Be alert.be

  • BE-Alert: Lancement de la phase 4 du déconfinement à partir du 1er juillet Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lien permanent

    BE-Alert:  Lancement de la phase 4 du déconfinement à partir du 1er juillet
    Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès


    Le Conseil National de Sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est accordé pour un passage en phase 4 du déconfinement à partir du 1er juillet, sur base de l’accord des experts du GEES qui repose sur la bonne évolution de la situation épidémiologique.
    Les six règles d’or restent en vigueur, à savoir :

    •    Le respect des règles d’hygiène ;
    •    Le fait de privilégier les activités en extérieur ;
    •    La prise de précautions supplémentaires pour les personnes à risque ;
    •    Le respect des distances de sécurité ;
    •    La règle de la bulle élargie qui passe de 10 à 15 personnes différentes par semaine en plus du foyer. Pour rappel, ce droit est individuel.
    •    Les activités de groupe ne peuvent dépasser 15 personnes, enfants compris. Cela vaut pour toutes les réunions non encadrées, indépendamment qu’elles aient lieu au domicile ou en dehors de celui-ci.

    Plus d’informations sur les mesures :

    https://centredecrise.be/fr/news/gestion-de-crise/lancement-de-la-phase-4-du-deconfinement-partir-du-1er-juillet

  • Voir ou revoir la Conférence de presse suite au Conseil national de sécurité mercredi 03 juin 2020 en vidéo

    Lien permanent

    Contacts sociaux à 10, réouverture «en partie» de l’horeca, ouverture des frontières...: voici tout ce qu’il savoir sur la phase 3 du déconfinement

    Le Conseil national de sécurité (CNS), qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts, s’est réuni ce mercredi matin afin d’évoquer la phase 3 du déconfinement en Belgique.

    Vidéo clic ici 

     

     

     

    Voici tous les éléments qu’il faut retenir :
     Chaque Belge devra respecter 6 règles d’or
     Pour les contacts sociaux, les Belges pourront avoir des contacts rapprochés avec dix personnes supplémentaires différentes par semaine en plus de votre foyer (cela veut dire que les dix personnes peuvent changer chaque semaine). La règle des « 4 personnes » est définitivement remplacée.
     Le secteur de l’horeca pourra en partie rouvrir. En « partie », car certains établissements ne pourront rouvrir, comme les casinos par exemple. Un protocole très strict a été établi et devra être respecté. Toutes les informations sont à retrouver ici.

     Les événements religieux pourront reprendre avec 100 personnes maximum présentes. A partir de juillet, le nombre maximum de personnes autorisé passera à 200.
     Les activités sportives ou culturelles organisées en groupe peuvent avoir lieu si elles sont encadrées – par exemple, par un coach ou un animateur – et ne peuvent pas compter plus de 20 personnes, comme c’était le cas seulement pour les entrainements auparavant. Ce nombre sera augmenté à 50 à partir du 1er juillet. Les distances de sécurité doivent être bien entendu respectées.
     Il sera déjà possible le 8 juin de partir en excursions d’un ou plusieurs jours en Belgique. À partir du 15 juin, la Belgique réouvrira ses frontières vers et au départ des pays appartenant à l’Union européenne – Royaume-Uni compris – et les 4 autres pays « Schengen ». Attention, toutefois, que chaque pays décide seul de l’ouverture de ces frontières aux conditions imposées par le pays d’accueil.

     Toutes les activités culturelles sans public pourront reprendre le 8 juin. Pour les activités rassemblant un public, elles ne seront pas autorisées avant le premier juillet et ne pourront pas rassembler plus de 200 personnes. es cinémas pourront donc reprendre leurs activités à partir du 1er juillet.
     Les Phases 4 et 5 ont également été évoquées

    Source

  • BE.Alert Communiqué de presse de la Première Ministre Sophie Wilmès d'aujourd'hui merdredi 13 mai 2020

    Lien permanent

    Ce mercredi 13 mai, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni et a pris la décision, sur base du rapport des experts du GEES, d’enclencher la phase 2 de notre plan de déconfinement à partir du 18 mai prochain.

     

    La prochaine étape de notre déconfinement n’aura pas lieu avant le 8 juin.

    Vu la multitude des activités à appréhender et leur impact sur les contacts interpersonnels, la phase 3 devra être suivie d’autres phases afin d’inscrire dans le temps la reprise de nos habitudes et de procéder de manière progressive et sécurisée.

     

    Plus d’informations sur l’adaptation des mesures ici :

    https://centredecrise.be/fr/news/deconfinement-lancement-de-la-phase-2-partir-du-18-mai

     

    Déconfinement : Lancement de la phase 2 à partir du 18 mai 2020 clic ici

     

  • BE-Alert Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lien permanent

    Ce mercredi 6 mai 2020, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni afin de valider, de compléter et de préciser la nouvelle phase de la stratégie de déconfinement, à savoir la phase 1b qui commencera le 11 mai prochain.

    Les experts ont donné le feu vert au lancement de cette nouvelle phase au regard de plusieurs critères favorables pour le moment, à savoir le nombre d’hospitalisations par jour, la tendance moyenne de ces hospitalisations qui est à la baisse par rapport aux semaines précédentes, le nombre de lits occupés dans les unités de soins intensifs, le testing et le tracing. Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement graduel.


    Lisez la suite Clic ici 

    10mai.jpg

  • Message be-alert Nandrin : Distribution des masques à partir du 5 mai 2020

    Lien permanent

     

    L'administration communale de Nandrin distribuera des masques réutilisables en tissu pour chaque habitant entre le 5 et le 8 mai en porte-à-porte.


    Vous recevrez en mains propres une enveloppe contenant un masque en tissu par personne domiciliée à votre adresse. La distribution sera effectuée par le personnel communal.


    En cas d’absence, vous trouverez dans votre boîte aux lettres la procédure à suivre pour recevoir vos masques.

    Soyez alerté : inscrivez-vous!  

    Vos données seront utilisées pour vous alerter en situation d'urgence.

    L'inscription ainsi que les messages reçus sont gratuits.  

    Inscrivez-vous à BE-Alert 

     

  • Communiqué de presse de la Première Ministre du 24 avril 2020

    Lien permanent

    Coronavirus : la Belgique a fixé sa stratégie de sortie de crise

    Communiqué de presse de la Première Ministre

    Sur la base d’un avis du Groupe d’Experts en charge de l’Exit Strategy (GEES), le Conseil National de Sécurité s’est réuni ce vendredi 24 mars au Palais d’Egmont pour définir la stratégie de déconfinement de la Belgique par rapport à la crise du Coronavirus. Pour rappel, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris ensemble une série de mesures depuis le 12 mars dernier afin de freiner la propagation du covid-19 dans notre pays. Les indicateurs encourageants – tels que la diminution du nombre d’hospitalisations journalières ou l’aplatissement de la courbe des décès liés au virus – permettent aujourd’hui d’envisager un déconfinement graduel. Les autorités insistent néanmoins sur le fait que le virus est toujours présent sur notre territoire et reste dangereux pour la population.

    Les mesures strictes de confinement sont maintenues, au plus tôt, jusqu’au 3 mai inclus. Ensuite, la Belgique pourrait entamer son processus de déconfinement, si les conditions le permettent.

    Tout mesure qui n’est pas explicitement supprimée est maintenue.

    Les règles qui resteront en vigueur

    Il est important de souligner que certaines règles resteront en vigueur, peu importe la phase de déconfinement dans laquelle nous nous trouvons. Il s’agit :

    • De la limitation des contacts entre personnes ;
    • Du respect des distances de sécurité ;
    • Des bons réflexes en matière d’hygiène, appelés aussi « gestes-barrières ».

    Se couvrir la bouche et le nez

    Se couvrir la bouche et le nez fera partie des bonnes pratiques pendant ce déconfinement. Cela peut se faire par l’intermédiaire d’un masque dit « de confort » ou d’une autre protection alternative (écharpe, bandana). Cette pratique sera :

    • Fortement recommandée dans l’espace public,
    • Obligatoire dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus. Cette mesure entrera en vigueur à partir du 4 mai.

    Cette pratique n’est pas une protection suffisante si elle ne s’envisage pas dans le cadre du respect des distances de sécurité et des mesures d’hygiène.

    Le gouvernement fédéral et les entités fédérées travaillent ensemble afin de procurer gratuitement à chaque citoyen au moins une protection en tissu normé. Diverses initiatives vont en ce sens. Les autorités souhaitent également distribuer deux « filtres » à chaque citoyen afin que celles et ceux qui le souhaitent puissent les intégrer dans les masques déjà acquis ou confectionnés. Les masques chirurgicaux et FFP2 restent, quant à eux, réservés aux professionnels de soins de santé, des maisons de repos, des collectivités ainsi que des services de sécurité.

    Dans le monde du travail, l’employeur – y compris public – devra fournir des moyens de protection aux travailleurs, si cela s’avère nécessaire.

    L’usage des transports en commun

    Le déconfinement progressif engendra inévitablement une hausse de l’usage des transports en commun. Afin d’éviter les effets de foule, il est conseillé de :

    • Faire en sorte de se déplacer par ses propres moyens (marche, vélo, voiture, etc.) afin de laisser la priorité aux personnes qui ont le plus besoin des transports en commun ;
    • Éviter les heures de pointe, quand c’est nécessaire.

    Stratégie de déconfinement

    L’ensemble des dates qui suivent sont susceptibles de changer en fonction de la situation sanitaire et de l’évolution du virus.

    1. Phase 1 – a (4 mai, estimé)

    • Pour les industries et les services B2B

    Le télétravail reste la norme. Il sera permis de pallier l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise par le biais du respect d’une série de recommandations sanitaires, dont le port du masque. En ce qui concerne l’organisation du travail, le Groupe des Dix a adopté un guide général de bonnes pratiques qui servira de base à des accords sectoriels ou en entreprise à conclure. Il sera ainsi une référence pour un redémarrage économique progressif dans des conditions saines et sûres pour toutes et tous.

    • Pour les commerces et l’horeca

    Les règles ne changent pas, à l’exception des magasins de tissus et les merceries qui pourront rouvrir, au vu du rôle important qu’ils joueront par rapport aux protections couvrant le nez et la bouche.

    • Au niveau de la santé

    Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux. Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés. La volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puissent avoir accès aux soins de santé de manière à nouveau « normale » tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus.

    • Au niveau de la vie quotidienne

    L’activité physique en extérieur sera permise avec deux personnes maximum, en plus de celles qui vivent sous le même toit, à condition de toujours respecter les distances de sécurité. Il sera également permis de pratiquer d’autres activités sportives à l’air libre et sans contact. Si ces activités nécessitent une infrastructure, il n’en demeure pas moins que l’accès aux vestiaires et aux douches communes ainsi qu’aux cafétérias reste interdit.

    2. Phase 1 – b (11 mai, estimé)

    • Pour les commerces

    Cette phase permettra de rouvrir tous les commerces, en même temps, sans discrimination de taille et de secteur, laissant ainsi à chacun les mêmes chances de réussite. Cette réouverture s’envisagera impérativement sous conditions. Celles-ci seront définies en concertation avec les secteurs et les partenaires sociaux. Elles seront de trois natures :

    • L’organisation du travail,
    • L’accueil des clients,
    • La limitation de l’accès aux commerces pour éviter les effets de foule. Ne sont pas concernées les professions impliquant des contacts physiques.
    • Au niveau de la vie quotidienne

    Nous clarifierons également l’avenir des compétitions sportives à court terme.

    3. Phase 2 (18 mai, estimé)

    • Pour les commerces

    Il sera examiné si et sous quelles conditions les professions impliquant des contacts physiques (comme les coiffeurs).

    • Au niveau de la culture

    L’ouverture des musées pourra être envisagée, sous conditions également. Par exemple, via le développement d’un système de ticketing.

    • Au niveau de la vie quotidienne

    Pour les sports d’équipe, l’entrainement physique en plein air sera permis au sein d’un club reconnu uniquement, et moyennant le respect de certaines consignes.

    • Au niveau de l’enseignement

    La reprise des cours sera très progressive, avec une réouverture dès le 18 mai. Elle ne concernera pas tous les élèves. Chaque communauté aura la charge d’élaborer, en concertation avec le secteur, l’opérationnalisation de cette décision. Certaines pistes seront aussi étudiées :

    • La possibilité d’autoriser les réunions privées à domicile,
    • Celle d’autoriser la présence d’un plus grand nombre de personnes aux mariages et aux enterrements,
    • Celle de permettre à plus de deux personnes de pratiquer une activité en extérieur,
    • La possibilité d’organiser des excursions d’une journée dans certaines régions du pays ou de se rendre dans sa seconde résidence.

    4. Phase 3 (au plus tôt le 8 juin, estimé)

    Plusieurs points devront être examinés :

    • Les modalités de réouverture éventuelle et progressive des restaurants ; et puis des cafés, des bars. Ceci devra se faire, en tout état de cause, sous conditions strictes.

    • Les différentes activités estivales comme les voyages à l’étranger, les camps des mouvements de jeunesse (une décision devrait être prise d’ici la fin mai), les stages, les attractions touristiques mais aussi les événements en plein air de plus petite envergure.

    La seule certitude, c’est que les événements de masse de type « festival » ne seront pas autorisés avant le 31 août.

    Conditions de réussite

    Pour assurer le déconfinement dans les meilleures conditions possibles, le testing et le tracing joueront un rôle prépondérant.

    En ce qui concerne le dépistage, l’objectif est de pouvoir offrir un test de laboratoire à toutes les personnes qui en ont besoin, c’est-à-dire ceux qui présentent des symptômes et pour qui un médecin suspecte une infection, les personnes fortement exposées au virus de par leur profession et les personnes exposées au virus après un contact intense avec une personne infectée.

    La capacité de nos laboratoires atteindra 25.000 tests PCR par jour pour le 4 mai, et cette capacité sera extensible jusqu’à 45.000. Afin de fournir un appui à la réalisation des tests, les laboratoires publics et privés ainsi que la plateforme fédérale sont pleinement mobilisés.

    Concernant l’approvisionnement en matériel médical, les livraisons continuent et nous disposons d’un stock de matériel d’achat suffisant.

    Pour le tracing, une stratégie coordonnée entre les régions et les communautés sera mise en place, avec l’appui des experts fédéraux.

    Consultez-ici la présentation du Conseil National de Sécurité.

     

    Source

  • BE-Alert : Coronavirus : prolongation des mesures jusqu’au 3 mai 2020 , Message de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lien permanent

    Lors du Conseil National de Sécurité (CNS) de ce mercredi 15 avril, plusieurs décisions ont été prises. Comme à chaque fois, ces décisions reposent sur les avis des experts scientifiques.

    Il a été décidé lors de cette réunion du CNS, en concertation avec les Ministres-présidents, de prolonger les mesures de confinement actuellement en vigueur jusqu’au 3 mai inclus.

    Afin de rendre cette prolongation de confinement plus soutenable, nous avons également décidé que :

     

    • Les magasins de bricolage et les jardineries pourront rouvrir leurs portes, aux mêmes conditions que les magasins d’alimentation. Les distances de sécurité devront donc être d’application ;
    • Nous autorisons également les résidents des structures d’hébergement – c’est-à-dire les maisons de repos et de soins ou les centres pour personnes avec un handicap par exemple – à recevoir la visite d’un proche désigné. Cela, à condition que le résident en question ne présente aucun symptôme de la maladie depuis deux semaines. Cette personne devra toujours être la même. Les maisons de repos se chargeront de l’organisation de ces visites. Ces règles seront aussi d’application pour les personnes qui vivent seules et qui ne peuvent pas se déplacer.

     

    Les consignes de base restent inchangées jusqu’au 3 mai et doivent impérativement être respectées. Les forces de l’ordre continueront à s’en assurer.

    Un nouveau Conseil National de Sécurité sera organisé la semaine prochaine et aura pour objectif d’élaborer de manière plus précise la prochaine étape du déconfinement. Notre objectif est de pouvoir organiser le déconfinement progressif pour le début du mois de mai. A noter qu’il s’agira d’un processus évolutif et basé, comme toujours, sur les travaux des scientifiques.

    Cette stratégie reposera sur plusieurs piliers, à savoir les distances de sécurité, le dépistage à grande échelle mais aussi le tracing, et le développement de nouvelles règles à appliquer dans le monde du travail. 

    Il est clair que le port du masque – même dit de confort – jouera aussi un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Un premier rapport nous a été remis par les scientifiques et les représentants fédéraux et régionaux de la santé. Il nous indique que, lorsque les mesures de confinement seront levées progressivement, les masques en tissu seront conseillés pour toute situation où les distances de sécurité ne peuvent être respectées. Cela passera notamment par une production nationale. Néanmoins, les masques ne remplaceront pas les mesures d’hygiène et les distances de sécurité. 

    A court-terme, le Conseil National de Sécurité se prononcera sur les analyses et propositions du groupe en charge de l’Exit Strategy, notamment sur le timing adéquat et les conditions de réouverture progressive d’une part, des commerces et d’autre part, à terme, des cafés, restaurants et bars mais aussi sur la situation des écoles, des stages et des mouvements de jeunesse et les voyages. Il est déjà acquis qu’aucun événement de masse tels que les festivals ne pourront être organisés avant le 31 août inclus.

    Concernant le monde du travail, les règles actuelles resteront d’application jusqu’à ce que des protocoles d’accord puissent être scellés, secteur par secteur. L’objectif de ces protocoles sera de permettre aux entreprises de reprendre le plus rapidement possible une activité normale, tout en garantissant les conditions adéquates de travail de leurs employés et qui devront être adaptées aux circonstances. Le télétravail devra, quant à lui, continuer à être privilégié pendant un certain temps encore.

    BE-Alert

  • Message de Be-Alert.BE aujourd'hui 27 mars 2020 !!!

    Lien permanent

    Communiqué de Madame la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lors du Conseil National de Sécurité (CNS) élargi aux Ministres-présidents de ce vendredi 27 mars, il a été décidé que les mesures prises préalablement seront prolongées de deux semaines, jusqu’au 19 avril. Cette décision pourrait être renouvelée de deux semaines, jusqu’au 3 mai. La situation est en tout état de cause évaluée en continu. Des CNS seront convoqués régulièrement pour faire le point sur la situation.
    Pour rappel, le détail des mesures est disponible sur le site Internet www.info-coronavirus.be.
    Néanmoins, quelques précisions :

    Concernant l’activité physique en plein air, l’activité physique et les promenades restent encouragées, toujours dans le respect de la distance sociale pour le temps de l’activité. Les citoyens sont donc en dehors de leur domicile le temps de l’activité uniquement. Il est demandé de rester en mouvement pendant l’activité (pas d’installation dans les parcs, par exemple).
    Les « lockdown parties » organisées par quelques citoyens mettent en danger nos grands efforts et sont un problème récurrent qui a des conséquences sanitaires importantes, comme l’actualité nous l’a démontré. Ces fêtes restent bien entendu interdites.
    En ce qui concerne les écoles, et particulièrement leur fonctionnement pendant les vacances de Pâques :

    - La règle reste la même. La garderie des enfants dans les écoles doit pouvoir être assurée pendant cette période aussi ;
    - Si cela s’avère vraiment impossible, une autre forme de garderie peut être organisée, qui respecte les conditions suivantes :
    * Les enfants gardés ensemble jusqu’à présent devront continuer d’être pris en charge ensemble et ne pas être mélangés à d’autres enfants
    * Les enfants seront de préférence pris en charge par des personnes avec qui ils ont déjà eu des contacts dernièrement.
    Comme à chaque fois, les décisions reposent sur les recommandations des experts scientifiques fournies un peu plus tôt dans la journée.
    Les infractions sont et seront sanctionnées. De plus, nous mettrons en place à court-terme un système de perception immédiate des amendes.
    Chacun dispose d’une responsabilité individuelle et collective dans le respect de ces décisions qui, on le sait, sont difficiles. L’engagement, l’esprit de solidarité et de responsabilité de chaque Belge doivent être salués. Chacun le sait, ces mesures sont indispensables pour préserver notre santé. Le travail du personnel soignant doit aussi être mis en avant. Leur engagement au quotidien est remarquable et l’ensemble des autorités du pays met tout en œuvre pour assurer leur protection. Enfin, l’engagement de toutes les personnes qui continuent de faire fonctionner le pays au quotidien est également fondamental. Nous les remercions aussi.
    Continuez à prendre soin de vous ; continuez à prendre soin des autres.

     

     

    Pas encore inscrit ? https://www.be-alert.be/

  • Vous n'êtes pas encore inscrit ???

    Lien permanent

    BE-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la population en situation d’urgence.

    Jusqu’à présent l’alerte et l’information à la population pouvait se faire via les médias (sociaux), les services de secours déployés sur le terrain ou -en ce qui concerne le risque Seveso ou nucléaire- par le biais d’un réseau de sirènes.

    Le système BE-Alert permet désormais une alerte via de nouveaux canaux complémentaires. Ainsi, une autorité, qu’il s’agisse d’un Bourgmestre, d’un Gouverneur ou du Ministre de l’Intérieur peut, s’il l’estime nécessaire, alerter la population par appel vocal, SMS ou e-mail.

    De la sorte, vous recevez les recommandations utiles pour votre sécurité de manière rapide (ex. Fermez portes et fenêtres lors d'un incendie).

    BE-Alert dispose de capacité suffisante pour alerter simultanément un grand nombre de citoyens, via différents canaux:

     

    Le projet BE-Alert

    En 2014, le Centre de Crise a lancé le projet-pilote BE-Alert et a permis, pendant deux années, à 33 communes de le tester, l’évaluer et d’apporter des pistes d’amélioration pour élaborer un outil performant à proposer à tous les services et autorités du pays, concernés par la sécurité des citoyens.

     

    BE-Alert est un outil en constante évolution qui s’appuie sur différentes technologies qui permettent de vous alerter où que vous soyez.

    Soyez alerté : inscrivez-vous!  

    Vos données seront utilisées pour vous alerter en situation d'urgence. L'inscription ainsi que les messages reçus sont gratuits.  

    Inscrivez-vous à BE-Alert clic ici

  • Gouverneur de la province de Liège Hervé Jamar présent à la séance d’information sur les outils BE-Alert et IMCS au Centre culturel d’Amay.

    Lien permanent

     

    Mardi 3 mars 2020 au matin a eu  lieu une séance d’information sur les outils BE-Alert et IMCS au Centre culturel d’Amay.

    Les Bourgmestres, les coordinateurs PLANU, les fonctionnaires D5 ainsi que les membres de la Cellule de sécurité provinciale sont mis au courant des dernières mises-à-jour des deux plateformes par le Centre de crise national Crisiscentrum / Centre de Crise.

    Pour rappel, BE-Alert est un dispositif qui permet, par exemple, aux Bourgmestres, aux Gouverneurs ou bien au Ministre de l’intérieur de diffuser un message à la population lors d’une situation d’urgence (alerte et information). Celle-ci peut alors disposer des indications utiles pour sa sécurité.

    Le Gouverneur dit qu'il ne  peux que vous encourager à vous inscrire sur le site de BE-Alert afin que vous puissiez être informé en cas de situation d’urgence.

    Lien du site : https://be-alert.be/f

     

     

    Hervé Jamar, Gouverneur de la province de Liège

     

     

     

  • Ouffet s’inscrit également sur le système BE-Alert

    Lien permanent

    En s’inscrivant sur la plateforme d’alerte, la commune veut communiquer de façon plus ciblée avec ses citoyens en cas de problème sur le territoire communal.

    Le service coûte 1331 €.

    Les Ouffetois doivent s’inscrire via le site de BE-alert.


    Lundi, la bourgmestre d’Ouffet Caroline Cassart annonçait la participation de sa commune au système de diffusion de messages d’alerte BE-Alert, qui permet aux autorités d’informer les citoyens en temps réel s’il y a un problème sur le territoire communal.

    « On s’est inscrit en 2018, mais on ne s’en servait pas de façon optimale, précise Caroline Cassart. Il y a une volonté de la commune d’informer le citoyen dans le prochain bulletin mensuel qu’il peut s’inscrire et bénéficier de ce système. Ça représente un budget annuel de 1331€. »


    Cibler une rue ou un quartier


    Jusqu’à présent, l’alerte et l’information à la population pouvaient se faire via les réseaux sociaux, le bulletin communal, le site web ou l’application mobile de la commune. Mais ces moyens ne permettaient pas de communiquer de façon ciblée.

    « Avec Be-Alert, l’avantage est qu’on peut faire des communications qui ne sont reçues que par les habitants d’une rue ou d’un quartier, explique la bourgmestre.

    C’est utile lorsqu’il y a une panne de courant ou un problème avec l’eau.

    C’est un agent communal qui rédige les alertes et le citoyen inscrit à BE-Alert les reçoit sur son téléphone. »


    Aujourd’hui, plus de 675 000 adresses sont déjà enregistrées et 475 communes sont participantes.

    Inscription : https://www.be-alert.be/fr

     

    Rédaction de l'article par P.TAR

    Source 

  • Be-alert inscrivez-vous !!!

    Lien permanent

    Alerte SMS. 

    Elle fonctionne par géo-localisation et est lancée par le Centre de Crise fédéral à la demande du Bourgmestre et via les opérateurs de téléphonie. 

    Elle touche toutes les personnes disposant d’un GSM et présentes sur un territoire précis au moment de l’alerte. 

    Quand ce système est activé, que vous soyez inscrit ou non, vous serez informé d’un incident se produisant sur la commune .

    Toutefois, si vous êtes Nandrinois mais qu’au moment de l’alerte, vous vous trouvez ailleurs pour le travail, pour des courses, pour des vacances, …  vous ne recevrez pas l’info !

     Be-Alert.  Le message vocal ou le SMS sera envoyé uniquement aux personnes qui se sont préalablement inscrites sur  “http://be-alert. be/fr/inscrivez-vous”.   

    Si vous n’êtes pas informatisé, vous pouvez vous présenter à l’Administration communale et nous complèterons le document avec vous.

    https://www.be-alert.be/fr/

    Nandrin commune participante BE-Alert clic ici

     

    Soyez alerté : inscrivez-vous!  

    Vos données seront utilisées pour vous alerter en situation d'urgence. L'inscription ainsi que les messages reçus sont gratuits.  

    Inscrivez-vous à BE-Alert

  • Grand test national be-alert, ce jeudi 3 octobre 2019

    Lien permanent

    Ce jeudi 3 octobre, un grand test national de be-alert sera mené par 187 communes du pays. Une façon de voir si ce système d’alerte de la population (par sms, mail ou message vocal) fonctionne bien et supporte une telle «charge».

     

     

    Soyez alerté : inscrivez-vous!

    Source

  • La commune de Nandrin se retrouvera-t-elle sans électricité à cause du plan de délestage?

    Lien permanent

    Comme évoqué ce dimanche, il est très probable que l’offre d’électricité ne suffise pas, en novembre, pour rencontrer la demande. Il n’est par conséquent pas improbable qu’il y ait des coupures à certaines heures, dans certaines communes, avait affirmé une experte du Bureau du plan à la VRT.

    Cette instance indépendante se penche sur l’impact des mesures politiques. Durant le mois de novembre, un seul des sept réacteurs nucléaires du pays sera opérationnel. « La possibilité qu’un certain nombre de communes ou de zones soient temporairement privées d’électricité a augmenté », avait précisé Danielle Devogelaer, experte du Bureau du plan dans les questions d’énergie et de transport, et en particulier de l’électricité, à la VRT.

    Une option dont il faut tenir compte

    « C’est une option dont nous allons devoir sérieusement tenir compte en novembre, parce que parce que l’offre d’électricité ne sera pas toujours suffisante pour rencontrer la totalité de la demande », avait-elle ajouté.

    Selon l’experte, il ne faut même pas avoir un mois de novembre exceptionnellement froid pour rencontrer des problèmes.

    Concrètement, si le pays manque d’électricité, le pays devra faire appel à son fameux plan de délestage. Comme l’explique le SFP Economie, un délestage a pour but d’éviter qu’un déséquilibre important du réseau n’entraîne une coupure généralisée de l’alimentation électrique du pays (black-out).

    Pour procéder à un délestage, il faut donc couper un certain nombre de postes haute tension. Le délestage est mis en œuvre par groupes de postes haute tension représentant chacun une « tranche » de délestage. Il y a huit tranches, afin de compenser au mieux le manque d’électricité. Normalement, une seule tranche sera « déconnectée », mais il pourrait y en avoir plusieurs en cas d’extrême pénurie.

    Et chez vous ?

    Les cartes reprises ci-dessous indiquent les communes dans lesquelles se situent des cabines susceptibles d’être délestées. Reportez-vous à la légende pour connaître les tranches de délestage auxquelles elles appartiennent. Dès qu’il existe, sur le territoire d’une commune, une cabine reprise dans une tranche de délestage, nous avons coloré l’ensemble de la commune dans la couleur de la tranche de cette cabine.

    Cela ne signifie pas pour autant que l’ensemble de la commune sera délestée, ni même que la cabine délestable n’impacte pas une autre commune voisine. Pour plus de précisions concernant les rues touchées par les délestages, consultez le site web du gestionnaire de réseau de distribution de la commune.

    Les cartes, en meilleure qualité, et par tranche, sont disponibles en bonne qualité ici.

     

    Article et plan clic ici 

  • Le Centre fédéral de crise a lancé jeudi sa campagne « BE-Alert Challenge »

    Lien permanent

    Toutes les 20.000 nouvelles inscriptions s’accompagneront d’une action concrète pour la sécurité de tous, promet-il : distribution de détecteurs de fumée, formations aux premiers secours, conseils pour des événements sécurisés, etc.

    Avec ce défi, le Centre de crise, qui dépend du SPF Intérieur, entend « réveiller tout le monde » car il est, selon lui, « grand temps » de s’inscrire à BE-Alert. Il suffit de deux minutes pour pouvoir être, si nécessaire, directement alertés en cas d’urgence et informés des dispositions à prendre.

    En participant au ’BE-Alert Challenge’, les citoyens renforceront en outre leur propre sécurité mais aussi celle des autres. En effet, toutes les 20.000 nouvelles inscriptions s’accompagneront d’une action concrète pour la sécurité de tous : distribution de détecteurs de fumée, formations aux premiers secours, conseils pour des événements sécurisés, etc.

    Les personnes déjà inscrites peuvent, elles aussi, apporter une petite pierre supplémentaire à l’édifice en invitant, via le site www.be-alert.be, leurs familles et amis à également s’enregistrer sur la plateforme.

    En s’enregistrant avec une ou plusieurs adresses, les autorités pourront si nécessaire avertir rapidement et directement les citoyens concernés lors d’une situation d’urgence, rappelle le Centre de crise.

    Même si BE-Alert peut envoyer un SMS à toutes les personnes physiquement présentes aux environs d’une situation d’urgence, il demeure en effet toutefois essentiel pour les autorités d’également pouvoir donner l’alerte en se basant sur les adresses enregistrées (par exemple en cas de pollution de l’eau potable, de panne d’électricité, etc.), insiste-t-il.

    En étant enregistrées, les personnes seront aussi informées de situations d’urgence bien qu’elles ne soient pas présentes à ce moment-là à l’adresse indiquée, comme dans le cas d’un incendie industriel dans leur localité d’habitation alors qu’elles se trouvent au travail, illustre le Centre de crise.

    Cette fois par e-mail

    Le Centre fédéral de crise a testé ce jeudi la fonction e-mail de la plateforme d’alerte pour les situations d’urgence BE-Alert. Celle-ci permet en effet l’envoi de courriels, en plus de SMS, de messages vocaux ou sur les réseaux sociaux. Un courrier test a ainsi été envoyé à toutes les personnes qui se sont déjà inscrites, avec un taux de réussite de 99,97 %. Le but est également d’inviter un maximum de monde à faire les démarches pour s’inscrire à ces avertissements.

    Le premier jeudi du mois est le moment où les canaux d’alerte sont testés et les différentes autorités qui le souhaitent peuvent alors s’essayer aux potentialités de BE-Alert, explique-t-on au Centre de crise, qui dépend du SPF Intérieur. Lummen, Sint-Martens-Latem, Nazareth, Gavere, De Pinte, Genappe et Puurs s’y sont ainsi essayées ce jeudi et des SMS, appels vocaux et e-mails ont été envoyés à leurs habitants.

    Le Centre de crise en a également profité pour organiser un test de grande ampleur via la fonction e-mail de la plateforme. Un courriel a ainsi été envoyé à toutes les personnes qui se sont déjà inscrites dans BE-Alert.

    Au total, 366.567 courriers électroniques tests ont été envoyés, soit un taux de réussite de 99,97 %. Le but était également de vérifier, compléter ou modifier si nécessaire les coordonnées déjà fournies.

    Le Centre de crise va à présent évaluer minutieusement cet essai au cours des prochains jours pour pouvoir encore améliorer le système.

     

    Article Complet 

  • Nandrinois si vous avez reçu, c'était un test

    Lien permanent

    Voici le message reçu par les nandrinois inscrit à la Be- Alert  .

    Aujourd'hui journée de test .

    Ceci est un test. Vous ne devrez rien faire.

    Motivez vos amis et votre famille à s'inscrire à www.be-alert.be.

  • Nandrinois attention : Le système Be-Alert testé aujourd'hui jeudi

    Lien permanent

    Be-Alert, le système qui permet de diffuser à la population des messages par SMS, emails ou autres canaux lors de situations d’urgence, fera l’objet d’un test jeudi dans plus de 110 villes et communes du pays, annonce lundi le SPF Intérieur.

    UNE SÉRIE DE MESSAGES

    Ces 110 villes et communes enverront des SMS, messages vocaux et e-mails aux habitants de leur territoire. Un message test sera également envoyé par le Centre de crise à toutes les personnes présentes dans une zone délimitée, entre autres à Blankenberge et Kruibeke.

    Ce test vise aussi à faire comprendre aux citoyens l’intérêt de s’inscrire à Be-Alert, souligne le SPF Intérieur. Un an après son lancement, 403 des 589 communes belges, soit près de 70%, sont connectées à cet outil de communication d’urgence.

    - BELGA

    Source 

  • Be Alert.be du 18 mai 2018 L'IDEN nous informe que la distribution d'eau est rétablie sur tout le réseau

    Lien permanent

    L'IDEN nous informe que la distribution d'eau est rétablie sur tout le réseau. L'eau du robinet est potable sans aucune précaution particulière.

     

    Merci de votre patience.

     

    Le Bourgmestre,

    Michel Lemmens

    be2.jpg

  • Be alert.be déclenché à Nandrin aujourd'hui 17 mai 2018

    Lien permanent

    BE-Alert est un système d'alerte qui permet aux autorités de diffuser un message à la  population en situation d’urgence.

    Ce service est déclenché « lors d'une situation d'urgence dans votre quartier ».

    L’alerte de la population est la première action en communication de crise.

    Nandrin et 118 communes wallones qui ont adhéré à Be-Alert clic ici

           

    Suite aux orages exceptionnels de ce mardi 16 mai, l'IDEN (Intercommunale des eaux de Nandrin) recommande de faire bouillir l'eau du robinet avant consommation, jusqu'au dimanche 20 mai inclu.

    Retour à la normale prévu lundi 21 mai.  

    Le Bourgmestre, Michel Lemmens

     

     

    Be alert.be, nandrin