Horaire : du mardi au vendredi de 10h à 16h.
     
    MERCI pour eux

     

  • Malgré la situation actuelle, !' Opération St Nicolas / Noël se poursuit à Assistance à l'Enfance asbl, seconde main vêtements, jouets, livres.

    Lien permanent

     

     
    Malgré la situation actuelle, notre Opération St Nicolas / Noël se poursuit et les gens se mobilisent.
    Merci à eux

     

  • Le diocèse de Liège cherche des bénévoles pour aider les plus démunis frappés par la crise sanitaire

    Lien permanent

    appelg.jpg

    Afin de soutenir les associations engagées auprès des plus démunis, lourdement impactés par la crise sanitaire, le diocèse de Liège lance un appel aux volontaires pour constituer une réserve. Mais pour faire quoi au juste? Réponse avec Jean-Philippe de Limbourg.


    « Nous avions déjà remarqué, avant l’entrée en vigueur de mesures plus strictes, que de nombreux bénévoles âgés se retiraient de leurs activités, il fallait donc pouvoir les remplacer pour continuer à assurer nos services d’aide aux plus démunis » explique Jean-Philippe de Limbourg, référent pour Caritas International et président de l’Accueil Botanique à Liège.

    Avec l’arrivée de l’hiver et l’activation du plan grand froid, il devenait également urgent de pouvoir faire appel à des volontaires pour soutenir d’éventuels nouveaux projets d’accueil.


    Travailler activement pour augmenter le nombre de places en accueil de jour et de nuit

    La situation sur le terrain est en effet très critique; la crise sanitaire a imposé la fermeture des accueils de jour, dont les espaces sont trop exigus pour pouvoir respecter les mesures de distanciation.

    Les bénéficiaires peuvent néanmoins encore compter sur un système de drive-in pour obtenir un petit déjeuner à emporter ou un colis alimentaire.

    Concernant les trois abris de nuit liégeois, en raison de ces mêmes mesures de distanciation, la capacité d’accueil a été réduite de moitié ; ils ne peuvent accueillir que 50 personnes sur les 100 places habituellement disponibles. Heureusement, la communauté salésienne de Liège a mis son internat à disposition pour héberger une petite trentaine de sans-abris à partir du 15 novembre (date d’activation du plan grand froid) jusqu’au 31 mars.

    « Il faut encore vérifier que le bâtiment est aux normes, changer les matelas, sécuriser les fenêtres » précise Jean-Philippe de Limbourg.

    « Nous aurons aussi besoin de l’aide précieuse de bénévoles pour ce nouveau projet afin de venir en soutien aux équipes de professionnels.

    Nous recherchons donc des veilleurs de nuit pour accueillir les sans-abris, leur offrir un café et surveiller le dortoir. Il y a bien entendu des temps de pause mais il faut évidemment se réveiller et intervenir en cas de problème. »
    Se confiner ? Un luxe que les démunis ne peuvent se permettre


    A l’heure actuelle, une vingtaine de futurs bénévoles se sont déjà manifestés. Une perspective plutôt positive donc pour le délégué épiscopal qui nous parle également d’un projet d’accueil de jour dans un espace plus grand où les forces de différents services et associations seront mutualisées pour pouvoir offrir un peu de chaleur et de nourriture entre 8h et 18h.

    Notons encore qu’un projet de livraison de colis alimentaire à domicile devrait prochainement voir le jour pour venir en aide aux plus démunis malades ou en quarantaine pour qui le confinement est une vraie situation de désespoir.

    « Ils n’ont pas le luxe de se confiner » affirme Jean-Philippe de Limbourg.

    En effet, ces populations dépendant majoritairement des aides sociales ne peuvent compter que sur eux-mêmes, étant déjà en temps normal très isolés.

    Le vicariat Evangile et Vie envisage enfin de lancer un appel pour la récolte de vêtements, couvertures et sacs de couchage.


    Sophie DELHALLE, www.cathobel.be


    Pour vous inscrire comme volontaire/bénévole ou participer à la collecte, contactez Jean-Philippe de Limbourg : evangile.vie@evechedeliege.be ou 04/230.31.55.

     

    Idéalement, les candidats devraient répondre au profil suivant : être en bonne santé, sans profil à risque, avec l’esprit d’équipe, solidaire, disponible.

    http://www.cathocondroz.be/

  • Petits déjeuners Oxfam 2020 Nouvelle formule !!!

    Lien permanent

     
    Nouvelle formule : un délicieux colis petit déjeuner à réserver et à emporter chez vous ! … Se faire plaisir tout en donnant un coup de pouce aux producteurs d’ici et d’ailleurs …
    Réservez votre pack et venez le chercher auprès d’une des 100 équipes Oxfam. S’il y a un lieu de retrait près de chez vous, privilégiez cette option ! Les organisateurs bénévoles vous ont concocté des packs à emporter avec amour … et des produits frais !
    https://www.oxfammagasinsdumonde.be/.../carte-des-petits.../
    Ou réservez votre pack via le formulaire de commande en ligne, il vous sera livré à domicile par La Poste (clôture des réservations le 17 novembre)
    https://www.oxfammagasinsdumonde.be/.../cont.../transact/...
    Un projet à soutenir : la création de la première boutique de commerce équitable en circuit-court à Santiago, Chili. Grâce aux revenus engendrés par cette édition des petits déjeuners, une bourse de 5000€ sera remise à l’organisation chilienne Pueblos del Sur pour développer la première boutique coopérative, de commerce équitable et en circuit-court de Santiago.
    https://www.oxfammagasinsdumonde.be/pueblos
    Un virus nous empêche de nous rassembler en grand nombre dans un même espace ?! Qu’à cela ne tienne, créons un moment de fête à la maison, en famille ou avec des amis !
    Les colis à emporter pour 2, 4 ou 6 personnes seront composés de produits locaux et du commerce équitable. Le tout dans un joli sac d’artisanat équitable en coton bio
     

  • Un prix pour le blogueur Maxime Alexandre !!!!

    Lien permanent

    Joyeuse surprise pour l’influenceur hutois Maxime Alexandre, connu comme le nouveau « Monsieur randonnée » de Belgique francophone.
     
    Son court-métrage « Belgium Wilderness » réalisé par Sébastien Pins vient de remporter le prix du meilleur « très court-métrage documentaire » au festival Bordeaux Shorts.
     
    « Je suis très content.
     
    C’est le premier prix que je reçois.
     
    Je ne m’y attendais pas », nous confie le blogueur, qui compte plus de 35.000 abonnés sur sa page Facebook « Trekking et Voyage ».
     
    Ce petit film, tourné par le réalisateur marchinois Sébastien Pins, montre des images de randonnées belgo-belges, en mettant en scène le marcheur hutois lors de ses pérégrinations locales.
     
    « Ce film met en lumière la Belgique sauvage, et la randonnée.
     
    Cette récompense montre que les autres pays sont réceptifs à nos paysages… et que la Belgique est un pays magnifique ».
     
    Le court-métrage a aussi participé à d’autres concours aux quatre coins du monde, aux États-Unis, en Inde…
     
    L’éloge du tourisme local
     
    Le blogueur, qui collabore également avec différentes maisons du tourisme, a d’ailleurs dans ses cartons le projet d’un autre documentaire.
     
    En attendant la sortie de cette deuxième réalisation, le Hutois continue à publier régulièrement des « conseils rando » sur son site www.trekkingetvoyage.com.
     
    Défenseur du « tourisme de proximité » avant sa mise à l’honneur lors du confinement, Maxime Alexandre a le vent en poupe et voit sa communauté s’agrandir quotidiennement.
     
     
    « Je n’ai pas attendu le confinement pour parler de randonnée.
     
    J’ai toujours voulu mettre en avant la Belgique, et ses petites perles qu’on ne connaît pas assez. J’espère toujours inspirer les gens et leur donner des idées d’activités ».
     
     
     
    Article de par RO MA 
     

  • « Infirmiers et infirmières, on a besoin de vous ! »

    Lien permanent

    Le problème majeur n’est ni un manque de place, ni un manque de machines, mais bien un manque d’infirmier et d’infirmières.
    « On ne saurait même pas théoriquement passer en phase 2B, car ça nécessite un nombre d’infirmières qu’on n’a pas ! », alerte Christophe Levaux, directeur médical du CHR.
     
    « C’est un problème qui concerne tous les hôpitaux, pas seulement Huy. On fait tous appel aux infirmiers volontaires, retraités ou issus des soins à domicile.
     
    On cherche partout ».
     
     
    Pour l’unité Covid, l’hôpital privilégie les infirmiers du CHRH, déjà habitués aux soins Covid.
     
    Si un infirmier bénévole veut se manifester, mais craint pour sa santé, il peut se rassurer.
     
    Il sera probablement affecté aux soins traditionnels, dans les autres services, actuellement en sous-effectifs.
     
    « La charge de travail est gigantesque pour les infirmières, qui n’ont toujours pas récupéré de la première vague », souligne le directeur médical.
     
    Un coup de pouce sera donc le bienvenu.
     
     
    Article de Pierre Tar 
     

  • CHR de la Citadelle - Liège Appel à bénévoles

    Lien permanent

    Appel à bénévoles

     Nous avons plus que jamais besoin de vous ! Intéressé(e) ?

    Contactez-nous au 043216011  ou via benevoles@chrcitadelle.be 

    CHR de la Citadelle - Liège

  • La campagne de vente des calendriers scouts est lancée

    Lien permanent

     

    La campagne de vente des calendriers scouts est lancée.

    Puisque le porte-à-porte est interdit à l'heure actuelle, il vous est possible d'en commander via le site : https://lesscouts.ccvshop.be/

    Une fois que vous avez indiqué le nombre de calendriers désirés, choisissez dans le menu déroulant l'unité au profit de laquelle vous faites cet achat (VM024 - Unité de Modave) .
    Pour chaque calendrier acheté, 3,00 € nous seront reversés.

    Merci d'avance !!!!!!

     

  • Ce week-end, des citoyens de Nandrin se sont donné rendez-vous pour agir ensemble pour une Wallonie plus propre.

    Lien permanent

    Nettoyage d’automne à Nandrin: les bénévoles ont ramassé dans les accotements des rues du village !!!  

    Ce week-end, les bénévoles de Nandrin se sont donné rendez-vous pour agir ensemble pour une Wallonie plus propre.

    Comme un peu partout en Wallonie, les citoyens se sont rassemblés pour participer au « Grand Nettoyage d’Automne ».

     

    120246888_700344577245758_886431969572068908_n (1).jpg

    120315246_331399881466262_9137063346051385864_n.jpg

     

    #Wallonie Plus Propre dynamisé par Be Wapp asbl

  • Le Grand Nettoyage de Printemps en automne du 24 au 27 septembre 2020

    Lien permanent
    Le Grand Nettoyage de Printemps en automne approche à grand pas et il est opportun de rappeler les mesures de précautions mis en place pour que cet événement se passe au mieux:
     Les ramassages seront opérés par petits groupes (maximum 10 personnes) dans le respect des dispositions locales en matière du port du masque et des règles de distanciation sociale (1,5 mètre) avec les personnes autres que celles vivant sous le même toit. Il est ainsi demandé aux groupes de plus de 10 personnes de scinder leur équipe et leur
     Le port des gants est obligatoire ;
     Les rassemblements de remerciement des groupes après le ramassage seront à éviter ;
     Les déchets seront placés directement dans le sac adéquat (PMC ou tout-venant) afin d’éviter une manipulation ultérieure et les sacs seront fermés directement après l’opération de ramassage
    Merci de respecter ces mesures de précaution
     
     
     
  • Le Grand Nettoyage de Printemps en automne approche à grand pas

    Lien permanent
    Le Grand Nettoyage de Printemps en automne approche à grand pas et il est opportun de rappeler les mesures de précautions mis en place pour que cet événement se passe au mieux:
     Les ramassages seront opérés par petits groupes (maximum 10 personnes) dans le respect des dispositions locales en matière du port du masque et des règles de distanciation sociale (1,5 mètre) avec les personnes autres que celles vivant sous le même toit. Il est ainsi demandé aux groupes de plus de 10 personnes de scinder leur équipe et leur
     Le port des gants est obligatoire ;
     Les rassemblements de remerciement des groupes après le ramassage seront à éviter ;
     Les déchets seront placés directement dans le sac adéquat (PMC ou tout-venant) afin d’éviter une manipulation ultérieure et les sacs seront fermés directement après l’opération de ramassage
    Merci de respecter ces mesures de précaution
     
     
     
  • Fête des Voisins Solidaires” Rendez-vous le 18 septembre 2020 pour célébrer la Fête des Voisins !

    Lien permanent
    Rendez-vous le 18 septembre 2020 pour célébrer la Fête des Voisins !
     
     
    Cette année, l’événement est rebaptisée « Fête des Voisins Solidaires”.
     
    Ce sera l’occasion pour les citoyens de remercier celles et ceux qui ont participé aux élans de solidarité et d’entraide depuis plusieurs mois et le début de la crise.

    Cependant, nous demandons à ce que les organisateurs veillent à respecter scrupuleusement les règles imposées pour la création d'un événement en période de COVID19.
     
    Car oui, célébrer la Fête des Voisins dans le respect des mesures : c'est possible !
     
     
    SUIVEZ NOS CONSEILS POUR ORGANISER ET PARTICIPER À LA FÊTE DES VOISINS EN TOUTE SÉCURITÉ !
     
     
     

    L'HISTOIRE DE LA FÊTE DES VOISINS...

    En 1999, Atanase Périfan et l’Association “Paris d’amis” lancent l’opération “Immeubles en Fête” en France. Son slogan : Pas de quartier pour l’indifférence !

    Son objectif : Renforcer les liens de proximité, développer un sentiment d’appartenance à un même quartier, créer une solidarité entre voisins, se mobiliser contre l’isolement et l’exclusion.

    En 2003, la première édition d’Immeubles en fête est lancée en Région bruxelloise, dans le cadre de la Journée européenne des voisins. Le succès est immédiat : plus de 10.000 Bruxellois participent à l’opération.

    L’année suivante, grâce au soutien de nombreux intervenants qui parrainent l’opération, la deuxième édition s’étend au niveau national mobilisant ainsi tous les Belges.

     

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    fete des voisin.jpg

     
  • Des nandrinois parmi l'ASBL les « Chauffeurs du Cœur »

    Lien permanent

    Fin mars, lorsque la crise du coronavirus battait son plein, l’ASBL amaytoise « Les Chauffeurs du Cœur » lançait un appel à l’aide afin de pouvoir fournir suffisamment de masques et de gel hydroalcoolique à ses vingt bénévoles.

    Effectuant des dizaines de trajets quotidiens vers les hôpitaux pour des personnes à la santé fragile - et donc plus vulnérables face au Covid-19 -, l’association craignait d’arriver à court de matériel.

    N’ayant toujours pas reçu d’aide officielle un mois plus tard, Roland, le responsable de l’ASBL, dénonçait un manque de considération de la part des autorités fédérales et relançait son appel à l’aide auprès de différentes personnalités politiques. Non seulement l’ASBL a finalement trouvé l’aide dont elle avait besoin, mais elle a connu une forte expansion depuis la fin avril.

    Deux politiciens ont répondu

    « Je tiens à remercier le Gouverneur Hervé Jamar de nous être venu en aide.

    Il s’est manifesté suite à mon appel dans la presse et a débloqué la situation », explique Roland .

    « Une camionnette venait à mon domicile toutes les 3 semaines pour nous dépanner en masques et en gel. Le bourgmestre d’Amay, Jean-Michel Javaux, nous a également dépanné avec quelques boîtes de masques. »

     
     

    Depuis lors, les activités de l’association n’ont fait que croître et le nombre de chauffeurs est passé de 20… à 58. Les Chauffeurs du Cœur on repris un groupe de 18 bénévoles de la région de Spa, dont la gestion administrative est désormais entre les mains de l’association amaytoise.

    Namur est également couverte par 4 chauffeurs.

    Les 36 bénévoles restants sont tous issus de la région hutoise.

    250 trajets quotidiens

    « On effectue désormais environ 250 trajets quotidiens. On ne s’arrête plus », explique le secrétaire général de l’ASBL.

    « Mon numéro est saturé donc j’ai dû mettre un deuxième numéro de téléphone en route, dont mon épouse s’occupe. On est victime de notre succès car on accompagne les gens du seuil de leur porte jusque dans la salle d’attente, mais aussi parce qu’on pratique le tiers payant. Le bouche à oreille fait son effet. »

     

    Les Chauffeurs du Cœur comptent déjà 360 réservations de transport jusque fin septembre.

     

    « On est toujours à la recherche de nouveaux bénévoles, ça nous fera grand plaisir. »

     

    Infos : 0491/882231

     

    Article de P.TAR.

     

    Source Sudinfo 

  • Un film poignant sur l’école de la dernière chance: le collège St-Martin

    Lien permanent

     

     

    Quand on demande au directeur adjoint du collège, Jérôme Chantraine (42 ans), pourquoi il s’est fait une spécialité d’accueillir tous les élèves qui ont été exclus des autres écoles, il répond simplement : « Vous sauriez dire vous, en une demi-heure, si la personne que vous avez devant vous peut s’en sortir ? Moi non. Alors, je pars sur le oui. Et s’il faut divorcer ensuite, on aura au moins essayé. »

    Et ça marche ? « On doit souvent sanctionner, bien sûr. Mais je m’arrange toujours pour qu’il me dise merci en sortant de mon bureau. Et si parfois on est arrivé au bout du bout, je les raccompagne jusqu’à la porte et je leur serre la main. »

     

     

    Jérôme Chantraine, le directeur-adjoint

     

    17 nationalités différentes

    Toute la philosophie du collège Saint-Martin se retrouve dans ces phrases. Autrefois collège réputé de Seraing, l’école a subi les aléas de la crise sidérurgique et a vu sa population changer, tout comme le quartier dans lequel elle est implantée.

    « Aujourd’hui, nous accueillons 350 élèves qui représentent 17 nationalités différentes, reprend le directeur. La plupart ont connu des difficultés scolaires ou familiales. Certains même avec la justice. Ils sont âgés de 12 à 20 ans et proviennent pour la plupart de la région serésienne. Ensemble ils entretiennent d’eux une image négative alors que, pris individuellement, ils peuvent être terribles. »

    Mus par leur emblématique directeur, les professeurs s’activent à les remettre debouts sur le parcours scolaire et à leur faire décrocher un diplôme. « Tu es à un carrefour de ta vie, lance l’un d’eux à un élève. C’est à toi à prendre la bonne direction. Tu as le choix. »

    Interroger l’adolescence

    « Le collège Saint-Martin est en fait notre société en miniature, explique Thierry Michel, le célèbre réalisateur. Il reflète toutes les difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés. » On y parle de violence, de drogue, de racisme, d’homosexualité…

    Il a d’abord tourné « Les enfants du Hasard » en 2017, au pied du charbonnage de Cheratte, un film qui interrogeait des enfants de sixième primaire sur la vision qu’il avait de leur avenir.

    Avec ce nouveau film, Thierry Michel a voulu sonder cette fois l’adolescence, « et essayer de comprendre comment l’école peut-être une bouée de sauvetage pour tous ces jeunes à la dérive. Je suis persuadé qu’il n’y a pas de fatalité sociale si l’école remplit bien son rôle. »

     

    Durant deux ans, avec son épouse Christine Pireaux et les Films de la Passerelle, il a planté ses caméras dans l’école, dans les classes. Il a suivi le parcours chaotique d’une dizaine d’élèves dont certains ont d’ailleurs été mêlés de près au braquage mortel chez un pompiste à Comblain en octobre 2018.

    Il les filme, les interroge sur leurs difficultés, sur leurs rêves. Il assiste à des conseils de classe, aux convocations chez le directeur et à leur passion extrascolaire. Aucun jugement, juste des constats. « Finalement, plutôt que l’école de la dernière chance, j’ai intitulé le film « L’école de l’Impossible », explique-t-il, car l’école fait tout pour qu’ils s’en sortent. »

    Ce mercredi après-midi, le résultat final a été présenté aux professeurs et aux élèves au centre culturel de Seraing. Il sortira au cinéma en janvier prochain.

    Des réflexions qui font rire et pleurer

    Si les thèmes abordés sont délicats, on rit heureusement aussi beaucoup dans ce film grâce aux réflexions spontanées de tous ces jeunes.

    Dilal: « Les dealers m’attendaient toujours à l’arrêt de bus. Mais j’ai trouvé la solution pour leur échapper. Je descends à l’arrêt suivant. »

    Jamila : « Ma mère a dit que j’étais malade parce que j’étais attirée par les filles. On est allée ensemble chez le psychologue. Et pour finir, c’est elle qu’il a voulu garder. »

    Le directeur à Zeliha: « Tu as cumulé 17 jours d’absence ce mois-ci. Comment expliques-tu ça? ». Zeliha : « J’ai des difficultés à me lever le matin. » Le directeur : « et l’après-midi aussi visiblement... »

    Le professeur d’économie: « Où est ma classe de cinquième? » Une jeune fille arrive: « C’est moi Monsieur. » Le professeur : « Et où sont tes cours? ». L’élève : « Je les ai oubliés... »

    Vanessa : « Je suis allée visiter le lycée Saint-Jacques. Leurs voyages scolaires, c’est fou : la Chine, l’Andalousie, le Maroc. Ici, c’est la mer du Nord. »

    Mais la plupart des interviews font ressortir un mal-être profond et émouvant.

    Jeremy: « Moi mes parents ne se sont jamais occupés de moi. J’ai été élevé par ma marraine. Mais quand je vois comme ils sont devenus maintenant, finalement je suis bien content de ne pas avoir eu affaire à eux. »

    Noah : « J’ai vu mon géniteur frapper sur ma mère. Je ne veux plus jamais le revoir. »

    Mégane : « Si je fais de la boxe, c’est pour pouvoir me défendre des agressions. »

    Delil : « Je suis en train de perdre la vue suite à une maladie génétique. En fait, si je réfléchis, je n’ai jamais eu un seul moment de bonheur. »

    L.G.

    Jamila: On est accepté avec nos défauts et nos valeurs

    Jamila a aujourd’hui 22 ans et s’est inscrite en première en psychologie à l’université de Liège. Elle a eu un parcours de vie compliqué, son homosexualité n’a pas toujours été acceptée au sein de sa famille et elle a finalement abouti au collège Saint-Martin durant deux ans. « Mes deux plus belles années scolaires », ajoute-t-elle.

     

    Pourquoi ? « Parce que c’est une des rares écoles où on ne vous colle pas d’étiquette. On vous accepte avec vos défauts et vos valeurs et on essaye de faire de vous quelque chose. Peu importe qu’on ait été renvoyé de plusieurs écoles, peu importe qu’on sorte même de prison, ici on a tous notre chance. »

    Et elle tire son chapeau à la patience et à la motivation de ses anciens professeurs « qui ne se contentent pas de regarder vos résultats et puis de rentrer chez eux. Ici, il y a un cadre, un suivi, ils vous accompagnent au-delà de leurs heures de travail. »

    L.G.

    Zahila: «Ils sont là à la fin du cours»

    Zahila n’a jamais aimé étudier. Sa passion, c’est son sport, la boxe, qu’elle a choisi pour pouvoir bien se défendre. Elle est d’ailleurs championne d’Europe et du monde de sa catégorie.

     

    Après avoir traîné dans plusieurs écoles et avoir subi de graves soucis familiaux, elle a finalement atterri au collège Saint-Martin.

    Très souvent absente au début, elle a pourtant été prise en charge par ses professeurs et à réussi à en sortir diplômée.

    « Ici, les profs sont vraiment là pour nous, ils ne nous laissent pas tomber à la fin du cours. Ils sont là tout le temps à nous motiver. Dans d’autres écoles, ce n’est pas comme ça et c’est bien dommage. »

    L.G.

    Vanessa: «Cette école a été un tremplin pour moi»

    Avec un père décédé d’une overdose et une mère seule pour s’occuper d’elle et de ses frères, Vanessa (18 ans) a décroché longtemps à l’école avant d’être remise sur le bon chemin au collège Saint-Martin.

     

     

    « J’ai eu cette chance de tomber sur des professeurs très humains qui ont cru en moi, raconte-t-elle. Les revoir ici et dans ce film m’a beaucoup émue.

    Cette école a véritablement été un tremplin pour moi. C’est grâce à elle que j’ai de nouveau pu avancer dans ma vie et effectuer les bons choix. En deux ans, qu’est-ce que j’ai évolué. »

    Grâce à ses bons résultats, elle a pu s’inscrire cette année en rhétorique au Sartay à Embourg et peut croire à nouveau en ses rêves : « celui de devenir avocate pour aider les gens. »

    Article et rédaction L.G.

     

    Source Sudinfo 

     

  • LA GRANDE SOIRÉE DU 19 SEPTEMBRE « COMME CHEZ VOUS » Le Télévie, sans public, un peu confiné

    Lien permanent

    Elle a été reportée de six mois, cette grande soirée du Télévie. Mais RTL a malheureusement dû se rendre à l’évidence : un grand événement rassemblant comme l’année dernière au Louvexpo quelque 1.800 personnes, ce ne sera pas pour cette 32 e édition.
     
     
    Pas plus qu’il ne faudra s’attendre, le 19 septembre prochain, à un record de dons, prévient Philippe Delusinne, le patron de RTL Belgium.
     
    « Plein d’événements pour récolter des dons ont dû être annulés à cause du Covid. Mais notre objectif n’a jamais été de battre chaque année le record ».
     
    Pas d’explosion de compteur espérée – mais on ne sait jamais – donc, le 19 septembre.
     
    Mais tout de même une soirée de clôture, essentielle pour aider à faire progresser la recherche contre le cancer, qui aura une saveur particulière.
     
    Un Télévie « confiné », c’est du jamais vu.
     
    « Mais on va mettre doublement le paquet sur des moments d’émotion forts ». Voici tout ce qui sera différent des traditionnelles soirées du Télévie.
     
    Le lieu
     
    : ce sera à RTL, depuis les locaux (le salon, le jardin et le décor de la dernière pièce du Télévie) de la maison-mère, que la soirée sera filmée, afin de renforcer la notion du Télévie qui « s’invite chez vous ». Cela faisait très, très longtemps, que RTL n’avait plus servi de décor à cette grande soirée.
     
     
    Le public
     
    : il n’y en aura pas.
    Respect des règles sanitaires oblige.
    De même, tous les témoins, malades ou en rémission, interviendront depuis chez eux, afin d’éviter de leur faire courir le moindre risque.
     
    Les invités
     
    : il y en aura moins que d’habitude mais ils seront de qualité.
     
    Loïc Nottet, Adamo et Fanny Leeb (qui a elle-même combattu le cancer) et, pour la première fois, Kendji Girac, seront présents à RTL pour divertir les téléspectateurs.
     
    Le parrain
     
    : Agustin Galiana, le plus souriant des chanteurs-acteurs, promet d’amener « sa personnalité espagnole et beaucoup de soleil » lors de cette soirée.
     
    La cause lui tient à cœur, et ce n’est pas la première fois qu’il participe au Télévie : « ma famille a été très touchée par le cancer, ma maman notamment. J’ai perdu aussi pas mal de proches ».
     
    Les centres de promesses
     
    : là aussi, il faut s’adapter. Les téléphones – et les personnalités, connues ou de l’ombre de la chaîne pour décrocher – seront disposés à RTL.
     
    40 plutôt que 200 postes habituellement.
     
    Un autre centre de promesses sera lui installé au Lotto Mons Expo.
     
    Article par  CH.V.
     
     
     

  • Télévie organisées par le CHU et l’ULiège Le record de 2019 est battu

    Lien permanent

    Télévie : le CHU ramène 204.940 €  

    Le record de 2019 est battu 

     
    Ce vendredi à 17 h se terminaient les 24 heures vélo du Télévie organisées par le CHU et l’ULiège. 134 vélos, près de 6.000 cyclistes, ont participé à cette édition rendue délicate par le coronavirus  

     

    « Ils y ont participé depuis octobre l’an dernier en trouvant les partenaires, les équipes, en s’inscrivant et en soutenant ainsi la cause du Télévie » explique Véronique Goffin, secrétaire générale des activités Télévie à Liège.
    L’épreuve devait se dérouler en mars puis a été reportée en septembre.
     
    « Son organisation physique a été rendue difficile par la situation sanitaire mais nous n’avons jamais abdiqué, demandant aux participants de faire du sport et d’enregistrer le temps consacré dans une application. Pour chaque heure de sport, 1 € était remis au Télévie.
     
    Ce sont 5.900 € de sport qui ont été ainsi valorisées » reprend Véronique. Ce qui fait que le chèque global des 24 h vélo Télévie 2020 est de 204.940 €, soit 17.000 € de plus qu’en 2019. Un exploit ! »
     
     
    Jusqu’au bout les galeries commerciales partenaires, les entreprises, les communes (Clavier, Marchin) et les écoles (La Haute Ecole de la province de Liège, Saint-Louis) sont restées mobilisées.
     
     
    « A tous ces sites, à tous ceux qui ont coordonné l’organisation, à tous les participants, je voudrais dire un immense merci, explique Michael Herfs, chercheur qualifié FNRS, coordinateur du Télévie à Liège qui remettra le chèque, le 19 septembre, lors de la soirée finale sur RTL-TVi.
     
     
    Ces montants sont fondamentaux pour la recherche : « On ne guérira jamais d’une maladie qu’on ne comprend pas ».
     
     
     
    Pour célébrer cette fin de 24 heures et la remise du chèque, c’est un artiste particulier qui était invité à animer une petite heure la grande verrière du CHU. RMC (Benjamin) est un rappeur qui, il y a deux ans , a passé trois mois au + 4B. Il en a tiré une chanson (« le +4B ») qu’il a interprétée en hommage au personnel soignant.
     
    RMC est « disque d’or » en Pologne.
     
     
  • Fête des Voisins Solidaires” Rendez-vous le 18 septembre 2020 pour célébrer la Fête des Voisins !

    Lien permanent
    Rendez-vous le 18 septembre 2020 pour célébrer la Fête des Voisins !
     
     
    Cette année, l’événement est rebaptisée « Fête des Voisins Solidaires”.
     
    Ce sera l’occasion pour les citoyens de remercier celles et ceux qui ont participé aux élans de solidarité et d’entraide depuis plusieurs mois et le début de la crise.

    Cependant, nous demandons à ce que les organisateurs veillent à respecter scrupuleusement les règles imposées pour la création d'un événement en période de COVID19.
     
    Car oui, célébrer la Fête des Voisins dans le respect des mesures : c'est possible !
     
     
    SUIVEZ NOS CONSEILS POUR ORGANISER ET PARTICIPER À LA FÊTE DES VOISINS EN TOUTE SÉCURITÉ !
     
     
     

    L'HISTOIRE DE LA FÊTE DES VOISINS...

    En 1999, Atanase Périfan et l’Association “Paris d’amis” lancent l’opération “Immeubles en Fête” en France. Son slogan : Pas de quartier pour l’indifférence !

    Son objectif : Renforcer les liens de proximité, développer un sentiment d’appartenance à un même quartier, créer une solidarité entre voisins, se mobiliser contre l’isolement et l’exclusion.

    En 2003, la première édition d’Immeubles en fête est lancée en Région bruxelloise, dans le cadre de la Journée européenne des voisins. Le succès est immédiat : plus de 10.000 Bruxellois participent à l’opération.

    L’année suivante, grâce au soutien de nombreux intervenants qui parrainent l’opération, la deuxième édition s’étend au niveau national mobilisant ainsi tous les Belges.

     

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    fete des voisin.jpg

     
  • Plus de 40 candidats claviérois répartis en 2 équipes étaient prêts à pédaler pendant 24 heures pour le Télévie

    Lien permanent

    6.000€ récoltés pour le Télévie à Clavier malgré l’annulation des 24h vélo

    Comme l’année dernière, la commune de Clavier s’est portée candidate pour les 24 heures vélo du Télévie organisées par le CHU et l’Université de Liège afin de récolter des fonds pour soutenir la recherche contre le cancer.

    Différents membres du personnel communal et du CPAS, ainsi que des mandataires, étaient prêts à relever le défi. Malheureusement, l’événement initialement prévu les 19 et 20 mars a été reporté à deux reprises avant d’être annulé à cause des mesures sanitaires imposées.

    Rendez-vous en 2021

    Quoiqu’il en soit, les deux équipes « Ça roule à Clavier pour le Télévie » ont pu contribuer à la lutte contre la maladie puisqu’elles sont parvenues à rassembler la somme de 6.000€ grâce au sponsoring et aux dons des particuliers.

    Dans une petite vidéo de remerciements publiée sur la page Facebook de la commune ce mercredi, la bourgmestre Philippe Dubois a donné rendez-vous aux coureurs en 2021.

    « Nous serons plus forts encore », a-t-il ajouté. « Merci à tous les donateurs ». Au total, 47 donateurs ont contribué à réunir cette somme.

     

    En 2019, l’équipe de Clavier avait récolté la somme de 7.460€ pour la recherche.

     

    Article et rédaction par Pierre Tar 

     

    Source

  • Un Grand Nettoyage de Printemps en automne, ça vous dit ?

    Lien permanent

    Un Grand Nettoyage de Printemps en automne, ça vous dit ?
     
    Ben oui, y a pas de saison pour être propre !
    Intéressé ?
    Inscrivez-vous vite sur sur  https://bit.ly/32rZuRu et recevez gratuitement votre kit de ramassage .
     
    Vous étiez inscrit en mars ? Dans ce cas, confirmez votre participation et utilisez le matériel que vous avez reçu.
     

  • Partager c’est chou ! Écolo-Huy lance sa plateforme d’échange de légumes et de jardins

    Lien permanent

    La locale écologiste hutoise avait déjà mis le dossier sur la table du conseil communal, « mais le collège n’a pas été très enthousiaste ».

     

    Écolo-Huy a alors décidé de faire les choses directement et a lancé sa plateforme d’échanges de légumes et de partage de jardin. « On a lancé « Partager c’est chou », via Facebook par facilité.

     

    Le but est de partager ses surplus, d’échanger des services, de venir cultiver le jardin de quelqu’un qui n’a pas le temps. On compte déjà plus de 130 membres et plus de 30 échanges », se réjouit Anabelle Rahhal, conseillère communale et cheffe de groupe Écolo Huy.

    La réciprocité

    Le groupe permet ainsi de mettre en relation « ceux qui ont un jardin, mais ne peuvent pas l’entretenir » et « ceux qui veulent un potager, mais n’ont pas de jardin ».

    Une charte (sur les heures, les outils…) est alors proposée pour l’entretien des jardins partagés.

    Le concept a déjà été repris à Sprimont, avec le même nom « Partager c’est chou ».

     
    La plateforme se veut « citoyenne », mais le parti vert reste à l’initiative et ne cache pas son implication dans le projet. « Ecolo défend une alimentation saine et locale depuis le début ».

    Article et rédaction Ro.Ma.

    Source

  • Plantation de haies, saison 2 ambition 4000 km !!!

    Lien permanent

    « Le projet haies, avec l’ambition d’en planter 4.000 km d’ici 2024, ce n’est pas un projet où on peut dire : on plante chaque mois.
     
    Il y a une période de plantation, d’octobre, novembre à fin mars.
     
    Là, on entame la deuxième saison. » Ce projet avait marqué au moment de la présentation de la déclaration de politique régionale, en septembre 2019.
     
    « On en a beaucoup parlé, et il crée de l’engouement », avance Céline Tellier.
     
    « Sur la première saison de plantation, il y a eu 76 km.
     
    Ça peut paraître rikiki, mais ce n’est que la part des plantations subventionnées sur base de l’ancien régime de subvention.
     
    Il y en a eu d’autres. Les choses sérieuses vont commencer, ça fait des mois qu’on prépare la suite. »
     
     
    Pour l’instant, la ministre travaille sur le volet subventions. « Ce volet va passer définitivement en septembre au gouvernement », révèle Mme Tellier.
     
    « Ce qui est prévu, c’est un triplement globale des subventions. »
     
    De 300.000 euros jusqu’à présent, on passe en effet à 1 million par an, et à 2 millions en fin de législature. « On augmente aussi l’aide de 25 %.
     
    Par exemple, on passe de 3 à 4 euros le mètre de haie. De 12 à 20 euros par arbre. On veut faire en sorte que globalement, il y ait plus de demandes.
     
    Maintenant, il y a aussi pas mal de gens qui disent : je n’ai pas envie de subventions, mais je m’engage à planter massivement. »
     
    Ainsi, des entreprises ont planté d’initiative des kilomètres de haies qui ne sont pas comptabilisées.
     
    Formulaire en ligne
     
    Ça, c’est pour le volet subvention.
     
    Mais il y a aussi toute une réflexion menée avec différents acteurs, à commencer par les agriculteurs.
     
    Ensuite, avec le secteur horticole. Aujourd’hui, les pépiniéristes, ce sont environ 1.000 emplois en Wallonie, avance la ministre. Cet emploi pourrait être augmenté de 25 %.
     
    Les autres acteurs, ce sont les communes, les écoles, des sociétés comme Infrabel, Vivaqua ou d’autres acteurs de l’eau.
     
     
    Et puis il y a les citoyens, vous et moi. Comment faire si on veut planter une haie derrière chez soi ?
     
    « Il y aura un formulaire qui sera en ligne sur le site du SPW (Service public de Wallonie, NDR) », explique la ministre.
     
    « On attend juste que le texte sur le volet subvention passe en gouvernement, ici en septembre. On a par ailleurs un site web dédié.
     
    Il y a un appui technique, sous forme de brochure que nous avons fait réaliser.
     
    On y trouve plus précisément les essences qui sont le plus adaptées en fonction de l’endroit où on habite.
     
    Des explications sur comment planter, etc. La première année, on voulait créer de l’enthousiasme autour du projet. On voit qu’il est là.
     
    Le vrai démarrage, c’est cet hiver-ci. »
     
     
    Article de  B.J.