ASBL

  • Des dizaines de projets subsidiés sur le Huy-Waremme par la Fondation Roi Baudouin

    Lien permanent

    Chaque année, la Fondation Roi Baudouin déploie pleinement ses activités dans nos régions.

    En 2019, 201 soutiens ont été accordés à des organisations et individus en province de Liège, pour un total de près de 3 millions d’euros : « Les gens savent que la Fondation agit à l’échelle nationale et internationale, mais nous souhaitons également mettre en avant les initiatives locales », précise Cathy Verbyst, chargée de communication.

    Des projets montrant avec quel dynamisme tant de personnes et d’organisations s’engagent. Ces personnes ont répondu à un appel à projets.

    Un jury d’experts indépendants a par la suite sélectionné les dossiers.

    Dans l’arrondissement Huy-Waremme, plusieurs organismes ont reçu ce soutien.

    Une application

     

    Grâce au Fonds Fevia, l’Institut Don Bosco à Huy a pu installer des fontaines à eau, aménager un parcours santé et distribuer des collations saines et des gourdes aux élèves afin de les encourager à manger sainement et à bouger davantage.

    Un soutien du Fonds de 5.000€ qui encourage les habitudes alimentaires équilibrées et l’exercice physique en suffisance.

    Autre projet bien soutenu par le fonds Roi Baudouin, une application de l’ASBL Solidarité Fraiture en collaboration avec des patients atteints de sclérose en plaques, leurs proches et des professionnels de la santé.

    Une application e-santé permettant à l’utilisateur de bénéficier d’une aide et d’un suivi à domicile tout en étant connecté à un réseau de professionnels. Un soutien de 100.000€.

    Plusieurs autres projets

    Les fonds de la Fondation Roi Baudouin soutiennent tout type de projet : le patrimoine, la santé, la recherche médicale, l’intégration des réfugiés, la lutte contre la pauvreté ou l’environnement et le développement durable.

    D’autres aides ont été apportées dans notre arrondissement, comme : l’Aide aux Autistes Adultes – Mistral, à Saint-Georges-sur-Meuse, a été soutenue pour rénover une des salles de bains de l’institution ; l’E.E.S.P.C.F.

    La Marelle ; l’administration communale de Marchin ou encore le CHR de Huy avec la mise en place d’un espace au sein du service de gériatrie, une sorte de ‘bulle’ permettant au patient et au personnel soignant de s’extraire momentanément du quotidien hospitalier en se côtoyant dans un cadre original et novateur.

    Le CHRH a également pu créer un espace pluridisciplinaire, exclusivement dédié à la rééducation motrice et cognitive en cas d’hospitalisation aiguë.

    Article et rédaction par Maxime Gilles

    Source

  • Ouvrir son jardin aux campeurs ? des pionniers à Fraineux Nandrin , des campeurs à Marchin , Modave etc ...

    Lien permanent

    À  Nandrin Fraineux , dans le petit Hameau de Lava dans un pré des Fosettes des "pionniers" qui au départ devaient vivre un voyage en Hongrie sont installés actuellement pour leur séjour 2020 .

     

    Pierre-Yves et Marie accueillent des campeurs à Marchin

    Une solution contre le camping sauvage

    Pierre-Yves et Marie habitent une des premières rues de Marchin sur la route qui vient de Huy.

    Eux-mêmes randonneurs, ils ont toujours voulu proposer une aire de bivouac sur leur terrain.

    On y trouve un coin feu et de l’eau.

    Bientôt, une toilette sèche et une douche solaire viendront agrémenter le site.


    « On constate qu’il y a peu d’endroits de bivouac en Belgique.


    On veut leur proposer un lieu où passer la nuit sans être dans l’illégalité, » explique Marie.


    « Depuis l’ouverture du site il y a un mois, on a reçu des personnes à trois reprises.

    Deux couples et un monsieur fraîchement retraité qui marchait vers Saint-Jacques-de-Compostelle. »


    Ils étaient les premiers Marchinois à se lancer sur le site, mais ils observent déjà un développement dans leur commune.

    « Ça ne demande pas trop de temps et d’investissement.

    Les gens ne campent pas juste à côté de notre porte d’entrée.

    Ce n’est pas contraignant du tout. »

     

    Sigrid, propriétaire d’un bivouac à Modave

    Chacun offre ce qu’il peut

    Propriétaire d’une ferme à Outrelouxhe (Modave), Sigrid était déjà habituée à accueillir des marcheurs perdus ou des scouts sans moyen de s’abriter.

    Elle a récemment découvert Welcome to My Garden et a adoré l’idée.


    « Je mets ma prairie à disposition, mais ils peuvent également loger dans la grange en cas de pluie.

    J’encourage tout le monde à le faire.

    Chacun offre ce qu’il peut.

    Ça peut aller du coin de jardin à un bâtiment avec toilette sèche.

    On y met l’investissement qu’on veut. »


    Le 21 juillet, Sigrid accueillait sa première campeuse, Éloïse, une jeune Liégeoise qui ambitionnait de marcher jusqu’en France.

    « Elle était super sympathique.

    Je l’ai accompagnée le lendemain pour un bout de chemin.

    C’est une question de feeling.

    Certains préfèrent vaquer à leurs occupations et parfois, comme avec Eloise, on finit par ouvrir sa table. » 

    Accueillir des gens dans votre jardin et les laisser planter leurs tentes pour la nuit vous semble totalement saugrenu ?

    Pour des dizaines de personnes de l’arrondissement de Huy-Waremme, ce principe novateur basé sur la solidarité citoyenne est devenu une réalité.


    Lancé en juin par trois jeunes Belges désireux d’augmenter le nombre de zones de bivouac dans notre pays – où le camping sauvage est interdit – la plateforme « Welcome To My Garden » veut recenser tous les spots où planter gratuitement sa tente chez l’habitant.

    L’initiative s’adresse aux voyageurs adeptes du slow travel, c’est-à-dire ceux qui se déplacent à vélo ou à pied, et non aux personnes qui voyagent à l’aide d’un véhicule motorisé.

    Le concept rencontre un succès croissant dans notre région, où plusieurs citoyens ont franchi le cap en ouvrant leur jardin aux inconnus.

    Leur motivation ?

    Faciliter la tâche des voyageurs qui transitent par la région et partager des instants de vie marquants. 

    Article de P.TAR

    Source

     

  • Le potager collectif à Nandrin, bientôt une réalité à Fraineux

    Lien permanent

    En ce 2 juillet, début des vacances scolaires, quatre délégués des associations locales (dont la b-a-s-e) se sont donné rendez-vous rue Tige des Saules, entre Nandrin et Fraineux, pour faire sortir de terre le futur potager collectif

    Article complet clic ici 

    Si cela vous intéresse, vous êtes les bienvenus. Contactez-nous via notre site b-a-s-e.com !

    Toutes les infos clic ici 

  • La lecture c’est l’immunité contre l’ignorance !!! Article de B.A.S.E !!!

    Lien permanent

    Romane a douze ans. Depuis 2018, elle consacre son dimanche matin à la bibliothèque communale de madame Éloy.

     

    La Suite clic ici 

    B-A-S-E